Harper et le citoyen Bono
9 juin 2007

George W. Bush et BonoOn peut ne pas aimer Stephen Harper, son style, ses politiques conservatrices et son arrogance. On peut lui reprocher ses positions au sommet du G8, notamment son rejet du protocole de Kyoto. On peut détester son à-plat-ventrisme devant les États-Unis ou le lobby pétrolier ou militaire. Mais on ne peut pas lui reprocher de ne pas vouloir rencontrer Bono, le chanteur du groupe rock U2.

Même si le refus du premier ministre canadien de prendre le thé avec le célèbre rockeur semble avoir profondément choqué ce dernier, il reste que c’était la bonne décision à prendre. En effet, objectivement, pourquoi Bono aurait-il plus le droit que vous ou moi de rencontrer le premier ministre canadien en privé pour lui faire part de ses doléances? En quoi Bono est-il une personnalité si importante qu’il mérite de retenir notre premier ministre à l’étranger et de prendre de son temps? Est-il un chef d’État, a-t-il été élu démocratiquement par une population qu’il doit représenter?

Évidemment, non. Et c’est là le point important de ce type de sommets: chaque dirigeant de chaque pays n’est pas là pour lui-même, mais au nom de sa population. Quand Harper parle, il parle au nom des 30 millions de Canadiens, qu’on soit d’accord ou non avec ce qu’il dit. Mais quand Bono affirme quelque chose, si sensé que ce soit, il ne parle que pour lui, et il ne représente que lui-même.

Quel est ce cirque politico-médiatique où un chanteur d’un groupe rock, millionnaire et demandant le plus souvent l’argent des autres plutôt que d’offrir la sienne pour régler divers problèmes, se croit assez important pour pouvoir rencontrer le premier ministre d’un pays, alors que les citoyens de ce même pays n’ont pas ce privilège?

Malgré tout ce que Harper peut faire de mal à ce pays, il reste qu’il prend la bonne décision en n’embarquant pas dans ce cirque et en refusant de considérer l’argent ou la célébrité comme un passe-droit obligatoire et évident vers le pouvoir politique.

Car Bono est peut-être un excellent chanteur et un homme aux idées très intéressantes, mais il reste un citoyen comme les autres.