À tous ceux qui ont voté vert…
12 mai 2008

Avez-vous noté que le nom officiel du parti est « Parti Vert du Québec / Green Party of Quebec)? Voilà qui en dit long sur ce qui nous attendrait si jamais nous étions assez caves pour voter pour ce parti unidimensionnel et hostile à la primauté du français au Québec…

À part de ça? 2,50% pour le Parti Indépendantiste dans Bourget. Un excellent départ pour une première élection. Ça promet!

p.s. Le nom officiel de l’ADQ est « Action démocratique du Québec / Équipe Mario Dumont ». Il est le seul dans son équipe et ça paraît! ADQ quatrième dans Bourget et cinquième dans Hull! Bye bye mon Mario, meilleur chance au siècle prochain avec tes vieilles idées!

Publicités

Les croque-morts
10 mai 2008

Vendredi matin, j’attendais en ligne au Jean-Coutu. Soudain, je vois passer quatre hommes en complet noir, au regard sombre et solennel: un petit blanc à l’avant, suivi d’un grand brun et de deux jeunes aux cheveux lichés ayant l’air de flotter dans leur costume. Un enterrement, voilà de quoi ça avait l’air. Mais qui enterrait-on, au fait?

« Bonjour, je suis votre candidat Denis Mondor » lance le petit aux cheveux aussi blanc que l’agent Glad. Et derrière, un Mario Dumont le dépassant de près d’une tête prend son air de chipmunk et lance un « bonjour » en serrant des mains. Des mains qui, il faut l’avouer, ont été timides à s’avancer vers la sienne. Moi, j’ai refusé. J’ai des principes.

Quand même il ne manque pas d’air ce Dumont de descendre dans un des quartiers les plus pauvres de Montréal pour défendre ses politiques néolibérales responsables depuis près de vingt-cinq ans de la stagnation de la classe moyenne et de l’écart grandissant entre une minorité de riches et une marée déferlante de nouveaux pauvres. Ça fait vingt-cinq ans qu’on nous impose des politiques de droite, et lui, le Dumont, il en veut davantage, car à son goût ça ne bouge pas assez. Davantage de ce qui nous appauvrit depuis vingt-cinq ans? Non merci!

Si les gens de Bourget se respectaient un peu plus, c’est pas des poignées de main qu’ils donneraient à Denis Mondor et à Mario Dumont, mais des claques dans le visage, au nom de tous ceux – et leur nombre augmente – qui voient leurs conditions de vie se dégrader à cause de politiques économiques irresponsables proposées par une droite vieillotte et dépassée.

Ce parti qu’on enterrera lundi le 12 mai dans Bourget, c’est l’ADQ.

Je voterais…
14 avril 2008

Le 12 mai ce sera jour d’élection dans ma circonscription. Avis aux intéressés: mon vote est toujours libre, c’est-à-dire que je suis ouvert aux commentaires (si vous payez le cognac-gnac-gnac) et que j’ignore toujours où je placerai mon « X » fatidique. Voici tout de même quelques réflexions.

Je voterais ADQ si le parti n’était pas centré autour du chef et celui-ci était prêt à n’importe quelle bassesse pour obtenir un vote de plus.
Je voterais ADQ si l’ADQ n’était pas un ramassis de préjugés de droite de régionaleux prêts à tout détruire au nom d’on-ne-sait-pas-trop-quoi-finalement.
Je voterais ADQ si le parti était en faveur de l’indépendance du Québec.
Je voterais ADQ si le candidat dans mon comté n’avait pas l’air de l’agent Glad ayant fumé deux gros bats.

Je voterais PLQ si le parti n’était pas une succursale de l’IEDM.
Je voterais PLQ s’il n’y avait pas eu le Suroît, le Mont Orford, les écoles juives et toutes ces autres démonstrations d’un parti qui se fout du monde.
Je voterais PLQ si on arrêtait de prendre le monde pour des caves avec la nouvelle campagne qui met en valeur la construction de routes; hey les caves, peu importe le parti on va toujours en avoir des routes!
Je voterais PLQ si le parti était indépendantiste.
Je voterais PLQ si le parti n’était pas dominé par une petite clique d’anglophiles outre-montais qui boivent du vin casher le samedi après-midi.

Je voterais PQ si Pauline Marois n’était pas la cheffe de ce parti.
Je voterais PQ si le PQ de Marois était un parti indépendantiste.
Je voterais PQ si le parti de Marois n’était pas en faveur du bilinguisme, c’est-à-dire à terme de l’assimilation complète des Québécois.
Je voterais PQ si le parti de Marois était fier d’être Québécois et s’engageait à véritablement protéger le français. Car le bilinguisme d’une minorité c’est l’assimilation.
Je voterais PQ si le PQ n’avait pas parachuté Maka Kotto dans mon comté au lieu de prendre quelqu’un du coin.
Je voterais PQ si le parti n’était pas devenu une réplique des deux autres partis de droite.

Je voterais Québec Solidaire si le parti s’opposait à la discrimination positive (je veux voter pour le talent des candidats, pas pour leur sexe);
Je voterais QS si QS ne s’opposait pas aux examens de francisation imposés aux immigrants.
Je voterais QS si QS était plus à l’écoute des citoyens en-dehors de l’île de Montréal;
Je voterais QS si Françoise David n’était plus cheffe de ce parti.

Je voterais Parti Vert si le parti avait quoi que ce soit d’autre à offrir que sa plate-forme environnementale.
Je voterais Parti Vert si le PV me proposait un candidat francophone.
Je voterais Parti Vert si le PV était moins confus en regard de sa position sur l’axe gauche-droite.

Ah, pis fuck, je vais sûrement voter Parti Indépendantiste. Au moins, c’est le seul parti (avec peut-être les communistes, mon choix numéro deux) à ne pas tenter de plaire à tout le monde et qui dit franchement ce qu’il entend faire et de quelle façon il le fera. Y en a marre de partis corrompus comme l’ADQ, le PQ et le PLQ qui sont tous à genoux devant une certaine forme de ligne éditoriale (souvent celle à Gesca Inc., qui applaudit aujourd’hui le changement de cap du Parti Québécois) censée représenter le « gros bon sens » mais qui dans les faits ne profite qu’aux élites en place.

Le 12 mai, ça va être mon gros coup de poing à la face de tous ces merdeux, particulièrement le Parti Québécois, maintenant aussi merdeux que les autres.