Citoyens 1 – Extrémistes anglophones 0

Nous étions plus d’une quarantaine. Eux, huit. La manifestation contre la Loi 101 organisée par l’anglo-suprémaciste Hugo Shebbeare a lamentablement échoué. Malgré des mois de préparation, malgré un nouveau drapeau tout aussi laid qu’insignifiant, malgré des forces de sécurité engagées pour l’occasion, malgré des pancartes, malgré des amis dans les médias, malgré tous ses appels à la révolte des « pauvres » anglophones opprimés, seulement huit personnes se sont déplacées hier après-midi au métro Lionel-Groulx. Voilà qui dit tout sur le caractère extrémiste des idées défendues par ces gens.

Photo de Jennifer Pawluck

Le clivage était impressionnant. De notre côté, il y avait des individus de tous les âges, de 16 ans à peut-être 75 ans; il y avait des travailleurs, des étudiants, et plusieurs avaient un argumentaire développé et convainquant. Du leur, quelques-uns des leurs manifestants semblaient littéralement déconnectés de la réalité. Une avait une pancarte de Bob Marley, un autre se contentait de répéter, comme un mantra: « Nous sommes au Canada! ». Leur discours était tellement faible et ridicule qu’un citoyen passant par là est venu leur expliquer, dans un français approximatif, qu’il venait d’arriver au Québec et qu’il était fier que la Loi 101 lui permette d’apprendre le français.

En fait, la plupart de ces manifestants opposés à la Loi 101 ne semblaient pas connaître grand chose à propos du concept d’aménagement linguistique. J’ai eu la chance de discuter avec un descendant mohawk qui m’affirmait que nulle part au monde n’existait des lois comme la Loi 101. J’ai eu grand plaisir à lui faire le recensement des pays et nations ayant des lois linguistiques encore plus complètes et puissantes que la Loi 101. J’ai aussi pu discuté avec une jeune femme qui s’est presque décrochée la mâchoire de surprise quand je lui ai parlé de la quinzaine d’hôpitaux de langue anglaise au Québec contre un seul en français en Ontario. Elle a également semblé étonnée et s’est retrouvée sans mots quand je lui ai expliqué que le 5,6% d’anglophones nés au Québec se partageaient plus de 29,3% du financement universitaire.

Après quelques heures d’argumentation, où la quasi-totalité des discussions se sont tenues en français, nous avons réussi à isoler Hugo Shebbeare et à affaiblir l’argumentaire de la plupart de ceux qui étaient avec lui. Bien sûr, nous n’en ferons pas des défenseurs du français demain matin, mais il y a fort à prévoir qu’on risque moins de les revoir dans une manifestation la prochaine fois.

Voilà d’ailleurs le point le plus important, à mon avis, de telles manifestations: on décourage l’adversaire. La SSJB, le RRQ et d’autres mouvements n’ont pas voulu participer et ils en avaient le droit. Ceci dit, notre présence citoyenne contribue à démotiver ces extrémistes anglophones, car à chaque fois où ils tentent de faire la promotion de leur discours haineux en public, ils nous ont dans la face et ils doivent subir nos arguments. Leurs défenses, à la longue, finissent par s’affaiblir.

Lorsqu’ils sont partis, nous avons entamé le « Nanana HeyHey Goodbye » à l’unisson. Nous avions gagné la bataille du nombre, nous avions gagné celle de l’argumentaire et nous avions gagné celle de l’usure. Le soir, en rentrant chez lui, Hugo Shebbeare s’est même permis de s’en prendre aux siens sur Facebook en qualifiant la présence de seulement sept personnes en plus de lui-même de « honteuse ». Sa « carrière » d’organisateur de manifestations haineuses est terminée.

De notre côté, il faudrait faire de telles manifestations plus souvent. Des activités qui, comme celle-ci, sont organisées en-dehors des réseaux traditionnels et qui ne sont pas récupérées par qui que ce soit. Les manifestants étaient libres, il n’y avait pas de sigles d’une quelconque organisation, des individus ont harangué la foule, d’autres ont joué du tambour, de la trompette, etc.

Ces citoyens qui se sont présentés librement, sans contrainte, à cette manifestation, constituent, à mes yeux, les plus grands des Patriotes.

Notre cause est juste et quand bien même nous n’aurions qu’un seul adversaire, il n’est pas question qu’on laisse qui que ce soit s’attaquer à la seule Loi qui permet la survie du français en Amérique du Nord.

Publicités

9 Réponses

  1. Bon travail Louis! Tu es mon héro pour aujourd’hui…

    Ça prend une bonne dose de courage pour se présenter dans une telle situation qui peut facilement dégénérer mais je te sais capable d’affronter tout ce beau monde à coup d’arguments solides car de ce côté tu es bien outillé. Le Québec a besoin de plus de gars comme toi pour cheminer vers son indépendance…

    Bravo encore!

  2. Merci Réal! Mais je ne suis pas un héros, pas du tout. J’admire plus que tout ceux et celles qui ont organisé la manifestation. Ce sont de simples citoyens, qui ne font partie d’aucun réseau intégré, et ils ont pris sur eux de rallier tout le monde. À mon avis ce sont ces gens qui méritent le plus nos applaudissements. Pour ma part, j’y suis surtout allé pour pouvoir dormir la nuit sans me sentir coupable de n’avoir pas fait tout ce que je pouvais contre les extrémistes anglos haineux…

  3. Merci Louis pour ce texte. Merci de rappeler nos arguments et notre victoire. Aucun média fédéraliste n’a daigné rapporter l’événement.

  4. Bravo pour votre manifestation. Occuper le terrain, il n’y a que cela de vrai !

    En juin dernier, une manifestation a eu lieu à Paris pour protester contre l’anglicisation forcée à laquelle on assiste depuis peu et qui provient d’une volonté politique (donc idéologique) de la classe dominante.

    … 18 juin 2011 : Les Francophones étaient dans la rue ! pour obtenir l’organisation d’États généraux de la langue française
    et de la Francophonie
    Au Panthéon et dans le Quartier Latin, à Paris, plus de 1 200 manifestants sont descendus dans la rue à l’appel de 42 associations, cercles de réflexion et partis politiques qui refusent l’étouffement de la langue française et de la Francophonie. En présence notamment de Claude Hagège, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Paul-Marie Coûteaux…

    Pour en savoir plus sur cette manifestation parisienne, le lien : http://www.avenir-langue-francaise.fr/articles.php?pg=681

    En Italie aussi des mouvements se créent pour défendre l’usage de l’italien et combattre la domination du globich.
    Voici le lien : http://www.francophonie-avenir.com/Index_LO_Manifestation_contre_le_tout-anglais_en_Italie,_le_28_mai_2011.htm

    Y aurait-il une prise de conscience ? certe, encore un peu timide, qui serait les prémices d’un mouvement bien plus général exprimant le ras-le-bol de l’imposition d’une langue unique et l’envie de réaffirmer son identité ?
    Je l’appelle de tous mes vœux.

    Parce que la diversité linguistique reflète celles de l’humain et de sa pensée.
    Non à l’uniformisation qui nous abâtardit.

    Bonjour à tous les amoureux de la langue française. Et puisque je parlais de l’Italie, buongiorno aux Italiens

  5. Wow! Je n’ai même pas entendu parler de cette « manif ». Ça démontre à quel point les anglo-suprémacistes ont mal jugé la réalité de la situation. Sept! HA HA HA HA! Sept! Voilà le pouvoir de ce mini-démagogue: je n’ai jamais entendu parler de lui, ha! ha! ha!

    Quand est-ce que les gens vont réalisé que ce stupide conflit ne cessera jamais en autant que nous soyons pas un pays indépendant? Les gens ignorent plusieurs dangers réels dans leurs vies quotidiennes mais quand ça vient à une idée abstraite et vague: là il faut investir de l’énergie! Ça pas de sens les êtres humains.

  6. J’ai surtout aimé mon we want french coast to coast!

  7. Bravo Louis et merci à toi et à ceux qui ont

    participé à cette manifestation pour la Loi 101.

  8. Bonjour Patrick

    merci pour ton message d`encouragement du 28 août dernier. Non seulement le Québec a besoin de beaucoup d`immigration française, mais nous aurions également besoin que votre militantisme. Les français ont cette capacité extraordianaire à se mobiliser pour les cause qu`ils revendiquent. Les Québécois sont démobilisés en 2011 et un nouveau souffle nous ferait le plus grand bien.

  9. Merci d’avoir encore une fois prouvé l’insignifiance d’Hugo Shebbeare. Je crois que nous sommes probablement la seule province à accepter ce genre de personnage. C’est sûrement pourquoi il a immigré ici et qu’il tient tant à l’unité canadienne….

Comments are closed.