Twitter: la rivière de l’égo et des banalités

Je lisais Michelle Blanc faire l’apologie de Twitter sur son blogue. Ma position est diamétralement opposée: je crois que Twitter ne sert à rien. À mon avis, cet outil constitue une pure perte d’énergie et des efforts gaspillés pour quiconque désire structurer ses idées et laisser sa trace. Contrairement à ce que Michelle affirme, Twitter n’est pas « une rivière d’informations de laquelle [elle s’] abreuve [mais où elle] ne tente pas de boire la rivière au complet ». Malgré tout le respect que j’ai pour elle (je suis un lecteur assidu de son blogue), je crois qu’elle fait fausse route.

En effet, Twitter n’est pas une rivière d’information, mais plutôt un ruisseau ou un fleuve de banalités, où les meilleurs arguments et les idées les plus structurées ont été annihilées en amont. L’utilisateur doit écrire ses messages sous forme de textos, avec une limite de 140 caractères. On demande aux affluents de garder leurs minéraux les plus utiles mais de fournir le grand fleuve en insanités narcissiques d’égos souvent surdimensionnés. « Je termine mon mémo ». « Je vais aux toilettes ». « Je m’endors. » Oh, mais vous croyez faire mieux? Comment pourriez-vous seulement faire mieux avec 140 caractères?

twitter-banalites-ego

Source de la photo

Dans les faits, la limitation du texte ne conduit pas à la précision des idées, mais plutôt à l’évacuation des nuances. Par exemple, si on parlait de l’arrestation de Jean-François Harrison. Est-il plus facile d’écrire: « on devrait le pendre par les couilles » ou « malgré la gravité des faits reprochés, il faut se rappeler qu’il est non-coupable jusqu’à preuve du contraire et que ce sera à un tribunal d’établir sa responsabilité. En attendant, il faudrait parler des dangers de laisser la plèbe le juger et se rappeler qu’il… »? Vous voyez où je veux en venir? Twitter décourage les nuances et l’esprit critique et incite l’utilisateur à simplifier ses idées jusqu’à ce qu’elles ne soient plus que l’écho lointain d’une forme d’intelligence articulée. J’ai des idées, mais je dois me limiter. Le triomphe du texto.

Twitter a son utilité s’il est utilisé dans un contexte de messagerie instantanée permettant de rejoindre rapidement des gens en cas d’urgence. Là où il déraille complètement, c’est dans son rôle de micro-blogue. Je m’excuse, mais 140 caractères, ce n’est pas un billet et ce n’est pas de la qualité. Cela ne veut pas dire que tous les blogueurs font de la qualité, loin de là. Mais en imposant cette limite, on met une couronne sur la tête de la vacuité et on lui demande de parader à la face de ceux qui ont de réelles choses à dire. Des idées qui demandent davantage d’espace pour être correctement articulées.

Suis-je surpris de la popularité de Twitter? Non. À ce que je sache, Star Académie obtient les meilleures codes d’écoute à la télévision, le Journal de Montréal la plus grande part de marché dans son domaine et les magazines de potins mènent le bal dans leur secteur. Twitter, qui favorise systématiquement le vacuum et la nullité d’un discours désintégré et réduit à des miettes d’un pain qu’on aurait imaginé savoureux, permet simplement à ceux qui n’ont rien à dire de compétitionner directement avec ceux qui ont quelque chose à écrire. En quatre mots: nivellement par le bas.  Comme l’affirme Pierre Chappaz:

Twitter est une caricature de conversation superficielle sans participants. Pointe avancée de l’égotisme. J’existe puisque tout ce que je fais je l’écris sur le Web. Je deviens une machine (à écrire). C’est le Web 2 geek. »

Lâchez-moi avec vos « log-book » et votre voyeurisme n’ayant d’égal que le vide de vos « twits ». Je ne veux pas savoir que Monsieur X lit tel livre: je veux qu’il me dise ce que ce livre a changé en lui. Je ne veux pas qu’un autre me raconte qu’il a été au cinéma: j’aimerais qu’il me parle du film. Je ne désire pas connaître votre vie privée dans les moindres détails: je souhaite savoir en quoi vos gestes sont porteurs de sens. Les blogues sont déjà une rivière où se côtoient égo, narcissisme et informations utiles. Je dois savoir pêcher pour bien les utiliser. Twitter, c’est un cours d’eau dont on a évacué les informations utiles et où on peut pêcher pendant des heures sans jamais trouver quoi que ce soit d’autre que de l’insignifiance établie comme règle ultime du chic et de la pertinence.

Par ailleurs, outre la futilité de l’action-même de twitter, que reste-t-il de vos « twits » après quelque temps? Quand j’écris ou que je blogue, je développe une pensée et des idées pour mes lecteurs présents et futurs. Je laisse une petite et modeste trace d’intelligence dans le cyberespace et je bâtis un peu de sens pour les autres. J’offre de l’information pouvant être utilisée dans le temps. Par exemple, il y a encore quotidiennement plusieurs personnes qui lisent ce texte, celui-ci ou même celui-là. Je prolonge ma présence dans le temps en structurant des idées offrant une information réelle et tangible pour le lecteur. Le twit peut-il en dire autant? Poser la question, c’est y répondre: votre twit, issu de l’élimination de tous les éléments nutritifs du pain qu’était votre discours, devient une miette pour les oiseaux dès le moment où vous leur lancez sur Twitter. Disparu, envolé. Rien.

Il ne reste plus rien de vous.

Vivre, c’est se projeter dans le temps. Dès la seconde où j’ai terminé cette dernière phrase, je me suis trouvé dans le futur. Vous qui me lisez êtes également des gens du futur. Étant tous mortels, la vraie question est celle-ci: que restera-t-il de nous? Vivre, à mon avis, c’est aussi se donner un sens: avoir des enfants, militer pour une cause politique. C’est concevoir sa vie autrement que par ce qui tourne autour de son nombril et voir dans la mort certes une fatalité pour son corps physique mais c’est aussi espérer que ses idées et ses valeurs traversent le temps. Voilà pourquoi j’écris: pour permettre à mes valeurs et à ce que je suis de survivre dans le temps. Voilà pourquoi je tente de faire du sens: pour enlever un peu de ce fardeau à ceux qui me suivent. Objectivement, ça ne donne probablement rien (qui suis-je pour espérer changer le monde), mais pour moi ça a un sens et je m’épanouis dans la diffusion d’idées structurées permettant de changer la vision des autres.

Et vos twits, que changent-ils sur les autres, à part leur avoir fait perdre un temps précieux à suivre vos banalités en 140 caractères vous empêchant de vous réaliser vous-même et de laisser derrière vous autre chose que de la vacuité? Qu’auriez-vous pu créer comme sens pendant que vous étiez sur Twitter?

Parce que la vie ne se limite pas à 140 caractères.

AJOUT: Après avoir lu le commentaire de Michelle Blanc, je crois qu’il y a peut-être une utilité dans Twitter pour ce qui est de l’échange de liens. Une personne connue et crédible pourrait par exemple y poster au fur et à mesure des liens jugés intéressants. Ceci dit, rien n’empêche la dite personne de poster ses liens sur son propre blogue. De plus, elle pourrait y ajouter une réflexion pertinente et approfondie, ce qui est présentement impossible sur Twitter.   Dans tous les cas, l’idée de Twitter n’est pas mauvaise, c’est la limite de 140 caractères qui l’est.  Il s’agit d’un frein à la réflexion et d’un incitatif à ne pas trop réfléchir.  Comme je l’écrivais plus haut: je ne veux pas savoir tout ce que tu fais, mais plutôt en quoi ce que tu fais est porteur de sens.  Et 140 caractères pour faire du sens… Autant résumer l’histoire humaine en trois phrases: ça peut frapper l’imagination, mais c’est loin d’être crédible!

Publicités

32 Réponses

  1. veut! Mais bon, ne serait-il pas formidable de suivre ma vie de casanier célibataire gay sur Twitter? Tellement pas. Non, vraiment, ça ne vous intéresse pas. Puis bon, y a pas juste des gens qui font l’apologie de Twitter, yen a qui remettent le phénomène en question. M’enfin… Pépère vous salue du haut de sa chaise berçante en essayant de comprendre le langage SMS et ce que ça veut dire Wi-Fi. Le billet du jour: Restons dans le domaine du réseautage. Je voulais faire un

  2. Tu vois, c’est drôle, je suis complètement accro à Facebook et à mon blog, mais Twitter je ne comprend pas, tout simplement pas ce phénomène là. Dans un blog si tu veux tu peux articuler une pensée intelligente et avoir peut-être un impact utile sur la société mais 140 caractères c’est beaucoup trop bref. Comme je ne fais pas ma propre musique je n’utilise pas MySpace – à un moment donné il y a un choix à faire; force est de constater que la qualité des liens sociaux entre les gens ne cessent de diminuer en proportion de l’explosion de sites soi-disant pour garder le contact avec les autres. C’est complètement ridicule. Internet et l’interactivité c’est bien quand c’est utilisé à un but constructif; les blogueurs en sont un exemple patent de la liberté d’expression qu’Internet permet. Mais twitter risque de ne pas changer grand chose à ma vie.

  3. Twitter, pour moi, est l’outil des illettrés, qui ont de la difficulté à aligner plus de dix mots de suite.
    Ça sert à dire quoi ? des niaiseries qui n’intéressent personne…
    Non, vraiment pas pour moi. Ni Facebook, ni MySpace…
    On peut, à l’occasion, faire court, comme mon intervention d’aujourd’hui, mais c’est parce que je n’ai pas grand chose à dire sur ces bébelles-là….

  4. @Léonard: Bien d’accord! Je suis moi-même un utilisateur occasionnel de Facebook, mais si je décide d’y créer du contenu, je peux tout de même le faire. Dans le cas de Twitter, je dois me forcer à réduire toute forme de contenu intelligent que j’aurais voulu offrir aux autres. Nivellement par le bas!

    @Garamond:

    Twitter, pour moi, est l’outil des illettrés, qui ont de la difficulté à aligner plus de dix mots de suite.

    Ouf, c’est méchant ça! 😛 Mais est-ce si éloigné de la réalité? Personnellement je n’irais peut-être pas jusque là, mais disons qu’on peut effectivement se questionner sur la qualité de l’écriture et de la pensée de gens qui s’épanouissent dans un environnement aseptisé en 140 caractères…

    Ceci dit, Michelle Blanc l’utilise et elle fait de la qualité. Cependant, je crois qu’elle ferait encore plus de qualité si elle utilisait le temps qu’elle perd sur Twitter pour écrire d’autres textes.

    En clair, Twitter a une utilité, mais je crois que celle-ci est contre-productive pour quiconque tente de développer ses idées et d’organiser un peu son discours!

  5. Salut Louis-Philippe !

    Je ne connaissais pas Twitter, et d’après ce que je peux voir, je ne manque pas grand chose.

    En passant, je salue ton intervention dans un autre blogue, Gros Bon Sens, sur une histoire odieuse au Brésil, cela m’a fait du bien de voir que tu avais une opinion moins agressive.

    Et les gens sont prompts à condamner pour quelque chose sur lequel ils n’ont aucun pouvoir, à part celui de chiâler, alors qu’ici, pas plus tard qu’hier, j’ai pu mesurer le degré de conscience face à la pollution. Facile dire aux autres pays ce qu’ils devraient faire, quand dans ton propre pays, t’es même pas capables de ramasser tes propres déchets.

  6. Twitter,? qui? Ou est L-P Lafontaine? ce billet laisse a désirer et Bravo, les justiciers de M.T.L…Ca en prend des comme vous et nous a propos de pédos et de prédateurs sexuels.Faut qu’on tienne le coup. Twitter, bonne chance, et et passant, ca s’épelle TWEETER, non un »TWITT »er.Bonne journée, le tien a l’air gricher ou bien sonner CACANNE! HAHAHA:)

  7. Et puis, Harrisson, j’aurais certaines craintes a sa place ou je déménagerais apres tous ces commentaires qui le visent personnellement. AYOYE! Ca va chauffer dans son quartier pour les pédophiles désormais en IMPUISSANCE. Soyez TRES PRUDENTS, s’il y en a qui lisent nos articles et commentaires.Twitter, tu serais meilleur,…En tous cas, pratique un peu plus…Comme au Football. rough and tough.

  8. Salut Mike,

    Merci beaucoup de tes interventions, même si celle-ci est… un peu hors-sujet (quoi qu’il est vrai que j’ai donné l’exemple de Harrisson dans le billet).

    J’aimerais simplement t’informer d’un petit truc concernant la publication des commentaires. Quand tu écris un commentaire, il n’y a pas que le nom et le courriel qui sont pris en note, mais également l’adresse IP. Ainsi, un individu X pourrait écrire sous différents pseudonymes mais avec le même IP, tu comprends?

    Tu sais, tu m’as déjà dit beaucoup aimer ce blogue, et je t’en remercie encore. Je ne t’en tiendrai pas rigueur si tu t’opposes à mes arguments ou si tu n’es pas d’accord avec moi sur tel ou tel sujet. Tu peux me l’écrire franchement, sous ton vrai nom, et je te garantis que je vais te lire et peut-être même te répondre.

    J’espère que tu ne prendras pas mal cette réponse.

    Concernant Twitter, quelle est ta position sur le sujet? À quoi ça sert selon toi? Quelle est son utilité? Utilises-tu Twitter, « twitt »-tu ou « tweet»-tu? Qu’en penses-tu?

  9. Merci Daniel!

    Je trouve effectivement que les gens sont prompts à condamner, juger, lapider. À mes yeux, c’est une forme de régression: la justice de la plèbe c’est le retour au Moyen-Âge… Aujourd’hui nous avons un système certes imparfait, mais c’est le meilleur que nous avons…

    Je ne crois pas en effet que tu manques grand chose sur Twitter. Twitter peut être utile pour faire de la publicité pour ses articles, entre autres (ce que fait Michelle Blanc) mais pour avoir une portée il faut avoir beaucoup de « followers » (suiveux). Et pour avoir de ceux-ci, il faut beaucoup perdre de temps à écrire des commentaires de 140 caractères souvent banals.

    En fait, mon calcul est le suivant: prend chaque minute passée sur Twitter et met-la sur un article de blogue intéressant, et je crois que ce sera une minute mieux investie.

  10. @Dan: Bonjour, et NON ca vaut pas cher la livre, a sa place, je retournerais sur un banc d’école, le c..Gommé a la Crazy glue, il en a besoin, a moins que ses moyens financiers pour des livres a jour laissent a désirer fortement. A longueuil, on a un libraire usagé et pas cher! Librairie Saindon, rue St-Charles, coin Saint-Alexandre, au sous-sol,…ah puis trouve-le ..Bonne chance

  11. C’est quoi ton profil twitter?

  12. J’ai cliqué sur « delete my account », alors j’imagine que ça ne changerait pas grand chose…

    Je ne suis pas fermé complètement à Twitter. Dans ton cas, je suis sûr que ça doit aider d’avoir plein de gens qui connaissent ton blogue grâce à Twitter. Cependant – et c’est ça mon point principal – je suis convaincu que si quelqu’un mettait le temps passé sur Twitter à l’écriture de nouveaux billets sur son blogue il serait mieux récompensé à long terme.

    140 caractères, c’est insuffisant pour développer une idée. Juste ce que je viens d’écrire, ça fait le double ou le triple, et j’ai à peine effleuré le sujet.

  13. Twitter ne vient pas en confrontationà un blogue. Ce n’est pas un ou l’autre mais c’est plutôt l’un et l’autre. Twitter a changé mes pratiques de veilles et m’apporte énormément d’infos pertinentes que je ne trouve pas ailleurs. Mais pour ça, ilfaut y être et suivre plusieurs gens pertinents. Il y a bien certainement de l’inutile, comme dans tout lieu de conversation informel, mais il y a beaucoup de scoop, d’analyses et d’infos de premier ordre (c’est entre autre pourquoi on y met des TinyURL)

  14. Je comprends très bien ta position et les avantages que ça peut avoir pour toi, notamment quant aux liens vers ton blogue (très bon, en passant) et des informations importantes.

    Mais est-ce vraiment utile dans un contexte de surabondance d’informations? Les nouvelles importantes, je les reçois déjà par RSS de différents sites de nouvelles et je lis aussi des blogues par RSS. Ce que certains appellent « information brute » de Twitter, à mon avis, n’est que du bruit de fond, de la distortion attendant le travail du journaliste, attendant que celui-ci donne une forme à la matière brute.

    Si Twitter n’avait pas cette limite de 140 caractères, je serais le premier à dire que c’est génial. Cependant, sous sa forme actuelle, celui-ci encourage le nivellement vers le bas et empêche, selon moi, de bien développer ses idées.

    L’idée que celui, via TinyURL, permette simplement de faire des liens vers des idées mieux développées est intéressante, mais on se retrouve alors simplement avec un système de publicité et un incroyable fourre-tout cacophonique n’apportant toujours pas ce dont on a besoin: la qualité.

    Car qu’on le veuille ou non, la quantité de faits divers ne manque pas sur internet. C’est la qualité qui doit être recherchée selon moi!

  15. En tout cas, si c’est pour faire de la promotion pour son blogue, moi j’en aurais besoin.

  16. VOIR!

    Un blogueur qui pense comme moi face à Twitter. On a assez de status de facebook qui change aux deux minutes, de Digg et plein d’autres affaires pour s’auto promouvoir comme ça.

  17. D’accord, j’apprécie ton argumentation, mais il y en a qui prennent trop de sujets essentiels a la legere, désolé, quoique je me laisse emporter parfois…Toutes mes excuses encore, et non, twitter, je ne m en sers pas, mais je prone le bien de l électron libre…a bientot et merci encore.
    excellent blogue. au plaisir.mais harrisson, ca…ca coupe le sifflet. Bye

  18. Qu’est-ce qu’il a Harrisson à te couper le sifflet ?

  19. Salut Louis-Philippe…Eh bien non, Twitter ne me dit rien de fameux, trop monotone, mais je ne prone positivement L’électron libre comme le numéro 1 des tribunes blogistes. Longue vie a tes rubriques superbement éditées et bien établies,…La dignité, ca se mérite,tel le respect et les cotes de lectures et d’écoutes. On finit la semaine assez RELAXXXX! Bon week-end, L-P, au plaisir. Mike, sans rancunes:)

  20. C’était un bon et grand comédien, impliqué entierement…Mais, et voila,…Big Mess. on se brule en jouant avec le feu plus souvent qu’autrement….Au plaisir

  21. Je ne comprends pas les gens qui utilisent Twitter pour donner leur opinion. Sur un blogue, on peut se permettre d’en «beurrer [assez] épais». Par contre, il ne faut tout de même pas généraliser en croyant que tous les utilisateurs de Twitter utilisent cette application pour donner leurs opinions ou pour «rester en contact» avec du monde. Pour cela, on peut dresser une hypothèse.

    Par exemple, si quelqu’un fait un blogue de critiques de films, il peut aussi bien intégrer le codage HTML du «badge» de Twitter dans la barre latérale de son blogue. Ce faisant, cette personne ne fera que mettre un lien vers des communiqués de presse, des bandes annonces ou des articles sur la date de sortie des films ou de la date de première d’une télésérie. Donc, si cette personne sait très bien qu’elle a un lectorat de cinéphiles, elle pourrait aussi bien mettre un lien vers (un exemple) une vidéo d’une entrevue (de Radio-Canada) avec le réalisateur du film « Polytechnique » au moment où le film est sortie en salle. Cela dit, je vois très mal comment Twitter pourrait m’être utile: 1) si j’ai un blogue politique; 2) si je veux donner mon opinion; 3) . Bref, ce n’est pas tous les genres de blogues qui ont besoin de Twitter.

  22. Perspective intéressante. Bref, Twitter est bon pour reporter ce que d’autres ont déjà écrit ou fait, mais il est pourri pour créer du contenu. En quelque sorte, ça rejoint mon point de vue: Twitter est une forme de nivellement par le bas car il encourage la quantité au détriment de la qualité. Et sur internet, précisément, je crois qu’il y a déjà beaucoup de quantité mais peut-être pas assez de qualité…

    Ceci dit, chacun trouve son utilité aux programmes de son choix. Mais pour moi, chaque minute passée sur Twitter est une minute qui aurait pu servir à créer quelque ou à structurer ses idées.

  23. Merci, bonne fin de semaine relax à toi aussi! 🙂

  24. Twitter est l’endroit pour laisser une carte de visite, au mieux un message sur répondeur. Si on n’y met pas une référence a une autre adresse où il y a des idées, c’est seulement une manifestation de la nouvelle tendance d’écrire à deux pouces des SMS, en attendant qu’on ne se fasse plus que des grimaces en gesticulant avec ses orteils.

    Pierre JC Allard

  25. Éspérons que la semaine a venir sera remplie de BONs sujets, mis a part TWITTER…Ca craint. Soit dit en passant, quel est NOTRE avenir face a cette(possible)Mini récession? Je risque de perdre mon emploi de production alimentaire:(Yougourts et produits Liberté), ca Nous en fait vivre un dur coup!L’économie fait TRES dur, sauf bien sur pour Bombardier…Et Pratt and Whitney?, j’y ai appliqué récemment et on me dit: c’EST PAS ÉVIDENT POUR NOUS NON PLUS, PAS PARCE QUE Bombardier RUN FORT AVEC LEUR CONTRAT(30) AVIONS QUE L’ON VA AVANCER D’AVANTAGE…..OUFFFF!!! PAS DROLE, LE COUT DE LA VIE ET LA BUISNESS DE FAIRE DU LOOT(CASH)!!!! QUE FAIRE? SALUTATIONS LOUIS-PHILIPPE ET A TOUS-TES…Mike,Longueuil

  26. Je viens de m’inscrire à Twitter et je vois qu’Ellen Degeneress est dans mes followers. Cela fait drôle comme feeling. Je regarde parfois son émission.

  27. […] Twitter, c’est un incroyable nivellement pas le bas. C’est la d?construction de toute forme de pens?e intelligente et sa r?duction ? 140 caract?res. C’est le royaume des aveugles ou le borne est roi. hyperlien […]

  28. Je viens tout juste de tomber sur ce billet http://www.axonpost.com/?p=509 sur Axon Post qui apporte une autre dimension au débat à propos de Twitter. Intéressant et à comsidérer…

  29. […] Oui, oui, vous avez très bien lu le titre. Twitter n’est pas seulement un lieu intéressant pour les entreprises et les publicitaires, mais c’est aussi un endroit où vous pouvez améliorer vos compétences comme rédacteur. Et en plus, la personne qui vous le dit, est quelqu’un qui possède une maîtrise en linguistique. Certains diront que je suis devenu complètement cinglé, ou bien que j’ai roulé une page Twitter et que je l’ai fumée, et que ce je dis est en complète contradiction avec les commentaires reçus à propos du billet de Mali Ilse Paquin ou de l’Électron Libre. […]

  30. Après une mûre réflexion (amorcée dans mon ajout à ce texte) j’ai décidé d’ouvrir un nouveau compte Twitter à partir de zéro (j’avais déjà effacé mon ancien, auquel je n’avais pas beaucoup participé, il faut le dire), mais de m’en servir pour faire la promotion de mon blogue et mes projets en ligne.

    Je continue de penser que cet outil est une forme de nivellement par le bas car il limite la discussion à 140 caractères, mais je suis sensible aux arguments (notamment ceux de Michelle Blanc) consistant à voir dans les TinyURL un moyen de faire un lien rapide vers d’autres sites.

    De même, je dois me ranger à l’avis de plusieurs qui voient dans cet outil une manière de rejoindre différemment les gens. L’idée, je crois, est de s’en servir intelligemment. L’outil lui-même est réducteur, mais grâce aux liens on peut ré-élargir la discussion sous d’autres horizons, notamment ce blogue.

    En clair, ce n’est que pour le TinyURL que je m’intéresse à Twitter. Je ne veux pas savoir ce que vous faites en ce moment si c’est trivial, sûrement pas plus que vous n’espérez savoir ce que moi-même je fais. 140 caractères, c’est une insulte à l’intelligence, mais grâce aux liens on peut poursuivre une réelle discussion ailleurs.

    Twitter c’est le royaume de l’égo et des banalités, mais merde la télévision aussi et je l’écoute parfois tout de même. Et, surtout, ça me permettra de faire davantage connaître ce blogue.

    Si vous voulez me suivre sur Twitter, c’est ici Je vais mettre à jour quand j’aurai du nouveau concernant ce blogue. AVERTISSEMENT: je ne vis pas en 140 caractères et je vais surtout faire des liens vers d’autres textes, et surtout les miens! 🙂

  31. Dire que certains experts croient que twitter va remplacer les sms…

  32. […] nos différences et de nos bizarreries nous partageons tous un destin commun.  Dans un monde où Twitter et le SMS ont remplacé le miroir et où chacun semble plus intéressé à se conter qu’ à […]

Comments are closed.