Domination masculine contre adeptes de Marc Lépine

Léger malaise ce matin en lisant cette nouvelle d’un réalisateur belge ayant décidé de ne pas venir au Québec par crainte pour sa sécurité. La raison? Quelques sibyllines menaces de la part de certains individus se réclamant de Marc Lépine et semblant posséder une santé mentale du même ordre que le tueur de Polytechnique. Des malades de l’esprit qui occultent et discréditent le combat de ceux – comme l’auteur de ces lignes – qui aimeraient une société plus égalitaire dans le respect de la complémentarité de chaque sexe.

domination

Source de l’image

« Tout est possible: ces types sont suicidaires, ils se comparent à Marc Lépine et il y a des appels au passage à l’acte », affirme Patric Jean, qui devait présenter son documentaire « La domination masculine » en sol québécois. Oui, ces hurluberlus ne vont pas bien. Se réclamer d’un individu ayant tué de sang froid quatorze femmes dans la fleur de l’âge, voilà qui glace la sang. Ces gens ont davantage besoin de soins professionnels, à mon avis, que de l’attention médiatique qu’on leur confère. Ils sont autant représentatifs de la mouvance masculiniste que le Conseil du Patronat puisse l’être du sort des moins-nantis.

Ceci dit, ce n’est pas parce que quelques détraqués s’approprient une cause que la cause en soi n’a pas de valeur intrinsèque. Il existe bel et bien un deux poids, deux mesures, dès qu’il est question des rapports entre les sexes au Québec. On tolère un certain sexisme ambiant, présenté comme le « gros bon sens », à l’encontre des hommes, mais le contraire est dénoncé avec vigueur par le Conseil du statut de la femme et ses sbires.

En fait, ne s’agit-il pas là précisément du point de départ de toute l’injustice présumée? Pourquoi un « Conseil du statut de la femme » plutôt que de l’homme ou de l’égalité? Pourquoi s’intéresser à un seul sexe en particulier plutôt que de chercher des solutions pour faciliter les relations intersexuelles dans le respect de nos valeurs égalitaires? Mais il ne s’agit que d’un exemple parmi d’autres de cette inégalité dans la recherche de l’égalité.

Ainsi, pourquoi tolère-t-on des centres d’entraînement pour femmes seulement, mais pas des tavernes uniquement pour les hommes? On objecte généralement que les femmes ont envie de pouvoir s’entraîner en paix sans se faire reluquer constamment. Soit. Mais les hommes n’auraient-ils pas parfois envie de se regrouper entre eux sans avoir à se mettre sur leur trente-six avant de sortir? N’auraient-ils pas envie eux aussi d’un endroit où se retrouver ensemble? Il y a là un traitement médiatique inégal: la femme qui se fait refuser l’accès à la taverne voit son histoire propulsée à la première page des journaux, alors que l’homme vivant à un coin de rue d’un club de conditionnement physique et qui s’en fait interdire l’entrée – s’il trouve seulement le courage d’y mettre les pieds – subit seul son sa honte et sa frustration.

De même, pourquoi tolère-t-on la violence psychologique et ne la considère-t-on pas de la même manière que la violence physique, alors que la plupart des psychologues s’entendent pour dire qu’elle fait au moins aussi mal? Bien sûr, on a télédiffusé quelques publicités sur le sujet, mais elles dépeignaient toujours l’homme comme étant l’auteur de cette violence, ce qui ne correspond pas du tout à la réalité, comme l’a démontré une étude de Statistique Canada. Dans celle-ci, il a été établi que dans le contexte d’une relation de couple, les homme étaient plus nombreux que les femmes à se faire menacer ou lancer un objet, à se faire mordre, frapper avec un objet ou les pieds, et à être victimes de violence conjugale en général, physique ou psychologique.

Finalement, pourquoi personne ne parle de la suprême injustice, celle qui devrait occulter toutes les autres: l’espérance de vie? En 2006, l’espérance de vie à la naissance d’une femme était de 83,3 ans, contre 78,3 ans pour un homme. Cinq ans de moins! On est loin ici des petits débats pépères d’équité salariale: être un homme au Québec signifie vivre en moyenne cinq années de moins qu’une femme. Évidemment, certains bien-pensants s’empressent de souligner les différences physiologiques entre un homme et une femme; il serait donc normal selon ces casuistes qu’une femme vive plus longtemps qu’un homme parce qu’elle serait génétiquement programmée pour le faire. Ce ne serait pas parce que l’homme s’échine plus durement à la tâche ou que ses conditions de travail à lui sont plus difficiles. Non, non, c’est la génétique.

Or, ce qu’on ne veut admettre dans le sérail du pouvoir féministe, c’est qu’il y a là encore un deux poids, deux mesures. Par exemple, pourquoi présente-t-on la parité des candidats, députés ou ministres politiques comme une avancée de la cause des femmes, alors que d’une manière naturelle, intrinsèque – peut-être même génétique – celles-ci sont naturellement moins portées vers la chose publique, ce combat viril des idées? Dit autrement: pourquoi faudrait-il accepter que la nature ait choisi les femmes pour vivre plus longtemps que les hommes, mais faudrait-il se suppléer à celle-ci pour leur faciliter l’accès aux officines du pouvoir politique? On se prive certainement de politiciens de qualité en choisissant un individu en fonction de son sexe plutôt que pour ses idées.

Pour toutes ces raisons, je ressens à la fois un malaise vis-à-vis de désespérés qui idolâtrent Marc Lépine, mais également face à un documentaire se voulant un énième outil de la culpabilisation masculine. Oui, l’égalité n’est pas encore atteinte, oui il reste des combats à mener, mais ceux-ci concernent autant les hommes que les femmes.

Les féministes ont poussé les hommes du faîte de leur antique domination, mais elles ne semblent pas concevoir qu’il existe de la place pour deux sur ce sommet, et que ce n’est pas parce qu’on pousse les uns vers le bas que les autres montent forcément. Sous prétexte de régler des injustices réelles, elles en créent de nouvelles dont elles rejettent ensuite la responsabilité du revers de la main.

Et le plus triste, c’est que certains hommes – mais aussi des femmes de la nouvelle génération, plus réalistes vis-à-vis des injustices que subissent l’autre sexe – choisissent le ressentiment et le mépris des acquis de leurs aînées plutôt que de prendre la situation actuelle comme un défi permettant de bâtir une réelle égalité complémentaire, pacifiquement, dans le respect des institutions et du droit de parole de l’autre.

À quand un véritable débat sur l’égalité et la complémentarité des sexes au Québec?

Publicités

96 Réponses

  1. Cher Louis, vous-vous êtes laissé prendre par un publi-reportage de Anabelle Licoud pour le compte de Black Moon Productions.

  2. Shit! Que c’est attristant à lire!

    Des débiles qu’on dénonce enfin, qui fêtent la St-Marc, (en l’honneur de Lépine).

    dans un billet à saveur masculiniste…

  3. Voyons Louis. Je suis sûr qu’au fond de toi tu fantasmes sur les femmes dominatrices!

  4. @ Gébé Tremblay

    Ahhh merci pour l’explication, je trouvais ça EXTRÊMEMENT étrange ce refus de venir au Québec basé sur des menaces anonymes. Finalement le gars s’est peut-être dit : venir faire une entrevue à 11h00 AM chez Christianne Charette ça va m’amener 50 auditeurs potentiels pour mon film et ça va me couter quelques milliers de dollars, alors que faire sortir une nouvelle comme quoi je suis sous menace va m’en amener quelques milliers et c’est gratuit. Bon ce sera pas une grande perte ça a l’air d’une grosse merde ce film. Le mec fait un lien entre le masculinisme et la justification de la pédophilie ?!? O.K. je sais que nos masculinistes ne volent pas haut mais le lien avec la pédophilie je ne le vois pas.

    «Il y a de tout parmi les masculinistes, dit le cinéaste, mais ce sont souvent des hommes quittés par une femme, qui n’ont pas accepté la rupture. Ils sont misogynes, à droite, un peu racistes, un peu homophobes. Ils ont tous un même profil psychologique: ils ont l’impression qu’ils n’occupent pas la place qu’ils devraient avoir dans la société. Au lieu de s’en prendre à leurs limites, ils s’en prennent aux femmes.»

    Très intéressant, dans la même phrase il réussit à dire : «Il y a de tout parmi les masculinistes» et «Ils ont tous un même profil psychologique». C’est sûr qu’une bande de cons frustrés incultes et restreints idéologiquement c’est toujours un bon sujet de film. Mais faudrait arrêter de frapper toujours sur les mêmes. J’ai hâte de voir un film sur d’autres sortes de tatas question de bien illustrer la diversité des tatas dans la société : allez dans l’armée, dans les patinoires de hockey pour jeunes, ou dans les stations de radio de Québec, vous allez pouvoir en trouver des tatas de tout genre à démoniser.

  5. « Pour toutes ces raisons, je ressens à la fois un malaise vis-à-vis de désespérés qui idolâtrent Marc Lépine (né Gamil Gharbi) , mais également face à un documentaire se voulant un énième outil de la culpabilisation masculine. »(Louis P.)

    J’ai visité leur site pour voir et ils n’idolâtrent pas Marc Lépine. Ils condamnent même sa violence et son massacre. Ils rejettent l’utilisation qu’en font les féministes pour dénoncer une suposée violence généralisée des hommes envers les femmes, alors ils utilisent à leur tour Marc Lépine pour une commémoration d’un combat contre la guerre des féministes contre les hommes. C’est du oeil pour oeil, dent pour dent.

    Si on visite les sites des féministes, c’est la même chose. Elles proclâment que le geste est politique puisque Marc Lepine visait (dans sa lettre surtout) les féministes. Mais lors de l’anniversaire commémoratif de l’événement, elles dénoncent la violence envers les femmes, pas les féministes. Ça s’appele vouloir le beurre et l’argent du beurre.

    Si Marc Lepine en aurait contre toutes les femmes, il aurait commencé par tuer sa mère et sa soeur, les deux personnes avec qui il a grandit depuis l’âge de 5 ans (depuis le divorce)! Il n’aurait non plus délaissé le nom de son père (Gharbi) pour prendre celui de sa mère (Lepine) ! Tandis que sa soeur a préférer garder le nom de son père, même si on répète qu’il était très violent et mysogine ! Marc Lepine a même fait certain de donner un cadeau à sa mère avant temps sachant qu’il serait mort avant !

    Je n’ai pu trouvé aucune version du père disponnible.

    Gamil Gharbi a choisi de changer son nom pour celui de sa mère seulement 7 ans avant son geste. 18 ans en tant que Gharbi et 7 ans en tant que Lepine.

    C’est le nom de la mère qui sera retenu, et non celui du père suposément violent et mysogine.

    Sa soeur est morte d’une overdose au collège … Dawson.

    Après une rencontre, la mère de Kimveer Gill et la mère de Marc Lepine ont conclue que leurs fils se ressemblaient étrangement bien.

    Des heures de plaisir professionel pour les psychanalistes.

  6. Il n’y a même pas de menaces. La police a dit qu’ils n’y voyaient rien contre la loi.

    Un simple appel à La Presse et on lui trouve UNE « journaliste » qui lui montera un picant petit article ciblé pour sa clientelle.

    Scratch my back and I scratch yours.

    C’est dans la section « Mon Cinéma » n’est-ce pas ?

  7. Une personne affranchie n’a pas le besoin de s’affirmer
    en tant que homme ou femme. Tout se résume au respect et
    à la compréhension de l’autre. Malheureusement, tous n’ont
    pas cet équilibre et perpétuent ainsi un débat inutile et
    déplorable qui n’avance en rien l’évolution de l’humanité.

    En 2010, chacun (homme ou femme)peut prendre sa place à la condition de
    se donner les outils pour y arriver, de connaître ses
    limites et de se libérer de toutes religiosités imposées par
    quelques ‘illuminés’ remontant à la nuit des temps.

    La bêtise humaine n’est pas l’exclusivité
    de l’homme ou de la femme. On n’y peut rien contre
    l’irrationnel et la folie.

  8. @Gébé Tremblay: La Presse a beau être un journal jaunissant et fédéraliste, je lui fais confiance pour ce genre de nouvelles. Et si tu ne vois pas où ils idolâtrent Lépine, c’est que tu n’es pas tombé sur des textes célébrant la « St-Marc »… Et puis, son nom c’est Lépine, pas Gharbi.

    @koval: Je suis pas certain de comprendre; c’est attristant qu’on dénonce ces débiles?

    @internationaliste: Non, seulement celles à moustache! 😛 Plus sérieusement, je ne vois pas trop le lien entre mes goûts personnels et la question de l’égalité des sexes au Québec.

    @le TViste: Je crois à son explication, mais je suis d’accord que son discours est empreint de préjugés; c’est pourquoi je suis mal à l’aise des deux côtés…

    @Sarcelle33: Bien d’accord, individuellement. Mais nos élites doivent nous donner les moyens de pouvoir prendre notre place indépendamment du sexe. Voilà pourquoi je m’oppose à la discrimination positive! 🙂

    Merci pour vos commentaires!

  9. Je trouve que la tendance est à minimiser la portée de ces malades quasi criminels ici…

    Voici d’autres citations de l’article en question.

    « L’un des blogues porte le nom de Marc Lépine. Il se présente comme un site de réflexion mais certaines entrées n’hésitent pas à glorifier le tueur de Polythechnique. On peut y lire que le 6 décembre est le jour de la St-Marc. « Ce jour a été établi pour le souvenir de la première contre-attaque contre les fémininazies dans la guerre contre les hommes » écrit l’auteur.

    Gébé, Bravo, très malin, très brillant….belle propagande….

    Mais quelle bouffonnerie que ces discussions! Je ne répondrai plus à ces niaiseries…

    « La domination masculine a été en partie tourné en France et en Belgique, mais aussi au Québec. « Vous (les québécois) avez 20 ans d’avance ici, par exemple sur des questions comme la violence conjugale. Il y a des choses exemplaires au Québec et la place des femmes dans la société fait que la réaction est plus violente, plus visible », explique Patric Jean, en référence aux masculinites.

    Plus loin….

    « Enfin l’idée selon laquelle ce sont les hommes les premières victimes des violences conjugaes est aussi défendue…. »

    Tant que les homme ne se dissocieront pas très férocement des mensonges des masculinistes, nous ne discuteront pas, soyez bien certain que les femmes ne répondront pas à ces discours colporteurs de haine et de vangence.

  10. Je ne crois pas, personnellement, avoir minimisé les paroles de ces gens. Je les trouve carrément débiles. Mais attention! Ils ne sont pas plus représentatifs des masculinistes que des féministes au prise avec les mêmes problèmes de santé mentale. Les masculinistes sont tout autant légitimes que les féministes; ils en sont la réaction. Je crois qu’il est temps de dépasser ces mouvements et de viser un égalitarisme. Ça devrait commencer par l’abolition du Conseil du statut de la femme et son remplacement par celui de l’égalité des sexes.

    Ceci dit, l’étude de Statistique Canada démontre que la violence touche tout autant les femmes que les hommes, et même parfois davantage les hommes que les femmes!

    Il faut être capable de se questionner sur les excès du féminisme sans pour autant tomber dans le ressentiment et la haine; de la même manière on doit pouvoir considérer les revendications masculinistes sans considérer ses éléments les plus extrémistes comme en étant représentatifs.

    La solution, c’est l’égalitarisme, à mon avis. Une véritable égalité, dans le respect de la complémentarité des deux sexes.

  11. Ouf! Non Louis, les féministes ne jouissent pas devant des meurtres d’hommes, le masculinisme n’est vraiment pas le pendant masculin du féminisme. Ce mouvement est basé sur la culture de la haine.

    Je ne dis pas qu’il n’existe pas quelques femmes complètement débiles, mais sur les blogues, on ne voit pas de regroupements de femmes aussi virulentes envers les hommes que peuvent l’être les masculinistes, ni dans la vie d’ailleurs.

    Dans les mouvements féministes, lorsqu’on voit de tels dérapages haineux envers les hommes, on musèle ces niaiseries, on s’en dissocie.

    Peut-être d’autres regroupements d’hommes se formeront dans le futur et pourront un jour dialoguer de ces questions…

    Mais jamais les masculinistes ne rejoindront d’autres personnes que les misogynes.

  12. Ça na pas de sens d’affirmer

    « Ceci dit, l’étude de Statistique Canada démontre que la violence touche tout autant les femmes que les hommes, et même parfois davantage les hommes que les femmes! »

  13. Voyons Louis c’était une blague. Quand les hommes se plaignent du féminisme j’aime bien leur dire que leur fantasme secret est une féministe dominatrice!

  14. Pourquoi ? Comme avec la pedophilie, quand cela touche les femmes ca devient un tabou, on ne peut plus en parler.

    Quand une femme martyrise son homme, celui-ci ne peut vraiment se plaindre sans paraitre ridicule, surtout si il fait deux pieds de plus que sa conjointe… et pourtant, les sevices moraux sont inombrables et admis comme plus vicieux que ceux faits par les hommes sur les femmes. En effet, là où le type cogne, la femme rabaisse, humilie. C’est une forme de violence comme une autre et les degats peuvent etre tout aussi marquant.

    Quand une femme abuse de ses propres enfants, ceux-ci ont encore plus de mal à denoncer leur mere. Comment la personne qui est censé etre le symbole de la devotion et de l’amour inconditionnelle pourrait abuser de ses gamins ! Impossible voyons !

    Deja que sur un tout autre sujet, bon nombre de gens n’arrivent pas en 2009 à comprendre comment une femme peut abandonner ses enfants, un homme oui, mais pas une femme ; et pourtant il y en a !

  15. Fait « amusant ». Quand en France ils ont ouvert une ligne telephonique pour que les femmes battues puissent parler à quelqu’un annonymement, ils ont ete submergés d’appels de detresse de la part d’hommes et ont du ouvrir une nouvelle ligne specialement pour eux.

    Un homme, un vrai, ca ne va pas porter plainte au poste de police parce que sa femme n’a pas ete gentille avec lui, et ca n’en parle ni à sa moman, ni à ses amis. Une realité de notre petit coté macho indecrottable.

  16. Les féministes ont fait une grave erreur en utilisant le drame polytechnique comme journée de combat contre la violence faite aux femmes. Ça dépeint le problème de la violence faite aux femmes comme étant un truc spectaculaire, un assassinat massif. Alors qu’il n’en est rien. La violence faite aux femmes, ça se passe essentiellement à la maison et dans les familles. Tant qu’on utilisera ces évènements hors du commun pour représenter la lutte, on ne pourra pas s’attarder au vrai problème. Le meurtre de plusieurs femmes c’est quelque chose de grave, mais ce n’est pas représentatif du phénomène de la violence familiale.

  17. Pourquoi? Parce que c’est faux.

    Je ne nie pas la violence faite aux hommes, mais tous savent que la violence conjugale est pire chez les femmes.

    À moins d’être adepte des théories masculinistes.

  18. Une femme assassinée chaque 55 heures pas son mari ou ex-mari, en France Reblochon.

  19. « c’est que tu n’es pas tombé sur des textes célébrant la « St-Marc »… »

    Biensûr que jai lu tout ça. Et alors ? Jeanne d’Arc est bien une sainte aussi !

    La police n’a trouvé rien de répréhensible et moi non plus.

  20. Et cette petite campagne de pub du producteur et La Presse est à mon avis bien plus infecte que ce que disent ces quelques blogeurs frustrés.

    Pour mettre du poids à son « documentaire », ce feluet de producteur a inventé des menaces pour diaboliser ses sujets qui en réalité sont tout à fait innofensifs. Fallait bien faire quelque chose lorsque que les autres documentaristes du festival sont allé en Afghanistan cotoyer les Talibans ou autres régions dangereuses du monde !

    Alors fallait inventer le danger ! Notre documentariste se transforme alors lui-même en victime tremblante, obligée de faire sa présentation par internet sous les couvertures de son lit et envoyer faire écrire sa dénonciation des barbares par des amazones journalistes québécoises qui elles les affrontent nues presque quotidiennement ! Y’a rien là pour Annabelle Nicoud au milieu du territoire des bêtes féroces, mais le producteur doit se terrer terrifié sous son lit en Belgique !

    Quelle farce !

    Il s’est transformé lui-même en bonne femme craintive pour distinguer la méchante bête masculine du préférable homme rose.

    Je doute que c’est le genre d’homme que les femmes préfèrent sous la couverture. 🙂

  21. Serait-ce que vous ne trouvez pas de statistiques pour le Québec, Koval, ou que c’elles-ci n’étaient pas asser élevées à votre goût ? 🙂

  22. « Je ne nie pas la violence faite aux hommes, mais tous savent que la violence conjugale est pire chez les femmes. »(Koval)

    Faux.

    Il y a autant de violence d’un côté comme de l’autre. Ce sont le contexte social et la force physique qui font une différence sur les conséquences.

    C’est dans l’enfance de Marc Lépine qu’il faut chercher le trouble. Or, dans la violence congugale vous ommettez les enfants. Vous le réduisez à hommes et femmes.

    Par exemple, si nous prennons le contexte social des années 1920, vous obtendrez des statistiques d’infanticides beaucoup plus élevés chez les femmes. Les femmes, alors, étant majoritairement à la maison pour materner les enfants de la famille et physiquement plus puissantes qu’eux !

    En ce temps on aurait pu faire la même généralisation statistique et dire que la majorité des infanticides sont commis par les femmes !

    Donnant ainsi la fausse impression que les femmes sont plus violentes que les hommes.

  23. Gébé

    Reblochon parlait de la France, j’ai répondu en parlant de la France. Et bien honnêtement, je lis ta désinfo spectaculaire de temps en temps et j’en ai conclu que nous n’avons strictement rien à nous dire.

    Tu peux bien m’apostropher, mais n’y met pas trop de temps et d’efforts car je ne te répondrai jamais.

  24. Louis, ça fait un bon bout que je te lis. Des fois je suis d’accord, des fois non. Des fois je suis content de voir le sujet que tu abordes, des fois non.

    Dans tous les cas, j’admire l’intelligence de tes textes. Des fois ça me renforce dans mes opinions, des fois ça me force à réfléchir un peu plus.

    Avec ce billet, tu atteins un des sommets de mon échelle de pertinence et d’importance. Tes opinions sur la langue, la nation québécoise et l’injustice sociale, je les connais. Mais aujourd’hui, tu apportes une nouvelle brise d’air frais. Merci!

    Et tiens, pour apporter de l’eau à ton moulin, je porte à ton attention ce fait: à travail identique, les femmes ont en moyenne une rémunération supérieure aux hommes.

    « À quand un véritable débat sur l’égalité et la complémentarité des sexes au Québec? »

    Voilà toute une question! Malheureusement, une véritable égalité ferait perdre des avantages à la majorité de la population. Que doit-on privilégier: la justice ou la démocratie?

  25. C’est la réaction typique de ceux qui n’ont pas d’arguments pour défendre leurs idées.

    Ils se retirent et se sauvent.

    Ils n’ont « plus de temps » pour défendre leurs idéaux !

    Ils sont trop occupés à « autres choses » ! 🙂

    On se demande à quoi !!!

    Quels sont ces idéaux ?!! 🙂

  26. Peut-être tes retraité, pas moi. Ciao!

  27. Même pas !! 🙂

    Toujours actif mon coco!!! 🙂

  28. D’accord. Une toute les 55 heures. Est-ce que ca veut dire que les hommes maltraités n’existent pas ? Est-ce que ca veut dire qu’on peut negliger ces gens ?

    Si on suit ton raisonnement, on arrete toutes les aides aupres de toutes les associations, sauf pour la protection de la femme. Et oui, y a pas autant d’hommes, d’enfants, de vieux, d’immigrés, d’homos abattus. Donc on ne s’en occupe plus.

    Ai-je dit à un seul moment que certaines femmes ne vivaient pas un calvaire ? Ai-je dit qu’on ne devrait plus s’occuper de la protection des femmes violentées ?

    Jamais.

    Donc ton commentaire, on va le prendre comme une information complementaire à ce que je disais. Parce ce que je disais, je ne l’ai pas inventé non plus ; il y a enormement d’hommes maltraités (meme si ils n’en meurent pas directement) et d’enfants abusés par des femmes, et ca on n’en parle pas, c’est completement tabou.

  29. Roblochon tu déraille

    enfants abusés par des femmes, et ca on n’en parle pas, c’est completement tabou.

    Ça existe, mais les homme ont le haut du pavé dans ce domaine et de beaucoup.
    On n’a qu’à penser à l’inceste….

    Ok, vous ne voulez pas discuter vous voulez fabuler….pas grave. Je me retire.

  30. Bonsoir Louis,

    Il y a malheureusement un manque de rigueur statistique dans votre analyse.

    Par exemple, pour l’étude de stats can, jamais aucune autre étude n’est arrivée aux mêmes résultats par la suite. L’étude est d’ailleurs enseignée dans les cours de métho à l’université comme exemple à ne pas suivre. Par exemple, toute chicane avec haussement de ton était vue comme étant de la violence psychologique. Moi, dans mon couple, ben il arrive qu’on se chicane et qu’on hausse le ton. Pas vous ? Est-ce de la violence pour autant ? Ensuite, l’étude ne contextualise pas le geste. Par exemple, si la femme a lancé un objet en réaction à un coup donné par l’homme, et que c’est à l’homme qu’on pose la question, bien, on a une seule partie de la réponse soit, « ma femme m’a déjà lancé un objet ». Pire, cela ne parle pas du sexe de la personne qui attaque. « dans votre couple monsieur, vous a t-on déjà lancé un objet ? » Si la réponse est oui, cela ne dit pas si la personne qui a lancé l’objet est une femme ou un homme. Voilà que quelques uns des problèmes de cette étude. D’ailleurs, quand on parle de violence conjugale envers les hommes, ce n’est que cette étude qui est citée ad nauséam. Cela ne veut pas dire que le phénomène n’existe pas. Cela veut dire que cette étude est non pertinente pour évaluer le phénomène.

    Quant à l’espérance de vie, autre problème de rigueur. L’espérance de vie est moins importante chez les hommes car plusieurs d’entre eux meurent jeunes de cause évitable (et bien souvent causé par eux-mêmes, comme on peu le voir notamment avec l’écatombe routière). Ils sont aussi plus nombreux à être toxicomanes ou alcooliques, à intégrer des groupes criminels et malheureusement, à se suicider. C’est ce qui diminue leur espérance de vie. Si on regarde les hommes âgés versus les femmes âgées, l’espérance de vie est la même.

    Quant à la politique et la biologie. Franchement, qu’est-ce qui faut pas entendre. Imaginez, Louis, si je disais, c’est normal qu’il n’y ait pas de profs masculins dans les écoles, prendre soin des enfants, c’est pas dans leurs gènes. Ouh ! Le tollé de protestation ! Il y a moins de femmes en politique et moins d’hommes profs à cause de la socialisation de chacun, qui y est pour beaucoup. Aussi, comme le métier de politicien est très demandant, il n’est pas rare que la conjointe mette un frein à sa carrière pour soutenir la vie de famille. Or, quand les femmes font de la politique, les hommes ne mettent pas leur carrière en veilleuse. Comme il est difficile de conjuguer famille et politique et que les femmes ont encore la fâcheuse tendance à se sentir coupable si elles travaillent trop, elles délaissent donc la politique. Encore là, c’est une question de socialisation.

    Quant aux tavernes versus les clubs de sport là, vous avez franchement raison. (bon je passe sur l’ironie de votre exemple : les femmes veulent faire du sport entre elles et les hommes, boirent entre eux. Une autre explication sur l’espérance de vie différente entre les hommes et les femmes ? 😉 Mais sérieusement, je suis d’accord avec vous.

    Je crois que les femmes se sont définies autrement depuis 40 ans mais que les hommes eux, ont malheureusement de la difficulté à se trouver une place là-dedans. Évidemment, ce sont eux qui ont toujours eu le pouvoir et depuis une vingtaine d’année, le rapport de force se modifie ce qui n’est pas sans créer de remous chez certains hommes, particulièrement les masculinistes. C’est triste je trouve.

    Par contre, moi je constate que la majorité des hommes considèrent les avancées du féminisme comme une avancée pour eux également. Par exemple, quand j’étais enfant, mon père nous « gardait » ma soeur et moi quand ma mère était absente de la maison. Aujourd’hui, les hommes sont des pères engagés, impliqués, fiers et importants pour leurs enfants. Ils ne les gardent pas ! Ils ont accès à des congés de paternité et n’ont plus à être gêné de prendre congé pour les besoins de leur famille. Ils ne sont plus des « donneux de claques » dans la plus pure tradition « attends pas que ton père arrive ! ».

    Je trouve dommage que certains se sentent menacés par la place que les femmes prennent dans la société.

    @Steph : ah oui ? Une femme prof au primaire (4 ans d’université) gagne en moyenne 10% de moins qu’un chauffeur d’autobus (sec 5). Une étude intéressante de l’université Queen’s à démontré que jusqu’en 2007, les femmes profs à l’université au Canada gagnaient 25% (!) de moins que leurs collègues masculins et ce, malgré la même diplômation et le même taux de publication et de subvention, et malgré leur emploi syndiqué. Saviez-vous que pour établir l’équité salarial des travailleuse en CPE, le gouvernement à reconnu comme comparateur les … concierges ?!?

  31. ‘Quant à l’espérance de vie, autre problème de rigueur. L’espérance de vie est moins importante chez les hommes car plusieurs d’entre eux meurent jeunes de cause évitable (et bien souvent causé par eux-mêmes, comme on peu le voir notamment avec l’écatombe routière). Ils sont aussi plus nombreux à être toxicomanes ou alcooliques, à intégrer des groupes criminels et malheureusement, à se suicider. C’est ce qui diminue leur espérance de vie. Si on regarde les hommes âgés versus les femmes âgées, l’espérance de vie est la même.’

    C’est justement le point de Louis de dire que puisque les hommes sont aussi victimes de malheurs spécifiques aux hommes, un conseil de l’égalité des sexes serait mieux qu’un conseil du statut de la femme.

    ‘Quant à la politique et la biologie. Franchement, qu’est-ce qui faut pas entendre. Imaginez, Louis, si je disais, c’est normal qu’il n’y ait pas de profs masculins dans les écoles, prendre soin des enfants, c’est pas dans leurs gènes. Ouh ! Le tollé de protestation ! Il y a moins de femmes en politique et moins d’hommes profs à cause de la socialisation de chacun, qui y est pour beaucoup. Aussi, comme le métier de politicien est très demandant, il n’est pas rare que la conjointe mette un frein à sa carrière pour soutenir la vie de famille. Or, quand les femmes font de la politique, les hommes ne mettent pas leur carrière en veilleuse. Comme il est difficile de conjuguer famille et politique et que les femmes ont encore la fâcheuse tendance à se sentir coupable si elles travaillent trop, elles délaissent donc la politique. Encore là, c’est une question de socialisation.’

    Ici c’est vous qui manquez de rigueur. C’est typique du discours féministe, on tente de convaincre que TOUTES les différences entre les hommes et les femmes sont dues à des facteurs sociaux et non génétiques. Or vous n’en savez rien. Vous ne pouvez pas affirmer que les gènes ne sont pas responsables de l’absence des femmes en politique. Au contraire tout ce que l’on sait de l’humanité de par les études en anthropologie, c’est que des sociétés les plus anciennes jusqu’à aujourd’hui, le rôle de la politique et des relations extra-tribales a toujours été pris en charge par les hommes, même dans des sociétés où les hommes et les femmes étaient considérés très égalitaires comme les amérindiens avant la conquête. Il semble donc que la prise en charge de la politique par les hommes est un principe assez fondateur de la plupart des peuples observés, ce qui ne prouve pas que c’est génétique assurément, mais qui le suggère fortement. Le fardeau vous revient si vous connaissez des études qui éliminent complètement la possibilité que cette différence soit génétique.

    De toute façon génétique ou pas, le point de Louis n’était pas là. Il soulevait l’ironie, et votre message confirme qu’il avait raison de la soulever : d’un côté on sait que les hommes meurent plus jeunes. Que ce soit causé par eux, leurs maladies mentales, ou le hasard, on s’en fout, ils meurent plus jeunes donc ils vivent des problèmes. Dans votre message, vous minimisez ces problèmes, et c’est précisément à cette minimisation du problèmes des hommes et à l’amplification des problèmes des femmes que Louis faisait référence quand il disait ‘ourquoi faudrait-il accepter que la nature ait choisi les femmes pour vivre plus longtemps que les hommes, mais faudrait-il se suppléer à celle-ci pour leur faciliter l’accès aux officines du pouvoir politique?’. C’est quand même incroyable, il vous présente un cas où on fait des efforts pour amener les femmes vers l’égalité en politique et on ne fait pas les mêmes efforts pour amener les hommes vers l’égalité en espérance de vie. Et vous confirmez sa critique en minimisant les problèmes des hommes.

    ‘Je crois que les femmes se sont définies autrement depuis 40 ans mais que les hommes eux, ont malheureusement de la difficulté à se trouver une place là-dedans. Évidemment, ce sont eux qui ont toujours eu le pouvoir et depuis une vingtaine d’année, le rapport de force se modifie ce qui n’est pas sans créer de remous chez certains hommes, particulièrement les masculinistes. C’est triste je trouve.’

    Non mais c’est incroyable quelle généralisation de merde. Je n’en ai pas de problèmes. Bernard Landry semble bien aller aussi je viens de l’écouter en entrevue. Sur quelle genre de donnée statistique vous basez-vous pour dire que les hommes ont de la misère à se trouver de la place ? Vous vous basez sur 2-3 hurluberlu masculinistes que vous avez entendu se plaindre dans un documentaire ? Si je prenais 2-3 femmes idiotes je pourrais arriver au même résultat. Diriez-vous que les femmes sont perdues, qu’elles se cherchent, bla bla bla ?

    ‘ah oui ? Une femme prof au primaire (4 ans d’université) gagne en moyenne 10% de moins qu’un chauffeur d’autobus (sec 5).’

    Propagande ridicule. On peut faire le même calcul avec tout pleins de diplôme, la statistique utilisée c’est le chauffeur d’autobus, or on sait très bien que ces chauffeurs sont payés chers parce qu’ils ont un pouvoir de grève énorme dont ils ont abusé depuis plusieurs années en prenant la population en otage. Ce n’est pas un problème homme vs femmes, c’est un problème chauffeur d’autobus vs le reste du monde. Faites la même moyenne de salaire pour les étudiants hommes du baccalauréat en anthropologie et ne vous inquiétez pas, vous allez réaliser que les hommes chauffeurs d’autobus font beaucoup plus que les hommes étudiants en anthropologie.

    ‘Une étude intéressante de l’université Queen’s à démontré que jusqu’en 2007, les femmes profs à l’université au Canada gagnaient 25% (!) de moins que leurs collègues masculins et ce, malgré la même diplômation et le même taux de publication et de subvention, et malgré leur emploi syndiqué.’

    L’échelle salariale des professeurs universitaire est extrêmement complexe, c’est extrêmement injuste de citer cette donnée comme ça. Les professeurs vont chercher du financement à gauche et à droite et certains obtiennent des dégrèvement de cours pour leurs activités de recherche, l’ancienneté embarque là dedans et puis les dégrèvements de cours pour responsabilités additionnelles, comme des postes de vice-recteurs, ou autres comités. Ne vous inquiétez pas, il n’y a pas 2 colonnes de salaire dans la convention collective avec un salaire pour les femmes et un autre pour les hommes. Si les hommes réussissent à aller se chercher 25% de plus en bonus et responsabilités additionnelles, il n’y a pas de problème là. C’est moralement présomptueux d’assumer qu’il ne s’agit pas du choix des femmes elles-mêmes pour lesquelles vous dites vous battre que de ne pas prendre ces bonus qui viennent avec des responsabilités additionnelles.

  32. Julie, ca fait plaisir de lire un texte aussi clair et argumenté. Merci.

  33. J’aime cette odeur de debat au petit matin ! Mhhhh !

    Je suis presque d’accord sur tout, pour le peu de difference, je ne rajouterais rien.

  34. Euh les abus sexuels sur les enfants sont en grande majorité du à l’inceste dans notre société occidentale. Ce n’est pas l’inconnu du coin qui fait ca, ce n’est pas la prostitution juvenile qui est la principale cause, c’est à la maison que ca se passe, en famille. C’est d’ailleurs pour cela que c’est si dur à chiffrer et à combattre. Et je n’ai jamais dit que les femmes avaient le haut du pavé, juste que dans leur cas c’est encore plus ignoré que dans celui des hommes.

    Je ne comprends pas la derniere phrase. Pourquoi je fabule ? Et tu veux te retirer de qui ?

  35. Vous dites: « ah oui ? Une femme prof au primaire (4 ans d’université) gagne en moyenne 10% de moins qu’un chauffeur d’autobus (sec 5). Une étude intéressante de l’université Queen’s à démontré que jusqu’en 2007, les femmes profs à l’université au Canada gagnaient 25% (!) de moins que leurs collègues masculins et ce, malgré la même diplômation et le même taux de publication et de subvention, et malgré leur emploi syndiqué. Saviez-vous que pour établir l’équité salarial des travailleuse en CPE, le gouvernement à reconnu comme comparateur les … concierges ?!? »

    Il est probable que tout cela soit vrai. Et je pourrais ajouter qu’une femme québécoise gagne en moyenne plus qu’un homme soudanais.

    Bien sûr, si j’ajoutais cela, je changerais de sujet et tout le monde comprendrait la non-pertinence de mon commentaire.

    Mais n’est-ce pas un peu ce que vous avez fait?

    Voici, pour rappel, mon énoncé initial: »à travail identique, les femmes ont en moyenne une rémunération supérieure aux hommes. »

    Si vous me dites qu’à travail différent les hommes gagnent plus, vous n’êtes pas en train de me contredire.

    Je confirme donc ce que j’ai dit: à travail identique, les femmes ont en moyenne une rémunération supérieure aux hommes.

    Et je vais ajouter ceci: la loi 143 sur l’accès à l’égalité en emploi identifie spécifiquement les femmes comme groupe victime de discrimination en emploi. De plus, de nombreux organismes (comme les réseaux de transport en commun que vous aimez prendre en exemple) ont une politique explicite de « discrimination positive » envers les femmes. Mais la réalité, c’est que le chômage est nettement plus élevé chez les hommes. Malgré les inconvénients reliés à la maternité, il y a plus de femmes que d’hommes qui ont un emploi au Canada.

    On pourra peut-être parler d’un peu plus d’égalité lorsqu’on verra une politique explicite de discrimination positive envers les hommes comme enseignant ou infirmier. Et lorsque le taux de chômage sera semblable. Et lorsqu’il y aura un conseil du statut de l’homme. Pour le moment, ce sont les femmes qui ont tous les avantages.

    PS. Ah oui, en passant… la fameuse loi sur l’équité salariale… Vous semblez la connaître. J’aurais deux questions pour vous:
    1- Si, après analyse, on constate qu’un emploi à prédominance féminine est sous-payé, qu’impose la loi?
    2- Si, après analyse, on constate qu’un emploi à prédominance masculine est sous-payé, qu’impose la loi?

  36. Quand il y a une difference, il y a obligatoirement une inegalité quelque part. L’homme et la femme sont differents. Ils peuvent reclamer l’egalité dans le respect, dans la reconnaissance, mais surement pas sur tous les aspects du travail.

    Je prefere entendre le mot complementarité.

    La police donne un bon exemple de cela. Avant on avait que des gros balaises moustachus et pas tres futés ; quand ils arrivaient, on avait pas trop envie de rigoler et quand ils avaient decidé de t’arreter ca risquait de mal finir pour toi.

    Maintenant on voit beaucoup d’equipes mixtes. Au moment des negociations ca se passe mieux. On a constaté qu’une femme avait souvent une approche plus humaine et calme face à un conflit, en plus les gens en face s’enerve moins quand une voix douce leur parle avec delicatesse et bien souvent ca se regle sans que le gros moustachu soit obligé de sevir. Oui ca ne marche pas tout le temps, oui y a des bavures parfois, mais dans l’ensemble c’est plutot efficace. Une chose est sure, je prefere nos policiers d’aujourd’hui que ceux des annees 80 !

    Je viens du batiment et sur les chantiers quand j’ai pu voir des femmes qui meritaient le meme salaire qu’un homme… elles n’avaient de femme que leur sexe, tout le reste etait masculin ! Si c’est ca l’egalité des hommes et des femmes, faut y arreter tout de suite, c’est ridicule.

    « Les femmes seront l’egal de l’homme, le jour où elles accepteront d’etre chauve et trouveront cela distingué. » Coluche

    Pourquoi vouloir etre l’egal quand on peut etre mieux ? C’est ce que de plus en plus de feministe se demandent ! Elles se sont rendu compte qu’elles ne voulaient pas l’egalité, elles veulent etre superieures aux hommes car sur bien des points elles sont plus efficaces.

    Comme disait un penseur francais : « mesdames je vous remercie pour votre combat pour l’egalité. Je trouve les hommes mediocres dans plusieurs domaines, mais grace à vous, ils gagneront autant que vous tout en etant moins competents. » Alain Minc (c’est cité de memoire, peut-etre pas fidele au mot pret)

  37. Incroyable comment un billet qui débute en dénonçant un groupe d’individus s’apparentant à Marc Lépine peut « spinner » vers un énième discrédit envers le mouvement féministe et sa raison d’être Ce qui revient constamment et qui semble déranger certains hommes, c’est le style de certaines publicités où ils sont représentés comme des « niaseux », chose qu’on ne ferait jamais avec une femme, selon eux. C’est faux. Pour deux raisons.

    La première stratégie des experts en relations publiques et en publicité est de reconnaître que les hommes adorent se taquiner entre eux et qu’ils n’ont généralement aucun problème à caricaturer certaines de leurs maladresses. Ça fait partie de l’humour de gars. Combien de fois les hommes se traiteront de naisieux entre eux, faisant en sorte que la discussion finira par le rire et la bonne humeur? Les femmes ne pratiquent généralement pas ce type d’humour. C’est un constat personnel, c’est ce que j’ai remarqué. Rien de scientifique ici.

    Les stratégies de la publicité envers les enfants démontrent beaucoup mieux le réel problème. Je n’en reviens toujours pas que, même encore aujourd’hui au 21ème siècle, les publicistes responsables des stratégies de mise en marché des jouets peuvent utiliser de vieux clichés. Les petites filles jouent avec des poupées et on les attire vers la maternité, le soin des enfants, l’entretien de la maison, etc… Au même moment, on nous présente des garçons jouant à la guerre, conduisant des bolides ou construisant des structures. C’est un lavage de cerveaux évident et c’est une des dénonciations du mouvement féminsite que j’appuie inconditionnellement.

    C’est sans parler des belles filles innocentes (au corps parfait) qui semblent être disposées à s’offrir au type qui a choisi la bière idéale ou la voiture qui fait rêver. C’est sans parler de la compagnie Simons qui s’obstine encore à recruter des filles pratiquement anorexiques pour vendre leur guénille. Les publicités ont un impact chez les enfants. Et je crois que cet impact est beaucoup plus « dommageable » chez les jeunes filles que chez les jeunes garçons.

    À mon avis, le problème n’est pas tellement au niveau d’une promotion de l’égalité mais plutôt du côté du détachement du modèle patriarcal. On le voit en politique, ce sacro-saint modèle du chef, où son rôle est mille fois plus important que le programme du parti. La récente course à la chefferie de l’ADQ était fort représentative de ce malaise. Une bataille de coqs sans substance. Posez-vous la question: si une femme s’y était présenté, est-ce que cette course au leadership aurait terminé de cette façon?

    C’était mon p’tit grain de sel du samedi matin.

  38. Bonne chance Luto, beaucoup trop de pleutres préfèrent relativiser la violence des masculinites que de défendre les droits de nos citoyens, une attitude qui ne mène qu’au cul de sac, tu as raison, toujours les mêmes discussions stériles anti-femmes, ils donnent pleinement raison au documentariste.

  39. Exercice de rhétorique (masculiniste?):

    La première stratégie des experts en relations publiques et en publicité est de reconnaître que les femmes adorent plaire, se trouver belles, que la maison soit propre-propre-prore et « materner » ceux qu’elles aiment et qu’ils n’ont généralement aucun problème à caricaturer certaines de leurs manies.

    Ça fait partie de la psychologie féminine.

    Combien de fois les femmes échangeront entre elles et s’écouteront longuement, faisant en sorte que la discussion finira par le rire autour de situations cocasses vécues par elles, la bonne humeur et les échanges « typiques entre filles » que tout le monde connait?

    Les hommes ne pratiquent généralement pas ce type de dicussion.

    C’est un constat personnel, c’est ce que j’ai remarqué. Rien de scientifique ici.

    🙂

  40. Petits faits (tabou?):

    70% de la violence grave (et moins grave) faite sur les enfants n’est pas du aux hommes.

    3% de la violence sur les enfants est de la violence sexuelle (surtout faite par les hommes).

    Vrai que les femmes (encore aujourd’hui) passe plus de temps avec les enfants et personnes âgées.

    Vrai que les femmes sont généralement plus fortes que les enfants et personnes agées.

    Peut-on dire dire la même chose des hommes vis à vis des femmes et de leurs violence face à celles-ci ? Et qui initie le plus souvent la violence (physique ou psy) selon toutes les études? Indice: par les hommes…

    *

    Ceux qui perpétuent le mythe que les femmes sont toujours moins violentes que les hommes ne parlent de tout ce qceci que sur le bout des levrtesd et font comme koavl et disent (mais ne le font pas?) quM’elles doivent quitter pour discuter avec des gens plus « intelligents »

    Trop drôle ou trop triste

    La nature humaine est unique et identique mais les 2 sexes sont différents. Est-ce trop difficle de voir ça?

    En ce moment nous n’avons que le choix entre l’éternel dsicours biaisé des féministes (hommes pas gentil vs femme victime des hommes) et l’autre discours qui dit que si les femmes sont -parfois- violente, c,est du au « patriarcat »

    Quand allons-nous cesser ce petit jeu?

    Lorsque l’état ne pourra plus subventionner tous ces mensonges et toute cette misandrie ?

  41. J’ai accroché le bouton envoyé par erreur:

    Ceux qui perpétuent le mythe que les femmes sont toujours moins violentes que les hommes parlent du bout des lèvres de tout ce qui précède, et font souvent comme koval et disent (mais ne le font pas?) « qu’elles doivent quitter pour discuter avec des gens plus « intelligents » « .

    et

    En ce moment nous n’avons que le choix entre l’éternel dis
    discours biaisé des féministes (homme pas gentil vs femme victime des hommes) et l’autre discours qui dit que si les femmes sont -parfois- violente, c’est dû au « patriarcat »

  42. C’est récurant d’entendre (ou lire) un certain nombre d’hommes s’indigner de propos dits « anti-femmes » (comme si il était absolument indécent d’émettre la moindre critique les concernant), mais sont rarement indignés quand ces mêmes femmes peuvent tenir des propos anti-hommes (et elles ne s’en privent pas !). Comme si pour ces dernières cela constituait une vertu.
    J’aimerais comprendre.
    Et toujours et sempiternellement les mêmes clichés usés jusqu’à la corde teintés de flagornerie : les femmes sont bien plus efficaces dans certains domaines… et bla bla bla… Là aussi, comme si l’inverse ne pouvait être dit.
    Ils font donc du sexisme misandre sans s’en rendre compte comme M. Jourdain ignorait faire de la prose.
    Tout ça est affigeant.
    Je trouve très bien que ce collectif anti-féministe se soit donné pour nom Marc Lépine. Pour un raison fort simple : les féministes en ont fait, à tort, un étendart. Il le reprend donc à son compte comme un pied de nez des plus ironiques pour démonter cette supercherie.
    Mais malheureusement, je pense que cette désinvolture doit passer au-dessus des têtes des bien-pensants aliénés par le discours cent fois rabaché des nouvelles bigottes et relayé par les medias qu’elles ont largement infiltré.

    Il y aurait encore bien des choses à dire mais pour faire bref, un petit mot sur le patriarcat cité plus haut.
    Vu de France, ça me fait sourire de lire un tel non-sens, tant au Québec on a plutôt le sentiment d’une société matriarcale.
    Et c’est peu de le dire.

  43. je quitte après cette correction:

    Indice: paS les hommes…

  44. Comment voulez-vous que je discute avec des throlls de Web qui affirment fièrement:

    « Je trouve très bien que ce collectif anti-féministe se soit donné pour nom Marc Lépine. »

    Les ptites scéances collectives de caca, j’en ai ma claque.

  45. Une dernière petite chose, je n’accepte pas qu’on me dise que la violence faite aux enfants vient principalement des femmes.

    Si on regardait les familles monoparentales hommes et les familles monoparentales femmes, on trouverait des résultats bien différents, il s’agit de ne pas comparer des patates avec des concombres…

    Pour comparer correctement, il faut prendre des femmes et des hommes aussi présents auprès des enfants.

    Les pères absents ne battent jamais les enfants.

  46. Justement, dans les cas où les rares hommes ont la garde des enfants, c’est presque par défaut (lorsque la mère n’est plus dans le décors ou beaucoup trop « magané » pour s’occuper de ceux-ci).

    Justement, ces hommes font 3-4 fois moins de violents par rapport aux enfants. Leurs enfants réussissent mieux <a l'école, sont moins suicidaires, toxicomanes, etc.

    Les femmes demandent et obtiennent la garde unique beaucoup plus souvent que les hommes. Les hommes demandent -en général- la garde partagée, mais l'obtiennent moins souvent que les femmes qui demandent la garde unique. Mais cela tend <a changer.

    Suite à une séparation, 80% des hommes signent des ententes a l'amiable inégalitaires "avec un fusil sur la temple" , comme dans les cas de menaces de fausses accusations. (c'est une violence psy des femmes et des tribunaux qui consituent un autre tabou et qui est le fait des femmes dans plus de 70% des cas -de fausses allégations) et dans la majorité les cas, ils le regrettent amèrement (d'avoir signé ce genre d'entente). Il y a une -rarte- étude de l'université de Montréal sur ce sujet.

    C'est pour quand les études masculines pour étudier tout ça ?

    *

    Finalement, ce que j'essayais de dire tantôt, c'est pourquoi compartimenter la (les) violence(s) ? Voici la réalité que j'esseyais de teransmettre:

    Les femmes sont autant violentes que les hommes, tout dépendant des circonstances et des "outils" que possèdent chacun des sexes pour faire le mal ou le bien.

    De toute façon, 97% des femmes et des hommes ne sont pas violents. Pourquoi diaboliser un sexe, alors que la force physique des uns et la force psychique des autres et utiles pour tous ?

    Est-ce pour mieux diaboliser "l'autre" dans le but de perpétuer le mythe -extrêmmement payant- du féminisme d'état ?

    Autre chose:
    depuis que les femmes peuvent aller combattre au front "comme des hommes", est-ce que leurs balles (avec du rouge <a levres?) sont moins meutrieres ?

    🙂

  47. Rhétorique plate mais vrai?

    Les hommes célibataires ne sont pas violents vis à vis leurs « non-conjointes »

    Autre chose, je viens d’écrire un long message en réponse à vos autres commentaires, mais il n’apparaît pas. Snif.

  48. Je ne suis pas un throll.
    Je viens sur ce blog très régulièrement (quotidiennement quasiment). J’aime lire les papiers de Louis P..
    C’est son engagement pour la défense du français qui m’interpelle le plus.
    Je pense que j’ai beaucoup à apprendre sur le débat qu’il peut suciter ici.
    En Europe, et donc en France, l’anglicisation va bon train. Et votre reflexion sur ce sujet est bien plus avancé à mon sens.
    Je m’informe.

    Et concernant Marc Lépine, c’est honteux de la part des féministes de s’en être servi au point d’avoir dit le plus sérieusement du monde (et c’est purement inacceptable) qu’il en sommeillait un en chaque homme.
    Cette récupération, cet opportunisme sont scandaleux.
    Voilà je pense, ce que dénonce ce collectif. Réfléchissez à l’énormité de tels propos. Ce sont les féministes qui ont instrumentalisé cet évenement tragique.
    Plutôt que de vous offusquer, essayez de comprendre. Mais je crois que c’est trop vous demander.

  49. Quelle femme féministe a dit « Qu’en chaque homme sommeillait un Marc Lépine »? Qu’est-ce qui fait croire aux hommes que les féministes pensent ainsi? Si c’est paroles malheureuses ont vraiment été prononcées, c’est évidemment une bourde à ne pas confondre avec la pensée du mouvement féministe.

    Dites-moi donc quelle féministe à endossé ces propos, pour faire plus dans les faits pour une fois. Vous n’y arriverez pas.

    Les féministes n’endossent pas du tout ces propos, vous êtes très mal renseigné.

    Il s’en est dit bien des choses après ce meurtre sordide vous savez? Il ne faudrait pas extrapoler de ces paroles malheureuses à des croyances ancrés dans le mouvement féministe.

    Vos savez, j’ai même vu un reportage ou un homme accusait les jeunes de n’avoir pas porté secours aux filles de poly, ce qui est tout à fait inacceptable.

  50. J’en reviens pas encore de cette phrase de koval :

    « Les pères absents ne battent jamais les enfants. »

    Nous pourrions dire (justifier) que les femmes sont plus de violence vis <a vis des enfants et personnes âgées par qu'elles sont plus souvents avec ces derniers que les hommes.

    Nous pourrions donc dire (justifier) que les hommes sont plus violents (?) vis <a vis des femmes parce qu'ils passent plus de temps avec ces dernères ?

    Voilà, c'est absurde. Mais je me base sur votre logique pour répondre ce genre de rhétorique.

    Ah, quand allez-nous tous admettre que les femmes "sont des humaines comme les autres", avec leurs qualités, leurs défauts et leurs différences sexuelles (qui ne sont -de toute évidence- par uniquement culturelles). Réponse:
    Quand l'industrie du féminisme ne pourra plus être presque entièrement subventionné par l'état ?

  51. Pffft, ce sont des commentaires, personne ne peut me répondre. Donnez-moi le nom d’une féministe…je n’ai jamais trouvé.

  52. On ne peut prétendre que c’est une pensée de féministe quand on n’est même pas capable de trouver la citation dans son contexte…. ni dire qui est l’auteur de ces paroes…beaucoup de fabulation peu de faits…..déraille courante sur les blogues…

  53. Une bonne partie de l’industrie du féminisme victimaire étatique (de l’occident) a récupé le massacre du 6 décembre:

    Le Conseil du statut de la femme a effacé ses pages sur le 6 décembre ?

    http://www.google.ca/search?hl=fr&client=firefox-a&rls=org.mozilla%3Aen-US%3Aofficial&hs=bc1&q=conseil+du+statut+de+la+femme+6+decembre&btnG=Rechercher&meta=&aq=f&oq=

    C’est devenu le symbole de la violence « faite aux femmes ».

    Comme si les femmes n’étaient pas aussi violentes que les hommes (tout dépendant des circonstances). Comme si elles étaient de pauvres anges en exile sur une terre peuplées de diables (les hommes)

    Pourtant, qui meurt plus souvent sur les champs de batailles? Les hommes pauvres de surcoît. Souvent pour protéger femmes et enfants.

    Qui meurt plus souvent dans des conditions de travail « violentes »? Les hommes 9 x sur 10 (encore ici les plus pauvres). Cela fait des millions d’hommes.

    Qui meurt plus souvent pendant un acte criminel?
    Et oui beaucoup plus souvent les hommes.

    Etc.

    Mais les féministes victimaires étatiques se concentrent uniquement sur une petite partie de la violence dans le monde.

    Triste, mensonger hypocrite et pathétique

  54. Euh ?

    Le discours a changé ces dernères années, je le reconnait.

    Mais j’ai une berlle vidéo de radio canada où plusieurs féministes parlent d’un certain marc qui sommaile dans chaq

  55. Euh ?

    Le discours a changé ces dernères années, je le reconnais.

    Mais j’ai une belle vidéo de radio canada où plusieurs féministes parlent d’un certain marc qui sommeille dans chaque « mal ».

    J’ai aussi plusieurs anciens articles (publiés dans plusieurs grands médias) contenant ce genre de commentaires.

    Mais heureusement, les féministes d’état ont aujourd’hui hontes (ou réalisent qu’elles sont allées trop loin ou réalisent que ce discours ne passe plus?) de ce genre d’idées et c’est merveilleux pour tout le monde que ce genre d’idées -misandres- cessent d’être véhiculées dans les médias.

    🙂

  56. Ah! bon! Les preuves sont chez-vous! Wow!

    Ok, bonne journée….

    Ne vous attristez pas trop qu’on pleure ces femmes, ce n’est pas une assemblée de haine contre vous…

  57. Je ne pleurs pas, mais j’ai cessé de rire de cette propagande mensongère et hypocrite depuis très longtemps.

    Nier ou minimiser la violence faite aux enfants, aux personnes âgées et aux hommes, constitue de la violence.

    Se concentrer uniquement sur la « violence faite aux femmes » est de la violence et de l’hypocrisie. Mais cette violence ne laisse pas de trace, elle est donc beaucoup plus difficile à dénoncer.

    Les féministes sont violentes mais l’ignorent ?

    Bonne journée ?

    🙂

  58. C’est que vous utilisez la démagogie et ne lisez pas mes commentaires, je regrette, c’est une perte de temps…

    Je ne nie aucune violence…

  59. Donc, a quoi sert le conseil du statut de la féministe ?

    Ne me parlez pas de l’équité salariale: plusieurs ici ont déjà commencé <a démolir ce genre de fausse propagande -surtout syndicale et étatique.

    La réalité: C'est vrai -qu'à l'heure- les femmes du Québec gagnent PLUS que les hommes. La saviez-vous ? Vous vous en foutez ? Les hommes d'aijourd'hui doivent payer collectivement pour le patriarcat de nos ancètres ?

    J'aimerais bien que nous parlions de la loi 143 et des multiples articles la charte des droits (des femmes?) qui forcent et imposent la discrimination "positive" (?) à la grandeur du Québec. Saviez-vous que les hommes représentent seulement 38% des 750 000 emplois gouvernementaux et que leur nombre baisse année après année de 1%. Et ce chiffre va diminuer encore plus vite une fois que hommes plus vieux prendront leur retraite.

    Allez vous promener dans un hopital, un bureau gouvernemental, une école (ou le nombre d'hommes ne cessent de baisser a< tous les niveaux et ce pour le bénéfice des enfants ?), etc. Partout les femmes sont en augmentation et très majoritaires et elles profitent de lois pour se sécuriser ce genre d'emplois.

    Egalité, dites-vous?

    Dans le domaine de la ségration sexuelle inversée, le Québec va sûrement passer à l'histoire.

    Le féminisme est devenue une "arme de vengeance massive" !

    Bonne journée?
    (vous êtes toujours en train de quitter. Avouez donc que vous aimez ca ce genre de débat)
    🙂

  60. Disons que ça m’interpelle assez comme démagogie.

  61. Bon alors, si vous almagamez tous les faits que j’apporte à de la démogogie, cela fait de vous une personne factuelle et intelligente et moi qu’une personne qui esssaye de « charmer le peuple » ?

    Ah , si seulement les répliques de ce type étaient utiles… et si seulement j’avais quelque chose à gagner avec tous ces faits.

    Passons à un autre appel, d’accord.

    Vous ne deviez pas quitter ?

    re-re-re bonne journée
    😉

    Définition de la démagogie

    Etymologie : du grec demos, peuple et agô, conduire.

    Etymologiquement, la démagogie est l’art de conduire le peuple, de savoir lui parler et le charmer. Il n’y avait pas à l’origine une connotation péjorative, comme c’est très souvent le cas de nos jours.

    La démagogie est une attitude politique et rhétorique visant à essayer de dominer le peuple en s’assurant ses faveurs et en feignant de soutenir ses intérêts.

  62. Évidement à échanger de démagogie avec un démagogue, on se retrouve dans un étrange paradoxe…..

    Du Larousse….

    démagogie nom féminin
    (grec dêmagôgia)
    Attitude consistant à flatter les aspirations à la facilité ou les préjugés du plus grand nombre pour accroître sa popularité, pour obtenir ou conserver le pouvoir.

    Ah! Que oui, je passe à un autre appel! Faudrait redéfinir le dico pour pouvoir discuter, je n’ai pas ce temps.

    PS: Possédez-vous un dictionnaire de démagogie? Je ne dis que ça doit exister…

  63. @le TViste: Je suis d’accord avec la mauvaise utilisation du drame de Polytechnique. Marc Lépine, quoi qu’on en dise, était malade. Oui, certaines de ses idées pouvaient se tenir, mais elles étaient beaucoup trop extrêmes. On peut se questionner sur l’égalité des sexes au Québec sans pour autant aller tuer ceux qui, selon nous, ont le haut du pavé. À mon avis, il aurait mieux fallu, pour les féministes, simplement considérer cela comme un geste désespéré d’un individu en voulant aux femmes, mais ne représentant pas du tout les masculinistes. Ou dit autrement, pour ne pas m’embrouiller, j’ai l’impression moi aussi qu’on associe trop facilement les masculinistes au geste de Marc Lépine.

    @Julie: Je suis d’accord avec l’analyse de LeTViste. On ne peut pas rejeter du revers de la main le fait que les hommes vivent moins longtemps que les femmes en disant « ce facteur n’est pas important ». Attention, oui c’est important. Si les hommes meurent plus facilement que les femmes dans leur jeunesse, n’y a-t-il pas quelque chose à améliorer? Et si on considère que ce n’est pas à améliorer car ce serait génétique et « normal » (les hommes ont plus le goût du risque) alors pourquoi ce même raisonnement ne s’appliquerait-il pas pour les femmes en politique (elles ont moins le goût du conflit d’idées)? Pourquoi ce deux poids, deux mesures?

    @Steph: Merci beaucoup! Je suis content de t’avoir comme lecteur car tes interventions sont toujours constructives. Merci de me lire. Je suis surpris du fait que les femmes gagnent davantage que les hommes dans un emploi égal, mais je n’ai pas trop de difficulté à le croire, en autant qu’on enlève de l’équation les congés de maternité, qui contribuent souvent à faire baisser leur revenu moyen réel par rapport à celui des hommes. En clair, trop souvent certains disent que les femmes gagnent moins, mais ils oublient aussi… qu’elles travaillent moins dans une année que les hommes, généralement et en moyenne (je marche sur des oeufs ici).

    @lutopium: S’il s’agit de la psychologie des hommes qu’ils aiment se taquiner entre eux et se traiter de niaiseux et donc qu’il faudrait accepter qu’ils soient dépeints dans la publicités comme des niaiseux, pourquoi le même raisonnement ne s’appliquerait-il pas à la politique? Par exemple, la psychologie a démontré que les femmes ont moins le goût du combat et sont moins intéressés, généralement par la politique; pourquoi alors Québec Solidaire impose-t-il la parité des candidats? Pourquoi le deux poids, deux mesures?

    @reblochon: Tu as raison sur le préjugé du « vrai homme » qui ne porte pas plainte. J’ai moi-même été au prise avec une ex en pleine crise me grafignant, me mordant, me donnant des coups de pied, et quand j’ai appelé la police parce que son père m’a attaqué, c’est moi qu’ils voulaient embarquer!

    @koval:

    Je ne nie pas la violence faite aux hommes, mais tous savent que la violence conjugale est pire chez les femmes.

    Pourtant, une étude de Statistique Canada a démontré le contraire! On peut se questionner sur la méthodologie de celle-ci, ce que Julie fait, mais on ne peut pas pour autant affirmer qu’elle est fausse. Ce n’est pas parce que « tout le monde » savait que le Soleil tournait autour de la Terre et que l’Église a invalidé les théories de Copernic que cela était vrai pour autant!

    @Francois: Je suis d’accord qu’il ne faut pas minimiser les problèmes des hommes, et j’approuve la plupart de vos interventions. Ceci dit, il faut faire attention de ne pas commettre d’excès inverse tout de même et de devenir revanchard. Je ne dis pas que c’est que vous écrivez; je dis juste qu’il faut faire attention!

    Merci à tous pour vos commentaires. Je travaille beaucoup en fin de semaine et j’ignore si je pourrai écrire un nouveau texte avant lundi. Merci de continuer à me lire! 🙂

  64. Haha ! (bon moi aussi je peux faire une koval de moi):

    Vous êtes adorable, et oh combien utile pour faire dévier le débat. Nous discutions de quoi déjà ? Pardonnez ma question, mais face à votre brouillante rhétorique, j’ai tendance à l’oublier.

    Je vous laisse avec vos défintions, et je vais parler de faits entourant les dérives du féminisme avec des esprtis un tantinet plus scientifiques.

    (si ça continue, va falloir dire bonne nuit)
    😉

    r

  65. Louis P.

    Merci pour le conseil.

    J’inspire, j’expire, j’inspire, j’expire et je fais semblant que koval a vraiment quitté.
    😉

  66. @ Julie,

    il a été démontré que la raison qu’il y a moins de femmes en politique est non seulement pour les raisons que vous avez énuméré mais surtout parce que les femmes ont très forte tendance à voter pour un homme.

    C’est donc dire que l’égalité est une utopie, car les femmes elles mêmes font discrimination en fonction du sexe, donnant plus de pouvoir à l’homme.

    Même chose pour les écoles qui sont devenues le domaine des femmes jusqu’au curriculum. C’est un monde féminin.

    Des désaxés comme Lepine il y en aura toujours. C’est la puissance de feu qui a fait le massacre. S’il est impossible d’éliminer cette puissance de feu dans la société alors il faut que cette société s’en protège en assurant des agents de sécurité armés dans les établissements scolaires.

    Interdire aux gens de s’exprimer ou les diaboliser avec des pseudo-docu de propagande idéologique n’est pas une solution, bien au contraire.

  67. La femme a tendance à provoquer l’homme à la violence afin de lui inspirer une culpabilité qu’elle exploitera « après coups ». Si l’homme ne réagit pas à ses insultes elle mettra sa masculinité en doute, elle utilisera ensuite la violence. Elle maintiendra l’échange strictement dans les émotions évacuant toutes tentatives de raisonnements par l’homme.

    Ce « jeu » peut être mortel l’orsque l’homme est immature.

    Je n’ai pas appris ça dans un livre, mais dans l’expérience de vie avec de nombreuses femmes.

    Être un homme c’est se posséder soi-même. Un contrôle de sa nature et ses émotions.

    Marc Lepine n’était pas un homme. Il le savait.

  68. C’est ça, coolos les rockets!

  69. Juste pour ajouter un peu d’eau au moulin, je viens de me faire traiter de sexiste par un Jeune Péquiste pour avoir demandé si une fille présente sur cette photo et qui se retrouve toujours en première rangée et au centre dans presque toutes les photos des Jeunes Péquistes l’était parce qu’elle était jolie ou parce qu’elle avait de bons arguments.

    Bref, je posais la question indirecte de savoir si les Jeunes Péquistes étaient une affaire d’apparence ou une affaire d’idée.

    Un des gars m’a répondu:

    Je crois que vous devriez écrire un article bientôt sur la place des femmes en politique ou, du moins, en faire… bonne recherche… ce point de vue me semble manquer à votre connaissance générale: c’est malheureux.

    Je ne souhaite pas perpétuer ni encourager ces paroles que je qualifie aisément de sexistes sur mon profil « Facebook ». Par conséquent, j’ai décidé de supprimer vos interventions[…]

    Quand je vous dis qu’il faut marcher sur des oeufs. Et surtout, n’allez jamais insinuer qu’une Jeune Péquiste puisse être jolie et qu’on puisse se servir de son image pour le bien de « la » cause. JAMAIS, vous les méchants sexistes! 😛

    Bon, à plus tard. À dimanche soir ou lundi, en fait.

    P.S. Ma blonde c’est quand même la plus jolie. Et heureusement, elle n’est pas dans les Jeunes Péquistes.

  70. Mais Koval ne ferais jamais ça.
    😉 😉

    Sérieux, des hommes aussi font ça ! Et c’est vrai que parfois il faut être fait fort pour résister lorsque quelqu’un connait tous nos points faibles et ne cesse de nous manipuler ou abuser de nous sur une longue periode. Et tu ne peux pas faire le 911 pour que cela cesse, car cela ne laisse pas de marques !

    Même des personnes très patientes et sages peuvent sortir de leur gonds face <a ce personne genre de personnes.

  71. Tu marches sur des oeufs pourris selon Nathalie Petrowski:

    « Ils continuent de sévir chez nous et à distiller des propos toujours aussi nauséabonds sur «ces féministes pourries» qui leur empoisonnent la vie et qu’ils tiennent responsables de tous les maux de la Terre, y compris sans doute de leurs problèmes érectiles. »

    http://www.cyberpresse.ca/arts/200911/14/01-921714-comme-une-odeur-de-misogynie.php

    Critiquer les dérives féministes c’est grave, très grave et tu es l’ami de tous les Marc Lépine de ce monde.

    Les talibans ont-ils de la compétition?

    Ok, j’inspîre, j’expire, j’inspire.
    😉

  72. Je vais préciser ma position. J’ai affirmé plus haut que pour un travail identique, une femme obtenait une meilleure rémunération. Un exemple permet de mieux comprendre.

    Imaginons 2 personnes de qualifications identiques et qui occupent le même emploi (un homme et une femme, vous l’aurez compris…) Par hasard, les deux sont stériles (ou n’auront jamais d’enfant). Les deux prennent le même nombre de journées de maladie. Tout est identique.

    Leurs salaires seront obligatoirement identiques sans quoi l’employeur serait poursuivi par celui qui est moins payé.

    Jusque là, aucune différence.

    Mais le salaire n’est qu’une partie de la rémunération. La partie la plus importante, certes, mais il faut aussi tenir compte des avantages sociaux si on veut comparer les rémunérations. Combien valent les avantages sociaux? Tout dépend de l’employeur, bien sûr.

    Si les avantages sociaux reliés à l’emploi sont faibles (ou nuls), alors je suis d’accord que l’écart de rémunération est faible (ou nul). Mais si l’employeur offre, par exemple, un régime de retraite, ça peut changer bien des choses…

    Par exemple, si nos deux travailleurs occupent, à la fin de leur carrière, un poste de cadre de classe 5 au gouvernement du Québec, ils auront un salaire de 85 200 $ la dernière année (http://www.tresor.gouv.qc.ca/ressources-humaines/conditions-de-travail-et-remuneration/echelles-salariales/). Leur régime de retraite leur donne ensuite 70% de leur salaire moyen des 5 dernières années (disons 80 000 $) pour le reste de leur vie. On parle donc de 56 000 $ de revenus de retraite à chaque année.

    Mais la femme vivra en moyenne 5 ans de plus. Elle obtiendra donc, du fait de son emploi, 5*56 000 $ = 280 000 $ de plus que son collègue masculin. Pour un nombre d’heures de travail identique, des qualifications identiques, absolument aucune différence au travail, elle obtiendra presque 300 000 $ de plus. Si elle a travaillé 40 ans, c’est comme si elle avait reçu 7 000 $ de plus par année.

    Pour la femme, en raison de son espérance de vie plus élevée, la valeur du régime de retraite est beaucoup plus grande que pour l’homme. C’est pourquoi sa rémunération est plus élevée, même si son salaire est identique.

    Pour raffiner la comparaison et la rendre plus fidèle à la réalité, il faudrait bien sûr tenir compte des congés parentaux. L’écart entre l’homme et la femme s’en trouverait accru.

    Une conséquence pratique de cela: chaque enseignante remplacée par un enseignant ferait économiser environ un quart de million aux contribuables.

  73. Si tu critiques les fausses statistiques, l’intérprétation -toute biblique?- du monde faite par les idéologues du féminisme, tu es:

    * Un Marc Lépine

    * Un « bande mou » (et les féministes radicales ont donc « des toiles d’araignées » ?)
    😉

    * Un misogyne (comme si parler stats et idéologie(s) équivaudrait à critiquer et en vouloir à toutes les femmes personnellement. En tout cas, ceux qui affirment ça, sont puissants du cibolot)

    * (je ne sais plus si j’ai dit misogyne?) Automatiquement et toujours un misogyne : comme si débattre d’idéologie féministe et ce, tranquillement et doucement avec une féministe comme koval, prouvait qu’on haissait toutes les femmes. Allo ? Un homme misogyne ne voudrait mmême pas « se rabaisser » à débattre de façon respectueuse avec une « faible fêumme incapable de réfléchir ». Pourtant, j’aime bien faire de petites critiques du féminisme, mais j’aime aussi les femmes. Si, si !

    * misogyne ! (oups, j’pense que je deviens aussi redondant que les radicales): Messages à ces dernières: Au Québec, ces hommes -des années 20- sont assez rares. Je parle des vrais mysogines, pas des caricatures que l’on retrouve dans le dernier documentaire de propagande feministe. Nous ne sommes plus en 1920, ces hommes n’existent pratiquement plus. Ils n’ont plus le pouvoir -juridique- anyway !. Même ceux dans le documentaire font des blagues sur ce sujet « du retour des femmes aux chaudrons ». De vieux cons qui s’amusent ! Je suis presque certain qu’ils font tous la vaisselle (et plus) chez eux. Allez vérifier ! Ce sont des hommes roses qui se bombent le torse pour revendiquer !
    😉

    Ils le savent que les femmes sont nos égales, mais ils aiment -surtout- provoquer les réactions et ils savent sur quel piton-peser-mamon pour faire rÉagir les radicales (qui ne veulent pas la vraie égalité). Et ça marche a tout coup. Féministes: Continuer de les traiter de misogynes, ils aiment ça ! Mais ne vous demandez pas après pourquoi le débat s’envénime. C’est vous qui leur donné de l’attention. Lâchez-pas !

    😉

    – (encore) misogyne: même un misogyne cinéaste , de surcroît. Tu en veut ta mère (si tu fimle de la violence féminine dans un de ses films). Oui, oui, c’est devenu TAVBOU de parler de violence féminie. Sont parfaites et nous des sales trous du cul. C’est Nathalie Petrowski qui le dit aujourd’hui !

    http://www.cyberpresse.ca/arts/200911/14/01-921714-comme-une-odeur-de-misogynie.php

    – Tu es Léo Ferré, l’homme des cavernes d’une autre époque ! Voir encore l’article de Nathalie Petrowski

    🙂

  74. « Par conséquent, j’ai décidé de supprimer vos interventions[…] »

    Du pur péquisme.

  75. « En principe, j’aurais dû être davantage choquée par les propos misogynes d’une poignée de vieux masculinistes québécois piégés par le réalisateur qui s’est fait passer pour un des leurs afin d’obtenir leurs «touchants» témoignages sur les grandes castratrices que sont les Québécoises. »(Nathalie Petrowski)

    Le point de vue de Petrowski est tellement biaisé qu’on ne s’attendra certainement pas qu’elle piège ainsi une poignée de vielles féministes afin d’obtenir leurs témoignages sur les méchants mâles de la planète !

    Est-ce qu’au moins une seule journalistes a déjà osé le faire ?

  76. Je consulte régulièrement ce blogue pour lire une analyse de l’actualité différente de celle qu’on retrouve dans les grands médias. Je suis généralement d’accord avec les opinions émises par Louis P.. Aussi quelle n’est pas ma surprise aujourd’hui de tomber sur des propos masculinistes, et de constater en plus que la majorité des autres lecteurs du blogue – des gens sans nul doute intelligents, curieux, articulés – appuient, supportent et accentuent la teneur anti-féministe de ces propos. J’ose espérer qu’il s’agit simplement d’une méconnaissance du féminisme, étiquette qu’on associe trop souvent à l’image de la femme frustrée qui hait les hommes. Hors le féminisme vise le bien-être de l’ensemble de la société, et ceux et celles qui s’en réclament sont tout à fait en faveur d’un plus grand épanouissement des hommes comme des femmes. Je vous invite donc tous, auteur et lecteurs de ce blogue, à visionner de bonne foi le vidéo suivant, qui se trouve sur le site officiel du film qui fait tant jaser: http://www.ladominationmasculine.net/themes/38-le-feminisme.html J’espère que cela changera une ou deux perceptions, et que certains d’entre vous commenteront. Sur ce, bonne fin de soirée à tous.

  77. Vous lancez une généralité que vous n’appuyez pas du tout. Pouvez-vous m’indiquer quelle partie du texte de Louis et de nos commentaires consistent, selon en du masculinisme ou de l’anti-féminisme ? Ce que j’ai lu c’est un texte qui appuie l’égalité entre les sexes. C’est de l’égalitarisme, pas du masculinisme.

  78. Ils ne fonctionnent pas vos vidéos. C’est tout saccadé.

    Je ne vois pas ce que ça donne de regarder des vidéos bien préparée d’avance dans lesquelles ces femmes font bien attention à leurs propos.

    J’ai eu des discussions avec des féministes déjà et qui ne se retenaient pas. C’est pas plus édifiant que les discours masculinistes. Plein de préjugés et beaucoup de haine.

  79. Dans votre « dossier pédagogique » :

    « 1 // si Lépine avait tué des étudiants noirs ou juifs ou arabes en criant sa haine de la communauté
    visée, on aurait parlé d’un crime raciste. Que le tueur soit psychologiquement fragile, on peut
    l’imaginer aisément mais la question n’est pas là. Puisqu’il tue des femmes, comment ne pas parler d’un crime sexiste. »

    Votre exemple ne tient pas la route, car Lepine vivait avec deux femmes. Sa mère et sa soeur. Et il a croisé plein de femmes avant de se rendre à la Poly.

    Comment parler d’un crime raciste si un tueur tue des noirs dans un endroit en même temps qu’il vit avec deux noirs chez lui ? N’importe qui avec un peu de jugeotte conclurait que ce n’est pas la race mais un autre élément que ces noirs partageaient entre eux qui fut la raison.

    Lepine en voulait aux féministes, pas aux femmes en général.

    Mais vous refusez cette évidence car elle ne sert pas votre cause. Vous faites donc de la distortion.

    Vous cherchez à imposer une philosophie et des comportements croyant possible de créer un monde idéeal sur mesure pour vous.

    C’est bien ce que vous dites sur votre site:

    « Le féminisme travaille à construire de nouveaux rapports sociaux… »

    Non merci. J’aime les hommes et les femmes comme ils sont depuis toujours.

  80. Merci de vivre dans la réalité comme moi. Les fabulations masculinistes ici sont désespérantes.

  81. Si je peux mettre mon grain de sel dans ce débat, je suis un grand partisan de la lutte des femmes pour l’égalité et contre les injustices qu’elles ont subi depuis des siècles. Mais en même temps je pense qu’il y a un malaise du côté des hommes et que l’on doit en tenir compte. Je ne pense pas que le masculinisme soit exclusivement réactionnaire et misogyne. Il y a aussi des hommes qui veulent s’ajuster face aux changements générés par le féminisme et qui ne sont pas toujours confortables dans cette situation. Selon moi le prélèvement obligatoire des pensions alimentaires, même si l’intention peut être bonne, génère beaucoup de problèmes chez les pères qui ont des salaires peu élevés et qui ont toutes les difficultés du monde à joindre les bouts, comme bien des femmes d’ailleurs. Il faut arrêter de penser qu’un homme gagne automatiquement plus qu’une femme, c’est vrai au niveau de la moyenne des salaires, mais c’est loin d’être le cas pour tous les hommes.

  82. Si vous n’avez pas d’argument, évitez donc d’écrire des insignifiances.

  83. Après avoir passé au travers ce site « La Domination Masculine », il m’est évident que leurs visées dépassent de loin la défense des droits des femmes.

    Le féminisme y est utilisé de la même manière que la Shoa (victimisme) est utilisée par les sionistes pour faire taire toutes oppositions à leurs politiques discriminatoires en diabolisant l’autre. Les masculinistes deviennent alors les « antisémites » du féminisme.

    Ainsi peuvent-ils proposer les politiques les plus insensées au nom des victimes.

    Le féminisme est pris en otage, comme civils innocents sur une ligne de front, comme protection à une machine d’attaque sur les droits fondamentaux de tous.

  84. M. Tremblay,
    Vous semblez aimer la lecture, je vous invite donc à feuilleter le document suivant, si le cœur vous en dit:
    «Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes». Conseil du statut de la femme, 2004, 174 p.
    http://catalogue.cdeacf.ca/Record.htm?idlist=1&record=19162897124919800799
    La section 1.3: Les inégalités et obstacles persistants (p.24-27), est à mon sens particulièrement intéressante et pertinente dans le débat qui se déroule sur cette page. Je ne crois pas que les données aient beaucoup changé depuis 2000. Peut-être reconnaîtrez-vous l’importance d’établir «de nouveaux rapports sociaux».

  85. En effet, Quantum, les opinions que j’exprime ici sont les miennes. Contrairement à vous, je ne suis la courroie de transmission pour aucun groupe de pression.

    J’ai lu votre premier lien, celà me suffit.

    Je choisis moi-même mes propres lectures, merci.

    Si vous avez des opinions de votre cru, ne vous gênez pas, il me fera plaisir de vous lire et d’en discutter.

  86. Ce document est effectivement très intéressant. Bien sûr, émanant du conseil du statut de la femme, il ne peut pas prendre la défense des hommes. Ça fait partie des règles du jeu qu’il faut accepter. Si je lis un document de l’IEDM, je ne m’attends pas à ce qu’il revalorise les syndicats et si je lis une étude de Léopold Lauzon, je ne m’attends pas à ce qu’il fasse l’apologie de PKP.

    Bon, il faut admettre que le titre est bien choisi. Vendeur, inattaquable. Exactement comme la loi sur l’équité salariale. Qui peut être contre un concept comme l’équité salariale? Mais sous le couvert de cette appellation intouchable, le texte précise bien que si une catégorie d’emploi féminine est reconnue comme sous-payée, l’employeur a l’obligation de corriger la situation. Par contre, si une catégorie d’emploi masculine est sous-payée, l’employeur n’a aucune obligation.

    Pour moi, c’est sexiste. Pour moi, ce n’est pas de l’équité. Pour toi, est-ce équitable que les femmes aient droit à un redressement mais pas les hommes?

    Et cette loi sur « l’équité » est citée en exemple de réalisation dans ton document gracieusement intitulé « Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les femmes et les hommes ». Voici d’ailleurs ce qu’on peut lire en page 22: « En 1996, la Loi sur l’équité salariale est adoptée, obligeant les entreprises de 10 employés et plus à corriger, s’il y a lieu, les iniquités de rémunération basées sur le sexe dans leur établissement ». Tiens, le conseil du statut de la femme oublie de préciser que seules les catégories d’emploi féminines sont visées et laisse croire qu’une différence basée sur le sexe est visée par la loi. L’égalité, c’est dire aux femmes qu’elles ont plus de droits que les hommes et d’appeler cela l’équité…

    ________________

    Allons à la page 24 que tu nous suggères. Le CSF commence par parler de la maternité. Bon, on ne refera pas la biologie, les femmes continueront de porter le bébé pendant 9 mois même si on décide de changer les lois. Et on constate que cela a des conséquences sur la carrière.

    C’est vrai. Maintenant, que peut-on faire pour amoindrir cette différence? Voici une suggestion: accorder aux pères exactement les mêmes avantages qu’à la mère. Ne serait-ce pas une avancée sociale que de voir le père accompagner la mère durant le dernier mois de grossesse et durant les 6 premiers mois suivant la naissance? Et est-ce que les rapports familiaux ne risquent pas de s’en trouver renforcés? Peut-être, ça reste à voir. Mais ce serait un pas vers l’égalité. Ah, mais ce serait un avantage à accorder aux hommes, ce n’est pas le rôle du CSF.

    ________________

    Plus loin, on peut lire que les femmes participent moins que les hommes au marché du travail. Curieux. En vérité, il y a plus de femmes que d’hommes qui ont un emploi au Canada, malgré les contraintes reliées à la maternité. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/canada/200909/05/01-899236-plus-de-femmes-que-dhommes-sur-le-marche-du-travail.php

    ________________

    Autre extrait: « De plus, 71,2 % des employés rémunérés au salaire minimum sont de sexe féminin en 2001. » Je n’ai pas de misère à le croire. Mais pourquoi est-ce ainsi? Ou bien les employeurs refusent les candidatures masculines (et alors ce sont les hommes qui sont les victimes) ou bien les femmes choisissent davantage ces emplois (et alors où est l’injustice?). Un autre extrait nous permet de mieux trancher: « De leur côté, les hommes sont peu enclins à envahir des champs prétendument féminins, tels les métiers relatifs aux soins (infirmiers, éducateurs en garderie, etc.) ou très majoritairement féminins, comme le secrétariat et l’enseignement primaire. Il faut dire que ces occupations apparaissent souvent peu attrayantes, financièrement, pour eux. » Voilà le coeur du problème.

    Plusieurs études pointent dans cette direction: au moment de choisir un emploi, le salaire influence plus un homme qu’une femme. Une femme valorise davantage l’aspect social et agréable. Elle veut se réaliser. L’homme veut gagner de l’argent. Il est prêt à faire du temps supplémentaire. Les deux sexes ne font pas les mêmes choix. Ils ont accès aux mêmes possibilités (et pour moi, c’est ça l’équité). Les femmes choisissent ce qu’elles aiment, les hommes choisissent ce qui paie. Faut-il s’étonner ensuite que les salaires moyens soient plus élevés pour les hommes?

    Ah oui, j’oubliais… toutes ces études, bien sûr, comparent les salaires, pas les rémunérations.

    ________________

    Je terminerai avec ceci: « Quant aux travailleuses autonomes, le revenu moyen de celles qui ont travaillé à temps plein toute l’année en 2000 s’élève à 27 267 $, soit 14 730 $ de moins que celui des travailleurs autonomes ». Alors là, la situation est claire, on ne peut pas reprocher au patron d’être sexiste. Il semblerait que les travailleuses autonomes choisissent des fonctions moins bien payées (esthéticienne, par exemple) que les hommes (consultant en informatique, par exemple). C’est leur choix. Je le répète: elles ont accès à tout et elles choisissent ce qu’elles aiment.

    ________________

    Conclusion: tout ce qui est dit dans ce document est vrai. C’est le côté pile. Mais il y a un côté face. Et si on veut une véritable égalité entre les hommes et les femmes, il faut aussi se préoccuper d’avantager les hommes là où ils sont désavantagés.

  87. Excellents arguments, Steph.

    Bien difficile de contredire.

  88. Bonjour à tous.

    À propos du film « La domination masculine » ( http://www.radio-canada.ca/emissions/christiane_charette/2009-2010/chronique.asp?idChronique=95875 )

    Selon moi ce film fait partie d’une campagne de salissage contre les hommes et les femmes qui dénoncent les dérives du féminisme des dernières décennies, qu’on les appelle masculinistes ou pas.

    Dans la réalisation de son documentaire, Patric Jean (alias Patric Novic) a rencontré de nombreux hommes broyés dans la machine juridique québécoise pro-féministe qui lui ont témoigné à coeur ouvert de la douleur résultant de la perte de leurs enfants, de leurs biens, de leur liberté même après avoir été traduit sous de faux motifs devant une institution judiciaire où règne la misandrie.

    Ils lui ont documenté des cas sévères d’aliénation parentale, de fausses allégations de violence ou d’attouchement, de familles détruites, d’avocats véreux et de juges complaisants.

    Il n’en a retenu que des bribes éparses et décousues, assemblées hors contexte dans un but déterminé.

    Le résultat est un exercice de propagande insignifiant qui illustre la vacuité idéologique du mouvement qui rétribue son imposture.

    Ce monsieur qui se prétend réalisateur vient d’annuler un voyage au Québec soi-disant parce qu’il a peur des masculinistes…

    En tout premier lieu, il est tout à fait farfelu de la part de Patric Jean (le réalisateur du film) de prétendre qu’il a annulé son voyage à la dernière minute parce qu’il avait « peur » des masculinistes Québécois.

    Dès la mise en ligne du site faisant la promotion de son film il y a environ 2 mois, l’imposteur qui s’est présenté sous la fausse identité de Patric Novic par le biais d’un recherchiste de l’UQAM, précise qu’il n’a pas l’intention de revenir à l’endroit où il a commis son délit.

    Je ne serais pas surpris que ce soit un coup monté par le réalisateur lui-même pour mousser les ventes de son film.

    Il faut être vraiement naïf, comme réalisateur ou comme individu, pour croire la rhétorique de ce blogue pro-marc lépine qui vient tout juste de naître en même temps que la sortie du film : http://marclepine.blogspot.com/2009/04/criminal-or-folk-hero.html

    Ça fait plus de 10 ans que je lis les écrits d’hommes et de femmes qui dénoncent la dérive féministe antimasculine des dernières décennies et JAMAIS je n’ai lu quoi que ce soit qui encense Marc Lépine ou sa philosophie.

    Au contraire on considère que les féministes ont récupéré l’évènement du 6 décembre et se sont servies de ce fou pour enlever toute présomption d’innocence aux hommes et faire croire que TOUS les hommes sont des Marc Lépine et que TOUS les hommes viennent au monde coupables d’avance.

    C’est quand même un hasard un peu bizarre que cette page web qui vante Marc Lépine sorte en même temps que le film, chose qui n’a jamais été vue par le passé de la part de qui que ce soit et certainement pas de la part des masculinistes et leurs amies qui surveillent toute tentative de salissage de la part des féministes en se servant de ce fou.

    J’espère qu’un(e) journaliste capable de déceler la manipulation de l’opinion publique verra que l’utilisation de Marc Lépine est un outil fort utile aux féministes qui détestent les hommes et méprisent la masculinité.

    Rappelons en terminant que les hommes du Québec vivent toujours avec les conséquences du célèbre mensonge féministe des 300 000 femmes battues par année, un mensonge absurde et criminel des pseudo-chercheuses féministes Linda Mcleod et Andrée Cadieux.

    Linda Cadieux a fini par se récuser 14 ans plus tard après que bien des pamphlets d' »information » aient été imprimés et distribués au divers palais de justice du Québec…

    Bonne journée.

  89. Ah, en passant… Au Canada, il n’y a aucun homme qui est victime de violence conjugale. Violence conjugale pris dans son sens large: autant physique que psychologique ou verbale. Aucun homme n’est victime de violence conjugale sous quelque forme que ce soit. La preuve, ce document d’information du gouvernement du Canada: http://www.acsm-ca.qc.ca/mieux_v/images/A09/VI-049.pdf

  90. Ha ha ha ! Superbe !

  91. Koval, nous n’avons pas besoin d’aller loin pour lire des propos féministes extrémistes et datant d’une autre époque, nous n’avons qu’à lire tes propos!

    Une chance que je sais qu’il y a des femmes responsables et capables d’équité dans ce monde, car autrement j’aurais honte d’être femme à lire de tels refus féministes de voir la réalité en face!

  92. […] https://ledernierquebecois.wordpress.com/20…..arc-lepine […]

  93. […] Domination masculine contre adeptes de Marc Lépine Publié par Le Gentil Astineux le 4/09/2011 01:32:00 PM Envoyer par e-mail BlogThis! Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google Buzz Libellés : `politique, femellisation, Hélène Buzetti, insertion sociale, madamisation, société, tolérance […]

  94. koval dit :
    Une femme assassinée chaque 55 heures pas son mari ou ex-mari, en France Reblochon.

    En France, les études sociaux sur les violences conjugales faites aux femmes ont permis ce genre de réponse. Bien entendu par soucis d’égalité, vu que c’est ce que veulent les féministes, aucune étude n’a été faites pour savoir ce qu’il en était des hommes avant 2009…
    Donc, 157 femmes mortes en 2009 et 27 hommes. Ah, mince alors, ce pourrait il que des femmes ne soient pas si pures, blanches, faibles et saintes etc…
    Ce pourrait il que tous les hommes ne soient pas des pervers, obsédés sexuels, mysogine, violeur de femmes, violeur d’enfant etc…

    2009 création de l’association SOS hommes battus. Encore des tapettes diront certain(e)s. Soit environ, 30 ans après la première association pour les femmes. On parle d’équité ?

    Nous devons arrêter ces préjugés que les hommes sont « … », que les femmes sont « … ». Que l’on arrête avec ces lois sexistes, lois qui visent à avantager un sexe par rapport à l’autre, ça ne va que faire continuer cette guerre des sexes.

    Nous sommes tous des humains avec des troubles psychologiques plus ou moins importants.

  95. « Ça existe, mais les homme ont le haut du pavé dans ce domaine et de beaucoup. »

    Preuves et sources ?
    Aucune étude sérieuse ne peut avancer de chiffre fiable parce qu’il y a très peu d’étude sur ce sujet.
    5% selon les études et les auteurs pensent que leur chiffre est très largement sous estimé.
    Le fait que ce soit peu ou rare, rend la vie des victimes encore plus dure, car personne ne les croit ou difficilement, c’est encore plus dur d’admettre que sa mère (le plus souvent l’auteur) soit « mauvaise »…

    Donc pour vous parce que c’est minime, il faut l’oublier , ne pas en parler, et vous mieux faire des généralités vrais ?

Comments are closed.