Pause estivale

Je prends une pause du blogue pour quelque temps. J’ignore combien de temps. J’ai d’autres projets dans des casseroles bouillonnantes sur le rond du poêle de mon imagination et je ne trouve pas la moindre inspiration pour écrire des textes de qualité présentement. J’aime mieux ne rien écrire que de me rabattre sur une écriture rapide, médiocre, simple lien avec vous, lecteurs, qui méritez mieux qu’une façade artificielle de pensée décharnée. Je planche présentement sur un projet de roman (après quinze ans à y penser et cinq ans à y rêver) et je fais le choix de ne pas trop m’éparpiller.

Ce n’est pas un adieu, ni même un au revoir. Une simple pause, salutaire. De toute façon, l’été, la politique tourne au ralenti, et je ne crois pas que quelques semaines plus tranquilles changeront grand chose dans le contexte de la disparition du peuple québécois, de sa langue, de sa culture, de ses valeurs, de son histoire, de ses villes, de ses campagnes, de son identité, de son essence. Nous continuerons de nous effacer devant le rouleau-compresseur anglomane et multiculturel un peu plus tard cet automne. Nous serons toujours aussi à genoux devant tout ce qui vient d’ailleurs et méprise nos valeurs, nous serons toujours aussi veules, mollassons et il sera toujours tout autant temps plus tard de constater notre manque de courage collectif afin de prendre des décisions courageuses assurant la survie de nos idéaux.

Je souhaite un bon début d’été à tous mes lecteurs, et à bientôt!

Louis P.

Publicités

6 Réponses

  1. Bonne pause! Vous avez raisons, c’est salutaire. J’aime ça un blogue qui se tait. J’ai l’impression que l’auteur respecte ses lecteurs. Et si l’aventure du roman vous appelle, de grâce, allez-y, vous ferez peut-être encore plus pour le Québec de cette façon. Sait-on jamais. Au plaisir de vous lire d’une manière ou d’une autre.

  2. Salut,

    Tu fais des orphelins. Même si je n’étais pas de ton bord j’aimais bien te lire. Je suis immigré noir africain, francophone et de droite, le genre qui te fait peur plus que tout. Ce qui est agréable dans tes textes c’est qu’il y a pas d’hésitation sur tes convictions et engagements, tu ne cherches pas à savoir si tu as tort ou raison, l’important c’est l’affirmation de ton identité de nationaliste de gauche. Si jamais ton projet de roman aboutissait je serai parmi tes 1er lecteurs, il suffit de dire comment se procurer le bouquin.

    Pour revenir à l’objet de ton blog, ce qui fait capoter ton combat c’est le niveau d’éducation de tes compatriotes. Je vis à verdun, un arrondissement francophone mais la grande majorité de ses habitants s’adressent à moi en anglais, c’est à moi de leur dire que je suis francophone comme eux et qu’il n’ y a pas lieu de s’adresser à un étranger dans une langue étrangère. Il faut essayer de gagner le combat contre le décrochage scolaire avant d’espérer quoi que ce soit et j’ai l’impression qu’au secondaire l’enseignement des sciences sociales n’est pas aussi rigoureuse que dans les autres pays. J’ai pas d’enfants, je ne peux pas comparer objectivement mais j’ai l’impression que le québécois moyen n’a pas le niveau pour faire des choix objectifs quant à son avenir, je peux me tromper , ce n’est que mon avis.

  3. M. Préfontaine, si une pause estivale peut vous être salutaire, allez-y, pausez,pausez! 🙂

    Pour vous paraphrasez et contrairement à vous, j’aime mieux écrire et me rabattre sur une écriture rapide, médiocre, simple lien avec vous, lecteurs, car plusieurs d’entre-vous ne méritez pas mieux qu’une façade artificielle de pensée décharnée (c’est du sarcasme, pour ceux qui ne sortent jamais).

    Je vous demande de méditez cette question : pourquoi les québécois qui souhaitent l’indépendance du Québec croient que seulement la langue française doit faire partie de notre identité ?
    Bon été et revenez-nous en forme…de quoi…à vous de choisir?

  4. Bonne fête nationale à tous et toutes les QuébécoisEs, et bon été (à toi, à ta copine et à tous les amis) et pause bien méritée. Je suis allophone, pro-Québécois et farouchement de gauche, s’il faut le dire.

    Je fais une distinction entre « anglomane » et « multiculturel », car ce dernier peut signifier autant une politique anti-québécoise de Trudeau qu’une très saine ouverture sur le monde. C’est la veille de la Saint-Jean/Fête nationale et j’écoute de la jolie musique créole – en français – de loin – pour une fête de mon quartier qui devient le Petit Partout. Oui, de l’autre côté de la voie ferrée à Parc-Ex ça s’anglicise à gogo.

  5. Merci à tous pour vos bons mots. Je suis en période de remise en question. On va voir ce qui va se produire! Merci! 🙂

  6. Bonne chance pour devenir le nouveau Patrick Lagacé…. ben, en version chômeur, là.

Comments are closed.