Quand la publicité légitime la violence contre les hommes

Vous avez sûrement vu la publicité contre la violence conjugale mettant en vedette Patrice Robitaille. Après avoir récité une litanie de noms de femmes, le comédien affirme dire non à la violence. Pour une énième fois, on sous-entend que la violence conjugale est principalement l’oeuvre d’hommes qui attaquent des femmes, alors que les études démontrent clairement que la violence est bi-directionnelle.

violence_h

Source de l’image

Ainsi, une étude suisse, publiée en 2004, ayant suivi plus de 1150 femmes et 707 hommes, a démontré que 8% des femmes et 7 % des hommes reconnaissent bousculer, pousser ou secouer leur partenaire sous l’effet de la colère. Près de 1,6% des hommes et des femmes avouent frapper leur partenaire, à coup de pied ou de poing et 0,6% des femmes et 0,7% des hommes admettent régulièrement rouer de coups leur partenaire, le maltraiter avec des objets ou l’étrangler. En ce qui concerne la violence psychologique, 9 % des femmes contre 5 % des hommes déclarent menacer leur partenaire et 11 % des femmes contre 5 % des hommes avouent rabaisser volontairement leur partenaire en le dénigrant, en le vexant ou en trahissant sa confiance.

Une autre enquête, publiée par l’Institut de la statistique du Québec, arrive sensiblement aux mêmes conclusions. Sur un total de 13 166 femmes et 10 600 hommes observés dans l’ensemble du Canada, un homme sur 55 et une femme sur 55 ont été victimes de violence de la part de leur conjoint ou d’un ex-conjoint au cours des 12 mois précédant l’enquête. Au Québec seulement, les taux de prévalence sur une année de la violence conjugale de la part du conjoint actuel ou d’un ex-conjoint se situent à 15 ‰ chez les hommes (35 300 victimes) et à 14 ‰ chez les femmes (36 800 victimes). Pire encore: cette enquête déconstruit le mythe selon lequel la violence contre les femmes ferait plus mal que celle contre les hommes: « Chez l’ensemble des victimes du conjoint actuel ou d’un ex-conjoint, 51 % des femmes font état de violence mineure contre 49 % chez les hommes ». On le constate, encore une fois, une quasi-égalité des violences entre hommes et femmes au sein des couples.

Cette dernière étude faisait suite à une autre, publiée en 1999. (( (( La violence conjugale en 1999. Denis Laroche. Bulletin de l’Institut de la statistique du Canada, février 2002, volume 6, numéro 2 )) On y apprenait que près de 2,2% des femmes et 1,9% des hommes disaient avoir été victimes d’un des dix actes de violence listés par l’enquête dans les douze mois la précédant. Aussi, les pourcentages de la violence subie pour les cinq années antérieures de la part du conjoint actuel étaient de 3,6% pour les femmes contre 4% pour les hommes.

Ces données sont cohérentes avec celles d’une vaste enquête de Statistique Canada sur le sujet, publiée à l’été 2005. On y apprenait que 15% d’hommes contre 11% de femmes se sont fait menacer ou lancer un objet, 34% d’hommes contre 40% de femmes se sont fait pousser, gifler ou bousculer, 34% d’ hommes contre 10% de femmes se sont fait mordre, frapper avec un objet ou les pieds, 15% d’hommes (contre 25% de femmes) se sont fait battre, étrangler ou menacer avec une arme à feu ou un couteau et que 6% de l’ensemble des Canadiens mariés ou en union libre ont été victimes de violence conjugale, contre 7% des Canadiennes. Encore une fois, la violence est bien partagée.

Une autre investigation, publiée en 2008 par l’Université de Genève, démontre également que les femmes ont plus souvent recours à l’arme blanche que les hommes. Au sujet des hommes, qui sont autant victimes que les femmes, les auteurs concluent:

Nous sommes cependant dans un cercle vicieux : sans reconnaissance [du statut de l’homme], sans structure pour l’accueillir, la démarche de l’homme pour sortir de son isolement est extrêmement difficile. Or l’isolement de ces hommes victimes de violence conjugale continue à maintenir la société dans l’ignorance ou la méconnaissance de cette problématique qui reste d’autant plus cachée. A notre avis, une levée du tabou par l’ensemble de la société est nécessaire. Elle passe par l’information, la sensibilisation, la médiatisation et l’évolution des représentations des rapports sociaux entre les deux sexes.

Bref, il faudrait éduquer la population sur le fait que la violence conjugale touche également les deux sexes et qu’en faisant des publicités plaçant systématiquement l’homme dans un rôle d’agresseur et la femme dans un rôle de victime, on rend encore plus honteux et difficile l’aide aux hommes qui en sont victimes. Pire: on renforce le potentiel d’agression des femmes en leur lançant le message qu’elles seront toujours prises davantage au sérieux par les forces policières et judiciaires; on ouvre la porte au chantage et aux menaces de dénonciation à la moindre réplique de l’homme. On superpose la dépossession extérieure à l’intérieure, simplement.

Il serait peut-être temps de penser différemment.

Comment est-il possible, en 2009, à la suite de toutes les études démontrant le partage égal de la violence entre les sexes au sein du couple, de lancer des campagnes publicitaires continuant blâmer les hommes et de victimiser les femmes? Parallèlement, comment peut-on accepter de financer un Conseil du statut de la femme à même les deniers publics alors que les hommes ont tout autant besoin d’aide que les femmes?

À la veille de l’anniversaire de la tuerie de Polytechnique, il serait peut-être temps de remettre les choses en perspectives. Marc Lépine était un désaxé, un malade, un fou, et on ne pourra pas continuer éternellement à se servir de sa folie pour justifier un autre type de folie, soit la mise au rancart de toutes les études démontrant que la violence conjugale n’est pas l’apanage des hommes, mais bien des deux sexes.

À quand des publicités montrant des femmes agresseures et des hommes victimes? Quand osera-t-on s’intéresser au sort d’hommes pris en étau entre leur dépendance pour une conjointe parfois violente et la honte et l’incompréhension qui les affligent s’ils décident de parler? En occultant la violence que peuvent subir les hommes, ne légitime-t-on pas le triste sort de la moitié des victimes de violence conjugale? Tant qu’on dépeindra l’homme comme un agresseur potentiel et la femme comme une victime assurée, comment pourra-t-on faire évoluer les mentalités?

À quand un Conseil de l’Égalité et des Centres d’hommes au Québec?

Tant de questions… Quand même les études et les faits ne sont plus tenus en compte par nos décideurs, il ne reste bien que les questions. Et l’espoir du changement, qui sait? Dans une société ne se gargarisant d’égalité des sexes que si celle-ci implique des gains pour les femmes, voilà une réalité bien hideuse qu’on continue à camoufler.

Pendant ce temps, quelque part, un homme souffre de violence conjugale. Et on se moque de lui. Et on le traite de faible. Voilà des blessures autrement plus profondes que de simples ecchymoses.

Publicités

82 Réponses

  1. C’est un peu fort de dire « légitimise la violence faite aux hommes ». Ce n’est pas parce que les femmes se battent d’un côté qu’elles doivent le faire pour les hommes. Ils n’ont qu’à se lever. Et c’est peut-être parce que beaucoup moins d’homme l’avoue, porte plainte, etc. qu’on n’en voit moins. Qu’on en entend moins parler. Mais cette publicité ne parle aucunement de la violence faite contre les hommes, je ne vois pas pourquoi tu dis dans ton titre que parce qu’on en parle pas, c’est correct. Il n’en est aucunement question. Il ne faut pas exagérer non plus.

  2. @Constance: Si on ignore volontairement et systématiquement 50% des victimes de violence conjugale, on légitime de facto la violence contre ces individus. Ne pas en parler, dans ce cas, c’est émettre une opinion autrement plus forte. Ce qu’on dit, dans cette publicité, est sans appel: « la violence contre les hommes n’existent pas et la violence conjugale est une affaire exclusive d’hommes contre les femmes ».

    Mais tu as raison qu’individuellement, hors de son contexte, l’affirmation est moins forte. Cependant, c’est l’accumulation de telles publicités qui rend le message aussi fort: quand as-tu vu la dernière publicité sur la violence conjugale ne plaçant pas l’homme dans un rôle d’agresseur et la femme dans celui de victime?

  3. C’est a cause de cette omerta et d’une presse complice que le Québec doit se priver d’un de ses hommes politique les plus talentueux et qui aurait les capacités de faire changer les choses, Jeff Plante.

    Déjà qu’ils ont réussi à faire plier Mario Dumont il y a quelques années alors que Plante se dirigeait vers une victoire facile, certains médias de gauche ont tenté d’en remettre à la dernière course à la chefferie de l’ADQ parce qu’ils le voyaient venir. Mais cette fois ci Plante leur en a fait baver et les a démonté un par un. L’entrevue avec Simon Durivage est un moment d’anthologie et on peut la voir ici http://www.jfplante.com/fr/a-propos/en-onde-avec-jeff.html

    Il faut que d’autres comme Plante gens se réveillent et dénoncent le silence complice

    Je ne sais pas si vous pensez comme moi mais on dirait qu’a chaque fois que quelqu’un affirme des valeurs masculines au Québec, on veut le faire taire.

    Outre Jeff Plante, on peut penser au Doc Mailloux, André Arthur, Roch Côté et je suis sur que vous avez vous aussi des exemples dans vos milieux de vie respectifs.

  4. Dans tes statistiques, je ne vois pas la pire, celle qui dit combien de femmes ont été tuées vs le nombre d’hommes qui ont été tués.
    Que la violence soit également répartie, concedo, mais moi je veux savoir combien de femmes ont tué leur conjoint…

  5. En fait, ce commercial encourage la violence conjugale.

    On a l’impression qu’il veut la perpétuer pour assurer la job de ceux et c’elles qui en vivent par les subventions gouvernementales.

    Il suffir de lire la section : Qu’est-ce que la violence conjugale ?

    Dont l’introduction dit que :

    « La violence conjugale n’a pas seulement une dimension sociale, émotive, psychologique ou économique. Elle représente également une dimension criminelle… »

    On parle de « dimensions » ici et non de causes et on emphase sur la dimension criminelle, donc de conséquence.

    On évite la cause pour s’en tenir à la répression et aux pénalités.

    L’article poursuit avec les « moyens d’expression » en évitant toujours la cause:

    « Il y a cinq expressions possibles de la violence conjugale : verbale, psychologique, physique, sexuelle ou économique. »

    Ensuite il détermine le but de ces moyens:

    « La violence conjugale est basée sur une relation de domination. »

    Puis enfin l’article fait une liste de facteurs pouvant favoriser l’expression de la violence :

    « L’alcool, la drogue et le stress peuvent favoriser l’expression de la violence, mais aucun de ces éléments ne peut la justifier; »

    Jamais l’article n’identifie la cause de la violence conjugale.

    Pourtant, la violence conjugale a une très simple cause ; l’immaturité du contrôle de ses émotions. C’est une simple question d’éducation.

    Or, la vidéo que cette campagne utilise est essentiellement une expression émotionnelle démesurée et des plus immatures par ce qui devrait être un homme. On a l’impression d’avoir à faire avec un psychopathe qui ne considère son existence que par le pouvoir des femmes dans sa vie.

    Ceux qui ont produit cette vidéo sont eux-mêmes des immatures émotionels, et bien plus possiblement au féminin.

  6. Ne vous en faites pas, ceci n’est qu’une illusion (du passé rétrograde de nos ancètres) et y adhérer risque de vous conduire à la folie:

    La femme et l’homme sont différents au niveau biologique et psychologique, chacun ont leurs forces et leurs faiblesses, se complètent bien, mais ‘spirituellement’ (ou plutôt: ontologiquement), les 2 sont IDENTIQUES…

    Les femmes tuent et abusent autant d’enfants, de personnes âgées, et d’hommes, que d’hommes tuent et abusent les femmes, enfants et personnes âgées… (et les stats qui prouvent ceci, je suis le seul à les posséder… fiou de dire les sexistes qui travaillent que pour l’égalité des femmes…) 😉

    Ceci est la réalité moderne:

    La femme EST d’origine divine et l’homme d’origine diabolique…

    Les femmes sont plus vertueuses, de meilleures consommatrices (d’un paquet de truc utiles), donc contribuent moins à la pollution; sont plus aimantes, meilleures politiciennes et tutti quanti… que les hommes.

    Vous pouvez respirer, plein d’hommes et de femmes croient que la modernité est genre, super full cool et réelle… et leurs psy$ sont d’accords avec eux.

    🙂

  7. 100% d’accord !

    Il nous faut la démocratie directe (et ça presse!):

    Voir ceci:
    https://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/11/29/minaret-referendum-suisse#comment-26660

    et

    https://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/11/29/minaret-referendum-suisse#comment-26658

    🙂

  8. «Outre Jeff Plante, on peut penser au Doc Mailloux, André Arthur, Roch Côté […]»

    Hmmm, une belle p’tite équipe ça !

    Ces publicités sont financées par les fémi-fascistes et surtout par un gouvernement pro-fémi-fascistes. Un des messages sous-entendus dans ces pubs est : «si tu es un homme blanc qui travaille, t’es mieux de te mettre dans le rang comme il faut et de fermer ta boîte».

    Voilà les conséquences d’une société laïque, libéralisée à l’os et dénudée de tout fondement spirituel commun. Une constante division entre les genres, une perte de pouvoir pour les hommes ; ce qui place notre société dans un état stationnaire, sclérosée par des femmes aux pouvoir (voir l’équipe Charest) ne pouvant même pas contrôler leurs propres menstruations.

    D’ailleurs, tu pourrais ajouter Jeffrey Fillion à ta liste, lui qui n’a pas peur de parler aux fémi-fascistes en les traitant en ondes, et je cite : de «grosses plotes de marde». J’avais aussi pensé aux homosexuels, eux n’ayant pas de misère à sortir leur côté féminin et pourraient donc débattre d’égal-à-égal avec ces femmes fanatiques. Encore faut-il qu’ils se battent pour TOUS les hommes …

  9. http://lesaltercitoyens.com/player.php?video=26

    stou !

  10. J’ai déjà été frappé par une conjointe, cela ne m’a pas fait l’ombre d’un soupçon de bleu… Et côté traumatisme psychologique, cela frôle le zéro absolu. Dans un sondage, j’aurais probablement répondu avoir été frappé. Mais je ne pense pas que cela se compare à la violence physique dont peuvent souffrir certaines femmes.

    Cela dit, c’est aussi vrai qu’on occulte la violence perpétrée par certaines femmes, surtout la violence psychologique, beaucoup plus difficile à démontrer.

    Excellent vidéo, Reblochon, en passant. Je ne sais pas si j’aurai frappé la dame, mais disons que ça m’aurait démangé en tab… S’il y a des hommes qui endurent ça, je compatis… J’en frissonne encore de dégoût.

  11. Je me porte volontaire mon beau chéri! Je vais te le sortir mon côté féminin! Je savais bien que tu penserais à moi Frankie. Tu es un amour!

    Ne crains rien je me battrai pour tous les hommes, surtout les plus beaux!

  12. Enkidu mon amour, quand on parle de violence faite aux hommes, ca ne se mesure pas en bleu, mais bien comme tu le stipules dans ton deuxieme paragraphe. Moi aussi j’ai deja pris une baffe ou deux dans ma vie, et de memoire j’ai plutot bien rigolé vu le ridicule du geste. Meme que parfois exploser de rire devant la dame en question a été la chose la plus humiliante que je pouvais lui faire. Un gamin de 12 ans pourrait me faire plus de mal vu le genre de fille avec qui je sors !

    Non, on parle d’autres choses. Justement du coté traumatisme psychologique et pas forcement apres avoir ete frappé, generalement pas du tout d’ailleurs.

    C’est presque pire dirais-je si je n’avais pas peur de me faire arracher les yeux par quelques feministes hommes ou femmes.

    Ces hommes deviennent parfois de veritables loques, des ombres, ils en perdent la raison.

    Et j’espere que ton degout n’est pas envers l’homme que tu as vu sur la video ! C’est un peu le meme probleme avec nos hommes qui ne veulent pas faire soigner leur depression parce que ce ne sont pas des femmelettes et meme qu’ils appellent cela virilement un burn-out, ca fait mieux devant les collegues. Et oui fondre en larmes parce qu’on vient de voir un feu passer du rouge au vert, ca la fout mal ! (reference à un film avec Lermitte sur la depression).

    Tu te vois te pointer devant les boeufs pour faire une plainte parce qu’une frele dame d’un pied de moins que toi t’a mechamment violenté avec des mots ? C’est un truc à se faire battre une deuxieme fois… dans l’esprit de beaucoup.

  13. La violence d’un femme sur vous ne fait peut-être pas l’ombre d’un soupçon, mais il aura un impact majeur sur l’esprit des enfants.

    C’est la faiblesse de votre argument qui ne prend pas en considération les enfants.

    Ne pas prendre en considération les enfants est un signe d’immaturité émotionelle.

  14. Ne vous inquiétez-pas, tout ce qui suit est 100$ fictif.
    ET SI -PAR UN HASARD QUASI INCONCEVABLE- CELA EST DÉJÀ ARRIVÉ, CE NE SONT QUE DE ‘RARES CAS'(sic)
    😉

    ***

    -Dring-dring

    -911, à l’écoute

    -Mon chum m’a battu, menace les enfants, j’ai peur, aidez-moi

    -Une patrouille s’en vient madame, si vous pouvez aller vous réfugier à quelque part en sécurité abec vos enfants, vous nous rappelez de là…

    -Ok, mais faites vite, j’suis en danger, moé!

    -Ils sont déjà avertit madame et ils s’en viennent.

    *raccroche le téléphone*

    La femme victime à son chum: « aye mon tabarnak, tu vâ voère ce qui va t’arriver et tu as fini d’me tromper… et c’est moé qui va avoir la garde et la pension et tu gardera tes pétasses aux grosses boules… moé j’en ai assé de toé »

    L’homme méchant: « c’est ça ma crisse, toé-tu tu m’as trompé et les policiers ne vont pas te crère, tu N’AS AUCUNE MARQUE, je ne t’ai rien fait. Mais si tu continues, c’est certain que ché pu si je vais pouvoir me retenir »

    Femme vicitme: « v’là, tu me menace asteure… »

    Homme méchant: « ben crisse, tu veux m’jeter à la rue comme une guénille, m’empêcher d’vouère mes enfants… ben kolisse, y’a ben des osties d’limites…. »

    (Et la chicane continue… les couteaux voles de plus en plus bas lorsque le gars gueule, c’est là que…)

    -DING-DONG…

    Un policier et une policière (spécialisée en intervention pour aider les femmes -et SES enfants- victimes) arrivent:

    -Monsieur, qu’est-ce qui arrive ici?

    (C’est la ‘victime’ qui répond):

    -Il ma battue, m’a menacé !!!

    L’homme méchant:
    (En criant lui aussi, mais avec beaucoup d’agressivité)

    -« Ben crisse, a dit yienque des conneries, elle n’a rien sul corps pour prouver ça… rien, Pis là vous allez la crère??? Kolisse, c’est vraiment débile… »

    (la femme victime éclate en sanglot et l’intervenante la console, pendant que le policier passe les menottes à l’homme…)

    FIN DE L’HISTOIRE FICTIVE…

    ***

    Tout ceci n’est qu’un scénario pour téléroman d’une galaxie lointaine (pas la nôtre, en tout cas), alors ne vous en faites pas pour la suite, car cela aussi n’est que fiction (fiou, de dire les sexistes qui travaillent -que- pour l’égalité des femmes):

    Sur les supposés 17 000 cas annuels de violence conjugale au Québec, la majorité ne sont QUE des accusations contre des hommes, mais TOUS les ministères du Qc INSINUENT que ce SONT des condamnations. Dans environ 80-90% de ces ALLÉGATIONS DE VIOLENCE(contre les hommes), IL N’Y A NI TÉMOINS NI BLESSURES PHYSIQUES…

    Et ce n’est pas vrai que dans la majorité de ces cas, les hommes accusés (en plus forte proportion que les femmes accusées, d’ailleurs), NE SONT PAS TROUVÉS COUBAPLES DE QUOI CE SOIT. Par contre, ces hommes se retrouvent avec des milliers de $ en frais d’avocats, des mois sans voir leurs enfants(sinon pour toujours, car la femme ‘victime’ a trouvé un ‘truc’ gratuit pour évuacuer l’homme encombrant, garder la maison ou ‘l’apart’ et recevoir une pension… car l’état aide les ‘victimes’ à coup de centaines de millions par année, MAIS PRESQUE JAMAIS LES ‘BOURREAUX’- ), en dépression, sans travail, etc.

    Vive l’état -progressiste- c’est ‘nous’ !
    😉

    Et ceci n’est pas vrai non plus:

    Le PROTOCOLE D’INTERVENTION EN MATIERE DE VIOLENCE CONJUGALE (100% d’inspiration marxiste, où l’homme est comparé au bourgeois et la femme et SES enfants sont les prolétaires de circonstance: si, si!), OBLIGE les policiers et procureurs (sinon ils risquent d’avoir beaucoup de ‘problèmes’… avec vous savez qui…), à sortir le gars de SA maison et à l’accuser au criminel et ce, même s’il n’y a pas de temoins ou blessures…

    Vous pouvez dormir sur vos 2 oreilles, sur papier, (la présomption de) la présomption d’innocence est préservée au Québec (et en Occident), et l’apparence démocratique existe toujours, ici et ailleurs en Occident.

    Yé !
    Allons tous voter, et payons nos taxes…

    🙂

  15. ??? Tu sors ça d’où, toi? Des enfants, je n’en ai pas, je vois plutôt mal comment je pourrais les prendre en considération dans l’équation, dans une situation me concernant…

    Les pt’tites accusations faciles, tu peux les garder pour toi.

  16. Voyons donc, Louis… La violence conjugale, c’est toujours (ou presque) un homme qui agresse une femme! La preuve, c’est ce document d’une objectivité incontestable la part de « La seule organisation non gouvernementale ayant un mandat explicite d’information, d’éducation populaire et de promotion de la santé mentale dans la région Chaudière-Appalaches. »

    À lire absolument pour comprendre vraiment le problème: http://www.acsm-ca.qc.ca/mieux_v/images/A09/VI-049.pdf

    C’est ainsi qu’on définit la violence conjugale.

    Une fois ces définitions bien assimilées, on comprend bien des choses…

  17. C’est bien la femme qui me dégoûtait dans ce vidéo, toute cette manipulation est à donner des nausées.

    Tu as raison, la violence psychologique est parfois plus grave que la violence physique. Malheureusement, pour un policier, elle est trop intangible pour qu’il en saisisse l’existence. Et ces derniers ont leurs propres préjugés… Alors pour les hommes qui en souffrent, c’est souvent une humiliation supplémentaire que d’en parler.

    J’ai connu une femme un peu comme ça, mais dans mon cas, j’ai sacré le camp. Rien à foutre de ce genre d’emmerdeuse.

  18. D’inspiration marxiste? Là comme ça, je ne vois pas trop trop le lien. Insurgez vous contre les injustices du système juridique envers les hommes si vous voulez, mais de grâce, ne mélangeons pas tout,

  19. Ah, et en passant, on peut lire la version de notre bon gouvernement ici: http://dsp-psd.pwgsc.gc.ca/Collection/H72-22-4-1995F.pdf

  20. Voir ceci:

    http://www.quebec-politique.com/index/viewtopic.php?f=3&t=13224&st=0&sk=t&sd=a&start=75#p231552

    L’analyse de cette politique SEXISTE est très partielle.

    Cette politique martèle, plus de 120 fois en 77 pages que l’homme est un agresseur, qu’il est violent et que la femme est -presque toujours- une victime…

    C’est peut-être le temps de faire une mise a jour ???

    ***

    En tout cas, si jamais des historiens/sociologues/etc, analysent cette politique et les lois/politiques en EX-URSS, je crois qu’ils vont trouver beaucoup-beaucoup-beaucoup de similitudes…

    -La lutte au patriarcat et aux stéréotypes…
    -La lutte pour l’émancipation des femmes UNIQUEMENT
    -etc

    Cette politique est vraiment issue du marxisme !

    -La femme est victime du système économique capitaliste et doit etre aidée par l’état…
    -La femme est « l’enfant » de l’état et doit être protégée des « oppressions »…
    -La femme est une victime de l’homme et l’état doit tout faire pour la « liberer » de son bourreau…
    -Etc

  21. Évidement dans les liens que tu sites, tu omets le plus important….

    « Les données montrent que la nature et les conséquences de la violence conjugale sont plus graves pour les femmes que pour les hommes. Les victimes féminines de violence conjugale étaient plus de deux fois plus susceptibles que les victimes masculines d’être blessées, trois fois plus susceptibles de craindre pour leur vie et deux fois plus susceptibles d’être victimes de plus de 10 épisodes violents.

    Le rapport présente également de l’information sur le harcèlement criminel, qui inclut le fait de suivre une personne, et sur les homicides-suicides dans la famille. »

    Deux fois plsu de chances d’être blessées, 3 fois plus de chance de craindre pour leur vie, pas mal plus de mortes (je n’ai pas les chiffres)…

    Évidement, ce que je dis n’est que du bla bla de frustrée…..

    Vous êtes complètement hors réalité et tellement pathétiques…

  22. Dans l’ESG, page 56, tout est là.

  23. Tu as raison de souligner que dans la violence physique perpétrée dans un couple fait habituellement plus de dommages à la femme (c’était d’ailleurs le sens de ma première intervention), mais on ne peut pas nier que les hommes peuvent aussi être victime de violence conjugale. Le document signalé par Steph me semble quand même pas mal sauter aux conclusions.

    Mais bon, contrairement à certains commentateurs ici, je ne sens vraiment pas le besoin de partir en croisade masculiniste… Cela dit, certains commentaires de groupes masculinistes, même si ils sont proférés sous le coup d’une colère excessive, ont un fond de vérité. Tout n’est pas blanc ou noir d’un côté ou de l’autre.

    Par exemple, je connais personnellement un homme qui a perdu la garde de sa fille, le juge ayant tranché en faveur de la mère qui les avait pourtant abandonné peu après la naissance, et qui s’adonnait à la consommation de drogues. Il y a un biais dans le système juridique qui favorise indûment une partie sans considération des faits. C’est quelque chose qu’il faut corriger ça (puis-je suggérer de ne nommer que des juges intelligents?).

    La seule chose qui importe, c’est que toute victime de violence et/ou d’injustice devrait être supportée, peu importe son sexe.

  24. Il est vrai qu’au Québec le terme victime est une appellation protégée dont l’exclusivité appartient aux femmes. Elles sont 100% victime, tout à fait innocente. La blogosphère au Québec est majoritairement composée de femmes et les discours de victime pullulent.

    Une fois ceci établit, en 2009, il doit y avoir 15 femmes tuées par des hommes.
    Pour les homicides et les voies de fait, il est clair que ce sont des femmes qui en sont victimes. Maintenant, les voies de fait et les homicides ne rendent pas compte de l’ensemble de la violence conjugale et familiale. Et dans ce spectre, bien sur des hommes sont confrontés à des comportements violents de la part de leur partenaire.

    Il y a quelque chose Louis que je ne retrouve pas dans ton billet, ce n’est pas un reproche mais j’aimerais compléter. En 2004, je crois la Régie régionale a doublé les subventions accordées aux organismes intervenant auprès des hommes. Les organismes de défense des droits des pères, après des années de misère ont commencé à être subventionnés. Il y en a un entre autre qui recoit 100 000$ de Centraide.

    La pratique du droit familial a beaucoup évolué. Elle place l’intérêt de l’enfant devant celui des parents en conflit.

    À mon avis, ce n’est ni auprès de l’homme, ni auprès de la femme que les choses peuvent évoluer, c’est au niveau d’une politique familiale que les choses évoluent pour le mieux je trouve.

  25. J’oubliais la pub…
    Elle est d’un ridicule.
    Le mec dit qu’il est la somme de toutes ces femmes.
    Moi je me dis, Lépine n’est-il pas lui aussi, la somme de toute ces femmes?

  26. Louis, mon dernier message est disparu. Pourquoi?

  27. Oublie ça, il est réapparu. Ça devait être un bogue…

  28. « Moi je me dis, Lépine n’est-il pas lui aussi, la somme de toute ces femmes? »

    Non, vraiment pas.
    Je dirais plutôt que Gamil Gharbi est la différence de toutes ces femmes.

  29. Je voulais juste utiliser des « arguments » féminins pour montrer comment ils font fâcher vite les hommes. 🙂

  30. Bien quant à moi si cet homme respectueux envers les femmes est le résultat de la somme de toutes celles de sa vie, bien, les monstres aussi. C’est quoi l’idée, la femme ne crée que du bon et occulte le mauvais? C’est la vierge Marie, l’Immaculée conception?

  31. Un reportage à radio-can il y a quelques années titrait « la machine à broyer des hommes » sur ce sujet.

    Le soir de la diffusion, on y disait que 80% des femmes obtenaient la garde de leurs enfants au divorce.

    La semaine d’après, on corrigeait, on disait que la plupart des fois, les pères ne demandaient pas la garde. Quand les deux demandent la garde actuellement, la garde partagée est souvent une solution, pour les autres, c’est à peu près égal.

    Ça n’a pas toujours été ainsi, mais actuellement cette situation est assez corrigée. Il y a dans ce cas un jugement du juge, mon voisin a eu le dessus sur sa femme, il a eu les enfants parce qu’il gagnait plus qu’elle, alors dans les cas difficile, le juge tranche selon son jugement qui peut, je vous l’accorde être pas parfait.

  32. Je n’ai jamais écrit que les hommes ne vivaient pas de violence conjugale. Je reconnais cette violence, mais dire qu’ils en vivent autant que les femmes est une dérape tellement fausse.

    Et avant qu’on me dise « ouais mais les femmes font plus de violence psycho » , ben je vais vous dire à l’avance, les femmes en vivent autant de violence psycho. C’est kif-kif cette violence psychologique, les femmes ne surpassent pas les hommes à ce niveau.

  33. Voilà un bon survol beaucoup plus nuancé que les discours masculinistes au sujet de la garde des enfants.

    http://www.ledevoir.com/non-classe/91184/garde-des-enfants-les-peres-ont-ils-raison-de-se-plaindre

  34. Lépine était un détraqué. Il n’était et n’est la somme de rien du tout.

  35. Bien dit.

    On donne bien trop d’importance à Lépine. Il devrait tomber dans l’oubli, dans les poubelles de l’histoire, c’est tout ce qu’il mérite.

  36. Pourtant il a une mère, dont il doit être un peu la somme, non?

  37. Je ne sais pas où vous vous en allez avec cette notion de somme. Il était le fils de sa mère, ben quin! Mais ne plaçons pas sur les épaules de cette femme la décision insensée qu’a pris son fils. Elle en a déjà assez sur les épaules comme ça.

  38. Voici un autre scénario « fictif » et qui se passe à Montréal

    Répartition des appels urgents à voiture X-22

    X-22 à l’écoute?

    Nous avons un appel pour 610-VC (conflit domestique: violence conjugale) à l’adresse XYZ. Le plaignant dit se faire présentement battre par sa conjointe très agressive. Il dit qu’il a grandement besoin d’aide… Il dit qu’elle a perdu la tête et quelle est très dangereuse. Le plaignant dit craindre pour sa vie!

    X-22 OK, je termine mon rapport et je suis 10-11 (en route)

    Et non loin d’une demi-heure plus tard…

    X-22 à central, pouvez vous rappeler le plaignant et lui demander s’il a vraiment besoin de notre aide?

    Voilà où nous en sommes rendus au Québec, et ce, à cause de la propagande éhontée et irresponsable de la part de notre gouvernement!

  39. J’en veux encore des scénarios… 😉

    ***

    J’ai aussi ce texte que je trouve important de diffuser:

    Les hommes vivent-ils des discriminations systémiques ?
    Québec –

    Voici une liste pour conforter votre vision d’un monde fait sur mesure pour les hommes.

    Les hommes ne vivent pas de discriminations systémiques (même pas dans le domaine de la garde des enfants et des fausses allégations).

    Ce n’est pas vrai que —par un processus mental tordu— certaines personnes nient ou minimisent les souffrances/injustices que vivent les hommes québécois « moyens » en utilisant le fait qu’une TRÈS PETITE élite politique, médiatique, sportive et financière soit « encore » majoritairement composée d’hommes…

    Ce n’est pas vrai que la plupart des journalistes des grands médias (exemple: Radio Canada et POWER CORPORATION, propriétaire de La Presse) font tout pour nier ou minimiser les injustices/souffrances qui affectent les hommes et passent le message que les hommes « doivent s’adapter »… tout en continuant de parler des injustices/souffrances qui affectent les femmes.

    Ce n’est pas vrai que les conjointes, les filles, les mères, les amies, les soeurs, etc sont aussi affectées (parfois indirectement et souvent directement) par les injustices/souffrances qui affectent les hommes, pères et garçons.

    Ce n’est pas vrai que 96% des payeurs de pension alimentaire sont des hommes québécois… qui vivent souvent dans la pauvreté.

    Les hommes québécois ne subissent pas autour de 10,000 fausses allégations de violence conjugale/abus sexuel par année.

    Ce n’est pas vrai que la société et les médias, souvent CONFONDENT la violence envers les femmes et la violence conjugale.

    Ce n’est pas vrai qu’en matière de violence familiale(i.e. violence envers les enfants, personnes âgées et conjoints confondus), la société et les médias représentent l’homme comme plus violent que la femme alors que dans ce domaine, les femmes dominent légèrement.

    Ce n’est pas vrai que —par un processus mental tordu— certaines personnes tiennent compte du sexe de l’auteur d’un crime, pour nier le fait que les hommes sont plus souvent victimes de crimes contre la personne que les femmes.

    L’image véhiculée de l’homme québécois dans les médias/téléromans/écoles/etc., n’est pas négative.

    Les hommes ne meurent pas plus jeune que les femmes.* (1)

    *(1) Notre réseau de santé et de services sociaux, n’est pas plus orienté vers les besoins des femmes.

    *(1) Les travailleurs qui meurent ne sont pas des hommes 9 fois sur 10.

    Les travailleurs masculins ne subissent pas beaucoup plus de lésions professionnelles que les femmes.

    *(1) Ce n’est pas vrai que les hommes meurent beaucoup plus souvent de noyades que les femmes.

    *(1) Les hommes ne meurent pas du cancer de la prostate autant que les femmes du cancer du sein… et les budgets concernant les soins, la recherche et le dépistage pour le cancer du sein sont plus petits que ceux pour le cancer de la prostate…

    *(1) Les hommes ne meurent pas beaucoup plus souvent du cancer que les femmes et ce, à chaque année… et les budgets concernant les soins, la recherche et le dépistage de TOUS les cancers ne sont pas plus petits pour les hommes…

    *(1) Les hommes québécois ne se suicident pas environ 4 fois plus que les femmes.

    Ce n’est pas vrai que les femmes et les hommes font AUTANT de tentatives de suicide.

    Ce n’est pas vrai que le taux de suicide diminue dans les 3 autres provinces canadiennes les plus peuplées, alors qu’au Québec il se maintient à des niveaux élevés.

    Les hommes ont plein de services adaptés lorsqu’ils sont abusés sexuellement, physiquement ou psychologiquement.

    Ce n’est pas vrai qu’une bonne partie des femmes victimes d’abus sexuels ou de violences conjugales ne dénoncent PAS leur agresseurs et ce n’est pas vrai que les hommes dénoncent encore moins ces abus en raison des protocoles sexistes et des préjugés/tabous sociaux.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a plus d’hommes que de femmes sur le chômage.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a plus d’hommes que de femmes affectés par le chômage de longue durée.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a plus de d’hommes chômeurs affectés par le découragement.

    Ce n’est vrai qu’il y a plus d’hommes que de femmes sur l’assistance sociale.

    Ce n’est pas vrai que les jeunes hommes de 15 à 24 ans sont plus affectés par le chômage que les filles.

    Ce n’est pas vrai que les hommes sont plus nombreux que les femmes À NE PAS CHOISIR de travailler à temps partiel.

    *(1) Ce n’est pas vrai que les pauvres d’entre les pauvres *les itinérants*, sont des hommes 8-9 fois sur 10.

    Ce n’est pas vrai que les hommes itinérants sont 9x plus susceptibles d’avoir des dossiers judiciarisés.

    Ce n’est pas vrai que les tribunaux croient surtout la version des femmes.

    Ce n’est pas vrai que contrairement aux hommes, les femmes accusées au criminel ont un organisme grassement subventionné qui fait tout pour les aider à trouver des « circonstances atténuantes »; à éviter la prison et à éviter d’avoir un dossier criminel.

    Ce n’est pas vrai que les groupes de femmes reçoivent plus de 600 000 000 $ par année et les groupes d’hommes presque rien…

    Ce n’est pas vrai qu’au 110 rue Ste-Thérèse dans le vieux Montréal, il existe un « bunker blindé », abritant de multiples organismes de propagande féministe(exemple: FFQ), financés à même nos taxes.

    Ce n’est pas vrai que les politiciens (surtout des hommes) votent à répétition des lois pro-femmes depuis 35 ans.

    Ce n’est pas vrai que les politiciens (surtout des hommes) ont PEUR de parler des besoins des hommes/pères/garçons…

    Ce n’est pas vrai que les partis politiques (surtout composés d’hommes) pensent surtout aux besoins des femmes, les considérant sous l’angle d’éternelles victimes.

    Ce n’est pas vrai qu’environ 35% de nos politiciens à Québec sont aussi membres ou ex-membres du Barreau et/ou de la Chambre des notaires.

    Ce n’est pas vrai que les lois votées par ces politiciens profitent à leurs « tits » amis de ces 2 ordres professionnels.

    Ce n’est vrai que les lois en matière familiale et criminelle sont conçues pour alimenter le lucratif marché de « l’industrie du divorce ».

    Ce n’est pas vrai que les femmes ont le Conseil du Statut de la Femme et le Secrétariat à la Condition Féminine et les hommes RIEN.

    Ce n’est vrai que les femmes ont un MINISTÈRE DE LA CONDITION FÉMININE… et les hommes RIEN.

    Ce n’est pas vrai que plusieurs ministères (Éducation, Famille, Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation, etc.) ont une division féminine et les hommes RIEN.

    Ce n’est pas vrai que la plupart des syndicats (CSN, FTQ, etc) ont une division féminine et les hommes RIEN.

    Ce n’est pas vrai que les hommes/pères/garçons vivent de plus en plus de difficultés dans leurs vies.

    Ce n’est pas vrai que les hommes sont de plus en plus minoritaires dans les universités.

    Ce n’est pas vrai que la proportion d’hommes est en baisse constante depuis le début des années 70 et ce, à tous les niveaux scolaires.

    Ce n’est pas vrai que les Prestations fiscales fédérales vont à la mère (à moins qu’elle n’y renonce) et ce, même s’il y a garde partagée.

    Ce n’est pas vrai que le parent qui paye une pension alimentaire pour enfant, perd le crédit d’impôt fédéral pour enfants et ce, même s’il y a garde partagée.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a plus d’hommes qui vivent des maladies mentales graves.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a autant d’hommes que de femmes qui vivent des dépressions.

    Ce n’est pas vrai que Santé Canada a prouvé que le nombre moindre de diagnostic de dépression chez l’homme s’explique par le fait que cette maladie est camouflée par la toxicomanie et ce, beaucoup plus souvent chez l’homme.

    Ce n’est pas vrai que les CLSC sont souvent anti-homme.

    Ce n’est pas vrai qu’un père monoparental peut attendre plus longtemps qu’une mère monoparentale pour avoir un HLM…

    Ce n’est pas vrai qu’il y a des quotas au gouvernement… et que les hommes subissent la discrimination « négative ».

    Ce n’est pas vrai que ces « quotas » se retrouvent à TOUS les paliers gouvernementaux (au municipal, para municipal, au public et au parapublic, etc.)… et même de plus en plus dans le secteur privé.

    Ce n’est pas vrai qu’en 2003 (selon les données du Conseil du Trésor), 68.5% de tous les nouveaux employés gouvernementaux étaient des femmes…

    Ce n’est pas vrai qu’en 2005 (selon les données « équivalent temps complet » du Conseil du Trésor et autres sources), les femmes composaient déjà plus de 60.5% de TOUS les employés et ce, à tous les paliers gouvernementaux.

    Ce n’est pas vrai qu’en 2004, ces secteurs d’emplois représentaient plus de 770 000 employés, soit environ un emploi sur 4 au Québec.

    Ce n’est pas vrai que les enfants qui prennent du Ritalin sont en très grande majorité des garçons.

    Les garçons ne décrochent pas de l’école 2 fois plus souvent que les filles.

    Ce n’est pas vrai que les garçons se retrouvent aussi 3 à 4 fois plus nombreux dans des domaines avec peu ou pas d’avenir.

    Ce n’est pas vrai que les classes d’adaptations comptent généralement 3 X plus de garçons que de filles.

    Les garçons n’ont pas besoin de bouger plus que les filles… et les écoles ne sont pas adaptées surtout aux besoins des filles.

    Les garçons ne manquent pas de modèles masculins « directs »… à la garderie, à la maternelle, au primaire et au secondaire…

    Ce n’est pas vrai qu’à chaque année, les profs masculins —surtout des secteurs primaires et secondaires— sont l’objet de nombreuses fausses allégations d’agressions sexuelles.

    Ce n’est pas vrai que la police fait des arrestations basées sur le sexe… et la Politique d’intervention en matière de violence conjugale du Québec n’est pas sexiste.

    Ce n’est pas vrai que cette politique martèle, plus de 120 fois en 77 pages que l’homme est un agresseur, qu’il est violent et que la femme est une victime…

    Ce n’est pas vrai que les procureurs de la couronne rejettent la quasi totalité les plaintes d’hommes qui subissent de la violence conjugale… et qu’ils les ridiculisent souvent…

    Ce n’est pas vrai que « l’association des avocats de la défense » a signé cette politique sexiste.

    Ce n’est pas vrai que de plus en plus d’hommes sont privés de la présomption d’innocence.

    Ce n’est pas vrai que les condamnations au criminel sont plus sévères pour les hommes que pour les femmes… et ce, pour exactement le même crime.

    Ce n’est pas vrai que dans les métiers traditionnels féminins tel que travailleuses sociales, professeures, infirmières, préposées et travailleuses de CPE, etc… il n’y ai pas de programmes incitatifs pour les hommes qui veulent exercer ces métiers…

    Ce n’est pas vrai que la « lutte aux stéréotypes » du gouvernement est sexiste (contrairement à la Suède qui fait la lutte à tous les « stéréotypes », féminins OU masculins) et que Chapeau les filles / Excelle Science est injuste car les hommes n’ont pas de Chapeau les gars…

    Ce n’est pas vrai qu’il y a des « tonnes » de métiers à prédominance masculine qui ne sont pas considérés dans le dossier de l’équité salariale.

    Ce n’est pas vrai qu’il y a plusieurs endroits qui ont des cuisines communautaires que pour les femmes, laissant ainsi les mêmes enfants sans recours quand ils sont chez papa !

    Ce n’est pas vrai que les papas en situation de garde partagée subissent de la discrimination dans les écoles.

    Ce n’est pas vrai qu’il n’y a presque aucun financement communautaire pour plus que 97% des hommes non violents.

    La liste est très incomplète, je pourrais en écrire trois pages…

    Mais la meilleure: Ce n’est pas vrai que nos dirigeants (hommes castrés et femmes misandres?) adoptent l’idéologie fémi-sexiste et méprisent les besoins LEGITIMES des hommes, pères et garçons et par ricochet, ceux de leurs conjointes, filles, mères, grand-mères, soeurs, amies, etc !

    Bin nooooooon voyooooons…

    ***

    Dans GOOGLE, tapez:  » discriminations systémiques  » et cliquez sur le premier lien et ce, pour avoir accès aux preuves de ces faits:

  40. Je ne vais pas ailleurs que la pub sur cet homme qui dénonce la violence conjugale en disant qu’il le fait parce qu’il est la somme des femmes de sa vie. Alors le tueur n’est-il pas aussi la somme des femmes de sa vie? Les tueurs sortent du ventre d’une femme, non?

  41. Vous êtes incroyables… Pour démontrer votre point, vous allez jusqu’à banaliser, rien de moins, la violence faite aux femmes. Vous la ridiculisez, vous vous en moquez, bref, toute la petite bande de masculinistes ici présente dérape joyeusement.
    Sur le fonds, quand on observe le joli document de M. Préfontaine, celui issu de Stats Canada, on peut y lire des titres qui viennent contredire littéralement et point par point les thèses que vous tous écrivez plus haut.

    Vous aimez beaucoup les petits scénarios tirés par les cheveux. Il y en a des plus réalistes. La semaine dernière, au Saguenay, un homme a tué sa femme et s’est suicidé ensuite. Il y a deux semaines, à Saint-Jérôme, un homme tente de se suicider après avoir tué sa femme. Ces cas font la manchette de manière hebdomadaire au Québec. Ce qui m’inquiète, c’est que vous le savez… et que vous vous en moquez.

    Clairement, dans vos messages, on comprend que vous n’aimez pas les femmes qui vous tiennent tête. Vous en faites une caricature grotesque de personnes arnaqueuses, prêtes à tout pour vous soutirer votre argent et vos enfants.

    Vous en connaissez beaucoup des femmes comme celles-là, messieurs?

  42. Disons que la pub en question était plutôt débile…

  43. Ouais, franchement, je trouve moi aussi que ça commence à déraper pas mal ici. On peut reconnaître que certains hommes sont des victimes, de là à dire que tout est égal…

    Les gars, prenez un bol d’air, vous vous pompez pas mal, là…

  44. lol! bien sûr que ça délire solide! Ça vaut même pas la peine de répondre.

  45. Voici d’autres ‘violences’ contre les hommes.

    A noter que celles-ci sont institutionnelles (ou étatiques), donc, quasi invisibles:

    ********************************************************

    Les papas séparés/divorcés du Qc, qui ont un revenu annuel de 10 100$, ‘deviennent’ RICHES aux yeux du ministère du revenu du Qc !

    Je m’explique:

    Dites-moi, comment un père, qui a -disons- 2-3 enfants et qui gagne -disons- 20 000-25 000$ / an (ou encore pire, moins) -et son ex, à peu près la même chose(ou pire: moins!)- peut-il arriver à;

    1.
    Payer la pension alimentaire pour enfants = 6000 à 8000 $/an + extras. (CALCULÉE sur les revenus BRUTS)

    http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/generale/table09.htm

    http://www.justice.gouv.qc.ca/francais/publications/generale/modele.htm

    2.
    S’il était marié, payer une pension alimentaire à madame(dans les cas où madame ne travaillait pas/peu) = plusieurs centaines de $ / mois

    3.
    Payer un logement convenable dans une ville ‘moyenne’ du Québec tout en gardant à l’esprit qu’il devra pouvoir accueillir ses enfants -sans que le dpj ‘débarque’, pour cause; « d’enfants entassés les uns sur les autres ».

    Et s’il y a conflit(s) entre les 2 parents:

    4.
    Payer les frai$ d’avocat pour essayer d’obtenir la garde partagée ou même moins.

    (A ne pas oublier ici, qu’à partir de 12-13 000 $ de revenu annuel, l’aide juridique nous considèrent ‘riches’)

    5.
    Payer les frais -de la ou- des enquête(s) psychosociale(s) = plusieurs milliers de dollars, si le conflit perdure, ou si les expert$ sont moindrement professionnels.

    6.
    Payer les frais des avocat$ au criminel, si madame décide qu’elle se sent menacée (oui dans la plupart des accusations -i.e. 80-90% des 17 000 accusations de violence-, il n’y a ni blessure, ni témoins; ce ne sont que des ouï-dire !). Mais monsieurs le-déjà-coupable, devra payer de sa poche pour se défendre; pendant que madame-la-déjà-victime, aura accès au service gratuit de la couronne, de la cavac, et d’un psy (pour faire reconnaître son statut de ‘victime’ officielle)

    (rendu à ce stade, voici ce qui risque d’arriver):

    7.
    Monsieur ne pourra plus voir ses enfants.

    8.
    Monsieur-le-déjà-coupable risque de faire une dépression majeure, mais il devra se payer un p$sy, à SES frais = 100$ de l’heure et plus.

    9.
    Monsieur risque de perdre aussi sa job / sa réputation.

    10.
    Monsieur risque de rentrer dans les stats des nombreux papas qui se suicident dans ces cas (environ 50% des suicides sont constitués de papas en situation de séparation)

    J’ai beau calculer et recalculer (et même dans les cas où il y a absence de conflits), je ne vois pas comment ces papas peuvent arriver à boucler leurs fins de mois ET s’occuper de leurs enfants convenablement.

    ET VOUS?

  46. IL SERAIT TEMPS POUR LE QUÉBEC DE S’INSPIRER DE LA RÉFORME FAITE EN AUSTRALIE.

    Voici ce qu’il faudrait faire pour responsabiliser tout le monde et améliorer la vie de nos enfants:

    Faire comme en Australie et responsabiliser les pères ET mères, en montant le seuil de revenu annuel à partir duquel les pères (dans 95% des cas), paient une pension et ce, de 10 000$ /an à environ 25 000$ / an (faut appliquer le taux de conversion dollar can. –» dollar australien).

    Le système actuel fait en sorte d’inciter trop de mères à demander la garde complète et à ne pas trop travailler, car sinon, adieu la pension alimentaire et bonjour le travail salarié. Est-ce que les enfants profitent de ce genre de mentalité ou d’exemple de dépendance ou d’inégalité ? Sommes-nous encore en 1950 avec des ‘femmes faibles et dépendantes’ ?

    Est-ce que l’état profite de cette mentalité de dépendance ? Et l’économie, ‘elle’ ?

    Et ne parlons même pas des pères qui désirent la garde partagée dans la majorité des cas, mais pour toutes sortes de raisons, acceptent de signer une « entente à l’amiable » (sic).

    En tout cas, l’Australie est bien en avance sur le Québec:

    http://www.csa.gov.au/ChildSupportFormula/self-SupportAmount.aspx

    Et les enfants sont les premiers à en profiter.

    Ne vous demandez pas pourquoi la plupart des pères -qui ont une ex vindicative- n’hésitent pas à signer une entente « à l’amiable » (sic). Moi aussi -avoir un fusil sur la tempe- je signerais n’importe quoi…

    Allez voir les recherches de LAPIERRE-ADAMCYK, Évelyn, concernant ces fameuses « ententes à l’amiable ».

    Pour ceux qui disent que les pères demandent la garde partagée pour ne pas payer de pension, je crois bien que que je viens de démontrer que nous pouvons INVERSER cet argument et dire que les femmes qui font tout ce qui précède (dans mon autre message) et ce, sans être de réelles victimes ‘toutes blanches’, (car elles existent celles-là!), font tout ça pour se venger et/ou pour obtenir une pension ?

    Qu’en pensez-vous ?

  47. Statistiquement parlant, les conversations dérapent très souvent lorsque TU interviens.

  48. « Pérdon » de vous condredire en ce dimanche matin , mais je crois que certaines personnes sexistes ou disons, légèrement biaisées (pour rester poli), focalisent trop sur certaine$ stat$ payante$ et ce, au détriment de celles qui le sont moins ou qui démontrent que les femmes -en général- NE SONT PAS PLUS VICTIMES OU BOURREAUX QUE LES HOMMES.

    Voici 2 petits-petits-petits faits qui contredisent vos ‘vérités admises’:

    1)
    Certaines personnes tiennent compte du sexe de l’auteur d’un crime, pour nier le fait que les hommes sont plus souvent victimes de crimes contre la personne que les femmes.

    2)
    En matière de violence familiale (i.e. violence envers les enfants, personnes âgées et conjoints confondus), la société et les médias représentent l’homme comme plus violent que la femme alors que dans ce domaine, les femmes dominent très légèrement.

    p.s.
    Et pour vraiment gâcher votre dimache (ce n’est pas mon but, mais je suis tanné de voir que vous ne voyez pas TOUTES les réalités!), j’ai placé 2 autres textes (qui vont appaître tout en haut), que vous allez sûrement ignorer et/ou détester…

    Désolé
    🙂

  49. Ah re-bonjour vous, j’espère que vous allez apprécier mes derniers messages et que vous n’allez pas personnaliser nos échanges, mais analyses/regarder/débattre uniquement les/des FAITS.

    Parce que moi aussi je vous trouve sympa… et je trouverais cela dommage que vous soyez obligé de me « donner le point » pour « pénalité pour coup bas »

    Je sais, j’ai le tour…
    🙂

  50. Je vous lis pour me divertir et voir où on en est avec la désinfo des masculinistes…

    J’ai répondu à Enkidu qui me semble un gars sensé…les autres sont endoctrinés.

    Lâchez-pas là!

  51. Je vous aime koval, car si c’est facile d’échanger entre adultes matures avec vous: dans tous les « débats » (euh-humm 😉 ), vous apportez QUE des arguments/faits vraiment profonds…

    Les lecteurs vont effectivement trouver que vos petites insultes, vos petites accusations faciles et vos arguments d’autorité, NE SONT PAS DE LA DÉSINFO et donc qu’ils contribuent à convaincre les lecteurs que tous vos écrits sont que des faits…

    🙂

  52. Bof, sébas, j’ai justement assez de maturité pour savoir que de toute façon personne n’a de crédibilité devant le sectarisme comme le masculinismes et le conspirationnismes ne reste qu’à s’amuser de leurs propos.

    Eh oui! Bien certainement que pour vous, la vérité est 100 000 lieux des faits.

    Je ne vous aime pas et je ne vous salue pas, mais je veux bien vous laisser délirer en paix en ce dimanche 6 décembre consacré au masculinisme ici!

  53. Koval: voulez-vous me dessiner un mouton? Non ? Voulez-vous jouer avec moi, d’abord? Non plus ? Moi si! Je vais analyser la « substance très profonde » de votre dernier commentaire -qui représente à peu près 100% de vos commentaires partout sur le ‘ouèbe’! 😉

    Voici donc en grande primeur, une analyse d’un message typique de Koval sur le ouèbe (et après elle n’arrête pas de dire qu’elle perd son temps dans le monde virtuel. Ce n’est pas moi qui va la contredire, en tout cas !)

    🙂

    ***

    « j’ai assez de maturité = argument d’autorité = aucun faits ou arguments réels

    « crédibilité » = idem

    « sectarisme » = insulte facile sans subtance (savez-vous ce que c’est une vraie secte? Moi si! Et je ne connais personne ici! )

    « masculinisme » = sans commentaire, surtout lorsqu’on sait qui utilise ce terme = les toujours « gentilles » et « honnêtes » (surtout avec les stats) féministes ! 😉

    « conspirationnisme » = De kossé ? C’est vous qui voyez des sectes partout ! = toujours aucun faits ou aucune substance.

    « la vérité est 100 000 lieux des faits » = ah oui, j’ai hâte de lire vos faits qui prouvent ça, justement. Remarquez qu’avec l’âge, je suis devenu très patient… alors prenez tout votre temps pour les trouver, ces faits. 😉

    « Je ne vous aime pas » = mes arguments sont michants-michants contre vous? Vous êtes blessé ? Et vous ne me connaissez même pas encore! Snif…

    « Je veux bien vous laisser délirer » = pour que cela soit vrai, il faut l’appuyer avec des faits, ma chère dame.

    « ce dimanche 6 décembre consacré au masculinisme ici! » = ah enfin un peu de viande autour de l’os ! = moi qui croyais que le 6 décembre était une CÉLÉBRATION D’UNE FOU FAITE PAR DES FÉMINISTES. Oups, désolé, j’ai du mal comprendre la propagande.

    🙂

  54. Permettez-moi de glisser quelques mots.
    Certains propos laissent à supposer – pour beaucoup d’entre vous – que vous êtes des victimes de violence, sinon, les jugements seraient différents.

    Laissez-moi vous dire que ces propos ne sont pas de nature à espérer que la lumière et l’harmonie entre femmes/hommes sont au bout du tunnel. C’est d’une tristesse incroyable ! Je suis très déçue et inquiète pour les femmes et celles en devenir.

    Je suis triste aussi pour les jeunes femmes qui ont à vous rencontrer ou à vivre en votre compagnie. C’est vraiment triste à mourir d’autant que je croyais la jeunesse masculine d’aujourd’hui avait une meilleure philosophie de vie face à la vie conjugale que certains de vos pairs. Je me demande quelle éducation avez-vous reçu ?

    Je souhaite que les jeunes femmes aient une vie harmonieuse dans leurs relations avec les hommes. Vous savez, la femme violentée n’est pas que blessée par des balles ou des baffes dans le coeur, elle est aussi meurtrie par des attitudes, des paroles humiliantes qui tuent tout autant.

    Alors, les gars qui sont victimes de violence, plaignez-vous, faites arrêter votre conjointe. Peut-être que les policiers vous écouteront plus qu’ils n’écoutent les plaintes des femmes. N’oubions pas, combien de femmes sont mortes parce que leurs plaintes ont été ridiculisées et mises à la poubelle. Soyez patients autant que nous, la justice se fera un jour !

    Je vous souhaite le bonheur malgré tout,
    peut-être que la violence disparaîtra ainsi !

  55. Mon Dieu que ça devient de plus en plus facile…

    Exercice de rhétorique:

    [j’espère que cela va en aider plusieurs à prendre conscience du quasi biais systématique -et insidieux- que l’on retrouve dans notre société dite ‘moderne’ et ‘équilibrée’]

    Miroir miroir, dis-moi qui est le plus ‘fin’…

    « Permettez-moi de glisser quelques mots.
    Certains propos laissent à supposer – pour beaucoup d’entre vous – que vous êtes des victimes de violence, sinon, les jugements seraient différents.

    Laissez-moi vous dire que ces propos ne sont pas de nature à espérer que la lumière et l’harmonie entre femmes/hommes sont au bout du tunnel. C’est d’une tristesse incroyable ! Je suis très DÉÇU et INQUIET pour les HOMMES et CEUX en devenir.

    Je suis triste aussi pour les jeunes HOMMES qui ont à vous rencontrer ou à vivre en votre compagnie. C’est vraiment triste à mourir d’autant que je croyais la jeunesse FÉMININE d’aujourd’hui avait une meilleure philosophie de vie face à la vie conjugale que certains de vos pairEs. Je me demande quelle éducation avez-vous reçu ?

    Je souhaite que les jeunes HOMMES aient une vie harmonieuse dans leurs relations avec les FEMMES. Vous savez, L’HOMME VIOLENTÉ PAR LES INSTITUTIONS SEXISTES ET BIAISÉES EN FAVEUR DES FEMMES, OU L’HOMME VIOLENTÉ PAR SON EX (SURTOUT DE FAÇON PSYCHOLOGIQUE-QUI NE LAISSE AUCUNE TRACE VISIBLE- MAIS AUSSI DE PLUS EN PLUS PHYSIQUEMENT -CAR S’IL LEVE LA MAIN UNE FOIS, IL SAIT QU’IL N’AURA PAS L’OREILLE ATTENTIVE DU SYSTÈME), n’est pas que BLESSÉ par des balles ou des baffes dans le coeur, IL est aussi MEURTRI par des attitudes, des paroles humiliantes qui tuent tout autant.

    Alors, les FILLES qui sont victimes de violence, plaignez-vous, faites arrêter votre CONJOINT. Peut-être que les policierEs vous écouteront plus qu’ils n’écoutent les plaintes des HOMMES. N’oubions pas, combien d’HOMMES, D’ENFANTS ET DE PERSONNES AGÉES, SONT MORTS OU ABUSÉS parce que leurs plaintes ont été ridiculisées et mises à la poubelle PAR LE SYSTÈME SEXISTE ENVERS LES HOMMES. Soyez patients autant que nous, la justice se fera un jour !

    Je vous souhaite le bonheur malgré tout,
    peut-être que la violence disparaîtra ainsi !:

  56. Beaucoup de commentaires très intéressants. Merci à tous, et je crois que vous comprendrez que je ne répondrai pas personnellement à chacun.

    Ce que je remarque. Il y a:

    – D’un côté les gens comme moi qui observent froidement la situation et se basent sur des rapports et des enquêtes pour souligner le fait, malheureusement trop souvent occulté, que la violence conjugale est l’oeuvre de 50% de chacun des sexes et que ses conséquences sont aussi graves pour les hommes que pour les femmes;

    – D’un autre côté ceux qui se basent sur des faits divers et des émotions pour culpabiliser les hommes; on pourrait très bien faire la même chose pour culpabiliser les femmes et certains l’ont fait.

    – D’autres qui affirment qu’il faudrait tenir compte du nombre de morts plutôt que de la violence elle-même, ce qui m’apparaît aussi douteux que de compter le nombre de morts sur la route plutôt que le nombre d’accidents ayant causé ces morts;

    – D’autres également qui se mettent la tête dans le sable et qui catégorisent tous ceux qui remettent en doute le dogme de la femme-victime comme étant de méchants masculinistes qui détestent les femmes.

    À ce que je vois, la route vers l’égalité des sexes est encore longue. S’il est bien vu de s’opposer à la violence faite aux femmes, gare à qui veut parler des hommes!

    À quand une réelle égalité des sexes et une remise en cause des conséquences négatives d’un féminisme qui a peut-être été trop loin?

  57. Lis les rapports que tu cites christ que t’est démagogue, j’te flush!

    Je vise pas l’égalité ni l’équité avec toi et ta troupe de masculiniste Louis P., soit-en bien certain!

  58. ! »Lis les rapports que tu cites christ que t’est démagogue, j’te flush! »

    Dommage, car j’aurais tellement aimé ça débattre de faits avec vous…

    Ce sera dans une autre vie.

    Bonne vie quand même !

  59. Avec quelques autres pays comme la Suède, c’est au Québec que l’on retrouve le plus d’enfants SANS PAPAS DANS LEURS VIES.

    Il faut que toutes ces injustices et ces luttes inutiles, cessent ! Nous détruisons nos enfants !

  60. Vous, vous ne devez pas vivre dans le meme monde que moi ! Bien souvent, ce n’est pas que le fait que les policiers n’ecoutent pas les plaintes des femmes ou les ridiculises, mais plutot que les lois sont faites de sorte qu’ils ne peuvent faire plus que ce qu’ils font, parfois ce sont les moyens ou les effectifs qui manque. Faut arreter de confondre vos impressions, ce que vous croyez voir et la realité. La grande majorité des policiers, et vous pouvez aller leur demander, se ferait un plaisir de coincer un gros pourri qui tabasse sa femme et ainsi voler au secour de la dame. Une bonne partie aussi (mais heureusement pas tous), arrivant sur une scene de chicane conjugale ont generalement le reflexe de sauter comme vous aux conclusions les plus evidentes. Oh madame à un bleu, son mec est un salaud. Parfois, voire bien souvent, oui. Mais pas toujours, des commediennes ca existe. Des femmes ayant pris un coup par un simple geste d’auto-defense ou de ras-le-bol aussi. Des gens qui se battent, donc qui s’echangent des coups sans que l’un soit plus victime que l’autre aussi. Etc.

    J’ai deja discuté avec une de vos consoeurs, une femme qui s’offusque de la violence faite aux femmes qu’on n’aide jamais les pauvres. Un jour elle apprend lors d’une discussion qu’un type (ami qu’on a en commun) s’est pris une bouteille en plein front par sa conjointe, premier reflexe de la brave dame : « bien fait ! ». Ouaaah ! On dirait presque un sketch de Yvon Deschamps, sauf qu’elle ne faisait pas dans l’humour !

    De plus en plus souvent dans les postes de quartier l’accueil est tenu par des policieres, et croyez-moi qu’elles sont tres attentives aux plaintes de leurs consoeurs feminines… bien plus que si un type de 6 pieds 2 venait se plaindre de sa compagne de 5 pieds 7 ! Ca c’est la realité simplement parce que c’est encore des stereotypes bien ancrés dans nos vieilles mentalités, et vous n’avez pas l’air d’y echapper.

    Et non, pour dire cela nous ne sommes pas forcement des hommes battus, et non pour dire cela nous ne sommes pas plus des phalocrates ou des gens minimisant la violence faite aux femmes et encore moins nous en rejouissant.

    Je ne m’appelle pas Lepine. Je n’ai pas eu non plus un pere et une mere comme lui ! Tout reside dans l’education et pour le moment, je ne vois rien qui laisse voir un changement dans cette education. Meme des le plus jeune age.

    Une anecdote : 3 filles du primaire sautent sur mon fils qui a sans faire expres lancé le ballon de l’autre coté de la cloture lors d’une recreation: coups répétés, morsures, griffures. Des marques gardées pendant plus d’une semaine ! Sanction ? Une reflexion et des excuses à donner au garcon.
    Maitenant imaginez 3 gars qui sautent sur une fille et la tabassent … avec les memes marques, pas plus, pas moins (surtout qu’en fin de primaire, les filles sont parfois plus costaud que les gars pas encore pubere et c’etait d’ailleurs le cas), alors d’apres vous, il arriverait quoi à ces trois petits gars qui ont de forte chance de tomber sur une jeune directrice, une jeune psycho-educatrice et une jeune enseignante, vu qu’elles sont majoritaires dans ce milieu et son bien souvent issu de la generation traumatisée par les agissements de Lepine ? Imaginons en plus si par le plus grand hasard cela tombe le jour du triste anniversaire. Terrible !

    Non, on ne vit pas dans le meme monde !

  61. […] links. Alain Racicot Tous ensemble pour venir en aide aux hommes victimes de violence conjugale!: https://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/12/04/publicite-violence-femmes-hommesQuand la publicité légitime la violence contre les hommes | […]

  62. Sait-on pourquoi ces hommes en viennent à de tels gestes ? Ont-ils tous les memes raisons de les poser ? Si non, comment generaliser sur de telles informations graves aussi legerement sans en savoir plus ?

    On pourrait faire de meme avec le taux de suicide chez les jeunes hommes qui est un des plus elevés de nos sociétés occidentales. On trouve une cause et hop, on la colle sur tous les jeunes suicidés !

    Est-ce que vous trouvez cela correcte ? Est-ce que ca peut vous permettre d’insinuer des propos que certaines personnes ici n’ont jamais tenus, des pensées qui ne nous ont jamais effleurés.

  63. Un texte que j’ai envoyé sur le site de Rad-Can qui a présenté encore Polytechnic Feminist Holocaust :

    La recherche du pouvoir et du contrôle n’appartient pas qu’aux hommes.

    C’est pas demain qu’on verra un film pour nous rappeller le rôle primordial du mouvement féministe dans l’application de l’eugénisme au Canada par des groupes féministes socialistes tels que le United Farm Women’s Group, le National Council of Women, ainsi que les féministes les plus influentes comme Emily Murphy, Nellie McClung, Margaret Sanger, Marie Stopes, Helen MacMurchy, Madge Macklin et Charlotte Whitton. Leurs pressions mènneront à la création du Canadian Eugenics Society en 1930 puis à la loi du Sexual Sterilization Act en 1933, par lequel des miliers de personnes seront stérilizées de force, surtout des Amérindiens et beaucoup d’immigrants qui ne connaissaient pas bien la langue. Les Québécois (Canadiens français) étaient même visés en raison de leurs « trop grosses familles ».

    Peut-être un petit film et une petite plaque pour ces millers de victimes ?

    Les hommes et les femmes ont leurs qualités et défauts. Ils peuvent être autant des anges que des bêtes.

    La violence conjugale est un problème de contrôle des émotions de chaque part. Au lieu de faire des manifestations et films pour exposer le défaut de l’autre, l’éducation de la prise de conscience et du contrôle des émotions (dès l’adolescence) , du rapport psychologique entre les garçons et filles (qui est différent et non égal) seraient plus raisonnable et bénéfique que des leçons de morale.

  64. Facile à dire «Vous ne vivez pas dans le même monde que moi».
    Poutant !!
    Je pourrais vous citer des exemples qui démontrent que des femmes ont été tuées par leur conjoint peu après qu’elles l’eurent dénoncé à la police du coin… avec des noms à l’appui… mais à quoi ça servirait ? Combien d’hommes violents remis en liberté ont commis l’irréparable par la suite ? Je n’accuse pas tous les hommes d’être violents, j’accuse le laxisme du système.

    Je suis bien d’accord avec vous que bien des femmes manipulent pour arriver à leurs fins. Mais avouez avec moi que ce n’est pas l’apanage des femmes 😉

    Vous écrivez que votre garçon a subi des blessures et que les trois filles n’ont reçu qu’une petite sanction.
    Comment avez-vous réagi devant votre jeune face à cette punition ?
    De douter que la sanction aurait été plus sévère dans une situation contraire, c’est présumer que les enseignantes en question, sont partiales, inéquitables face aux garçons dont elles ont la responsabilité.

    N.B. Je ne suis pas contre les hommes,
    je suis pour que les femmes et les hommes puissent évoluer,
    s’épanouir entièrement dans leur Être.

  65. Corrpour la phrase :«Mais avouez avec moi que ce n’est pas l’apanage des femmes»

    Lisez plutôt :
    «Mais avouez avec moi que ce n’est pas l’apanage que des femmes»

  66.  » en marge:

    VOILÀ, VOUS AVEZ LE DOIGT SUR LE BOBO:

    « Je pourrais vous citer des exemples qui démontrent que des femmes ont été tuées par leur conjoint peu après qu’elles l’eurent dénoncé à la police du coin… avec des noms à l’appui… mais à quoi ça servirait ? Combien d’hommes violents remis en liberté ont commis l’irréparable par la suite ? Je n’accuse pas tous les hommes d’être violents, j’accuse le laxisme du système. »

    Combien de femmes sont tués dans ces CAS précis ?

    = 2-3 CAS annuel ? (sur environ 15 meurtres de femmes fait par des conjoints, sur une population de 7 700 000).

    Combien d’hommes sont accusés au crimenel et perdent leur PRÉSOMPTION D’INNOCCENCE (et un paquet d’autres droits) pour prévnir les CAS pathétiques que vous décrivez avec haibilité:

    10 000 ‘cas’ annuel (environ) !

    Notre démocratie a été fondé sur des droits ‘sacrés’ et avec vos 2-3 CAS vraiment horribles (j’en conviens), vous MANIPULER LES ESPRITS, LES POLITICIENS, LES MÉDIAS, LES JUGES ET ET VOUS DONNEZ DES JUSTIFICATIONS -à tous ce beau monde bien intentionné- POUR CHANGER DES LOIS ET DES PRINCIPES DÉMOCRATIQUES CENTENAIRES

    En tout cas, triste époque d’experts-manipulateurs (au pouvoir!).

  67. Oups:

    « VOILÀ, VOUS AVEZ PLACÉ LE DOIGT SUR LE BOBO: »

    « au criminel »

    « PRÉSOMPTION D’INNOCENCE »

    « HABILITÉ »

  68. @ Koval et Raph: Merci beaucoup pour vos commentaires, qui constituent une oasis de bon sens dans un océan de foutaises.

    @ Louis P.: Je trouve déplorable que ce blogue soit en train de devenir un repaire de masculinistes et d’anti-féministes. De plus, utiliser la tuerie de Polytechnique afin d’appuyer vos arguments sur la violence conjugale envers les hommes, ce n’est pas seulement malhonnête intellectuellement, c’est carrément choquant. Vous êtes en train de perdre une lectrice.

  69. Je suis désolé que vous preniez les choses de cette façon. Je ne souscris pas à tout ce qui s’écrit ici, mais je suis un libre-penseur et je m’attaque à toutes les injustices. Et les hommes, qui subissent 50% de la violence conjugale, vivent effectivement une injustice et, quoi qu’on en dise, plusieurs féministes ont récupéré le 6 décembre 1989 et interdisent à toute personne de se questionner sur le sort des hommes.

    Au-delà du féminisme et du masculinisme, ne faudrait-il pas plutôt viser l’égalitarisme? Et surtout, ne pas oublier le 50% de la population qu’on ignore systématiquement quand il est question de violence conjugale?

    On peut parler, parler, parler. Mais les faits sont là, et il est plus que temps de considérer la violence conjugale des deux côtés de la médaille et d’arrêter de financer des institutions sexistes comme le Conseil du statut de la femme ou la Fédération des Femmes du Québec. Ou bien – pourquoi pas – de financer alors leur équivalent masculin. Le sexisme contre les hommes doit cesser.

  70. […] la naissance d’un enfant, sa progeniture. *****    Un lien pertinent  Louis P. sur la publicité et la violence  Un autre d'abeille en éveil sur les femmes et l'église […]

  71. […] moi te dire tu te prend pour dieu.tiens, va lire ce lien, y'a des choses qui manque a ta culture!https://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/12/04/publicite-violence-femmes-hommes Vous devez être connecté pour pouvoir laisser un commentaire. Si vous n'êtes pas membre, […]

  72. […] Préfontaine crunches the numbers on domestic violence and finds out that the facts don’t necessarily justify the near-exclusive emphasis on […]

  73. Moi, ce que je ne comprends pas, c’est qu’à d’autres égards l’auteur de ce blog est une personne très sensée – on peut citer ce qu’il a écrit sur les bibliothèques et les biens communs. Bizarre qu’il démontre une telle haine « mascuiliniste » des personnes de mon genre. La plupart de ces types là sont d’extrême-droite sur toute la ligne, style Jeff Filion ou Doc Mailloux.

    Juste avant le 20e anniversaire d’un grave crime misogyne.

    Ça me fait penser à des syndicalistes progressistes avec qui j’ai collaboré mais qui pensent mettons que les Amérindiens sont « gras durs ».

    Triste, tout ça.

  74. Il serait intéressant, lorsque vous accusez l’auteur de ce blogue d’entretenir une « haine conte les personnes dans votre genre », de citer au moins un extrait où il ferait preuve de cette « haine ». Sinon, ce ne sont que des paroles dans le vent.

  75. Julie, ce que je ne comprends pas, c’est que M. Préfontaine, contrairement à la plupart de ses confrères masculinistes, ne tient pas un discours réactionnaire sur toute la ligne; il a écrit beaucoup de billets intelligents, voire progressistes (son texte sur les bibliothèques, et d’autres.

    Je pense que cet élément dissonant provient d’une négation de l’oppresison des femmes – oppression bien plus ancienne et ancrée que l’oppression nationale des Québécois (que je ne nie pointe, bien que maudite allophone).

    Il ne s’agit point de diaboliser les hommes, qui sont des êtres humains comme nous, mais d’analyser les structures d’oppression et d’exploitation, que celles-ci soient nationales, de classe ou de genre. Et d’y remédier.

  76. Oui, c’est évident, pour tous ceux et celles qui ont encore quelque prise sur la réalité. J’ai des amis hommes qui m’en parlent beaucoup ces jours-ci; ils ont honte devant la remontée de ce discours masculiniste revanchard.

    Et il n’y a pas une seule intervenante dans un refuge pour femmes qui niera qu’il y a également de la violence féminine contre les hommes, et de la violence entre les conjoints et conjointes de même sexe. Mais la très grande majorité des victimes de cas graves sont effectivement des femmes.

    Et non, je ne déteste point les gars, mais ça, ça devrait aller sans dire.

  77. […] The Daily Asshole Here is another woman-hating "masculiniste" from Québec: https://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/12/04/ … ment-26975Bizarre, this blogger also has a lot of perfectly cogent things to say about other topics, such as […]

  78. Pour remédier aux injustices, la première étape est de les observer. 50% de la violence causée par les femmes et presque zéro soutien pour les hommes. Voilà une injustice.

  79. Louis, je t’admire. Un peu (et pas toujours) pour ce que tu dis, beaucoup pour ta façon de le dire.

  80. Le manque d’empathie est à l’origine de beaucoup de maux et en particulier à l’incompréhension croissante entre les hommes et les femmes.
    Votre discours est symptomatique de l’aveuglement féministe, comme si les femmes violentes ne portaient pas de coups, comme si on ne rencontrait pas fréquemment des femmes aux attitudes au combien humiliantes avec leurs conjoints, mais que notre société nous a enseigné à considérer comme normales.
    Nous allons vers un age obscur dans lequel on considèrera que les hommes sont le mal et les femmes des anges, faisant fi pour cela de millénaires de civilisations qui ont produit tellement de belles choses qui sont dans leur immense majorité le fait d’hommes (littérature, poésie, musique, médecine, sciences etc etc etc …. )
    Continuer dans ce sens ne peut aboutir qu’à un affrontement des genres et je crains que nous ayons déjà pris la « fausse route » pour paraphraser quelqu’un.

  81. […] il faut condamner la violence des des cotés de la même façon…sinon c'est du sexisme.sourcehttps://ledernierquebecois.wordpress.com/2009/12/04/ … mes-hommes _________________??? ????"Il n’y a pas un seul endroit dans ce pays qui n’a pas une […]

  82. […] Quand la publicité légitime la violence contre les hommes […]

Comments are closed.