Les mensonges de Carlo Mosti

Carlo Mosti est le directeur national du RRQ. Comme je l’indiquais dans ce texte, il a fait partie du groupe de dirigeants du RRQ qui aurait tenté d’intimider et de nuire à une manifestation en faveur de la Loi 101. Récidivant, il publiait aujourd’hui sur Facebook un texte rempli de mensonges. Je publie ici ses mensonges avec la vérité, par la suite.

* * *

Technique de propagande #1 : Marteler la même fausse idée jusqu’à temps qu’elle soit considérée comme vraie :

« Le RRQ a effectivement tenté de faire avorter une manifestation en faveur d’un renforcement de la Loi 101 »

« Le RRQ est un mouvement sectaire qui a perdu toute crédibilité »

« le RRQ a tenté d’empêcher une manifestation pour un renforcement de la Loi 101 »

« Mais ça ne change rien au fait que Guillaume Martin s’en soit pris à une manif pour un renforcement de la Loi 101 »

« es-tu confortable avec le fait qu’un chef de section du RRQ affirme qu’il va tenter de faire annuler une manif pour un renforcement de la Loi 101? »

« Un chef de section du RRQ qui intimide et tente d’empêcher une manifestation pour une Loi 101 plus forte. »

Ce n’est pas une fausse idée que d’affirmer que le RRQ a tenté d’empêcher et de nuire à une manifestation en faveur d’un renforcement de la Loi 101. J’ai déjà publié les commentaires haineux et d’intimidation de Carl Contant, et nous avons été plusieurs à être témoins de ceux de Carlo Mosti et, dans une moindre mesure, de l’opposition de Guillaume Martin. C’est une vérité tout à fait indéniable: qui pourrait s’opposer à une copie d’écran de l’intimidation de Contant, par exemple? Les preuves ont été étalées au grand jour.

Une organisation sérieuse se serait excusée pour les agissements de Contant et l’aurait sanctionné immédiatement plutôt que d’en rajouter.

Technique de propagande #2 : Utiliser la peur pour rallier le monde de son côté :

« un chef de section du RRQ a intimidé des militants, a fait des menaces, et qu’il a tout fait pour empêcher cette manif? »

« On a dû appeler la Milice pour nous protéger de l’intimidation du RRQ. »

Carl Contant a écrit: « mange dla marde tu veut pas arrange toi avec moé asteur bin hâte à cet manif j’aime ça dmemes (sic) ». Il a également écrit: « yen n’aura pâs de ta manif (sic) ». Et je ne parle pas d’autres paroles d’intimidation et de propos haineux contre les organisateurs et, disons-le, contre les militants.

Technique de propagande #3 : On présente un côté de la médaille :

Louis P. prétend que cette manif était un renforcement pour la loi 101, mais ne présente pas l’autre côté de la médaille, que cette manif est contre des individus. En quoi s’attaquer à des individus de moindre importance serait un renforcement de la loi 101???

Cette manifestation n’a jamais été contre des individus, mais contre leurs idées et pour les nôtres. Nous nous sommes servis de l’extrémisme de suprématistes anglophones pour rendre nos idées plus acceptables et nous avons sensibilisé nombre de citoyens quant à l’importance de mettre fin au sur-financement des institutions de langue anglaise. Nous avons fait signer plus de cinq pages d’une pétition pour le renforcement de la Loi 101, pétition que nous avons remis à la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Nous avons même convaincu des Ontariens de signer, et une professeure de Concordia a parlé positivement de nos actions à ses élèves. Tout le monde n’a eut d’yeux que pour nous, et cela même si nous n’étions qu’une trentaine, conséquence d’une météo défavorable, de la présence de la deuxième journée d’Occupons Montréal et, disons-le franchement, de l’intimidation du RRQ contre cette manifestation.

Technique de propagande #4 : Rallier des personnes du camp adverse pour le déstabiliser et l’amener à son autodestruction :

Louis P. a mis en compétition l’apport à la cause entre Guillaume Martin et sa propre mère, ou encore entre 3 chroniqueurs du site du Québécois et le reste des chroniqueurs.

J’ai simplement souligné l’apport positif de la mère de Guillaume Martin à la cause grâce à un groupe Facebook que j’apprécie beaucoup et qui s’intitule « Francophonie-Québec ». J’ai également noté que Guillaume Martin se valorisait beaucoup comme un militant exemplaire mais qu’il est plus facile de trouver et de remplacer un programmeur que de remplacer des plumes talentueuses comme celles de Pierre-Luc Bégin, René Boulanger ou Bernard Desgagné.

Technique de propagande #5 : Donner l’impression qu’il n’est pas tout seul, mais qu’une multitude de personnes appuient ses idées et sa démarche :

« Des dizaines de militants ont été déçus par l’intimidation du RRQ. »

« Ah non, on a été plusieurs à en parler »

Plusieurs personnes à qui on a parlé par la suite se sont dissociés du texte Louis P…. Je suppose qu’ils avaient tous peur.

Beaucoup de gens ont peur du RRQ. Des gens associés au RRQ auraient déjà, selon certaines sources, attaqué un militant de la Milice patriotique du Québec. Quiconque n’est pas en accord avec l’orthodoxie du RRQ court d’abord un danger d’excommunication du mouvement (il devient un traître, un collabo, un agent du fédéral et autres conneries), mais plusieurs personnes préfèrent acheter la paix ou préfèrent éviter de parler publiquement des méthodes du RRQ de peur d’être ciblés.

Pourtant, les francophobes qui étaient présent à la manif du 16 oct étaient plutôt menaçants si on se fie à leur publication parkavenuegazette.com, qui ont publié à leur première manifestation contre la loi 101 de faire fusiller les tenants du français et de la loi 101. Pourtant, les dizaine de personnes qui se sont présentés à sa manif ont soudainement eu un regain de courage. Mais, soit disant intimidation de Carl Contant, qui se limite à la phrase « il n’y aura pas de manif » aurait infligé une peur bleue à la même gang. Denis Ratté y était à la manif du 16 oct. Il pourrait vous faire un compte-rendu.

Les militants suprématistes, et peu importe leurs idées dégueulasses et méprisantes, n’ont jamais menacé notre manifestation de quelque façon que ce soit. Ils s’y sont opposés, mais ils n’ont jamais affirmé que nous n’avions pas le droit de le faire. Le seul changement, depuis, est qu’ils organisent leurs manifestations haineuses en privé. Petite victoire, quand même.

Manon Arsenault qui est une militante de premier plan lorsqu’il s’agit de la langue française a été insulté par Louis P. ou un de ses acolytes (difficile à dire, ils utilisent plusieurs compte entre eux, on appelle ça la schizophrénie Facebookienne) parce qu’elle ne participait pas à SAAA manif.

Faux. J’ai simplement dit que le fait d’organiser une manifestation et de la laisser tomber à la dernière minute sans possibilité pour les gens de retrouver les personnes intéressées constituait une forme de trahison. Je ne considère pas cela comme étant une insulte; l’action était visée, pas la personne.

Guillaume Martin, Carl Contant et moi-même avons émis notre point de vue sur cette manif, qui disait essentiellement que la manif ne visait pas réellement le renforcement de la loi 101, mais plutôt à contrer Hugo Shebbeare et ses amis qui s’attaquent sporadiquement à la loi 101. Conséquemment, nous avons dit à plusieurs reprises à Renaud (surtout) et Louis que nous n’étions pas intéressés par cette manifestation. S’est suivi ensuite des harcèlements constants pour y participer, et notre refus était systématiquement essuyé d’une panoplies d’insultes loufoques.

Faux de A à Z. Renaud, moi et d’autres n’ont jamais harcelé qui que ce soit pour y participer. Nous aurions aimé que le RRQ y participe, mais Carl Contant était fâché parce que Renaud avait refusé de participer à sa manifestation contre la corruption et il a préféré faire du pipi-caca verbal plutôt que d’agir en personne digne représentante du titre qui devrait être le sien dans un mouvement crédible. Que le RRQ ne soit pas intéressé à participer à une manifestation pour un renforcement de la Loi 101, cela le regarde. Mais que Carl Contant, Carlo Mosti et Guillaume Martin viennent sur nos babillards et les inondent de propos opposés à celle-ci, avec des faussetés et des arguments ridicules, cela est autre chose.

Renaud Léger a tenté à plusieurs reprises d’avoir mon aide et celle du RRQ pour contrer Hugo Shebbeare alors qu’il était encore dans le RRQ. C’était devenu une histoire personnelle. Qui a embarqué qui dans cette aventure, Renaud qui a embarqué Louis ou vice-versa? Peu importe, cette histoire a pris des proportions gigantesques. C’est devenu un vrai vaudeville.

Renaud Léger a été sous enquête de la part de la police à cause de mensonges de Hugo Shebbeare, alors que Renaud Léger a levé le cul de sa chaise pour défendre notre langue pendant que Carlo Mosti avait le cul bien assis sur la sienne. Je crois que oui, il était normal qu’il s’attende à un peu plus d’appui de la part du RRQ. Mais la vérité qu’il a découverte, selon moi, c’est que le RRQ ne défend que son image, que ses activités et que les combats des autres Patriotes passent très très loin de lui tant que son image n’est pas attaquée. Renaud est un grand patriote parce qu’il s’est tenu debout au lieu de jouer les durs comme Carlo Mosti, bien assis derrière son ordinateur pendant que les autres agissent. Il ne suffit pas de s’habiller en RRQ de la tête aux pieds pour être un grand patriote. Renaud l’a prouvé et il fait partie d’une lignée de plus en plus longues de militants qui ont quitté le RRQ non pas à cause de ses militants (les militants du RRQ sont comme tous les autres militants: le cœur et l’âme de notre cause), mais à cause d’un mouvement mal dirigé et intransigeant à propos de ceux qui ne pensent pas comme lui.

Alors voilà, c’est ma version des faits. Vous avez le choix de croire qui vous voulez, c’est ma parole contre celle de Louis P. à ce stade-ci. Je n’ai pas de copie-collé de nos conversations comme Louis, je n’avais pas prémédité une attaque en règle de Louis P. contre moi et le RRQ par la suite. Je n’ai que le témoignage des personnes qui me lisent régulièrement, qui connaissent mon opinion et mon implication pour la cause. J’ai aussi le témoignage de toutes les personnes qui se sont fait attaquer par Louis depuis plus d’an.

Mon opinion personnelle de la situation, c’est que entre Renaud et Louis, un des deux a utilisé l’autre pour ses fins personnelles. C’est encore une fois une question d’égo. On alors c’est prémédité parce qu’il y a un agent agitateur dans le groupe. Ou encore, c’est de la bipolarité non traitée tout simplement. Mais ça reste une opinion basée sur de la spéculation. La seule chose que je sais, c’est que je n’ai ABSOLUMENT rien à me reprocher, et je n’ai pas, ni moi ni le reste du bureau politique du RRQ, d’ordre à recevoir de Louis pour infliger des sanctions. Moi je ne tords pas de bras pour participer à nos manifs et je ne tords pas de bras à personne pour rester au RRQ contre leur gré. Faites vos choix librement, moi j’ai fait le mien depuis longtemps et je ne déroge pas. NOUS VAINCRONS.

Nous vaicrons

Carlo Mosti aura beau répéter comme un mantra « Nous vaincrons », mais il ne vaincra rien du tout tant qu’il continuera à agir comme un enfant. En tant qu’individu, on peut se permettre ce genre de comportement, et votre humble serviteur l’a fait plus souvent qu’à son tour, mais quand on représente une organisation, on se doit de faire preuve de davantage de sérieux. Ce n’est pas « donner des ordres » au RRQ que de lui demander de sanctionner Carl Contant (et maintenant Carlo Mosti); c’est l’espoir que le RRQ constitue un mouvement sérieux n’acceptant pas que des membres en position de pouvoir dans son organisation tentent d’intimider d’autres militants ou de nuire à leurs manifestations.

Ce que je constate, c’est que cet espoir est de plus en plus vain: le RRQ ne donne pas l’impression qu’il va agir contre ces individus.

Et qui paie, ultimement? Les militants. Ceux qui sont dans le RRQ, car le mouvement perd de sa crédibilité. Et ceux qui n’y sont pas, parce qu’ils sont témoins de ces enfantillages.

Pour ma part, j’ai dit la vérité à ce propos et si j’y reviens, c’est parce qu’on m’y a interpellé.

Je ne me gênerai pas non plus pour continuer à critiquer le RRQ si j’ai envie de le faire, pas plus que je me gêne pour critiquer le gouvernement ou qui que ce soit d’autre.

On appelle cela la liberté d’expression.

Et ce qui fait foutrement peur, c’est de réaliser le peu d’attachement que porte le RRQ à cette liberté. Pour un mouvement qui se prétend de résistance et de libération, c’est très inquiétant.

* * *

À titre indicatif, voici quelques caractéristiques d’un mouvement sectaire.

  • Présence d’un chef charismatique autoritaire, de ses successeurs ou de ses représentants. Patrick Bourgeois, Carlo Mosti, etc.
  • Pressions sur les adeptes pour parvenir à une allégeance inconditionnelle. Ou bien on est avec le RRQ, ou bien on est contre. Pas de milieu.
  • Engagement pour un mode de vie, éventuellement par enfermement ou exil. Code vestimentaire pratiquement obligé, rencontres en cercles quasi-fermés.
  • Irréversibilité visée de cet engagement. On peut quitter le RRQ, mais si on le critique par la suite, on s’ouvre à toutes les attaques possibles.
  • Rupture des relations antérieures. Si le RRQ décide qu’un de vos anciens amis est un ennemi de « la » cause, on vous incite à lui tourner le dos.
  • Atteintes à l’intégrité physique. Menaces présumées, attaques physiques présumées (selon certains).
  • Procédés d’endoctrinement tels que [la] diabolisation de ce qui n’est pas le groupe, utilisation de sons, images ou propos répétés jusqu’à l’obsession, langage propre contribuant à isoler le groupe. L’utilisation abusive du logo du RRQ, devenant souvent plus important que le message lui-même. L’utilisation abusive du vocable « nous vaincrons ».

À titre indicatif seulement. Je ne dis pas que le RRQ est un mouvement sectaire car j’ai trop de respect pour les militants qui en sont membres. Ceci dit, il y a des dérives auxquelles il faut faire attention et la virulence des attaques de Carlo Mosti en constitue la preuve la plus concrète. J’invite tous les militants à entamer une réflexion sur ce qui doit constituer un mouvement certes radical, mais ouvert aux idées extérieures et mettant de l’avant la cause plutôt que son logo, son organisation ou son égo.

À mon avis, il y a déjà de nombreux mouvements de résistance crédibles au Québec, que ce soit la Société Saint-Jean-Baptiste, le Mouvement Québec français et ses regroupements régionaux, Impératif français et plusieurs autres. Le RRQ a sa place, mais qu’il ne commence pas à s’en prendre à ceux qui tentent de faire la leur en manifestant pour la défense de notre langue nationale.

Publicités