Immatriculation: la SAAQ s’attaque injustement aux motocyclistes

Les automobilistes ont du se limiter à 60 km/h sur l’autoroute derrière une interminable file de motos. Une manifestation contre les hausses de tarifs de la Société d’assurance-automobile du Québec (SAAQ). Encore. Et vous savez quoi? Ils ont foutrement raison de manifester.

En effet, la surprime exigée n’a pas sa raison d’être. Pour plusieurs motocyclistes, la facture passera de 320$ par année à plus de 1410$. Pour les plus petites cylindrées, on parle d’une «maigre » augmentation de 100%, de 320$ à près de 630$.

Le but? Renflouer les coffres de la SAAQ en s’attaquant principalement aux motos les plus puissantes, qui seraient responsables de plus d’accidents et coûteraient plus cher à la société. Le problème, c’est que cette approche n’est basée sur aucun fait.

saaq-moto

Source de l’image

Puissance, vitesse et accidents : aucun lien

Il s’agit d’un mythe tenace voulant que les motos très puissantes causent davantage d’accidents. C’est tout à fait faux. Et plusieurs études le prouvent.

Au début des années 80, le « Motorcycle Accident Cause Factors and Identification of Countermeasures »(ou Hurt Report) a démontré que la vitesse médiane d’un accident de moto était de 48 km/h et que les deux principaux facteurs lors de celui-ci étaient l’inexpérience du conducteur et son âge, et non pas la puissance de la moto.

Vingt ans plus tard, une vaste étude semblable a été effectuée en Europe. La « Motorcycle Accidents In Depth Study » (MAIDS) a confirmé la précédente étude : la vitesse médiane d’un accident de moto était de 49 km/h et encore une fois il n’y avait pas de lien entre la puissance d’un véhicule et sa représentation dans les accidents. L’âge et l’inexpérience constituaient là aussi les principaux facteurs. Seulement 1,5% des accidentés avaient dépassé le 120 km/h et à peine 0,5% le 140 km/h.

Jean-Pierre Belmonte, un ex-membre du conseil d’administration de la SAAQ et qui a d’ailleurs été le seul à démissionner quand le gouvernement a pigé dans les coffres de la société, explique : « L’âge est le principal facteur d’accidents. Autrement dit, les jeunes conducteurs sont plus à risque, point final. Mettez-leur une sportive de 600 cc entre les mains, une voiture ou un frigo sur roues, et le risque sera le même: élevé. »

Une politique dangereuse

En fait, la politique de la SAAQ consistant à faire payer les utilisateurs en fonction de la grosseur de leur cylindrée pourrait avoir de graves conséquences. Ce que les deux études précitées ont également démontré, c’est qu’une seule catégorie de motocyclettes est sur-représentée en terme d’accidents : les motos modifiées.

Ainsi, en obligeant les motocyclistes à payer plus de 1400$ pour leur grosse cylindrée, cela risque d’inciter de nombreux jeunes amateurs de sensations fortes à modifier leur véhicule. Le calcul est simple : en 2010, il en coûtera 743$ de plus pour une cylindrée plus imposante. S’il en coûte 1500$ pour modifier une moto, dès la troisième année on rentre dans son argent. Et le résultat? Des dangers à deux roues sur nos routes.

Parallèlement, une frénésie incroyable s’est emparé d’un autre marché : celui des motos dites classiques, qui ont plus de 25 ans et qui peuvent être immatriculées à rabais sous la simple restriction de ne pouvoir circuler sur les routes où la vitesse maximale est supérieure à 70 km/h. Un mécanicien de Laval, spécialisé dans la remise à neuf de ce type de motos, m’a confirmé que les prix ont plus que doublé pour des véhicules datant parfois d’avant les années 80.

La combine est simple : on modifie la moto pour en faire une bombe. On circule sur les routes où c’est permis et on clenche quand aucun véhicule de police est en vue. Le résultat? Au lieu d’avoir des motos sportives de l’année qui brûlent le pavé sur des autoroutes conçues pour la vitesse, on a des vieilles motos d’un quart de siècle modifiées sur les routes de campagnes. A-t-on besoin de plus amples explications quant à savoir ce qui est le plus dangereux?

Une politique inutile

Le but affirmé de la politique de la SAAQ est de renflouer ses coffres tout en limitant le nombre de morts sur les routes.

Pourtant, les coffres de la société étaient pleins il y a quinze ans à peine. C’est sous le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard et à cause de son obsession maladive pour le déficit zéro qu’on a décidé de piger massivement dans les surplus devant servir à indemniser les accidentés de la route.

Ainsi, en demandant aux motocyclistes de remettre à flot la SAAQ, c’est un peu comme si on faisait porter sur leurs épaules le poids de réparer ce que toute la société a cautionné avec le sacro-saint déficit zéro. Théoriquement, tout le monde a profité du déficit zéro, mais ce sont les motocyclistes qui doivent, presque seuls, réparer les pots cassés. Équitable? Pas vraiment!

Et puis, au fait, est-ce que la SAAQ arrivera vraiment à se renflouer en ponctionnant les motocyclistes? Rien n’est moins sûr, surtout en considération du fait que seulement 10% des motos sont des motos sports à forte cylindrée et que ce nombre risque de diminuer passablement avec les nouveaux tarifs. C’est un peu comme pour les cigarettes. L’État a du réduire drastiquement les taxes en 1994 car la contrebande lui faisait perdre des revenus. Quand on taxe trop violemment des gens qui ont une solution de rechange (voiture sport, moto modifiée, etc.), à terme, on réduit les revenus.

Et pendant ce temps, la SAAQ agrandit son siège social pour la somme de 40 million $… Allo les priorités.

Par ailleurs, il importe de noter que la proportion de morts en relation au nombre d’immatriculations a diminué dans les années ayant précédé la décision de la SAAQ de hausser les frais des motocyclistes. En 1998, il y a eu 56 morts sur 76 506 immatriculations (rapport de 0,00073) contre 50 morts sur 111 351 immatriculations en 2003 (rapport de 0,00045). Puisque la SAAQ a élaboré son projet en 2005 (pour le présenter en 2006), elle devait être très au fait de ces statistiques. En fait, le bilan routier des motocyclistes ne cesse de s’améliorer depuis vingt ans. Ce qui n’est guère surprenant, il faut le dire, avec le vieillissement de la population et l’expérience qu’elle confère aux conducteurs.

La question demeure : pourquoi, alors, s’en prendre ainsi aux motocyclistes?

Le véritable but

Le véritable but de ces hausses, selon Jean-Pierre Belmonte, est plutôt de préparer les automobilistes à cette nouvelle forme de tarification, en fonction de la cylindrée ou du type de véhicules. Même s’il est indéniable qu’on pourrait penser à facturer différemment un conducteur de voiture hybride de celui qui conduit un Hummer, avait-on besoin pour autant de s’attaquer ainsi à tous les motocyclistes? On tue une mouche sous une tonne de béton. N’aurait-on pas pu tenir compte, par exemple, du très bon bilan environnemental des motocyclettes?

À contre-sens du développement durable

Les motocyclettes les plus modernes sont des chef-d’œuvre de la consommation d’essence. Certaines peuvent faire plus de 120 km. avec un seul litre! Elles dégagent également moins de dioxyde de carbone qu’une voiture, permettent de réduire la congestion urbaine, sont moins encombrantes et n’endommagent pratiquement pas les routes. Ce n’est pas un hasard si le Comité d’action politique motocycliste (CAPM) réclame le droit pour les motocyclistes d’utiliser les voies réservées aux autobus, taxis et au covoiturage; les motos sont des véhicules beaucoup plus écologiques que les voitures!

Malheureusement, avec ces hausses de tarifs, on incite davantage de personnes à troquer leur motocyclette contre une voiture ou à modifier de vieilles motos (plus polluantes) pour payer moins cher en immatriculation. Et puisque les ventes de motos neuves ont chuté de près de 30% depuis 2006, on n’incite pas les constructeurs à développer des technologies écologiques qui nous sont adaptées, notamment la moto électrique, qui serait promise à un bel avenir dans notre pays d’hydro-électricité.

Et question technologie, il n’y a pas qu’au niveau du groupe-moteur et de la performance écologique que les efforts peuvent s’avérer payant. De nombreux constructeurs implantent progressivement des freins ABS, des coussins gonflables, des dispositifs antipatinage. Encore faut-il que les motos neuves se vendent…

Des pistes de solution

En premier lieu, il faudrait peut-être facturer motocyclistes et automobilistes en fonction d’un facteur de risque basé sur l’âge et l’expérience du conducteur plutôt que sur le type de véhicule conduit. Il serait d’une simplicité quasi-juvénile d’établir une formule mathématique mettant en relation le potentiel de risque pour chaque classe d’âge. Les compagnies d’assurances privées le font déjà; pourquoi pas la SAAQ?

En second lieu, il serait pertinent d’offrir des rabais substantiels à ceux qui choisissent des motos économiques, moins bruyantes, plus écologiques.

Finalement, il y aurait un intérêt certain à offrir une meilleure place aux véhicules à deux roues en ville, surtout s’ils sont moins bruyants et plus sécuritaires. Des stationnements gratuits, des voies réservées, des exemptions de parcomètres seraient des solutions à envisager. Il faudrait également revoir la loi qui force toute personne désirant conduire un scooter de plus de 50cc à obtenir un permis de moto.

Dans tous les cas, les motocyclistes ont raison de se sentir floués. On les traite comme des parias de la société alors qu’ils pourraient contribuer à désengorger villes et autoroutes tout en polluant moins qu’une voiture.

Pour des raisons politiques et à cause d’une aberrante étourderie, on a fait d’eux des exemples en espérant que leur manque d’homogénéité politique en ferait une cible docile. En s’organisant comme ils le font depuis quelques semaines, ils sont en train de montrer une fois de plus qu’il n’y a rien comme une injustice pour unir un groupe en apparence disparate.

Au-delà de leurs intérêts propres, c’est la survie de tous les modes de transport alternatifs et de leur abordabilité qu’ils défendent. Et c’est aussi un peu de notre air et de la décongestion de nos rues que leur combat dépend.

Que ce soit le transport en commun, le vélo, ou la moto, toutes les alternatives moins polluantes et sécuritaires à la voiture ne devraient-elles pas être offertes à tous, et pas seulement aux plus fortunés d’entre nous?

Publicités

20 Réponses

  1. Encore une fois, un très bon texte. C’est toujours intéressant de te lire. Et encore une fois, je vais tenter d’apporter un éclairage un peu différent.

    Premièrement, tu parles de la vitesse médiane des accidents, ce qui n’est pas sans intérêt. C’est une information que je ne connaissais pas et je dois dire que si on m’avait demandé mon avis, j’aurais mentionné un chiffre certainement plus élevé.

    Pourtant, j’ai déjà eu une moto. J’ai eu 1 accident, à moins de 20 km/h. J’ai glissé sur du sable dans un virage. Aucune blessure.

    Un de mes amis a eu un accident: la voiture dans l’autre sens n’avais pas fait son stop. Vitesse: environ 40 km/h. Donc ma petite expérience aurait du me guider…

    Mais d’un autre côté, j’aurais bien aimé voir les mêmes statistiques pour les voitures, question de comparer. Là aussi, maes accidents sont arrivés à de très faibles vitesses.

    Mais en fait, ces stats ne sont pas très utiles puisqu’ils ne coûtent rien à la SAAQ. La statistique importante, c’est celle qui parle des accidents qui coûtent cher. Les accidents qui rendent paraplégique une personne de 20 ans. Ça, ça coûte cher. Et là, mon intuition (qui est loin d’être infaillible) me dit que les motocyclistes sont sur-représentés par rapport aux automobilistes, et j’aurais tendance à croire que les plus grosses cylindrées sont aussi sur-représentées. Mais ce n’est qu’une opinion personnelle, sans grande valeur.

    Cela étant dit, 1410$ pour 6 mois, me semble que j’aurais besoin d’une solide argumentation de la part de la SAAQ…

    Par contre, si c’est pour préparer une tarification selon la cylindrée des voitures, alors là, je suis pour à 150%! Les petites voitures économiques accessibles à la majorité de la population coûteraient moins cher que les Hummer, les Corvettes, les Jaguars et autres voitures de luxe. Rien de scandaleux pour moi…

  2. Merci!

    Évidemment que les accidents avec blessés sont plus nombreux pour les motocyclistes, et même plusieurs fois plus nombreux au pro rata. Mais là n’est pas mon point: mon argument central est que ce sont surtout les jeunes et l’inexpérience qui causent ces accidents.

    S’en prendre à l’ensemble des motocyclistes m’apparait donc inutile. Aurait-on idée de s’en prendre à l’ensemble de tel ou tel groupe ethnique parce qu’une minorité de ce groupe est ultra-violente?

    Charger plus cher aux jeunes et à ceux qui n’ont pas d’expérience, voilà qui me semble logique. Surtout que la majorité des accidents survient dans les premiers six mois d’utilisation d’une moto (ne me demande pas la source; je me rappelle seulement de l’avoir lu dans ma recherche pour ce texte) par un nouveau conducteur.

    Bref, la SAAQ se trompe de cible. Sur son site, elle parle des motos de plus de 600cc comme étant « à risque », mais ce n’est pas la moto qui est à risque, mais le jeune qui est dessus. Il faudrait plutôt établir des tarifs par tranche d’âge et par expérience.

    Et n’oublions pas non plus l’aspect écologique de la moto; ça aussi, ça a son prix. Il faut inciter davantage de gens à faire de la moto (surtout en ville) et continuer à développer la sécurité à moto.

    Avec la loi actuelle, tout ce qu’aura réussi à accomplir la SAAQ, c’est de mettre sur nos routes davantage de motos modifiées, les seules qui soient sur-représentées dans le nombre d’accidents…

  3. Tout à fait d’accord avec toi: il faudrait que les tarifs varient en fonction des vrais facteurs de risque, l’âge et l’inexpérience étant certainement les principaux. Le sexe, le niveau d’étude aussi, probablement. Et pourquoi pas les points d’inaptitude? Je ne comprends pas pourquoi cela ne se fait pas. Est-ce contraire au mandat de la SAAQ? Je ne le sais pas.

    Quant à l’aspect environnemental, je crois que ça reste à prouver. Une moto consomme moins d’essence, c’est vrai, mais cela ne signifie pas nécessairement qu’elle pollue moins. Dans une voiture, l’essence mal brûlée est décomposée dans le convertisseur catalytique. Je ne crois pas que les motos en soient munies (en tous cas, « dans mon temps », il n’y en avait pas). Résultat: les seuls résidus d’une voiture sont le CO2 et le H2O, alors que pour une moto, on ajoute le monoxyde de carbone (toxique) et des résidus d’hydrocarbure beaucoup plus polluants. Et si on veut empirer le résultat, on parle des moteurs 2 temps (comme les motocross). Ça, c’est criminel.

  4. et pour les surplus VOLÉ, Sans politiques c’ est le Partis Libéral qui a commencé cette histoire (2 années) et les Péquistes ont suivi en laissant ce VOLE continué tel que prévue par la lois……Bel gang de VOLEUR et aprèes il dise que les presque 3 milliards était correct a cause que une régie ne peut avoir des surplus!!!!!belle justification des 2 parties de CLOWN qui s’ échange de gouvernement a tous le 8 10 ans…, alors que tous les fonctionnaires reste l’as…et se sont eux les vrai gens du pouvoir???? qui font tous…(comme le M.Harbour qui doit conduire une Harley pour dire que des moto sport sont dangeureuse….La vitesse oui….et encore plus avec une moto antique Genre Harley sporster(elle a tu une surprime cette moto sport) ou CB 550 de 1980 avec un moteur de cbr 900 de 1994…HHIHHAHHAHA ca roule vite…..OUOUOUUOOUO dans le fossé

  5. pour repondre a ton affirmation Steph ,la plupar des motocyclettes depuis quelques annees sont munies de catalyseur

  6. Tu veux changer ca ? Tu veux mettre le PQ et le PLQ à terre ? Fais un pays, assume et arrete de chialer. Simple tu me diras ? Oui, tres simple, mais efficace. Ils arreteront alors de s’echanger le gouvernement tous les 5 ans.

    Apres, si ca reste encore la merde, y a que le peuple qui pourra se le reprocher, car il n’aura pas su s’imposer et aura permis à ces partis de se reconstruire tel quel.

    Le devoir citoyen, c’est plus que de mettre un bulletin tous les 5 ans dans une urne et tant que les gens n’auront pas compris cela, rien ne changera.

  7. […] de services adéquats dans le réseau de la … http://www.saaq-clopedia.com/ Immatriculation: la SAAQ s'attaque injus… 18 mai 2009 … Il s'agit d'un mythe tenace voulant que les motos très puissantes causent […]

  8. Si on prend la logique de la Saaq d’augmenter les permis d imatriculation des motos pourquoi pas d, augmenter le prix des grosses cylindrés des automobiles, des vue, 4×4 ect.. Comme cela se fait en Europe(France) comme exemple. Pas de volontée politique.Des chieux
    Ce sont des votes…

  9. Steph dis: Par contre, si c’est pour préparer une tarification selon la cylindrée des voitures, alors là, je suis pour à 150%! Les petites voitures économiques accessibles à la majorité de la population coûteraient moins cher que les Hummer, les Corvettes, les Jaguars et autres voitures de luxe. Rien de scandaleux pour moi…

    Attention il est la le danger, si on suis la logique de la SAAQ avec les catégorisations, une SMART est beaucoup plus a risque qu’un Hummer car les passagers de celle ci risque plus de blessures… tu vois ou je veux en venir, la catégorisation est un jeux très dangereux, tout comme le principe d’utilisateurs payeurs, rien ne leurs empêchent de jouer sur les chiffres et les mots, ce qu’ils font très bien déjà d’ailleurs.

  10. On parle de l’inexpérience des jeunes, mais il ne faut pas oublier ces motocyclistes qui s’achètent une moto qu’ils conduiront avec peu ou pas du tout d’expérience, avec en poche un permis qui leur a été délivré il y a de cela des années.

    J’ai 40 ans et j’ai obtenu mon permis de moto à l’âge de 35 ans. J’avais l’expérience d’une moto hors-route, près de vingt ans d’expérience au volant d’une voiture, et selon moi une bonne attitude de conductrice. Pourtant, le cours obligatoire (obligatoire ne veut pas dire parfait) m’a permis de rafraîchir mes connaissances et d’enfourcher ma moto avec une meilleure assurance.

    Ce n’est donc pas de l’âge, mais bien de l’expérience du conducteur dont la SAAQ devrait tenir compte.

    Et pour ce qui est du danger relié à la cylindrée, on pourrait en parler longtemps…

  11. Les grosses cylindrées sont déjà surtaxées au niveau de l’immatriculation. Ma Mustang GT me coûtait 160$ de plus à plaquer à cause de cela 😦

  12. […] La combine est simple : on modifie la moto pour en faire une bombe. On circule sur les routes où c’est permis et on clenche quand aucun véhicule de police est en vue. Le résultat? Au lieu d’avoir des motos sportives de l’année qui brûlent le pavé sur des autoroutes conçues pour la vitesse, on a des vieilles motos d’un quart de siècle modifiées sur les routes de campagnes. A-t-on besoin de plus amples explications quant à savoir ce qui est le plus dangereux? Louis […]

  13. […] La combine est simple : on modifie la moto pour en faire une bombe. On circule sur les routes où c’est permis et on clenche quand aucun véhicule de police est en vue. Le résultat? Au lieu d’avoir des motos sportives de l’année qui brûlent le pavé sur des autoroutes conçues pour la vitesse, on a des vieilles motos d’un quart de siècle modifiées sur les routes de campagnes. A-t-on besoin de plus amples explications quant à savoir ce qui est le plus dangereux? Louis […]

  14. Je remarque une chose dans la vie il faut se battre.Ce n est pas en se promenant à 20km les fin de semaines en bande de 100 300 motos pour faire plier le gouvernement(saaq) cè est de faire la guerre.
    Faire des barrages aux pont soit à Montreal ou Québec arrêté la circulation aux pont et aux principales nentrée dans la ville.Pas les fins de semaine mais en semaine.Il faut des stratèges d ordre de militaire des gens qui ont un désir de gagné la bataille contre la Saaq.Réfléchisez bien et quand vous serez prêt dites le moi je serai sur les premières ligne de front…

  15. Ps en Nouvelle écosse il en coute $50. par année pour imatriculé une moto de 1100cc et environ $200. pour l assurance.Cè est à y penser comment on se fait roulé ici au Québec. voilà…

  16. […] Immatriculation: la SAAQ s’attaque injustement aux motocyclistes | ledernierquebecois.wordpress.com Stu un repost? […]

  17. Je suis avec Pierre. Je me souviens quand Quebec etait une bon place a demeurer. C’est pu une bonne place. C’est le temp pour le vrai action. J’ai entendu que c’est super beau a nouvelle ecosse.

  18. Oui mais combien de moto on leur exaust modifier sans catalyseur ? 60% ?

  19. Bonjours a tous.

    Mon mouvement as pour but direct d’ouvrir une commission d’enquete contre la S.A.A.Q, afin que cette derniere nous démontre au grand jour tout les fonds versés de la part des motocyclistes et leur vrais utilisation!

    J’exige que la S.A.A.Q. nous démontre et de facon claire, la vérité et de justification réelle des hausses du cout des immatriculations des motocyclistes et cela depuis les dernieres 10 années. Cela auras également pour but de démontrer et d’une facon tres transparante, les hausses illégales de la part de la S.A.A.Q.

    Aussi une commision seras installée, afin de controler les hausses abusives de la part de la S.A.A.Q et la facon dont leurs systeme informatique de calcul des primes, remboursements, ou lors d’une vente, est non conforme et totalement illégale.

    D’autre part, mon but est clair et celui d’irradier le pouvoir de la S.A.A.Q sur tout véhicules saisonniers et de loisir, afin de remettre le controle directement au compagine d’assurance et cela a 100%. La S.A.A.Q ne semble pas etre une société juste et cela a part égale. Alors devant tout ces faits, je demandes a tout les motocyclistes du Québec de se joindre a ce nouveau mouvement.

    Merci a tous et svp partager a travers le Québec.
    Le M.M.Q. (http://www.facebook.com/home.php?sk=group_207777079258802)

Comments are closed.