Crime d’honneur ou crime de non-intégration?

Un crime d’honneur. Il semble que ce soit la vérité derrière l’assassinat sauvage de quatre femmes d’origine afghane en Ontario le mois dernier. L’une des victimes serait l’ex-femme de l’homme accusé, une des filles aurait tenté de divorcer (à l’encontre des valeurs conservatrices des accusés) et une autre vivait une relation non approuvée par le paternel avec un homme d’origine pakistanaise. L’honneur. Une merveille d’intégration. Mais nous ne sommes pas les seuls.

crime-d-honneur-non-integration

Source de l’image

En effet, l’Allemagne et l’Italie ont été secoués par des événements semblables au cours des dernières années. Dans le premier pays, un homme d’origine turque de 19 ans a assassiné sa soeur (avec l’aide de ses frères) en 2005, car il souhaitait « réparer l’honneur de la famille » soi-disant atteint par le modèle de vie « trop libre » de sa soeur de 23 ans. (( Le Figaro, mercredi, 19 avril 2006, p. 6, EUROPE, Le débat sur l’intégration relancé en Allemagne, Immigration Le procès d’un « crime d’honneur » a dévoilé le quotidien d’une famille turque « arrivée physiquement en Allemagne, mais restée moralement en Anatolie »., Cécile CALLA )) Dans le second, à l’été 2006, une jeune fille d’origine pakistanaise a été égorgée par son père parce que ce dernier ne tolérait pas son habillement et sa relation avec un jeune Italien. (( Libération, no. 7869, QUOTIDIEN PREMIERE EDITION, MONDE, samedi, 26 août 2006, p. 7, Un «crime d’honneur» ravive le racisme en Italie, Ulcéré par son mode de vie à l’occidentale, un Pakistanais a égorgé sa fille de 20 ans., JOZSEF Eric, Rome de notre correspondant )) Plusieurs, dans ces deux pays, se sont alors questionnés sur le fait qu’il y ait peut-être trop d’immigrants et qu’on permettait ainsi l’établissement de véritables sociétés parallèles en étant incapables de bien les intégrer, étant donné leur nombre.

En fait, la question qui doit se poser est plus précise: sommes-nous prêts, collectivement, à assumer les coûts de l’immigration? Comme je l’écrivais dernièrement, une étude française a démontré que les coûts se chiffrent en dizaine de milliards $ par année pour un pays comme la France. Le massacre de Kingston est étranger à nos valeurs et à notre culture: combien coûtera à l’État la gestion de celui-ci? Combien pour l’enquête, pour le coroner, pour le juge, pour les avocats, pour les frais d’incarcération? Et ce n’est là qu’une estimation économique de la chose. Comment calcule-t-on le sentiment d’insécurité qui peut naître, à tort ou à raison, des suites de ces événements?

On peut continuer de se gargariser de multiculturalisme et d’ouvrir toutes grandes nos frontières même si nous ne sommes pas en mesure d’acclimater correctement ces nouveaux arrivants. C’est facile de laisser la porte de sa maison ouverte sans avoir à se préoccuper si nos convives auront suffisamment d’attention pour s’intégrer harmonieusement. En quelque sorte, c’est de l’égoïsme: « venez ici, amenez vos richesses, dépensez votre argent et gonflez notre démographie, mais nous vous laissons dans votre trou ». Ce n’est pas de ce Québec dont je rêve. On donne l’hospitalité à 50 000 immigrants par année et on leur offre le déshonneur d’une société éclatée et sans direction, et après on s’étonne de les voir se replier sur leurs anciennes valeurs et de commettre des crimes d’honneur? L’immigrant cherche un sens, il cherche une société et des nouvelles valeurs auxquelles adhérer. Nous leur offrons des ghettos où ils pourront continuer de vivre selon les croyances de leurs pays d’origine tout en jouissant des avantages d’être ici.

Au contraire, je crois que si nous étions en mesure d’accueillir moins d’immigrants et de suppléer ce manque par des programmes permettant de hausser la natalité, nous pourrions mieux aider ces nouveaux arrivants. Nous pourrions réduire l’attrait des groupes moins intégrés et donner un sens plus clair à la société. En étant plus nombreux, et en affichant ainsi nos valeurs plus fortement – langue française, égalité des hommes et des femmes, primauté du droit, etc. – nous leur lancerions une message beaucoup plus fort quant à la nécessité qu’ils laissent tomber leurs anciens dogmes pour adopter les nôtres.

Certains diront qu’il n’est pas moral de vouloir forcer autrui à laisser tomber une patrie de son identité. Ils ont tort, à mon avis. Il ne s’agit pas d’oublier d’où arrive un immigrant, d’occulter ce qui fait de lui un être spécial portant des valeurs différentes, mais plutôt de l’inciter à accommoder ses valeurs aux nôtres, et pas le contraire. Lui lancer le message qu’il est la bienvenue et que nous sommes heureux de le voir parmi nous en autant qu’il respecte nos valeurs de base. Et actuellement, les immigrants sont tellement nombreux, et la culture québécoise si faible, qu’il est tentant pour les nouveaux arrivants de se replier sur eux-mêmes. Ils ont une maison dans Saint-Léonard, ils travaillent (en anglais) quelque part au centre-ville, mais ils sont Afghans, pas Québécois. C’est cela qu’il faut changer.

Ainsi, forcer l’assimilation en réduisant le nombre d’immigrants et en favorisant le nombre de naissances permettrait seulement d’améliorer la cohésion sociale et de faire du Québec un endroit certes ouvert sur le monde, mais où les règles d’entrée sont claires et indélébiles.

Car si un homme en est venu à tuer ses propres enfants par « honneur », c’est peut-être qu’il n’a pas trouvé ici un peuple assez honorable et aux valeurs assez fortes et claires pour qu’elles méritent d’être défendues contre toute autre forme d’honneur barbare et rétrograde.

Publicités

22 Réponses

  1. Les valeurs qui se heurtent.
    Je me souviens d’un homme de 55 ans, un mariage arrangé avec une femme de 21 ans. Arrivé au Québec, elle en a profité pour se sauver avec leur fils. Il ne comprenait rien, il était en détresse. Il ne pouvait savoir ou ils étaient, il se sentait dépossédé de tout.

    Un autre, inquiet de comment ses filles s’habilleront depuis qu’il a l’interdiction de contact avec sa famille qu’il, en patriarche, contrôlait d’une main de fer. Sa femme, mieux intégré, l’a fait arrêter. Lui aussi se sentait dépossédé.

    Un autre se sentait dépossédé aussi. Ici la justice se mêle des affaires familiales. Le juge, la DPJ, les TS. Il trouvait que des étrangers n’ont pas à s’immiscer dans sa vie. Dans son pays, c’est la famille qui intervient, ce ne sont pas des étrangers. Tu peux frapper ta femme, mais si la frappes trop fort, la famille est là pour te signifier que tu exagères.

    Ils ont leurs lois et les nôtres heurtent surtout les hommes. Les immigrantes ont beaucoup plus de ressources, les immigrants sont incarcérés.
    Il y a là un questionnement à avoir aussi.

    La femme qui arrive ici, dans ce pays matriarcal se sert des ressources pour se débarrasser de ce régime patriarcale qu’elle a connu dans son pays. Bien que correct dans notre perspective à nous, cela laisse beaucoup d’homme en détresse.

  2. On n’en sait pas assez sur ce crime pour émettre une opinion valable. Quand la police sera plus loquace, on comprendra peut-être ce qui s’est vraiment passé à Kingston.
    Pour le moment, je ne comprends pas qu’un père tue ses filles pour quelle que soit la raison !

  3. Le crime s’appele le meutre quelles que soient les origines des personnes qui l’ont commis. On vit très souvent un phénomène semblable ici au Québec. Mais lorsqu’il s’agit de gens issus de la culture majoritaire, on appèle ça ‘un drame familial’ ou un ‘crime de passion’. C’est plus ou moins la même chose. Aucun besoin d’éthniciser la question. Au fond, il s’agit de la mysogénie, et ça existe dans toutes les cultures.

  4. Deja, il faudrait virer le multiculturalisme canadien, ca serait le premier pas. Ensuite il faudrait eviter la creation de ghettos communautaires ; comment ? Ca je ne le sais pas.

    Quand tu dis que ce type etait afghan et pas quebecois, c’est un peu faux. S’il n’avait pas ete afghan, il serait canadien dans sa tete, pas quebecois.

    Tu cites l’allemagne, l’italie … la France n’est nullement epargée. Ni par les coutumes barbares comme l’excision, ni par les crimes d’honneur, il y a une histoire qui sort dans les journaux tous les 4 ans (generalement des Turques issus de la campagne profonde, ceux des villes ont les memes valeurs que les occidentaux), on ne parlera pas des affaires qu’on ignore, deja parce que beaucoup de ces gens là organisent un voyage au pays pour regler cela. Te souviens-tu de ce reportage montrant des filles indous et pakistanaises en detresse parce que des « matantes » les ramenaient au pays pour les marier avec de parfaits inconnus ou meme reglaient leur ecart de conduite là-bas ? Comment verifier que la petite yashmina qui n’est pas revenu au Quebec est en bonne santé là-bas ? On n’arrive deja pas à s’occuper de nos problemes chez nous.

    On ne parlera pas de la « violence » inter-familiale lorsqu’un parent eduque ses gamins. On me reproche les fessées et les giffles à la francaise, j’ai meme la joie d’etre en ce moment sous enquete de la DPJ parce que mon ex m’a denoncé ; gestes totalement banalisés dans mon pays par la plupart des gens quand on estime qu’un enfant a ete insolent ou a fait une grosse connerie. Ici, meme un petit coup de pied au cul ou une petite giffle sur un ados de plus de 12 ans et c’est l’horreur, le parent batteur d’enfants, les gestes qui humilient et traumatisent nos cheres tetes blondes. La solution quand tu as un gamin qui a un trouble d’opposition avec provocation ? Il faut appeler la DPJ et le denoncer, un educateur va venir lui parler et si il n’arrive rien à faire avec lui, il pourrait meme faire un tour en centre jeunesse quelques fins de semaines. Je ne sais pas pour vous, mais mon pere m’aurait denoncé comme un vulgaire malfrat, je ne l’aurais pas pris du tout, c’est mille fois plus humiliant qu’une baffe ! Pas une personne avec qui je discute trouve cela acceptable, que cette intrusion d’etranger dans la famille pour regler des petits problemes aussi ridicule qu’une baffe à un grand tarla insolent, c’est disproportionné et ca envoit un message negatif. Bonjour les relations futurs avec le gamin au retour du centre jeunesse, je ne voudrais pas voir dans quel etat se trouvera le lien de confiance.

    – Hey gamin, tu m’emmerdes je te balance !
    – Hey vieux con, tu me touches je te balance !

    Su-per !

    Imagine maintenant dans beaucoup de cultures mediterranéennes, du moyen orient ou de russie (parce que des amis russes m’ont expliqué comment ca marchait chez eux, c’est pas joli joli, ca cogne dur), dans lequelles la normalité c’est carrement de sortir la ceinture comme les vieux d’ici on connu… on fait quoi avec ca ? On enleve les enfants de la moitié des parents de l’ile de Montreal et Laval ?

    Je te dis cela, parce qu’en ce moment je demande à tous les gens que je rencontre ce qu’ils en pensent des baffes quand un gamin pousse le bouchon un peu trop loin : 95% des quebecois (une seule s’est dit contre, elle prefere tordre le poignet de ses enfants en leur gueulant dessus, c’est vrai que c’est mieux… terrible !) et 100% de personnes venant d’autres horizon sont pour ! Moi qui pensait que les lois etaient censées nous representer. La DPJ peut prendre un signalement sur toutes les personnes de la communauté grecque, italienne, maghrebinne, du moyen orient, sud-americaine … il y a peu de chance qu’ils se loupent ! Ceux

  5. Ce crime est inacceptable et nous (la société occidentale) devons déployer tous les efforts nécessaires pour faire en sorte que ces comportements n’aient pas lieu. Il faut supporter les femmes qui dénoncent. Il faut aider les femmes qui veulent s’en sortir. Il faut « imposer » notre laicité.

    À lire là-dessus: http://www.cyberpresse.ca/opinions/forums/la-presse/200907/24/01-886885-des-meurtres-banalises.php

  6. Ceux qui ne mettent pas de baffes, soit ils ne s’occupent pas de leurs enfants et leur laissent faire n’importe quoi (comme trainer comme ils veulent dans la rue), soit ils ont des enfants ne meritant pas d’en recevoir (ben oui, on ne met pas des baffes pour le plaisir, juste quand on estime cela necessaire).

    Apres douze ans, ce sont les enfants qui dirigent. Tu parles de faire plus de gamins, mais avec les dangers de te faire balancer à tort ou raison à la DPJ, je te dis que c’est un boulot de plus en plus dangereux d’etre parent.

    Les dernieres causes que j’ai suivi à la cour :

    – un pere qui prive sa fille de 12 ans du bal de fin d’annee parce qu’elle a mis des photos d’elle nue sur Internet … verdict en appel : monsieur vous n’avez pas le droit de faire ca, c’est pas gentil, laissez-là y aller. La punition est disproportionnée ! QUOI ?!
    – un pere qui coupe l’acces internet à sa fille qui niaise avec des gens peu recommandables sur des forums et IRC/MSN … verdict en appel : monsieur c’est inacceptable que vous coupiez les relations de votre fille, remettez-lui internet, ordre de la cour. QUOI ?!

    Mais c’est quoi ce pays de debiles profonds ? Depuis quand ce sont les enfants de 12 ans et plus qui possendent l’autorité parentale ? Et on doit subvenir à leur besoin quand meme ? Ce sont des adultes de part la loi et des gamins pour tout le reste quand ca ne les arrange pas ?

    Deja que la DPJ s’occupe de vrais cas de violence avant de faire chier pour des broutilles. QUand ils disent qu’ils sont debordés et qu’ils n’ont pas les moyens, on comprend. Surtout que dans mon cas, il y a deja eu une enquete psycho-sociale-familiale de faite à la demande des deux partis en cour superieure… et une deuxieme enquete COMPLETEMENT PARALLELE par la DPJ sur la MEME cause. On en a-tu du fric à balancer par les fenetres dans ce pays !

    Quand je regarde nos parents… quand je compare aux dernieres generations d’enfants, je me dis en effet que c’est terrible. Faudrait deja permettre de nuancer les mots et ne pas amalgamer enfant battu et enfant corrigé ! Deux mondes completement different. Y a des coups de pied au cul qui se perdent par ici.

  7. Ben la fessées et la gifle au niveau morale j’ai rien contre. Mais au bout c’est pas très payant. Es-tu d’origine Bretonne?
    Il n’y aucun avantage à frapper.
    Maintenant ceux qui frappent en prennent plein la gueule au Québec. Le Québec est contre la violence, tellement qu’ils deviennent violent à leur tour pour contrer la violence. C’est d’un ridicule. Je ne voudrais pas avoir à faire avec ces femmes de la DPJ, vraiment pas, putain, c’est la merde assurée. Des mesures de protection qui mettent en danger.

  8. Je n’ai pas tout lu de ton message. Un seule chose dont je suis certain, c’est que ce qui importe c’est la qualité de la relation, sans relation rien n’est possible. Et un claque ça n’aide pas à la relation, ça coupe.

  9. C’est dans ce genre de situations que le fait d’etre Canadien ou Quebecois me passe a 100 pieds au dessus de la tete. Virer le multiculturalisme serait un premier pas.

    @ Reblochon

    Je suis tout-a-fait d’accord. Il y a des limites a la mollesse dans la relation parent-enfant, les causes auxquelles tu referes sont tellement ridicules…

  10. Une réponse courte à votre question : c’est un crime de non-intégration.

  11. Je suis d’accord avec vous Louis lorsque vous affirmez que les immigrants se doivent de s’intégrer à leur culture d’acceuil et non le contraire.

    Par contre, il ne faut pas oublier, comme le souligne Alex, que les crimes d’honneur ne sont qu’une manifestation parmi d’autres de la violence faite aux femmes. Se faire tuer parce qu’on a « déshonoré » la famille ou qu’on a regardé un autre homme ou mis une jupe trop courte, il n’y a pas de différence. Je ne comprend pas qu’un père tue ses filles par « honneur » mais je ne comprend pas non plus qu’un père prostitue sa fille de 4 ans sur internet. Et des enfants -filles ou garçons par ailleurs – échangés (pour sévices sexuels) contre une caisse de bière, une ligne de coke ou contre d’autres fichiers de pédoporno, j’en ai vu plus que mon lot. Et c’était tous des « de souche » les agresseurs. J’ai soigné une femme, qui est finalement décédée, parce que son mari l’avait battue à mort, furieux que le canadiens ne fasse pas les séries !!! Est-ce que c’est mieux ? Évidemment non.

    Ce qu’il faut dénoncer c’est la violence sous toutes ses formes et le peu de protection offert aux victimes. Par exemple, dans cette situation-là, l’aînée avait porté plainte contre son frère pour violence mais lorsque fut venu le temps de témoigner, les trois plus vieilles ont refusé par peur. Les policiers auraient dû poursuivre leur action et ne pas tenir compte de la rétractation des témoins, comme ils le font maintenant dans les situations de violence conjugale.

    Par ailleurs, on est fort de dénoncer qu’un homme d’une autre nationalité tue sa femme (il était toujours marié à sa première femme) et ses filles. Ça s’peut-tu ! entends-t-on partout. Personne n’a le droit de faire cela, elles ne méritaient pas ça, la preuve que les immigrés importent ici leur culture barbare etc. Mais quand un homme québécois tue sa femme et ses filles, oups ! là on a un autre discours. C’est de la faute aux femmes, à la société matriarcale, dévirilisante, à la misandrie rampante etc. Donc, une femme immigrante qui se fait tuer c’est une victime et son agresseur de même origine ethnique, un barbare. Une femme québécoise se fait tuer, c’est une bitch de moins dans la société et son agresseur québécois, une pauvre victime.

    Bref, réduire les crimes d’honneur au multiculturalisme ou à la dénatalité (je caricature vos propos, j’en suis consciente) relève du simplisme.

  12. pas plus que la solution donnée en echange … balancer son gamin, lui coller un educateur sur le dos et si pas de changement un tour en maison de jeune ! Elle est super la relation avec ca. Si on n’avait pas mis dans les mains du gamins des pouvoirs demesurés, il aurait fait comme des millions de gamins sur terre, il serait rentré dans le rang. Des baffes la grande majorité des gens que je connais en ont prises, et aujourd’hui ils n’en veulent pas une seconde à leurs parents. Alors non, une baffe ca ne coupe pas une relation, ca pose une balise au gamin pour qu’il comprenne que c’est une limite à ne pas franchir.

  13. A 14 ans tu as tous les droits, dès douze ans on ne peut plus te corriger. Par contre eux peuvent t’emmerder. Et apres l’ecole nous demande de faire le suivi à la maison. As-tu deja essayé de faire faire des devoirs à un gamin qui a un trouble d’opposition severe ? Si mon ex (qui ne s’en est jamais occupée) n’etait venu fouttre la merde en le defendant à chaque fois, denigrant mon autorité, si on ne lui avait pas dit qu’il pouvait me foutre dans la merde avec la DPJ parce que mon comportement est soit-disant inacceptable, le gamin il n’aurait peut-etre pas foutu en l’air 14 ans de complicité et d’amour. Parce que les baffes ce n’etait pas tous les jours. Il suffit que tu en fouttes une pour etre dans la merde. Par contre les gestes d’amour et d’attention, les inquietudes, les soucis pour son avenir, j’en ai eu ! Sa mere c’etait le chum, console de jeu et mc do. Comment je peux lutter contre ca. A son age, j’aurais fait les memes choix !

  14. Est-ce qu’on a affaire à un crime d’honneur? Non, pas plus qu’un crime de non-intégration.

    Pour que ce soit un crime de non intégration, il faudrait que ce genre de crime n’arrive jamais (ou très rarement) au Québec. À ce moment là, qu’un père de famille venant d’Afghanistan tue ses enfants serait un véritable choc pour nous, car ce serait quasiment du jamais vu. Or, ce n’est pas le cas: des parents qui tue leurs enfants, il y en a chaque années au Québec.

    Donc au final, même si cet homme était parfaitement intégré au Québec, il aurait quand même pu en arriver à tuer ses enfants car des hommes francophones, caucasiens et nés ici l’ont fait précédemment et continueront de le faire dans l’avenir.

  15. @un gars: Oui cela laisse des hommes en détresse, et je suis d’accord avec toi. Mais c’est notre monde. On peut trouver que le féminisme a été trop loin (ce que je crois), mais il reste que nous devons respecter le fait que la société est ainsi actuellement. Ces immigrants doivent s’intégrer, même si cela ne leur plaît pas.

    @Garamond: On n’en sait peut-être pas assez pour tenir un jugement définitif, mais à mon avis on en sait assez pour croire à un crime d’honneur.

    @Alex Norris: Il y a une différence profonde entre un crime passionnel commis par un homme seul ou en détresse psychologique et un complot pour meurtre impliquant un homme, sa femme et son fils pour tuer ses filles… et tout cela pour des raisons culturelles.

    @Julie: Je n’adhère pas au discours victimisateur des femmes, d’un côté ou de l’autre. On ne peut pas comparer des drames familiaux isolés où l’homme (ou la femme) perd les pédales à un acte concerté de meurtre planifié et comploté.

    @Reblochon: Je trouve cela intéressant; je crois cependant que les différences culturelles doivent être aplanies à un niveau suffisant pour assurer une cohésion. Si nous recevions moins d’immigrants, nous serions en mesure de mieux imposer nos valeurs.

    @lutopium: Bien d’accord. Mais il ne faut pas oublier les hommes. C’est facile de victimiser les femmes, mais n’oublions pas les hommes. Ils ont besoin d’aide eux aussi, et je crois que la meilleure façon d’aide les deux sexes est de se donner les moyens de mieux accueillir un nombre plus restreint d’immigrants.

    Leonard Langlois: Le multiculturalisme est autant un échec qu’une bombe à retardement. Il ne s’agit pas, à mon avis, de tout virer, mais plutôt de désamorcer tranquillement la bombe en diminuant progressivement le nombre d’immigrants reçus (tout en améliorant les programmes valorisant la natalité).

    @AntiPollution: Merci, c’est aussi mon opinion.

    @Rémi: Pas d’accord du tout. Ce type de crime n’arrive jamais au Québec. Oui, des hommes disjonctent et tuent leurs femmes et/ou enfants. Ce sont des gestes passionnels souvent causés par une dépression. Dans le cas présent, on parle d’un complot rationnel entre le père, son fils et sa femme pour tuer ses trois filles et son ex; ce n’est pas du tout du tout la même chose. Vraiment pas. Un tel complot pourrait exister au Québec, mais c’est très très rare et cela n’implique pas de telles questions d’honneur. Près de 5000 personnes sont tuées par année dans le monde pour des questions d’honneur; ce sont là des morts qui dépassent les statistiques. Si nous avions pu mieux intégrer ces immigrants et offrir des valeurs fortes de rechange à ce père, nous aurions peut-être pu faire quelque chose.

  16. Oui Louis,
    Mais faudrait peut etre penser à une façon de recevoir les hommes comme on le fait avec les femmes. L’accueil des femmes est très développé vous savez. Elles arrivent et sont traitées en victime potentielle. Faudrait peut être prendre le temps d’informer les hommes plutôt que de les traiter en suspect potentiel.

  17. Louis, le gars n’est pas con, il savait très bien qu’ici, il y a des lois et que tuer pour l’honneur (ou n’importe qu’elle autre raison) est interdit. Il connaît nos valeurs et comment nous vivons. Il est conscient de comment les femmes sont perçues et traités quand il regarde nos médias, se promène dans la rue et en interagissant avec les autres.

    Mais il a quand même commis son geste et ce, en toute connaissance de cause, probablement en sachant qu’il avait de bonne chance de se faire prendre.

  18. vous confirmez exactement mon propos : Plus facile de blâmer l’autre, l’immigrant que de se regarder soi. La planification, il y en a également dans les crimes commis contre les femmes ici. Les hommes qui tuent femmes en enfants planifient leur geste. 5000 crimes d’honneur par année, sur la planète c’est énorme ! Mais 2 à 3 femmes tuées chaque semaine au Canada, ce l’est tout autant…

    Pensez-vous que Robert Pickton ne planifiait pas ses crimes ?

    Donc crimes d’honneur, mutilations sexuelles, agressions sexuelles, violence conjugale, meurtres « passionnels », traffic des femmes ne sont que des synonymes. Ce ne sont pas des propos victimaire Louis, ce sont des faits. Et à minimiser cela et à séparer les « bonnes » victimes des « mauvaises », vous ne faites qu’éviter le sujet de la violence.

    D’ailleurs,les policiers de Kinston ont ce courage eux qui ont érigé un monument pour rendre hommage aux femmes tuées en Ontario.

  19. Je considère qu’il me manque trop d’informations pour porter un jugement sur ce geste. Depuis quand cette famille est-elle au Québec? Quel est l’âge de chacun? Pourquoi se sont-ils établis au Québec? Quelles étaient leurs autres possibilités? Tout cela pourrait changer ma perception.

    Cependant, sachant très bien qu’il me manque des éléments importants, je vais me risquer à donner une opinion non fondée.

    Personnellement, je ne dirais pas que c’est un crime de non-intégration, c’est plutôt un crime de non assimilation. Une personne intégrée conserve ses valeurs, sa langue, sa religion même si elle est minoritaire dans la société où elle vit. Une personne assimilée ne conserve pas ces caractéristiques.

    Or dans le cas présent, il m’apparaît que cette famille n’a pas été assimilée (selon ma définition). A-t-elle été intégrée? je ne le sais pas, mais cela importe peu puisque le geste aurait été posé de toutes façons si l’individu conserve ses valeurs et sa religion.

    Je pourrais comprendre que quelqu’un veuille conserver ses valeurs et sa culture et lutte contre l’assimilation. Par exemple, si des extraterrestres m’enlevaient, moi et ma famille, pour me faire vivre sur leur planète, j’aimerais bien y retrouver une certaine liberté, une certaine justice, une certaine honnêteté… et il se pourrait que je me fasse punir pour certains gestes que je ne pourrais retenir même en sachant qu’ils sont mal vus.

    Bien sûr, le cas présent est lourd. Lourd, entre autres, parce que la valeur d’une vie humaine est très différente ici et là-bas. Ici, fais ce que tu veux, il est impossible de te condamner à mort. La vie est plus importante que tout. La société a fait le choix de payer 80 000 $ (je ne suis pas sûr de ce chiffre) par année pour toi pour te garder en prison pendant 20 ans. La société est prête à payer 2 000 000 $ s’il le faut pour te garder en vie. Ce ne sont pas toutes les sociétés qui peuvent en dire autant.

    Ailleurs, il est possible que d’autres personnes croient peut-être que la vie nous est prêtée par Dieu et que notre devoir est de le servir selon des préceptes donnés. Peut-être croient-ils que plus on transgresse ces principes, pire sera notre vie éternelle (notre enfer, en langage catholique). Je peux imaginer (mais j’avoue que ça demande beaucoup d’imagination) qu’un père puisse tuer sa fille s’il croit que c’est pour son bien: mal partie, elle ne fait que s’éloigner de Dieu et souffrira éternellement; si je peux arrêter ses errements, elle souffrira moins dans l’au-delà. Un meurtre par compassion, en quelque sorte.

    Rien ne m’indique que c’est ce qui se passe dans la cause présente. J’imagine. Je fabule.

    Mais même si j’étais proche de la vérité, la société ne peut accepter cela. Le crime doit être puni selon les lois du Québec. C’est dommage qu’un choc culturel amène de tels résultats, mais lorsqu’ils arrivent, la société doit agir. Et elle doit agir selon ses normes: on sait ce que donnerait la loi du talion dans le cas de ce triple meurtre…

  20. Oh boy, il y a tellement de sujets différents discutés ici. Je vais essayer d’en faire un court -et très imparfait- résumé;

    LES FAUSSES STATISTIQUES

    Julie et lutopium:

    Svp, quand allez-vous regarder les faits concernant les infanticides ? Qui ment le plus concernant tous ces faits et statistiques?

    L’État et des organismes hyper-subventionnés par l’état !

    Qui est le plus violent avec les enfants et personnes âgées (et je ne parle pas uniquement de meurtres, i.e. la violence extrême) ? Un indice: par les hommes 🙂

    Qui cache réalité ?
    L’État.

    Nous sommes une des sociétés les plus matriarcale au monde et je peux vous sortir une longuuuuuue liste de lois, politiques et processus qui avantagent les femmes.

    ***

    LE CLASH DES CIVILISATION:

    Qui admet des gens de sociétés patriarcales ici?

    L’état, par ses politiques d’immigration non-adaptées.

    (Bravo à ‘un gars’ qui ose parlé de quelque chose qui n’est pas politiquement correct de faire dans son message du 24 juillet 2009 à 12 h 45 min)

    ***

    LES GUERRES IMPÉRIALISTES:

    Est-ce vrai ou pas que presque toutes les personnes qui veulent immigrer ici, sont issues de pays qui sont dépossédés des besoins de bases et ce, par des politiques étatiques et commerciales qui peuvent presque invariablement trouver leur source en occident ?

    ***

    LA DPJ:

    N’est-ce pas vrai que;
    « Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument »

    Qui a donné une quasi impunité aux travailleurs sociaux et tribunaux de la jeunesse ?

    L’état !

    CONCLUSION:

    Nous citoyens avons beau nous chicaner entre nous sur plein de sujets, pendant ce temps-là, l’État (qui n’est pas ‘nous’) devient de plus en plus détraqué (pour ne pas dire autre chose!)!

  21. Le concept du crime d’honneur, démystifié par Djemila Benhabib, auteure du livre «Ma vie à contre-Coran»: http://lequebecdedemain.blogspot.com/2009/07/le-concept-du-crime-dhonneur-demystifie.html

  22. Reblochon,Je suis d’accord avec toi.Étant d’origine haïtiene, Lorsque j’étais petit mes parents n’hésitaient pas à me corriger lorsque je fesais quelque chose de mal… Je pense que si je suis un homme aujourd’hui ( malgré que je n’ai 16 ans) c’est bien grâce à celà. Tu ne le refais plus

Comments are closed.