Une autre action inutile signée RRQ

Le Réseau de résistance du Québécois (RRQ) avait annoncé une « grande action » contre la corruption; on a encore eu droit à un pétard mouillé. Tout comme lorsqu’une simple banderole (1000$ de l’argent des militants) accrochée à un avion avait constitué une « action réussie » lors de la visite du prince l’été dernier, ou lorsqu’on a lancé du ketchup au visage du maire de Mascouche, le RRQ a la victoire facile. Hier, en occupant les bureaux très régionaux de SNC-Lavalin à Québec, le réseau a une fois de plus démontré à quel point il est déconnecté de la réalité québécoise.

Source de l’image

Le fantasme du RRQ est toujours le même: il existerait un réseau occulte, une « nébuleuse » de forces fédéralistes à l’œuvre au Québec et qui utiliseraient l’argent et la corruption pour affaiblir le mouvement indépendantiste. Cette pensée est à l’origine de la plupart des actions du RRQ. L’occupation de SNC-Lavalin, une entreprise ayant contribué massivement à la caisse du PLQ, constituait la suite logique d’une idée certes séduisante – il suffirait de détruire ce monstre caché pour réaliser l’indépendance – mais sans aucun fondement concret. Encore une fois, le RRQ se trompe de cible. Et encore une fois, après s’en être pris à un maire francophone, à des militants francophiles, c’est encore une fois à une entreprise québécoise qu’on s’en prend. Prochaine cible: Gilles Vigneault ou la Bottine Souriante?

Blague à part, l’idée directrice du RRQ est fausse et c’est ce qui contamine la plupart de ses actions. Ce n’est pas parce qu’existerait un réseau fédéraliste occulte qui manierait les médias à sa guise et dirigerait dans l’ombre nos destinées que l’idée d’indépendance ne lève pas. L’idée d’indépendance ne lève pas parce que la population y est indifférente; on ne lui a jamais appris ce que constitue réellement l’indépendance. Après des décennies de péquisteries où on parle de faire du Québec un pays pour mieux l’enchaîner aux accords internationaux ou pour utiliser la monnaie du pays d’à côté, tout en respectant scrupuleusement les privilèges de la minorité anglophone, on en est venu à considérer l’indépendance comme étant tout à fait interchangeable avec l’état actuel. En fait, plusieurs ne voient même pas en quoi l’indépendance représenterait une quelconque forme d’indépendance si on remplace un Canada mondialiste et culturellement asservi au dogme multiculturaliste par un Québec mondialiste tout aussi à genoux.

Le RRQ vit dans le passé. Le pouvoir qui nous opprime ne vient plus d’Ottawa, et à peine de Washington. L’Empire est partout; les banques ont pris le contrôle d’à peu près tous les pays, imposant leur vision purement utilitariste et commerciale des choses. Il faut relire Soral pour comprendre de quelle manière la quasi-totalité des pays soi-disant indépendants sur cette planète sont en fait devenus des subalternes des banques, qui permettent le jeu politique en autant que celui-ci ne mine pas leur pouvoir (voir également vidéo ci-bas).

« Il faudra bien déclarer l’indépendance face à Ottawa » me répliquerait-on. Ah oui? Et à quand l’indépendance face au cartel bancaire? Le RRQ – et de nombreux militants formés à son école passéiste – considèrent encore l’indépendance comme étant un simple processus de création d’un État à l’ONU et bingo! tout est réglé. Rien n’est plus faux. Même la France n’est plus indépendante. Le Front National français, malgré quelques remugles d’un racialisme n’ayant plus sa raison d’être et que Marine Le Pen tente d’éliminer, est devenu un parti tout aussi indépendantiste que le Parti Québécois l’a déjà été. Pourtant, la France est indépendante, non? Non. Elle ne l’est plus. On lui laisse gérer son petit carré de sable tant que cela ne dérange pas les banques.

Évidemment, cela ne veut pas dire que l’indépendance de papier – un pays sua mappe! – est inutile. Elle permettrait de mieux gérer notre carré de sable et de contrôler un peu mieux notre immigration et nos politiques – tant que cela ne nuit pas au cartel bancaire. Mais si cette indépendance ne mobilise plus les troupes, c’est parce que nombre de mouvements qui la revendiquent se limitent à cette gestion du petit carré de sable en faisant abstraction de toute réflexion philosophique sur la réelle signification du mot « indépendance » en ce début de vingt-unième siècle. Ils veulent faire du Québec l’équivalent des autres sans se rendre compte que cette équivalence ressemble de plus en plus à un artifice.

En occupant une entreprise québécoise comme SNC-Lavalin sous prétexte que ses employés ont contribué à la caisse du PLQ, le RRQ contribue à nous enfermer dans cette logique de l’apparence et cette idée tout à fait fausse qu’il suffirait de lutter contre la corruption et d’affaiblir les forces « fédéralistes » (au fait, combien de fédéralistes convaincus avez-vous rencontré depuis une décennie?) pour donner un nouveau souffle au mouvement. En fait, la corruption est plutôt le SIGNE du désengagement complet des citoyens de la chose publique parce que ceux-ci ont compris que les partis politiques se ressemblent tous et que leurs politiques sont équivalentes, en directe ligne avec le catéchisme du cartel bancaire. Les citoyens sont tellement désespérés qu’ils sont prêts à croire n’importe qui ou n’importe quoi qui donne une apparence de changement (NPD, Legault, etc.).

Elle est là, la vraie cible.

J’écrivais récemment qu’il faut descendre dans les livres avant de descendre dans la rue. Je crois que c’est ce que devrait faire le RRQ. Il lui faudrait mettre à jour son discours afin de cesser de lutter contre des réseaux fantômes omniscients dans l’esprit de ses dirigeants, et plutôt chercher à construire la véritable résistance de demain, qui se fera contre le système économique actuel et qui se construira sur ses ruines, avec l’aide des autres peuples, mais dans le respect des particularités de chacun.

En attendant, on doit se battre pour ne pas perdre notre langue et notre culture (où était le RRQ le 16 octobre dernier quand des citoyens ont pris la rue contre le sur-financement des institutions de langue anglaise?), et préparer une lutte non pas contre le PLQ – une simple succursale du cartel bancaire – mais contre le système en entier. On doit se battre non pas pour attirer des kodaks, mais pour développer un argumentaire permettant de construire les luttes de demain. À cet effet, on peut s’inspirer de ce qui se fait en France, notamment avec le mouvement Égalité et Réconciliation. Dans tous les cas, si on ne veut pas lutter pour une indépendance réelle, qu’on le fasse au moins pour la langue et il y a des centaines de cibles plus pertinentes qu’une entreprise québécoise comme SNC-Lavalin (à commencer par McGill et tout le réseau d’institutions de langue anglaise sur-financées).

Malgré cela, il faut féliciter les militants qui ont pris la peine de se battre pour ce en quoi ils croient. À mes yeux, c’était inutile, mais toute personne qui se tient debout est le plus beau des monuments, pour paraphraser Georges Dor. Reste à souhaiter que le dévouement et la force extraordinaire de ces militants soit mieux utilisée par le RRQ qui, incidemment, semble beaucoup plus utile lorsqu’il se limite à son nouveau rôle d’agence de sécurité lors de manifestations.

Publicités

13 Réponses

  1. @ Louis.

    Il faut, quand même, reconnaître que SNC-Lavalin est loin d’être sans tache!!! C’est une entreprise corpo-fasciste qui est dirigée, actuellement, par un fasciste, et qui nous fait honte, à l’étranger!!!

    http://lequebecdedemain.blogspot.com/2011/09/pierre-duhaime-de-snc-lavalin-lache.html

  2. Le mot fasciste est utilisé à tort et à travers… Certains pourraient sûrement l’utiliser pour décrire les méthodes sectaires et d’intimidation du RRQ…

    Que SNC-Lavalin ne soit pas sans tache ne change rien; il n’y avait aucun gain à obtenir d’une telle occupation. On fait juste ch*** la population et une entreprise québécoise.

    Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas des centaines d’autres entreprises au Québec qui mériteraient de se faire dénoncer pour leurs pratiques. Quant au financement de Jean Charest… Sérieux, Jean Charest est un subalterne. Si ce n’était pas lui ce serait un autre.

    On dirait que le RRQ perd de la crédibilité à chacun de ses actions dernièrement. Il devrait laisser la place à des organisations plus crédibles comme la SSJB ou Impératif français. Eux savent travailler en équipe et cibler les bonnes cibles.

  3. Le mot fasciste est utilisé à tort et à travers… Certains pourraient sûrement l’utiliser pour décrire les méthodes sectaires et d’intimidation du RRQ…

    Que SNC-Lavalin ne soit pas sans tache ne change rien; il n’y avait aucun gain à obtenir d’une telle occupation. On fait juste ch*** la population et une entreprise québécoise.

    Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas des centaines d’autres entreprises au Québec qui mériteraient de se faire dénoncer pour leurs pratiques. Quant au financement de Jean Charest… Sérieux, Jean Charest est un subalterne. Si ce n’était pas lui ce serait un autre.

    On dirait que le RRQ perd de la crédibilité à chacun de ses actions dernièrement. Il devrait laisser la place à des organisations plus crédibles comme la SSJB ou Impératif français. Eux savent travailler en équipe et cibler les bonnes cibles.

  4. Bonjour Louis, on ne se connait pas, bien que je t’ai vu lors de la manif du 29 Octobre dernier à Montréal, j’ai su que tu étais un ancien membre du RRQ et je trouve triste que l’organisation t’ai déplut au point de la quitter. Pour ce qui est de la manif en faveur d’un renforcement de la loi 101, tu erres un peu car plusieurs d’entre nous étaient présents et nous luttons effectivement pour protéger notre langue. Nous luttons aussi contre la corruption, y vois-tu un coté négatif ? Nous lutterons aussi pour sauver nos richesses naturelles, y vois-tu un problème ? John James Charest se prépare à vider notre sous-sol à différents intérêts étrangers, nous tentons de combattre ce fléau Libéral avec les moyens du bord. SNC Lavalin est reconnu pour souscrire abondamment dans la caisse de ce parti, s’attaquer à eux me semble donc d’une logique évidente. Plutôt que de dénigrer les actions du RRQ, puisque tu sembles être un indépendantiste actif, pourquoi ne pas avoir imposé tes idées ? Tu dois en avoir des idées, alors au lieu de t’être retiré, pourquoi ne pas te battre avec nous et nous apporter ta vision de ce qui doit être fait ? Le problème qui demeure avec nous, indépendantistes, est notre tendance à se diviser à tout propos. Heureusement que tu salut malgré tout la vaillance des militants qui osent se tenir debout devant l’adversité, je t’en suis reconnaissant. La corruption est omniprésente avec le gouvernement Charest et bien que nos actions n’y changent pas grand-chose présentement, je considère qu’elles ne sont pas complètement inutiles. Le but des actions qui se veulent médiatisées sont faites pour réveiller la masse endormie, indifférentes à l’idée de se faire voler, de se faire mentir par nos élus. Je pense qu’en fait, le jour où tous les indépendantistes se joindront à la même idée, que nous travaillerons ensemble, et bien, ce jour là nous pourrons espérer un pays qui sera nôtre.

  5. Je sais que plusieurs membres du RRQ étaient présents… Et bravo à ces membres! Je suis en contact avec plusieurs membres du RRQ qui me donnent de l’information et qui ne sont pas toujours en accord avec les orientations prises par la tête du mouvement, notamment le fait de ne pas sanctionner Carl Contant alors qu’il a tenté de faire annuler notre manifestation pour une Loi 101 plus forte.

    Occuper SNC-Lavalin ne règlera pas la corruption. Et régler la corruption ne fera pas du Québec un pays. Comme je l’exprime dans ce texte, c’est le contraire qui est vrai: c’est parce que les citoyens sont désabusés et non impliqués en politique que cette corruption est possible, et que le pays ne se fait pas. Il n’y a pas de « nébuleuse » fédéraliste dans l’ombre, contrairement aux fantasmes de Bourgeois et de sa clique. Le mouvement stagne parce que les gens sentent que le pouvoir ne se trouve plus ni à Québec ni à Ottawa de toute façon.

    En attendant, plutôt que de lancer du ketchup à un maire francophone ou d’occuper une entreprise québécoise, il y a notre métropole qui s’anglicise à vitesse Grand V. Il serait beaucoup plus utile de lutter contre cette anglicisation. En premier lieu, le RRQ devrait arrêter de dénigrer les initiatives qui ne viennent pas de lui, et ensuite il devrait se battre pour la langue au lieu d’intimider des francophones. Et s’il veut vraiment lutter pour l’indépendance, qu’il commence à bâtir un discours anti-mondialiste s’opposant au pouvoir des banques. Voilà ce qu’il manque.

    Ceci dit, je le redis, bravo à ceux qui ont participé. Leur implication a été mal utilisée par le RRQ, mais tout citoyen qui tente de faire quelque chose mérite des félicitations.

  6. Je sais que plusieurs membres du RRQ étaient présents… Et bravo à ces membres! Je suis en contact avec plusieurs membres du RRQ qui me donnent de l’information et qui ne sont pas toujours en accord avec les orientations prises par la tête du mouvement, notamment le fait de ne pas sanctionner Carl Contant alors qu’il a tenté de faire annuler notre manifestation pour une Loi 101 plus forte.

    Occuper SNC-Lavalin ne règlera pas la corruption. Et régler la corruption ne fera pas du Québec un pays. Comme je l’exprime dans ce texte, c’est le contraire qui est vrai: c’est parce que les citoyens sont désabusés et non impliqués en politique que cette corruption est possible, et que le pays ne se fait pas. Il n’y a pas de « nébuleuse » fédéraliste dans l’ombre, contrairement aux fantasmes de Bourgeois et de sa clique. Le mouvement stagne parce que les gens sentent que le pouvoir ne se trouve plus ni à Québec ni à Ottawa de toute façon.

    En attendant, plutôt que de lancer du ketchup à un maire francophone ou d’occuper une entreprise québécoise, il y a notre métropole qui s’anglicise à vitesse Grand V. Il serait beaucoup plus utile de lutter contre cette anglicisation. En premier lieu, le RRQ devrait arrêter de dénigrer les initiatives qui ne viennent pas de lui, et ensuite il devrait se battre pour la langue au lieu d’intimider des francophones. Et s’il veut vraiment lutter pour l’indépendance, qu’il commence à bâtir un discours anti-mondialiste s’opposant au pouvoir des banques. Voilà ce qu’il manque.

    Ceci dit, je le redis, bravo à ceux qui ont participé. Leur implication a été mal utilisée par le RRQ, mais tout citoyen qui tente de faire quelque chose mérite des félicitations.

  7. Continuez-vous à écrire pour défendre le fédéral. Nous continuerons à faire le travail qu’il faut faire pour réveiller la population! Peut-être, on vous fera une petite visite pour vous expliquer notre façon d’agir pour les NULS.

  8. Voici le genre d’intimidation qui est le lot des militants qui ne sont pas en accord avec l’orthodoxie rrquiste. Un peu plus subtil que Carl Contant, qui a explicitement affirmé qu’il allait tenté d’empêcher la tenue d’une manifestation pour un renforcement de la Loi 101, mais ça reste de l’intimidation. Si on pouvait résumer le problème du RRQ (englué dans son vieux dogme où il croit que l’ennemi est « fédéraliste » et adepte de l’intimidation) en quelques phrases, les voilà!

  9. Voici le genre d’intimidation qui est le lot des militants qui ne sont pas en accord avec l’orthodoxie rrquiste. Un peu plus subtil que Carl Contant, qui a explicitement affirmé qu’il allait tenté d’empêcher la tenue d’une manifestation pour un renforcement de la Loi 101, mais ça reste de l’intimidation. Si on pouvait résumer le problème du RRQ (englué dans son vieux dogme où il croit que l’ennemi est « fédéraliste » et adepte de l’intimidation) en quelques phrases, les voilà!

  10. Bravo! Préfontaine! Bien envoyé! Étant moi-même membre du RRQ,j’ai aussi remarqué qu’ils aiment surtout en *Jeter* avec les Gilets,Calotes,Drapeaux,Berbudas,;quasiment le Zeller de l’indépendance; J’suis allé dans 2 *Manif! d’la *Gang* depuis 1 ans,et personne ne m’a adressé la parole;ils n’avaient (les jeunes Militants) d’yeux et d’oreilles que pour les organisateurs! qui scandaient des *Slogans* *Non a une loi,que personne semblait connaître! Quelle Solidarité! Sans Dénigrer le travail de Patrick Bourgeois;(Bonne conaissance de la *Cause*)et de Mr Mosti,qui travail sur pleins de dossier,sans *Idolâtrer* le RRQ,Je croit sincèrement que la façon de Travailler et de militer du mouvement est a revoir!
    P.S. Je milite depuis Pierre Bourgault! R.i.n.

  11. Ah! Oui il y a aussi çe Pablo Huevos Herrera?? Qui fait de l’intimidation *A peine masquée* qui mériterait au minimum de se faire *Botter l’cul* a sa façon d’insulter la *Vieille Garde* Héhé!!!

  12. je ne suis pas toujours daccord avec louis, mais la il a 100% raison…! le type de réactions de pablo est justement ce qui nuit au RRQ… c’est dommage de voir que quelques pommes pourrites peuvent entacher cette organisation….!

  13. moi… vois tu sylvain , je l’ai trouvé bien votre intervention…! le probleme au RRQ , c’est la facon dont la haute direction traite les gens qui ne pense pas comme eux…! Carlo Mosti le premier…!

Comments are closed.