La masturbation sociale

Des hommes et des femmes qui se masturbent devant spectateurs. On appelle cela le « masturbathon » de San Francisco, mais personnellement je qualifierais plutôt cette grandiose connerie de « stupidothon ». Que le plus imbécile des participants s’asticote le manche pendant des heures ou feint l’orgasme jusqu’aux petites heures ne m’émeut pas: je constate simplement la dégénérescence d’une certaine sous-culture de la sexualité qui sous prétexte d’ouvrir les esprits contribuent seulement à transformer l’humain en bête de cirque désolidarisée qu’on expose fièrement devant autrui.

Qualifiez-moi de vieux jeu, mais à mon avis le sexe est bien meilleur à deux. Sa sexualité, c’est probablement ce qu’une personne possède de plus unique et de la partager avec un ou une partenaire contribue, outre à assurer le futur de l’humanité, à créer des liens de plaisir avec autrui.

masturbation-sociale

Source de l’image

La masturbation, par contre, est essentiellement un acte égoïste et de repli sur soi. Malgré son caractère inéluctable, elle représente un semi-constat d’échec, c’est-à-dire l’incapacité à assouvir ses pulsions sexuelles de manière satisfaisante avec une autre personne. On ne se masturbe pas parce que c’est un premier choix, mais peut-être plutôt parce que la solitude ou l’incapacité à se trouver un ou une partenaire idéal nous y a incité. On se masturbe parce que nous ne vivons plus dans des cavernes où nous pouvions prendre la première femme qui passait pour « se soulager ».  On se masturbe peut-être juste pour passer le temps. 

Qu’on me comprenne bien: je n’ai rien contre ceux qui la pratiquent, mais il y a une différence entre le faire dans l’intimité de son foyer et devant tout le monde. Même si la masturbation est normale, s’agit-il pour autant d’une raison de la glorifier ainsi? À ce que je sache, la toilette avec eau courante est une des plus grandes inventions humaines; va-t-on pour autant organiser un « défèquathon » dans une cuvette transparente pour célébrer le tout?

Jusqu’où ira-t-on sous prétexte de s’attaquer aux tabous?

Toute vérité n’est pas bonne à montrer. Si tous les individus participant à cette orgie narcissique utilisaient ne serait-ce qu’une partie de leur énergie vitale ainsi gaspillée pour s’introduire (sans jeu de mot) vers autrui, j’ose croire que le monde serait déjà un endroit un peu plus agréable et solidaire.  Car comment demander à quelqu’un qui fait de l’auto-satisfaction un dogme de se soucier du bien-être de son voisin? Comment lui faire comprendre que le bonheur et le plaisir sociaux sont des choses qui se partagent? 

À trop vouloir exprimer son unicité de n’importe quelle façon, on se désolidarise des autres et on oublie qu’au-delà de nos différences et de nos bizarreries nous partageons tous un destin commun.  Dans un monde où Twitter et le SMS ont remplacé le miroir et où chacun semble plus intéressé à se conter qu’ à interagir avec autrui, faut-il se surprendre d’une telle dérive?

Tiens, et si on célébrait l’amour plus souvent?  Pour changer…

Publicités

22 Réponses

  1. Je suis d’accord avec toi, c’est toujours mieux de pouvoir faire l’amour avec une autre personne mais la masturbation est un bon exutoire quand tu es en manque et que tu n’as personne à tes côtés pour assouvir tes pulsions. Et je suis d’accord aussi pour dire que de se masturber en public n’est pas un acte très intelligent. Je suggère à ces personnes d’aller dans un sauna (pour les gais) ou dans un club échangiste (pour les hétéros).

    Si je comprends tu sembles un hommes comblé n’est-ce pas Louis?

  2. … une drogue est au bonheur ce que la masturbation est à l’amour: une fermeture sur soi-même, nécessaire à certaines périodes, qui devient appauvrissante si elle coupe le contact avec le monde extérieur.

    -Albert Jacquard

  3. @internationaliste: Je suis d’accord avec toi, mais en quelque sorte c’est justement ça que je trouve triste. Ça semble très difficile pour beaucoup de se trouver quelqu’un de nos jours. Est-ce pour cette raison qu’on glorifie ainsi la masturbation?

    @Steph: Excellente citation!

  4. Si on considère la masturbation comme un geste égoïste, on doit classer la plupart des gestes quotidiens dans la même catégorie. Quand je m’achète un sac de chips, c’est pour mon bonheur égoïste, même les relations sexuelles n’ont souvent pour but que d’assouvir des pulsions sexuelles égoïstes et non de partager, de se donner, de construire quelque chose ou je ne sais quelle autre connerie. Et puis tant mieux pour toi si tu te trouves une partenaire sexuelle en claquant des doigts, mais ce n’est pas nécéssairement aussi facile pour tous. Et puis la vie est faite de cironstances qui font en sorte qu’il n’est pas aisé de conquérir la «partenaire idéale». Ceci étant dit, je suis bien d’accord pour dire que le masturbation devrait rester dans le domaine du privé.

  5. Tu soulèves un bon point Georgie. Je pense par contre que Louis ne dénonce pas la masturbation mais plutôt le fait qu’elle puisse être pratiqué en public. Tu as raison de dire qu’une relation sexuelle entre deux personnes peut avoir des visées égoïstes. En effet c’est le plaisir que l’on recherche en faisant l’amour.

  6. Je suis bien d’accord avec toi: la masturbation doit rester privé et ne pas être exposée en publique… Ça va être quoi la prochaine étape? Une gang d’exhibitionnistes qui n’en n’auront plus assez de se masturber devant un public consentant et qui vont chercher des endroits comme les transport en commun?… C’est d’une ânerie!!!
    Par contre, je pense la masturbation reste un geste naturel, plutôt un besoin physique qu’un geste consciemment égoïste…

  7. Je ne serais pas prête à porter un jugement sur les raisons qui nous poussent à nous masturber. Je ne pense pas que la masturbation en solo peut être « plus » ou « moins » qu’une relation sexuelle à deux parce que ça dépend toujours du contexte et du pourquoi on le fait. Après tout, la masturbation peut avoir aussi sa place auprès des personnes qui sont en couple.

    Mais pour revenir à l’événement en tant que tel, je trouve ça assez ridicule. Ils ont beau ramasser des fonds pour donner à des oeuvres de charité, reste qu’il y a bien d’autres façons d’amasser de l’argent pour une bonne cause. Et les donateurs là-dedans, ça peut ne pas leur coûter très cher pour voir de la pornographie en direct.

    J’imagine que les participants sont très intellos? 😛 HA HA HA

  8. Mecri Georgie pour ce retour à la raison.

    Pendant un instant, je me suis cru sur un bloque Catholique.

  9. « Qualifiez-moi de vieux jeu, mais à mon avis le sexe est bien meilleur à deux. »

    Effectivement, tu es vieux jeu.
    Le sexe est meilleur a trois.

    « Sa sexualité, c’est probablement ce qu’une personne possède de plus unique »

    Faut pas avoir une grande expérience sexuelle pour écrire çà…

    Tes empreintes digitales et ton iris sont ce que tu as de plus unique.

  10. @Georgie: Manger un sac de chips ou se masturber, l’un ou l’autre est un geste égoïste. On ne se masturbe pas pour autrui, alors que ceux qui se masturbent acceptent le fait que c’est égoïste!

    @internationaliste: Je dénonce la glorification de la masturbation. Sérieusement, que va-t-on glorifier ensuite, la scatopholie?

    @bobette: À mon avis, la masturbation est à la fois un geste naturel et un geste égoïste. Par contre, la glorification du geste naturel n’a rien de naturel…

    @Noisette Sociale: Je crois que peu importe le contexte, la masturbation est systématiquement « moins » qu’une vraie relation; il s’agit d’un acte égoïste qui peut être assumé dans sa vie privée mais pas en public…

  11. Je crois qu’il doit y avoir une bonne gang de pornographes qui y ont déjà pensé sinon c’est fort probablement déjà réalisé.

  12. « Manger un sac de chips ou se masturber, l’un ou l’autre est un geste égoïste. On ne se masturbe pas pour autrui, alors que ceux qui se masturbent acceptent le fait que c’est égoïste! »

    Le jour où ta blonde va se masturber devant toi, tu vas changer d’idée…

  13. ….. Le billet est d’une telle insignifiance, ça ne vaut même pas la peine d’argumenter…

    Au fait, ton jugement sur la masturbation comme quoi c’est égoïste…….. c’est de la MASTURBATION INTELLECTUELLE!

    En 2 secondes, le masturbothon est un évènement privé, dans un lieu privé organisé par des adultes consentants. Est-ce que tu fais partie des imbéciles qui croient qu’un lieu qualifié de « public » (genre un centre-d’achat) appartient à la société? Lutopium s’est déjà fait complètement planté sur le sujet, je lui demanderais de t’en parler pour t’éviter la honte d’avoir appuyé trop longtemps un raisonnement d’idiot…

    « La masturbation, par contre, est essentiellement un acte égoïste et de repli sur soi »

    Ouais solide MASTURBATION INTELLECTUELLE que tu fais là…

  14. Veux-tu m’expliquer en quoi la masturbation serait une action altruiste, si tu trouves que ce n’est pas égoïste?

    Ah non, c’est vrai, tu écris ton opinion mais « ça ne vaut même pas la peine d’en discuter ».

  15. Effectivement, Louis, tu as raison. C’est un geste foncièrement égoïste sauf que, pas que je veuille prêcher pour ma paroisse (déjà que je suis très mal à l’aise de discuter de ça), parfois ça « compense » (et remarquez les guillemets car je dis compenser en soupirant, en levant les yeux au ciel et en me disant que ouin, mettons que ça compense…) entre deux relations. Bon, je sais, le plus simple est de se trouver quelqu’un, mais c’est pas toujours simple trouver quelqu’un particulièrement quand tu es d’une autre orientation (sifflotement de malaise)…

    Mais sans blagues, je ne comprends pas le « trip » d’un masturbathon… J’imagine le petit pervers qui a proposé ça. 😛 Il doit saliver à l’idée que sa proposition ait été accepté.

  16. […] en apparence libres et aux moeurs on-ne-peut plus libérées sont pourtant prisonniers de leurs passions et de leurs conditions. On peut avoir l’impression d’être libre parce qu’on fait […]

  17. « (déjà que je suis très mal à l’aise de discuter de ça) »

    Voici probablement la raison de l’évènement. « Banaliser » le geste. Faire en sorte de rendre les gens à l’aise avec la masturbation.

  18. Ouais ! J’ai eu un drôle de feeling en lisant ton billet.

    Moralement, la masturbation a toujours été mal vue. Mais dans les années 70, je me souviens d’avoir lu des traités de psyschologie qui décupabilisaient la masturbation. Cela correspondait à toute une libération sexuelle.

    Et ma plus grande surprise fut de lire le Rapport Hite sur la sexualité de plusieurs hommes, qui disaient pratiquer la masturbation, même s’ils étaient en couple.

    Maintenant, si cet événement dont tu parles te choques, c’est que tu es plutôt conservateur. À toi de l’assumer, et ce n’est pas un mal en soi. Simplement que les échanges de couples ou les trips à trois, et autres fantaisies sexuelles, c’est pas ta tasse de thé. Si tu aimes mieux simplement faire l’amour avec ta blonde, c’est ton choix.

    On vit dans une société très permissive ou dégradante, si tu préfères, mais il faut se montrer tolérant, c’est ainsi qu’on vit dans le monde libre occidental.

  19. Ouais, mais je doute que voir une gang de personnes se masturber dans un centre d’achats change la donne. On s’entend qu’un geste intime, ça reste un geste intime.

  20. Si tout le monde est consentants, je vois pas où est le problème. Y’a surement des « gênés » qui vont y aller et ça risque de les dé-gênés. Ça pourrait être thérapeutique pour bien des gens.

  21. …. Est-ce que manger un bon repas est égoïste? Est-ce que aller danser avec des amis est altruiste? Est-ce que lire un livre est altruiste?!?!?

    Si on joue ton jeux, presque tout est égoïste!!! C’est pour ça que je dis que c’est de la masturbation intellectuelle, tu te branle sur un sujet insignifiant en jugeant un évènement orginal (j’trouve ça vraiment comique comme manière de ramasser des fonds) et prône un certain purisme sur le fait que ce soit un évènement « public ».

    « contribuent seulement à transformer l’humain en bête de cirque désolidarisée qu’on expose fièrement devant autrui. »

    Tu extrapole en disant que c’est l’expression du repli sur soi de la société et de l’individualisme à outrance ou une connerie du genre (tu essaies de trouver des causes sociales à la masturbation).

    Dans la même logique, tu devrais dénoncer les échangistes et les sex shop! En 1999, il y a eu un jugement qui t’aurait certainement fait plaisir :

    « Le procès de Jean-Paul Labaye, propriétaire du bar l’Orage à Montréal, s’est poursuivi au cours des derniers jours. M. Labaye est accusé d’avoir tenu une maison de débauche parce que des couples d’échangistes se rencontraient dans le bar en question, puis allaient participer à des orgies dans un appartement privé un étage plus haut. Les délibérations ont mis en lumière la stupidité de vouloir réglementer les pratiques sexuelles d’adultes consentants, de même que l’hypocrisie des forces policières qui procèdent à ce genre d’enquête. Ainsi, un policier qui s’était rendu incognito sur les lieux du « crime » à deux reprises a admis en cour que ce qu’il avait vu était similaire à ce qu’on retrouve sur des films pornographiques facilement accessibles au public. Lui-même avoue d’ailleurs louer ce genre de films vidéos régulièrement. Le bar l’Orage n’a jamais fait l’objet de plainte, ni des voisins, ni des clients. »

    « LA BÉQUILLE D’OR
    à la juge Louise Baribeau de la cour municipale de Montréal, qui a reconnu Jean-Paul Labaye, propriétaire du bar d’« échangistes » l’Orage, coupable d’avoir tenu une maison de débauche. Même si les actes sexuels en groupe avaient lieu dans l’appartement privé de M. Labaye à l’étage supérieur au bar, et même si les membres du club étaient tous des adultes consentants ayant déboursé 200 $ pour en devenir membres, la juge considère qu’il s’agit en réalité d’un espace public à cause du trop grand nombre de personnes impliquées. Invoquant par ailleurs une logique de victimisation féministe de plus en plus populaire dans les milieux légaux politically correct, elle considère « dégradant et déshumanisant » pour une femme le fait, rapporté par les policiers-espions qui ont fait enquête, que celle-ci ait pu avoir « des relations sexuelles avec quatre hommes simultanément en présence d’un aussi grand nombre de spectateurs, dont certains se masturbent en les contemplant ». Même si la femme en question éprouvait du plaisir, il faut donc la protéger contre elle-même pour s’être ainsi laissée exploiter par des mâles! La juge a de plus évoqué le fait que « seulement 2 à 5% de la population », selon des études, ont fait l’expérience du sexe en groupe. Pis après, Son Honneur? En quoi ça vous justifie d’empêcher ceux qui ont des goûts minoritaires d’assouvir leurs fantasmes? Trente ans après la déclaration de Trudeau, « l’État n’a pas d’affaire dans la chambre à coucher des citoyens », des gens se font encore condamner pour des pratiques sexuelles librement choisies mais qui ne plaisent pas à la majorité. Chose certaine, pas besoin d’être en groupe pour produire des jugements stupides et répressifs fondés sur des arguties judiciaires et une mentalité de féministe demeurée. »

    Il y avait plusieurs personnes, c’est donc public! Ça veux dire que le public a le droit d’intervenir et de permettre ou d’interdire!!!

Comments are closed.