Villanueva à Montréal-Nord: justice est faite… mais quel futur?

gang_de_rueIl y a eu beaucoup de spéculations sur ce qui s’est réellement passé la soirée du 9 août dernier dans la stationnement jouxtant le parc Henri-Bourassa. Jusqu’à maintenant, on avait surtout eu droit à la version de Dany Villanueva, un voyou ayant déjà été accusé de menus larcins, et nombre de médias (et plusieurs individus ayant une peur irrationnelle de la police) ont cru cette version sur parole, sans la moindre preuve. Aujourd’hui, on en sait finalement davantage sur ce qui s’est réellement produit.

D’abord, et contrairement aux affirmations mensongères du grand frère Villanueva, les policiers n’ont pas cherché à le provoquer gratuitement. Lui et ses amis jouaient aux dés, ce qui est interdit, et les policiers étaient dans leur droit de les interpeller.

Alors qu’ils pénètrent dans ce stationnement, ils aperçoivent un groupe d’environ six personnes, dont certaines jouent aux dés au sol. La pratique d’un jeu de hasard contrevenant à un règlement municipal de la Ville de Montréal, les agents décident de procéder à l’identification de ces personnes afin de leur signifier des constats d’infraction.

Ensuite, Dany Villanueva affirmait ne pas avoir résisté à son arrestation, ce qui constitue un autre mensonge. Après avoir demandé à Dany Villanueva de s’identifier, le policier a essayé de l’arrêter, et le jeune a résisté à son arrestation.

Le policier saisit le coude gauche de Dany Villanueva pour contrôler son bras et éviter d’être touché et frappé par ses gestes. Cette manoeuvre a pour effet d’exacerber l’agressivité de l’homme. Il ferme les poings et tire vers lui, criant, en tentant de se libérer.

Cette résistance a fait peur aux policiers, car ceux-ci savaient maintenant qui était Villanueva et étaient au fait de ses relations avec les gangs de rue, les Bloods, et ils craignaient que celui-ci puisse avoir une arme sur lui.

Puis, le groupe de jeunes voyous s’approche des policiers, à moins de deux mètres. Le policier leur demande de reculer à plusieurs reprises, mais en vain. Pendant ce temps, Dany Villanueva continue d’agresser les policiers.

Le policier ordonne une deuxième fois à voix haute aux individus de reculer, mais sans succès. En même temps, il sent et voit dans son dos l’homme donner de violents coups de pieds à la policière qui tente de maîtriser les jambes de l’homme. Le policier reçoit aussi des coups dans le dos et les côtes et voit sa partenaire être projetée une deuxième fois sur le véhicule-patrouille par la force des coups de pieds. Ces faits sont confirmés en tout ou en partie par des membres du groupe et des témoins de la scène.[…] Dany Villanueva frappe le policier en plein visage de son poing droit.

Finalement, les voyous agrippent le policier et tentent de le désarmer ou de l’empêcher de faire son travail.

Il déclare avoir tout juste eu le temps de déplacer sa main droite sur le dessus de son arme à feu pour la maintenir dans son étui. L’individu #3 (Fredy Villanueva) l’agrippe et le serre au niveau de la gorge. Le policier perçoit son autre main sur son ceinturon, près de son arme à feu et de son poivre de Cayenne. L’individu #4 agrippe le policier au bras gauche et au thorax. Les individus #2 et #5 sont très près, de chaque côté de Fredy Villanueva et de l’individu #4. Durant ces instants, Dany Villanueva frappe toujours le policier à la tête, et sa partenaire tente toujours de maîtriser les jambes de l’homme, qui la frappe à coups de pieds.

Le policier indique que les masses des corps sur lui sont si près qu’il se sent capable de les atteindre sans mettre la vie et la sécurité des gens pouvant se trouver à l’arrière en péril. Il dégaine donc son arme à feu, et au niveau de l’étui la fait immédiatement pivoter pour pointer la première masse sur lui. À l’extérieur de l’étui, son arme peut être très facilement dérobée par les individus. C’est pourquoi à partir de l’étui, il fait feu, tout en avançant l’arme devant lui et en la dirigeant vers le centre des masses sur lui.


Justice est faite dans cette histoire. Pas besoin d’enquête publique comme l’annonce Jacques Dupuis, probablement par crainte d’une répétition des actes de vandalisme et de banditisme qui ont suivi cette affaire. Le policier a été justifié de tirer et quiconque dans la même situation aurait pareil.

Ça me fait toujours un peu rire d’entendre des gens dire « j’aurais fait les choses différemment ». Voyons! Tu te fais donner des coups de poings au visage, des coups de pieds, ta partenaire est menacée, et des jeunes possiblement reliés aux gangs de rues armés foncent sur toi, t’agrippent au cou, ont leurs mains sur ton ceinturon, près de ton arme… Tu n’as pas le temps d’agir. Tu leur a demandé de reculer, et toute personne ayant le moindre respect pour l’autorité et le moindre civisme sait qu’il ne faut pas agresser un policier. Tu prends ton fusil parce que tu ne veux pas que ce soit eux qui le prennent, et tu tires. Tu tires jusqu’à ce que le groupe recule. Tu n’as pas le temps de faire autrement; tu tires parce que tu leur a donné toutes leurs chances.

On le constate maintenant officiellement: Freddy Villanueva a été le propre artisan de sa mort. Ça aurait pu être un de ses camarades du crime, mais c’est tombé sur lui. Pur hasard. Mais le hasard peut aussi parfois être contrôlé; par exemple on a moins de risques de se faire tuer si on n’agrippe pas au cou un policier en train de procéder à une arrestation. Voilà un enseignement qu’il faudrait sûrement donner aux voyous de Montréal-Nord. Si une telle scène s’était produite aux États-Unis, on aurait eu quatre cadavres sur les bras. La leçon doit être claire: les policiers sont le bras armé de la démocratie, et tu dois leur obéir. Point final. Aucun compromis, aucune discussion. Si le policier exagère, tu portes plaintes en déontologie par la suite, mais pour le moment, tu obéis, simplement.

Il y a malheureusement une certaine culture du gangstérisme et de la peur de l’autorité qui persistent chez certaines « communautés culturelles ». Évidemment, on ne peut pas leur en vouloir à leur arrivée ici: dans plusieurs de leurs pays d’origine, la police est corrompue, abusive, vindicative. Mais nous avons le devoir en tant que société de changer cette culture du crime et de la méfiance envers l’autorité. Nous devons apprendre à ces jeunes qu’ils ne sont plus en Haïti, en Amérique du Sud ou ailleurs, et qu’ici la police est beaucoup plus responsable et que des recours légaux efficaces existent pour s’opposer à un policier qui outrepasse ses droits. Nous devons remplacer dans leurs esprits leur croyance en une police oppressante pour plutôt leur faire comprendre l’utilité civilisatrice d’une force d’ordre dans toute forme de société. Bref, nous devons éduquer ces jeunes et ainsi les inciter à mieux s’intégrer à notre mode de vie.

Regrettablement, nous, Québécois, sommes mous. Nous avons peur d’imposer quoi que ce soit à autrui. Nous avons peur de nous faire qualifier de racistes, de xénophobes, si nous imposons des règles minimales à ceux que nous accueillons pourtant à bras ouverts. Nous ouvrons toutes grandes les portes de notre maison et nous laissons nos visiteurs partir avec le mobilier, détruire nos murs, refuser notre langue, ridiculiser nos coutumes, etc. On nous a tellement convaincu qu’il était mal de nous respecter nous-mêmes que nous en sommes rendus à légitimer ceux qui violent nos lois et refusent nos valeurs. Nous manquons de fierté et nous préférons jouer le rôle d’une moquette sur laquelle les autres s’essuient les pieds plutôt que de prendre les moyens pour mieux intégrer les nouveaux arrivants ou réduire leur nombre d’ici à ce que nous trouvions des solutions plus intégratrices.

Pourtant, des solutions existent. On peut choisir de lutter contre la pauvreté en élisant des gouvernements de gauche qui proposent des politiques de redistribution de la richesse. On peut réduire le niveau d’immigration tout en finançant massivement des programmes d’intégration pour ceux qui sont déjà ici. On peut également offrir des cours de civisme et de philosophie politique expliquant le rôle essentiel de la police dans toute forme de société démocratique. On peut essayer quelque chose, être imaginatifs. On peut faire quelque chose.

Mais on ne fait rien.

Alors, que ce soit dans six mois, un an, ou dix ans, une pareille situation se reproduira. Et ce ne sera pas la faute des policiers, comme l’avancent certains extrémistes, mais ce sera notre faute collective, parce que nous n’aurons pas su tirer les leçons appropriées de la mort de Freddy Villanueva. Nous n’aurons pas su comprendre et accepter qu’il y a un problème d’intégration majeur dans certains quartiers et que pour éviter d’autres morts ou agressions contre nos représentants de la loi il est de notre devoir de citoyens de revaloriser notre culture et d’inciter les autres à se joindre à nous plutôt que de patauger dans une culture du crime et de la résistance à l’autorité.

Justice est faite pour le policier qui a simplement fait son travail et sauvé sa peau. Mais saurons-nous en tirer les leçons qui s’imposent?

Publicités

41 Réponses

  1. Quelle tristesse de te voir prendre ainsi le côté de la police! Et les policiers qui ont tabassé des gais à maintes reprises dans le passé en les insultant de la façon la plus vulgaire qui soit ont-ils encore ton soutien aveugle?

  2. @internationaliste: Je n’appuie pas « le côté de la police ». J’appuie la côté de la démocratie et du respect de son bras armé. Ces gens risquent leur vie quotidiennement pour nous, pour qu’on puisse marcher en sécurité le soir dans la rue sans se faire agresser.

    Si tu es témoin d’un policier qui tabasse un gai (ou quiconque), je t’invite à porter plainte en déontologie.

    Des instruments existent quand un policier exagère. Mais ce n’est pas en lui agrippant le cou et en cherchant à le désarmer ou en lui donnant des coups de poing dans le visage qu’on fait progresser les choses.

    Ces jeunes doivent apprendre à respecter l’autorité de la police.

  3. […] Salut Patrick, Je suis TR?S CONTENT de la conclusion de cette enqu?te. Nous n’avions que la version de Dany Villanueva (qui manquait de cr?dibilit?) mais maintenant on voit ce qui s’est r?ellement produit. J’ai ?crit un texte pour c?l?brer cet ?v?nement sur mon blogue: hyperlien […]

  4. Je ne compte plus le nombre de fois ou la police a réprimer durement des manifs à Montréal. J’habite au centre-ville de Montréal et je vois souvent des policiers agir d’une façon arbitraire avec des gens.

    As-tu oublié par hasard la provocation de la SQ à Montebello?

  5. @internationaliste: Les policiers ne sont pas parfaits et ils peuvent commettre des abus. C’est pour ça que la déontologie existe et que n’importe quel citoyen qui s’estime lésé peut y porter plainte.

    J’ai déjà porté plainte en déontologie contre un policier, et j’ai été satisfait du résultat.

    Si les petits copains de Dany Villanueva avaient attendu le lendemain pour porter plainte en déontologie au lieu de foncer sur le policier et de l’agripper au cou, rien de tout ceci ne se serait produit.

  6. Je ne pense pas qu’il faille prendre la version policière au pied de la lettre. Une membre de la famille Villanueva, une cousine je crois, a affirmé avoir voulu secourir Freddy mais les policiers l’en ont empêché.

    Concernant les plaintes en déontologie il y en a beaucoup qui n’aboutissent parce que les policiers sont protégés. Ceux qui ont tué les poseurs de tapis à Rock Forest dans les années 80 ont reçu des promotions par la suite.

  7. @internationaliste: Le système n’est pas parfait, mais c’est le moins pire que nous avons. Et entre la parole d’un policier et de ses témoins et celle de la famille d’un petit voyou…

  8. Manquer de mesure fait partie du délire qui frappe aujourd’hui la blogosphère. Juger tout de go que les policiers ont eu raison alors que l’enquête publique n’a pas encore eu lieu est prématuré. La réflexion est absente du rapport de police donné hier aux médias. Et le ton des procureurs était à l’avenant : kafka n’est pas mort au royaume du totalitarisme.

  9. @etmoi:

    Juger tout de go que les policiers ont eu raison alors que l’enquête publique n’a pas encore eu lieu est prématuré.

    L’enquête a eut lieu. Qu’elle soit publique ou non ne change rien. Elle est publique pour calmer les voyous et afin qu’ils ne refoutent pas le bordel, mais les conclusions seront les mêmes: le policier a bien fait son travail et il était inapproprié de foncer sur un policier en devoir, de l’agripper au cou et de tenter de l’empêcher de faire ce qu’il devait faire.

  10. Il fallait bien s’attendre à ce que les flics se protègent entre eux. Pas de justice dans ce système!

  11. @internationaliste: Quand un flic fait quelque chose d’illégal, il est puni. C’est faux d’affirmer qu’un coroner, qui n’est pas relié au SPVM de surcroît, aurait pu protéger les policiers indûment. Selon moi, nous sommes simplement témoins de la vérité: Freddy Villanueva a été le seul responsable de sa propre mort.

  12. Les cas de policiers criminels impunis sont pourtant nombreux. L’enquête a été menée par la SQ. C’est toute une enquête impartiale en effet!

  13. je suis d’accord avec toi Louis-Philippe. Pour moi, si un policier se fait attaquer par un voyou ou quiquonque en fait, il n’a d’autre choix que de réagir. Dans ce cas précis, la réaction a été forte, avouons-le, mais les jeunes étaient à 6 sur deux policiers. Celui que la police voulait arrêter était un membre connu d’un gang de rue qui a une dossier criminel long pour son age! Il ne s’agit pas d’un cas de brutalité policière comme le dit internationaliste en tentant de faire la comparaison avec la répression policière face aux gays dans les années 70.

    Il n’avait pas le choix, c’est triste pour le jeune Villanueva tout de même, vu son age. quand je vois quelqu’un se faire arrêter, il ne m’est jamais venu à l’idée d’intervenir.

  14. En passant la répression policière contre les gais ne date pas seulement des années 70, mais elle s’est produite également dans les années 90 et même au début des années 2000. Sans compter la répression lors des manifs et les multiples actes de provocation, comme à Montebello l’année dernière.

  15. C’est pas tottalement vrai ton truc de 4 cadavres. Je sais pas si tu regardes canal D les dimanches vers 15-16 je pense il montre des manifs, des incidents etc ou la police doit avoir recours et croit moi, même avec un fusil braqué sur eux les policiers ne tirent pas, fin de parenthèse.

  16. @internationaliste: Il faut faire confiance aux mécanismes en place. L’enquête se base sur de nombreux témoins, et j’ai confiance quand ils disent ce qui s’est passé. En ce qui concerne les policiers impunis, il se peut qu’il y en aille, mais ce n’est pas une raison pour ne pas souligner le fait que le policier a bien agi dans ce cas particulier et que Freddy Villanueva est le seul responsable de sa mort.

    Concernant la répression à Montebello, je suis 100% d’accord avec toi, mais il s’agit d’une situation fort différente à mon avis.

    @charles: Je suis d’accord avec toi; ce n’est pas exactement comme si Dany Villanueva était un ange. Il avait beau pleurer devant les caméras, la vérité c’est qu’il était un petit voyou relié aux gangs de rue. Oublie-t-on ici qu’il a frappé au visage le policier qui l’arrêtait? C’est inacceptable comme comportement!

    @haitian509: On ne peut pas comparer une manifestation avec un policier qui se fait donner des coups de poings au visage et où une bande de jeunes criminels tentent de le maîtriser. Il s’agit de deux situations différentes.

    Le policier a eu raison de tirer, et si c’était à refaire je crois que n’importe quel policier le ferait, et si j’étais policier, je tirerais aussi. Sa vie était menacée et ces voyous ont eu tort de foncer sur lui et de s’agripper à lui.

    On peut détester la police, mais on doit la respecter, car elle est légitime.

  17. Pourtant Louis il y a eu d’autres témoignages qui contrecarraient la version de la police.

    Quand je vois les policiers de Montréal avec leurs pantalons d’armée qui leur confèrent une allure paramilitaire d’extrême-droite et quand j’entends le président de la Fraternité des Policiers faire des déclarations incendiaires dans un style fascisant, j’en ai la nausée!

  18. @internationaliste: Quand on est en présence de différents témoins, il faut juger de leur crédibilité. Qui est-ce que je préfère croire? Des policiers, rempart de notre liberté contre ces voyous, ou les voyous eux-mêmes? Et ça, c’est sans parler du fait que même des membres du gang de Villanueva ont reconnu les faits tels que rapportés par l’enquête!

    Concernant les moyens de pression des policiers, je crois que c’est un autre sujet. Je les appuie à 100% pour leurs pantalons; on ne leur permet pas de faire la grève, alors ils font les moyens de pression qu’ils peuvent faire.

  19. Vous me faites rire, tous autant de gérant d’estrade que vous êtes. Vous commentez cette situation comme pierre jean jacques qui appel Ron pour lui donner son avis d’expert sur la dernière game du canadien.

    Qu’il vous en déplaise ou non, la meilleure personne pour juger des actes d’un policier est un autre policier, car il est le seul qui connait et comprend la réalité policiere.

    Mais encore, la seul VRAI bonne personne qui peut juger de l’acte d’un policier est LE policier lui-même. Ses confrères ou consoeurs de travail ne peuvent juger de son travail, mais seulement comprendre sa réaction… et je la comprend très bien.

  20. La crainte et/ou la haine irrationnelle des policiers n’est pas qu’une affaire d’immigrants. J’ai grandi dans un coin de pays on ne peut plus blanc et québécois «de souche» et ce genre de sentiments négatifs à l’égard de l’autorité policière était la même.

    D’ailleurs, je ne suis pas convaincu que les gens adoptent ce type de comportement envers les policiers haïtiens ou sud-américains. Au contraire, et probablement pour les mauvaises raisons, les policiers de ces régions imposent peut-être davantage de «respect» que les nôtres.
    Enfin, ce comportement envers les policiers découle peut-être d’abus passés et est renforcé par des abus actuels. Cependant, il est clair qu’il y a une généralisation infondée et une culture de la victimisation. Par exemple, presque tous les gens se faisant donner une contravention pour un excès de vitesse se considèrent comme une victime plutôt qu’un fautif!

  21. @Louis-Philippe

    Les policiers ne sont pas un « rempart de notre liberté » mais les défenseurs de la loi et l’ordre de la classe dirigeante. Ils sont les premiers à intervenir sur les lignes de piquetage et dans les manifs, assez brutalement parfois. Je les ais vu tellement abuser de leur pouvoir que je n’accorde pas de crédibilité à leur version des faits.

    De plus c’est très rare qu’un policier soit accusé de meurtre. Il finit toujours par s’en sortir et même avoir une promotion, comme ce fût le cas avec les flics qui ont tué des poseurs de tapis à Rock Forest en les « confondant » avec des bandits.

  22. J’aime le point de Gradlon, je peux en témoigner puisque j’en ai longtemps entendu des belles sur mon oncle flic, lui qui avait choisi de devenu un [insérer un nom d’animal]. Dans mon entourage, un policier sert à arrêter des meurtries, violeurs, etc… Pas donner des tickets au monde ordinaire.

    J’en veux encore aux médias d’avoir considéré Dany Villanueva comme un ange, d’ailleurs je n’ai pas compris pourquoi il n’avait pas été arrêté par la suite.

    J’aimerais venir à ce qu’à dit internationaliste pour la brutalité. Je crois à la légitimité de la police, mais j’ai parfois l’impression qu’elle ch** dans son froc pour des affaires sérieuses alors qu’elle sort tout sa force envers ceux qui n’en ont pas besoin.

    La SQ a sorti l’escouade anti-émeutes pendant les marches contre l’invasion de l’Irak, pendant les grèves étudiantes et dans le secteur de la santé. Mais si des Autochtones bloquent une route, elle va leur parler calmement. Et jamais vous ne verrez la SQ intervenir sur les réserves, malgré toute la drogue et les armes qui y transitent.

    Et ça, Louis, je m’en suis toujours désolé. La loi et l’ordre, parfait, mais de voir la SQ contrôler des foules pacifiques avec les mêmes stratégies que les forces de l’ordre d’une dictature – je me dis que ce n’est pas normal dans notre pays!

  23. Bonjour, Louis! Me voici tout au bout de la longue liste de commentaires, me demandant si vous allez me trouver?! Je suis en Dordogne, en France et vous êtes venu visiter mon blog…par quel hasard, quel lien ??? Je serais curieuse de le savoir!
    A bientôt et réciproquement!
    Diane

  24. @internationaliste:

    Les policiers ne sont pas un “rempart de notre liberté” mais les défenseurs de la loi et l’ordre de la classe dirigeante.

    La classe dirigeante, en démocratie, c’est nous. Si les policiers protègent un peu trop les mieux-nantis, alors c’est à nous de voter pour des gouvernements plus sensibles à la redistribution de la richesse.

    @Gradlon: Je crois que les policiers sud-américains ou haïtiens sont plus facilement corruptibles et qu’ils font davantage peur (ce qui n’est pas une bonne chose), donc tu as raison ils ont moins peur des policiers ici. Mais on doit les éduquer et leur faire comprendre qu’une femme de 5 pieds avec sa plaque DOIT être respectée.

    @derteilzeitberliner:

    La loi et l’ordre, parfait, mais de voir la SQ contrôler des foules pacifiques avec les mêmes stratégies que les forces de l’ordre d’une dictature – je me dis que ce n’est pas normal dans notre pays!

    C’est un autre sujet ça… Et je ne suis pas un expert en contrôle de foules et je ne sais pas s’il existe véritablement une « bonne » façon de les contrôler.

  25. «Mais on doit les éduquer et leur faire comprendre qu’une femme de 5 pieds avec sa plaque DOIT être respectée.»

    Je suis bien d’accord, mais encore faudrait-il que la population d’accueil respecte elle-même ses policiers avant de vouloir inculquer ce respect aux nouveaux arrivants. C’est donc une «éducation» à l’ensemble des Québécois qu’il faudrait envisager, ce qui inclus, mais sans s’y limiter, les Néo-québécois.

  26. La classe dirigeante dans un système capitaliste ce sont les détenteurs des moyens de production, c’est-à-dire la bourgeoisie. Et la police est à son service. C’est pourquoi elle réprime des manifs et des grèves, sans compter tout le travail de provocation.

  27. Si la police a été capable d’orchestrer un coup monté à Montebello avec des agents provocateurs, alors elle est capable de mentir sur la mort de Freddy Villanueva.

    Le 1er mai dernier la police de Montréal a sauvagement attaqué une manif anticapitaliste en prenant le prétexte d’une bagarre avec des néonazis venus pour provoquer. Et étrangement la police n’a rien fait aux fachos! Bizarre n’est-ce pas? Elle s’en est pris uniquement aux manifestants d’extrême-gauche.

  28. @internationaliste:

    Tu as une haine envers la police que je ne comprends pas.

    Et surtout, je ne comprends pas pourquoi tu relis tout cette haine à l’histoire Villanueva. Des témoins occulaires civils, pas des policiers, disent avoir vu les jeunes frapper sur la police! Que te faut-il de plus pour comprendre que la situation était grave?

    Tu as beau détester la police, dans ce cas précis, elle a fait son travail. Il n’aurait jamais eu mort d’homme si Dany n’avait pas résister bêtement à son arrestation. Je me demande quand les gens vont comprendre ça! Un policer, ça ne tire pas pour le fun sur des gens!

  29. @Charles

    Il y a d’autres témoins qui contredisent la version policière. Et Freddy Villanueva est loin d’être le seul à avoir été tué par la police de Montréal. Souvenez-vous de Richard Barnabé, Martin Suazo et Jean-Pierre Lizotte pour ne nommer que ceux-là?

  30. @internationaliste: dans le rapport d’enquête, le coroner le mentionne, des jeunes du groupe ont confirmé que le policier se faisait frapper… alors que quelqu,un dise le contraire après, je trouve ça louche.

    En passant, dans l’Affaire Barnabé, qui est une véritable bavure policière, les policers ont été jugés et condamnés pour leurs gestes… RIEN de comparable avec l’affaire Villanueva, qui n’est pas du tout une bavure policière. Quand tu frappes un policier et que tu t’attaques à lui, ce n’est pas une bavure policière de le voir réagir.

    Je maintiens mon point si Dany n’avait pas résisté à son arrestation, rien de tout ça ne se serait produit et Fredy serait encore vivant!

  31. @LP

    Je me suis mal exprimé, en faite l’emission regroupe divers fait arrstation policière « banale » qui tourne mal.

  32. Les Villanueva espèrent gagner leur cause puisque leur nom de famille
    est en jeu , c’est dommage à dire mais c’est de leur faute si la pire émeute
    de Montréal Nord à eu lieu.
    C’est la même chose en France , quelques voyous se font tuer et voilà les policiers et tout le monde est raciste .
    Etrangers ,arrêtez de venir vivre dans des pays meilleurs que le vôtre
    et de causer la pagaille , élévez vous enfants correctement au lieu de blâmer la police tout le temps !!!

  33. Ton commentaire mériterait plus de nuances Alain. Rien ne reliait Freddy au monde des gangs de rues. Et c’est une réalité que le harcèlement policier existe à Montréal-Nord et qu’il engendre bien des frustrations. Je comprends très bien que les gangs de rues soient un danger mais il faut éviter de mettre tout le monde dans le même panier et de pousser ainsi d’autres jeunes vers cet univers criminel.

  34. […] peut tirer la le?on qu'il veut.Tu as raison Kweli, je cite habituellement mes sources (la voici:ici) mais comme j'ai choisi de faire un copi?/coll?, j'ai ?t? moins rigoureuse. Je trouve que […]

  35. Votre email est dégueulasse et fort moralisateur. Comment pouvez vous prendre la version des policiers de manière si aveugle. Connaissez-vous le code de déontologie? Étiez-vous là lors de l’événement? Pensez-vous qu’il est normal que plus de 30 témoins se fassent questionner après l’incident et que les policiers impliqués choisissent de garder le silence et de finalement déposer leur version des faits des semaines après l’incident?

    Est-ce normal, selon le code déontologique, de procéder à une arrestation musclé lors de bris de règlement municipal? Est-ce normal de persister sans appeler de renforts?

    Vous dites que le policier a tout simplement fait son travail et sauvé sa peau? wow! Je croyais que son mandat était de servir et protéger, non de se servir et provoquer.

    Vous êtes pathétique.

    Bonne journée!

  36. les petits gangster ont ce qu’ils meritent tu cherche le trouble tui trouve le troube, tirrez a vue Messieurs de la police.. Bravo enfin la loi domine

  37. Je trouve cette version des fait tres intéressante. Je crois que cet évennement touche plusieurs points:

    Altercation: Il semble bizarre de donner des tickets pour jouer au dés…n’oublions pas que Lotto Québec est la seule mafia tolérée au Québec. Mais bon, tout le monde a des mauvaise journée et il arrive que quelqu’un (blanc, noir, jaune ou vert) ait un ticket pour traverser a pied sur une lumiere rouge ou bien de pas tenir la rampe d’escalier dans le métro.

    Coup de feu: Rendu a ce stade, oublions pourquoi tout s’est passé, des gens s’attaquent a des policiers, essaient de prendre les armes, il est absolument normal de tirer. Tirer pour tuer? Absolument pas mais a ce stade il est dur deviser.

    Media: Je ne veux meme pas discuter de ces télé réalité…c’est complètement ridicule.

    Associations et nous meme: Nous le savons tous, les associations des noir, des immigrés etc sont les plus contents de cette situation. Ils vont revendiqués tous ce qu’ils veulent ne touchant pas a cette affaire en utilisant cette tribune…merci les média!

    Pour ce qui est du public…il n’y a pas d’abus de déféni dans cette affaire mais nous cherchons a nous identifier a des causes. Peu importe la cause, des milliers de gens se massent dans la rue….yééé on manifeste…on sais pas pourquoi mais on a enfin un semblant de cause

    Nous le savons tous, si j’étais la victime…homme blanc dans la trentaine, de la classe moyenne, né au Québec…L’histoire serait clause depuis longtemps!.

    Cheers!

  38. Wowwwwww méchante belle paranoïa communiste!!! hahahaha

    Dis moi c’est quoi le pouvoir de mon boss « le bourgeois » avec les policiers??? Comment ils font pour avoir le pouvoir?

    Laisse tes fabulations de côté svp!!!

  39. « ça ne tire pas pour le fun sur des gens! »

    /sarcasme on

    Juste si c’est des noir hahahahahahahha

    C’est bien connu les policiers ont juste ça à faire dans une journée, faire chier les immigrants……

    /sarcasme off

  40. Fredy Villanueva : victime des Bloodz !

    Le drame du 9 août 2008 à Montréal-Nord ne doit pas nous faire oublier la victimisation subie quotidiennement par la population des zones urbaines contrôlées par les capitalistes barbares, en l’occurrence dans le secteur de ce tragique événement : la Blood Mafia Family (BMF).

    Fredy Villanueva, qui avait quitté Repentigny avec son frère ce 9 août 2008, est mort dans ce qui ressemble à un rite d’initiation improvisé et bâclé, opéré par des individus reliés à la BMF. Cette initiation dramatique se passait au cœur du secteur contrôlé par la BMF, dans le Parc Henri-Bourassa. Le silence éloquent, voire assourdissant de son frère Dany à ce sujet … est des plus pathétiques.

    Les frères Villanueva, leur cousin et leurs amis, jouaient aux dés, un passe-temps favori des groupes criminalisés « made in Los Angeles » comme les Bloodz et les Cripz. Ce jeu identitaire des capitalistes barbares implique souvent des sommes d’argent importantes et génère fréquemment des conflits : il n’est pas rare que des coups de feu partent, qu’il y ait des blessés, voire des morts. L’assaut funeste contre les policiers par les pseudo-gangstas et la tentative par Fredy de s’emparer d’une arme de service du policier Lapointe illustrent bien le côté lamentable de cette tragique initiation à la criminalité.

    Le discours de certains, qui veulent nous faire croire que ce jeu de dés « était un jeu d’enfants », et que les individus s’y adonnant (presque tous arrêtés dans des contextes criminalisés avec des armes à feu) sont des anges … ce discours est également pathétique ! Leur complicité, involontaire ou volontaire … avec les exploiteurs et victimisateurs du clan des « Rouges » (Bloodz) en fait des propagandistes indésirables dans les quartiers populaires !

    Alors que Dany Villanueva est en instance de déportation vers son pays natal (Honduras) du fait de ses activités criminelles, les amis « antiracistes » des Bloodz sont à présent étrangement silencieux !

    Je développe ces propos dans :

    Ile-Mtl-AÉR.1.1.1vp17b

    Yves Claudé
    ycsocio@yahoo.ca

  41. tout sa c la bool shet okay freddy meritais pas dmourire comme sa vraiment pas moi jdis que c ouyi il y a un peu de racisme jle conaissais aight so les gens qui disent c bien fais pour les pti gangster mais jvous enmerde juska maintenan on en souffre esaayer de perdre un dvos proche comme sa sans qu il est rien fais et vous aller me donner putain de nouvelle

Comments are closed.