De L’Électron Libre à ledernierquebecois.wordpress.com
15 mai 2009

Oyé, oyé: ceci est ma destination finale. Après avoir blogué sous le nom d’Un homme en colère sous blogspot, d’Un Homme en colère , Le Dernier Québécois et L’Électron Libre, voici ma destination finale: ledernierquebecois.wordpress.com.

J’ai été au bout du chemin. J’ai décidé d’assumer à 100% tout ce que j’écris. Ce n’est peut-être pas très original, mais c’est moi et je me dote d’un nouvel espace de liberté.

En effet, avec L’Électron Libre, j’avais fait le choix de me concentrer principalement sur les enjeux sociaux. Désormais, je me réserve le droit de donner mon opinion sur le sujet de mon choix, de réfléchir sur n’importe quoi, de raconter des anecdotes personnelles si j’en ai envie et d’écrire quelques textes journalistiques si ça me plaît.

ledernierquebecois.wordpress.com sera ma résidence virtuelle pour longtemps, le bout du chemin, et si plusieurs m’ont déjà signifié que c’est moins original que L’Électron Libre, je crois cependant que c’est plus authentique!

Bienvenue chez moi, dans cette nouvelle version de L’Électron Libre, qui désormais a son chez-soi bien à lui!

S’il y a des bugs majeurs avec le nouveau site, SVP veuillez me contacter! J’aimerais notamment savoir si vous recevez toujours les textes par RSS. Merci.

Publicités

Changements
20 mai 2008

La vie est changement; tout change constamment. Ceux qui ne savent pas s’adapter meurent, ou plus prosaïquement se figent et restent sur place, sclérosés, avançant un peu à chaque jour sans trop savoir quel est le but à atteindre. Des zombies.

J’étais ce zombie; ça fait déjà près de quatre-cinq mois que je n’ai plus vraiment de temps à offrir à ce blogue. J’ai bien tenté de le réformer, de le transformer, mais je dois faire face à la réalité: je n’ai plus l’énergie ni le temps pour être un blogueur assidu, toujours à l’affût de la nouvelle, toujours prêt à réagir et « dans le vent ». Non, pu le temps. C’est moche comme explication, non? Mais c’est celle que donnent tous ceux qui quittent leurs blogues.

Parce qu’un blogue, c’est quoi finalement? C’est un web-log, un journal personnel. Et quand ce journal ne te sert plus, c’est-à-dire quand tu te sens forcé d’y écrire, alors il faut cesser et passer à autre chose. Car notre temps et notre énergie sont limités.

Écrire à tous les jours, ou plusieurs fois par jours sur un blogue, à mon avis ça démontre qu’on a de l’espace pour faire davantage. (Sauf si bien sûr c’est son métier ou si on aspire que ce soit son métier). On a de l’espace pour devenir de meilleurs humains, c’est-à-dire fermer ce putain d’ordinateur et aller prendre l’air un peu. Aller dans le vrai monde, réaliser ses rêves. Se réaliser. Trouver un moyen de gagner sa vie tout en ayant du plaisir; se payer une voiture, une maison, avoir une jolie femme, des enfants, une bédaine de bière ou de hamac et rester là les deux pieds dans le ruisseau à se dire que la vie est belle. Oui, la vie est belle.

Ça va en surprendre quelques-uns, car ça détonne de mon ton agressif, mais la vérité c’est que je suis heureux. Oui. En fait, peut-être pas à 100%, mais plus heureux que jamais depuis longtemps. Et c’est pour ça que UHEC était devenu une sorte de déversoir de trop-plein d’émotions négatives; n’ayant plus l’énergie pour des textes rationnels et d’analyses politiques (je mets mon énergie rationnelle ailleurs, dans un projet qui me permettra de bien vivre plus tard.. et bien vivre est un euphémisme.) je n’écrivais donc que quand quelque chose me choquait assez pour que je laisse de côté mon projet boursier pour venir écrire.

Avec le résultat qu’on a vu dans le ton.

(N.B. Je pense ce que j’ai écrit, mais le ton était souvent très peu recommandable. Mais je pense tout ce que j’ai écrit, surtout à propos du caractère urgent et pitoyable de la situation du français à Montréal, principalement dans l’ouest de la ville.)

Je ne veux plus imposer ceci à Jimmy, et à lutopium. Jimmy est un excellent blogueur et il a beaucoup de rigueur. Il mérite de pouvoir se concentrer sur son propre blogue et sa propre vie sans avoir à lire mes opinions personnelles à tous les jours. Car c’était bien ce qu’était devenu UHEC: le véhicule de mes opinions personnelles. Un véhicule qui me convenait, à moi seul et à personne d’autre.

Je tiens à remercier Jimmy pour son appui indéfectible et d’avoir été là depuis presque le tout début. Ta plume s’est beaucoup affinée Jimmy, et tu es devenu un blogueur aguerri, et j’irai régulièrement te lire, quand le temps me le permettra.

J’aimerais aussi remercier lutopium . On ne s’est pas beaucoup connu car tu es arrivé à un moment assez rock’n’roll, mais j’ai beaucoup aimé te lire et je vais continuer de le faire. Tes textes allient la précision d’une analyse approfondie doublée de l’ouverture du questionnement. C’est rare, et c’est super!

Merci aussi à Inkoghnito pour ses caricatures vraiment réussies et pour son humour qui a sû détendre l’atmosphère.

Et merci à Renart pour sa contribution pendant la plus grande partie de la vie de ce blogue. Nous nous sommes laissés d’une manière disons… euh… plutôt nulle, et j’ai plus que ma part de responsabilités. Je te pris d’accepter mes excuses si je t’ai offensé ou si j’ai trop réagi à certaines de tes commentaires à mon égard. Tu es un excellent blogueur, et j’ai vu ton potentiel quand je t’ai demandé de te joindre à UHEC. Tu fais partie de la petite catégorie de ceux que je vois devenir blogueur professionnel et qui pourraient être rémunérés pour bloguer. Je ne suis pas d’accord avec tes idées politiques, mais c’est justement le fait que tu ne prends pas position, ou jamais clairement, qui t’ouvrira les portes vers un plus grand lectorat. Bonne chance et merci de ta contribution.

Merci à tous les lecteurs habituels, passés ou présent. À Mia, à Manx, à Martin Beaudin-Lecours, à Jacques Saint-Pierre, à Philippe David, à H. Dufort, à Christian Rioux, à Tenace, à Dei Leitz (scuse j’oublie toujours comment l’écrire au complet), à Frank, et à tous les autres que j’oublie. UHEC a été un blogue vraiment mais vraiment intéressant et palpitant, avec des dizaines de commentaires chaque jour, pendant presqu’un an. Grâce à vous. Et c’est cette énergie qui m’a permis, un temps, de sacrifier beaucoup de temps pour essayer de rendre ce blogue le mieux possible, tant au niveau de l’apparence que du contenu.

Ceci dit, je ne range pas complètement ma plume de blogueur. J’ai un nouveau blogue: Le Dernier Québécois. À quoi s’attendre sur ce blogue? À n’importe-quoi. Oui. Y a pas d’étiquette, pas de limites. Je vais écrire ce que je veux, quand je le veux, et ça va saigner en masse ça c’est sûr. Et parfois ça va être plus plate qu’une toune de Mariah Carey. Et puis… Et puis quoi? Peut-être un texte par semaine, et peut-être le 8759e rang sur toutlemondetopmuchmachinchouette. Rien à cirer. J’ai décidé d’organiser ma vie différemment. Désormais, le centre de mes hobbies n’est plus l’activité de bloguer, certes intéressante mais absolument sans débouché en ce qui me concerne, mais mon programme de transactions boursières automatisées.

Le système est injuste, ça je vais toujours le dire. Il faudrait davantage répartir la richesse et taxes plus lourdement les riches, ça je ne changerai pas d’idée, même quand je gagnerai beaucoup plus d’argent. En attendant, je tente d’y faire ma place, conscient que c’est un système injuste quand même. J’ai déjà beaucoup donné côté implication sociale, et maintenant c’est le temps de récolter un peu.

Ce qui ne m’empêchera pas de continuer à faire réagir, à faire sacrer, à attirer les insultes, à faire rager, à me faire dire « je ne te lirai plus jamais » (sachant que c’est faux), à me faire traiter de borné, etc. Sauf que je le ferai en mon nom, sur mon blogue, et en ne vivant plus dans l’ombre d’un projet qui voudrait de tout coeur redevenir ce qu’il était mais dont je n’ai plus le temps et l’énergie à lui rendre.

Merci à tous!

Le Dernier Québécois