Lake of Stew: René Lévesque, c’était de la bullshit

Regardez cet extrait, vers quatre minutes. On y entend très clairement un membre de Lake of Stew, un des groupes anglophones qu’on nous a imposés à l’autre Saint-Jean, déclarer que René Lévesque et le nationalisme québécois, c’est de la bullshit. Considérant que René Lévesque est probablement la personnalité publique la plus respectée au Québec, est-il convenable qu’un tel individu raciste et fermé sur ses concitoyens puisse fêter notre fête nationale? Si moi j’allais aux États-Unis et que je disais aux Américains que Abraham Lincoln et ses vieilles idées, c’était de la « bullshit », quelle serait leur réaction? Me glorifierait-on sous prétexte que je représente la diversité et qu’ils font preuve « d’ouverture » en m’écoutant?

Niet. Je reviendrais avec du goudron et des plumes dans le cul. On n’insulte pas ainsi les valeurs et les mythes fondateur d’une nation, et encore davantage si celle-ci nous accueille depuis des décennies alors qu’on ne se donne même pas la peine d’apprendre sa langue.

De même, que penser d’un individu

Je suis le premier à défendre l’ouverture aux autres, mais cette ouverture doit se faire dans le respect de nos valeurs, que sont la langue française et le respect de ce que nous sommes, de nos idoles, de notre histoire. De voir un individu ayant grandi ici et incapable de dire plus de deux mots en français qualifier René Lévesque de bullshit, ça en dit long sur le manque de respect de la part des organisateurs de C4 vis-à-vis du peuple québécois.

Et de voir des Québécois s’extasier devant ce déni de notre identité, de célébrer des personnes qui nous méprisent, nous et ce que nous sommes, c’est encore pire.

Qu’on enterre au plus vite ce triste jour où on nous a volé notre Saint-Jean-Baptiste et qu’on passe à autre chose.

Je me demande qui est le pire dans cette histoire: l’anglophone raciste qui nous méprise et cherche à réécrire notre histoire où les Québécois qui iront l’applaudir.

Publicités

11 Réponses

  1. De ce que j’en ai compris, il dit pas que René Levesque c’était de la bullshit, il parle de cette époque comme de bullshit où il y a plus d’exclusion et où la St-Jean est devenue moins inclusive.

    La St-Jean au départ était bilingue, lors de la première St-Jean patriotique il y a 175 ans, les patrotes anglophones et francophones avaient été invités à un banquet pour fêter. La St-Jean n’a jamais eu aucun rapport avec la langue, mais plutôt avec l’appartenance Québécoise. Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/F%C3%AAte_nationale_du_Qu%C3%A9bec
    http://www.quebecsolidaire.net/actualite-nationale/bonne-fete-nationale

  2. Moi j’habite tout près du parc Pélican où se passe l’autre St-Jean et je prévoyais aller au spectacle si les 2 groupes anglophones n’y était pas mais comme ils y sont finalement , je reste chez nous car pour moi la St-Jean c’est en français que ça se passe . Pis Lake of Stew s’il pense que René Lévesque c’était de la bullshit comme ils disent qu’es ce qu’ils pense de l’argent québecois qu’ils recevront pour ce spectacle . Pour moi c’est eux qui sont de la bullshit point final . Pour sûr que je vais les boycoter jamais je ne payerais pour acheter un de leurs cd.

  3. «Pour moi la St-Jean c’est pas une fête politique». Tu sors de où? La fête nationale est un symbole purement politique, point final. C’est tout simplement impossible de sortir le politique d’un symbole du genre. Les fêtes nationales, toutes nations confondues, sont purement politiques. Rien n’est naïf, et c’est pas parce que toi tu considères que ce n’est pas politiques que tu as raison. Fais ton spectacle le 31 mars si tu veux, mais chanter en anglais le jour de la fête nationale c’est un acte politique que tu le veuilles ou pas. Ciboire.

  4. Je viens d’écouter cette vidéo et je n’ai pas compris la même chose que toi.

    Lake of Stew, à ce que j’ai compris, déplore la tournure que la St-Jean a pris avec René Lévesque, un tournant qui l’a fait sentir exclus en tant que non-francophone. Il dit que cette époque de fermeture (tu aurais sûrement dit époque raciste) était révolue, que c’était de la bullshit. Je ne crois pas, contrairement à toi, qu’il ait « très clairement » déclaré « que René Lévesque et le nationalisme québécois, c’est de la bullshit. » Au contraire, il déclare que le repli sur soi est de la bullshit.

    Et je cherche encore les passages qui te font affirmer qu’il est raciste… Il semble assez à l’aise avec les francophones, assez en tous cas pour se produire en spectacle devant eux…

    Par contre, je suis d’accord avec toi qu’il n’a aucune excuse pour ne pas être capable de s’exprimer en français.

    J’espère juste qu’il n’y aura pas de terroristes qui vont faire du grabuge lors de leur prestation.

  5. J’étais présent hier à l’Autre St-Jean ou j’ai pu enfin rencontrer notre blogueur et il n’y a eu aucun grabuge contrairement à la campagne hystérique des médias. Nous avons chahuté Lake of Stream quand ils ont chanté en anglais et pour ce qui est de Bloodshot Bill il chantait de façon incompréhensible. C’était vraiment horrible comme prestation et ce n’est même pas une question de langue mais de bon goût.

  6. Tant mieux! C’est tellement mieux quand l’autre parti se couvre lui-même de ridicule. Pas besoin de l’attaquer!

    Somme toute, beaucoup de bruit pour pas grand’chose…

  7. « Si moi j’allais aux États-Unis et que je disais aux Américains que Abraham Lincoln et ses vieilles idées, c’était de la « bullshit », quelle serait leur réaction? Me glorifierait-on sous prétexte que je représente la diversité et qu’ils font preuve « d’ouverture » en m’écoutant?  »

    Je crois qu’au contraire bien des électeurs d’Obama sont des anti-américains en puissance dans ce qu’est les États-Unis et ses fondateurs de la constitution américaine.

    Je crois que si le fait qu’il soit originaire du Kenyia, qu’il n’est jamais effacé le doute qu’il ne soit pas citoyen américain en cachant longtemps son certificat de naissance fort probablement traffiqué, qu’il est étudié près des écoles islamiques en Indonésie et fraternise beaucoup avec les islamistes en utilisant l’apaisement et le language mielleux avec eux, que son nom du milieu soit Hussein n’est pas suffisant pour démontrer que bien des électeurs d’Obama ne porte pas dans leur coeur les idéaux américains, rien ne le sera.

    Et au Québec, on a Jean Charest, c’est bien peu dire sur la sympathie de certains à l’égard de René Lévesque et cie mais chacun a droit à son opinion en démocratie n’est-ce pas?

  8. Mmm… Même si je ne l’ai pas vu ce soir-là, je suis un peu surpris qu’on dise de la prestation de Bloodshot Bill qu’elle était de mauvais goût. Il fait du psychobilly, faut aimer le genre mais d’habitud ça donne un hostie de bon show! J’imagine que tous les goûts sont dans la nature

    Anyway. J’ai publié mon compte-rendu de cette Autre Saint-Jean, pour ceux que ça intéresse.

    Et oui, j’étais contre la présence de groupes anglophones, mais j’ai assisté au spectacle quand même, attiré par l’ensemble des têtes d’affiche. Ma préférence n’est pas allée à Malajube, mais aux Dales Hawerchuck.

  9. N.B. Richard Rigby, de Lake of Stew, a voulu répondre à ce billet. Je n’ai cependant pas pu publier sa réponse car elle contrevenait à la règle numéro un de ma nétiquette qui stipule que ce site est francophone et que tous les commentaires doivent y être écrits en français.

    C’est dommage, car son message démontrait à merveille tout ce que j’écris depuis longtemps sur l’incapacité des anglophones à s’intégrer et à comprendre que le Québec est une nation francophone.

    Si M. Rigby réécrit son commentaire en français, il me fera plaisir de le publier et peut-être même d’y répondre.

    Je dois être cohérent avec les règles de ce blogue.

  10. J’écoute en boucle le disque de Lake of Stew. J’adore leur musique. Les commentaires de R. Rigby? Bof. À part son couplet sur le supposé manque d’ouverture de la société québécoise, il ne me scandalise pas. Je suis nationaliste, gauchiste, mais amateur aussi de musique classique, de chanson francophone, et de bluegrass. Dans mon Trois-Rivières natal, on trouvai peu d’anglophones, mais ceux qu’on voyait étaient de la classe dominante, et c’est ça que j’haïssais chez-eux. Des artistes anglais nés à Montréal, parlant tant bien que mal le français et chantant dans leur langue? J’ai pas de problème avec ça, pas plus que Dédé Fortin n’en avait avec Mike Sawatsky. La musique, c’est la musique, and let’s have fun!

  11. Le problème comme tel n’est pas que ces artistes soient anglophones. Le problème comme tel, c’est QU’EUX vivent dans le passé, en ne s’intégrant pas à la société Québécoise. La preuve? Dans la vidéo, ils parlent français?
    La Fête nationale du Québec est un enjeu politique, qu’on le veuille ou non.

Comments are closed.