La Journée nationale de l’homme dépassé

Vous ne le saviez peut-être pas, mais aujourd’hui, c’est la Journée internationale des droits de la personne. Oui, oui. En cette mémorable journée, on nous rappelle que « tout être humain possède des droits et libertés destinés à assurer sa protection et son épanouissement et que tous sont égaux en valeur et en dignité ». Ce que ça va changer, concrètement? Rien. Une autre journée, une autre cause parmi des milliers de causes qu’on a déconnectées les unes des autres.

journee_nationale

Source de l’image

Combien de telles journées dans une année? Des dizaines et des dizaines. Simplement pour décembre:

  • 1er décembre: Journée mondiale de lutte contre le SIDA;
  • 2 décembre: Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage;
  • 3 décembre: Journée internationale des personnes handicapées;
  • 5 décembre: Journée internationale des volontaires pour le développement économique et social;
  • 7 décembre: Journée de l’aviation civile internationale;
  • 8 décembre: Journée internationale de la radio et de la télévision en faveur des enfants;
  • 9 décembre: Journée internationale contre la corruption;
  • 10 décembre: Journée des droits de l’homme;
  • 10 décembre: Journée internationale pour les droits des animaux;
  • 11 décembre: Journée internationale de la montagne;
  • 18 décembre: Journée internationale des migrants;
  • 19 décembre: Journée des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud;
  • 20 décembre: Journée internationale de la solidarité humaine.

Je suis peut-être un homme dépassé, mais il me semble qu’à une certaine époque, on pensait globalement. En un temps particulier, on avait compris qu’on pouvait instaurer des changements sociaux touchant à la fois les malades du SIDA, les handicapés, les droits de l’homme, les migrants, la montagne, la solidarité, alouette. Qu’on appelle cela socialisme ou social-démocratie importe peu: on avait la juste clairvoyance de considérer la société comme un tout où chaque individu, uni avec son prochain, finissait par voir ses propres intérêts particuliers pris en charge par une façon de gérer l’État permettant à chacun d’y prendre son compte.

Ainsi, personne n’aurait eu l’idée de s’isoler dans son petit combat sectaire sans réaliser que ce combat rejoint celui de tous les autres. Les militants gays marchaient également pour l’indépendance ou McGill français. Les écologistes prônaient la libération des femmes. Les naturalistes appuyaient également la solidarité humaine. Tous semblaient trouver leur compte dans l’union de toutes les causes en une seule et même action commune, soit la réalisation d’une société meilleure, plus juste, plus respectueuse de tous ses individus.

Aujourd’hui, à chaque cause isolée correspond sa petite journée solitaire. On tire la couverte chacun de son côté et on se croise les doigts en espérant faire assez de vagues, être assez visible ou intéressant pour que les seigneurs médiatiques relaient le message. On s’enferme dans ses idées préconçues, on se referme sur soi avec d’autres individus ne considérant leur combat que sous l’angle d’objectifs bien précis (la protection de telle rivière, de tel réfugié, la lutte contre telle maladie) et on oublie que de la multiplication de causes isolées ne peut résulter qu’une cacophonie de résultats disjoints et souvent contradictoires.  On participe à une « journée internationale » de ceci ou cela, ou à une « Grande guignolée des médias » remplaçant la nécessaire redistribution de la richesse opérée par l’impôt par une inégale charité, et le soir on se repose tranquillement chez soi, on réclame des baisses d’impôts pour sa famille et des hausses de tarifs et des coupures de service pour les plus démunis.

Paradoxalement, les promoteurs et les participants à chaque journée « internationale » se croient ouverts sur le monde, en communion avec autrui, se pensent reliés à l’ensemble de l’humanité parce qu’un lipdub sur l’eau a été vu de Buenos Aires à Paris, que des dizaines d’hommes et de femmes se sont mis à poil pour la cause de la sauvegarde du phoque canadien ou qu’une bannière a été apposée sur le parlement canadien. Ils croient réellement faire bouger les choses en « sensibilisant » la population à tel ou tel enjeu.

Or, s’ils sont eux-mêmes désensibilisés face aux enjeux globaux, s’ils se contentent de militer pour des projets très limités dans leur portée, comment peuvent-ils espérer que le citoyen lambda se sente interpelé par leurs actions? Autrement dit, comment ne pas en arriver à un dialogue de sourd entre d’un côté des militants pour une cause « x », un citoyen qui appuie la cause « y » et un autre la cause « z »? Chacun pour soi, chacun essayant d’attirer l’attention des médias et des politiciens pour des gains très limités pour un enjeu très cantonné, et tant pis si ces gains se font au détriment d’autres groupes isolés! Chacun pour soi. L’union? Connais pas! De quelle union peut-on parler quand on vit avec une webcam dans le nombril?

Et si on osait penser différemment? Si on voyait que dans la solidarité permettant de protéger le français poussent les germes de camaraderie permettant d’intégrer les migrants à notre culture? Si on constatait que dans la fraternité de la défense des plus démunis réside aussi le trésor de la cohésion sociale et de la sécurité? Si on comprenait que la défense de la montagne peut impliquer la défense des animaux? Et si on réalisait finalement que de notre union et de notre intérêt à la chose politique ne peut survivre la corruption?

Je suis possiblement un homme dépassé, mais je crois qu’il y a des causes qui dépassent nos petits individualismes. Des solidarités qui, même si elles n’offrent pas de solutions immédiates à chaque problème particulier, permettent d’envisager des solutions globales à long terme. Des façons de concevoir la politique et le monde qui nous permettent, Québécois, de nous organiser politiquement et de viser l’union des particularismes derrière le bouclier de la défense de nos intérêts nationaux, ce qui, par extrapolation, ouvre la porte à la défense des intérêts des valeurs communes de tous les peuples minoritaires de la Terre, chacun sur leurs territoires et dans leurs parlements respectifs.

Je suis sûrement un homme dépassé, mais j’aime croire en quelque chose qui s’appelle la solidarité humaine, et pas seulement le 20 décembre. Je désire penser que ceux qui me doublent et me traitent de retardataire parce que je préfère prendre le temps d’apprivoiser le chemin menant au mur ont, eux aussi, beaucoup à apprendre.

Et si on osait, nous aussi, aller au-delà de nos idiosyncrasies et réclamer une réelle solidarité au-dessus de tous les intérêts privés?

Publicités

29 Réponses

  1. Journée internationale de la radio et de la télévision en faveur des enfants … ha ha ha ! Et apres ils se tapent 364 jours de merdes bourrées de pubs, emissions stupides et programmes violents. BRAVO !

    Je vais repeter ce que tu as soulevé : ces causes sont là pour empecher les gens de s’unir autour d’une meme et seule cause : le mieux etre des gens et de l’environnement. Diviser pour mieux regner. Se limiter à une vision simpliste du monde.

    Combien de fois j’entends un type me dire : je n’ai pas le temps pour ta cause, j’en ai une autre plus importante. Comme si plusieurs causes ne pouvaient pas etre solidaires, conjointes, paralleles, visant les memes objectifs indirectement.

    Personnellement je n’en defends qu’une car elle regroupe toutes les autres qui en decoulent de facon naturelle. Et pour les quelques causes qui ne seraient pas incluses et qui m’interesseraient, c’est simplement parce que tant que la cause que je defends ne gagnera pas, les autres peuvent toujours se brosser pour faire gagner les leurs !

    Quand tous les peuples auront repris leur droit de paroles, le monde changera. La liberté de l’individu, sa protection, passe par la liberté en tant que groupe, en tant que peuple. Les individus ne sont rien seuls dans leur coin. Liberons-nous, liberons les autres… le reste suivra.

  2. Qui sera partant, demain, pour le gros party de … la journée internationale de la montagne ?! Héhé !

    Une solution qui règlerait une très grande partie des problèmes couverts par toutes ces journées de l’année, serait un retour en force aux valeurs chrétiennes pour les gens de chez-nous. L’objectif est de changer notre mainstream actuellement libéralisé jusqu’à l’os où l’athéisme, le marxisme et le système «welfare» sont énormément valorisés.

    Un retour aux sources chrétiennes permettrait d’abolir bien des formes d’excès, spécialement au niveau de la corruption, de l’atteinte à l’intégrité physique des gens, de la destruction de la nature, la tyrannie étatique, etc. Mais ça apporterait également de l’aide concrète, quotidienne, aux gens dans le besoin, et non pas seulement deux fois par année. Les valeurs du travail, de la responsabilité citoyenne et de l’entraide sont également mises de l’avant dans ce type de société. Oui, je vous le dis, ça en règlerait des problèmes !

  3. Est-ce qu’il y aurait de la place pour moi dans ton monde mon beau Frankie?

  4. Internationaliste,

    Comme dans plusieurs mondes réalistes, il est certain que dans le mien, beaucoup de routes seraient à refaire, et cela, à rabais (car je ne crois point en l’efficacité des 33 milliards du plan Charest en la matière). Donc, une avenue possible dans ce domaine-là. Sinon, si tu as plus d’ambition, tu pourrais aussi avoir ta place à l’université … dans un bocal. Voilà.

    Mais je t’avertis tout de suite que, par respect pour les autres intervenants, il ne faudrait pas trop s’égarer du sujet principal. Merci ma chouette !

  5. Mon pauvre chéri j’ai déjà été à l’université. J’aimerais juste que tu me fasses une petite place auprès de toi!

  6. Ha ha ha ! Rien ne change. Et le bigot, personne ne veut revenir au moyen age au Québec. Et vu ton personnage, je vois deja nombre de formes d’exces qui existeraient dans ton monde magique.

    Ton intolerance, ton homophobie, ta xenophobie latente, tes propos phalocrates, que de belles choses qu’on ne voudrait pas voir revenir de plus belle avec des ultra-cathos de ton genre. Laisse Benoit où il est.

    Dis, parfois, tu n’as pas des raideurs dans le bras droit quand tu essayes de le lever ? Nan j’essaye de diagnostiquer ta maladie.

  7. Louis franchement, tu travailles bien et fort sur ton blogue pour améliorer ton sort. Tu en parlais dernièrement. Tu fais quoi pour améliorer le mien?
    Tout le monde égal? Ben partage avec moi le salaire que tu feras avec ta nouvelle job. Parfois ton discours devient dissonant.
    Mon droit parle? Je mérite la moitié du salaire que tu feras.

    Tu es con parfois.

  8. Ben oui, ‘Blochon, on le sait tous que ton désir le plus cher est que l’on pense tous que tu es un descendant direct du chimpanzé.

    Mais là, encore une fois, tu tends à dévier cette grande conversation du sujet initial. Mon intervention était que si on adopte à nouveau une mentalité chrétienne, à la fois dans nos habitudes, dans nos valeurs profondes et au niveau des enjeux sociaux, professionnels et environnementaux, beaucoup de problèmes seront réglés, et c’est l’unique façon de relier les points si bien décrits par Louis qui sont en fait les combats pour une meilleure justice (combattre toutes formes d’oppression) et une plus grande liberté individuelle et liberté d’entreprise.

    Tu peux continuer à me traiter de xénophobe et d’intolérant, mais penses-y deux minutes : si certains pécheurs ne valorisaient pas publiquement leurs péchés (comme la parade gaie devant les enfants, par exemple) et que tous nos immigrants s’intégraient à notre société sans apporter ici leur misère et parlaient également tous le français, serais-je en train de critiquer ? Bien sûr que non, parce qu’à la fois, je ne connaîtrais pas ces gens malgré moi, et je ne verrais pas non plus une partie d’entre eux agir de façon antichrétienne. Ça, mon cher compatriote, ce sont des sources importantes à nos problèmes actuels.

  9. Moi la peche, j’y vais regulierement et je ramene parfois de belles raies. Je le repete, ta société de reve, elle a existé dans le passé et on ne veut pas revivre cela. Non merci et non ca ne reglerait pas les problemes que d’imposer des valeures religieuses aux gens. Ce qui y avait de bien dans la mentalité chretienne, la société l’a largement absorbée, il n’est plus besoin de religion pour cela. Ces valeurs nobles dont tu parles, on les a tous en nous. Elles sont les memes chez les juifs et les musulmans d’ailleurs. Elles sont humaines, les chretiens n’ont fait que les porter pendant quelques années dans leurs ecrits… parce que dans leurs actes c’etait moins reluisant !

    Retourne dans le passé si tu veux, mais on ne veut pas te suivre dans ce pays, je crois que le peuple québécois a ete tres clair et de facon majoritaire là-dessus. Tu devrais aller voir tes amis evangelistes de l’ouest canadien ou les creationistes des USA, tu te sentirais plus proche de leur conception de la vie et du monde, en plus vous pourriez prier ensemble pour votre salut.

    Etre pédé n’est plus considéré comme un péché par bon nombre de curé, y a bien que l’ex-nazi du vatican pour encore croire de pareils absurdités ! Et vu le nombre d’homo dans les rangs de l’eglise, qu’ils commencent d’abord par s’excommunier entre-eux qu’on se marre un peu.

  10. @Reblochon: Voilà! On peut trouver des causes qui englobent plutôt que des causes qui divisent. De se battre pour une chose en particulier n’invalide pas de se battre pour plusieurs autres. Je crois que c’est le manque de cohésion et d’unité qui nous est nuisible, présentement… Tout comme pour toi, je préfère quelques causes qui englobent presque tout (indépendance, langue française, social-démocratie, etc.)

    @Frankie: Je crois qu’on ne peut pas chercher des solutions du passé à un problème du présent. Autant je suis moi-même croyant et ai beaucoup de respect pour les pratiquants, on ne peut pas demander aux gens de retourner dans les églises aujourd’hui. Je crois qu’il faut chercher d’autres outils de cohésion, notamment la langue, la culture, la nation, etc. Ce sont des chemins qui me semblent plus prometteurs pour remplacer nos centaines de journées par un système stable et permanent.

    @internationaliste: Je ne crois pas que Frankie ait voulu faire preuve d’anti-homosexualité avec son commentaire, mais je peux me tromper. À mon avis, le clergé aujourd’hui est beaucoup plus conciliant qu’il ne l’a été autrefois. Évidemment, pour un homosexuel, c’est bien peu de réconfort, je te le concède.

    @un gars: J’ignore où tu veux en venir avec ton commentaire. Je fais ce que j’aime, je ne force personne à venir ici, et en plus je me bats même pour les crétins qui me méprisent. Je ne suis pas un communiste; je crois à l’égalité des chances et à l’impôt progressif. Et je crois aussi que si mon nouveau poste peut me permettre de payer davantage d’impôts pour aider des gens comme toi, et bien tant mieux. Je ne fais pas de distinction. Et la prochaine fois que tu veux cracher dans ma soupe sans aucune raison, espère au moins que je n’y suis pas parce que je te la lance au visage. À bon entendeur.

    Merci à tous pour vos commentaires!

  11. Ton altruisme c’est pour pour ma charge sociale? Ton impot va m’aider. C’est là ton argument?
    Tu te bats pour les crétins? Ben dis donc, lâches pas ta lutte fait de l’argent, paies tes impots pis laisse ton pain sec aux pigeons dans un parc près de chez toi.

    Je ne crache pas dans ta soupe, loin de là, tu améliores ton sort, tant mieux, mais lache le collectif, tu fais dans un collectif individuel.
    Moi depuis hier je fais une collecte pour 3 nécessiteux, moi Michel, Claude et Roland. Ils ne savent pas mais je ramasse de la bouffe et de l’argent pour Noel.
    Ton osti d’impot et ta contribution de travailleur [*modération*, voir la nétiquette] j’ai travaillé 30 ans, tu n’as rien a me reprocher la dessus, j’ai contribué.

    Mais tu sais quoi, je suis content pour toi, je te suis depuis longtemps et je saisi bien les enjeux, mais je peux te trouver con quand même parfois.

  12. Pis tu me censure en plus. Déprimant ce truc. T’es pas capable de parler?
    Osti que la blogosphère fait dur.

  13. En tout cas, j’en connais un qui n’a pas célébré la journée contre la corruption, et c’est Jean Charest.

  14. Je vais dire une chose Louis, si tu censure sans être capable de débattre, ben c’est parfait. Tout le monde fait cela. Sois juste un peu plus modeste envers tes prétentions. Tout ce que te raconte est une ouverture et tu es incapable de supporter le moindre débat, ça résonne propagande…

  15. Louis… pour frankie je crois que tu te trompes. Demande lui de te parler des fossiles et des dinosaures, ca vaut le detour ! Il est vraiment à la droite de la droite du père !

    « si certains pécheurs ne valorisaient pas publiquement leurs péchés (comme la parade gaie devant les enfants, par exemple) »

    C’est quand meme clair. On ne va pas dire qu’il s’est trompé de touche sur son clavier.

  16. Bravo pour tes actions un gars. Mais tes actions, appelle-cela comme tu veux, ça reste de la charité et la charité, ce n’est pas une façon équitable et permanente de redistribuer la richesse.

    Tant mieux pour toi pour le reste. Et bravo bravo bravo. Maintenant, est-ce que j’ai le droit de participer au mieux-être collectif sans vivre dans la pauvreté et la crasse?

    Est-ce que j’ai le droit d’être heureux de mon sort sans que ça enlève quoi que ce soit aux autres?

    Est-ce que je peux profiter des bonnes choses qui m’arrivent et de la capacité que j’aurai de me battre davantage pour mes valeurs (ce qui inclut d’aider des gens comme toi qui n’ont aucune gratitude) sans me sentir mal?

    Je ne te censure pas. Je te modère, parce que tu ne respectes pas la nétiquette. Les insultes, les attaques ad hominem et autres façons inappropriées de discuter ne sont pas tolérées ici. Ce blogue est ce qu’il est parce que les gens sont capables de discuter avec force, mais sans s’insulter ou se manquer de respect.

    Maintenant, si tu n’es pas heureux ici, si tu trouves que ce que j’écris sonne faux parce que je réclame le droit de mettre du pain et de la viande sur ma table, c’est ton problème. Moi je n’aurai que davantage de temps et d’énergie à consacrer à me battre pour des gens comme toi, malgré toi, et malgré ton mépris.

    Ceci conclut ma discussion avec toi. Bonne journée.

  17. Frankie méprise tout ce qui est différent de lui, ce qui comprend les gais, les immigrants, etc. Mais je suis sûr que j’aurais bien du fun avec lui autour d’une bière!

  18. un gars, tu ne fais meme pas de la charité, tu fabriques des assistés, tu les maintiens dans leur misere, tu n’apportes aucune solution, tu fais perdurer un systeme mediocre et injuste.

    Tu me fais penser à ces occidentaux qui amenent des navires chargés de blé pour resoudre le probleme de la faim au tiers monde et qui apres se petent les bretelles.

  19. @ Louis, qui a dit :

    «Je crois qu’on ne peut pas chercher des solutions du passé à un problème du présent»

    Ouf. Si tu connais bien l’histoire de l’humanité, tu dois savoir que les ères et les bouleversements ont tendance à être cycliques, que l’histoire se répète. Comment se fait-il que politiquement parlant, aujourd’hui, nous ayons repris le système démocratique des Grecs d’il y a 2500 ans, en changeant seulement son côté «direct» en un processus confidentiel ? Pourquoi au cours des deux derniers siècles seulement, certains peuples étaient initialement opprimés, puis libres pendant un temps x et sont redevenus opprimés ? Ça tourne comme une roue.

    Ma suggestion est qu’au niveau social et moral, un retour aux sources très récentes (il y a 50 ans à peine) ferait que la pauvreté, l’oppression fiscale et étatique, la destruction de la nature et la discrimination renversée que toi et moi connaissons à tous les jours, seraient en grande partie rayées de la mappe.

    @ Internationaliste

    Désolé ma chouette, je ne bois pas d’alcool !
    Puis, comme je l’ai déjà dit ailleurs sur ce blogue, les immigrants qui s’intègrent et votent OUI au référendum, dis-toi que je les aime.

    @ Reblochon

    Pour ce qui est d’aller au Cadenas anglais (Ouest), j’ai déjà fait un stage là-bas et laisse-moi te dire qu’à la fois aux niveaux intellectuel, quotient intellectuel, vision d’une belle société prospère et j’en passe, ça ne vole pas haut. Leur problème, c’est que ça coûte minimum 50 000$ pour faire des études au baccalauréat … donc, y’a pas grand monde qui se rend au niveau universitaire.

    Et, non, je ne crois pas aux dinosaures.

  20. Si je m’intègre mon beau Frankie est-ce que tu va m’aimer?

  21. 1er décembre St-Éloi
    2 décembre Ste-Bibiane
    3 décembre St-François Xavier
    4 décembre Ste-Barbe
    5 décembre St-Sabas
    6 décembre St-Nicolas
    7 décembre St-Ambroise (mmm..la bonne bière de monsieur McAuslan
    8 décembre Immaculée Conception
    9 décembre St-Pierre Fourié
    10 décembre Translation de la maison de la Sainte Famille
    11 décembre St-Damase`
    12 décembre Notre-Dame de Guadeloupe (mmm…soleil soleil)
    13 décembre Ste-Lucie (mmm…soleil soleil)
    14 décembre Ste-Eutropie
    15…

    Bien vu, on a tous oublié ces fêtes d’une autre époque. Et les nouvelles mémoires sont trop occupées à faire leurs emplettes des Fêtes pour penser à quoi que soit d’autre

    D’accord avec toi, Louis, c’est la noyade ! Et toutes ces journées commémoratives ne sont là que pour apaiser nos bonnes consciences.

  22. Le confort et la routine, ça te gèle ben raide. C’est comme une drogue. Une fois que t’as ta petite maison, ton char et ta famille, tes priorités changent. Se rallier à une cause? Pourquoi faire? Le monsieur fait son 40h, la madame aussi. Le frigo est plein, les enfants joue au hockey et il y a plein de cadeaux en dessous du sapin de Noël. Yé où le problème?

    Pour que les choses bougent, il faut que le peuple en ait sa claque, qu’il soit écoeuré. Il faut que les gens descendent dans les rues, qu’ils soient en colère…

    Malheureusement, on est pas rendu là…

  23. Je ne sais pas exactement où tu es allé dans le Canada anglais, mais voici les statistiques officielles:

    Au Québec, il y a 1 178 000 détenteurs de diplôme universitaire parmi les 6 427 000 Québécois de 15 ans et plus. Par conséquent, 18,8% de la population québécoise de 15 ans et plus détient un diplôme universitaire (ça m’apparaît élevé, mais ce sont les chiffres officiels).

    Dans le ROC, il y a 4 289 000 diplômés universitaires parmi les 20 824 000 habitants de 15 ans et plus, pour un taux de diplomation de 20,6%.

    La proportion de diplomés universitaire est plus élevée dans le ROC qu’au Québec.

    Source: StatCan,tableau 282-0003

  24. Oups: 18,3% au lieu de 18,8%. Mais ça ne change pas grand-chose.

  25. Statistiques faussées.

    Regarde ce graphe : http://www4.hrsdc.gc.ca/auto/diagramme-chart/stg2/c_5_29_5_1_fra.png?20091025164510690 où on dit que le Cadenas performe près du double de l’Allemagne, alors que tout le monde sait que l’Allemagne torche solide le Cadenas en matière d’instruction.

    Réponse à ce biais statistique : les immigrés qui sont comptabilisés et qui ont obtenu des diplômes bonbon dans leurs pays respectifs. Ça a pour effet de booster, à certains endroits (50% pour les immigrés du ROC) les statistiques de «réussite universitaire», et à d’autres endroits, ça les pénalise (Allemagne). Mais chez les Canadiens «d’origine», laisse-moi te dire que c’est assez décevant.

  26. « tout le monde sait que l’Allemagne torche solide le Cadenas en matière d’instruction. »

    Pas tout le monde ne sait cela. Par exemple, moi, je ne le sais pas. Et l’OCDE non plus ne le sait pas.

    L’OCDE fait des comparaisons de niveau d’instruction entre les pays. Bien sûr, ce n’est pas exactement la même chose. Au début, tu parlais de diplômes universitaires et je t’ai répondu en termes de diplômes universitaires. Par la suite, tu m’as répondu en termes de diplômes post-secondaires. À mon tour, je te réponds en termes de performances à 15 ans. Rapport PISA: http://www.oecd.org/dataoecd/44/30/33691604.pdf

    C’est dommage, mais les données disponibles ne sont pas directement comparables. Mais il devrait y avoir une corrélation.

    Pour en revenir au sujet, selon l’OCDE, à 15 ans, les Canadiens sont deuxièmes sur 31 (derrière la Finlande) en compréhension de l’écrit alors que l’Allemagne est en 21ème position.

    En mathématiques, le Canada se classe au 6ème rang et l’Allemagne est au 20ème rang.

    En sciences, occupe le 5ème rang et l’Allemagne le 20ème.

    Et comme on parle de tests imposés à la population de 15 ans, le biais statistique des diplômes à rabais des immigrants me semble très faible.

    Alors dire que tout le monde sait que l’Allemagne torche le Canada m’apparaît grandement exagéré.

    « (50% pour les immigrés du ROC) » Si tu pouvais me dire d’où te vient cette information, je t’en serais reconnaissant.

  27. http://fr.excelafrica.com/showthread.php?t=7710

    Y’a beaucoup de chiffres, il reste qu’ils appuient mon point de départ.
    En 2007, ils ont comptabilisé 1,2 million immigrants avec un degré universitaire entre 25 et 54 ans, sans compter ceux qui s’installent ici, ont des enfants et qu’eux obtiennent un bac ici-même. Donc, trois ans plus tard, avec la hausse du flux d’immigration, dire qu’il y a 1,5 million d’immigrants avec des diplômes universitaires (surtout acquis chez-eux) n’est pas exagéré.

    Enlèves-en 0,2 million qui se sont installé au Québec (proportion réaliste, car on reçoit un % inférieur d’immigrés par rapport à notre 25% de la population canadienne totale), ça fait 1,3 million. Je prends ton 4,29 millions – 1,3 millions et ça fait 3 millions dans le ROC. Donc, 3 millions de 19,5 millions font 15,3%, donc, les Québécois de souche (peuple d’accueil) sont supérieurs que le peuple d’accueil canadian. Même constat pour les domaines techniques et professionnels.

    Ma comparaison avec les autres grandes sociétés du monde, comme l’Allemagne, c’était juste pour te montrer que pour certains, avoir une immigration avec beaucoup de diplômes universitaires souvent très bonbons (peu reconnus par nos ordres professionnels, d’ailleurs), fait que ça booste leur statistiques et ça les met au premier rang alors qu’homme pour homme, peuple d’accueil vs. peuple d’accueil, les résultats sont différents.

  28. La source que tu cites me semble extrêmement intéressante, instructive et crédible. Je suis très heureux que tu nous la donnes!

    Mais encore une fois, les comparaisons sont difficiles. J’utilisais des données de StatCan pour 15 ans et plus (ce qui inclut notamment des personnes de 80 ans qui ont peu de diplômes universitaires) alors que cette étude comprend les âges de 25 à 54.

    Néanmoins, cela confirme certaines de tes affirmations:
    -les immigrants détiennent plus de diplômes universitaires que les Canadiens et les Québécois (en proportion) et la tendance est à la hausse
    -puisque le ROC reçoit plus plus d’immigrants, le ROC est statistiquement avantagé

  29. Euh, désolé de faire ma Jeannette Bertrand, mais que vaut un diplôme universitaire aujourd’hui ? 😉

Comments are closed.