Kahnawake: et si on appliquait la loi québécoise?

L’expulsion dans un délai de dix jours des non-Mohawks de la réserve de Kahnawake démontre encore une fois les limites de l’État québécois à imposer ses lois sur son territoire. Pendant qu’on nous répète inlassablement les mêmes vieux discours usés des droits de la personne, de l’ouverture interculturelle, du multiculturalisme jusqu’à nous étouffer, il faudrait accepter, sans broncher, ces poches de racisme et d’intolérance que sont les réserves amérindiennes. Et si on appliquait la loi québécoise partout au Québec?

Source de l’image

Évidemment, on rétorquera que les réserves sont de juridiction fédérale, et qu’elles ne sont pas, théoriquement du moins, sur le territoire québécois. Facile. Quand les Mohawks sont malades, qu’ils ont besoin de soins spécialisés, ce n’est tout de même pas le Kateri Memorial Hospital Centre qui peut répondre à tous leurs besoins. Quand ils ont envie de s’amuser, de sortir sur la « Main », ce n’est pas sur la rue Church à Kahwanake qu’ils vont; c’est à Montréal, bien sûr. Et on ne leur demande pas de montrer un passeport et on ne fouille pas leurs véhicules. Les réserves autochtones, quoi qu’on en dise, font bel et bien partie intégrante du Québec.

Or, comment peut-on accepter, en 2010, que la loi québécoise ne soit pas appliquée dans ces réserves? Comment peut-on tolérer que des individus ne paient pas d’impôts, ni de taxes, utilisent nos infrastructures, et votent des mesures racistes d’exclusion à l’encontre de quiconque n’a pas le sang suffisamment mohawk pour mériter le droit de vivre sur la réserve? « Oh, désolé madame, vous n’êtes mariée que depuis 1982 et vous n’avez pas la pureté sanguine requise, alors vous devrez quitter d’ici dix jours. Merci bonsoir. » Si le Québec traitait ainsi ses minorités, les casques bleus de l’ONU débarqueraient demain matin.

En fait, le problème vient précisément du statut d’ultra-minorité des Autochtones. Les Québécois, eux-mêmes minoritaires, s’identifient au combat des Amérindiens pour la préservation de leur identité. Étrangement, pourtant, nous nous refusons certaines méthodes jugées ségrégationnistes et inhumaines, mais nous les acceptons pour ceux-ci. Nous rejetons le racisme, le droit du sang, la discrimination basée sur l’appartenance ethnique pour nous, mais nous acceptons ces mêmes mesures parce qu’elles sont appliquées pour les Amérindiens. Nous tolérons de vivre avec une loi 101 charcutée plus de 200 fois depuis son adoption, nous acceptons de financer les universités anglophones trois fois plus que les universités francophones, nous fermons les yeux sur l’anglicisation de Montréal et des banlieues, mais nous refusons obstinément de dénoncer des Mohawks qui veulent mettre dans la rue avec dix jours de pré-avis des personnes qui, après peut-être vingt ans parmi eux, ont peut-être néanmoins adopté leurs us et coutumes. Nous sommes mous.

Que les Amérindiens veuillent conserver leur identité, voilà qui est tout à fait normal. Mais pourquoi devrions-nous leur accorder des droits supplémentaires, dont nous ne jouissons pas, pour y arriver? Pourquoi accepter que ceux-ci utilisent des méthodes datant des pires noirceurs de l’humanité et basées sur l’exclusion et le fanatisme identitaire alors que nous ne nous reconnaissons même pas le droit de simplement pouvoir vivre et travailler dans notre langue?

L’histoire est injuste. Les Amérindiens n’ont vraiment pas eu de chance. Mais dans la vie, on crée aussi sa propre chance par de bons rapports de force. Nous n’avons pas plus de dettes envers des Mohawks utilisant des méthodes contraires à nos valeurs que le Canada ne devrait en avoir envers nous si nous utilisions de telles méthodes. Si nous décidons, Québécois, que le droit du sang et le rejet d’autrui basé sur l’appartenance ethnique n’est pas acceptable pour nous, nous n’avons pas le droit, peu importe la raison, de l’accepter pour quiconque se trouve dans les limites de nos frontières, que ce soient des fanatiques afghans qui commettent un crime d’honneur ou des fanatiques amérindiens qui donnent un pré-avis de dix jours aux non-rouges pour quitter la réserve.

Pourquoi ne pas simplement appliquer la loi du Québec sur l’ensemble de notre territoire? On pourrait très bien imaginer des exceptions culturelles localisées pour les Amérindiens et les Inuits, afin de protéger leur culture; en les traitant comme des citoyens du Québec au lieu de les mettre dans des enclos, on risque de leur donner le goût de s’intégrer eux aussi à notre culture et à notre langue et de développer, pour le mieux-être de tous, l’idée qu’il existe d’autres moyens pour défendre une identité que d’exclure autrui sur la seule base de son appartenance ethnique. Isolés, dans leurs réserves, n’est-ce pas précisément la leçon qu’ils ont, en ce moment, de nous-mêmes?

En appliquant la loi québécoise sur tout le territoire, y compris dans les réserves fédérales, nous ferions preuve de la plus grande des intégrations, nous renouvellerions les liens ancestraux que nos ancêtres ont tissés avec les Amérindiens et nous leur donnerions le goût de se joindre à nous pour la survie de nos deux nations.

Encore faudrait-il qu’un gouvernement ait le courage nécessaire pour s’attaquer à la question et exiger ce droit d’Ottawa. Chose qui, depuis la crise d’Oka en 1990, est plutôt rare.

Publicités

13 Réponses

  1. Là où ils sont très cons … mais alors vraiment très très cons, c’est que virer des gens quand ton plus gros problème reste la faible masse que tu représentes au sein de la nation canadienne et québécoise, et que c’est même ton plus gros problème pour prétendre devenir un jour indépendant et libre (enfin si ces gens le souhaitent réellement), c’est un peu comme te tirer dans les deux pieds et traverser le plancher en même temps.

    Préserver leur culture … mon cul ! Qui nous dit que les personnes mariées après 1981 ne vivaient pas de la même façon que les autres Mohawks ? Qui nous dit que ceux mariés avant le font ?

    Ils ne s’agit là que de l’épuration ethnique et rien d’autre. Et que je sache, aucun peuple sur cette terre ne peut prétendre cela respectable, quelque que soit la population qui reste de leur peuple. Mais qu’ils aillent voir Avatar cette bande de morons !

    Et ils n’en sont pas à leur premier essai, ils avaient déjà viré les conjoints « blancs » des mohawks décédés y a une dizaine d’années.

    Bon, moi j’abandonne. Je ne veux plus de l’indépendance du Québec. Je veux que le Québec devienne une réserve, cette même idée que je me suis dit en arrivant ici y a 15 ans ; je ne veux plus payer de taxes, je ne veux plus voir autre chose sur mon territoire que des blancs catho-francophones. Ben ouais, on est en danger non ?

  2. Ouais et bien c’est pas facile le raciste est encore présent.

    On s’aime pas bcp entre peuple mais sérieux ils sont pas beaucoup sur cette réserve je trouve que c’est étrange d’avoir ce genre de comportement.

    ça doit leur taper sur les nerfs mais les exclures a cause qui sont blanc bah y sont blanc aussi dans un sens un peu bazané mais bon.

    alors je conseil a ces gens d’aller se faire bronzer ou d’aller 1 semaine dans le sud alors ils seront plus blanc.

    Sérieux cest la palestine ça ou quoi ? lol

    SÉrieusement si on veut on peut facilement arranger ce problème ont est 1000 fois plus nombreux que ces gens la.

    Mais bon imagine la vie au quotidien dans ces réserves y doit avoir bcp de violence et de climat tendu.

    Mais si cest leur réserve a eux alors j’imagine qui peuves faire ce qu’il veulent mais le problème cest que leur « réserve » ce trouve au Québec dans mon pays et ça je trouve que cest une grave erreur.

    DEs gens qui ne font surement pas grand chose de mal comparer a certain Ghetto de mtl nord ou le taux de criminalité est élevé alors bon.

    On devrais leur privilèges si il traite les gens comme ça mais bon je suis toujours ouvert au débat.

    si sa peut les rendre heureux mais imaginez si y font ce genre de chose j’aimerais psa etre une femme et vivre dans cette réserve.

    Je veux dire l’ambiance doit etre bizarre déja quils sont vulgaire de nature.

  3. Si la pureté de la race est si importante pour eux, on devrait tester tout le monde.

    Génétiquement parlant, Il y probablement plus de Québecois avec du sang autochtone en dehors de la réserve. Je ne serait pas surpris que certains, sinon plusieurs mohawks extremistes soient moins « pur » que des « blancs » qui ne se considèrent même pas autochtone.

  4. C’est simple Louis, comme toi, nous sommes dans un etat policier.
    C’est la police le BOSS ! Et comme y ont peur des Mowacks…devine la suite.

  5. Que dire des juifs hassidiques qui sont à même dans la ville (Outremont)
    je ne les vois pas s’assimiler aux québecois, et ne payent surement pas des impôts ayant le statut de religion.(et profitent de nos soins de santé publique)
    Les Mohawks ont été bernés depuis plus de 400 ans en commençant par les missionnaires qui les ont enclosés ( ) dans des réserves pour mieux les endoctriner à la foi catholique. (malgré le fait qu’ils se sont battus contre les Anglais pour les français pendant sept ans)
    Si les québecois de souche (dont plusieurs ont du sang indiens)était plus conscients de leurs origines ancestraux (coté bazané) il y aurait belle lurette qu’il ne seraient plus des sujet du Dominion.
    C’est a nous, de nous assimiler à leurs us et coutumes.
    Ne pas oublier qu.ils ont ìnventés et utilisés la forme du système fédérative (Fédération Iroquoise et Huronne) alors que vos ancètres outre-atlantistes étaient sous le joug de la monarchie et de l’évêché ,et que tous autant que vous êtes, en étiez soumis . à bon entendeur salut.
    Ni t’chawama

  6. L’institution religieuse est exonérée d’impôts, pas ses fidèles. Ça vaut pour tout le monde. Alors les préjugés antisémites, passons!

  7. L’institution religieuse est exonérée d’impôts, pas ses fidèles. Ça vaut pour tout le monde. Alors les préjugés antisémites, passons!
    Les hassidiques (anti-sionistes) n’est pas une religion; mais plutot un groupe sociaux en marge de la société (même juive). Au même titre que les Mohawks.
    Je ne voix pas de préjugés (racials) la dedans, ce sont des fait.
    En temps que MicMac je sais se que c’est qu’être un exclu (racial).( Ce qui malgré tout aiguise ma fierté d’être qui je suis)
    à bon entendeur Salut.
    Ni t’ chawama
    On a le bonheur que l’on comprend.

  8. Des réserves il y a 400 ans ? N’importe quoi ! Dis, quand tu auras fini de « révisionner » l’histoire du Québec, tu nous fais signe hein.

    Sinon aucun probleme de me melanger avec les premieres-nations, j’ai toujours été un emplumé au fond de moi et je vis beaucoup suivant certains leurs principes … qui sont tout simplement humain et international.

    En passant, avant les rois … on vivait aussi en « fédération ». Disons qu’ils n’ont pas eu le bonheur, pour ne pas dire la chance, de ne pas « évoluer » autant que nous, sinon ils y seraient surement arrivé à la royauté à un moment ou à un autre, sous une forme ou sous une autre.

    A bon entendeur.

  9. Et si on leur donnait raison ? Si, au lieu de grimper dans les rideaux, on les laissaient expulser les non-mohawks de la réserve ?

    Comme je le disais sur le blogue de Martineau, laissons-les nous expulser. Un moment donné, pour éviter de se faire expulser à leur tour, ils n’auront pas le choix de se reproduire entre eux, et quand ils seront devenus idiots congénital, nous n’aurons plus qu’à apporter les miroirs et l’eau-de-vie pour reprendre possession des réserves.

    Ou, comme un(e) autre intervenant(e) l’a suggérer: si on n’est pas assez bon pour eux, notre argent n’est pas assez bon non plus. Exit le bingo, le casino, les cigarettes.

    J’ai hâte que le gouvernement finisse par aller de l’avant avec le projet d’allonger l’A-30. On aura plus besoin de passer par la réserve pour aller sur la rive-sud.

  10. J’analyse ce fait en deux segments.
    De un, les Indiens, tout comme Nous, ont le droit de vouloir préserver leurs héritages culturel et génétique. D’ailleurs, conserver son héritage génétique est dans l’intérêt de tout peuple distinct, c’est une richesse à ne pas perdre, car lorsque c’est très métissé au sein d’un état, ça vire comme l’Amérique du Sud (Tiers-monde) et les Balkans (l’Enfant pauvre et instable de l’Europe). À ce niveau-là, je n’ai aucun problème. Puis, le fait d’avoir forcé des Blancs à quitter leur territoire, cela montre qu’ils veulent être indépendants de Nous, qu’ils veulent se gérer eux-mêmes. Excellent ! Je crois que c’est la chose à faire. Donc, dans ce cas-là, vous comme moi n’avons plus à leur donner six milliards de dollars annuellement pour combler leurs caprices de «victimes éternelles».

  11. Bonjour…
    Je viens de voir un reportage sur Canal + (je suis français).
    Je conteste un peu la façon de faire, mais ne sont-ils pas (Les Mohawk) plus chez eux que les Canadiens ?
    Ils vivent de vente de cigarettes détaxées et de leur golf ?
    Arrêtez de profiter de leurs largesses et de leur greens, vous verrez que leur mentalité changera, c’est tout.
    Bien à vous mes amis d’outre-atlantique
    Un français « de France »

  12. Juste pour rajouter une petite chose…
    Nous, français, nous avons le même souci avec les corses et je suis d’acoord pour donner aux iliens leur indépendance totale… mais combien de temps mettront-ils à revenir dans les jupes de l’état français ?

  13. Vous devriez vous informer sur la constitution canadienne et les droits des amérindien. Le Québec na pas tout les droit il est sous Ottawa or il doit se plier au dire de Ottawa que cela fasse son affaire ou non. Les amérindiens ont leurs culture, leurs croyances…. les réserves sont leurs territoire or ils peuvent faire la lois comme bon leurs sembles tant que c’est autoriser par Ottawa. Je comprend que vous trouver injuste qu’ils ai des passe droit. par-contre si ils ont ces passe droit ces parce qu’ils ont perdu beaucoup dans le passé même si cela fait des centaine d’année ce qu’ils ont perdu est toujours présent nous vivons sur leurs territoire, détruisons leurs forêt. Dans le passé ils ont permit au nouveaux colons de s’établir pas verbalement mais amicaux leurs ont enseigner a vaincre la maladie, comment apprêté de nouveaux mets…. ils aurai tout pu bonnement laisser mourir les colons mais non alors après tout les sacrifice qu’ils ont fait ces un minimum de respect qui leurs est offert. et avec la place qu’il y a au canada je crois que qqn peut facilement s’établir ou il veut sans aller la ou il ne peut pas .

Comments are closed.