La tyrannie de la beauté

Pris du poids dans le temps des Fêtes? Tu n’es plus un aryen mon ami. Le site web Beautifulpeople.com, dont le membership n’est offert qu’aux personnes soi-disant attrayantes, a banni plus de 5000 membres ayant un peu trop festoyé pour Noël. « Le fait de permettre aux personnes grassouillettes de parcourir le site constitue une menace directe à notre modèle de gestion » explique Robert Hintze, le fondateur de ce club-sélect des « beaux » et « belles » de ce monde. Si la discrimination fondée sur la couleur de la peau, sur le sexe, sur l’orientation sexuelle ou religieuse sont des phénomènes de plus en plus marginaux, celle basée sur une conception plastique de la beauté semble avoir le vent dans les voiles. Est-ce cela, la beauté?

Source de l’image

En effet, de quelle sorte de beauté parle-t-on réellement dans cette situation? Puisque ce sont les membres qui choisissent d’approuver ou de refuser les nouvelles demandes, les nouveaux inscrits ressemblent… aux anciens. Il est possible, sans être abonné soi-même, de visionner un aperçu des plus récents membres du site. On y voit une succession de personnes au look propret et vide, une véritable nature morte d’individus se ressemblant tous plus ou moins et suivant la mode comme d’autres vont à l’église. Les hommes ont les cheveux un peu ébouriffés, la barbe de trois jours, les muscles fermes; les femmes sont jeunes, ont les cheveux longs et de gros seins. Et surtout, aucun n’a la moindre imperfection visible.

Or, n’est-ce pas justement l’imperfection qui confère tout son charme à la beauté? Quand on contemple un paysage bucolique, reproche-t-on à l’arbre en arrière-plan d’avoir une branche cassée ou à la rivière de charrier une eau un peu trop trouble? On considère, dans la nature, que ces travers font partie intégrante du charme: l’arbre malade fait apprécier celui en santé, l’eau trouble de la rivière permet de mieux savourer la pureté d’une source limpide. La beauté n’existe que parce que le monde est fait d’imperfections, et ce sont précisément ces dernières qui permettent le mieux au beau d’exister. L’arbre malade ou la rivière trouble ne sont pas « laids », ils sont simplement différents et contribuent à la salutaire diversité permettant de mieux apprécier un beau se nourrissant de toutes ces imperfections.

De la même manière, un grain de beauté sur le bord du nez, un visage légèrement asymétrique, un léger surplus de poids, ne sont pas des signes de laideur, mais plutôt de différence, de la diversité humaine sous toutes ses formes. Partir du principe que quelqu’un est beau parce qu’il est mince et qu’il n’a pas de « défauts » apparents revient à affirmer que la seule forêt au monde, le seul paysage digne de ce nom est celui d’une plantation de pin où chaque arbre est aligné en rang comme un soldat, à exactement deux mètres du prochain, et où la moindre imperfection est punie de la mort rapide occasionnée par la tronçonneuse. Ce type de beauté constitue la mort de la vie.

Par ailleurs, qui peut se permettre de juger de qui est beau ou non? La beauté n’est-elle pas dans l’œil de celui qui regarde? En permettant à une élite sélectionnée de décider qui, parmi la laide populace, aurait le privilège de la rejoindre, on ne fait que conforter le choix des premiers membres. Aurait-t-on idée de voter pour permettre la sélection d’une beauté plus traditionnelle, plus imparfaite, invalidant ainsi sa propre sélection? Non. On vote pour des gens comme soi, parce que leur présence renforce la nôtre. Mieux, elle la garantie. À une certaine époque, on aurait parlé d’une certaine forme d’eugénisme; aujourd’hui, à l’ère de la cigarette honnie, du jogging imposé et des oméga-3 en suppositoires, c’est la seule loi valable.

Heureusement, il y aura toujours des réfractaires à cet ordre des choses. Des individus probablement génétiquement défectueux, inaptes pour la plupart à faire partie de la super-race des beaux; des gens qui recherchent l’imperfection, qui s’enivrent de celle-ci, qui considèrent que la véritable valeur d’autrui ne réside pas nécessairement dans sa capacité à faire tourner toutes les têtes durant une seule soirée, mais à en faire tourner une seule toute une vie, grâce à une beauté sans cesse renouvelée, comme une nature vivante en continuelle changement, sauvage et imprenable. Des hommes et des femmes qui, aussi, plutôt que de juger l’enveloppe corporelle selon les standards imposés par la mode ou l’air du temps, cherchent véritablement à s’accomplir en tant qu’humains et à accompagner d’autres humains ayant l’ambition non pas de se conformer à ce qui est considéré comme « beau », mais à imposer eux-mêmes leur propre vision de la beauté.

En soi, le site web Beautifulpeople.com ne constitue pas un danger immédiat. C’est la logique derrière celui-ci qui est dangereuse. À partir du moment où on considère que tous ceux qui ne suivent pas les standards actuels de la beauté sont laids, voire imparfaits en tant qu’humains, on ouvre la porte, doucement mais sûrement, à tous les excès génétiques d’un futur où il serait peut-être possible de choisir certaines des caractéristiques physiques de nos enfants. Là où certains des pires dictateurs de l’histoire ont échoué, nous nous offririons enfin un monde aseptisé, normalisé, un monde d’humains modifiés génétiquement, des humains sans saveur et emballés comme des tomates Savoura.

Résister contre cette vision réductrice du beau, c’est donc se battre pour la diversité humaine et pour la sauvegarde de ce qui fait notre richesse. Cela ne veut pas dire de se négliger ou de valoriser volontairement les défauts très apparents, mais peut-être simplement d’accepter l’autre comme on aimerait qu’il le fasse pour soi. Et ça commence par la nécessaire prise de conscience que celui-ci n’est pas laid, mais simplement différent.

Et que, quelque part au monde, une autre personne différente recherche précisément quelqu’un comme cela. Voilà peut-être la véritable beauté : celle des relations humaines.

Publicités

9 Réponses

  1. La beauté est dans l’œil de celui (ou celle) qui regarde…

  2. Le crapaud de Voltaire aime la beauté ordinaire

    http://ysengrimus.wordpress.com/2008/08/06/sur-la-beaute-feminine-mes-vues-sont-celles-du-crapaud-de-voltaire/

    Méditons sa sagesse…

  3. Le site à l’air d’être surtout populaire chez les Européens. Je n’ai pas vu un seul drapeau Canadien et ceux des États-Unis se compte sur les doigts de la main.

  4. Ahhh Louis, que j’aime ta plume….

    Au-delà de nos divergences philosophiques, je reviens et reviens ici à cause de certaines de analyses, vraiment UNIQUES.

    Pour les anthropologues du futurs, il faut préserver ça à quelque part, car ça résume -un peu- les excès de notre époque:

    – « oméga-3 en suppositoires »

    – « des humains sans saveur et emballés comme des tomates Savoura. »

    – etc

    J’en ris encore…
    🙂

    Et je prends des omégas… mais je n’en fais pas une religion…
    😉

    ***

    Pour le reste (le fond), tu as tellement raison de dire cela:

    « Là où certains des pires dictateurs de l’histoire ont échoué, nous nous offririons enfin un monde aseptisé, normalisé, un monde d’humains modifiés génétiquement »

    Les Huxley, Russel, etc, de ce monde avaient tous ce rêve de débiles (ils auraient du être internés, mais ils sont malheureusement, des ‘modèles’ pour beaucoup trop de nos élites):

    Une dictature scientifique ‘parfaite’… et nous y sommes déjà sous plusieurs aspects.

  5. Je dis simplement : « Vive la synchronicité ». (Le créateur qui parle à lui-même de l’Oeuvre)

  6. Vive la diversité équitable!

    Je pousse peut-être un peu mais je dirais que le concept de la diversité humaine rejoint celui de la diversité culturelle dans le cadre d’une relation équitable entre les nations plutôt qu’une mondialisation par l’uniformisation des cultures et la réduction des particularismes nationaux au rang de simples marchandises.

    Merci pour ce texte limpide et captivant Louis.

  7. Je viens justement de voir un reportage au Téléjournal sur ces Chinoises qui croient que la chirurgie plastique leur donnent de meilleures carrières.

    C’est beau être beau mais à moins d’être une potiche, faut de quoi dans la tête!

  8. « Là où certains des pires dictateurs de l’histoire ont échoué »

    Les dictateurs que tu parles, et je n’en vois qu’un seul pour le moment, voulaient éliminer une race, et non la laideur humaine. Donc, ne mélanges pas les choses s’il-te-plait.

    Et puis, comme internet est immense, cesse de consulter ce site. Les sans-génie qui le visitent vont finir par se reproduire, c’est un fait, mais un jour, ils vont devoir se rendre compte de deux choses:
    1- ils sont devenus trop peu nombreux, et à cause de ça
    2- ils sont devenus consanguins.

    Ils vont finir par s’auto-exterminer. Laisses-les faire. On va ainsi vérifier si la théorie de Darwin est fondée, et leur garder les darwin globe awards.

  9. @ Jean-Pierre Lord:

    Que voulez-vous dire par ça ???

Comments are closed.