Vive le chauffage au bois!

poele-a-boisLorsqu’on dit qu’une mesure est avant-gardiste, on fait généralement référence au fait qu’elle est en avance sur son temps, qu’elle est à la tête des innovations, qu’elle représente le futur, le progrès, et qu’elle rompt avec un passé jugé désuet. Il faudrait alors qu’on m’explique en quoi le nouveau règlement municipal d’Hampstead sur l’interdiction du chauffage au bois, qu’on songe à généraliser sur l’île de Montréal, serait « avant-gardiste », selon LCN.

En effet, à mon sens interdire la plus vieille forme de chauffage naturel et qualifier cette mesure « d’avant-gardiste » constitue une aberration inqualifiable. Oui, le chauffage au bois peut contribuer au smog hivernal. Oui, ça peut être polluant. Mais soyons honnête: toute forme d’activité humaine pollue et avait-on besoin d’interdire complètement le chauffage au bois pour aider lors d’épisodes de smog? Ce règlement ressemble à un coup de bazooka pour tuer une mouche; n’aurait-il pas été plus simple et intelligent de simplement interdire le chauffage au bois lors d’alertes au smog, lorsque l’air est stagnant et que les résidus retombent vers le sol?

Par ailleurs, il est important de noter que le chauffage au bois ne contribue pas au réchauffement climatique. Le C02 libéré lors de la combustion du bois avait été préalablement capté dans l’atmosphère puis stocké par l’arbre, contrairement aux énergies fossiles qui retenaient ce gaz dans les profondeurs de la Terre.

Malgré tout, j’entends déjà une certaine catégorie de soi-disant écologistes applaudir une pareille mesure. À écouter ces gens-là, nous n’utiliserions plus d’électricité (le mercure dans les lacs!), plus de voiture (la pollution!), nous ne mangerions plus de viande (on peut nourrir des millions de gens en leur donnant de la luzerne!), nous ne consommerions plus d’énergie. Bref, nous serions assis dans le noir au froid à manger des racines et à attendre silencieusement la mort.

Je dis non à cette réduction de la vie. J’adore manger de la viande! Je raffole de rouler à voiture! J’apprécie avoir chaud l’hiver, j’ai un penchant pour les longues douches. Je veux continuer à chauffer au bois et je n’ai pas honte de le faire. Ça va être quoi la prochaine étape? On va me mettre un détecteur de méthane dans les culottes quand j’ai trop mangé et trop bu?

Sérieusement, il arrive un moment où il faut laisser les gens vivre un peu. Pour beaucoup de personnes – dont votre humble serviteur – le chauffage au bois constitue un excellent moyen d’économiser un peu d’argent l’hiver tout en agrémentant joyeusement les soirées. Il faut arrêter de constamment presser le citron et d’empêcher les honnêtes citoyens d’avoir un peu de plaisir dans la vie. S’il faut interdire le chauffage au bois en période de smog l’hiver, soit. Mais de l’interdire purement et simplement à la grandeur de l’île de Montréal, voilà qui serait exagéré et qui, encore une fois, augmenterait le fardeau financier des plus pauvres tout en leur enlevant cette petite parcelle de bonheur sans prix consistant à pouvoir s’étendre près d’un bon feu, les lumières fermées, une petite coupe de vin cheap à la main et se dire, pour un instant, que la vie est belle et que ça valait la peine de travailler dur pour un salaire si médiocre.

L’avant-gardisme, dans un monde calculateur et d’inégalités sociales, c’est aussi de se soucier du bonheur des gens ordinaires.

Publicités

11 Réponses

  1. personnellement je n’ai jamais réfléchi à la question du chauffage au bois, alors je n’ai pas vraiment d’opinion pour le moment, mais voici un lien que j’ai trouvé.

    http://www.mddep.gouv.qc.ca/air/chauf-bois/

    selon eux le chauffage au bois est très polluant

  2. il faudrait peut-être seulement interdire les poêles qui ne sont pas certifiés conforme aux normes de l’Association canadienne de normalisation, car selon ce que j’ai lu un poêle certifié diminue d’environ 90 % les émissions de particules par rapport à un poêle conventionnel.

  3. « Par ailleurs, il est important de noter que le chauffage au bois ne contribue pas au réchauffement climatique. »

    Bien sure qu’il y contribue. Nous pourrions très bien avoir planté ces arbres non pas afin qu’ils servent de bois de chauffage.

  4. @Paul: Je suis d’accord avec ta proposition. C’est un bon début de ne forcer la vente que de poêles qui respectent ces normes. Et on peut interdire l’usage quand il y a du smog (de la même façon, on pourrait limiter l’utilisation de la voiture quand il y a du smog).

    @harry: Les arbres meurent un jour harry. Et quand ils meurent, ils sont décomposés par des bactéries et de petits insectes, et le fruit de la digestion par ceux-ci produit du méthane (et du CO2), qui est un gaz à effet de serre.

    Rien ne se crée, rien ne se perd. Le bois que tu observes, c’est du carbone, du CO2 stocké. L’arbre, pendant toute sa vie, enlève du CO2 de l’air et le stocke, et ce CO2 est ensuite libéré dans l’air lorsqu’on brûle le bois ou qu’il se décompose.

    En fait, la véritable solution serait à augmenter la superficie d’arbres en vie au même moment car ceux-ci stockent le CO2.

    Mais de brûler du bois ne change rien à l’équation; on libère ce qui était au préalable déjà dans l’air et a seulement été stocké par l’arbre.

  5. Un arbre coupé avant sa mort naturel ne peut plus reproduire d’autres arbres qui a leur tour pourraient servir à conserver du co2, du moins jusqu’à leur mort. Ce n’est pas comme si nous n’avions plus de place pour planter des arbres. Ceci-dit je comprend votre mécontentement et je suis fatigué que l’ont culpabilise les citoyens pour la pollution quand ce sont les entreprises qui sont majoritairement responsable de celle-ci.

  6. D’accord avec toi (inscrivons la date, c’est rare!), sauf peut-être un petit bémol sur la référence aux plus pauvres – tout simplement car il me semble que le chauffage au bois n’est pas le plus présent dans les appartements des plus démunis. Il n’y a pas beaucoup de cheminées dans les immeubles mal isolés de Hochelaga-Maisonneuve et du Centre-Sud!

  7. tu as bien raison!
    quoi de mieux qu’un bon feu de foyer en robe de chambre avec un chocolat chaud à la main pendant une tempête de neige!

    Par contre, je trouve dommage que nos gouvernements et municipalités ne fassent la guerre qu’aux gaz à effet de serre… c’est peut-être le plus populaire dans le moment, mais je crois que la pollution de l’eau, pollution de nos terres (60 000 km2 de terre arable disparaisse chaque années), pollution lumineuse dont on ne parle jamais…
    voilà! dose de frustration!

    Wil

    PS: j’aimerais bien que tu m’expliques ta vision sur les végétariens dans un autre articles, si ça te plait.

  8. Ah! un feu qui brûle!(soupir)

    Tu vois j’en ai pas chez moi, mais quand je ferme les yeux et que je m’imagine étendue devant un feu qui crépitte et bien, c’est mon coeur qui se réchauffe!… 😉
    Petite note poétique de ma part 😉 ….

  9. @derteilzeitberliner: D’accord que ça ne touche pas seulement les pauvres, mais ce sont surtout ceux-ci qui peuvent économiser beaucoup en chauffant au bois. Quand on a beaucoup d’argent ça ne change rien au bout du compte!

    @William: 100% en accord avec toi. D’ailleurs, personnellement, je n’accorde pas vraiment d’importance aux gaz à effet de serre, mais je m’inquiète beaucoup plus de la pollution. Concernant les GES, de toute façon l’ère du pétrole tire à sa fin…

    Concernant les végétariens, sûrement un jour! 🙂

    @dianerythme: Ça me fait penser à un sktech de Bruno Blanchet dans LFDMEA7H où celui-ci s’asseoit devant un calorifère et craque ses jointures pour imaginer le crépitement…

    Mais pour être honnête, quand on brûle pour chauffer, ça crépite très peu, car je garde ça à basse température…

    Merci pour vos commentaires!

  10. En fait, les gaz émis par les foyers sont des gaz combustibles. Un foyer efficace et bien conçu peut avoir une efficacité thermique dans les 90% si c’est un foyer de maçonnerie. Ça n’émet presque aucun gaz, grâce à une combustion catalytique et un système de masse thermique. Sinon, les poêles à granulés ne nécessitent même pas de cheminée pour laisser s’échapper les gaz, car ceux-ci ne sont pas nocifs. C’est tout dire…

    Le bois est la PREMIÈRE source d’énergie renouvelable utilisée dans le monde. C’est idiot de vouloir se prétendre vert et de couper dans la deuxième énergie renouvelable que l’on utilise le plus.
    Moi, plus tard, je veux un système de chauffage au bois. C’est bien de fournir son propre chauffage sur sa propre terre, c’est efficace et c’est écologique (neutre au niveau de la pollution atmosphérique, positif au niveau des sols).

  11. […] J’ai ?crit un texte ? ce sujet il y a quelques mois: hyperlien […]

Comments are closed.