L’aveuglement idéologique du ministère des Finances

Un nouveau courriel. Une représentante du ministre des finances du Québec qui m’écrit personnellement pour me demander d’aller donner mon opinion quant aux orientations que doit prendre le gouvernement lors de son prochain budget. Le gouvernement en personne qui prend la peine de m’écrire! Et qui écoutera mes suggestions! Wow!

En fait, il s’agit plutôt d’un exercice de propagande que de quoi que ce soit d’autre. Quelques questions plus ou moins dommageables, et à la page quatre, le couperet de désinformation tombe, avec une litanie de questions orientées. Parmi celles-ci, la pire de toutes: Faut-il « augmenter les impôts des particuliers et des entreprises, même si cela affecte notre compétitivité »?

manipulation-finances

Source de l’image

Vous avez bien lu. On ne demande pas au citoyen de juger de la meilleure façon de renflouer les coffres de l’État. Non, on lui impose une manière de voir, c’est-à-dire qu’on lui suggère, explicitement, que de hausser les impôts ne serait pas une bonne idée. Faut être compétitifs, voyez-vous! On doit pouvoir rivaliser avec de petits Chinois enchaînés à leurs machines et payés un salaire de misère. C’est la lutte de tous les pays conte tous les pays, et il serait indécent de demander aux mieux-nantis de faire leur part, eux qui ont profité de généreuses baisses d’impôts depuis une décennie!

Or, au-delà de la compétitivité, que l’économiste et prix Nobel d’économie Paul Krugman considère comme un mauvais indicateur pour un pays, n’y a-t-il pas des objectifs plus importants? Tiens, une meilleure redistribution de la richesse par exemple? Ou la lutte à la pauvreté et la plus grande cohésion sociale qu’elle implique?

Comme je l’écrivais dans un précédent billet, les pays qui ont les impôts les plus élevés sont également ceux dont la pauvreté de la population en âge de travailler est la plus faible. De même, je notais ici que les deux pays de l’OCDE dont le niveau d’inégalité a le plus augmenté depuis les années 80 sont la Finlande et la Nouvelle-Zélande, et que ces deux nations se sont attaquées à la progressivité de l’impôt. Et puis, le clou dans le cercueil des idéologues de la vieille droite, il y a une quasi-corrélation entre le niveau d’imposition d’un pays et ses inégalités sociales: plus un pays impose ses citoyens, moindre sont les inégalités!

En fait, en attachant une conséquence qu’on espère négative à sa question, le gouvernement manipule les citoyens en leur faisant faussement croire que l’annulation des généreuses baisses d’impôts consenties depuis une décennie (de 1998 à 2007, le taux implicite d’imposition du quintile supérieur est passé de 27,3% à 22,9%) serait une mauvaise chose. On lance le message suivant: on « pourrait » hausser les impôts, mais surtout n’y pensez pas!

Pourtant, pour d’autres questions, on n’a pas hésité à introduire des nuances et des spécifications censées protéger la classe moyenne et les plus démunis. On a parlé, par exemple, d’« Instaurer une contribution spécifique pour financer le système de santé tenant compte de la capacité de payer de chacun » ou de « Hausser les tarifs d’électricité en tenant compte des coûts croissants de production, tout en protégeant les ménages à faible revenu et la compétitivité des entreprises ». Ce ne sont plus des questions, ce sont des affirmations idéologiquement orientées.

Imaginerait-on, à l’inverse, les questions suivantes:

  • Faut-il annuler les baisses d’impôts des particuliers et des entreprises, des baisses qui ont profité principalement aux mieux-nantis et qui ont contribué à faire augmenter les inégalités sociales?
  • Faut-il s’opposer à la privatisation insidieuse qui gangrène notre système de santé et qui gaspille les ressources de l’État tout en créant un système à deux vitesses où les plus pauvres obtiennent des soins de moins bonne qualité?
  • Faut-il baisser les tarifs d’électricité en tenant compte du fait que ce sont les plus pauvres à qui ces tarifs font le plus mal et qu’on ne doit pas renflouer les coffres de l’État en les pénalisant?

Il est facile de bâtir des questions idéologiquement orientées. Facile et lâche. Le gouvernement devrait plutôt être à l’écoute de la population et se faire le représentant de ses désirs. En manipulant les questions qu’il pose aux citoyens, le ministère des finances ne peut qu’obtenir les résultats qu’il souhaite afin de nous précipiter dans des réformes ayant connu un retentissant échec, tant en Islande qu’en Irlande ou ailleurs.

Il serait peut-être bon de le rappeler: en période de crise, il est normal, voire souhaitable de faire des déficits afin de stimuler la demande. Ce qui l’est moins, par contre, est de baisser inutilement les impôts des plus privilégiés dès que la prospérité est au rendez-vous et de faire payer ce fabuleux party à la classe moyenne et aux plus pauvres dès que le ciel se couvre de nouveau.

Avec ces questions qui sous-entendent de tristes réformes, le gouvernement Charest démontre qu’il n’a rien appris de l’échec populaire de sa réingénierie de l’État de 2003, un programme idéologique que la population avait fortement condamné, que ce soit en manifestant ou aux urnes, en lui enlevant sa majorité.

Face aux dogmes et à l’aveuglement idéologique, même la réalité a tendance à s’effacer.

Publicités

12 Réponses

  1. J’ai répondu au questionnaire en ajoutant quelques commentaires :

    – retour des niveaux d’impôt d’avant 1998;
    – imposition à 100 % des gains en capitaux;
    – plafonnement des déductions pour RÉER à 12 000 $/an.

    J’aurais pu ajouter d’autres commentaires de ce genre (récupération des impôts des sommes détournées dans les paradis fiscaux et autres), mais c’est lassant.

    J’ai aussi dénoncé le questionnaire comme tu le fais.

    Si d’autres veulent faire de même…

    J’ai aussi regardé les résultats des 50 derniers répondants : la manoeuvre semble fonctionner, car la hausse d’impôt est au dernier rang et les hausses de tarifs au premier. La baisse des dépenses est aussi populaire.

    Misère…

  2. Je viens de faire le sondage. L’augmentation de l’impôt était au dernier rang des solutions pour résoudre la crise. L’éducation était toutefois au premier rang des préoccupations. Il y a peut être de l’espoir…

  3. Ce sondage m’a fait pensé à celui-ci: http://www.debatidentitenationale.fr/participation/pour-vous-qu-est-ce-qu-etre/

    Aucun lien avec le sujet du billet, mais cela porte à réfléchir. C’est comme si toute la société occidentale se demandait qui elle est et ou elle s’en va.

  4. Y a un peu de ca quand meme. Les occidentaux se posent beaucoup de questions, ils en ont le temps et encore les moyens.

  5. J’ai repondu avec des commentaires dès la premiere question

    « Des elements sont au meme niveau d’importance : Santé universel, reseau d’education de qualité, developpement durable.

    D’autres decoulent les uns des autres : Metropole dynamique, culture florissante, infrastructure renouvelées, c’est un TOUT !

    Et mettre le faible cout de l’electricité est tout simplement malhonnete car le sujet est bien plus complexe qu’une simple priorité, surtout quand on sait que ce sont les liberaux et surtout CHarest @ power.corp au pouvoir !

    Et le plus important qui a ete oublié : Priorité numero 1 : Faire du Québec un pays pour assurer que ses interets soient defendus avec les outils adequats et que nous soyons maitre chez nous. »

    le commentaire pour une autre question sur le classement des moyens de renflouer :

    « j’ai mis un ordre pour le principe mais ca n’a aucun rapport.

    1 – faire du Quebec un pays et gerer nos ressources intelligemments, miser sur les carbodollars, economiser en eliminant le dedoublement du federal, virer la monarchie, eliminer l’armement lourd inutile de l’armee du Quebec, etc. On en sauverait des milliards ! Faire du Quebec la suisse de l’amerique du nord ! C’est un projet tout à fait realisable.

    y a pas de numero 2 »

    en reponse au moyen apres la crise (5):

    « l’independance »

    etc.

    J’ai hate de lire leur reponse. Je sens le cours de patinage de haute-voltige avec un triple boucle piqué.

  6. « J’ai hate de lire leur reponse »

    T’attends vraiment une réponse Reblochon ?

    D’ailleurs où avez-vous pris ce foutu sondage ? J’ai rien eu moi…
    Je dois pas payer assez d’impôts.

  7. Le sondage est ici: http://consultations.finances.gouv.qc.ca/fr/je-donne-mon-opinion/
    Tout le monde peut le remplir.

    Le sondage sur l’identité française est, lui aussi, ouvert à tous (voir mon commentaire plus haut sur l’adresse).

  8. Pas plus tard que mercredi matin, Poul Friis recevait à son émission sur P1 un auteur qui prétend que c’est toute la société danoise (voire l’occident) qui doit suivre l’exemple des 20000 Danois du Schleswig-Holstein et vivre avec deux cultures.

    Individuellement, c’est beau mais collectivement…

    http://www.dr.dk/P1/P1Formiddag/Udsendelser/2009/11/24145937.htm

  9. Ces questions aurait aussi pu être posées ainsi:
    – Faut-il augmenter vos impôts compte tenu que c’est le fruit de votre travail qui est utilisé pour toute sortes de causes sociales à vos dépends ?
    – Considérez-vous votre gouvernement comme un gestionnaire d’hôpitaux et de soins de santé. Et si oui, considérez-vous que le gouvernement devrait aussi vendre du pain et des lecteurs DVD ?
    – Considérez-vous que votre gouvernement devrait être un gestionnaire/producteur d’électricité ? Si oui, considérez-vous acceptable qu’il s’auto-proclame comme un monopole ? Si oui, comment fera-t-il pour déterminer le cout de son produit ?

    Mais j’imagine qu’elles sont un peu biaisées aussi ? 🙂

  10. Non, mais ils repondront normalement, un truc automatique du genre :

    Monsieur,

    Nous avons lu avec interets vos recommandations, nous en informerons le ministere et on vous touche les couilles si ca peut vous flatter dans le bon sens.

    Bonne journée
    Liberalement votre, un ami canadien

  11. @Darwin: La manœuvre fonctionne, malheureusement, mais c’est à nous aussi de la dénoncer et d’éduquer les gens sur les mythes des baisses d’impôts…

    @Je me souviens: L’éducation au premier rang? Ce que j’ai vu, moi, c’était des hausses de tarif dans l’éducation, ce qui est loin d’être positif. Mais je peux me tromper… Au sujet du débat français, je trouve qu’il est très sain. Qu’une nation indépendante à l’identité aussi forte que la France se questionne sur son identité en dit long sur le niveau de colonialisme d’un Québec pris dans le carcan canadien et qui s’anglicise…

    @derteilzeitberliner: Collectivement, le bilinguisme conduit à la disparition de la culture la plus faible, bingo!

    @Reblochon: Hehe, tu crois sérieusement qu’ils vont te répondre?

    @Çaparle Aupopette: Je ne crois pas à une réponse moi non plus. La seule utilité de ce sondage est de pouvoir dire: « Vous voyez, les gens veulent des hausses de tarif! ».

    @Francois: Si tu n’es pas certain de la différence entre gérer des ventes de pain ou de DVD et gérer la santé des gens, je peux t’en parler par courriel! 😛

    Merci pour vos commentaires!

Comments are closed.