La marginalisation de l’ADQ

Les positions extrémistes défendues par trois des quatre candidats à la succession de Mario Dumont sont en train de reléguer l’Action Démocratique du Québec (ADQ) au rang de parti marginal, voire pire, original. Quelque part entre la Loi Naturelle et le Bloc Pot. Lors du débat, Éric Caire, Gilles Taillon et cet hurluberlu libertarien qu’est Jean-François Plante s’obstinaient quant à savoir qui serait le plus à droite, qui dépècerait l’État au mieux, qui ferait payer les étudiants, qui privatiserait quoi. Qui aurait le courage de mettre le feu à la maison et d’appeler cela le progrès.

marginalisation-adq

Source de l’image

En fait, le seul candidat semblant posséder encore un minimum de bon sens était Christian Lévesque. Face aux appels délirants d’Éric Caire pour une hausse des tarifs en éducation (oui, vous avez bien lu, une hausse), Lévesque a été cinglant: « Tu as un salaire de député de 85 000 $, l’ensemble de la population a un salaire moyen, par couple, de 45 000 $. Quels choix [les parents] vont-ils faire? […] Si on veut une économie du savoir, chacun des citoyens doit participer à cet effort. » Lévesque a mis le doigt là où ça fait mal: l’ancien parti de Mario Dumont veut tellement se démarquer des autres qu’il devient peu à peu une parodie élitiste où on peut à la fois se targuer de vouloir implanter une « société du savoir » tout en rendant l’accès aux études supérieures plus difficile. Les mauvaises langues diraient qu’un individu sans éducation est plus susceptible de voter pour l’ADQ, mais je n’oserais atteindre ici un si haut niveau de cynisme.

Caire, que plusieurs médias ont nommé vainqueur de ce débat, s’est empressé d’appuyer les propositions absolument hallucinantes des jeunes adéquistes: abolition du Fonds des générations, disparition des cégeps, élimination de la Loi antibriseurs de grève, hausse massive des frais de scolarité, gel des prestations de la Régie des rentes du Québec, privatisation de la SAQ, privatisation partielle d’Hydro-Québec, hausse de la TVQ, hausse des tarifs d’électricité, réduction de la taille de l’État… Un peu plus et on annonçait le changement de nom de la province et la fécondation forcée de toutes les femmes en âge de procréer. On constate, en regardant les pays trônant au sommet de l’index des pays en détresse (Failed State Index) en 2009, que ce type de « solutions » où on réduit le pouvoir redistributeur et égalisateur de l’État pourrait nous mener loin. Québec, Somalie, même combat!

Or, alors que le monde entier subit une récession mondiale causée par les déréglementations et les privatisations, alors que le Québec, grâce à son haut taux de syndicalisme et à sa meilleure redistribution de la richesse, est l’endroit le moins durement frappé en Amérique du Nord, que proposent ces chers candidats? Davantage de ce qui a causé les problèmes actuels! Pendant que le monde entier réapprend à utiliser l’État et à favoriser une meilleure redistribution de la richesse, l’ADQ fait fi de la réalité et s’enferme un peu plus profondément dans ses dogmes surannés.

Quand certains disent que l’ADQ vit dans le passé, n’y a-t-il pas meilleure preuve que ce discours faisant abstraction de toute la situation économique actuelle, pire crise depuis des décennies? C’est comme si toute l’économie était tombée d’une falaise et que Taillon, Caire et Plante cherchaient à trouver un nouveau précipice où nous enfouir.

La fin de l’ADQ?

Le 9 décembre dernier, j’écrivais que le départ de Mario Dumont allait tuer l’ADQ.

Je donnais quatre raisons:

  1. La position autonomiste de l’ADQ ne tient plus, car le PLQ est devenu autonomiste et le PQ a mis son projet souverainiste sur le glace;
  2. La forte mentalité anti-étatiste de l’ADQ ne peut survivre à l’examen des faits: la crise a touché durement les pays ayant appliqué les réformes néolibérales et a épargné ceux qi ont résisté;
  3. Aucun candidat potentiel n’a le charisme de Mario Dumont (Éric Caire me donne le goût d’ajuster les couleurs de la télévision quand je le vois.);
  4. Les six députés restant seront tentés de joindre un autre parti.

J’ai eu tort pour le quatrième point, ayant sur-estimé l’attrait des deux autres partis de centre-droit, mais je crois avoir eu raison pour le reste. L’ADQ ne peut plus jouer sa carte autonomiste face à un Jean Charest réclamant davantage de pouvoir d’Ottawa et une Pauline Marois semblant bien satisfaite sur son trône de l’opposition. Et puisque aucun candidat n’arrive à se démarquer grâce à sa personnalité, il ne reste qu’une option permettant de se différencier des autres: la formidable fuite en avant du capitalisme le plus extrémiste possible et de positions semblant issues tout droit de livres d’Ayn Rand ou autres fanatiques anti-étatistes. Le nouveau mantra adéquiste semblent être: « nous voulons être différents, nous voulons être différents, nous voulons être différents ». La différence, pour la différence, il ne reste plus leurs positions de la droite radicale pour les distinguer du Parti Québécois et du Parti Libéral.

Or, quel futur peut-il exister pour un parti qui se place volontairement à l’extrémité du spectre politique, sinon la lente et cruelle agonie de la marginalisation? Contrairement à Québec Solidaire, qui cherche constamment à occuper un centre-gauche délaissé par le Parti Québécois, l’ADQ – et surtout Caire, Taillon et Plante – semble se conforter dans une course à la chefferie ressemblant de plus en plus à un combat de coqs déterminant qui aura le privilège d’être le capitaine du bateau lorsqu’il coulera définitivement. Il y a des icebergs partout, mais on pousse les machines à fond et on se croise les doigts.

Qui aura le courage de répondre à cette question fondamentale: à quoi sert un parti comme l’ADQ en 2009?

Publicités

51 Réponses

  1. Je ne suis pas un partisan de l’ADQ, mais je ne pense pas que leurs idées de droite sont mortes, du moins en dehors de Montréal. Si Taillon recopie à l’intégrale ce que Dumont proposait en 2007, je prédis que ce parti que tu détestes tant (et qui n’est pas toujours dans mes cordes) ressusciteras grâce à qui? Aux banlieusards Québécois de souche, c’est-à-dire le 450, Québec (excepté la vieille-ville qui a toujours résistée). Sérieusement, il y a une corrélation entre la droite et la banlieue et la gauche et les milieux urbains plus denses. L’architecture même modèle l’idéologie de la majorité des gens ce qui d’après moi explique le succès flagrant de QS sur le Plateau et l’échec retentissant de l’ADQ sur l’île de Montréal (il y a aussi l’attachement viscéral au PLQ par les communautés issues de l’immigration qui faussent les données…)

  2. Le vrai boss, c’est l’électeur.

    Maintenant pour ce qui est du chef, Lévesque, Caire et Taillon ont des idées qui ressemblent trop aux partis existants. Pourquoi voter Christian Lévesque si le PQ et QS existent? Caire et Taillon seraient très bien au PLQ et on y verrait pas de différence.

    S’ils n’ont rien à proposer de différent, qu’ils partent.

  3. La réponse à l’étatisme de droite de bush, ce n’est pas l’étatisme -de gauche- d’obama, C’est le non-interventionnisme libertarien…

    La droite, la gauche, blanc bonnet bonnet blanc.

  4. @ derteilzeitberliner

    « Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement. Sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. »

    – JEAN-JACQUES ROUSSEAU

    ***

    LE GOUVERNEMENT DES REPRESENTANTS DU PEUPLE

    La démocratie indirecte représentative ou parlementaire est un régime dans lequel des délégués, députés ou représentants, élus par le peuple, exercent, réunis en Parlement, le pouvoir législatif et dont une partie d’entre eux, soutenus par la majorité parlementaire, constituent le gouvernement (ou cabinet ministériel) qui dirige l’ exécutif. Ce n’est donc qu’une démocratie relative. Le peuple n’y détient qu’une souveraineté de principe. Il n’a pas la jouissance directe des pouvoirs politiques, sauf, très épisodiquement, à l’occasion de référendums, s’ils ne sont pas biaisés. Par ailleurs, il n’exerce qu’une action indirecte sur la conduite de la société, à travers les élections de ses représentants et sur leur action propre ultérieure, à condition qu’ils défendent et appliquent le programme sur lequel les électeurs les ont choisis.

    L’EXERCICE EPISODIQUE DES POUVOIRS PAR LE PEUPLE

    ROUSSEAU, théoricien d’une démocratie si exigeante qu’elle ne conviendrait qu’à un peuple de dieux, ne croyait pas à la possibilité de représentation du peuple.

    Dans la réalité, au-delà des inconvénients du système de délégation, liés aux faiblesses et défauts inhérents à la nature humaine et des abus qui en découlent, les régimes établis n’ont pas réellement visé au respect de la souveraineté populaire. Ils ont instauré, par leur Constitution, des systèmes politiques où la délégation du pouvoir législatif est un principe de base, posé comme définition même de « la démocratie », dont il est admis communément aujourd’hui qu’elle est caractérisée, essentiellement, par l’élection de représentants des citoyens.

    A côté d’un manque de réflexion certain, sur l’idée de démocratie et sur la manière de réaliser au mieux, dans l’efficacité sociale, le véritable progrès humain qu’elle annonçait, on trouve, indiscutablement, un manque de confiance et, même, un véritable mépris du peuple, à la base de cette conception étriquée. On ne saurait dire s’ils sont la cause ou l’effet du conservatisme des détenteurs de pouvoirs. La position qu’affichait Michel DEBRE, artisan essentiel de la Constitution de la Cinquième République Française, est édifiante à cet égard et, si peu de politiciens se risquent à présenter leur avis aussi crûment, le comportement de la plupart, montre qu’ils s’accommodent fort bien de la situation qu’elle dépeint.

    Dans les dites « démocraties parlementaires », la porte est fermée à un retour des pouvoirs de gouvernement véritables aux mains du peuple, autrement que par un changement radical de régime : ce qui s’appelle une révolution , au sens premier du terme, sans connotation a priori violente. C’est en cela, parmi d’autres raisons, qu’on peut dire que la « démocratie » est le nom volé d’une idée violée ou, pour le moins, largement dévoyée.

    LA FAIBLE POSSESSION DES POUVOIRS DE GOUVERNEMENTS PAR LE PEUPLE

    Lors de l’examen du THEME correspondant, nous avons fait apparaître que « ce qui lie demos à kratia » peut s’exprimer en termes de possession des pouvoirs de gouvernement par le peuple et que ce terme conditionne fortement le degré de démocratie des régimes ou idéologies politiques, exprimé de manière simple mais significative par la « Règle des trois P » (Peuple-Possession-Pouvoirs). En démocratie directe absolue, cette possession serait totale (100 %). En démocratie représentative parlementaire, elle est inévitablement atténuée et la détérioration démocratique qui en découle, dépend non seulement des dispositions inscrites dans la Constitution de l’Etat, mais aussi, de la pratique politique qui y a cours.

    Si nous considérons certains régimes présents ou passés, s’intitulant « démocraties », dotées d’un Parlement élu et d’un Exécutif (Gouvernement, Président ou équivalent) qui en sont formellement issus, la pratique du Parti unique, en portant à quasiment zéro la possession des pouvoirs par le peuple, en fait de réelles dictatures.

    Dans les systèmes de démocratie relative parlementaire, une partie des pouvoirs de gouvernement est exercée par le peuple (P peuple ) à travers quelques délibérations directes ou élections, l’autre partie étant déléguée aux élus, autres gouvernants et fonctionnaires ( P délégué ).La part des pouvoirs de gouvernement exercée, directement et seulement à intervalles, par le peuple est faible, relativement à celle qui est déléguée et assumée, hors intervention populaire, par les élus, gouvernants et fonctionnaires : P peuple < P délégué. Une marge d’appréciation subsiste toutefois. Elle concerne l’influence indirecte du peuple sur les décisions et actions des élus et de l’exécutif. En se référant aux définitions de DAHL et FOUCAULT et à notre propre analyse (THEME La nature du pouvoir), on doit la considérer comme un véritable pouvoir. La question est de savoir en quoi elle consiste, réellement. Certains, au vu de l’influence des sondages et des médias, la font entrer dans un concept aussi flou que paradoxal, appelé « démocratie d’opinion »

    Selon le point de vue idéaliste, les élus sont supposés remplir parfaitement leur fonction de représentants, c’est-à-dire, être une simple et parfaite représentation du peuple et, donc, la courroie de transmission de la volonté populaire. Les dirigeants exécutifs et fonctionnaires sont censés appliquer intégralement leurs décisions et, donc, suivre aussi cette même volonté dont les lois traduisent, en principe, la part permanente. D’après cette théorie, sur laquelle sont fondées les Constitutions des Etats dits démocratiques, la souveraineté du peuple est conservée par la représentation et la délégation permanente et définitive de ses pouvoirs à ses représentants.

    La réalité et le droit même, sont tout autres. Une fois les élections et référendums passés, si le parlement et le gouvernement agissent conformément aux vœux du peuple, c’est par leur propre volonté, leur choix, louable, mais libre. Car ils ont le droit et le pouvoir d’agir différemment, sans être immédiatement sanctionnés, et quand ils le sont, par défaite électorale et renversement du gouvernement, le peuple ne voit pas, pour autant, sa volonté traduite dans les faits. On ne lui demande même pas de l’exprimer. Il faut encore que les nouveaux députés et ministres veuillent et puissent redresser la situation en appliquant, mais dans tous les cas avec retard, la nouvelle politique souhaitée. Si l’on se réfère à la normalité législative du régime, au droit établi, l’exercice des pouvoirs que parlement et gouvernement sont censés tenir du peuple souverain, n’est pas conditionné à un quelconque accord de celui-ci. La délégation de principe est en fait un véritable dessaisissement, une rupture de souveraineté. Par suite, le paramètre caractérisant, dans la formule du degré de démocratie, le degré de possession des pouvoirs de gouvernement par le peuple est faible. C’est un défaut du système représentatif, que renforcent encore dérives et abus divers.

  5. L’ADQ me fait penser à l’Union Nationale après la mort de Duplessis. Quelques années de grâce avant la mort définitive….

  6. Qu’est-ce que les gens n’ont pas compris dans cette phrase ?

    « Le systeme electoral actuel favorise le bi-partisme. »

    Tant qu’on n’aura pas un pays à nous, rien ne changera. Ni le PQ, ni le PLQ n’a d’interet que ce systeme change en profondeur ! Bien pour cela qu’ils ont fermé la gueule à l’ADQ en lui donnant quelques pouvoirs malgré leur faible score des dernieres elections.

  7. @Léonard Langlois: Je ne crois pas non plus que les idées de droite sont mortes. Ce que je crois, c’est que le PQ et le PLQ sont de bien meilleurs véhicules pour la droite modérée que l’est l’ADQ, beaucoup trop extrémiste.

    @derteilzeitberliner: C’est également mon opinion. Bien sûr, ils cherchent à proposer du nouveau pour se différencier, mais ce qu’ils ont à offrir est tellement extrémiste… Je ne crois pas que les Québécois voteront pour ces vieilles idées.

    @Sébas: Il y a un pays où on a appliqué les préceptes libertariens et c’est la Somalie. Pas de gouvernement, pas de maudites taxes, pas de maudits services publics. C’est vraiment un endroit magnifique pour élever une famille.

    @Garamond: Bien vu, bien lu!

    @Reblochon: Bien d’accord, mais d’ici là il faut jouer le jeu!

    Merci pour vos commentaires!

  8. @ Louis P. :

    La somalie libertarienne? Hahaha! C’est le nouveau point goldwin lorsque l’on parle de système politique.

    Le gouvernement de ce pays s’est écroulé et sa population n’est pas très éduquée. En plus, des clans islamiques dominent ce pays…

    La modèle suisse -ou l’amérique pendant longtemps- sont des pays pas mal plus appropriés… pour parler de libertariannisme.

    **

    Si jamais demain matin, 50% de la population -du Québec- voulait beaucoup moins d’interventionnisme dans nos bobettes et que cela voulait dire que les gens auraient le choix de ne pas adhérer à tous les dogmes/programmes socialistes/universel du Québec, vous diriez quoi? Que la démocratie c’est de la marde?

    Si oui, vous êtes un dictateur de salon qui s’ignore… 🙂

  9. Quelle est LA cause principale de l’augmentation des écarts/inégalités de richesse ?

    Si vous répondez: le libre marché, vous avez besoin d’un cours en économie.
    🙂

  10. 🙂 A quoi sert un parti comme l’ADQ en 2009 ?

    Et bien parce qu’il existe encore des gens qui pensent que la liberté individuelle prime sur la volonté de la majorité.
    Parce qu’il y a encore des gens qui pensent que la responsabilité personnelle dans un pays, c’est important.
    Parce qu’il y a encore des gens qui savent qu’un gros gouvernement est une mauvaise nouvelle pour une société.
    Parce qu’il y a encore des gens qui ont assez de connaissance en économie pour ne pas croire les mensonges facile sur les causes de cette crise économique.

    En fait, effectivement, l’ADQ ne sert à rien car celui-ci n’est pas vraiment un parti de droite. Avec Dumont, l’ADQ était centre-droite-opportuniste… et tout semble indiquer de sans Jeff Plante, l’ADQ restera dans cette zone grise de bouche-trou-d’idée-de droite-sans-idéologie…

    Avant d’associer l’ADQ à Ayn Rand, faudrait connaitre celle-ci. Pour Ayn Rand, l’ADQ aurait été un parti quasi-totalitaire et surtout totalement vide de principes…

  11. « Et bien parce qu’il existe encore des gens qui pensent que la liberté individuelle prime sur la volonté de la majorité. » PLQ

    « Parce qu’il y a encore des gens qui pensent que la responsabilité personnelle dans un pays, c’est important. » PLQ

    « Parce qu’il y a encore des gens qui savent qu’un gros gouvernement est une mauvaise nouvelle pour une société. » PLQ

    « Parce qu’il y a encore des gens qui ont assez de connaissance en économie pour ne pas croire les mensonges facile sur les causes de cette crise économique » alors là, je choisirais plutot un parti de gauche qu’un parti de droite pour me donner les bonnes raisons de cette crise qui est du surtout à une liberalisation et une dereglementation des marchés financiers ! Quand les gouvernements avaient le nez dedans, ca se passait mieux… donc carrement à l’oppposé de l’ADQ et des anti-etatistes !

    Francois vient de nous demontrer qu’un ADQuiste a tout fait de voter pour le PLQ ! Surtout si il ajoute à son discours l’autonomie, qui est le nouveau cheval de bataille de Charest qui essaye de faire croire à la populace que le Quebec a son mot à dire dans cette federation bidon. Une voix parmis toutes les autres provinces … quel poids !

    Quand à la droite, un tatcherien et un reaganiste comme notre conservateur James Charest, je pense que ce pale type n’a rien à envier au plus à droitiste des adequistes ! Si ses positions dans la realité sont differentes, c’est juste parce qu’il a compris que le peuple molasson du Quebec qui n’aime pas les nuances fortes, se sent mieux dans le centre, dans le milieu, le cul entre deux chaises, dans le statu quo, du moment que ca a l’air calme, que les risques sont faibles et qu’il n’ait pas à reflechir trop fort !

    C’est bien pour cela qu’en enlevant la question nationale, à quelques differences insignifiantes pret, le PQ, PLQ et ADQ sont exactement les memes partis ! Du centre mou, populiste, opportuniste, demagogique. Si on y ajoute la question nationale, l’ADQ et le PLQ sont des freres jumeaux separés à la naissance qui essayent de se faire croire qu’ils ne sont pas pareil pour piquer les amis de l’autre !

    On veut revolutionner le federalisme, il n’y a pas deux solutions, l’independance du Quebec suivit de la creation d’une nouvelle federation avec le ROC qui sera surement devenu une multitude de province independante, car ne nous leurons pas, quand les federalistes parlent de sauvegarder l’unité nationale, ce n’est pas du Quebec dont ils parlent, mais bien l’unité entre les autres provinces qui ne tient qu’à un fil … que l’independance du Quebec casserait sans difficulté.

    En regardant mieux, on se rend bien compte que le Canada a un besoin vital du Quebec et que le Quebec n’a pas besoin du Canada pour continuer de prospere dans cette mondialisation. Et meme que l’independance serait pour nous la meilleur securité pour ne pas etre bouffé dans cette globalisation dont seuls les etats souverains arrivent à tirer leur carte du jeu.

    Je tiens à rappeler qu’en cas d’independance, les Quebecois si fier d’etre canadiens pourront garder si ca leur chante leur citoyenneté canadienne et ainsi pouvoir enfin pretendre pour de vrai etre autant Quebecois que Canadien ! Ca s’appelle la double nationalité ! Alors la perte de notre appartenance au Canada, c’est comme on veut.

    Tiens en passant un lien sur un documentaire superbe passant à Montreal le 31 aout :

    http://www.facebook.com/event.php?eid=100444813662&ref=nf

  12. ah oui??!! bien regardons ca plus impartialement et ont réalise rapidement qui la gauche n’existe que parce que la droite veille a assuré leurs liberté.

    si les gauchistes du plateau/montréal peuvent passé leurs temps a dire des inepties a longueur de journée,c’est bien parce que des gens sont pret a se battre pour assuré notre/leurs liberté.

    d’ailleurs la suposée direction de l’adq que certain petit roitelet de gauche décrive comme de la droite,n’est en fait qu’une volonté de responsabilisation de la société et des individus,ce qui manque de plus en plus au québec, nous qui sommes vu a raison par nos voisins que comme des socialistes paresseux et deresponsabilisés…ce qui est tres vrai au regard des  »exigences » politique des groupes de gauche….déresponsabilisation total , laisser aller total assortie de l’immunité pour les bétises engendrés…ca c’est le québec que veulent nos regroupement de paresseux et d’immigrants…vivre comme ils veulent sans s’integrer,vivre comme dans leurs pays sans respecter nos loi et valeurs,voila leurs but et les boomers font parti du tas, eux qui ont voulu que le reste du monde et surtout l’état eleve leurs enfants a leurs place …

    au québec,ont se retrouve avec 2 parti d’extreme gauche (pq+quebec paresseux) et un 3ieme parti au pouvoir qui devrait etre au centre mais qui achete des votes a gauche pour se faire réélire uniquement….reste l’adq dont le chef avait vraiment le gout de travailler et voulait responsabiliser les québecois en modifiant nos systemes gratuit dont tout le monde abuse, l’immigration sauvage ne faisant qu’empirer les choses.
    mario lui avait le guts de dire tout haut ce que plein de monde pense tout bas pour ne pas froisser nos bonnes femmes de la gau-gauche montréalaise et autres syndicalistes verreux.

    les libéraux sont des paresseux qui ne travaille pas, ne s’occupe de rien et quand ils s’occupent de quelque chose ca foire a tout coup. JM fournier et l’éduquation,couillard/santé, la SGF..etcetcetc…charest peut bien toujours affirmé que GVT n’a pas d’affaire a se meler de rien, ont comprend pourquoi….

    l’adq est notre seule chance de redresser la situation, c’est pas le PQ avec ses programmes de gaspillage de fonds publique qui vont améliorer les choses ca c’est plus que sure….marois elle meme est la grande responsable de l’état de la santé au qc et plein d’autres fiasco…n’oublions jamais que les péquistes et libéraux ont pillés plusieurs caisses pour effacer leurs déficit au fil des ans….la régie de l’assurance automobile est un exemple frappant pillé de 240 millions en 15 ans, a cause de cela, il faut qu’ont paye jusqu’a 10 fois plus qu’ailleurs pour etre immatriculé au qc….ont fait rire de nous partout en amérique du nord et ils ont bien raison de le faire, quand ils regardent le taux d’imposition versus la qualité des services  »gratuit »…gratuit mon oeil,et société responsable mon oeil aussi…pffft,QUALITÉ QUÉBEC!! comme ont dit(pas si fierement que ca).

  13. Wow! Est-ce que j’ai déjà dit que j’étais complètement allergique à la droite? Bien sûr que non. Peu importe les orientations politiques, il faut plus de responsabilisation; je ne suis pas contre la vertu. Si vous me lisiez vous saurez que je n’ai pas le multiculturalisme dans mes cordes, mais pas du tout. Il y en a marre des réponses simples à des problèmes complexes (et non compliqués)

  14. escusez-moi, ce n’est pas à toi que la réponse s’adresse! Plutôt à stormbringer

  15. Le PLQ peut-être mais je ne vois pas comment le PQ pourrait sortir des idées de droite une fois que Facal, Legault, et autres ténors de droite notoires sont sortis…

  16. Je sais pas pourquoi, mais malgré votre fixation permanente sur le besoin de l’indépendance du Québec j’ai toujours trouvé que vous aviez le talent pour articuler vos réponses. Seriez-vous d’origine Française?

  17. Le PQ à gauche … mouahahahaha ! Pas la peine de lire le reste de ce torchon.

    Et en passant, la seule chance de redresser la situation, c’est de decider nous-memes ce qui est bon pour nous… ca s’appelle l’independance guignol ! Ah, par contre, y a pas beaucoup de gens à l’ADQ qui ont les couilles pour la faire. Ils preferent parler d’autonomie en esperant que le ROC leur donne comme ca de bon coeur des pouvoirs qu’ils nous refusent depuis 60 ans. Et apres on ose dire que ce sont les pequistes les pelleteux de nuages ?

  18. J’ai la double nationalité. Je suis franco-quebecois. Je sais ce que c’est d’avoir un pays independant dans une confederation et ce que c’est d’avoir un pays colonisé dans une federation. Je prefere le premier cas de figure !

    L’independance du Quebec n’est pas une fixation, c’est le parcours normal pour tout peuple, pour toute nation ayant atteint un certain seuil de maturité et d’autonomie. Le Quebec a les moyens de son independance et il n’y a aucun argument valable pour l’empecher de se reprensenter elle meme face au reste du monde !

    Ca n’empeche pas une union federale avec le ROC, ca n’empeche pas d’avoir la double nationalité pour ceux qui ne veulent pas perdre leurs rocheuses, meme Charest n’ose plus s’aventurer sur le deni de notre capacité economique, il parle aujourd’hui de philosophie ! Faut vraiment ne plus rien avoir à dire ! Et de toute facon, notre independance il nous la faut pour ne plus etre invisible à la face du monde et pour permettre à notre peuple de jouir de ses victoires et etre capable de parler avec d’autres peuples libres de ce monde sans etre obligé de se justifier pendant 10 minutes pour demontrer notre appartenance à une nation disctincte au sein d’un canada qui ne veut toujours pas nous reconnaitre depuis 60 ans !

    Petit projet, petit peuple, petit destin. Ce n’est pas ce que je veux pour le Quebec !

    Ce n’est plus aux souverainistes de prouver que leur projet tient la route, il est naturel et legitime, ce serait plutot aux federalistes de nous expliquer en quoi le canada va changer et enfin nous reconnaitre pour ce que nous sommes et nous donner les pouvoirs qui nous reviennent de droit. Mais bon, le petit peuple quebecois encore avec les sequelles de 300 ans de colonialisme ne le comprend pas et croit que c’est à lui qu’incombe le fardeau de la preuve. Ce n’est pas grave, je sais bien que certains pays ont mis plus de 100 ans à devenir souverain, mais c’est fachant de voir des gens craintifs et aussi soumis devant le ROC !

    Et qu’on ne me dise pas que je suis fanatique, je suis le premier à etre pret à faire des concession, pret à rester dans un canada uni ; qu’on me file un passeport disctinct, qu’on me donne une citoyenneté quebecoise, le droit de voir mon peuple se presenter aux concours internationaux avec ses couleurs pour qu’il puisse etre fier de ses victoires. Qu’on me donne un droit de veto sur des decisions importantes du Canada : comme l’envoi de troupes à l’etranger, de position diplomatique importante – de facon que le nom de mon pays ne soit pas entaché par des decisions canadiennes. Les Quebecois sont pacifistes et pacifiques, c’est ce que j’aime dans ce pays qui est maintenant le mien, c’est l’image que je veux envoyer au monde. Le canada, avec tout le respect que j’ai pour lui, reste tout de meme une nation etrangere et je cherche toujours machinalement et inconsciemment mon passeport quand j’arrive aux frontieres de l’ontario … ca prouve bien que tout au fond de moi, je ne suis pas et je ne serais JAMAIS un canadien.

    L’independance du Quebec, une obligation pour que le peuple quebecois s’assume, evolue, s’epanouisse, ait une reconnaissance internationale (en dehors de la france, nous sommes pour la majorité du monde de simple canadien, une province parmis les autres), arrete de chialer que c’est de la faute du canada comme une bande de gros debiles pre-ados ! et qu’enfin ce petit peuple se comporte en grand peuple et soit fier de ses reussites ! On ne vaut pas moins que des slovenes, des littuanien, des croates ou des Kosovars ! Depuis 60 ans, 30 pays sont devenus independants, demandez aux habitants de là-bas, pas un ne voudrait revenir en arriere, il y a bien une raison … ca s’appelle la fierté de ce qu’on est et de ce qu’on a accompli, on peut le faire aussi.

    Tout le reste, rien qu’un tas de discours de peurs et de mensonges, de la propagande federaliste pour nous faire croire que nous avons besoin du canada, tandis que dans les faits, c’est le canada qui a besoin de nous ! Besoin de nous pour assurer son unité nationale (avec un quebec independant il va exploser, les independantistes des autres provinces vont se reveiller, cette federation n’est pas viable sans le Quebec) et pour assurer sa difference avec les USA grace à sa province francophone (sans nous le canada ne serait qu’une succursale des USA).

  19. Je crois que vous et moi arrivons au même constat c’est à dire la marginalisation mais bien entendu pour des raisons diamétralement opposées.

    Quant à moi, c’est toute cette mascarade grottesque entourant le rejet de la candidature de monsieur Jeff Plante qui en est la cause profonde.

    Pour le reste, il y a Master Card…et les bons vieux socialistes du PQ qui trainent continuellement de la patte derrière le bon vieux parti libaral corrompu à l’os qui moins il en fait, moins il en dit, plus il est populaire.

    Mince consolation pour l’ADQ, le PQ est en piteux état avec Pauline Marois à sa tête. La mauvaise nouvelle, c’est qu’un autre parti véritablement de la droite libertarienne rejaillira de tout ce cafouillage adéquiste.

  20. « 1.La position autonomiste de l’ADQ ne tient plus, car le PLQ est devenu autonomiste et le PQ a mis son projet souverainiste sur le glace »

    Dans les faits, les trois partis sont autonomistes et leur étiquettes de parti sont facilement interchangeables.

    Mais je ne crois pas que le PLQ soit réellement autonomiste. Il se vernit du discours autonomiste pour attirer des votes des régions car ce discours de pogne pas pour 5 cents auprès des anglos de Montréal (vous en savez quelque chose ;)) mais plie vers le fédéralisme dépendant d’Ottawa à chaque fois. Tout comme au PQ, on parle de souveraineté pour émouvoir l’espace d’un instant, la vieille garde des purzédurs.

  21. « Contrairement à Québec Solidaire, qui cherche constamment à occuper un centre-gauche délaissé par le Parti Québécois »

    Je crois que nous n’avons pas du tout le même barème (gage) pour mesurer tout cela. Laissez-moi vous donner le mien ainsi que celui de la vaste majorité d’ailleurs:

    Le parti libéral est de centre-gauche, le PQ est à gauche et Québec Solidaire, c’est la gau-gauche syndicalo-communiste qui ne réussi pas à attirer les syndicaleux puisque les vieux de la vieille sont toujours au PQ. Bref un espèce de NPD broche à foin qui à l’instar du NPD ne réussi qu’à faire élire un seul député par élection au Québec. Dans le cas du NPD, c’était parce que c’était Thomas Mulcair et parce que c’était dans Outremont et dans le cas d’Amir Khadir, c’est un bête accident de parcours comme il en arrive parfois en politique.

  22. Ha ha ha ! Tym, laisse-moi rajuster ta gauge parce qu’on est quand meme en amerique du nord ! Tu decales tout ca d’un cran vers la droite. Le ADQ-PLQ centre droit, le PQ centre, QS gauche limite centre gauche. Tu devrais lire des programmes de gauche europeen pour comprendre ce que veut dire ce mot ! Et je ne parle pas du PS qui est centre/centre gauche un peu comme le PQ.

    Il est par contre parfaitement vrai que le PQ, à l’instar du NPD, est verolé par une vieille branche syndicale d’un autre temps.

    Ce que ca prend, c’est la fin de la question constitutionnelle pour enfin repartir les clivages de facon naturelle. Pour le moment, il y a des militants de tout horizon politique au PLQ et au PQ. QS comporte majoritairement des militants de la gauche à l’extreme-gauche et l’ADQ a peu de gauchiste … et encore tu serais surement surpris parmis les souverainistes mous nationalistes qui ont rejoint ce mouvement.

    Pour prendre le pouvoir au Quebec il faut etre au centre, les autres ne seront que des partis sans importance elisant comme tu le dis un ou deux deputés lors d’une erreur de parcours de notre histoire politique. Ca sera comme ca tant qu’on aura des elections uninominal à un tour favorisant le bipartisme et meme pas d’elections distincte entre le chef de l’etat et le gouvernement : le pouvoir executif et legislatif !

    Bienvenue au Canada dans une petite province parmis les autres !

  23. @reblochon avec un nom de meme toi,tu doit etre francais non??….j’pense que toi,tu décale tout vers la droite mais t’as pas l’air de connaitre l’historique de ces parti la,c’est sure….le PQ traditionnellement s’est toujours retrouvé a gauche la plupart du temps, a venir jusqu’a pm johnson et butch the hammer bouchard….le tit discours des dernieres annéés assortis du stunt de la souveraineté de coté, faut pas trop embarqué la dedans, le PQ et tout les autres savent tres bien que ce qui fait gagné des élections au québec,c’est des votes acheté a gauche pis la grosse peu-peur d’ottawa ce gros méchant centralisateur…

    les libéraux eux se sont trouvé un ex-conservateur progressiste en charest qui est a la tete d’un parti qui a toujours été au centre dans le passé, mais vu qu’il (charest) tient mordicus au pouvoir a tout prix, ben lui aussi il achete des votes a gauche en reniant la tradition, et ne peut toujours pas prendre les syndicats de front comme il en avait esquissé la volonté au début de son premier mandat…donc ce parti la va toujours aller dans le sens des élections a tout prix, et se retrouve du coup a virer a gauche si il le faut,aucune ligne de parti solide, juste des achats dans des ventes de feux..

    reste l’adq qui doit etre qualifié de centriste/autonomiste, ce qui jusqu’a date signifierait qu’ils en ont rien a foutre du statu quo ridicule dans lequel le québec est enfermé depuis trente ans(t’étais probablement meme pas ici et peut-etre meme pas né quand le chialage et quémandage du québec VS ottawa a commencer),et une volonté(peut-etre bidon) de réforme de certain pans tres couteux de notre systeme gratos,et peut-etre par chance se lanceront-il dans une confrontation avec les enfants-roi de syndicaleux et les regroupements de crieurs publique en faveur du salaire gratuit pour tous….

    pis laché les avec des trucs comme »’ gnagnagna, les libéraux réclament plus de pouvoir d’ottawa »’….qui est dans leurs cas un exercise de style ,sparage et démonstration d’une hypothétique volonté de rapatrier certain pouvoir de décision dans certain secteur…pffft foutaise, juste un exercise de style pour mettre de la poudre aux yeux des électeurs..encore.

    @reblochon ,ta classification des différents partis est boiteuse .

    la réalité,l’identité des partis, ont la retrouve souvent seulement apres les élections, dans le cas de mario je crois qu’il en avait rien a foutre des menteries, il se serait probablement vraiment attaqué au systeme et aurait joué quitte ou double en travaillant a réduire les fuites pour de vrai….les autres, ont sait ce qu’ils font la a part de  »’rien pantoute »..

  24. Je n’y crois pas deux secondes. Mario se serait degonflé et serait rentré dans le rang.

    Pas besoin de me decrir les partis. Je suis sur l’executif regional du PQ dans un conté assez important (du moins donnant acces à des gros noms du PQ et des militants au bras long… meme tres long) et ca fait 15 ans que je milite pour la souveraineté du Quebec.

    Et le programme du PQ, ca vaut pas mieux que le programme d’un parti centriste europeen, genre bayrou-les-burnes-molles. L’ADQ on dirait du mauvais De Villiers, sans sa classe et sa culture. Mais bon, les trois quarts de leurs idees, ils les ont piquées outre-atlantique. Que ca soit le regime de santé qu’ils veulent etablir ou leur devise en bois : le Quebec tu l’aimes ou tu le quittes !

    Quant à Charest, c’est un homme de main de Power, il ne tient pas specialement au pouvoir, il a une mission qu’il accomplit tres bien, de meche avec Iggy, Sarko et les autres ti-amis de Desmarais. A la rigueur, il reve de pouvoir devenir un jour 1er ministre du canada pour service rendu à la nation. C’est une moitié de roi-negre par son pere qui ne s’appelait pas « le rouge » Charest pour rien et un extremiste nationaliste canadien pret à tout. Dommage que ca mere ne lui ait pas legué les genes Irlandais de la fierté et de l’appartenance à sa nation qu’il a renié comme la derniere des merde. Il s’est promis que sa reuissite canadienne serait de leguer à ses fils le Quebec au sein du canada (declaration de 1998), alors tu vois les interets du Quebec, on s’en sacre bien !

  25. « ‘ADQ a peu de gauchiste  »

    Je crois qu’au contraire, l’ADQ a beaucoup de gauchistes-étatistes mais dans bien des cas, ils s’ignorent eux même.

    « Bienvenue au Canada dans une petite province parmis les autres ! »

    Hum hum, je crois qu’on est un tantinet plus gros que l’Ile-du-Prince-Edouard quand même et même si on ajoute à cela la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick!!!

  26. Je crois que Johnny boy est à moitié irlandais et que Charest, c’est assez français comme origine merci.

    Ma blonde elle est à moitié française, un quart italienne et un quart irlandaise (commentaire pas rapport).

  27. Sauf qu’au conseil des ministres provinciaux, on est une voix parmis les autre, comme l’Ile-du-Prince-Edouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ! La nuit des longs couteaux, leurs voix ont compté comme celles de l’ontario ou de l’alberta que je sache ! Nous sommes une nation distincte cofondatrice du canada, nous devrions avoir des pouvoirs distincts, ce que se refuse les autres provinces, une des raisons qui a fait que Meech a echoué et que les Quebecois ont ete tassé du ROC ! La principale raison que JAMAIS le Quebec ne pourra s’epanouir dans le canada actuel car JAMAIS ils accepteront de reconnaitre notre nation comme tel ! Il reste l’independance et ensuite ils seront forcés de creer une confederation d’etats souverains si ils veulent nous recuperer dans une alliance canadienne … sinon on fera une alliance avec nos amis du sud. Mais de mon avis, et je ne pense pas me tromper de beaucoup, vu nos liens, notre geographie, notre commerce, les canadiens se tireraient dans les deux pieds en refusant de signer des ententes avec le Quebec independant. Mais bon, vaut mieux faire croire que ca serait le cas dans la propagande federaliste pour effrayer les petits quebecois qui oseraient rever de devenir une nation libre parmis les autres nations libres de ce monde ! Les discours de peurs, c’est tellement plus porteur que les discours constructif des souverainistes !

  28. Comme Martin, tu sais Paul Martin, c’est tellement francais… (ca ne veut strictement rien dire !) Par contre, que Charest soit un pur canadian, un extremiste nationaliste qui ne peut concevoir le canada sans le Quebec… ca c’est la realité. Je lui ai deja demandé quelle serait sa position si les interets du Quebec etaient que le Quebec devienne independant. Noway, le Quebec fait partie du canada ! Terrible les interets du Quebec dans ses priorités ! Et y a encore des gens pour croire ce menteur, cet homme de main d’Ottawa ?

  29. Dit donc Roblochon je t’aime bien comme séparatiste 🙂 Et c’est pour ça que je vais te demander de commenter mes idées.

    Je suis d’accord avec le fait que la nation Québécoise devrait être distincte et pouvoir gérer ses fonds comme elle l’entend, je crois que c’est justifié par la différence de mentalité des québécois moyens VS les canadien moyen. Mais je suis déchiré par un autre concept qui me tiens à cœur qui est celui de la justice. Ce que je veux dire c’est que j’ai l’impression que pour éviter que des gens d’une nation abuse des gens d’une autre nation il faut des règles communes comme par exemple une monnaie commune et un salaire minimum commun. Croyez vous que l’idée d’union Européenne pourrait être transpose a une union nord-américaine et que chaque province et états soient un peu comme un pays Européen?

    Sinon plus en liens avec le sujet je me trompe peut-être mais c’est le concept de parti qui devrait être envoyé à la casse. Je rêve d’un gouvernement constitué uniquement de député indépendant votant pour le bien des gens qui l’ont élu,un système de scrutin unique a vote transférable et un premier ministre étant une fonction purement technique pour représenter le pays et qui pourrait être remplacé par un titre du genre « responsable des communication internationales » (le concept de ligne de parti et les députés qui votent avec leur parti au lieu de voter pour leurs électeurs je trouve ça pathétique.)

  30. Une amerique du nord federale composée d’etats independants comme en europe, aucun probleme avec cela. Ce sont les federalistes qui la refusent ! Le comble du ridicule. Les independantistes du Quebec sont dans leur grande majorité pour la creation d’une federation canadienne d’etats souverains. C’etait d’ailleurs la question de 1995, voulez-vous devenir independant et qu’on propose un partenariat avec le ROC… qui decidera de lui-meme si il veut aussi se diviser en plusieurs entités independantes.

    Essayez d’en parler avec un adéquiste obtu ou un liberal fanatique obsedé par son allegeance au canada. C’est là le probleme, c’est cela qui nous empeche d’evoluer tant sur le plan national qu’international, tant au Quebec qu’au Canada. Les mous du bulbe prefere le statu quo à ottawa à cause du bloc et le statu quo au Quebec avec deux forces qui s’opposent et empechent tout projet et evolution.

    Il n’y a pas dix solutions pour resoudre ce probleme et n’en deplaise aux federalistes obtus, ca passe par une reconnaissance internationale du Quebec, soit l’independance. Apres ca n’est pas incompatible avec l’appartenance à une confederation canadienne, ca c’est le ROC qui a les cartes en main, si ca ne marche pas, ca sera uniquement de leur faute.

    L’europe y arrive bien, on nous vante son modele, et pourtant, on continue de manquer de respect à la nation quebcoise, distincte et cofondatrice du canada, en la traitant de sous-nation. Nous n’avons ni citoyenneté, ni passeport distinct, ni equipe internationale (sportive, scientifique, secours, etc…), ni le controle sur plusieurs champs de competence qui sont purement nationals et nous appartiennent ! Je suis federaliste, mais pour une federation d’etat souverain.
    La grande majorité des quebecois sont de cet avis, mais ils ne comprennent pas que le seul moyen de creer cela c’est de forcer la main au canada en commencant par en sortir pour mieux y revenir. En ce moment le ROC a les pouvoirs, n’entend pas les partager, pourquoi negocierait-il avec nous vu que nous ne representons aucun danger ? Normal. Il ne faut pas s’attendre à de vrais gains avec le PLQ, ni l’ADQ, qui joue avec les regles federales, les regles du ROC et de nos colonisés, traitres et rois-negres.

    Rien que la definition de ce qu’est un Quebecois est completement faussée dans le debat. En ce moment c’est tout citoyen canadien etabli depuis plus de six mois ici ! RI-DI-CULE ! Pas un etat souverain au monde ne donne de droits civiques à des gens d’une autre nation apres 6 mois ! Il y a des gens venant du ROC, de pur etranger au Quebec, ne parlant pas le francais, ne connaissant rien de notre histoire, de notre culture, qui ont le droit de voter chez nous comme ca, tandis que des immigrants exterieurs au canada vivant depuis plus de 2ans et connaissant bien mieux le Quebec et les Quebecois (et pour moi etant des quebecois à part entiere), n’ont eux pas le droit de vote ! Ca prend une citoyenneté pour differencier qui appartient à notre nation et qui appartient à la nation canadienne.

    Comme en europe il y a des allemands, portugais, italiens, francais vivant dans d’autres pays avec leurs droits europeens (dont les elections), ca reste des etrangers quand ils ne sont pas dans leur etat respectif. Excuses, mais un Albertain qui debarque ici, apres 6 mois ce n’est pas un Quebecois. Deja quelqu’un qui refuse de reconnaitre la nation quebecoise ce n’est pas un Quebecois ; comment pretendre appartenir à un groupe dont on nie l’existence ? C’est le bout de la marde ! On se fout vraiment de notre gueule et on considere la reconnaissance de la nation quebecoise comme un vulgaire bout de papier sans valeur, une declaration electoraliste et rien d’autre.

    Deja si les Quebecois apprenait à arreter de se justifier, de s’excuser d’exister, de marcher sur des oeufs quand vient le temps de dire qui est quebecois et qui ne l’est pas, qu’est-ce que leur nation, quelles sont leurs coutumes, leurs traditions, de peur de choquer, pour vouloir proteger la chevre et le choux, MAIS BON SANG, faut arreter cette mentalité de colonisé, etre fier de ce qu’on est, de ce qu’on vaut, c’est à dire pas mieux MAIS pas pire que n’importe quel autre peuple libre de ce monde, on ne vaut pas moins que des slovenes, que des baltes, on est pas plus con que des suisses, pas moins outillé pour notre independace que des hollandais ou des portugais !

    Et pour ceux qui ne veulent pas perdre leur identité canadienne, mais ce n’est pas incompatible avec l’independance du Quebec… qu’ils prennent la double nationalité ! Le canada sera obligé de les accepter en cas d’independance, ils ne pourront refuser toutes les demandes des canadiens (les vrais, les purs canadians) vivant actuellement au Quebec et encore moins faire le tri entre les vrais et les faux quebecois ! Rien en imaginant tout les quebecois qui travaillent de l’autre bord de la riviere à Ottawa, les militaires, etc… ils ne les vireront pas du jour au lendemain, ils seront bien obligés de les considerer encore comme des canadiens à part entiere ! Faut arreter de gober toutes la propagande federaliste, ces discours de peurs, renseigner correctement la population quebecoise et aller de l’avant pour batir un pays qui nous ressemble et surtout qui nous assemble, car enfin nous serons tous quebecois sans etre obligé de nous justifier, ca sera aussi clair pour nous que pour ceux qui decideront d’emigrer chez nous dans le futur … pour le moment la plupart pensent arriver au canada dans une province parmis les autres… on comprend mieux le malaise pour eux quand ils decouvrent la nation disctincte et le mouvement souverainiste. Facile apres de les rendre mefiants, haineux et de les remonter contre les quebecois comme le font les federalistes.

    Allez lire chez Pierre JC Allard la section Démocratie, vous y trouverez une etude poussée et intelligente sur l’idee d’avoir des deputés independants.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/

    A lire en passant : http://les7duquebec.wordpress.com/2009/08/28/lettre-a-tous-les-deputes-quebecois/

    Un pays à NOUS, ca presse.

  31. « Sauf qu’au conseil des ministres provinciaux, on est une voix parmis les autre, comme l’Ile-du-Prince-Edouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick ! »

    Le fait que l’Ile du Prince Edouard est égale aux autres, ça ne doit pas faire chier que le Québec après tout. Imaginez, je ne comprends pas comment le premier ministre d’une province comme l’Ontario avec 15 millioins d’habitants peut s’asseoir à côté du premier ministre d’une province pauvre d’environ 500 000 habitants et le prendre au sérieux.

    Mais ça, ça doit être un peu comme en Europe où aux réunions des pays membres de l’Union européenne, le Luxenbourg s’asseoit à côté de pays trois fois plus grand que lui (France, Allemagne, Italie, Espagne par exemple) et que son vote compte pour la même chose que le vote des autres. C’est peut-être le seul avantage que je vois à occuper un petit territoire.

  32. C’est sûr que s’il déménageait peut-être qu’il le pourrait.

    De toute façon, Westmount et cie n’accepteront jamais de faire partie d’un Québec souverain alors autant donner ce territoire à l’Ontario si les Québecois veulent avoir un jour une chance de gagner un référendum.

    C’est ça, où avoir des ghettos comme en France et des nations étrangères dans d’autres nations (the ennemies from within).

  33. Bien vrai… le PLQ autonomiste d’antan n’est plus depuis que Robert Bourassa est parti. La preuve à tes propos était la formation du Parti Égalité pendant ce temps-là.

  34. N’importe quoi. Comme tous les mouvements fanatiques, chez les anglos ca ne depasse pas les 20%. Les autres se plieront à la decision du peuple quebecois et continurons à vivre comme avant. Ils comprendront rapidement que l’independance du Quebec ne menace nullement les droits des anglos du Quebec. On ne parle pas des nombreux anglophones qui ne sont pas derangés par l’eventualité de la souveraineté quebecoise. Generalement la masse silencieuse dont ne parle jamais les medias.

    On y tient à notre minorité anglophone, partie integrante de notre histoire et de notre culture, et je serais le premier à descendre dans la rue pour defendre leur droit dans un Quebec independant.

    La partition, le meilleur moyen de creer des ghettos et d’alimenter une haine pour des siecles. Un autre argument du discour de peurs des federalistes pour inquieter le petit peuple quebecois.

    Quant à la victoire d’un referendum, elle n’est pas si loin à mon avis, meme en tenant compte du vote haineux, fanatisé et radicale de certaines communautés. Ils suffit de voir la panique dans le camp des federalistes pour savoir que les souverainistes sont loin d’etre mort. Ne pas se fier aux medias ou du moins : apprenons à lire entre les lignes ! Si ca se trouve, la crise viendra d’ailleurs qu’au Quebec, ca ne me surprendrait qu’à moitié, l’histoire est si mysterieuse.

  35. Ah bon, c’est bizarre alors que certaines communautés votent à 99,9999% contre la souveraineté dans l’Ouest de Montréal et vous comptez changer cela par quoi? Des discours bidon, vous allez vous user pour rien. Plus vous ferez tourner vos roues, plus elles caleront dans la boue. Donc en société libre, ça s’appelle damn if you do, damn if you don’t. Si vous ne leur en parlez pas, ils ne pourront jamais y adhérer mais d’un autre côté vous avez des gens qui refusent obstinément et viscéralement d’en entendre parler alors si vous le faites, ça va les faire chier plus qu’autre chose même si votre discours est supposément super jovialiste à l’instar d’un télémarketeur qui s’obstine à vouloir vous vendre un produit que vous ne voulez pas. Vous allez céder à l’usure peut-être? Peut-être que oui mais vous ne serez pas libre si vous n’y donnez pas votre consentement entier, éclairé et volontaire.

    La réalité, c’est qu’on ne peut pas embrigader de force dans un projet des gens qui refusent en très très vaste majorité d’adhérer à un projet quelconque et que si on le fait, on ne peut pas appeler cela de la liberté mais bien du fascisme et de la dictature.

    Alors appelez cela comme vous voulez et sortez vos beaux discours mais les ghettos existent déjà alors nul besoin de sortir cet épouvantail du placard, il est là et au grand jour au vu et su de tout le monde. À moins que votre jovialisme et vos lunettes roses ne vous fassent jouer inconsciemment à l’autruche pour vous faire voir ce que vous voulez bien voir.

  36. « La partition, le meilleur moyen de creer des ghettos et d’alimenter une haine pour des siecles. Un autre argument du discour de peurs des federalistes pour inquieter le petit peuple quebecois.

    Quant à la victoire d’un referendum, elle n’est pas si loin à mon avis, meme en tenant compte du vote haineux, fanatisé et radicale de certaines communautés. »

    Ce qui me fait rire, c’est que dans un paragraphe, vous dites que la partition alimenterait la haine et les ghettos et dans l’autre paragraphe, vous dites que ces gens qui habitent ces régions sont haineux et fanatisés à l’avance.

    Donc s’ils sont déjà haineux, comment voulez-vous que la partition les rendre haineux s’ils le sont déjà selon votre propre théorie.

    « Ils suffit de voir la panique dans le camp des federalistes pour savoir que les souverainistes sont loin d’etre mort. »

    Hein la panique? J’aimerais bien vous croire sur parole mais on est pas en 1995 et aucun Lucien Bouchard ne se pointe à l’horizon et aucune coalition sérieuse entre le PQ et l’ADQ ne se trâme en coulisse.

    Ce n’est pas que je n’aime pas voir les soi-disants fédéralistes paniqués c’est plutôt que je cherche intensément les traces de cette soi-disante panique. Deuxièmement, en effet, je ne crois pas qu’il y ait un sacrement de fédéraliste qui croit réellement le projet souverainiste mort, il serait vraiment con de le faire puisque l’idée survivra durant les siècles des siècles AMEN surtout s’il est constamment alimenté par les cendres du nationalisme ethnique (dans le sens culturel bien entendu).

  37. Le vote de ces communautés est entrain de changer. Il est beaucoup moins radical dans les nouvelles generations. Je suis pret à parier qu’avec une citoyenneté, entre ceux qui commenceront à se sentir quebecois et les plus extremistes qui la refuseront par principe (etant de pur et loyaux canadians), ca fera encore une difference plus marquée.

    Pourquoi c’est la panique chez les federalistes ? Simplement parce que leurs discours tournent en rond, rien de nouveau à promettre aux Quebecois. Que ca soit Iggy ou Harper, les deux ont confirmé que le Quebec n’aurait rien de plus, et pour les federaleux du Quebec, ca fait mal pour reussir à vendre un canada de plus en plus disfonctionnel.

    Apres 3 mandat de suite, en toute logique, meme avec les beaux sondages de ces jours-ci, il y a de fortes chances que le PQ prennent le pouvoir en 2012, meme à la faveur d’un vote contre Charest. Si Marois a les couilles (hu hu hu !) de mettre en application sa politique de rupture, on aura une preuve de plus que le canada ne peut permettre l’epanouissement du Quebec en son sein. Pas qu’on va creer une crise, ca c’est Ottawa qui va le faire, juste qu’on va prouver que ca ne peut pas marcher malgré les promesses de Chretien en 95 et de Charest et son federalisme renouvelé asymetrique !

    Pour les ghettos, ca ne pourrait qu’envenimer la situation et le sentiment de haine envers les deux nations. On en viendrait obligatoirement à des actes que les deux camps risquent ensuite de regreter. C’est ainsi partout où se trouve des ghettos. On ne sera pas different.

  38. « Pour les ghettos, ca ne pourrait qu’envenimer la situation et le sentiment de haine envers les deux nations. On en viendrait obligatoirement à des actes que les deux camps risquent ensuite de regreter. C’est ainsi partout où se trouve des ghettos. On ne sera pas different. »

    Pourquoi on ne sera? Vivre dans le futur, c’est comme vivre dans le passé, on manque le moment présent.

    Le plus triste dans l’histoire de Pau-Pauline Marois, c’est que Jean Charest et sa bande font tout et feront tout pour se faire battre en 2012. Ils iront jusqu’à augmenter la TVQ de 1% (tiens quelque chose de concret qui se passera dans le futur à se mettre sous la dent). Cette histoire devrait être aussi facile à catapulquer qu’un lanceur de baseball qui décide de la donner softball style à Derek Jeiter ou à Robert Pujolds. Mais ce sera difficile, ardu, bref, ce sera à l’arraché à la manière péquiste et je doute contrairement à vos aspiration qu’on fera un grand « front » avec la souveraineté. On va plutôt opter pour l’attentisme encore une fois en jouant la carte du bon gouvernemaman parce que disons nous les choses concrètement, les référendums, ça fait peur au monde (je me demande pourquoi d’ailleurs car j’aime être consulté et pas seulement sur la souveraineté du Québec).

    Je sais que Jean Charest sera sûrement remplacé par Nathalie Normandeau dans un avenir rapproché pour peut-être finir par être nommé sénateur par Harper en guise de vestige de la période d’histoire d’amour du Québec avec Brian Mulroney mais du côté du PQ, ce que je leur souhaiterai, c’est que François Legault prêne les reines du parti en 2011 pour tenter de ravir le siège de premier ministre en 2012. Parce que Pauline, elle est bien fine mais elle a eu sa chance et elle l’a raté tout comme André Boisclair, le nombre de voteurs péquiste ayant resté sensiblement le même.

  39. Pan ! Coulé !
    http://www.antagoniste.net/?p=6402#comment-139873

  40. @ TYM:

    J’aime lorsque je lis des trucs de même:

    « Je me demande pourquoi d’ailleurs car j’aime être consulté et pas seulement sur la souveraineté du Québec ».

    Viens ici que j’te sers dans mes bras.
    😉

    La proportionnelle de Québec Solidaire, c’est du gros n’importe quoi lorsque nous comparons ça au système de référendums populaires de la Suisse.

    On dirait que certains aiment ça avoir *l’impression* d’avoir du pouvoir…

    On dirait aussi que certains -autres- aiment se faire crosser par la démocratie soi-disant représentative…

    Et pourtant:

    «Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du parlement. Sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien.»

    JEAN-JACQUES ROUSSEAU
    (1712 – 1778

  41. Ah mais je ne suis pas forcement en desacord avec cette analyse qui en vaut bien une autre.

    Il n’y aura pas de grand front, parce que les Quebecois ne sont pas prets, pas parce que ce n’est pas possible. La dictature de la « patate », garder le ventre plein de nos petits assimilés et leur brandir la menace d’une famine… rien de mieux pour garder la paix. Si on ajoute à cela la bonne vieille tactique des coloniaux anglais, le multiculturalisme pour creer le communautarisme, la mefiance entre les groupes, voire la haine… on est tranquille ; les gens ne sont pas prets pour voir leur interet commun et s’unir. En plus, on a un bon nombre de purs canadians qui ont le droit de vote au Quebec, il nous faudrait d’abord une citoyenneté distinct avant d’entreprendre quel que combat que ce soit.

  42. Pourquoi ne pas laisser le CHOIX aux gens d’être canadien ou québecois ou les 2 tient. Problem solved et c’est peut-être meilleur comme solution que la partition pure et simple du Québec parce qu’avec 50% comment espérer partir avec 100% du gateau, ça ne marche pas comme cela dans un divorce, AUCUN divorce ne s’est soldé par 100% à un et zéro pourcent à l’autre AUCUN alors je ne vois pas pourquoi le divorce fédéralistes-souverainistes québecois serait différent!

  43. « Quelque part entre la Loi Naturelle et le Bloc Pot. »

    Il ne faudrait quand même pas réduire un parti (ADQ) qui bon an mal an attire 17% des voteurs à des partis dont le 0,1% du suffrage universel semble carrément utopique.

    Un peu de sérieux quand même. Vous ne réservez même pas le même traitement à Québec Solidaire. Ça transpire un peu la haine partisane ce commentaire non?

  44. Pour etre les deux sur un meme plan, il faudrait que les deux nations soient sur un meme plan et que les deux citoyenneté existe. Sinon c’est juste un concours de definition les plus loufoques les unes que les autres vu que sont reellement quebecois ceux qui le resentent dans leur coeur et ca, on n’a aucun moyen pour le verifier. Ca ne peut etre ni un droit du sol, ni du sang, ni legal… alors qu’est-ce qu’un QUEBECOIS ? pour pouvoir s’affirmer comme etant QUEBECOIS ET CANADIEN cher tym machine ? Bonjour la schizo !

    Pour le moment, ceux qui se disent les deux sont generalement :
    – (en grande majorité) des nationalistes canadiens vivant sur le sol quebecois et parlant d’un lieu geographique. Ils se sentiraient tout autant canadien et ontarien apres un demenagement. Ils sont canadiens d’un ocean à l’autre et provincialiste à l’occasion.

    – des quebecois revant d’un canada où ils ont une place et une veritable reconnaissance… beaux reveurs car ca n’existe tout simplement pas en 2009. Ils sont assignés à residence et perdre leurs droits si ils quittent le Quebec !

    – des quebecois colonisés qui ne sont souvent plus que des canadiens se disant quebecois en fonction de leur origine ethnique (souvent de vieux pures laines qui n’ont pas compris que le sens de canadien-francais a changé depuis pour n’etre que Quebecois, des nostalgiques de l’ere trudeau ou des fous esperant que le ROC va enfin changer et reconnaitre pour de bon la nation quebecoise).

    Ca resume la majorité des cas.

    Apres, dans une union d’etat souverain, je serais le premier à m’affirmer fier d’etre autant quebecois que canadien et d’agiter en l’air MA DOUBLE NATIONALITÉ ! Tu sais, ce truc que les gens se sentant autant d’un pays que l’autre ont generalement ! ALLUME !

    Pour le moment, je ne suis qu’un Quebecois sous occupation canadienne !

    Ensuite tu fais preuve de malhonneteté crasse quand tu parles de la partition parce que 50% se sentent canadiens. Est-ce qu’aujourd’hui on partitionne le Quebec parce qu’en 1995 49.6% se sont sentis quebecois ? Non, si ca ne marche pas dans un sens, ca ne marchera pas dans l’autre. Et bon nombre de canadiens ont affirmé que si le Quebec choisissait l’independance, il serait de ce combat avec les Quebecois et DONC deviendrait des Quebecois à part entiere… et aussi des canadiens si ils decident de garder leur deuxieme nationalité. Ce discours minable de peur des federalistes, on l’a passé et repassé en revue et la partition n’est meme pas une option qui sera envisageable dans un Quebec souverain… sauf peut-etre plus tard avec les premieres nations qui deviendront souveraines qui sait ! Le reste, c’est un espoir qui se trouve dans les esprits malades de certains federalistes pris de panique et esperant par la peur terroriser une fois de plus les plus faibles de notre nation.

  45. 17% ? Où ca ? Ca va bientot aller rejoindre QS, meme pas depasser le % d’une bonne biere.

    Relire l’histoire politique du Quebec et la disparition des partis mineures dans ce systeme de bipartisme. C AUGER avait fait un magnifique papier là-dessus. Alors à moins de rebeneficier d’un vote contre, ils vont faire quoi maintenant qu’ils pretendent laisser tomber l’option nationaliste, xenophobe et catho des bons vieux quebecois pures laines des regions, tu sais le parlé vrai !

  46. « 17% ? Où ca ? »

    Aux dernières élections peut-être, le vrai dernier sondage à ma connaissance. Le reste n’étant que partisanerie de maisons de sondage.

  47. Disons que pour bonjour la schizo, on va regarder qui parle avant tout.

    Tu dis premièrement:

    « pour pouvoir s’affirmer comme etant QUEBECOIS ET CANADIEN cher tym machine ? Bonjour la schizo ! »

    Ensuite:

    « Apres, dans une union d’etat souverain, je serais le premier à m’affirmer fier d’etre autant quebecois que canadien et d’agiter en l’air MA DOUBLE NATIONALITÉ ! Tu sais, ce truc que les gens se sentant autant d’un pays que l’autre ont generalement ! ALLUME ! »

    Alors d’un côté, on ne peut pas être canadien et québecois à la fois et de l’autre, vous seriez fier d’affirmer votre double nationalité.

    Alors l’arroseur arrosé, bonjour la schizo ;).

    Mais bon, puisqu’il n’y a pas de véritable solution à votre problème, je crois qu’on va encore rejouer la même game qu’en 1995 mais cette fois-ci avec le résultat de 1980 et cela malgré tous les anglos qu’on a envoyé paitre ailleurs.

    La partition mon cher ami, ce n’est plus le rêve de simplistes fédéralistes, c’est la solution au problème. Malheureusement, avec votre manie de vouloir convaincre tout le monde, vous allez répéter l’histoire over and over again, 80 et 95, you name it.

    Au risque de me répéter, si vous voulez gagner, il faut EXCLURE de l’équation les régions qui votent non à 80% et plus si vous voulez vous donner une chance de gagner. Sinon, bonjour 1980 et 1995.

    Mais bon, là dessus, let’s agree to disagree.

  48. Je suis du genre pacifiste… mais en cas de partition de mon pays, moi et bien d’autres on pourrait changer. Si tu ne comprends pas cela… Nous aussi nous avons un plan B 🙂

    Je ne suis pas schizo. Je te dis que le jour où le canada et le quebec seront deux vrais nations distinctes et egales, deux pays, alors il y aura deux nationalités et on pourra se pretendre justement CANADIEN et QUEBECOIS. Pour le moment c’est de la foutaise, car tu ne peux te pretendre quebecois que si tu resides dans la province de Quebec ! Donc ca reste une distinction geographique legale. Si tu quittes la province, tu deviendras un ontarien ou un manitobain, etc. Si tu quittes le pays, tu deviendras alors un simple canadien et rien d’autre. Tu ne peux te pretendre alors QUEBECOIS tu n’auras d’ailleurs plus le droit de vote au Quebec, tes droits et ton appartenance quebecoise te seront retiré et tu pourras toujours passer deux heures à te justifier en nous montrant ou ton acte de naissance, ou tes vieux comptes d’hydro pour prouver au reste du monde que oui dans l’ame tu es Quebecois. Tout ca parce que le ROC ne nous reconnait pas comme une nation distincte avec une citoyenneté distincte. Quand cela aura changé, tu pourras alors changer ton discours. En attendant, ce ne sont que des mots qui ne veulent rien dire, deux choses non comparable, comme dire : je suis Allemand et Parisien. Oui, ca se peut, mais si tu quittes Paris, dur de le demontrer ! Comprends tu l’importance pour la nation quebecoise d’etre souveraine et reconnue à sa juste valeur par le ROC comme une nation distincte et cofondatrice du canada ? pas forcement pour quitter le canada, juste pour regulariser notre statu et que nous ne soyons plus obligé de nous justifier face au reste du monde qui ne nous connait pas et pour que nous puissions etre l’egale de la nation canadienne et que nous aussi nous ayons le droit de vivre ailleurs qu’au Quebec sans perdre nos droits, comme le droit de decider qui dirige notre pays !

    Si tu tiens tant que cela à la partition, declarons aujourd’hui tous les comtés ayant des deputés du BLOC ou du PQ, non ? Ou tous ceux qui ont voté majoritairement OUI en 95. Le ROC accepterait ?

    Arrete ton fantasme et de faire le jeu des ultra nationaliste canadien qui propose la partition comme un menace et non comme une solution. Pas un pays au monde n’a trouvé la pays avec la partition, nous ne serons pas les premiers crois moi !

    Maintenant la solution simple que tu cherches elle existe. Faire du Canada une vraie confederation d’Etat souverains. Plus de chicane, nous devons enfin quebecois et canadiens. Mais ca non plus le roc ne veut pas en entendre parler. Tu te rends compte, perdre son pouvoir sur le petit peuple quebecois et les assimilés qui esperent encore voir le ROC evoluer ? Ben voyons, ca ferait depuis les annees 70 que ca se serait fait si ils l’avaient voulu … MAIS ils ne le veulent pas. Allume. Maintenant tu peux les forcer à accepter en faisant l’independance du Quebec. Rien de plus simple, arrete de leur lecher le cul et vote une fois PQ et une fois OUI avec la grande majorité des Quebecois. Ils ne pourront refuser une entente apres avec la position geopolitique du Quebec (entre autre on coupe leur pays de pacotille en deux) et les echanges que nous avons en commun. Nous rejeter se serait se tirer dans le pied de leur part. Mais ca, il se garde de le dire aux petits quebecois et ils preferent leur faire croire que leur reve d’independance est impossible, c’est si facile avec des moutons colonisés qui se font encore dessus en 2009 à la premiere menace, qui preferent ne pas assumer leur responsabilité et chialer sur le canada anglais dès qu’ils leur arrivent un probleme. Bouh ! Dire que depuis 60 ans, 30 pays et des plus mals batis que nous ont eu le courage d’acceder à leur liberté, parfois au prix du sang de leurs enfants. On fait vraiment pitié, surtout quand on pense que partager notre pays en leur en laissant une part ca serait une facon d’acheter la paix !

    Je ne considere pas legale le vote des canadiens sur le sol quebecois, pour le moment il n’y a pas de moyens legaux pour les empecher de decider de l’avenir de notre pays. Mais dis-toi qu’apres notre acte d’independance, la partie la plus fanatique va se barrer, une minorité en passant, que les autres vont simplement accepter le fait quebecois, car dans l’histoire la grande majorité d’un peuple reste toujours passive. Pense aussi que parmis les quebecois enfin libérés, une bonne partie va se rendre compte que d’avoir un pays c’est possible. Que les neo-quebecois, qui pour le moment sont du coté du plus fort bien souvent, donc le canada, vont changer leur veste de bord et prendre le coté des nouveaux maitres, les quebecois chez eux. Tu pourras refaire le referendum quelques mois plus tard pour te rendre compte que la grande majorité des gens ne voudront alors plus reintegrer le canada. Comment je le sais ? Simplement parce que ca c’est passé comme cela dans TOUS les pays devenus souverains etant comparable au notre. AUCUN n’a jamais accepté de partition, ni de revenir les colonisés d’une autre nation, aussi plusse belle soit-elle.

    Si tu te sentais vraiment AUTANT Quebecois que Canadien, tu te battrais pour la souveraineté et la reconnaissance internationale du Quebec et tu garderais ta citoyenneté canadienne. Là tu serais coherent et pas schizo !

    SI tu me vantes le Quebec province sous-nation dans un canada uni, tu n’es qu’un nationaliste canadien vivant sur le sol quebecois ou pensant que ton acte de naissance te donne des droits de plus que les autres. On peut tres bien etre un pur canadien, pas quebecois pour deux sous, meme en s’appelant tremblay et en aillant eu dans le passé des ancetres s’apparentant à des ancetres quebecois. On appelle cela un assimilé canadien, il n’a plus rien de Quebecois. Le droit du sang n’existe pas ici.

  49. « Si tu tiens tant que cela à la partition, declarons aujourd’hui tous les comtés ayant des deputés du BLOC ou du PQ, non ? Ou tous ceux qui ont voté majoritairement OUI en 95. Le ROC accepterait ? »

    Moi je l’accepte immédiatement en tout cas. Right now!

    « On appelle cela un assimilé canadien, il n’a plus rien de Quebecois. Le droit du sang n’existe pas ici. »

    Respecte donc les 40% de purs laines Québecois qui ont voté non en 1995 (je n’en faisais pas parti malheureusement) vouloir les intégrer dans un Québec imaginaire de force, on appelle cela du fascisme et non de la liberté et en tant que libertarien, je m’oppose vigoureusement aux nationalistes qui se servent de la nation pour nous imposer leurs théories fascisantes.

    Ceci étant dit, je vais mettre fin à nos belles conversations ici pour vous dire qu’on se reprendra sur un autre forum parce que là, ça en devient un peu agravant tout cela après une dizaine de messages, on tourne encore en rond. Alors vous pouvez continuer seul pour le moment mais nous aurons l’occasion d’en débattre sur des nouveaux éditoriaux plus récents.

    Finito, Finished, Fini.

    Cordialement, bon « labour day »!

    TM

  50. […] Et sans le charisme extraordinaire d’un Mario Dumont, que reste-t-il? L’ADQ est mort, sa marginalisation croissante ne constitue qu’un dernier sursaut dans un corps refusant d’accepter sa […]

Comments are closed.