Pour en finir avec l’Ouest
1 décembre 2008

Plus que jamais, le Canada est divisé. Dans le coin rouge: l’Est, urbaine, à la morale libérale, divisée entre le centre-gauche du NPD et le centre-droit du PLC, ou entre fédéralistes et souverainistes au Québec. Dans le coin bleu: l’Ouest, plus rurale, très conservatrice, et très polarisée en faveur de la droite du Parti Conservateur. Deux réalités qui s’entrechoquent durement aujourd’hui.

En effet, au-delà de la légitime exaspération de l’opposition devant les manoeuvres politiques extrêmement partisanes et méprisantes de Stephen Harper se cache une réalité qu’on aurait cru impossible il y a quelques mois à peine: l’opposition qui semblait irrémédiablement divisée va s’unir devant un ennemi commun: l’incurie conservatrice du laisser-faire économique. Ce n’est pas rien: un parti de centre-gauche qui s’unit avec un parti de centre-droit et un parti indépendantiste, voilà qui est surprenant. Sauf qu’aujourd’hui, on réalise que de ne pas s’unir serait inacceptable pour le pays.

Avec la crise majeure du libéralisme économique (le dernier numéro de « Manière de Voir » parle même de krach), où même les plus fervents partisans des déréglementations et privatisations reconnaissent que l’État doit sauver les meubles et réparer les erreurs d’entreprises privées qu’on a laissées maître de nos destins, c’est toute une réorientation idéologique qui est en train de s’opérer. Partout sur la planète, on voit des gouvernements agir, soutenir l’économie, faire quelque chose. Tout le monde, sauf le gouvernement canadien.

Soyons honnête: le Parti Conservateur de Stephen Harper est englué dans ses dogmes du laisser-faire économique et n’a pas pris acte de l’échec retentissant de sa doctrine. Alors que même un parti de centre-droit comme le PLC reconnaît l’urgence d’agir et que même le plus fidèle allié de Harper, George W. Bush, a ouvert les coffres de l’État pour distribuer du B.S. de luxe à des méga-corporations qui ont saigné le pays depuis une décennie, Harper reste stoïque ne fait strictement rien. Et ça, c’est inacceptable.

Dans les faits, heureusement que l’Ouest canadien n’a pas davantage de pouvoir. Sinon, nous aurions dérèglementé notre système bancaire, nous aurions davantage privatisé, nous aurions suivi à la lettre les recommandations des extrémistes du Fraser Institute ou de son petit frère de l’Institut économique de Montréal. Nous serions dans une situation bien plus désespérée qu’actuellement.

Conséquemment, que le Parti Conservateur se retrouve dans l’opposition, et que l’Ouest puisse enfin reprendre son trou, et réfléchir à ses erreurs comme tout élève désobéissant, ne serait que juste retour des choses. Quand on joue avec la vie des gens et qu’on expérimente avec des politiques aussi dangereuses que le laisser-faire économique, il faut au moins avoir la décence de s’écarter du chemin quand d’autres cherchent des solutions. Et ce, même si le PLC a été tout aussi responsable de la crise et qu’il a lui aussi participé à l’orgie néolibérale…

L’Ouest pourra remercier Harper de sa perte d’influence. Grâce à lui, le Canada en entier a un nouveau leitmotiv: n’importe qui sauf Harper!

Un peu tanné
2 octobre 2008

Les élections, c’est divertissant au début: on a droit à des analyses quotidiennes, des émissions spéciales, et soudainement on semble enfin réaliser que tout est politique, comme si on avait allumé une lumière dans une pièce sombre. À la longue, pourtant, ça tanne. Et je vous l’avoue, je commence à être tanné.

En effet, j’en ai marre de ces affrontements stériles comme il y en a eu tant lors du débat des chefs. Marre qu’on me donne du pré-mâché, qu’on me resserve inlassablement la même vieille recette hyper-simplifiée, ampoulée, réduite à sa plus simple expression; la loi et l’ordre pour les Conservateurs, le tournant vert pour les Libéraux, la famille pour les Néo-démocrates et le consensus québécois pour le Bloc. Je suis intelligent: pourquoi toujours tout simplifier ainsi?

J’aimerais qu’on me parle de ma vie sous tel ou tel gouvernement. Par exemple, je voudrais qu’on me dise: « ton travail vaut quelque chose ». J’aimerais pouvoir vivre et non pas survivre; pouvoir me projeter plus loin que ces maigres journées de congé qui ne sont souvent qu’un triste exutoire en attendant la fatalité d’un retour à un travail qui ne me permet pas de pouvoir atteindre un niveau de confort suffisant pour pouvoir m’intéresser à des trucs du genre « la loi et l’ordre ».

Je suis pauvre. Financièrement, si j’ai vingt dollars dans mes poches à la fin de la semaine, c’est vingt dollars de moins pour rembourser des dettes. Psychologiquement, c’est pire: je suis l’homme qui vit pour travailler et qui n’a jamais le temps d’espérer pouvoir se payer le minimum pour pouvoir se définir en dehors du travail. Chaque semaine qui passe constitue une nouvelle pente à gravir vers un sommet n’offrant de vue que l’illusion d’un changement.

Pourtant, nous sommes si riches. Jamais nous n’avons été aussi riches. Nous avons bâti une société permettant une accumulation incroyable de richesse, mais celle-ci ne profite qu’à une minorité. Qu’ont-ils accompli, ces parvenus, pour mériter d’avoir plus que je ne pourrais jamais souhaiter dans toute ma vie? L’argent qu’ils possèdent n’est pas à eux; nous avons choisi de les laisser s’enrichir de cette façon.

Ce qui nous ramène, insidieusement, vers la nécessité d’avoir des alternatives politiques aux partis de droite que sont le Parti Conservateur et le Parti Libéral du Canada. Mais Jack Layton devrait peut-être un peu moins me parler de famille, mais plutôt mettre l’emphase sur une réelle redistribution de la richesse qui me permettra peut-être, un jour, de pouvoir espérer davantage qu’un vieux char rouillé m’amenant d’un appartement contaminé aux moisissures vers un travail qui ne me satisfait pas vraiment.

NPD-PLC: la nécessaire union contre-nature
23 septembre 2008

L’annonce de Jack Layton selon laquelle celui-ci considérait une possible coalition avec le Parti Libéral du Canada (PLC) tombe sous le sens: ensemble, les deux partis pourraient empêcher l’élection d’un gouvernement conservateur majoritaire, fruit de la division du vote de l’opposition. Ceci dit, il y a pourtant un obstacle majeur à cette union, et il est idéologique: comment le NPD, un parti de centre-gauche, pourrait-il faire alliance avec le PLC, de centre-droit?

En effet, et contrairement aux affirmations – peu étayées – de Patrick Lagacé et de Vincent Marissal, le Parti Libéral du Canada n’est pas et n’a jamais été, du moins dans son histoire récente, un parti de gauche.

En voici quelques exemples pêle-mêle:

  • Loi C-17 (1994) : le gouvernement libéral de Jean Chrétien a réduit la durée des prestations d’assurance-emploi et fait passer le taux des prestations de 57 à 55%.
  • Loi C-12 (1996): le même gouvernement a décidé de changer la formule de calcul; désormais on ne calculait plus les semaines de travail, mais plutôt les heures travaillées. Alors que près de 80% des travailleurs étaient couverts, ce nombre est désormais passé à moins de 50%. Puisque ces gens n’étaient plus couverts et ne réclamaient plus d’argent, le gouvernement libéral pouvait ainsi détourner l’argent de la caisse à d’autres fins. Voici d’ailleurs ce qu’écrivait à ce sujet Gaétan Guérard, conseiller syndical au Syndicat de l’enseignement des Deux Rives (SEDR-CSQ) en 2000:

    Le ratio prestataires/chômeurs (p/c), qui est confectionné à partir de données de Statistique Canada est un bon indicateur de la couverture offerte par le régime aux chômeurs . Le niveau de ce ratio est passé de 83% en 1989 à 42% en 1997 . L’état de la couverture de ce régime agonisant est resté critique mais stable à 42% en 1998. C’est donc dire qu’en 1989, 8 chômeurs sur 10 avaient droit aux prestations mais que depuis 1997, environ 6 chômeurs sur 10 n’ont pas droit aux prestations. À force de soi-disant réformes qui ne visaient en fin de compte qu’à démanteler le régime, les conservateurs et libéraux peuvent dire  » Mission accomplie « !

  • Les transferts fédéraux en éducation ont été réduits de près de 2,2 milliards $ entre 1993 et 2006, pénalisant ainsi les étudiants, à qui les provinces ont refilé une partie de la facture.
  • En 1995, les Libéraux ont imposé des compressions à Environnement Canada en plus de couper plus de 40% du financement de Parcs Canada (jusqu’en 1998).
  • En 2000, Paul Martin, alors ministre des finances du PLC, a annoncé les plus importantes baisses d’impôts de l’histoire du pays: 100 milliards en cinq ans. Il a par la suite éliminé l’impôt sur le capital des sociétés et augmenté le seuil d’exemption fiscale pour les cotisations aux REER, qui a permis d’y inclure des revenus de plus de 75 000$ par année. Plus de 30% des avantages de ces baisses d’impôts ont ainsi profité aux 5,3% des contribuables au revenu le plus élevé.
  • Lors des élections de 2006, Paul Martin annonça de nouvelles baisses d’impôts de plusieurs dizaines de milliards de dollars, seulement dépassées en quantité par Stephen Harper et ses 44,9 milliards $.

On le constate, le Parti Libéral du Canada n’est pas un parti de gauche. Il volé les travailleurs en les empêchant de toucher l’assurance-emploi à laquelle ils avaient contribué, il a coupé dans l’environnement, dans l’éducation, il a réduit les impôts des plus aisés et de compagnies faisant déjà d’indécents profits. Il a seulement été battu par un parti encore plus à droite que lui en 2006.

Ainsi, une alliance entre le NPD et les Libéraux serait extrêmement contre-nature (même si Stéphane Dion a légèrement recentré le PLC depuis son élection). Depuis deux décennies que ces deux partis proposent deux visions diamétralement opposées aux citoyens, et là, soudainement, ils s’embrasseraient les uns les autres dans une virile étreinte et iraient boire de la bière et fumer des cigares aux mêmes assemblées? Non, c’est impossible.

Par contre, rien n’empêcherait une alliance ponctuelle. C’est-à-dire que deux ennemis, malgré leurs différences, peuvent reconnaître qu’ils font face à un danger encore plus grand, non seulement pour leurs formations politiques, mais également pour le pays en général. Comme en période de guerre, on pourrait voir un front uni se créer face à la menace d’un gouvernement Harper majoritaire. Il ne s’agirait pas de s’aimer, ni même d’être en accord les uns les autres, mais d’être pragmatiques et d’échanger des circonscriptions prenables.

Par exemple, dans un comté où le Parti Conservateur est en avance mais que l’addition des votes du NPD et du PLC donnerait une victoire claire à l’un ou à l’autre, un des deux candidats devrait se retirer et appeler ses supporters à voter pour l’autre. Contrairement au vote stratégique individuel, qui est une perte d’énergie et de temps, cette stratégie permettrait d’inclure les aspirations des votants dans le prochain gouvernement, en y intégrant des postes de prestige à des candidats de l’autre formation. Ou, plus simplement, permettre une plus grande diversité au Parlement et assurer au parti appuyé qui, s’il fera partie de l’opposition, ne le sera pas dans un contexte majoritaire où il n’a pas de pouvoir.

Jack Layton a fait les premiers pas. À Stéphane Dion maintenant de mettre de côté son égo et d’y répondre. S’il continue de faire l’oreille sourde, il se dirige vers une défaite des plus cinglantes, non seulement pour lui, mais pour la majorité des Canadiens qui ne veulent pas d’un Stephen Harper mettant en oeuvre un troisième mandat Bush au Canada.

La Presse: information ou manipulation?
21 septembre 2008

Pourquoi La Presse s’acharne-t-elle sur le Bloc pendant cette campagne électorale tout en présentant positivement le gouvernement Harper?

Parce qu’elle appartient à Power Corporation, qui profiterait largement de l’élection du Parti Conservateur.

Portrait de famille.

Power Corporation of Canada, propriété du milliardaire Paul Desmarais, possède 100% du groupe Gesca, qui possède les quotidiens La Presse, Le Soleil, La Voix de l’Est, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Droit, le Quotidien et le site de nouvelles Cyberpresse.ca.

Elle possède aussi la Power Financial Corporation, qui possède à 50%, via la Parjointco N.V. la Pargesa Holding SA, la Great-West Lifeco inc. et l’IGM Financial inc.

Voici les actifs de la Power Financial Corportation:

  • Pargesa Holding SA:
  1. Elle possède à 48,6% le Groupe Bruxelles-Lambert (GBL), du milliardaire Albert Frère, qui fut l’une des deux seules personnes invitées par Nicolas Sarkozy le soir de sa victoire (l’autre étant Paul Desmarais lui-même). Ce groupe a des intérêts dans les autres compagnies possédées par la Pargesa Holding SA (voir ci-dessous), mais possède en outre Rockland Pipeline Company, basée à Houston au Texas, American Cometra Inc., une compagnie gazière et pétrolière de Forth Worth, Canadian Cometra, l’équivalent de cette dernière mais en Alberta et Canrock Pipeline Company Ltd., basée à Calgary. Il va sans dire que toute politique espérant modérer la frénésie pétrolière en Alberta serait nuisible pour le GBL.
  2. Possède également à 54,1% avec GBL Imerys, une compagnie de transformation de métaux industriels.
  3. A des intérêts dans Lafarge, la bétonnière, qui profite du boom albertain pour construire notamment des tuyaux servant à l’exploitation ou au raffinage des sables bitumineux albertains.
  4. A des intérêts dans Pernod-Ricard.
  5. Est impliquée dans Suez, qui est déjà pressentie pour être fusionnée avec la société d’État Gaz de France suite à la privatisation de celle-ci par Nicolas Sarkozy.
  6. A des intérêts dans Total, la cinquième pétrolière du monde, qui investit des milliards $ dans les sables bitumineux albertains.
  • Great-West Lifeco inc. : cette compagnie, qui avait un actif de 394 milliards $ à la fin 2007, propose via plusieurs de ses filiale des assurances-vie. On imagine très bien l’incroyable fortune que procurerait à cette entreprise une privatisation des soins de santé au pays.
  • IGM Financial Inc., qui contrôle notamment le Investors Group et la Mackenzie Financial Corporation.

Maintenant, la question qui tue: pourquoi, au milieu de toutes ces compagnies pétrolières, d’assurances ou d’investissements, Power Corporation possède-t-elle à 100% une filiale « médias », et spécifiquement au Québec?

Il suffit peut-être de lire La Presse ou Cyberpresse.ca pour comprendre. Pendant cette campagne électorale, pas un jour ne passe sans que ses éditorialistes ne s’attaquent tantôt au Bloc Québécois, tantôt au Nouveau Parti Démocratique, tantôt au Parti Libéral du Canada. Pas une semaine sans qu’on monte de toutes pièces une fausse polémique pour discréditer les adversaires du Parti Conservateur. Que ce soit en mettant en première page un énième torchon de Jacques Brassard, qui pourtant écrivait ses folies presque anonymement dans d’autres quotidiens du groupe Gesca depuis des mois, en publicisant la montée au front d’ex-bloquistes ou en montrant constamment Harper sous son meilleur jour, Gesca et Power Corporation sont en campagne électorale.

Est-ce si surprenant de voir Power Corporation appuyer si ouvertement le Parti Conservateur? Je ne crois pas. D’abord, le lien filial entre les Desmarais et le Parti Libéral du Canada (PLC) a été détruit; Jean Chrétien, dont la fille est mariée à André Desmarais, n’est plus dans le coup, ni même Paul Martin, qui a été président de la filiale de Power Corporation Canadian Steamship Lines Inc. bien avant de devenir premier ministre du Canada. En outre, le PLC de Stéphane Dion est beaucoup moins à droite économiquement que ses prédécesseurs et son Tournant Vert risque de pénaliser les entreprises polluantes albertaines.

Mais surtout, le Parti Conservateur est le seul parti majeur au pays pouvant assurer les intérêts de Power Corporation. Il entend défendre les pétrolières et le boom anarchique des sables bitumineux en Alberta (ce qui est bon pour GBL, Lafarge, Imerys et Total) et ses politiques économiques de droite, favorisant notamment le concept d’utilisateur-payeur, risquent d’enrichir la Great-West Co. si elles sont appliquées à la santé. De même, la politique étrangère du gouvernement Harper ressemble à s’y méprendre à celle de son homologue français, ce qui renforce les liens entre les Desmarais, les Frère, Sarkozy et Harper.

Et puisque traditionnement le Québec a toujours été plus progressiste, un peu plus en avance socialement sur le reste du Canada, qu’il est l’endroit où se jouera les prochaines élections et qu’il déterminera si le Parti Conservateur sera minoritaire ou majoritaire, il va de soi que Power Corporation envoie tous ses laquais de La Presse (Alain Dubuc, André Pratte, Mario Roy, etc.) et du reste du réseau Gesca pour s’assurer que le vote sorte du bon côté.

Et si ce n’est pas suffisant, on peut toujours demander de l’aide à l’Institut Économique de Montréal (IEDM), le petit frère du radicalement à droite Fraser Institute, dont la présidente, Hélène Desmarais, est la femme de Paul Desmarais Jr…

On le constate, l’information se porte très mal au Québec. Il est difficile de bien s’informer, et quand des journaux soi-disant sérieux comme La Presse manipulent et désinforment, violent nos esprits pour satisfaire les appétits cannibales de leurs riches propriétaires, je crois qu’il est de notre devoir de citoyens non seulement de les dénoncer, mais également, plus simplement, de ne plus acheter ces torchons qui cherchent à modifier notre compréhension du monde pour la façonner à l’image des intérêts de la famille Desmarais.

Et de passer le mot aux autres: ce que vous lisez dans La Presse n’est pas de l’information, mais l’opinion aseptisée de Power Corporation et de ses filiales.

Le rôle du journaliste et du journalisme en général doit être celui du quatrième pouvoir, c’est-à-dire de dénoncer les excès et les incompétences des autres. Quand le journaliste décide de se taire et de faire le dos rond à son maître qui piétine notre démocratie pour assouvir ses instincts carnassiers, il devient le collaborateur de l’appropriation par une minorité de notre richesse collective.

Et les collabos ne méritent pas d’être lus. Ils doivent être systématiquement démasqués, dénoncés, puis éliminés du système, comme les petites tumeurs qu’on retire du patient cancéreux. Il en va de la survie de tous les autres tissus sains, ceux qui ne demandent qu’à vivre et à exprimer toute la richesse de notre pouvoir collectif libéré des entraves d’une minorité de tyrans qui s’offrent le luxe de s’acheter médias et politiciens pour assouvir leurs désirs de puissance.


Je dédie ce billet à tous ceux qui ont le courage de dénoncer l’utilisation par Power Corporation de son groupe de presse Gesca (et des « journalistes » qui y travaillent) pour manipuler et désinformer la population.


Lire ce texte de Lutopium sur les liens entre Power Corporation et Gazprom, ce qui explique pourquoi La Presse appuie le projet de port méthanier à Rabaska…

Qui veut le pouvoir?
1 septembre 2008

Généralement, dans un pays démocratique, le but des partis politiques d’opposition est d’atteindre le pouvoir. Ils doivent dénoncer les erreurs gouvernementales, le manque de vision du parti au pouvoir et essayer de convaincre qu’ils sont davantage en mesure d’effectuer le travail. Tout ça, en théorie, bien sûr.

Or, il semble que personne ne veuille du pouvoir au Canada. Pendant que le Parti Conservateur, pourtant minoritaire, navigue sans cap et sans la moindre orientation claire sur l’océan d’une période pourtant trouble, se permettant même au passage de couper les fonds aux artistes sans la moindre raison, on a l’impression que les trois autres partis ne veulent rien savoir du pouvoir.

Le Bloc Québécois a peur de reculer dans les régions au Québec, le Nouveau Parti Démocratique doit gagner le vote de l’aile-gauche de Libéraux plus occupés à clamer haut et fort l’amour de leur chef qu’à proposer un programme intelligible à la population, et ces mêmes Libéraux vivent dans la terreur de voir Stéphane Dion se faire écraser en campagne électorale. Bref, on a un gouvernement qui ne fait rien et une opposition, divisée, résolue à attendre.

Ci-bien qu’on se retrouve dans la situation loufoque actuelle, où le premier ministre devra lui-même violer propre sa loi pour déclencher des élections. Et le plus drôle dans toute cette saga, c’est que M. Harper tente de justifier sa contradiction en affirmant que l’opposition aurait cherché à le défaire plus tard, avant le terme de son mandat en octobre 2009. Faut vraiment prendre les gens pour des crétins. Comme le souligne L’Esprit Vagabond:

Bref, tu veux déclencher des élections, mets tes culottes, déclenche-les et pointe pas un autre du doigt pour justifier ta décision!

On aime ça au Canada se blâmer les uns et les autres à savoir qui portera l’odieux du déclenchement d’une campagne électorale. Comme si celle-ci était inutile, voire nuisible, et que celui qui en est responsable devait être traité comme s’il avait amené la peste bubonique au village. Pourtant, cette élection serait la chance de réaffirmer nos valeurs et de voter pour un parti différent, proposant un futur plus à notre image.

Quand un gouvernement méprise autant la population que le Parti Conservateur, on devrait s’attendre à constater une rapide progression et de grandes envolées lyriques de la part de l’opposition. Son silence ne fait que démontrer la force d’une mouvance conservatrice satisfaite d’elle-même jusqu’à l’excès et n’ayant même pas besoin d’avoir de programme électoral pour espérer gagner, jouant plutôt sur les sentiments anti-intellectuels d’une partie de la population comme d’autres l’ont déjà fait auparavant.

Quand on n’a rien à offrir et aucun plan, il suffit alors de se laisser porter par les flots et de jouer les petits bénis-oui-oui face à nos voisins du sud. Et le plus triste dans tout cela, c’est que ce sont peut-être eux qui ont raison: le plus stable et le « meilleur » des gouvernements coloniaux n’est-il pas celui qui se contente de suivre les ordres de la métropole?

Voilà peut-être qui explique pourquoi personne ne semble vouloir du pouvoir. Peut-être parce qu’il n’existe plus. Ou presque.

Green Shit
10 juillet 2008

Il y a des limites à la protection des marques, non? Cette poursuite d’une entreprise ontarienne contre le Parti Libéral du Canada parce que ce dernier a utilisé l’expression « Green Shift » pour décrire son plan vert est d’un ridicule incroyable.

En effet, « Green Shift » est plus près d’être une expression que d’une marque. C’est un tournant vert, et pourquoi le PLC ne pourrait-il pas parler d’un « tournant vert »? Quelle sera la prochaine étape? Je me pars une compagnie et je l’appelle « Air pur » et je poursuis Greenpeace ou quiconque utilise cette expression? Ou encore: j’enregistre « Cibles climatiques » et je poursuis le G8?

Ces poursuites frivoles doivent cesser et j’espère que le juge qui entendra cette cause prendra une décision rapide et convaincante en faveur du PLC.

Car à force d’enregistrer des marques et de les protéger follement, on finira par ne plus pouvoir rien dire du tout.

Le PLC, un parti raciste et haineux?
4 juillet 2008

Accepteriez-vous de voter pour un parti qui accepte dans ses rangs un fanatique comme Garth Turner qui écrit, sur son blogue, que les indépendantistes québécois (ok, on parle d’à peu près 3 500 000 personnes ici) sont des « perdants », des « prétentieux, hostiles et égocentriques, machos, égoà¯stes et balkanisants ».

Pas moi, en tout cas. Et j’espère que tous ceux qui seraient tentés de voter pour le Parti Libéral du Canada s’en souviendront.

Moi ce que je trouve particulier dans tout ça, c’est que nous, les indépendantistes québécois, nous traitons nos anglophones et nos minorités comme des rois. Nous nous prostituons pour les servir dans leur langue impériale, nous acceptons toutes leurs coutumes. Nous oublions qui nous sommes, nous renions notre langue et nos valeurs. Nous nous sacrifions pour bien les servir.

Il serait peut-être temps de parler de l’attitude des anglophones frustrés et racistes comme Garth Turner. Il serait peut-être temps de parler de tous ces francophones au Canada qui sont minorisés et qu’on refuse de servir dans leur langue, voire où on organise des manifestations pour empêcher qu’on puisse les servir dans leur langue!

M. Turner fait la démonstration que ce pays n’est pas le nà´tre. Il serait plus que temps de quitter ce Canada de merde et de se débarrasser des excroissances pétrifiées qui gangrènent notre vrai pays et qui mériteraient de se faire arranger le portrait.

Stéphane Dion doit démettre ce raciste de ses fonctions s’il espère la moindre remontée au Québec.

AJOUT: Turner tente de justifier son racisme et sa haine des Québécois. Il affirme qu’il ne s’écrasera jamais devant ceux qui veulent détruire son pays. Doit-on comprendre qu’il appuie et comprend les Québécois qui ne s’écraseront jamais devant ceux qui veulent empêcher leur pays d’exister?

La patate chaude
17 octobre 2007

Ira-t-on en élections, oui, non, peut-être? Harper a démontré qu’il était en plein contrôle de la situation en tendant un piège à Stéphane Dion. Ce n’est pas un gros piège, mais c’en est un tout de même.

En effet, si Dion vote contre le discours du trône et respecte les positions libérales quant à Kyoto ou au retrait des troupes d’occupation de l’Afghanistan, ses chances de gagner les prochaines élections sont très faibles. Les sondages donnent près de 40% des votes au Parti Conservateur, et le Parti Libéral a presque été éliminé du Québec.

Mais d’un autre côté, si le PLC vote en faveur du discours du trône – ou si un nombre suffisant de ses députés d’abstiennent – le parti perdre toute crédibilité au cours des prochains mois lorsqu’il critiquera les choix du gouvernement. Harper pourra alors prendre son air de porc frais et dire: « Vous avez appuyez les orientations du gouvernement quand vous ne vous êtes pas opposés au discours du trône, alors arrêtez de vous plaindre! ». Et au Québec, on pourra profiter de ce temps pour mieux organiser les troupes conservatrices, notamment en utilisant les réseaux créés par l’ADQ. Et si Dion devait quitter la chefferie du Parti Libéral? Pas de problème, on s’arrange pour faire passer les mesures les plus radicales car aucun parti ne voudra aller en élections sans chef!

On peut détester les positions politiques de droite vieillottes et dépassées de Harper et de ses amis conservateurs (ou adéquistes, au Québec), mais force est d’admettre qu’il joue très bien le jeu politique. Comme quoi un manipulateur sachant manipuler aura souvent l’avantage sur un idéologue un peu naïf comme Dion.

Comme on dit, la balle est dans le camp de ce dernier. Et voilà bien une rare situation où celui qui a le pouvoir entre ses mains souhaiterait avant tout ne pas posséder cette puissance. Ce n’est plus une balle que doit frappper Dion, mais plutôt une patate chaude qui lui a remis Stephen Harper, convaincu qu’il ne peut pas perdre. Sans marge de maneuvre, Dion a maintenant le choix entre une mort rapide et violente ou la lente asphyxie de celui qui se décide à jouer la « game », mais qui commence avec la moitié du match en retard.

Nouvelle-poubelle
2 octobre 2007

La « nouvelle » de La Presse à Power Corporation, selon laquelle Gilles Duceppe prendrait sa retraite au lendemain des prochaines élections, est du journalisme de poubelle et une opération de désinformation au profit des Libéraux.

Ceux-ci, on le sait, sont au prise avec un grave problème de leadership, mais sont tout de même tentés de voter contre le discours du trône de Harper. Si le Bloc vote lui aussi contre, on va en élections et les Libéraux risquent d’en manger toute une.

Alors voilà, puisque La Presse de Power Corporation a de profonds liens avec le PLC (on se rappelle des liens personnels entre les Desmarais et la famille Chrétien), celle-ci veut absolument éviter la défaite du parti. Et le meilleur moyen d’y arriver est de donner du temps à la grogne d’avoir raison de Dion (pour le remplacer peut-être par Ignatieff, par exemple), et donc d’inciter le Bloc à ne pas précipiter le pays en élections.

Bref, en lançant le message que Duceppe quitterait au lendemain des élections, on incite le parti à éviter ces dites élections de peur de donner trop de munitions aux adversaires politiques ou de faire douter l’électeur indécis.

En terme de marketing désinformant, La Presse a fait un bon coup. Mais en terme de respect de la vérité et de journalisme sérieux, le journal confirme encore une fois sa profonde tendance jaunissante et le peu de crédibilité qu’on peut lui accorder.

Après les blogues poubelles, on a maintenant les journaux poubelles.

Destins croisés
18 septembre 2007

Ce ne sont que des élections partielles, mais les changements sont de taille: Roberval-Lac-Saint-Jean passe aux Conservateurs après 14 ans avec le Bloc et Outremont passe au Nouveau Parti Démocratique alors que la circonscription a toujours été, sauf une fois, libérale. Voilà une situation qui résume bien les deux tendances contradictoires à l’oeuvre au Québec.

D’un côté, il y a Montréal, habituée au pouvoir sous le PLC, avec ses nombreux ministres. Devant la chute des Libéraux, le centre économique et politique du Québec a décidé de voter selon ses valeurs. Exit le désir du pouvoir, d’être du côté des gagnants. Montréal, dont on ne peut de toute façon pas se passer, a décidé de faire confiance aux valeurs néodémocrates, à Thomas Mulcair et aux idées social-démocrates du NPD.

D’un autre côté, le Saguenay c’est loin. Très loin d’un point de vue politique. Depuis des années qu’on est dans l’opposition, qu’on vote « du bon bord » sans trop savoir pourquoi, qu’on n’a pas de ministre, qu’on ne compte pas dans les discussions au cabinet. À l’image de la région de Québec, qui a largement voté pour les Conservateurs aux dernières élections, on a cédé au culte de l’image représenté par l’ex-maire Denis Lebel et, surtout, au désir de faire partie du pouvoir. Contrairement à Montréal, on n’a pas voté par conviction (la majorité des habitants du Saguenay sont opposés à la guerre en Afghanistan, par exemple) mais bien pour être au pouvoir. C’est un ras-le-bol de l’opposition qui, malheureusement, augmentera le pouvoir d’un gouvernement opposé aux valeurs québécoises de paix et de justice sociale.

Ainsi, encore une fois, et n’en déplaise aux régionalistes, c’est Montréal qui fait le combat des idées et qui regarde vers le futur. C’est Montréal qui choisit un parti résolument progressiste et tourné vers le futur, alors que le Saguenay (ou Saint-Hyacinte-Bagot, où les Conservateurs ont obtenu un bon résultat) a décidé de sacrifier ses valeurs pour s’accrocher aux mamelles du pouvoir, si hostile ce pouvoir soit-il à l’égard du Québec.

On dira peut-être: « les gens des régions sont tannés de se faire prendre pour acquis par le Bloc ». Mais on a tort de penser ainsi. Car s’il est vrai que le Bloc compte sur ces votes et ces comtés, il représente également sa population et s’il n’est pas au pouvoir cela ne l’empêche pas de piloter des dossiers et de se servir de son pouvoir dans un contexte minoritaire pour refléter les valeurs des citoyens. Les Conservateurs, eux, font de beaux yeux aux régions, leur disent des mots doux, leur lancent des « je vous aime » et « je vais m’occuper de vous », mais dans les faits il n’en est rien. On n’en a rien à faire des valeurs québécoises chez les Conservateurs; on aime, mais d’un amour hautain, méprisant, et surtout terriblement intéressé. On veut votre vote, mais on s’en fout si vous êtes opposés à nos politiques.

Encore une fois, aujourd’hui, je suis fier d’être Montréalais. Fier de voir que c’est à Montréal, dans une ville où le français est pourtant terriblement menacé, dans une ville parfois si laide et crasseuse, dans une ville où les Québécois sont constamment en contact avec leurs voisins anglophones et sont absolument conscients des enjeux politiques et sociaux, c’est dans cette ville qu’on a eu le courage de se respecter collectivement et de voter avec sa tête et son coeur.

Car au fond, n’est-ce pas là l’essence de la démocratie? Voter du bord du pouvoir, c’est perdre son vote. C’est suivre bêtement le courant et annihiler sa capacité de questionnement et de remise en question politique personnelle. Voter du bord du pouvoir pour le pouvoir, c’est détruire la démocratie. Alors qu’au contraire voter pour le meilleur candidat, peu importe si son parti est au pouvoir ou non, c’est faire un acte citoyen, c’est se respecter individuellement et collectivement.

Ce ne sont peut-être que des élections partielles, mais elles sont une autre démonstration de la cassure, des destins irréconciliables, de la déchirure entre une ville urbaine et tournée vers une diversité politique enrichissante et stimulante et des régions qui trop souvent se contentent de dériver, naviguant les yeux fermées au son de quelconques sirènes leur promettant une petite pointe de la juteuse tarte du pouvoir.

Juteuse, mais très amère pour ceux qui doivent se renier eux-mêmes pour y goûter.