Ailleurs
20 février 2010

« Si les gens ne veulent pas payer les loyers qui sont affichés…ben qu’ils aillent dans un autre quartier, y a personne qui force quelqu’un à prendre un logement. » C’est ainsi qu’un de mes contacts sur Facebook répondait à mon indignation de me retrouver face à des logements trop chers pour ma capacité de payer. Aller ailleurs, c’est toujours ainsi que ça commence. On va plus loin, toujours plus loin, on voyage davantage le matin pour se rendre au travail, on réduit sa qualité de vie et, finalement, à force de se rendre « ailleurs », on finit par habiter nulle part.

Source de l’image

En fait, ça m’a fait penser à Vancouver, où se tient un gigantesque bidonville au coeur de la capitale des Jeux Olympiques. Les squatteurs dénoncent ces Jeux qui ont coûté six milliards de dollars pendant que la pauvreté y est criante. Le quartier Downtown Eastside est le ghetto nord-américain qui concentre le plus de pauvreté et de toxicomanie en Amérique du Nord et qui a le pire taux de séropositivité du monde industrialisé. C’est un dépotoir de l’humanité dans ce qu’elle a de plus désespérée, de plus hideuse, de plus condamnée par les événements et la spéculation sur sa valeur marchande.

À côté du ghetto, la flamboyante ville de Vancouver, avec ses logements hors de prix et ses maisons dont la « valeur » moyenne atteint plus de 600 000$, le double de celui d’une ville comme Montréal. Et ceux qui n’ont pas moyen de se payer des chambres à 1500$ par mois? Qu’ils vivent ailleurs. Et cet ailleurs, c’est souvent la rue, car Vancouver a connu une hausse du nombre de sans-abris de plus de 106% entre 2002 et 2005. Allez ailleurs, mes amis; c’est l’économie, n’avez-vous pas compris?

On établit généralement que le niveau acceptable de paiement d’un loyer est de 30% du revenu mensuel. Au salaire minimum, à Vancouver, cela représente près de 385$ par mois. Or, en décembre 2007, moins de 1% des garçonnières se louaient à moins de 400$, et plus de la moitié de ces logements à une chambre coûtaient au-dessus de 800$ mensuellement! Et on est loin ici d’un logement de qualité! Même des logements subventionnés, réservés aux familles démunies, coûtent plus de 1600$. Vous imaginez?

À Montréal, pendant ce temps, certains stigmatisent les locataires qui veulent un logement abordable et leur recommandent d’aller vivre « ailleurs » pour payer moins. On fait croire à ces derniers qu’ils jouissent d’un prix « trop bas », que c’est un rabais. On les rend coupables de s’attacher à des valeurs comme le droit de se loger et de vivre dans la dignité, le droit de pouvoir aspirer à habiter près du lieu de travail, le droit à une qualité de vie. Non, non. La qualité de vie, ça se paie, et c’est le marché qui décide. Toi, tu fermes ta gueule et tu sors ton chéquier. Ou tu vas vivre à Joliette et tu te tapes trois heures d’autobus par jour.

Ce marché déréglementé, cette machine inhumaine se nourrissant de l’idéologie de gens qui ont déifié l’économie, a causé la crise actuelle, et c’est précisément parce que nos gouvernements n’ont pas le courage de limiter la spéculation et de réglementer le coût des logements qu’une ville comme Vancouver voit ses écarts sociaux exploser et son nombre de sans-abris augmenter continuellement.

On parle souvent de la nécessité de soustraire la santé, la culture et l’éducation du libre-marché, arguant que ces secteurs sont trop vitaux pour être laissés aux aléas d’actionnaires anonymes. Mais si on osait parler du droit de se loger, d’avoir un toit au-dessus de sa tête, ce qui est peut-être encore plus important?

Si on osait arrêter un peu de penser aux spéculateurs et aux propriétaires de logements et qu’on s’assurait que l’économie travaille pour les citoyens, et non le contraire?

Voilà des idées qui ne manqueraient pas de choquer une certaine élite de droite pleurnichant sur ses millions en professant de vibrants plaidoyers pour un libre-marché qui ne fonctionne pourtant pas sans puissants garde-fous, mais qui aurait le mérite de nous rappeler qu’avant de célébrer le sport, avant promouvoir une croissance économique artificielle, il faudrait peut-être s’assurer que la classe moyenne et les plus démunis ont encore la capacité de se loger dans la dignité.

On ne pourra pas éternellement cacher l’appauvrissement des locataires et se déculpabiliser en les envoyant « ailleurs ».