Le Québec : à genoux devant l’anglais

Dans une lettre publiée dans Le Devoir le 21 septembre dernier, Stephen Jarislowsky pourfendait l’aménagement linguistique du Québec en affirmant que nous étions en train de devenir un « État-ermite » n’étant pas en phase avec ce qui se fait ailleurs. Ces propos relèvent davantage de préjugés que de faits.

D’abord, M. Jarislowsky affirme que la Suisse a quatre langues, mais ce qu’il oublie de signaler, c’est que chaque canton a sa propre langue : il y a quatre cantons unilingues français, quatorze cantons unilingues allemands et un canton unilingue italien. Ainsi, et même si la grande majorité des Suisses ont l’allemand comme langue maternelle, il n’y a pour ainsi dire aucun service public en allemand dans le canton de Vaud ou de Neuchâtel, par exemple.

En fait, et contrairement aux propos de M. Jarislowsky, le Québec ne constitue pas une exception à cause de son aménagement linguistique assurant la préséance de sa langue nationale, mais il constitue plutôt une anomalie parce qu’il est une des rares nations, indépendante ou dans un cadre fédératif, à financer davantage les services de sa minorité que ceux dans la langue nationale. Comme je le démontre dans mon livre « Apartheid universitaire » (Louise Courteau éditrice, 2012), les universités de langue anglaise du Québec reçoivent 29% du financement pour une minorité anglophone historique de moins de 6% de la population. Une telle situation est inédite sur la planète ; partout ailleurs on vise l’intégration à la langue majoritaire.

Les propos de M. Jarislowsky relèvent d’une vieille vision anglocentriste du monde selon laquelle il n’y a pas de salut en-dehors de l’apprentissage de la langue anglaise. Ce n’est rien de nouveau ; on tenait le même discours jusqu’aux années 1960. Selon cette vision du monde, l’Angleterre d’abord, puis les États-Unis maintenant, forment le centre du monde, et il convient d’apprendre leur langue pour atteindre une forme de réussite individuelle, peu importe les conséquences pour la communauté.

Dans un premier temps, cette vision fait abstraction de la différence entre l’apprentissage d’une langue nationale (comme le prône le Parti Québécois) et l’apprentissage d’une langue étrangère, qui doit être utilisée en-dehors de nos frontières. Dans un second temps, elle ne reconnaît pas les changements globaux qui sont en train de se produire et qui sont en train de remettre en question l’hégémonie américaine sur le monde, alors même que de nombreux pays asiatiques délaissent le dollar américain au profit de leurs monnaies nationales et font du mandarin la langue principale de leurs échanges. Le Québec, dans cette situation, fait bien de renforcer son aménagement linguistique et de s’éloigner de l’hégémonie de l’anglais.

Quant au recul du français, il ne constitue pas un mythe, contrairement aux propos de M. Jarislowsky, mais une réalité démontrable et quantifiable. La seule chose qui nous sépare de l’assimilation est notre aménagement linguistique. Celui-ci, loin de faire de nous un « État-ermite », est plus faible que celui de la plupart des autres nations. À nous de cesser d’avoir peur et d’avoir le courage de faire face à ceux propagent des préjugés sans fondement.

Une Réponse

  1. Bien dit !

    Il y a en France exactement le même type de personnes qui nous assommes avec les mêmes propos, assortis bien évidemment de l’idée qu’il faut s’ouvrir sur le monde… en anglais (ce qui constitue plutôt une aliénation, un enfermement et un asservissement qu’une ouverture) et que par conséquent la défense de sa langue est un combat d’arrière-garde voire xénophobe.
    Si si, vous avez bien lu. Défendre ce que nous sommes serait nationaliste et xénophobe.
    Inutile de vous dire ce que je pense de pareils individus.
    Je n’ai pas ma langue dans ma poche et je leur fais savoir dès que l’occasion se présente.
    Les tenants de l’ultra-libéralisme à l’anglo-saxonne commence singulièrement à me casser les c…… !
    Je constate que je me sens de moins en moins seul sur ce terrain du refus.
    Mais ils ont encore, malheureusement, de beaux jours devant eux – les globalisants comme je les appelle – avant qu’une prise de conscience plus large et tenace se mette en place. Mais elle viendra, elle se met doucement (trop doucement) en place. Je le constate.

    Un ami français

Comments are closed.