Mathématiques féministes

Dernièrement, je m’en suis pris au sexisme de Québec Solidaire, qui impose un quota de femmes dans la sélection de ses candidats, et les choisit donc en fonction de leur sexe plutôt que de leurs compétences. Je vais faire amende honorable ici et souligner que ce type de sexisme n’est pas l’apanage d’une certaine vieille gauche. Même le Parti Libéral du Québec (PLQ) prend cette direction.

En effet, le PLQ a « fièrement » annoncé que son prochain cabinet ministériel proposerait la parité hommes-femmes. Comme le souligne ce texte, le prochain conseil des ministres devrait compter 24 élus, ce qui discrimine les hommes et réduit la qualité des ministres qui serviront la population du Québec. Observons.

Dans mon petit calcul, je pars du principe que les sexes sont égaux et que la qualité des députés élus des deux sexes est généralement égale. Même s’il est normal qu’il y ait davantage d’hommes dans un jeu aussi extrême et argumentatif que la politique (tout comme on s’attend à voir davantage de femmes dans les Centres de la Petite Enfance (CPE) et les hôpitaux), je crois qu’une femme qui a ce qu’il faut pour faire de la politique est l’égale d’un homme; ni meilleure, ni pire.

Ainsi, il est possible d’utiliser les mêmes chiffres pour les deux sexes. Je divise les députés en quatre catégories: les meilleurs, les bons, les ordinaires, et les incompétents. J’attribue 25% des députés à chaque catégorie. Considérant qu’il y a 44 hommes et 22 femmes qui ont été élus, ça donne 11 députés masculins de chaque type et 5,5 députés féminins. Jusqu’ici, tout va bien.

Maintenant, si Jean Charest suit sa politique d’imposer un quota de femmes dans son prochain cabinet, cela voudrait dire qu’il y aurait 12 députés de chaque sexe. Pour les femmes, cela voudrait dire qu’on prendrait les 6 (j’arrondis le 5,5) meilleures, auxquelles on ajouterait les 5 bonnes et une ordinaire. Pour les hommes, on choisirait les 11 meilleurs députés auxquels on ajouterait un bon député.

Prochaine étape?

Prochaine étape?

Vous voyez le résultat?

Avec une telle formule, on a été obligé d’aller piger dans la catégorie « ordinaire » pour les femmes alors qu’il restait de la place pour 10 bons députés masculins. Conséquemment, on s’est privé du talent de 10 bons candidats pour choisir une femme « ordinaire » afin de respecter la parité. Bref, on a choisi un candidat en fonction de son sexe plutôt que de ses compétences.

En fait, la seule façon de faire fonctionner adéquatement la formule que semble avoir choisi Jean Charest, c’est de partir du postulat qu’une femme en politique vaut deux fois davantage qu’un homme. Si les hommes sont deux fois moins bons que les femmes, alors le calcul fonctionne très bien. On se retrouve avec 12,5% de meilleurs, 12,5% de bons, 37,5% d’ordinaires et 37,5% d’incompétents. Ce qui donne 5,5 meilleurs, 5,5 bons et un seul ordinaire, tout comme pour les femmes. Le calcul fonctionne très bien.

On le constate, la seule façon logique de se retrouver avec un cabinet de ministres de compétence égale consiste à partir de l’idée que les hommes sont inférieurs aux femmes. Tout calcul partant du principe que les sexes sont égaux échoue et on se retrouve avec de moins bons ministres femmes alors que des hommes ont été laissés de côté.

Si vraiment on veut avoir un système équitable permettant une juste représentation des deux sexes, il faudrait que le conseil des ministres représente en pourcentage le rapport d’élus hommes/femmes. Tout ça, bien sûr, si on veut persister dans la voie contre-productive où on choisit les gens en fonction de leur sexe plutôt que de leurs compétences.

L’autre possibilité? On choisit les meilleurs, peu importe le sexe. On s’assoit devant un dossier, on regarde les acquis, on évalue les forces et faiblesses et on fait abstraction du sexe tout comme on le ferait pour la race ou l’orientation sexuelle. On choisit en fonction des compétences, contrairement à ce que Charest veut mettre en place.

Malheureusement, qui ne dit mot consent. Tant que nous, les hommes, ne réaliserons pas que nous sommes progressivement infériorisés dans de nombreuses sphères de la société, les choses ne changeront pas et nous assisterons à l’augmentation du sexisme, tel qu’imposé par des féministes ou des gens qui ont adopté les valeurs féministes revanchardes. C’est à nous, mais aussi à nos femmes, nos amis, bref tous ceux de notre génération qui constatent que de nouvelles formes de discriminations se mettent en place contre les hommes, de refuser ce nouvel état de fait et de nous opposer, démocratiquement, à tout parti qui propose de telles mesures sexistes.

En attendant, j’ai une suggestion pour les féministes-sexistes: pourquoi ne pas vous battre pour la parité hommes-femmes à l’université? Aux dernières nouvelles, il y avait entre 60 et 75% de femmes, dépendant du secteur.

(Vous voyez dans quel panier de crabe on fout la main quand on veut choisir les gens en fonction de leur sexe plutôt que de leurs compétences!)

Publicités

31 Réponses

  1. de parents qui s’opposent à cette imposition dès six ans et jusque dans les écoles privées confessionnelles. Pendant ce temps le gouvernement, mu par une conception féministe de l’équité ministérielle oùle sexe des députés semble déterminerleur ministrabilité plutôt que leur compétence, investit des millions dans les campagnes contre la seule violence des hommes faite aux femmes — comme le souhaitait M me  David interrogée dans un cahier d’ECR — et un réseau surdimen

  2. J’ai commencé à questionner l’opinion des gens alentour de moi sur ce sujet… et la plupart, oui, trouvent que le féministe est allé trop loin, dans certains secteurs…

    par contre, j’ai une amie qui étudie en droit (super intelligente la fille), et elle me dit qu’il y a 3 femmes pour chaque homme qui sorte de l’université en droit, et pourtant, dans les cabinets d’avocats, la majorité des employés sont des hommes… et elle me dit que c’est parce que les cabinets sont contrôlés par des hommes…
    bah voilà un exemple concret qui peut te montrer que le féminisme n’a pas fini sa job partout.

    Wil

  3. Je ne pense pas non plus que l’on doive choisir les gens en fonction de leur sexe. Par contre on peut prendre certaines mesures pour aider les femmes à être plus nombreuses dans les instances politiques. Il est faux de penser que de lutter contre les obstacles qui empêchent les femmes d’être plus nombreuses dans la politique active signifie discriminer les hommes.

    Pour appuyer ce que viens de dire William, je travaille dans le domaine des affaires et la présence des hommes dans les instances dirigeantes est encore très prédominante. Les femmes occupent surtout des emplois subalternes, et je ne pense qu’elles soient moins « compétentes » que les hommes.

  4. Intéressant! Donc pour chaque homme qui étudie en droit, il y a 3 femmes, dont une seule (moins, en fait, si on prend à la lettre l’affirmation selon laquelle la MAJORITÉ des employés sont des hommes) se trouvera un emploi. Donc sur 4 étudiants en droit, 2 auront un emploi (un homme et une femme) et deux n’en auront pas. Le taux de chômage des finissants en droit est donc d’au moins 50%. J’avoue que c’est déconcertant.

  5. Je viens d’avoir une idée…

    Selon Statistiques Canada, il y a 7,6 millions de Québécois. De ce nombre, 3,9 millions ont moins de 40 ans, soit la moitié. Donc si on veut éliminer la discrimination envers les jeunes, il faudrait imposer au premier ministre que la moitié du cabinet soit agé de moins de 40 ans.

    Bon, je disais ça pour rire, bien sûr… En bas de 18 ans, on n’a pas le droit de vote! Il faudrait en fait représenter les voteurs…

    Alors, puisqu’il y a 5,9 millions de Québécois de 20 ans et plus (je laisse tomber les 18 et 19 ans de façon arbitraire) dont moins de la moitié ont plus de 47 ans, il est légitime de demander, au nom de l’équité, que chaque parti choisisse ses candidats de façon à ce que la moitié ait plus de 47 ans et l’autre moitié ait moins de 47 ans. Idem pour le cabinet, bien sûr. Sinon, c’est une preuve indiscutable de discrimination.

  6. Wow. C’est tellement ça. J’ai moi aussi entretenu ce genre de réflexions durant toute la dernière campagne, mais étant plus qu’occupée avec un contrat électoral, justement, je n’ai pas laissé ma plume s’enflammer à ce sujet. J’en suis fort aise, parce que je doute d’avoir fait mieux que toi, ici… Et ça m’a fait penser à un texte publié sur mon blogue, où je me permettais de faire remarquer que l’égalité, c’est pour tout l’monde… Quoiqu’il en soit, je reviendrai te lire, c’est certain. Bonne journée ! :o)

  7. Effectivement, si on peut contrôler le sexe des candidat-e-s qui se présentent aux élections, un parti ne peut pas contrôler pour qui les gens vont voter, donc ceux ou celles qui seront élu-e-s.

    Je ne suis pas trop avec toi au sujet des candidats, mais ta théorie pour le cabinets des ministres me rejoint énormément. Logiquement, si il y a deux hommes pour une femme libérales élus, ben qu’il y ait deux hommes pour une femme dans les ministres!

  8. parlant d’âge, je crois que t’as oublié le facteur âge mon cher, sans compté que ce n’est pas tous les gens qui sortent de l’université en droit qui vont travailler dans un bureau d’avocat!

  9. @William: C’est effectivement très instructif de questionner les gens autour de soi; la plupart des gens équilibrés de la nouvelle génération reconnaissent que le féminisme a été trop loin. Notre travail, à mon avis, est de transposer cette connaissance dans le domaine politique.

    @internationaliste: À partir du moment qu’on décide de choisir une femme incompétente au lieu d’un homme compétent, c’est effectivement de la discrimination envers les hommes.

    @caroline.g: Merci d’être cette femme moderne qui est en faveur de l’égalité des sexes. Ce sont des femmes comme toi qui construiront le futur; un futur sans féminisme ni masculinisme, mais simplement un futur où les deux sexes sont égaux dans le respect de leurs différences!

    @Le Train de la Nuit: D’accord avec toi! Si on a 66% d’élus hommes, pourquoi ne pas avoir 66% de ministres masculins? À mon avis, c’est compliqué, alors faisons simple: choisissons les meilleurs candidats, peu importe le sexe!

    @JP: Merci de cette analyse; je partage à 100% ton opinion.

  10. bah, comme je l’ai dit avant:
    peut-être c’est une lacune pour québec solidaire, mais c’est dommage que ça prenne autant d’importance pour toi alors que c’est un parti extraordinaire…

    j’ai eu cette pensée d’ailleurs: j’ai parfois l’impression qu’Amir Khadir connaît plus la culture québécoise que la majorité des québécois… haha! ce que je l’admire lui o.o;

  11. Je suis d’accord avec toi sur le fond. C’est vrai que c’est dommage que cet aspect prenne autant d’importance pour moi, mais je ne peux pas faire autrement. J’ai grandi dans un monde où j’ai vu les femmes constamment favorisées autour de moi, que ce soit à l’école primaire, dans des programmes au secondaire ou au Cégep, dans mes relations avec la police et mon ancienne copine, etc.

    À quelque part, si la société était plus égalitaire et discriminait moins les hommes, je serais sûrement capable de passer par-dessus cet aspect déplaisant de Québec Solidaire.

    Car pour le reste, j’ai moi aussi beaucoup d’admiration pour Amir Khadir, et je suis d’accord avec toi qu’il connaît probablement mieux la culture québécois que de nombreux Québécois.

    Qui aime bien châtie bien. C’est précisément parce que je vois en Québec Solidaire un espoir de changement que j’aimerais que le parti se débarrasse de sa faction d’extrémistes qui ne réalisent pas que le féminisme a été trop loin.

  12. Ah! mais que j’adoOore ce billet!
    Tu sais le féministe a à mon avis été positif dans ses début, j’ai toujours pensé que souvent dans la vie quand il y a un déséquilibre il faut parfois passer par les extrêmes pour justement retrouver un certain équilibre(cela s’applique émotivement auusi.;-)) Donc oui le féministe a eu un jour besoin de crier haut et fort mais je croies aussi qu’il est malsain de rester dans ce dogme qui à mes yeux donne une allure de « victimisation » aux femmes dans ce cas ci.

    Je suis femme et tellement fiere de l’être et j’aime que les hommes soient fier d’être de hommes et qu’ils se reconnaissent.

    Si c’est pour se donner bonne figure que ces partis procèdent de cette facon et bien ils se trompent royalement c’est un peu comme donner un sucon à un enfant pour qu’il arrête de pleurer, nourir la « victimisation » comme je disais plus haut parce que ne l’oublions pas, le principe des extrêmes s’applique aussi ici, de l’autre coté de cette facon de faire il y a la sous-pensé que les femmes font pitié, vous voyez comme c’est positif tout ca!

    Les femmes devraient se battre justement pour que cette facon de faire cesse, parce que c’est loin de redorer le travail fait par justement les fémisniste eux même dans le début de leur existence!…

    Ah l’être humain…..(soupir..)

  13. Merci Diane! J’adore aussi lire ton commentaire. Tu fais partie de cette nouvelles génération de femmes qui sont connectés sur les nouvelles réalités et qui ont compris que le but doit être la véritable égalité dans le respect des différences de chacun. Merci pour ça! 🙂

    Gaby aussi me parle parfois de son idée des déséquilibres d’un côté ou d’un autre; mon père me parlait du balancier. Je suis d’accord: quand ça va trop loin d’un côté, ça revient de l’autre bord et on s’ajuste jusqu’à l’équilibre.

    Selon moi, on va voir de plus en plus d’hommes et de femmes s’opposer au féminisme et réclamer une forme d’égalitarisme dans le futur. Est-ce qu’il peut y avoir des excès? Probablement. Mais à long terme, selon moi, ce sera extrêmement positif.

    Merci 🙂

  14. Pauvre tit hommes opprimés…
    Ben voyons tabarnak! C’est pas crédible!
    L’usage du faux et de la croyance, ça fait une pensée molle (complètement anti-scientifique), du mensonge démagogique à la Jeff Fillion, de la radio scapp comme à Québec et semble-t-il du LP Lafontaine grand Che Guevara du masculinisme…
    Ostie de masculinisme! C’est vraiment l’idéologie parfaite du backlash antiféministe et en définitive antilibération des femmes…

  15. C’est l’fun qu’on puisse voir maintenant ton joli minois mon cher Louis.

  16. Pas mal réactionnaire pour quelqu’un qui se dit progressiste.

  17. là je ne vais pas dire que je suis complètement d’accord avec Louis, mais c’est pas parce que plusieurs progressistes ont une idée que toi tu dois l’avoir aussi et que c’est la meilleur…

    Tenons-nous donc dorénavant mieux en garde, messieurs les philosophes, contre cette fabulation de concepts anciens et dangereux qui a fixé un « sujet de connaissance, sujet pur, sans volonté, sans douleur, libéré du temps », gardons-nous des tentacules de notions contradictoires telles que « raison pure », « spiritualité absolue », « connaissance en soi »:-ici l’on demande toujours de penser à un oeil qui ne peut pas du tout être imaginé, un oeil dont, à tout prix, le regard ne doit pas avoir de direction, dont les fonctions actives et interprétatives seraient liées, seraient absentes, ces fonctions qui seules donnent son objet à l’action de voir, on demande donc que l’oeil soit quelque chose d’insensé et d’absurde. Il n’existe qu’une vision perspective, une « connaissance » perspective; et plus notre état affectif entre en jeu vis-à-vis d’une chose, plus nous avons d’yeux, d’yeux différents pour cette chose, et plus sera complète notre « notion » de cette chose, et plus sera complète notre « notion » de cette chose, notre « objectivité ». Mais éliminer en général la volupté, supprimer entièrement les passions, en supposant que cela nous fût possible: comment donc? ne serait-ce pas là châtrer l’intelligence?… »
    Nietzsche, La généalogie de la morale

    tu peux prôner le capitalisme et critiquer ses faiblesses comme l’écart de richesse entre riche et pauvre qui s’accroît…

  18. Ça me rend plus humain, n’est-ce pas? 😛

  19. Y’a pas quelqu’un qui s’est demandé, dans ce cas précis, si effectivement les femmes élues pour le parti libéral étaient plus ministrables que les hommes élus ? Je suis d’accord sur le concept de l’égalité des sexes, mais de l’appliquer à ce cas particulier pour dire que la décision de Charest est dû au féminisme, je trouve ça un peu court.

    Quand je l’ai vu annoncer en grande pompe qu’il y aurait parité, je me suis dit que c’était probablement un hasard (ou presque) et qu’il voulait se faire du capital politique avec ça.

    Moi aussi je suis contre cette discrimination qu’ils appellent positive. Les gens compétents devraient avoir les postes avant les incompétents.

  20. Bien sûr qu’il y en a qui y ont pensé! Joseph Facal ( http://www.canoe.com/infos/chroniques/josephfacal/archives/2008/12/20081224-093000.html ) ou Lysianne Gagnon ( http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/lysiane-gagnon/200812/20/01-812132-la-parite-un-symbole-creux.php ), par exemple. Mais lorsqu’on voit une séquence vidéo du PLQ comme celle-ci: http://www.youtube.com/watch?v=R7eKTWjs0rI (surtout la dernièere minute) , on a vraiment l’impression que ce parti fait un effort pour favoriser les femmes.

    C’est la deuxième fois consécutive qu’il y a autant d’hommes que de femmes ministres. Et Jean Charest a publiquement dit en conférence de presse qu’il souhaitait que cela devienne une tradition.

    Alors croire que le sexisme est absent de ces nominations… je n’y crois pas.

  21. […] Feminisme Mathématiques féministes […]

  22. […] toute propagande ridiculisant le groupe ciblé. ( voir un exemple ici […]

  23. Hmmm. Il y a plusieurs erreurs possibles dans le raisonnement féministe ci-dessus (la fille en question est-elle vraiment si intelligente ?)

    1) Il y a aujourd’hui 3 filles pour 1 garçon en faculté (admettons que ce ne soit pas une impression dans une faculté, mais bien un fait dans toutes).

    2) La majorité des employés aujourd’hui serait des hommes (combien 51% ?)

    Ces employés ont des diplômes depuis plusieurs années… À l’époque quelle était la proportion de fille en droit ? Hmmm ?

    Enfin, qui dit que les filles n’abandonnent pas plus (ou ne suspendent pas plus) leur profession après avoir obtenu leur diplôme que les garçons (restent à la maison, prennent des congés de maternité, changent de carrière).

    Il faut nettement plus de faits avant de conclure que le « féminisme » québécois a encore beaucoup de luttes devant lui et qu’heureusement que Mme David est dans les cahiers d’éthique et de culture religieuse, etc.

    Voir quelques idées fausses sur les écarts salariaux et autres sujets connexes : ici.

    http://écolelibre.com/2009/02/supplement-ecr-idees-fausses-sur-les.html

  24. Internationaliste affirmait :

    «Par contre on peut prendre certaines mesures pour aider les femmes à être plus nombreuses dans les instances politiques.»

    Pourquoi, si elles sont identiques en droit et en faculté aux hommes? En quoi cela s’impose-t-il ? N’est-ce pas inéquitable, inefficace et injustifié ?

    « Il est faux de penser que de lutter contre les obstacles qui empêchent les femmes d’être plus nombreuses dans la politique active signifie discriminer les hommes. »

    À nouveau expliquer cette affirmation surprenante, « lutter contre les obstacles » dans la pratique va vouloir dire discriminer en leur faveur pour « corriger une erreur historique » (par exemple en pénalisant financièrement contre les partis qui présentent plus de gars que de filles aux élections comme en France, ou en offrant plus de stages rémunérés à des filles dans des partis politique, mais les sous pour ce faire sont limités, c’est un jeu à somme nulle).

    «Pour appuyer ce que viens de dire William, je travaille dans le domaine des affaires et la présence des hommes dans les instances dirigeantes est encore très prédominante. »

    Fort possible.

    « Les femmes occupent surtout des emplois subalternes, et je ne pense qu’elles soient moins “compétentes” que les hommes.»

    Mais il y a plein d’autres raisons qui peuvent expliquer leur présence moins nombreuse (bien qu’en fait ceux qui perdent le plus d’emplois dans la crise actuelle ce sont les hommes au passage, voir http://éccolelibre.com/2009/02/supplement-ecr-idees-fausses-sur-les.html).

    La raison principale est liée à la maternité, mais chez les femmes qui sacrifient le mariage et la maternité leurs revenus sont en fait souvent supérieurs à celui des hommes restés célibataires et sans enfant.

    Il s’agit donc d’un choix, choix qui n’est pas sans conséquence (la maternité est cruciale pour l’avenir de l’humanité, oui la réalité est désagréable pour certains) et qui dit que d’avoir un poste de cadre est vraiment plus satisfaisant et épanouissant que celui d’avoir plus de temps libre, plus de contacts avec ses enfants ? Hmmm ? Qui dit que ces femmes font un mauvais choix, que cette division des rôles est mauvaise ?

    Oui, je sais ce n’est pas une vision féministe et cela n’a donc pas droit de cité dans les manuels d’éthique et de culture religieuse (enfin sauf quand on parle des amérindiens, http://écolelibre.com/2008/08/le-rle-des-femmes-dans-les-religions.html, là il s’agit d’une vertu proclamée sans honte).

  25. Comme j’ai déjà dit je ne suis pas en faveur d’un système de quotas qui me semble artificiel, mais il faut quand même aider les femmes à être plus nombreuses dans les instances dirigeantes. Ce n’est pas normal que les femmes qui constituent au moins 50% de la population continuent d’être sous-représentés à ce niveau. On peut très bien le faire sans « discriminer » les hommes. Je ne vois pas en quoi les femmes devraient rester cantonnées dans des emplois subalternes. Si tu es d’accord qu’elles ne sont pas incompétentes alors pourquoi ne pas lutter contre cette situtation? Qu’un poste de cadre soit ou non épanouissant ce sera à elles de le décider et pas à nous.

  26. […] Math?matiques f?ministes […]

  27. […] sexuelle, parti libéral, parti libéral du québec, plq, Politique, race, sexe, sexisme | Partager sur Facebook | Partager sur Twitter | 26 […]

  28. Jepeto, tes propos sont totalement irrationnels! Quelle ineptie! D’un côté, tu prétends être pour l’égalité entre les sexes et de l’autre tu craches sur ceux qui essaient justement de faire en sorte que le sexe de quelqu’un ne soit jamais un critère de sélection ou même de limitation!

    Entre nous, si nous désirons une parfaite égalité entre les sexes, il est plus qu’important que les candidat(e)s ne soient choisi(e)s qu’en fonction de leurs compétences uniquement!

  29. Jepeto, tes propos sont totalement irrationnels! Quelles inepties!

    D’un côté, tu prétends être pour l’égalité entre les sexes et de l’autre tu craches sur ceux qui essaient justement de faire en sorte que le sexe de quelqu’un ne soit jamais un critère de sélection ou même de limitation!

    Entre nous, si nous désirons une parfaite égalité entre les sexes, il est plus qu’important que les candidat(e)s ne soient choisi(e)s qu’en fonction de leurs compétences uniquement!

  30. Comme homme, j’ai vécu quelque chose de totalement débile cet été! En fait, j’ai postulé pour un emploi dans un domaine composé à plus de 80% de femmes et on m’a fait remplir un formulaire me demandant si j’appartenais à une minorité ethnique ou à la gent féminine, et ce, parce qu’ils disaient favoriser l’intégration des femmes dans le milieu, etc.

    Sérieusement, j’ai ressenti un terrible malaise en remplissant le formulaire. Néanmoins, j’ai tout de même obtenu l’emploi en fonction de mes compétences.

    Sérieusement, la discrimination positive en fonction du sexe de quelqu’un, c’est de la discrimination! Qu’on se le dise!

  31. La discrimination positive c’est pas toujours mauvais. J’ai travaillé dans deux milieux le milieu hospitalier et le milieu juridique. Dans le premier on fait souvent de la discrimination positive mais en faveur des HOMMES mais si c’est une règle non écrite. Je trouve que c’est bien car ils apportent une autre manière de pensée.

    Dans le milieu juridique, les hommes sont encore engagés pour les meilleurs postes même s’il y a autant d’hommes que de femmes dans le domaine toute tranche d’âge confondu. Les jeunes hommes finissants en droit on plus de faciliter pour se trouver un emploi. Souvent les employeurs, même les femmes,ce qui prouve que ça vient des deux bords aussi, vous pose la question à savoir si vous voulez avoir des enfants (même si juridiquement ils n’en ont pas le droit!)et si vous avez un conjoint (parce que les femmes sont toutes supposément dociles et laisse tomber leur carrière pour leur mari).

    Même de mes amis masculins engagés pour un gros cabinet à Montréal disaient que des avocates sont engagées pour leur apparence et non pour leurs compétences. En passant, une fille s’est fait dire de porter obligatoirement des talons hauts et du maquillage…

    Ce n’est peut être pas la majorité des endroits qui sont comme ça mais ça existe encore. Il y a des extrémistes partout et des deux côtés.
    Pour répondre à quelqu’un plus haut, le taux de chômage en droit est vraiment très élevé surtout pour les avocats tout genre confondus…

Comments are closed.