Merci
8 décembre 2011

Ce projet a maintenant cinq ans. C’était en décembre 2006 que j’avais commencé à préparer mon premier blogue. Le nom n’est pas important; j’ai même perdu les textes. C’est en janvier suivant que j’ai commencé le blogue « Un homme en colère », sur la plateforme blogspot. Quelques mois plus tard, je créais uhec.net (UHEC = un homme en colère), qui connut pas mal de succès à une époque où les blogues avaient la cote; j’avais plusieurs collaborateurs, et ceci rendait le blogue très vivant. Un an plus tard, au printemps 2008, je déménageais à nouveau en créant le blogue « Le dernier québécois ». À l’automne, je créais « L’électron libre ». Puis, finalement, début 2009, « ledernierquebecois.wordpress.com ».

C’est l’heure du bilan.

Voici une série de questions-réponses. C’est plus simple, ou original, qu’un long texte narratif.

Question: Quel genre d’articles as-tu été le plus fier d’écrire?

Réponse: Sans aucun doute la série sur le sur-financement des institutions de langue anglaise. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à écrire un livre sur le sujet, qui sera éventuellement publié (je l’espère). J’ai aussi des textes faisant état de l’anglicisation de Montréal, de Laval, et faisant des liens entre les résultats des élections et la langue des locuteurs. En général, tous les textes qui impliquaient de la recherche statistique m’ont rendu très fier.

Q: Quel genre d’articles as-tu été le moins fier d’écrire?

R: Les histoires de règlements de compte avec le RRQ. Ça devait être fait, mais ce n’était pas glorieux. J’aurais aimé ne jamais avoir eu à m’abaisser à un mouvement de fond de ruelle comme celui-là. Ceci dit, il faut toujours terminer ce qui a été commencé. Le Réseau de résistance du Québecois (RRQ) est une organisation profondément nuisible pour le Québec. J’aurais simplement aimé ne pas avoir à l’écrire; j’aurais aimé croire que les Québécois étaient assez intelligents pour tourner le dos à des groupuscules qui toléreraient ou prôneraient, selon certains, l’intimidation, le harcèlement et servant strictement de faire-valoir à un gourou qui, dans sa Gaspésie, vit la grosse vie avec la vente d’une foule de babioles inutiles qui font croire à certains Québécois naïfs qu’ils aident la cause quand ils gaspillent en fait leur argent dans le trou noir sans fond de l’égo d’un groupe d’apparence proto-fasciste faisant davantage partie du problème que de la solution. Mon blogue a généralement été bien au-dessus de tout ce qu’a pu faire ce groupe sectaire depuis le début de son existence, ce qui, avouons-le, n’est pas difficile à battre. Il m’a suffi d’analyser les faits, de proposer des réflexions pertinentes, d’ouvrir les esprits, là où la bande de traîtres du RRQ n’a proposé que préjugés et vieux discours, s’appropriant au passage le travail et les réussites des autres.

Q: Ce sont des mots très durs. Peux-tu nuancer ton opinion?

R: Toute réussite est collective. Quand un groupe revendique en son nom les victoires collectives, il nuit à l’ensemble de la collectivité. En 2009, par exemple, Bourgeois s’était pété les bretelles comme quoi c’était grâce au RRQ que le prince Charles avait dû passer près des poubelles… Bullshit! J’y étais, et il y avait de nombreux groupes, dont la SSJB, dont le MPIQ, dont des membres et officiers du PQ et de simples citoyens, beaucoup de simples citoyens et d’autres encore, et la plus belle banderole était de la SSJB (à l’époque l’organisme n’était pas encore le prolongement de l’égo de Patrick Bourgeois). Le RRQ n’était qu’un des groupes, mais il s’est accaparé le mérite. Il a fait la même chose dans l’histoire de la reconstitution de la bataille des Plaines d’Abraham. Ce groupe sert son image et seulement son image. Il méprise les initiatives qui viennent d’autrui et s’invente sa propre mythologie. C’est typique des mouvements sectaires. Le RRQ n’est pas une organisation patriotiques, c’est une secte qui ne s’assume pas. La meilleure chose qui pourrait arriver au mouvement indépendantiste serait le démantèlement du RRQ. Ce serait une grande journée pour les Québécois, qui pourraient enfin militer dans des groupes honnêtes n’ayant pas besoin d’agir dans l’ombre pour faire progresser notre cause. NOTRE cause. Pas celle du RRQ.

Q: Pourquoi parler publiquement des actions nuisibles du RRQ et ne pas régler ça en privé?

R: Contre un mouvement qui vit dans l’ombre, il faut la lumière. Si je tentais de tout régler en privé, je serais comme eux. C’est PRÉCISÉMENT la magouille et les manœuvres cachées qui sont la cause du problème actuel. On n’arrive pas à se réinventer parce qu’il y a toujours des voyous tapis dans l’ombre à attendre le moment de brûler sur la place publique quiconque diverge de « LA » pensée orthodoxe. C’est le totalitarisme de la pensée avant celui des faits. Je ne peux même plus compter le nombre de militants indépendantistes crucifiés publiquement par Patrick Bourgeois sur sa page Facebook ou ailleurs (ce dont on m’a parlé en privé). Jamais sur les idées, toujours sur la personne. Je crois que c’est notre grosse différence: moi je critique les idées; lui il s’en prend à la nature des gens. C’est peut-être pour ça que son regroupement ressemble de plus en plus à une garderie d’adolescents prépubères; à cet âge on croit souvent que l’intimidation, c’est viril.

Q: Malgré cela, ton blogue t’a-t-il permis de vivre des expériences positives?

R: Plusieurs! Je suis passé à de nombreuses reprises à la télévision et à la radio, et j’ai pu travailler à la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) pendant un an. J’ai également pu faire mes preuves en rédigeant un mémoire de grande qualité pour Impératif français, le groupe pour lequel j’ai le plus de respect, à vrai dire. Et j’ai appris, dernièrement, à mieux comprendre la nature profonde du peuple québécois. Un grand peuple, mais un peuple qui vit tellement dans la peur et qui se sent si fragile qu’il en vient à tolérer l’intolérable. Ça s’applique notamment aux accommodements déraisonnables, et de même qu’à une certaine façon d’occuper la place publique par certains groupes.

Q: Pourquoi n’as-tu pas cessé de bloguer quand tu es entré à la SSJB?

R: À l’époque, je voyais la SSJB comme un tremplin. Faut dire: ça a été une diminution de salaire pour mois la SSJB, et ça a été très difficile de travailler dans un climat où j’avais souvent l’impression de courir après le travail et où les initiatives personnelles étaient rarement encouragées. C’est pour cette raison que j’ai gardé le blogue: j’espérais que ça me mène ailleurs. Je n’étais pas très heureux à la SSJB et plusieurs de ses administrateurs n’aimaient pas mon blogue, notamment Robert Comeau, parce que j’avais critiqué Le Devoir. C’est à ce moment aussi que j’ai eu mes premiers conflits avec le RRQ, parce qu’eux me voyaient comme le représentant de la SSJB et moi je désirais conserver mon indépendance et mon droit de dire que je pensais que leur mouvement était tout à fait merdique et nuisible, ce que je pense toujours (même si j’ai tenté de leur donner une chance, alors qu’ils ont volé mon argent… c’est une autre histoire). Tout ça pour dire qu’au moment de renouveler mon contrat avec la SSJB, je voulais juste garder le contact, faire peut-être 4-5 heures par semaine max., et que la SSJB cherchait plus quelqu’un à temps plein, et, bref, on s’est laissé d’un commun accord.

Q: Pourquoi avoir écrit un livre après avoir quitté la SSJB?

R: En quittant la SSJB, j’ai réalisé que le blogue était un médium qui ne me permettait pas de m’exprimer librement. J’ai donc décidé d’écrire mon livre à ce moment. J’ai eu un peu d’aide de la part de la SSJB, mais je leur ai fourni des données en échange. J’attends toujours d’être publié. J’ai des données exclusives.

Q: Pourquoi ce nouveau conflit avec le RRQ, dernièrement?

R: Le RRQ me reprochait souvent de ne pas être dans l’action. Ça me faisait un peu rire, considérant que je milite depuis l’âge de 16 ans et que j’étais dans des mouvements socialistes ou nationalistes avant même le cégep (j’ai même été candidat aux élections provinciales de 1998, sous la bannière du Parti de la démocratie socialiste, ancêtre de Québec Solidaire), mais toujours est-il que j’ai commencé à m’impliquer davantage, dernièrement, notamment en coorganisant une manifestation au mois d’octobre dernier. Carl Contant, chef de section du RRQ dans Lanaudière, a tout fait pour empêcher cette manifestation. Insultes, harcèlement, intimidation. Il a fallu se faire accompagner par la milice parce que des participants avaient peur du RRQ. Ensuite, on a averti le RRQ du comportement de Carl Contant, et le RRQ n’a pas sévi.

Q: Ce devait être très frustrant, non?

R: Oui, très frustrant. Normalement, une organisation crédible se doit de sévir contre un officier qui intimide des gens, encore plus si ce sont des gens qui ont la même opinion politique. Par la suite, Carl Contant est allé encore plus loin, en me diffamant, en menaçant des amis, et le RRQ n’a toujours pas agi. C’est à ce moment que j’ai appris qu’il y aurait déjà eu des menaces de « cassage de jambes » contre un ancien officier du RRQ qui a quitté le mouvement aujourd’hui. Je ne peux pas en dire davantage, mais je peux dire que ce mouvement a perdu toute crédibilité à mes yeux.

Q: Pourquoi t’en être pris à la SSJB?

R: Il y a environ trois semaines, Mario Beaulieu, président de la SSJB, m’appelait à minuit pour me dire de me méfier du RRQ. Ça faisait déjà plusieurs personnes qui me disaient qu’il avait peur lui-même du pouvoir du RRQ. Je ne les croyais pas. Mais lors de cette conversation j’ai expliqué ce qu’avait fait Contant, je lui ai donné le lien vers la vidéo où Contant menace un autre indépendantiste, je lui ai dit que c’était inacceptable. Bref, lorsque j’ai vu que Contant était responsable de la sécurité lors de la manifestation du Mouvement Montréal français, le premier décembre dernier, j’ai compris que ce n’était plus Mario Beaulieu qui était en charge de la SSJB. On dirait que c’est le RRQ qui contrôle le jeu maintenant. J’ai d’abord écrit à Beaulieu pour lui dire en privé ce que je pensais de son geste (surtout quelques jours après le suicide d’une jeune fille victime d’intimidation), mais il ne m’a pas répondu. C’est pourquoi j’ai publié l’histoire six jours plus tard, après avoir laissé beaucoup de temps à M. Beaulieu pour qu’il explique son geste.

Q: Crois-tu que le Mouvement Montréal français a perdu de la crédibilité dans cette histoire?

R: Un peu, oui. Il devient de plus en plus apparent que ce mouvement n’est qu’une façade et que les forces à l’œuvre derrière cette façade ont peut-être des objectifs nobles, mais elles ont des méthodes douteuses. Le fait de mettre un individu sous enquête policière pour menaces en charge de la sécurité (quel besoin de sécurité, au fait?) fait état d’une possible mainmise du RRQ sur le MMF et la SSJB. Le seul gagnant, dans cet histoire, est le RRQ. C’est typique des mouvements sectaires de devoir tirer les ficelles dans l’ombre. Il y a quelques personnes de quelques organisations reconsidérant leur appui à la SSJB qui m’ont demandé à voir la vidéo de Carl Contant. Ce fut fait. La vérité finit par être connue.

Q: Est-ce que le MMF peut s’amender?

R: Oui. Si la SSJB montre la porte au RRQ et dénonce publiquement les méthodes du RRQ. Gilles Duceppe, qui refusait de participer à tout événement où le RRQ pouvait se trouver, avait bien compris. La SSJB devrait s’en inspirer et refuser de participer, de financer ou d’appuyer toute initiative émanant de ce mouvement sectaire.

Q: Que répondrais-tu à ceux qui disent que tu cherches à diviser?

R: Je leur répondrais qu’ils n’ont rien compris. La force d’un mouvement ne vient pas de son unité forcée, coercitive, de gens qui marchent ensemble en se pinçant le nez. La force d’un mouvement vient de son appui populaire, et cet appui passe par un discours argumenté, cohérent, qui peut venir d’une multitude de partis ou de mouvements différents. Quand un mouvement comme le RRQ, par exemple, ou un individu comme Philippe Leclerc (l’anglomane/multiculturaliste d’Option nationale), décide ce qui doit constituer la vérité, et se permet de considérer comme extérieur au bien commun tout ce qui ne suit pas la ligne directrice, on obtient une marche forcée, précisément, qui est nuisible pour tous. Le RRQ – ou le PQ, en fait, ou la plupart des organisations en ce moment – est un mouvement non-organique, c’est-à-dire qu’il est incroyablement fragile. Il est aussi fragile qu’il a besoin de contrôler l’information. Québec Solidaire, au contraire, est un mouvement organique; le discours est très peu contrôlé et la base est plurielle. Je n’appuie pas davantage Québec Solidaire, mais je respecte tout de même un peu ce parti pour cette raison. En clair, la division ne vient pas du fait de se critiquer les uns les autres; la division vient de ceux qui veulent empêcher les critiques, qui considèrent le mouvement comme étant si fragile que toute critique risquerait de le détruire. Ce sont ces gens-là, le gros problème.

Q: Que répondrais-tu à ceux qui disent que tu es excessif?

R: Je suis excessif parce que je suis passionné. Je prends une idée, et je la pousse jusqu’à sa conséquence ultime. Les demi-mesures, pas pour moi. Je déteste ceux et celles qui croient à moitié. On croit ou on ne croit pas. J’ai cru alors je me suis donné à fond. Je ne crois plus alors j’arrête. C’est tout. Quand on est convaincu d’avoir raison, et quand on a des statistiques, des données, un argumentaire, des idées et tout un coffre à outils idéologique pour appuyer cette conviction, on fonce. Sinon, ce serait comme avoir une voiture sport de l’année et la laisser dans l’entrée. J’aime mieux foncer dans le tas parce que même si je ne me fais pas d’amis, au final ce sont mes idées qui triomphent. Peu de gens le savent, par exemple, mais c’est moi le premier qui a constaté l’anglicisation particulièrement rapide de Laval et qui a compilé ces données. Aujourd’hui, la cellule du RRQ prend l’essentiel de ce travail et se l’approprie; sauf que c’est correct. C’est comme ça. Les idées n’appartiennent à personne. Ce qui compte, ce n’est pas le véhicule. Ce qui compte, ce sont les idées. C’est ça que de nombreuses personnes ne comprennent pas. Pour vouloir être indépendant, il faut se questionner sur cette indépendance et faire le combat des IDÉES, pas celui de savoir si le véhicule doit être le Parti Québécois, Québec Solidaire ou Option nationale. Un mouvement qui tue les idées tue l’indépendance. Un mouvement qui se concentre uniquement sur le comment tue l’idée du pourquoi. Voilà d’ailleurs, en passant, une des raisons pour lesquelles je dis que le Parti Québécois et Option nationale se ressemblent beaucoup (trop).

Q: Tu crois que le RRQ tue l’idée d’indépendance?

R: Oui, exactement. Le RRQ est le pire ennemi de l’indépendance. En tuant les idées, en éliminant tous ceux qui ne pensent pas et ne font pas comme le voudrait la sainte-orthodoxie du bureau politique de l’organisation, on tue toute forme de remise en question, et donc de potentiel d’arrimage avec la population. En évacuant les idées, en ne faisant que petites stratégies sur petites stratégies (comme le putsch raté alors qu’on a tenté, il y a une ou deux semaines, de saborder le PQ-Laval pour le transférer vers Option nationale), on perd de vue les idées. On tue les idées. C’est typique des mouvements sectaires: on opère une forme de rupture avec le monde extérieur, non pas en s’isolant physiquement, mais en s’isolant intellectuellement. On part du principe qu’on a raison, mais le problème est que cette analyse se vérifie de moins en moins avec les faits. Qu’on me comprenne bien: je suis indépendantiste, je veux l’indépendance. Mais on est en 2011; on ne peut pas simplement parler du combat comme étant un combat contre les méchants fédéralistes, par exemple. Aujourd’hui, il faut se battre notamment contre le cartel bancaire et contre les organisations transnationales. Le RRQ tente bien, maladroitement, de rejoindre la population sur d’autres thèmes (notamment la corruption), mais ça n’a rien à voir, en réalité, avec l’indépendance. C’est une idée secondaire, un greffon sur un tronc malade parce qu’isolé intellectuellement depuis trop longtemps. Quand je pense au RRQ, je pense à une maison fermée. J’aurais envie d’entrer et d’ouvrir toutes les fenêtres.

Q: Que penses-tu de Patrick Bourgeois?

R: Le chanteur des B.B.? Bof.

Q: Hahaha. Tu sais ce que je veux dire.

R: Hey c’est mon entrevue alors je déconne si je veux! 😛 Je pense que Patrick Bourgeois constitue la pire nuisance du mouvement indépendantiste depuis des décennies. C’est un chevalier de l’ombre; il fait faire ses basses actions par ses sous-fifres, pendant qu’il vit grâce à quoi au fond… aux t-shirts du RRQ vendus 60$? Cet individu n’a jamais rien fait pour la cause; il détruit la cause. Il a créé un mouvement rigide, hiérarchique, sectaire, qui contrôle tout de la tête jusqu’à la base (et non l’inverse, comme ce serait le cas dans un mouvement sain) et qui décourage toute pensée divergeant de celle du « cheuf ». Son RRQ constitue un rassemblement d’individus dysfonctionnels à qui on fait croire qu’ils aident la cause indépendantiste parce qu’ils achètent une guenille à 35$ ou qu’ils boivent de la bière entre gros bras une fois par semaine. Le RRQ n’a jamais rien fait pour l’indépendance. Même quand il fait des actions, il met toujours sont logo avant son message. Le message du RRQ, c’est: RRQ.

Q: Pourquoi ne pas simplement ignorer le RRQ?

R: Ses membres sont partout! J’avais réussi à les ignorer tant bien que mal, mais c’est rendu difficile. Ils vivent pour les médias. Ils n’agissent que s’il n’y a des médias. Ce sont des vampires médiatiques. En ce moment, c’est assez bénin, mais un tel mouvement sectaire, s’il n’est pas arrêté, pourrait causer beaucoup de dommages à long terme.

Q: Est-ce que tu fermes ton blogue?

R: Oui. Non.

Q: ?

R: Je prends une pause. Je déménage.

Q: Est-ce que ça a quelque chose à voir avec le RRQ?

R: Pas du tout! J’avais annoncé mon désir d’arrêter il y a six mois, soit bien avant les plus récents conflits. Disons simplement que le RRQ a contribué à réduire mon désir de militantisme au minimum. Je suis juste… ben tanné. Je ne vois plus l’intérêt de continuer. Ça fait cinq ans; j’ai fait le tour. Tout recommence. C’est toujours la même chose: Montréal s’anglicise, les riches sont plus riches, les pauvres plus pauvres, le PQ est dans la merde. Y a rien qui a changé en cinq ans. Y a rien qui va changer. Les Québécois veulent disparaître. C’est ce que je crois maintenant. Se battre contre une montagne, quand on regarde à sa gauche et qu’on voit des ados attardés du RRQ et à sa droite une population à genoux. Non merci.

Q: Tu parles beaucoup du RRQ, pourtant, pour quelqu’un qui veut les ignorer et qui dit que ce sont des incapables.

R: Oui, je sais. Le RRQ représente, à mes yeux, l’essence de ce qui ne fonctionne pas. Je pourrais inclure d’autres groupes. Il y a trop de gens qui pensent que des partis mollassons comme le PQ et radicaux comme le RRQ constituent deux extrêmes. En fait, ce sont deux faces d’une même médaille, soit celle des magouilles, des manœuvres cachées et de la peur des débats publics. Le PQ de Pauline Marois ressemble beaucoup au RRQ de Patrick Bourgeois; c’est d’ailleurs typique des organisations dirigées d’en haut. Le fait que je parle du RRQ exprime, à mes yeux, un problème plus fondamental, soit, comme je l’ai dit plus haut, la peur séculaire du peuple québécois de ne pas être à la hauteur, et cette crainte irrationnelle de croire que de faire les débats en public de ou se critiquer constructivement pourrait mener à notre affaiblissement. Marois, Bourgeois, ont la même peur, au fond: perdre leur petit piédestal. Toute critique contre leurs organisations respectives est une critique du chef. Toute dissidence est éliminée. Je parle du RRQ parce que je connais mieux le RRQ que le PQ. J’ai reçu des dizaines (bon, ok, neuf ou dix personnes différentes) de courriels ou de messages au cours des dernières semaines me donnant de l’information à propos d’actions nuisibles de la part du RRQ (je garde ces informations comme un « Joker » si jamais le RRQ s’en prenait à moi). La tentative de détourner le PQ-Laval vers Option nationale ne constitue que la pointe de l’iceberg. L’idée, en bout de ligne, c’est que ces actions cachées nuisent à tout le monde. Si on veut embarquer la population, il faut ne pas avoir peur des débats publics et avancer à masque découvert. Sinon, tout est perdu.

Q: Crois-tu que le français va survivre?

R: Je le crois de moins en moins. Je crois de plus en plus que tout est fini. La population a accepté de disparaître. Les années soixante, c’était un dernier regain de vie dans une cause perdue. C’est trop d’énergie à dépenser, trop difficile. Je vais continuer à parler uniquement français sur le territoire du Québec, mais je vais le faire à titre personnel. Je me réserve le droit d’avoir un regain d’énergie, mais je crois que l’heure n’est plus à l’action. Il faut redevenir semeurs. Et, croyez-moi, la récolte est très très lointaine.

Q: Tu es défaitiste.

R: Oui. J’entrevois de gros changements économiques au cours de la prochaine décennie, ce qui conduira à une « simplification rapide » (effondrement) de la plupart des structures héritées de la Révolution tranquille. La Loi 101, déjà, n’existe plus qu’en façade. Les gens n’y croient plus. Ils ont baissé les bras. Et quand ils voient des voyous se proclamer patriotes, ils décrochent encore davantage.

Q: Te considères-tu comme un militant?

R: Non. Ce fut ma grosse erreur. Peut-être ma pire erreur. J’ai déjà milité, mais je ne suis pas un militant. Un militant, c’est quelqu’un qui se définit par son action. Un militant, c’est quelqu’un qui accepte de se laisser endoctriner par sa cause. Non. On peut militer, mais on n’est pas un militant. Quand on devient un militant, on est déjà sclérosé, on a déjà cessé de penser. Quand on est un militant, on ne remet plus rien en question et on fait l’inacceptable pour « la cause ». Moi, je suis un penseur. Quand la SSJB est venue me chercher, elle a cru que j’étais un militant. Je suis un militant dans la même mesure où Victor Lévy-Beaulieu peut être un militant (bien que celui-ci ait beaucoup plus de talent que moi). J’ai milité, mais sans cesser d’être un individu à part entière. Et ça, pour certains, c’est très dangereux.

Q: Combien de textes as-tu publiés?

R: 973, avec celui-ci. J’aurais bien aimé me rendre à 1000… Mais qu’est-ce que cela aurait changé?

Q: Combien de personnes ont visité ton blogue, en moyenne?

R: En 2007-2008, environ 400 personnes uniques par jour. En 2009, environ 600-700, avec des pointes à plus de 2000. En 2010-2011, environ 400 personnes.

* * *

Merci à ceux qui m’ont suivi depuis ces cinq dernières années. Je me suis fait beaucoup d’ennemis, mais quelques amis aussi. Et j’aime mieux être apprécié de quelques personnes qui en valent la peine que d’une masse d’imbéciles qui se pensent patriotes parce qu’ils vont harceler des maires francophones sur la rive-nord ou qui gaspillent leur argent pour payer le train de vie du cheuf ou un avion à 1000$ avec une banderole.

Le blogue est né, il a vécu, et il est temps de tourner la page.

Oh, je vais sûrement écrire encore. Je vais d’abord déménager mes textes ailleurs, au cours des prochains mois (mon abonnement se termine en février, je crois, et je n’ai plus les moyens de me réabonner). Je vais les laisser car il y a une foule d’informations utiles dans ceux-ci, notamment des statistiques et des résumés. Ensuite, je vais peut-être écrire, ou peut-être pas. Qui sait.

La leçon de base est qu’écrire constitue une œuvre de communication. On écrit quand on a quelque chose à dire. Il y en a qui en font un métier; on peut penser à un larbin comme Bock-Côté qui se fait le porte-parole de Péladeau et qui est bien récompensé (et rémunéré) malgré son absence totale de talent. Je ne voudrais pas devenir comme ça. On peut dire que je suis présomptueux, mais je trouve que j’ai trop de talent pour terminer comme un Bock-Côté, un Éric Duhaime, un Richard Martineau et autres cruches qui polluent la place publique. Ces gens sont les représentants du patronat. Ce sont des idiots utiles interchangeables. Ils n’ont rien à dire, ils n’ont pas de talent, et ils sont simplement récompensés parce qu’ils sont dociles. Non, ça ne m’intéresse pas.

Je crois que le vrai pouvoir se trouve dans les livres. On peut se servir de baudruches comme Bock-Côté ou Duhaime pour passer un message de propagande de droite très rapide et sans consistance, mais le livre, lui, travaille sur le fond des choses. Il nourrit une terre souvent stérile et il prépare la relève. En étant moins dans l’immédiat, dans la rétroactivité souveraine, il peut prendre le temps d’établir un discours cohérent, complexe, violent. On ne s’y perd pas en guerres de ci ou de ça comme sur un blogue. On ne se laisse pas affecter par le bruit de fond que constitue le quotidien.

L’idée, c’est de s’expatrier sans s’expatrier. Pas besoin de fuir comme un Sylvain Racine, par exemple, qui a fuit vers la Suède et qui se pense Grand Patriote parce qu’il pond un ou deux textes ordinaires sur Vigile une fois de temps en temps. Non, ça c’est la lâcheté.

Le livre, c’est l’expatriation imaginée, c’est le réel enraciné ici, mais qui s’ouvre au vrai en élargissant ses horizons, loin du babillage ambiant.

Donc, merci à ceux qui m’ont lu toutes ces années. Vous me relirez peut-être à un autre moment. Mais je n’ai plus d’énergie à perdre dans des guerres stériles.

La colère est piètre conseillère et la colère ne m’aide pas à réaliser ce que je veux réaliser. Je sais que ce texte lui-même comporte son lot de colère, mais j’ai tenté de l’exprimer le plus rationnellement possible, malgré la haine que je ressens pour certain mouvement. C’est mon baroud d’honneur, et je l’assume pleinement. C’est ma dernière bière avant la cure, ma dernière virée avant le mariage, choisissez l’image qui vous plaît. Je dis ce qu’il en est, et je passe à autre chose. Et si quelqu’un croit que j’invente quoi que ce soit, grand bien lui fasse.

J’ai dit la vérité, je me sens bien maintenant. Je passe à autre chose.

Avec ce blogue. Dans ma vie.

La page est tournée.

Ce n’est même pas un « au revoir ».

Simplement: à plus tard.

Quand, peut-être, j’aurai de nouveau la foi.

En attendant le livre
5 octobre 2010

Il ne s’agit ni d’une pause ni d’un rangement définitif du clavier. C’est l’histoire d’un changement. L’histoire d’une évolution, d’une nouvelle façon de m’exprimer. Si ça se trouve, ça ne fera pas long feu. Mais qui sait. Ça faisait déjà quelques fois que j’en parlais, mais je suis de plus en plus sérieux avec mon projet: je travaille sur un livre et j’ai donc moins de temps à consacrer à ce blogue.

En tant que tel, je fais sensiblement la même chose qu’avant, à l’exception que je retiens volontairement les statistiques que je compile, les liens que je fais, les idées que je propose. Je les garde, égoïstement, avec l’idée de les offrir d’une seule traite, dans un format me permettant de pouvoir aller un peu plus au fond des choses.

Je ne sais pas encore quelle forme définitive cela prendra. J’hésite entre le libre-parler et le « dans ta face » de mon blogue ou l’approche plus factuelle que j’ai pu expérimenter pendant l’année passée à la SSJB ou dans les mémoires que j’ai écrit pour le MMF ou Impératif français. Peut-être y intégrerai-je un peu des deux, quoi que cela devra être bien fait. Le ton devrait ressembler, dans l’idéal, à celui que j’ai adopté lors de la présentation du 23 septembre dernier, à l’Assemblée nationale. Voici d’ailleurs un extrait pour ceux qui n’avaient pas réussi à ouvrir le fichier dans un précédent billet.

En attendant, je recherche, j’accumule, je découvre. J’ai déjà des données que je suis probablement le seul à avoir. Et des idées originales, également. Je ne peux en dire davantage. Qui vivra verra. Ou peut-être pas. Allez savoir.

J’ai découvert plusieurs choses dernièrement:

  1. Mon départ de la SSJB et du MMF (que j’ai choisi, en vérité, afin de garder mon indépendance) pourrait constituer une bonne chose, car j’étais intellectuellement vidé après chaque semaine, tandis que je suis en mesure d’accomplir beaucoup plus de travail personnel en ce moment;
  2. J’ai trop perdu de temps sur Facebook en luttes stériles et en chicanes inutiles. Chaque heure gaspillée pour essayer de convaincre un cabochon de changer d’idée est une heure que j’aurais pu investir pour convaincre mille personnes d’une meilleure manière;
  3. La réputation est quelque chose qui a une certaine importance.  Je me suis tellement foutu des qu’en-dira-t-on que j’ai nui de manière durable à ma réputation auprès d’une certaine clientèle du web.  Je crois que je garderai certaines de mes réflexions pour moi à l’avenir, ou plutôt que je prendrai le temps de mieux choisir mes luttes et de canaliser mes critiques (je n’arrêterai pas de dénoncer l’immobilisme péquiste pour autant, soyez-en sûr);
  4. Le blogue peut être un excellent outil d’auto-promotion, mais il ne peut pas constituer une fin en soi, à moins de se satisfaire d’une situation où il faut perpétuellement condenser son message sans jamais prendre le temps de bien s’expliquer;
  5. Le blogue est temporaire, le livre reste.  Et peu importe la forme du livre du futur (j’ai la conviction que le format papier vit ses dernières heures), un livre est complet par lui-même alors que le blogue ne peut l’être que par le travail acharné de lecteurs persévérants cherchant à relier un ensemble de textes en apparence disparates.  Autrement dit: si je meurs en bloguant, rien ne reste, mais si je meurs après avoir écrit un livre, celui-ci me survit.  Et je survis donc à travers ce livre.  Je façonne une œuvre complète, je finis le casse-tête plutôt que de m’être contenté de numéroter les pièces.

Je ne me suis fixé aucun échéancier précis.   J’aimerais cependant avoir fini la recherche quelque part cet hiver ou au début du printemps, et avoir fini l’écriture vers l’été prochain.  C’est ambitieux, considérant que je ne dispose que de quelques heures par semaine, mais ce n’est pas impossible.   On verra.

En attendant, je reviendrai sûrement écrire ponctuellement sur ce blogue, que ce soit pour dénoncer l’anglomanie de nos élites, la francophobie de nos ennemis ou la situation absolument catastrophique de l’intégration au français dans la région de Montréal (tiens, j’aurais pu écrire un texte sur ces jeunes d’une école secondaire francophone de Laval ayant été au palais de justice pour dénoncer un chauffard ayant tué une de leurs camarades et ayant apporté des affiches unilingues anglaises…).   Vous pourrez juger de la progression du livre selon la fréquence de mes interventions ici.

En attendant, le combat pour le français continue.  Différemment, mais il continue.

« Tant qu’un peuple n’est envahi que dans son territoire, il n’est que vaincu; mais s’il se laisse envahir dans sa langue, il est fini. »
– Louis de Bonald

Bilan de fin d’année (merci!)
9 décembre 2009

La fin d’année, c’est l’heure des bilans. Je n’aime pas attendre le 31 décembre ou le premier janvier; le temps des fêtes jette souvent un regard un peu trop jovialiste ou pessimiste (dépendant si on a la chance ou non de passer de belles fêtes) sur sa situation. Je préfère le faire un peu avant, surtout que je serai très occupé d’ici à la fin du mois, écartelé entre un emploi dans le public qui exigera beaucoup de moi et mes responsabilités dans le cadre d’un contrat avec la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Et ce blogue, bien sûr. Ce blogue.

bilan

Ce qui fut un modeste carnet des vicissitudes de mon quotidien de travailleur ayant beaucoup de temps libres pour penser, pris dans sa voiture quelque part en direction de Ville Saint-Laurent, où je travaillais, s’est métamorphosé en projet de carrière. Trois années se seront écoulées dans un mois. Trois années de hauts et de bas, mais j’avance, indubitablement, vers mon destin.

Et cette année, malgré les doutes quant à mes choix, malgré les incertitudes, malgré la peur de me tromper, j’ai cheminé. J’ai quitté Ville Saint-Laurent pour me rapprocher de chez moi, avec l’espoir d’avoir davantage de temps pour écrire, et j’ai été bien récompensé.

D’abord, vous, lecteurs, êtes trois fois plus nombreux qu’il y a un an. Ce n’est pas rien. Je dois vous remercier. Ce blogue ne serait rien sans vous. Merci. Et je dois dire que le pari que j’avais pris, à l’été 2008, de miser sur la qualité et la fidélité de mes lecteurs, a été payant: je crois sans pouvoir me tromper que ce qui fait la richesse de ce blogue ne provient pas tant de ce que j’y ai écrit, mais de la très grande qualité des commentaires qu’on peut y lire. On peut être d’accord ou non, s’enrager contre autrui, mais je n’ai eu, en un an, qu’un seul commentaire à modérer, ce qui démontre que si les discussions ont été viriles, elles ont également été respectueuses. Le blogue atteindra les 20 000 commentaires d’ici un mois, et je crois que ceux rédigés dans la dernière année ont été de grande qualité.

Ensuite, je me suis rapproché du monde des médias et j’ai appris à maîtriser ma capacité à parler en public et à améliorer mes talents d’orateur. Grâce à ce blogue, encore une fois. Grâce à la certitude, en lisant les commentaires, que ce que je faisais dépassait ma petite personne et que je devais prendre des risques. C’est dans cette optique que j’ai accepté des entrevues radiophoniques, télévisées et que je n’hésiterais plus trop à le faire, malgré mon malaise et ma préférence naturelle à être derrière la scène (pour le moment, du moins).

Et finalement – le plus important – je me suis trouvé un emploi de qualité à la Société Saint-Jean-Baptiste. Si j’ai fait diverses tâches dans un contrat depuis le début de l’automne, j’ai finalement signé un document d’embauche, ce qui signifie que je serai officiellement Chargé des communications de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal à partir du 5 janvier prochain. Je ne saurais exprimer toute la reconnaissance et la chance que j’ai; je vais être payé pour faire ce que j’aime faire (convaincre) et de la manière dont j’aime le faire (principalement en écrivant) pour une cause qui me tient à coeur (la persistance du peuple québécois et de ses valeurs). Je suis béni des Dieux. Davantage de stress, certainement, mais beaucoup plus valorisant! J’y travaillerai à temps partiel tout en conservant quelques journées par semaine dans mon emploi actuel.

Pour 2010, mes objectifs? Continuer à écrire sur ce blogue, même si j’aurai moins de temps. Je sais pertinemment qu’un blogue moins régulièrement entretenu attire moins de lecteurs, mais je dois évoluer. Ce blogue m’a servi de tremplin, et il pourra encore me servir si je veux continuer dans la voie que j’ai choisie. J’espère toujours continuer à dénoncer les injustices, à me battre littérairement pour les plus démunis ou pour le français. Et je me mettrai toujours disponible pour ceux qui auront besoin de mes humbles talents pour l’écriture d’un discours ou de quelque autre activité.

Faire ce que j’aime et faire avancer le Québec, voilà ce qui m’enchante. Être à la pointe d’une génération montante de Québécois qui, à l’image des premiers nationalistes du début du vingtième siècle, désirent réinventer la société et placent le combat identitaire au coeur des décisions. En finir avec le rouge d’un côté et le bleu de l’autre; en finir avec ceux qui m’accusent d’être d’extrême-droite et les autres d’extrême-gauche; en finir avec les idées préconçues mortifiées à l’avance et qui oublient l’essentiel: assurer la survie de nos valeurs et s’assurer que cette survie ne se fasse pas au détriment des plus démunis. Un nationalisme civique, inclusif, centriste, et qui ne perdra jamais ces deux objectifs de vue. Jamais.

Je ne veux pas jouer la fausse modestie; j’écris parce que ça me démange si je ne le fais pas et je veux le faire dans un but précis: libérer l’esprit des servitudes et des limites. Si j’échoue, j’aurai échoué, mais en attendant je gagne ma vie honnêtement, j’emmerde les emmerdeurs, je réfléchis avec ceux qui veulent que se réfléchissent nos lumières dans le futur et je joins ma plume et ce modeste blogue à la voix de ceux qui espèrent la survie du Québec et des valeurs qui l’ont animé depuis plusieurs générations.

Merci à tous de me lire, et je vous souhaite une année 2010 aussi bonne que fut mon année 2009!

Louis P..

p.s. Si vous trouvez le site plus rapide, vous n’avez pas la berlue; je viens de lui trouver un serveur plus rapide et qui devrait être plus stable que le précédent!

Pour en finir avec Renart Léveillé
27 juin 2009

Ce sera mon dernier texte sur la question. Je ne perdrai pas davantage de temps avec cette personne. Non content d’avoir traîné dans la boue Patrick Lagacé, il me calomnie sur son blogue. Il m’accuse de m’accrocher à lui comme une sangsue et de parler de lui sur tous les blogues. Je vais rectifier les faits.

Je me fous de ce Pascal Léveillé dans la mesure où il me laisse tranquille. Je n’avais rien écrit contre lui depuis des mois, ni sur lui, ni quoi que ce soit à propos de lui. La seule exception fut un texte sur les blogueurs-parasites où je ne l’ai pas nommé directement.

Mais lui, de son côté… Il a essayé de lancer une campagne de boycott de mon blogue. (Il a confirmé ici que c’était bien de moi qu’il s’agissait) La raison? J’avais laissé un commentaire chez Le Satellite Voyageur où je lui recommandais, face à ses blues et à son manque d’inspiration, de se laisser un peu plus de latitude et de véritablement se laisser aller, car il avait, à mes yeux, au moins 1000 fois plus de talent qu’un Renart Léveillé se contentant d’amalgamer tout ce qui se fait ailleurs sans véritablement prendre position. Pascal Léveillé y a vu une attaque gratuite, mais il s’agissait plutôt d’un exemple que je donnais à Le Satellite Voyageur afin que son blogue continue d’être de qualité et ne devienne pas cet espèce de ragoût pré-mâché de commérages édulcorés qu’est le blogue de Renart Léveillé.

Je croyais qu’il en resterait là, qu’il se tiendrait tranquille un certain moment. Mais non. Sitôt cet épisode terminé, il a eu besoin de se trouver un autre blogueur sur qui déverser son fiel. Dans un texte intitulé Pour en finir avec le Voyou du Bayou il s’acharne contre un autre blogueur, sous prétexte que celui-ci a calomnié son amie. Renart Léveillé, le justicier du web. Toujours prêt à utiliser sa petite clique de lecteurs (toujours les mêmes, en passant) contre la cible du jour. Et comme si ce n’était pas suffisant, huit jours plus tard il traîne Patrick Lagacé, mon blogueur préféré, dans la boue en l’accusant de mentir et d’être un hypocrite écrivant des conneries sous un faux nom. Tout ça parce qu’un de ses commentaires n’avait pas été publié sur le blogue de Lagacé et qu’il avait décidé de jouer les sangsues avec lui.

Alors voilà, moi je m’indigne contre sa façon d’agir. Il agit comme un petit truand qui se croit roi de la ville et qui a le droit de décider qui mérite de vivre et qui doit crever. Il n’a rien à faire de l’éthique, comme le note Martin Comeau. Son but est de faire mal, de s’attaquer à la réputation d’autrui et de calomnier confortablement assis derrière son écran d’ordinateur. Face à face avec Lagacé, Le Voyou ou moi, aurait-il eu ce courage? Il est permis d’en douter.

Sa façon d’agir est prévisible. Il fouille le web à la recherche de nouveaux textes et il court pour être le premier à laisser un petit commentaire insipide de 2-3 mots, du genre « ah oui tu as raison ». Ainsi, la personne qui reçoit le commentaire se sent valorisée et a le goût de participer au blogue de Renart. Mais dans les faits… Comme il l’avait écrit ici, Renart n’en a rien a cirer de ces blogues:

Je ne suis pas un grand amateur de blogue perso, même si j’en lis quelques-uns, mais je n’irais pas écrire en commentaire sur un de ceux que je ne suis pas, simplement : ta vie ne m’intéresse pas!

La vérité, c’est qu’il lit à peine ces dizaines de blogues qu’il fréquente. En diagonale, au mieux. Il s’assure d’être le premier à laisser un commentaire (dès qu’il reçoit le RSS du billet dans son Google Reader) et espère ainsi grossir son capital de sympathique. Ensuite, il se contente d’appliquer les principes du blogueur-parasite pour pondre ses petits billets insipides grâce au contenu d’autrui.

D’autres conflits de Renart:

Renart contre JESOPINIONS (Anti-Pollution)
Renart contre ceux qui « volent » ses photos
Renart Le Voyou du Bayou (encore)
Renart contre Le Bum Intello
Renart contre Patrick Lagacé (encore)
Renart contre un ancien-ami et contre Patrick Lagacé
Renart s’acharne encore contre moi
Renart contre un autre blogueur
Renart contre « Daniel »
Renart contre « Daniel » (encore)
Renart contre moi (encore-encore)
Renart contre un autre commentateur
Renart contre Carl Bergeron
Renart contre Martineau (encore, encore!)
Renart contre Le Bum Intello (encore)
Renart contre Élodie
Renart contre Élodie (encore)
Renart contre un autre commentateur
Renart contre Le Bum Intello (encore-encore!)
Renart contre Le Bum Intello (re-re-re)
Renart contre Patrick Lagacé (plus soft)
Renart contre un énième commentateur
Renart contre les trolls

Je n’ai rien à ajouter. Ce type ne peut vivre sur la blogosphère sans être en conflit contre quelqu’un d’autre. À toutes les deux-trois semaines, il doit ostraciser quelqu’un, s’attaquer à quelqu’un, chercher à nuire à quelqu’un. Si ce n’est pas Patrick Lagacé, c’est Le Voyou du Bayou, c’est moi, c’est Anti-Pollution, c’est Daniel, c’est un certain commentateur, c’est Le Bum Intello, etc. Toujours quelqu’un à dénoncer, toujours quelqu’un à exclure.

Pascal Renart Léveillé n’accepte pas la critique. Purement et simplement.

C’était mon dernier texte sur le sujet. Je vais continuer de me servir de lui comme référence si je veux expliquer ce qu’est le blogue-parasitage, mais je ne répondrai plus à ses vaines insultes et à ses campagnes de diffamation. Les milliers de lecteurs de Patrick Lagacé savent maintenant qui il est et de quelle façon il n’a pas hésité à traîner ce dernier dans la boue, et pour ma part, même si je n’ai que quelques centaines de lecteurs au quotidien, j’aimerais juste leur assurer que je ne perdrai plus de temps avec ces choses dans le futur. C’est un point final. Il aura beau continuer sa diffamation et de me harceler, que ce soit sur son blogue ou en privé, pour ma part je n’ai plus rien à ajouter à son sujet. Je pense à lui et je le trouve triste. Englué dans son égo surdimensionné, c’est tout. Ce type est une plaie, et il incarne la raison première pourquoi les blogues ne sont pas pris au sérieux.

Je sais déjà qu’il va publier un texte à ce sujet, cherchant le réconfort de sa petite clique de suiveux, mais pour moi c’est terminé. Je ne perdrai plus de temps avec cet individu.

Bientôt, d’autres textes, réflexions, recherches, et peut-être des scoops. C’est plus difficile que de diffamer au gré de l’égo sur le net, mais c’est beaucoup plus valorisant. D’ici là, une pause. Salutaire.

P.S. J’ai fermé les commentaires sur ce texte. Je ne veux pas relancer le débat et repartir le bal. Pour moi, c’est réellement un point final. Qu’il vive heureux et qu’il continue à diffamer gratuitement les autres blogueurs, je ne veux plus le savoir. Je sais que vous êtes nombreux à penser comme moi (et aussi à ne pas penser comme moi), mais je ne veux plus de débat à ce sujet. Le rayon des commérages et du potinage mesquin, ce ne sera plus ici. Il y a déjà un blogue tout désigné pour cela, et je crois que vous le connaissez, maintenant.

De L’Électron Libre à ledernierquebecois.wordpress.com
15 mai 2009

Oyé, oyé: ceci est ma destination finale. Après avoir blogué sous le nom d’Un homme en colère sous blogspot, d’Un Homme en colère , Le Dernier Québécois et L’Électron Libre, voici ma destination finale: ledernierquebecois.wordpress.com.

J’ai été au bout du chemin. J’ai décidé d’assumer à 100% tout ce que j’écris. Ce n’est peut-être pas très original, mais c’est moi et je me dote d’un nouvel espace de liberté.

En effet, avec L’Électron Libre, j’avais fait le choix de me concentrer principalement sur les enjeux sociaux. Désormais, je me réserve le droit de donner mon opinion sur le sujet de mon choix, de réfléchir sur n’importe quoi, de raconter des anecdotes personnelles si j’en ai envie et d’écrire quelques textes journalistiques si ça me plaît.

ledernierquebecois.wordpress.com sera ma résidence virtuelle pour longtemps, le bout du chemin, et si plusieurs m’ont déjà signifié que c’est moins original que L’Électron Libre, je crois cependant que c’est plus authentique!

Bienvenue chez moi, dans cette nouvelle version de L’Électron Libre, qui désormais a son chez-soi bien à lui!

S’il y a des bugs majeurs avec le nouveau site, SVP veuillez me contacter! J’aimerais notamment savoir si vous recevez toujours les textes par RSS. Merci.

Roman: le vrai pouvoir?
5 mai 2009

Ça fait un moment que j’y pense. Le calcul en vaut la peine: j’ai écrit 650 billets sur ce blogue, d’une longueur moyenne d’à peu près 700 mots. Pas loin de 500 000 mots en tout. Combien de pages de roman est-ce que cela fait? Est-ce que j’utilise mon talent de la bonne façon?

En fait, j’aime bloguer parce que c’est facile. Ne me dites pas le contraire. Bloguer est la chose la plus facile après péter: quand la pression est trop forte, tu t’installes devant ton ordinateur et tu te laisses aller. Ça fait du bien et le résultat est assez rapide.

Parfois, par contre, ça demande un peu plus de temps pour des textes un peu plus fouillés et on reçoit même une certaine forme de reconnaissance pour la qualité produite. Mais est-ce assez?

roman-vrai-pouvoir

Source de l’image

En fait, à mon avis, beaucoup de « lecteurs » ne lisent même pas mes textes. C’est vrai, et ne me mentez pas; je fais pareil quand je vais ailleurs: je lis en diagonale avant de laisser mon opinion. Le blogue constitue un média social où le sentiment d’appartenance à une communauté d’idées est souvent plus importante que le contenu lui-même. On peut s’identifier à un auteur en particulier (pourquoi pas moi?), mais on s’y identifie parce qu’on pense déjà comme lui. Bref, le blogue fédère des individus qui ont des idées semblables. En quelque sorte, c’est le royaume des freakos qui se sont enfin trouvés un chez-soi. Si tu dis tout seul chez toi que la Terre est plate, tu es un idiot, mais si tu le dis sur un blogue où des dizaines de personnes y commentent, tu es un héros. Allez comprendre.

En vérité, le blogue politique ne fait pas changer les idées de qui que ce soit. J’en ai fréquenté des blogues depuis une dizaine d’années, et pas un ne m’a fait changé profondément ma façon de voir le monde. Et je lis les commentaires laissés sur mon blogue et je réalise que je ne fais que renforcer les convictions de ceux qui pensent comme moi; je ne suis pas un agent de changement, mais bien un outil de renforcement positif pour ceux qui sont déjà sensibilisés à mes idées.

Alors, où est-il, la vrai pouvoir?

Et s’il était dans le roman?

Trois livres ont principalement façonné ma façon de voir les choses: « Les Misérables » de Victor Hugo, « Germinal » de Émile Zola et « Le meilleur des mondes » d’Aldus Huxley.

Le premier m’a appris qu’un homme peut changer. Tout le monde peut commettre des erreurs, voire des crimes, mais a le potentiel de se repentir et de faire le bien. C’est souvent la pauvreté qui engendre la criminalité et de s’acharner sur quelqu’un qui commet un crime et qui veut s’en repentir est contre-productif.

Le second m’a enseigné le pouvoir de la collectivité. Nous sommes davantage que la somme de nos petites misères quotidiennes et tant que nous percevons notre sort comme étranger à celui de notre voisin nous sommes vulnérables à l’exploitation. C’est grâce à l’union de nos forces que nous pouvons changer les choses.

Le troisième m’a expliqué le pouvoir d’un totalitarisme au visage souriant. Des gens en apparence libres et aux moeurs on-ne-peut plus libérées sont pourtant prisonniers de leurs passions et de leur condition. On peut avoir l’impression d’être libre parce qu’on fait des choix mais ces choix sont souvent conditionnés et prévisibles.

Beaucoup d’autres livres ont changé ma vie, mais ces trois-là ont eu un impact considérable sur ce que je suis. Évidemment, de nombreux textes journalistiques (dont ceux du Monde diplomatique, le meilleur journal au monde) ont modifié ma vision du monde, mais la plupart ont surtout contribué à renforcer des convictions qui ont été établies par des réflexions issues de romans qui ont su laisser une empreinte émotive et intellectuelle durables sur ma vie.

Voilà pourquoi je songe à moins bloguer et à utiliser mon énergie créatrice pour écrire un roman. Je crois que le réel changement s’y trouve. Le roman est le summum de la manipulation; on ne peut le survoler comme on survole un texte journalistique et un bon auteur arrive à faire passer toutes ses idées à travers la richesse de ses personnages. L’émotion qu’on y met peut créer une empreinte durable chez le lecteur et l’inciter à modifier sa vision du monde. On a tout le temps de bien se faire comprendre.

En somme, je réfléchis à la possibilité d’aller à la source. Je ne veux plus seulement constituer le renforcement positif d’une minorité de gens qui pensent comme moi mais être à l’origine d’un réel changement de valeurs. Je ne veux plus expliquer en détails pourquoi telle ou telle politique est un échec, mais je veux peut-être l’illustrer, non pas en m’y attaquant de front mais en confrontant les valeurs à la base de celle-ci. En illustrant le vécu d’un personnage qui représente la vivacité de ces valeurs.

Pour le moment, il ne s’agit que d’un projet. Je continue à lire mon livre aux deux semaines (vingt-cinq livres par année depuis vingt ans, ça commence à paraître!) et je continue de ruminer sur tout ça. Si jamais je devais décider de me lancer, cela signifierait que je délaisserais ce blogue afin de concentrer mes énergies dans un projet qui me permettrait d’espérer obtenir un revenu d’appoint pour mon art.

Car oui, au-delà de toutes les justifications, écrire est un art, que ce soit dans un roman ou un texte journalistique. Et si après une bouteille de vin et un cocktail bien alcoolisé j’arrive encore à faire un tantinet de sens ici, c’est sûrement parce que je maîtrise cet art. Pas encore assez (ce ne sera jamais assez), mais assez pour me donner le goût d’aller plus loin dans ma réflexion et d’anticiper une réorientation de mon énergie créatrice vers l’écriture d’un roman.

Au-delà de la logique implacable de plusieurs de mes textes, j’ai le goût de me laisser aller un peu, de donner une couleur et une substance à ce que j’écris.  De faire vivre le monde non plus seulement de manière rationnelle, mais bien émotionnellement.   Je sais que j’ai du talent pour écrire des textes journalistiques, mais ne je suis pas un chercheur dans l’âme; je suis un rêveur, un philosophe.  La matière première d’un journaliste est l’information, mais la mienne est la réflexion.  Et j’ai le goût d’y ajouter l’imagination.

Pardonnez-moi ce billet étrange.  Je suis vraiment pompidou, mais ces réflexions ne sont pas la conséquence de l’alcool mais bien la résultante de mois de réflexions.  Peut-être est-ce simplement la réduction des inhibitions engendrée par le nectar de Bacchus qui m’incite à en parler ici ce soir.

Tout comme Alex l’été dernier, j’en suis là aujourd’hui. Ah, et puis fuck, je vais faire comme lui et vous demandez ce que vous en pensez: Seriez-vous intéressés à me lire si j’écrivais de la fiction?

Pour vous mettre en appétit:

Mitch souleva un fin nuage de poussières lorsqu’il arrêta brusquement sa vieille Mercedes sur un chemin de terre n’ayant probablement pas vu de pluie depuis des semaines. L’église s’élevait à sa droite, indécente au centre d’une végétation jaunie par la sécheresse. Elle se dressait au milieu de nulle part, bordée de quelques rares habitations décrépies, triste festin pour les insectes et les animaux. S’il y en avait, car on n’entendait aucun bruit, aucune cigale se lamentant dans la chaleur écrasante de cette fin de canicule, aucun moineau voletant au gré des courants ascendants annonciateurs d’un changement de température, aucune âme qui vive. Le temps semblait figé dans une soupe laiteuse que même le soleil avait de la difficulté à percer.

L’église avait connu des jours meilleurs, mais semblait tout de même bien résister aux ravages du temps. Très vieille et à un seul clocher, l’édifice de pierre plus que centenaire arborait des plaques de bois aux hautes fenêtres qui avaient du, en des temps plus prospères, éclairer le visage de dizaines de fidèles buvant la parole du Seigneur. Le toit était rouillé mais intact, la porte avait été scellée à l’aide d’un gigantesque cadenas protégeant le lieu saint depuis au moins la seconde guerre mondiale.

Lieu saint, lieu saint… Était-ce encore le cas aujourd’hui? Mitch se frotta machinalement la nuque en contemplant l’édifice. « Quand faut y aller, faut y aller » lança-t-il à haute voix pour se donner du courage. Il claqua la portière, prit son sac à dos et s’approcha lentement de l’église, traînant ses vieilles bottes de cowboys dans la poussière. Avec sa barbe rousse d’une semaine, ses jeans bleus, son chandail à moitié déchiré et son large chapeau style Crocodile Dundee, il avait davantage l’air d’un aventurier dresseur de serpents venimeux que du webmestre qui était pourtant sa profession.

Si tout était à recommencer, répondrait-il au téléphone?

Je devrais vraiment lâcher l’alcool. Bonne nuit à tous!

p.s. Chaque fois que j’écris un billet plus personnel, je me demande si je perds de la crédibilité pour les billets plus sérieux. Je me dis: a-t-on envie de citer un mec qui se tape une bouteille de vin et du fort, qui raconte sa vie et qui après va se croiser les doigts pour pas être malade? Je ne pense pas me faire inviter à la radio pour ce billet-ci! Haha!

La dictature des réseaux et le blogueur-parasite
21 avril 2009

C’est quelque chose qui me tape royalement sur les nerfs.  Écrire quand on a rien à dire.  Autant aller aux toilettes sans envie, manger sans faim ou dormir sans sommeil.  À quoi ça sert, dites-moi?

Je survolais le carnet d’un blogueur que je ne nommerai pas pour ne pas le stigmatiser. Ça fait déjà plusieurs fois que je parle de lui à certains amis. J’ai l’impression que la recette pour être populaire sur la blogosphère consiste à écrire le plus souvent possible pour ne rien dire du tout.   Bref, c’est l’oeuvre d’un parasite qui fédère le contenu créatif créé par d’autres sans jamais oser se mouiller et assumer ses opinions.

dictature-reseaux-blogueur-parasite

Source de l’image

Voici la recette pour avoir beaucoup de commentaires sur son blogue sans jamais écrire quoi que ce soit de particulièrement intelligent.

Le blogueur-parasite:

  • Donne rarement son opinion. Il se contente de parler de l’opinion des autres.  Il parlera de ce qu’un tel pense ou un tel autre affirme.  Il n’a pas d’opinions sur les sujets en question et se contente généralement de conclure par des généralités un peu usées à la limite du pathos;
  • Fait un maximum de liens. Pour compenser le fait qu’il n’a rien à dire, il fait un tas de liens dans chacun de ses textes.  Il incite ainsi chaque personne liée à venir commenter son texte même si celui-ci n’apporte pas le moindre contenu constructif.  Il suffit d’écrire qu’un tel a dit ceci, un tel a dit cela et une telle pense ceci pour que les personnes commentées viennent le remercier du lien et contribuent à lancer la discussion.  Il s’agit donc d’une forme de parasitage consistant à se nourrir de l’énergie créatrice des autres;
  • Écrit des textes très courts: Idéal pour Twitter, où il a un compte très actif.  L’idée consiste à avoir toujours quelque chose de neuf sur le site.  Puisqu’il est impossible d’écrire un texte de 2000 mots par jour, il faut faire le plus court possible, mais également le faire le plus souvent possible.  Bref, le blogueur écrit 3 ou 4 paragraphes, rarement plus (sauf s’il a beaucoup de personnes à citer, c’est-à-dire si le parasite a trouvé une source créatrice particulièrement riche);
  • Écrit souvent: La suite logique du point précédent: puisque le blogueur écrit des textes courts, il a le temps d’en écrire souvent.  Une fois par jour est un minimum, et s’il doit s’absenter pour quelques jours il est impératif de le signifier à ses lecteurs;
  • Est collé sur l’actualité. Il doit être rapide comme l’éclair.  Il surveille les blogues de ceux qui créent du contenu plusieurs heures par jour, et dès qu’il se passe quelque chose il se dépêche de faire un lien vers ceux qui ont la capacité d’en faire une analyse réfléchie;
  • Pose beaucoup de questions mais possède rarement même l’ébauche d’une réponse. Il pose beaucoup de question, mais il ne cherche pas à y répondre.  Poser une question, ça permet de laisser les autres tenter d’y répondre.  Bref, encore une fois, on prospère sur l’énergie créatrice d’autrui.  Poser une question et émettre ensuite une hypothèse sérieuse basée sur un discours articulé, voilà qui est hors de question pour le blogueur-parasite.

Appliquez les six points précédents et vous aurez un blogue qui a du succès.

La vraie question, pourtant, demeure intacte:qu’est-ce qu’un tel blogueur apporte comme contenu aux autres?  À part faire des zillions de liens vers tous ses amis, on ne le lit que rarement réfléchir, se questionner, prendre position, bref apporter du nouveau au débat.  Il est toujours le premier pour parler de la réflexion d’autrui, mais lui, qu’a-t-il donc à apporter?  À part constituer un aperçu de ce que pensent ceux qui pensent à quoi sert-il et qu’est-ce que cela implique pour le futur de la blogosphère?

Quel futur pour les blogues?

Avec la montée en puissance de Twitter, je crois que le futur des blogues sera moins dans le contenu que dans la potentiel de réseautage qu’ils apportent. Réfléchir, se questionner, philosopher, faire des enquêtes, tout ça aura de moins en moins d’importance dans la mesure où la personne qui produit ce contenu fera ou non partie de notre réseau social. D’une certaine manière, le blogueur-parasite sera l’ami qu’on a et qui nous tient au courant de tout ce qui se passe chez ceux qui ont quelque chose à écrire. D’un côté, il parasite, mais de l’autre il redonne à son réseau social. Qui a dit que tout en lui est noir?

Et pour les créateurs de contenu, que restera-t-il? Pas grand chose. Si votre force n’est pas la capacité à créer et entretenir un réseau social, il vous restera seulement à espérer qu’un blogueur-parasite soit en panne d’inspiration et fasse un lien vers votre site, amenant des gens vous lirent. Mais n’espérez pas qu’ils reviennent: dans le vortex de l’internet 2.0, on ne surfe plus le web à la va-comme-je-te-pousse, mais on écoute ses amis du réseau et on suit leurs liens. Bref, ou vous créez un réseau, ou vous vous condamnez à écrire dans le vide, dépendant des blogueurs-parasites pour votre succès.

Ce sont peut-être mes bleus qui se poursuivent, mais je suis de moins en moins enthousiaste vis-à-vis du potentiel démocratique et libérateur des blogues.  D’une démocratie des blogues nous sommes peut-être en train de dévier vers une dictature du réseau où la qualité de la relation avec autrui prend le pas sur la rigueur et l’éthique.  L’important n’est plus ce qui est dit, mais qui le dit.  Gratte mon dos et je gratterai le tien.

N’est-ce pas là une réplique exacte d’un système politique souvent corrompu qu’on est en train de mettre en place?

Pour ma part, je respecte les créateurs et j’abbhore les parasites qui se croient en mesure de juger de tout et de rien sans jamais avoir le courage de prendre position et d’articuler un discours réfléchi sur un sujet donné. À mes yeux, c’est purement et simplement une forme de prostitution littéraire.

Le blues du blogueur
13 avril 2009

Je devrais peut-être débrancher l’ordinateur et le lancer au bout de mes bras. Au moins, ça aurait le mérite d’être clair. Je l’emmerde cette machine. L’écran me toise de son oeil vide, semblant exiger que je le ramène à la vie et le fixe tel un chirurgien auprès de son patient. Je devrais me lever et substituer aux trop nombreuses heures de travail d’autres heures d’un nouveau labeur, d’autres projets, d’une vie distincte que je m’efforce de bâtir en ligne. C’est peut-être la rançon du blogue signé.

Ah, que j’étais bien lorsque j’étais anonyme et sans ambition!

Ambition? Oui, le mot est lancé: j’aimerais pouvoir vivre en faisant ce que j’aime. C’est beaucoup demander à une époque où deux décennies et demie de gouvernements de droite ont (re)transformé le travail en dur labeur incompatible avec la réalisation humaine. Aujourd’hui, c’est le « ferme ta gueule, fais ton shift », et demande surtout pas d’avantages. T’es pas un citoyen; t’es juste un élément productif d’une mondialisation libérale te mettant en compétition avec d’autres éléments productifs dans une lutte où la seule finalité est que tout le monde perd sauf le gars en haut qui se meurt de trop rire.

blues-blogueur

Source de l’image

Faire ce que j’aime, bloguer pour bloguer, est-ce possible? Je n’ai plus de temps, littéralement. Et j’en aurai encore bientôt moins, harnaché à une vie qui m’offrira bientôt une journée de congé de moins par semaine. Faut payer les factures, y parait. Ah oui, pourquoi? Pour en avoir d’autres, bien sûr. Merci thank you.

En mettant de côté mon anonymat, j’ai fait un choix: celui d’assumer entièrement tout ce que j’écris. Écrire sous son vrai nom, ça a des avantages, mais je réalise maintenant qu’il y a des inconvénients.

Avantages d’écrire sous son vrai nom:

  • La crédibilité hors d’internet: C’est beaucoup plus facile d’obtenir une crédibilité hors d’internet en s’appelant Louis qu’en ayant un nom comme LeDernierQuebecois, par exemple;
  • La respectabilité: On respecte plus facilement quelqu’un qui s’assume entièrement que quelqu’un qui ne le fait pas;
  • Carrières connexes: Tout comme Michelle Blanc, qui allie sa carrière à son blogue (et se sert de l’un pour promouvoir l’autre et vis-versa), un nom et un visage permettent de désenclaver la vie sur le net et ouvre la porte à une émancipation hors-ligne.

Inconvénients d’écrire sous son vrai nom:

  • L’impératif de la qualité: Si on écrit sous son vrai nom avec l’objectif de se servir du blogue comme d’un tremplin, on se condamne à la qualité.  Écrire un mauvais article permet à n’importe qui, n’importe où, de mal vous juger à cause de celui-ci;
  • L’impératif de la réflexion: En étant anonyme, on peut écrire ce qu’on veut sur le sujet dont on veut parler et sans mettre de gants blancs.  On peut même insulter qui on veut, à la limite.  En assumant son vrai nom, il devient essentiel de réfléchir à ce qu’on écrit, de se calmer et d’éviter d’être trop émotifs afin d’éviter de trop brusquer la sensibilité d’autrui et de nuire durablement à sa réputation;
  • La pression des pairs: En ayant une vie internet cloîtrée, on peut ressentir une certaine pression d’écrire de la part de ses collègues blogueurs, mais on a l’esprit tranquille le reste de la journée.  En assumant ce qu’on écrit, il devient impossible de fuir: mêmes les collègues de bureau ou la famille peuvent vous suggérer ceci ou cela, vous critiquer ou vous inciter à écrire davantage.

Somme toute, je préfère écrire sous mon vrai nom.  Mais ce serait mentir que d’écrire que je me sens aussi libre d’écrire qu’auparavant.  Afin que ce blogue prospère, il me faut:

  1. Me museler: Je n’écris plus ce que je veux sur le sujet dont je veux parler;
  2. Choisir mon créneau: J’ai décidé de me concentrer sur les enjeux sociaux et l’actualité.  Si je décide soudainement de parler d’un autre sujet, je risque de mêler mes lecteurs et de nuire à ma crédibilité.  Comme je l’écrivais dans mon texte La fin des journaux?, le futur appartient aux médias ciblés;
  3. Chercher à devenir une référence dans mon créneau: Je cherche désormais à écrire de la qualité, que de la qualité et uniquement de la qualité afin de devenir une référence en ce qui concerne les enjeux sociaux et l’actualité au Québec.

Bref, je travaille fort, mais la question de la finalité demeure: quel futur?   Je ne peux pas vivre en faisant cela.  Point, final bâton.  Même si je fais comme me l’a suggéré Antoine Robitaille et que je tente de créer du contenu pour entrer le pied dans un quotidien comme Le Devoir, qu’est-ce que cela donnerait au bout de la ligne? Les médias traditionnels sont en perte de vitesse; le futur semble de plus en plus être sur la toile.

Parallèlement, il n’y absolument rien à vendre avec ce que j’écris. J’affiche des annonces Google Adsense pour les visiteurs du blogue (elles se désactivent pour les réguliers) et j’obtiens des revenus de misère parce que personne n’a rien à vendre à propos des enjeux sociaux. Avec la quantité de contenu que j’ai créé depuis deux ans, je pourrais probablement vivre si j’écrivais sur les derniers potins hollywoodiens ou autres conneries populaires. Mais la politique et les enjeux sociaux, ça intéresse moins de personnes et ça n’a presque rien à vendre, sinon du rêve. Et aux dernières nouvelles, le rêve n’était pas coté très haut à la Bourse.

Alors, on en revient à ça: faut bloguer pour le plaisir. C’est ce que j’ai fait ce soir, en écrivant un texte certes loin de faire partie de mes meilleurs, mais en assumant le fait que je serai probablement condamné à continuer à faire un travail très ordinaire ne me permettant d’écrire qu’occasionnellement. Je suis dans cette période ingrate où je n’ai ni la crédibilité pour faire quoi que ce soit en-dehors d’internet ni l’incrédibilité pour ne pas y aspirer.

Je roule ma bosse, simplement. Et parfois j’aimerais pouvoir réellement décrocher de tout ça pour une journée ou deux et ne plus sentir le fardeau du monde entier sur mes épaules.  Écrire du lundi au vendredi, puis avoir la fin de semaine pour passer la tondeuse, racler le jardin ou désinstaller l’abri Tempo.

Parfois, je me dis que le blogue est une forme de maladie et que le journalisme est son remède.

Les 7 meilleurs plugins pour WordPress
10 mars 2009

Je blogue depuis plusieurs années et je commence à maîtriser WordPress. Mon blogue principal, L’Électron Libre, connaît un certain succès dans son domaine, et j’utilise quelques plugins qui m’apparaissent essentiels. À mes yeux, un bon plugin ne doit pas seulement faire tout un paquet de trucs, mais doit surtout offrir un bon ration vitesse d’exécution / tâche accomplie. Trop de plugins ou de mauvais plugins peuvent ralentir sensiblement votre blogue, surtout s’il est hébergé sur un serveur à utilisateurs multiples (95% des utilisateurs). Voici mes meilleurs plugins:

  1. Akismet: Askimet est LE plugin à installer en premier, car il bloque la plupart des commentaires déplaisants.  Sur mon blogue L’Électron Libre, je suis rendu à plus de 17 000 commentaires, et je dirais avec confiance qu’il n’y a pas plus de dix à quinze commentaires indésirables qui ont passé le filtre Akismet. Efficace, simple, indispensable.

  2. All in One SEO Pack: AIO permet d’optimiser votre blogue afin de le rendre plus attrayant pour les engins de recherche comme Google.  Il vous permet de réécrire vos titres et balises méta, de même que de spécifier quelles pages vous voulez indexer ou ne pas indexer.  En outre, le plugin n’est pas trop lourd et ne nuit pas à vos performances comme certains autres plugins semblables.
  3. 7-meilleurs-plugins-wordpress

    (suite…)

Cher Jimmy…
12 novembre 2008

Jimmy St-Gelais

Cher Jimmy,

C’est avec stupéfaction que j’ai appris ton départ de la blogosphère aujourd’hui. Tu fais partie de ces grands qui ont animé les débats et posé les essentielles questions sur toutes les tribunes, dont UHEC.net, qui n’existe plus lui aussi. Tu as été un fidèle collaborateur et j’aimerais te réitérer que ma décision de mettre fin à l’aventure de UHEC n’était pas en relation avec toi, mais plutôt avec mon désir de « donner du lousse » avant, justement, d’avoir à couper la corde et quitter définitivement la blogosphère.

Tu donnes tes raisons dans un précédent billet, ce qui me donne envie de dire que ton départ était annoncé. Laisse-moi publier ici le billet en entier:

Vous entendiez quelqu’un pour vous dire vos quatre vérités? Je suis celui-ci.

Chers amis blogueurs politiques du Québec, vous avez raté le train.

Vous vouliez que les médias généraux citent vos billets en tant que référence dans leurs chroniques politiques? Cela a bien été le cas en 2007 et au début 2008, mais aujourd’hui, plus personne dans le monde journalistique ne prend au sérieux les affirmations des blogueurs politiques québécois.

Pour preuve, il est maintenant rarissime que l’on cite des billets provenant de blogueurs du Québec dans la chronique internet des Coulisses du Pouvoir de Radio-Canada. Pourtant, il y a un an, cette chronique n’hésitait à ploguer des textes de certains auteurs de blogues du Québec. On préfère désormais les blogues anglophones qui démontrent plus de sérieux.

Et pour cause.

Vous vous êtes divisés. Vous vous êtes comportés comme des enfants d’école.

Les insultes, les attaques personnelles, les luttes fratricides ont miné le peu de crédibilité que vous aviez. Ceux qui ont fréquenté le milieu des blogues politiques depuis le début de 2007 savent de quoi je parle.

Les médias traditionnels ont entendu de vous un plus haut niveau de professionnalisme mais vous avez dérivé vers un comportement enfantin, conflictuel et peu productif.

Et maintenant, vous en payez le prix. Et moi aussi.

Tu sais, Jimmy, je crois que tu prends le problème à l’envers. D’abord, il faut noter que la seule émission à parler des blogues est « Les Coulisses du pouvoir », que celle-ci est à Radio-Canada et que la direction de la SRC a décidé qu’il fallait pouvoir identifier les blogueurs par leurs noms avant d’en parler pour ne pas se faire prendre comme lorsque l’histoire de Pierre Morin, le troisième vice-président de l’Assemblée nationale, a causé tout un émoi. Mais ceci est un détail.

La vérité, à mon avis, est une question d’équilibre. Tu finis en disant « vous payez le prix » en disant que nous avons perdu de la crédibilité auprès des médias. Je vois les choses autrement: je crois que pour bloguer à long terme il faut atteindre l’équilibre entre popularité et respect de soi-même. Je m’explique.

Dans le temps de UHEC, je pouvais écrire 2-3 textes par jour. Je savais également quoi écrire pour déclencher les passions, et les passions, c’est vendeur. En fait, moins on fait de nuance, mieux c’est. À l’époque, je vérifiais le nombre de visiteurs scrupuleusement, j’organisais nos textes pour les publier aux moments opportuns; j’étais devenu le général d’un petit char d’assaut d’idées. Super, non? Oui, super, sauf que…

Sauf que je n’étais pas payé pour ça et ça me prenait beaucoup de temps. J’ai une vie en-dehors du blogue et je dois avancer dans celle-ci, c’est-à-dire travailler pour améliorer ma situation et celle de ma famille et devenir plus heureux et meilleur en tant que personne. Bref, d’un côté je travaillais fort pour que UHEC soit très connu (à un moment on avait régulièrement le triple des visiteurs de ce qu’a ce blogue-ci) mais plus j’y travaillais, plus je me dispersais et moins j’avais de temps pour améliorer ma vie. Si bien que j’ai fini par me désintéresser du blogue et vais te l’annoncer en grande primeur: si je ne fermais pas UHEC pour repartir à zéro sur un petit site no-name, j’aurais simplement arrêté de bloguer, j’en suis convaincu.

Le problème, c’est qu’on aime ça se dire qu’on change les choses. On aime ça se dire qu’on est bon, qu’on est puissant, que le monde entier nous lit. La vérité, c’est qu’on doit écrire pour soi-même et nulle autre personne, en n’ayant d’autre objectif que de se réaliser à travers ce qu’on fait. De s’arrêter et d’être fier du chemin parcouru. De lire ce qui a été écrit et de se dire « wow, je suis fier! ».

Et pour ceci, encore une fois, l’équilibre est primordial: on doit être au pivot entre expression personnelle et reconnaissance des autres. En ce sens, pour moi autant un antagoniste qu’un À mon humble avis sont dans l’erreur. Le premier carbure à la popularité et son blogue est devenu un dépotoir pour personnes souffrant de troubles mentaux. Le second a un plan de carrière politique et se censure de tout ce qui pourrait aller à l’encontre de ce plan et du parti pour lequel il milite. Le premier trône en haut des palmarès. Le second croupit quelque part en bas. Non, il y a un équilibre à atteindre, Jimmy, entre reconnaissance et expression personnelle.

Ce que j’essaie, pour ma part, c’est de me limiter à 2-3 textes par semaine (celui-ci est une exception). J’écris quand j’ai quelque chose à dire, et en me disant que ça ne changera rien, mais que j’aurai fait ma mince contribution. C’est mon truc, mais toi je suis sûr que tu pourrais trouver le tien.

C’est sûr que j’aimerais qu’on puisse refaire un collectif un jour, mais peu importe la forme que ça prendrait, il faudrait que ce soit en concordance avec le besoin de réalisation de chacun et être assez ouvert pour permettre la discordance, mais pas trop ouvert non plus (à l’image des 7 du Québec, un fourre-tout cacophonique).  Bref, avoir une ligne directrice de laquelle il serait possible de se distancer occasionnellement.

Sauf que le problème, on en revient toujours là, est que la ligne est bien mince et qu’elle n’est jamais la même pour qui que ce soit…

Je t’encourage à réfléchir à la question et à considérer, après quelques jours de repos, te repartir un nouveau blogue sous un autre nom un peu moins « je vais changer le monde » (pourquoi pas « le blogue de Jimmy »?)  et à y écrire tes pensées et tes réflexions, sans avoir le moindre désir d’être lu par beaucoup de gens ni de changer quoi que ce soit.  Tu es un blogueur Jimmy, alors blogue pour toi, pas pour les autres.

Mais peu importe ce que tu choisiras, moi je garde un souvenir extrêmement positif de notre collaboration.

En espérant qu’on aura la chance de rejaser de tous les opportunistes de l’ADQ, des suppôts du patronat du PLQ et des élitistes anti-démocratiques et snobillards du PQ!  🙂

Louis

p.s. J’aimerais beaucoup lire les expériences des autres blogueurs sur le sujet; qu’est-ce qui vous permet de continuer à bloguer et qui vous empêche de tout laisser tomber?