Questions à Bloodshot Bill

Bloodshot Bill est un des deux artistes anglophones invités à chanter au spectacle de l’Autre Saint-Jean.  Après avoir lu la deuxième partie de ce texte, voici quelques questions que j’aimerais lui poser.

Question 1: Tu es né au centre-ville de Montréal et ton père vient de Jonquière. Comment se fait-il que tu ne parles presque pas français?

Question 2: Tu affirmes trouver étrange qu’une ville « aussi multiculturelle que New York et Los Angeles » fasse une distinction entre français et anglais. Ignores-tu que la langue commune dans ces deux villes est l’anglais? Et que ces deux villes s’appuient sur une culture américaine hyper-solide et absolument pas menacée?

Question 3: Tu affirmes te demander si ce ne seraient pas les Québécois anglophones qui ne se tiennent pas assez. Se tenir pour quoi, au fait? La langue commune des Québécois est le français. Tu as toute l’Amérique du Nord pour parler anglais; pourquoi refuses-tu obstinément de t’intégrer? Le problème avec la minorité de Canadiens anglais vivant au Québec et qui refuse de s’intégrer, c’est précisément qu’ils se tiennent trop. Pourquoi ne reconnais-tu pas le fragilité du français au Québec et ne te ferais-tu pas un devoir de le protéger et ainsi enrichir le patrimoine culturel mondial?

Question 4: Tu affirmes avoir été banni du « Québec francophone ». C’est quoi le Québec francophone, au fait? Parlerait-on de la France francophone, des États-Unis anglophones, de la Russie russophone? Le Québec EST francophone. Il n’y a pas plus de Québec francophone que de Mexique hispanophone. Pourquoi ne reconnais-tu pas la préséance du français, cette valeur commune des Québécois?

Question 5: Tu ne sais même pas qui est Guy A. Lepage. Comment peux-tu oser prétendre fêter notre fête nationale alors que tu ignores qui est l’animateur de l’émission de télévision la plus populaire depuis cinq ans, ce vecteur de tous les débats qui nous animent? Comment peux-tu oser te présenter sur scène devant nous alors que tu ne sais rien de la culture québécoise?

Tu me fais honte, Bloodshot Bill. Ton refus de t’intégrer à notre culture et de participer à notre vie culturelle sont une insulte pour tous les Québécois.  J’espère qu’ils seront nombreux à t’invectiver le 23 juin, et à te rappeler qu’après plusieurs décennies passées ici c’est une honte innommable que tu ne nous connaisses pas davantage.

Publicités

37 Réponses

  1. Merci de cet excellent texte.
    Bravo!

  2. Si le pauvre gars fait partie de la petite minorité d’anglo-montréalais qui ne parlent toujours pas le français, c’est lui le perdant. Ça ne mérite pas des attaques personnelles contre lui ! C’est sûr qu’il faut défendre le français à Montréal, mais ce n’est pas en critiquant violemment quelques artistes qui parlent mal le français qu’on va rendre la langue française et le milieu francophone plus attirants aux non-francophones, à mon avis.

  3. @Benjamin: Merci!

    @Alex: Tu sais que j’ai le plus grand respect pour toi. Tu es anglophone de souche mais tu comprends la nécessité de protéger la langue française. Il est certain que tu as raison que le fait de s’attaquer à Bloodshot Bill de cette façon n’incitera pas les anglophones à mieux s’intégrer. Sauf que le but est tout autre, à mon avis. Il faudrait plutôt faire prendre conscience aux francophones de la sévérité de la situation actuelle. Il faut les faire sortir de leur bulle de verre et voir la situation telle qu’elle est. Leur montrer qu’en 2009 on peut avoir vécu toute sa vie à Montréal sans parler français et sans rien savoir du Québec.

  4. Mais c’est l’osti de problème qu’il parle anglais? Qu’est-ce que ça change merde, votre dogme culturel du « Québécois » c’est de la bullshit; la culture nationnale du Québec c’est une culture construite de toute pièce par les intérêts du pouvoir. Et le pouvoir il n’a pas de frontière linguistique, Anglophone, francophone, Allophone peu importe la langue de celui qui nous exploite, il nous exploite quand même. La lutte nationnal Québécoise c’était à la base pske on était le Cheap Labour et que ceux qui possédait était Anglophone, les « élites » francophone on tous simplement rediriger cette rage vers une lutte nationnal parce que ça les avantageais eux en les mettant au pouvoir. Et maintenant quoi? Le Québéc perpétue le même système d’exploitation, c’est juste que nous sommes maintenant au bout de la chaîne, petit prolétaires embourgeoisé devenu fière partisant de l’esclavagisme. Le nationnalisme c’est de la pur manipulation et vous embarquez dans le jeu en pensant naivement que vous allez changer quelque chose, alors que vous ne faites que perpétuer l’aliénation de l’espèce humaine.

    Alors vos petit drapeau et vos discourt de gauche laissez-les au placard et commencer à comprendre les vrais sources de la misère humaine au lieu de vous masturber en surface.

  5. Hahaha estie d’anarchiste cave.

    Ben oui, les Québécois serait des exploiteurs !!

    Sont à qui les grosses cabanes de Town of Mount-Royal, et Wesmount ?

    Aux francophones p-e ?

    Les exploiteurs sont toujours les mêmes, depuis 250 ans. La petite bourgeoisie canadienne-française, mais surtout les descendants des WASP exploiteur qui ont tenu mon peuple, la tête enfoncée dans la marde, pendant 200 ans.

    Ils veulent être Québécois ? Qu’ils parlent la langue des Québécois, et ils seront AUTOMATIQUEMENT Québécois, et bien reçu par les autres Québécois.

    Aussi simple que ça.

    Parle ma langue, et t’es mon frère. Perpertue la langue du conquérant sur mon territoire, et tu peux être certain que je vais te cracher au visage.

    Le Québec n’est pas bilingue, il n’est pas anglais, il est UNILINGUE français.

    Y’a que les Québécois pour se mépriser autant qu’ils refusent que leur fête nationale se passe dans leur langue nationale.

  6.  » Tu ne sais même pas qui est Guy A. Lepage. Comment peux-tu oser prétendre fêter notre fête nationale alors que tu ignores qui est l’animateur de l’émission de télévision la plus populaire depuis cinq ans, ce vecteur de tous les débats qui nous animent? Comment peux-tu oser te présenter sur scène devant nous alors que tu ne sais rien de la culture québécoise? »

    Je sais qui est Guy A. j’ai regarder cette émission une seule fois (dans la première année), je n’ai pas la tv et je n’ai pas besoin de ça pour avoir un opinion… Je suis surement la pire « pas québécoise » et pourtant je suis née ici comme la grande majorité. Il faut arrêter d’avoir des préjugées aussi futiles. C’est pas parce que ça t’intéresse toi que ça intéresse les autres. Je peux a peine nommer 2-3 comédiens québécois! (ça ne m’intéresse pas les télé-séries)

    Il a passé 10 ans à chanter en anglais, un peu partout l’a tu lu? Il n’a pas a perdre son temp à écouter la tv!!
    Comme si pour être québécois, il fallait tous être pareil… le mot québécois veut dire : qui vient de la province de Québec.

    On parle toujours de protection de la langue! Je suis moi aussi la première a me plaindre quand le service n’est pas en français (parce que c’est obligatoire), mais je ne vais pas me plaindre lorsqu’on offre un service dans les deux langues.
    Il est normal qui y est des gens qui parlent d’autres langues avec la mondialisation, et puis quand on regarde dans le passé, nous avons eux des moments beaucoup plus difficile ou le combat anglais/français avait, oui, une raison d’exister, beaucoup plus qu’aujourd’hui!

    So what? C’est pas avec un infime minorité qu’on va perdre notre langue demain matin! C’est pas parce que je travaille à 80% en anglais que je vais en perdre mon français, ici presque tout le bureau fait de la job en anglais ! Plusieurs personne ici sont orignaires de l’Ontario et ont comme langue maternelle l’anglais, ils parlent tous très bien français (a penser que c’est leur langue marternelle comme tous les autres) et leur enfants aussi.

  7. Maintenant les anars qui s’en mêlent. Je suis bien d’accord pour critiquer les élites québécoises qui participent à l’exploitation de la main-d’oeuvre mais ça vient faire quoi dans la discussion? Le fait qu’il y ait des crosseurs au Québec ne change rien au combat que nous menons pour notre indépendance nationale et pour la défense de notre langue.

    Je suis sûr en passant que dans un monde anarchiste il y aurait aussi des crosseurs et des exploiteurs. Faut arrêter de penser qu’en changeant le système économique tout deviendrait rose!

  8. […] Deux groupes musicaux unilingues anglophone par surcroit « based in Montreal », Lake of Stew et Bloodshot Bill ont réussi par des moyens détournés à se faire inviter, dans le quartier très francophone de Rosemont, aux Fêtes de la St-Jean. J’ai vérifié les sites web de ces deux groupes et il n’y a pas de place pour nous sur les sites, ils ignorent totalement les francophones, on n’y retrouve aucun titre de chanson en français, cette langue de la résistance à l’assimilation du Québec. On veut rire de nous et nous enfoncer une fois de plus l’envahisseur dans la gorge.Je soupçonne donc un coup de publicité et je serais curieux de savoir si quelqu’un parmi les organisateurs aurait reçu de l’argent dans une belle enveloppe brune des fédés ou des groupes. ***Site web en anglais seulement du Lake of StewSite web en anglais seulement de Bloodshot Bill ****Questions à Bloodshot Bill par L’Électron Libre […]

  9. Dans un coin, du bitchage de blogeux, de l’autre, Bloodshot Bill. Gagnant: Bloodshot Bill, parce qu’y’est hot de même pis c’est tous. La vie des fois c’est fait de même ti-gars, faq’ assume.

  10. « Parle ma langue, et t’es mon frère. Perpertue la langue du conquérant sur mon territoire, et tu peux être certain que je vais te cracher au visage. »

    T’es à enfermer toi.

    « Le Québec n’est pas bilingue, il n’est pas anglais, il est UNILINGUE français. »

    Living in denial. Je vais répéter ce que j’ai déjà dit. L’anglais fait partie de la culture des Québécois.

    « Y’a que les Québécois pour se mépriser autant qu’ils refusent que leur fête nationale se passe dans leur langue nationale. »

    1) Où ça que ça n’aura pas lieu en français?
    2) T’étais où quand on a chanté en wolof, en espagnol, en italien, en arabe, etc.? Ah! Y’a que l’anglais qui est l’ennemi.

  11. « Tu affirmes trouver étrange qu’une ville « aussi multiculturelle que New York et Los Angeles » fasse une distinction entre français et anglais. Ignores-tu que la langue commune dans ces deux villes est l’anglais? Et que ces deux villes s’appuient sur une culture américaine hyper-solide et absolument pas menacée? »

    Erreur, Los Angeles est rendue pas mal facilement à moitié hispanophone, les stations de radio et de télé espagnoles pulluent dans cette ville, à l’instar de l’anglais dans Montréal.

    Tellement que la Californie a depuis belle lurette adopté des lois pour obliger l’éducation des enfants en anglais car sinon, la Californie vire « bilingue officiel » assez vite.

    « Tu ne sais même pas qui est Guy A. Lepage. Comment peux-tu oser prétendre fêter notre fête nationale alors que tu ignores qui est l’animateur de l’émission de télévision la plus populaire depuis cinq ans, ce vecteur de tous les débats qui nous animent? »

    J’aimerais mieux ne pas savoir qui s’est s’il s’agit de TLMEP. J’aime mieux me rappeler des bons souvenirs de l’ex RBO dans le temps où il était bon dans RBO. (à cet égard, les Bye bye de 2006-2007 nous ont fait un bien immense pour les grands nostalgiques dans l’âme. Quant à ses soi-disant talents d’animateur incapable d’aller plus loin que ses cartons, ils sont à la fois douteux et questionnables à l’instar de ses talents de chanteur dans les Porn Flakes.

    Quant à l’autre: Who the f*ck was Bloodshot Bill before this whole brouhaha in the media about l’Autre Saint-Jean à Rosemaire.

  12. Je vais répéter le commentaire que j’ai écris chez Renart: qu’est-ce que tu va dire si la foule trippe ben raide au show de Bloodshot Bill, à la St-Jean? Tu peux t’offusquer tant que tu veux Louis, mais si la foule embarque et aime ça, qui es tu pour dire que cet artiste n’a pas sa place au spectacle?

  13. En allant dans la même veine Rémi, je me demande s’il y aura un comité d’accueil du RRQ, des JPQ, du MLNQ, de la SSJB, du FLQ, du PI du PQ, du Bloc, de Québec Solidaire et pourquoi pas du PQ et de l’ADQ constitué de 5 personnes (cherchez l’erreur)avec des un coup parti pour venir huer ce band anglo-saxon?

  14. Dominique, avant de dire que je « live in denial », apprend à t’informer correctement.

    Le Français est la SEULE langue qui a un statut officiel, si t’es trop niais pour savoir ça, va donc faire un tour sur le site du gouvernement du Québec, c’est écrit noir du blanc.

    Et je cite, pour combler ton ignorance:

    CHAPITRE I
    LA LANGUE OFFICIELLE DU QUÉBEC
    1. Le français est la langue officielle du Québec.

    Est-ce que tu vois le mot anglais ici, ou encore espagnol ? Non, comme la très grande majorité des peuples de la terre, ce qui nous réunis, c’est une langue et une culture conjointe.

    Il est innacceptable que des adultes nés en territoire Québécois, ne puisse au minimum pouvoir communiquer en français.

    Moi je suis francophone, je vis dans un état FRANÇAIS, mais je suis bilingue, et pour gagner ma vie, je dois parler une langue qui n’est pas celle de mon peuple.

    La minorité anglaise de Montréal, est la seule minorité du MONDE, à pouvoir imposer sa langue a une majorité de 80%, sans que celle-ci n’y voit quelque chose d’anormal.

    C’est ça être un colonisé, défendre ceux qui te méprisent !

  15. Ce qui est écrit, je suis très au courant, mais la réalité est tout autre. Peu importe ce qui est écrit, ça ne peut pas changer cette réalité.

    Alors quand tu commences à beugler haut et fort que le Québec est unilingue français, you’re living in denial my friend.

    En quoi les anglais me méprisent? C’est quoi cette pensée? Ah! Le mot colonisé est sorti. Il est toujours tellement utilisé à propos par nos bons anglophobes séparatistes. C’en est en fait pathétique. Comme tout terme sur utilisé et à mauvais usage, il ne veut plus rien dire.

    Oh et sors de chez vous un peu avec tes prétentions sur le monde.

  16. Faut pas compter sur le PQ et QS pour défendre notre langue. Sans doute que certains militant de la base sont prêts encore à le faire mais la direction de ces deux partis est empêtrée dans le multiculturalisme et la rectitude politique.

  17. @internationaliste,

    Il faut croire que la majorité québecoise adhère au multiculturalisme puisque le PQ et QS le font à des fins purement électoralistes.

    Laissez-moi vous dire que si 90% des québecois n’adhèraient pas au multi-culturalisme, il n’y aurait pas grand parti qui oserait soutenir une telle position qui aliénerait les voteurs.

    Alors il faut donc en conclure que la majorité des péquistes et des solidaires dorment bien la nuit et vivent très bien avec cela.

  18. C’est pourquoi Tym il faut lutter contre ça. Mais en réalité quand on parle à des gens dans la rue on se rencontre que le multiculturalisme n’est pas aussi populaire qu’on pourrait le croire. Les audiences de la Commission Bouchard-Taylor l’ont bien démontré à l’automne 2007. Mais tant le PQ que QS préfèrent fermer les yeux et continuer de nous prêcher la mollesse nationaliste.

  19. Merci Louis pour la solidarité que tu démontres envers ton peuple.

    Car c’est bien du destin d’un peuple dont il s’agit ici. Et au nom de l’« ouverture à l’autre » ce même peuple, dont la langue est plus que jamais en péril, devrait démontrer plus de tolérance pour satisfaire le caprice d’une ( fausse ) minorité qui constitue 320 millions de langue anglaise contre 6 millions de francophones ?! Et qui plus est une langue impérialiste ?!
    Non mais qui se fait les promoteurs de l’impérialisme en Amérique du Nord sinon les anglophones ?
    Et c’est nous, les francophones qui nous faisons passer pour les intolérants, les racistes, les xénophobes voire des SS du IIIe Reich ( lire la dernière chronique de Josh Freed : http://www.montrealgazette.com/Life/Politics+ruin+party/1715410/story.html ) !!

    Soyons réalistes. Quand bien même que les nationalistes poussaient l’audace jusqu’à défendre un nationalisme ethnique EN QUOI LES ANGLOS DU QUÉBEC SERAIENT-ILS MENACÉS ??? Expliquez-moi ça, ça presse !

    Dans quelques mois les anglos de Montréal auront un Méga hosto cinq étoiles à leur disposition et l’on tente, par des sophismes gros comme le bras, de nous faire passer pour des INTOLÉRANTS !

    Rester ignorant de notre lutte pour la survie du français en Amérique du nord, c’est rien de moins que de se faire complice d’un ethnocide !

    Les seuls véritables résistants aux tenants de l’uniformisation mur-à-mur de l’establishment anglo-saxon ce sont les francophones et ceux qui ont décidé de s’engager dans la même lutte et cette lutte se décline en FRANÇAIS uniquement !

    Notre combat est le même que celui des Basques, des Corses, des Irlandais du Nord, et combien d’autres peuples en lutte !?

    Doit-on comprendre que tous ces groupes ethniques en voie d’extinction sont aussi racistes ?

    Justice pour les peuples en lutte !

    Vive la République française d’Amérique !

  20. « EN QUOI LES ANGLOS DU QUÉBEC SERAIENT-ILS MENACÉS ??? Expliquez-moi ça, ça presse ! »

    Ils ne le sont peut-être pas en réalité ce qui n’a pas empêché un demi-million d’anglos dont une minorité non négligeables de franco parmi eux frustrés qui sont partis du Québec depuis 1976 ce qui constitue un des plus gros exode dans l’histoire en temps de paix. Maintenant avaient-ils raison ou non de partir, là c’est un autre débat mais on peut imputer à cet exode beaucoup d’impact négatif économiquement parlant depuis ce temps ce qui explique la constante déchéance de la ville de Montréal qui était 10 fois plus grosse que Toronto dans les années 60 en passant.

    Comme disait André Arthur, Toronto est une création des péquistes.

    « Notre combat est le même que celui des Basques, des Corses, des Irlandais du Nord, et combien d’autres peuples en lutte !?  »

    Hum, les Basques…pas ceux qui commettent des attentats terroristes pour LA cause j’espère. Les palestiniens un coup parti…

  21. S’abaisser a parler français ? are you crazy?Mais voyons c’est a nous de parler la langue de la minorité…logique, non?

  22. En quoi un peuple c’est uniquement sa langue? Je suis un Québécois pure souche de parents pure souche, né au lac St-jean de parent du lac. Je suis fière d’être Québécois mais je suis également fière d’être Canadien. Je trouve un peu dommage de perdre tant d’énergie à devoir protéger la langue, personnellement si le Québec devenait une province bilingue je ne serais pas moins fière d’être québécois et si ultimement l’anglais devenait officiel ça ne changerait toujours rien.

    Donc en gros a mon avis c’est vivre et laisser vivre, un groupe anglophone à la st-jean et on voit si les gens aiment, si c’est le cas on continue l’année suivante sinon bien on change d’idée et on enlève l’anglais l’année suivante.

  23. Attends, ai-je bien lu? Tu serais aussi fier si l’anglais devenait la langue officielle du Québec?? Wow, quelle fierté! J’en suis renversé!! Tenir aussi fort à sa culture, ça fait mal…

  24. Bien daccord avec tes propos Guillaume mais le problème est qu’ils (plusieurs) ne s’abaisseront jamais a parler la langue d’un peuple qui ne la respecte pas elle-meme.Un peuple qui s’excuse meme de tenter de la faire respecter.Petit peuple de conquis avec des réflexes de conquis.Quoiqu’il en soit,j’ai bien peur qu’un bon pourcentage de francophones sous estiment la fragilité du fait français en amérique du Nord et qu’ils le tiennent un peu trop pour acquit.

  25. En quoi on doit être fière de parler Français? Parler plusieurs langues est une raison pour être fière, être considéré comme un peuple travaillant, accueillant ou des trucs du genre ça je peux comprendre d’en être fière mais je vois pas pourquoi on devrait être fière d’être francophone? Est-ce que je suis fière d’être un garçon, je crois pas, fière d’être un garçon avec de bon talent de programmation bien ça par contre oui.

  26. Parler une langue, ce n’est pas seulement communiquer, c’est également transmettre des valeurs et une façon de voir le monde. Être connecté avec ce qu’on est, c’est concevoir le monde non pas comme se finissant à notre mort, mais qui continue par la suite. C’est comprendre son rôle historique, sa place dans le monde et vouloir que les valeurs qui nous animent se perpétuent.

    La fierté individuelle (« parler plusieurs langues »… mais n’en maîtriser aucune) a sa place, mais la fierté collective également.

    Nous sommes un peuple en manque de racines, déconnecté de ce qu’il est. Le français est notre premier héritage, notre valeur commune, notre fierté à tous (ce que démontre tous les sondages et l’appui unanime des Québécois à la loi 101). Ça, c’est la réalité. Maintenant, il faut l’assumer en protégeant notre langue et également en faisant des efforts pour mieux l’écrire.

  27. Une foule bicéphale torturée entre la crainte de se faire envahir et la fascination qu’exerce la culture anglosaxone…quel peuple étrange.

  28. André a une pensée un peu trop rurale a mon gout , je me sens plus en sécurité en sachant qu’il batifole avec son PC (l’ordinateur pas la formation politique) plutot que de l’imaginer a la tete d’un parti…fiioooou!

  29. je persiste à dire que l’identité québécoise n’existe pas que par sa langue, on pourrait tout aussi bien être des québécois détestant la Reine pour sa méchante conquête de nos terre tout en parlant anglais. Je persiste à dire que ce qui me rend fière d’être québécois c’est la réputation de personne sympathique que je perçoit quand je voyage, comme je suis fière de cette image de personne travaillant qu’on m’a attribuée en Australie comme j’étais Canadien.

    Je vais t’avouer que je suis un militant de l’unilinguiste au niveau de la planète, je crois ça permettrait des échanges plus simples entre pays et chacun pourrait garder son identité, je suis présentement en France pour le boulot et c’est amusant de voir qu’on parle la même langue, qu’on se comprend mais que l’accent soit tellement différent … j’aime bien quand on me dit « J’adore votre accent » 🙂

    Finalement je suis en accord indirectement seulement avec la loi 101, le Québec est une province francophone et non bilingue, c’est une loi et donc la responsabilité du gouvernement de veiller à ce qu’elle soit respecté (ou modifié si un jour il se rend compte que la majorité du peuple croit qu’elle devrait l’être) Dans une province bilingue le commerçant devrait faire le choix de son affichage de sorte a rejoindre le plus de client possible. (je te donnerais en exemple qu’en France les prix sont encore indiqué en franc même si il n’est plus utilisé depuis plusieurs années mais toujours demandé donc conservé)

  30. soit rassuré je ne me vois pas en politique avant un moment, j’ai du mal avec le concept de ligne de parti et que la personne élu pour aller parler au nom des électeurs de son compté soit forcé de voter comme l’a dit le chef de son parti…

    vivement un scrutin a vote unique transférable 🙂

  31. @sorry,

    « Mais voyons c’est a nous de parler la langue de la minorité…logique, non? »

    La langue de la majorité au Québec, c’est le français et la démocratie, c’est également protéger les droits des minorités.

    Pensez-y bippp.

  32. Je crois que la minorité anglophone du Québec est bien protégée.Ils peuvent vivre parmi nous toute leur vie en ayant tous les services sociaux jusqu’au cimetière sans jamais avoir a dire simplement merci dans n’importe lequel commerce du Québec.De plus ils ont les meilleurs hopitaux et universités de la province.Je vis a Sherbrooke près de Lennoxvile et le meme phenomene se produit avec bishop’s university et leurs hopitaux .La maison du cinéma, meme s’il représente un tres petit pourcentage de leur clientèle,leur offre maintenat tous leurs films en v.o,block buster et cinema d’auteur compris.Ils viennent dans les commerces de Sherbrooke sans jamais parler un OSTIE de mot en français.Je suis bien placé car mon bureau est au centre-ville depuis 14 ans déja.Alors pour la protection de cette minorité,je crois qu’elle est bien servie et que bien des francophones dans le reste du canada,a l’Est comme a l’Ouest,seraient bien heureux d’avoir la moitié de cette protection.

  33. « De plus ils ont les meilleurs hopitaux et universités de la province. »

    J’en doute un peu… pourquoi serait-ce le cas?

  34. Compare les hôpitaux et les universités de l’ouest et de l’est de Montréal. Les hôpitaux de l’ouest ont des urgences moins engorgées et les universités anglophones sont mieux financées. Tandis que l’UQAM et l’UDM ont de graves problèmes d’argent tout va pour le mieux à McGill et Concordia.

Comments are closed.