Manifestation contre le prince Charles: le vent se lève!

« Nous avons gagné pour l’annulation de la reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham; ce soir aussi nous avons gagné, car le prince Charles a dû entrer par la porte arrière » a lancé Patrick Bourgeois, du Réseau de Résistance du Québec (RRQ) à la foule en liesse. Autour de moi, 250 personnes environ (un bon nombre pour une manifestation largement organisée sur le web), en groupe compact, criant, scandant, levant des drapeaux des Patriotes et du Québec au ciel. Quelque chose a changé.

manif_prince_charles

Source de l’image

Il y a une dizaine d’années, j’ai participé à des manifestations du Mouvement de libération nationale du Québec (MLNQ), dirigé par l’ex-felquiste Raymond Villeneuve. Sans rien vouloir lui enlever, ni à lui ni à ses supporters, nous étions toujours une poignée. D’un côté des cinquantenaires nostalgiques, de l’autre des jeunes comme moi, dont plusieurs semblaient avoir un problème à bien gérer leurs émotions. Slogans haineux, visages couverts, nous allions terroriser les partitionnistes de l’ouest de l’île et nous scandions notre haine du Canada. Une fois, même, ça avait fini en bonne vieille bataille de coups de poings et de roulades dans la neige. On s’était bien amusés. Mais c’était ça, le MLNQ, des hommes sur le mitan qui se rappellent leur jeunesse et des jeunes qui ont envie d’évacuer un surplus de testostérone contre le méchant Canada.

Aujourd’hui, tout était différent. La foule, tant à la manifestation contre la monarchie qu’à celle ayant eut lieu il y a deux semaines contre Brent Tyler, était diverse et bigarrée. Jeunes, moins jeunes, vieillards, femmes, beaucoup de jeunes femmes, comédien connu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, hommes en veston-cravate, universitaires, professionnels. Aujourd’hui, contrairement à ce que j’avais vu au MLNQ, j’avais l’impression d’être dans une manifestation réellement représentative de la société, avec des individus différents mais unis par un but commun.

Les slogans aussi ont changé. Cohabitaient encore le célèbre « 101 ou 401 » (faisant référence à l’autoroute 401 en Ontario) et le classique « Le Québec aux Québécois », mais se sont ajoutés un « Démocratie, démocratie, démocratie » quand l’escouade anti-émeute a chargé sur la foule jusqu’alors bien pacifique. Des jeunes et des moins jeunes se sont assis au milieu de la rue, faisant un « V » de leurs doigts, le « V » de la victoire, celui de la paix. Celui de la résistance passive et non-violente. Ce qui n’a pourtant pas empêché des policiers un peu zélés de leur donner des coups de pieds, et d’en embarquer quelques uns dans le panier à salade.

Un homme, un simple homme, a tout résumé. Je ne me souviens plus de son nom. J’étais agité, car je regardais le sang couler de son crâne vers le côté de son visage tuméfié. Il était là, devant moi, m’expliquant qu’il écrit régulièrement sur Vigile et qu’il semblait vaguement me connaître, car lisant occasionnellement mon blogue. Il me parlait, et je restais coi; j’observais le sang qui dégoulinait sur le visage de cet homme d’à peine cinq pieds cinq pouces et pesant peut-être 130 livres tout mouillé. Il développait, mais tout ce que je voyais, c’était ce sang injuste qui lui tapissait la joue, comme un maquillage d’Halloween oublié. « Ça va, je suis correct », qu’il disait. « Je me suis retrouvé coincé quand les policiers ont chargé, et le policier face à moi a perdu l’équilibre, alors il m’a matraqué cinq ou six fois en ligne. » Et moi, je contemplais le sang sur son visage.

En fait, ça n’aurait jamais du dégénérer ainsi. De 15h30 à 16h45 environ, je jasais avec des lecteurs de ce carnet, et tout était calme. Au début, les manifestants occupaient le trottoir, puis la rue, criant, chantant, faisant du bruit, mais pacifiquement. Puis, tout a dérapé vers 16h45. Comme si quelqu’un, en haut, avait décidé que l’heure était venue de tout nettoyer, de cacher ces sales manifestants faisant honte à sa majesté le prince Charles. Un policier m’a résumé la situation ainsi: « Il fallait dégager la rue; en plus, des oeufs ont été lancés sur la bâtisse ». Lorsque je lui ai fait remarquer qu’un oeuf, c’est bien peu de choses en comparaison de la brutalité qu’ils ont imposée à certains, et que pour dégager la rue Bleury, qui est demeurée bloquée, il a fallu fermer l’avenue du Président-Kennedy, le policier a retrouvé son mutisme salvateur. « Des manifestants se sont agrippés à nos boucliers. D’autres nous ont donné des coups de pieds » finit-il par rétorquer. Mais tout ça, c’était APRÈS que l’escouade anti-émeute ait décidé de charger…

Un vent de changement

Au-delà des slogans, des discours enflammés, des oeufs et de l’anti-émeute, j’ai revu le même genre de gens que je côtoyais dans les manifestations contre l’Accord multilatéral des investissements (AMI) en 1998, ou à Québec en 2001, anarchistes en moins. Des gens ordinaires, des citoyens qui en ont assez de voir leur peuple à genoux, ratatiné après 250 ans dans l’eau salée de notre déclin. Des gens fiers, humains, sensibles, pacifiques.  De simples citoyens, regroupés derrière la bannière « Génocide culturel » de la Société Saint-Jean-Baptiste.

Et moi, avant que ça dégénère, je discutais avec un lecteur de ce blogue. Je lui expliquais ma vision des choses, mon impression que le Québec constitue le fer de lance d’un nouveau mouvement mondial à naître. Ma conviction qu’il faut se débarrasser des vieilles querelles Québec-Canada pour agir maintenant, sans attendre l’indépendance. Car dans un contexte de mondialisation où le pouvoir des États est de plus en plus limité, ce ne sont pas des frontières géographiques qui, seules, permettent la survie des peuples minoritaires. Il faut inventer d’autres moyens, d’autres structures, d’autres institutions permettant d’assurer notre survie, et donc, aussi, celle de tous les peuples de la Terre.

Ce sont ces idées, ces initiatives, qui façonneront le Québec de demain. Ceux qui se complaisent dans une world-culture anglicisée et multiculturelle sont déjà un pas derrière; les hommes nouveaux, ceux de la pluralité des peuples et de la sauvegarde des cultures qui composent notre humanité, sont arrivés. Leur combat constitue la bataille de tous les peuples, car si on sauve le français et la culture québécoise chez nous, nous aurons élaboré une méthode permettant à toutes les autres minorités de survivre, de prospérer, et d’offrir un peu de diversité à une planète qui en a bien besoin.

Le futur sera aux identités multiples, à la diversité des points de vue, mais aussi à la nécessité de l’appartenance à un groupe identitaire et historique bien défini. Contre le déracinement quotidien d’un système économique broyant jusqu’à la mémoire, des hommes et des femmes du Québec ont dit non. Non à l’oubli, non à la passivité, non au je-m’en-foutisme.

Nous n’étions peut-être que 250 à manifester, mais nous l’avons fait sans État, sans un Parti Québécois n’ayant de québécois que le nom, sans médias sensibles à notre cause, sans permis. Nous avons lancé le cri de ceux qui ne se retrouvent plus dans aucune des principales élites actuelles et nous avons agi. Une personne à la fois, le vent du changement va tout emporter.

Montréal s’anglicise, le Québec perd son identité, mais la résistance s’organise. Et le monde, même s’il ne le sait pas encore, aurait tout intérêt à regarder.

Publicités

13 Réponses

  1. Je ressent la même chose quand je participe au manif du RRQ. Un nouveau souffle. C’est vrai que nous n’avons pas l’appui des grands médias mais nous avons au moins le web et il nous reste encore beaucoup à faire pour en tirer le maximum. Je planche d’ailleurs sur un projet visant à améliorer la visibilité de tout le mouvement souverainiste pas seulement un parti.

    J’ajoute des photos de la manif aussitôt que les reçois :
    http://resistancequebecoise.org/mes-images/category/2-manifestations.html

    Voici la (longue) revue de presse de la manif
    http://resistancequebecoise.org/component/content/article/5-nouvelle/124-manifestation-contre-le-prince-charles.html

  2. Beau texte, surtout vers la fin … et oui la vraie solution, la seule efficace pour un réel changement passe par le peuple et la desobeissance civil. Il faut que ;es gens se réapproprie le pouvoir qu’ils ont abandonné aux politiciens.

  3. Merci Louis pour cet excellent compte rendu inspiré et inspirant !

    Je retiens principalement deux choses de ton billet :

    Primo, comme lors de la manif pour la loi 104, les policiers semblent avoir ouvert les hostilités.

    Deusio, les manifestants, non seulement plus nombreux qu’avant, mais aussi plus diversifiés, plus représentatifs, sont informés via le Web social.

    On ne lâche pas la patate !

  4. Excellent article, Louis.

    Pour tout dire je file coupable de ne pas avoir été là.

    Ceci dit, il y a quelque chose d’important à rajouter à ton article; ce dont à quoi tu fais référence, c’est l’ÉCHEC DE LA NORMALISATION. On a tenté par tous les moyens de trouver une manière de faire pour que soit pareil pour tout le monde mais ça ne marche pas – et avec le temps ça marchera encore moins. Le prince est le représentant de ceux qui recherchent la recette magique qui s’applique facilement à tous. Elle n’existe pas – tout ce qu’on a trouvé c’est une sorte de gouvernement fasciste qui frappe sur tout ce qui dépasse. Donc dans les fait ce n’est plus de la gouvernance du tout, c’est juste de l’abus de pouvoir pour cacher l’absence complète de plan social. En bon français, Charest, Harper, l’autre imbécile anglais pensent encore que tout le monde est d’accord avec une économie mondialisée contrôlée et standardisée par un seul point. Mais c’est absolument contre nature. Chaque peuple a ses particularités qui sont nécessaires à sa survie. Son identité, quoi. Alors soit on est pour la « standardisation » du peuple québécois, avec tout ce que cela présuppose en aplat-ventrisme ou soit on est pour un monde géré par ses citoyens pour ses citoyens. Une alternative qui ne plaît pas à ceux qui ont l’habitude de prendre des décisions sans consulter personne (…) sous prétexte qu’ils « l’ont l’affaire ».

    M’enfin c’est ce que j’en pense. Et la violence policière c’est exactement ça. On réclame un monde juste et représentatif, *ils* disent non.

  5. J’avais une réunion de parents de psychosés ce soir à l’hôpital Notre-Dame. Quelqu’un a mentionné qu’il y avait une manif au centre-ville contre le prince Charles (qui pouvait expliquer le retard de quelques personnes). Tout de suite, je l’ai corrigé : «pas contre le prince Charles, mais contre la venue du Prince Charles au Québec». Avais-je tort ?

    Quelqu’un ajoute quelque chose du genre : «Y sont pas tannés, ça fait 40 ans que ça dure !» Je réponds calmement : « C’est parce que c’est pas encore réglé».

    Ça s’est arrêté là…

  6. Bel article, belle plume.

    Par contre, je n’achète pas trop le discours à la «fini-les-querelles-Québec-Canada/On-est-dans-un-mouvement-mondial».

    Que chaque peuple, que chaque Nation qui en a la capacité, fasse le ménage dans son coin de la planète.

  7. J’ai suivi avec la plus grande attention votre manifestation patriotique « franc-canadienne » (terme que j’emprunte à Raoul Roy) et vous en félicite. A L’heure où l’impérialisme anglo-américain, qui a ravagé le monde, donne des signes de faiblesse il convient d’enfoncer le clou partout. Le Québec libre n’est pas seul. Il a toute sa place dans le vaste mouvement de libération nationale et sociale des peuples qui se dessine de part et d’autre de l’Atlantique et vise à briser le carcan unipolaire de la « gouvernance mondiale » financiériste anglo-saxonne. Avec vous dans le même front politique pour les luttes à venir. YB

  8. Ha ha ha ! Tout à fait cela. Et desolé de leur apprendre que c’est une fuite en avant, parce que ca ne s’arretera que le jour de la liberation. C’est l’histoire qui est faite de meme, c’est la voie naturelle de tout peuple devenu mature.

    La chicane peut finir demain, une simple union entre pays et hop, la confederation canadienne de pays souverains continue sa route comme si rien n’avait changé ou presque. Mais bon, les discours de peurs, ca prend mieux sur le petit peuple.

  9. […] Louis P. : Manifestation contre le prince Charles: le vent se lève! […]

  10. « Génocide culturel » !

    Ils se sentent tellement couppables de leurs racines qu’ils sombrent dans le pléonasme.

    Génocide: Un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe ou d’une partie d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales.

    « Je lui expliquais ma vision des choses, mon impression que le Québec constitue le fer de lance d’un nouveau mouvement mondial à naître. »(Louis P.)

    À naître ? Il est bien parti et depuis longtemps ce mouvement mondial. C’est le Québec qui tarde à y entrer ! Les Québécois surtout ! Le combat contre les dénationalisations est bien engagé partout ailleurs !

  11. Ça fait du bien des articles de ce genre. Merci pour ces belles paroles 🙂
    ça a de quoi redonner espoir aux gens 🙂

  12. […] scandant, levant des drapeaux des Patriotes et du Québec au ciel. Quelque chose a changé. Lire le texte sur le site Internet de Louis P. Lire la […]

  13. […] aux manifestations indépendantistes et organisent des activités de formations et culturelles. C’est eux qui se sont fait arrêter lors de la visite du Prince Charles, pour leur action de « bloquer une voie publique » en s’assoyant dans la rue, les bras […]

Comments are closed.