L’orphelinat politique

L'orphelinat politiqueJe ne voulais pas écrire un billet où je m’en prends à Mario Dumont; j’ai presque bâti ma réputation de blogueur en le démolissant et, honnêtement, en ce moment je l’ai un peu pris en pitié. Soyons réalistes: Dumont a raté son coup, son parti s’en va nulle part, ses députés le quittent, et il en est rendu à proposer des mesures désespérées pour espérer attirer l’attention médiatique sur son parti, tel un enfant turbulent qui met son caca sur les murs pour que ses parents s’occupent de lui. (Mario Dumont mérite-t-il une meilleure comparaison, lui qui parlait de ses ex-députés en disant, à la télévision, que ceux-ci « faisaient dans leurs culottes »?) Dernière stupidité en liste: sa proposition de privatisation partielle d’Hydro-Québec.

Comment ne pas s’étonner que du flot quasi-ininterrompu de conneries qui peuvent émaner de sa bouche, Mario Dumont puisse encore trouver l’imagination nécessaire pour débiter de telles aberrations? Hydro-Québec est, avec la SAQ et quelques autres entreprises publiques ou semi-publiques, un fleuron québécois, apportant des milliards $ à chaque année à l’État. Vouloir privatiser, même partiellement, une entreprise aussi rentable relève d’une stupidité innommable et d’un manque flagrant de vision à long terme; pense-t-on sérieusement à se chauffer tout l’hiver en utilisant le bois de la galerie? Mais que ferait-on ensuite, le printemps venu? Quand des entreprises sont aussi rentables que Hydro-Québec ou la SAQ, on doit les conserver, car ces profits profitent à tous.

Ceci dit, quelle alternative y a-t-il à Dumont? Veut-on sérieusement élire un Jean Charest qui nous a démontré son incapacité à être à l’écoute de la population lorsqu’il est majoritaire? Les écoles juives, le Suroît, la privatisation du Mont-Orford, les hausses des frais de scolarité, ça vous dit quelque chose?

Et Pauline Marois; veut-on vraiment d’une vieille bourgeoise hautaine et prétentieuse pour diriger le Québec? Marois représente la continuité directe de Lucien Bouchard et de ses politiques de droite qui ont transformé le parti en un clone soi-disant souverainiste du Parti Libéral. En ce moment, tant l’ADQ, le PLQ et le PQ proposent des « solutions » de droite, et ce ne sont pas les mesures d’aides aux entreprises proposées par le PQ ce matin qui me feront changer d’idée (notons au passage que l’appui à l’offre, comme le propose le PQ, est une des vieilles stratégies de la droite et que cette stratégie s’est avérée inefficace lors de la grande crise des années 30).

Conséquemment, que reste-t-il pour le social-démocrate indépendantiste que je suis? Pas grand chose. À la limite, si le PQ ne s’était pas débarrassé de son idéologie souverainiste, j’aurais pu voter pour ce parti de droite en me bouchant le nez. Mais désormais, je n’ai plus aucun intérêt à donner mon appui à celui-ci.

Mes idées n’ont jamais changé, ni même mes valeurs, mais le virage à droite du PQ m’a en quelque sorte expulsé du champ des principaux partis politiques, un peu comme furent laissés orphelins les militants de centre-gauche quand le Parti Démocrate états-unien ou le Parti Travailliste britannique laissèrent tomber leurs thèmes de redistribution de la richesse et de lutte contre des élites s’appropriant les richesses collectives pour embrasser les dogmes néolibéraux. Le Parti Québécois préfère-t-il plaire aux idéologues de droite de La Presse plutôt que d’aller chercher mon vote?

Ainsi, je vais probablement voter pour le Parti Indépendantiste aux prochaines élections si celui-ci peut se sortir de sa grogne interne des derniers mois. Sinon, je risque de voter pour un indépendant ou un parti encore plus marginal. Pour une rare fois, je trouve difficilement ma place sur l’échiquier politique; on a jugé que mes positions ne valaient plus la peine d’être défendues, et moi je décide que ces partis qui m’ont tourné le dos ne méritent pas mon vote.

Car je suis social-démocrate et indépendantiste, donc je ne suis pas péquiste. Je ne suis pas prêt à me boucher le nez pour un parti à peine moins pire que l’ADQ et dirigé par une vieille matante qui a autant de charisme que ma table de cuisine. Et Québec Solidaire? Il est hors de question que je vote pour un parti imposant un quota de femmes chez ses candidats; je suis pour l’égalité des sexes et je crois qu’on doit choisir quelqu’un en fonction de ses idées et pas de son sexe ou de sa race.

Alors, bref, je suis orphelin. On ne veut pas de mon vote. Suis-je le dernier social-démocrate indépendantiste au Québec?

Publicités

18 Réponses

  1. « Car je suis social-démocrate et indépendantiste, donc je ne suis pas péquiste. » C’est drôle, je me rappelle d’une déclaration en entrevue des Zapartistes qui disaient exactement la même chose: « On est souverainistes et de gauche, donc on est doublement pas péquistes. » Bizarre, car à l’époque, le PQ correspondait exactement à ces deux catégories… Autres temps, autres moeurs ? 😉

  2. Très bon billet Louis-Philippe. Je suis d’accord avec toi quant à ton analyse du PQ. J’ai participé aux luttes sociales contre le gouvernement de Bouchard/Landry dans les années 90, alors pas question de voter pour lui.

    Je ne sais pas encore pour qui voter. Le PI me paraît plutôt nationaleux. Qu’en penses-tu?

    Québec Solidaire ne me dit rien. Je le trouve trop granola et après presque trois ans d’existence il n’a toujours pas de programme! Et cette idée de direction bicéphale me paraît plutôt farfelue.

    Il y a d’autres partis dans la course comme le Parti Vert du Québec ou le Parti Marxiste-Léniniste, qui en passant est souverainiste.

  3. @internationaliste

    je ne suis pas ici pour défendre québec solidaire, mais le parti à un programme tu as qu’à aller sur le site pour le lire… et leurs idées ne sont pas si farfelue que ça, on leur a collé une étiquette de marginaux, mais la plupart de leurs idées c’est des choses qui ont été faite dans d’autres pays.

  4. Je ne doute pas Paul que le programme de QS contienne des bonnes choses. C’est simplement que je trouve ce parti trop granola à mon goût et je suis d’accord avec Louis sur la question de la parité homme-femme. C’est un bon principe mais je ne pense pas que l’on doive l’imposer à n’importe quel prix. Il faut encourager les femmes à participer à la vie politique et il faut aussi les aider en ce sens mais sans imposer de quota. De toute façon l’émancipation féminine ne se limite pas à ça. Même s’il y a autant ou plus de députés femmes qu’hommes ça ne veut pas dire que les femmes soient complètement libérées.

  5. @internationaliste

    ce que je trouve bizarre là dans c’est que QS ne parle pas sur leur site d’un quota de femme, il ne parle que de moyen de facilité leur intégration dans la vie politique et parle de parité comme un objectif et non comme une obligation… de toute façon comme je l’ai dit je ne suis pas là pour les défendre, car moi aussi je les trouve par moment un peu granola, mais bon ce sont des idéalistes et je respecte cela.

  6. Je connais bien QS et je sais qu’ils veulent avoir 50% de candidates. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi mais comme le dit Louis-Philippe on doit choisir un candidat ou une candidate en fonction de ses idées d’abord et avant tout. Je ne suis pas hostile à ce parti, mais je n’ai pas l’intention de voter pour lui.

  7. Faudrait m’expliquer ce que ça veut dire un parti granola? C’est un peu mince comme argument, non? Personnellement, je n’ai aucun problème avec l’approche qu’a choisi Qs en présentant deux porte-parole au lieu du traditionnel chef. Ne pouvons-nous pas transcender le culte du chef et se baser sur les idées et le programme? Ne croyez-vous pas que le désir d’avoir un chef fort s’apparente à une approche patriarcale?

    Je n’ai donc aucun problème à appuyer Qs. Même si le parti est jeune et imparfait, c’est ce qui se rapporche le plus de mes convictions. Je crois qu’il y a un bel avenir pour cette formation politique. Le Québec aurait out à gagner si Françoise David et Amir Khadir devenaient députés. Ça changerait de l’homogénéité qui s’est installée à l’Assemblée Nationale, non?

    En passant, bonne campagne Louis!

  8. Je connais un gars qui a reçu la visite d’une candidate de QS lors d’une élection partielle et elle a passé son temps à lui parler de compostage. Je suis pour la protection de l’environnement, je fais du recyclage en masse, mais je pense qu’il y avait des enjeux plus importants que le compostage! Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

    C’est bien beau vouloir éviter le culte du chef mais le fait d’en avoir deux simultanément n’est pas une bonne idée et ça sème de la confusion. De toute façon il y en toujours un qui prend plus de place et qui finit par devenir le chef de facto.

  9. @lutopium

    personnellement j’aime plusieurs de leurs idées (pas tous par-contre), mais la principale difficulté que j’ai de voter pour eux c’est que notre système électorale favorise pas les petits partis. Voter pour eux c’est équivalent d’annuler mon vote, car je sais très bien que QS ne passera jamais dans mon conté.

  10. C’est vrai ce que tu dis Paul mais je pense qu’il faut voter selon ses convictions et ses idées. Peu importe ton choix c’est mieux de voter pour un tiers parti, même s’il n’a aucune chance de gagner, plutôt que de voter pour un des grans partis par opportunisme.

  11. Je te comprend bien. Je vote PQ par dépit car je ne me reconnait pas dans aucun parti. J’ai pensé voter solidaire ou Indépendantiste mais je suis arrivé aux même conclusions que toi. Je suis même devenu membre du PI avant de me rendre compte qu’ils sont déchirés totalement. En fait, tout le monde écrit au nom du parti à tous les membres pour descendre l’exécutif ou tel membre ou tel autre. Je vais magasiner les indépendants ou les partis marginaux pour les encourager. J’habite ste-Marie St-Jacques, ca sera PQ quand même….

  12. Sur l’histoire du quota hommes-femmes à Québec solidaire. C’est plutôt un objectif organisationnel que le parti a atteint les plus naturellement du monde aux dernières élections. Je trouve que ce n’est pas la meilleure raison du monde pour faire son choix. À mon humble avis.

    http://ledubois.blogspot.com

  13. @Pierre-Yves

    La crise interne est terminée au sein du PI. Sur le site de l’Aut’Journal il y a une mise au point du chef Éric Tremblay.

    La seule chose c’est ce parti me semble plutôt nationaleux. Si quelqu’un peut m’éclairer davantage ce serait apprécié.

  14. @ internationaliste

    Je te remercie de l’info. Ca éclaire un peu ma confusion dans toute cette histoire. Je vais quand même relire ce qui a été rapporté dans les courriels pour me faire une idée plus approfondie de l’histoire. Je trouve tout ceci extrêmement douteux et le parti a quand même perdu beaucoup de crédibilité à mes yeux. Il me reste 30 jours pour me faire une idée. Je vais voter avec mon coeur pour la grande Cause!

  15. Selon le texte publié sur le site de l’Aut’Journal les membres qui contestaient l’exécutif ont démissionné le 22 octobre. Ils étaient 6 en tout et Victor-Lévy Beaulieu a démissionné à son tour peu après.

  16. Bonjour Louis! Je viens de créer sur mon blogue un regroupement de blogueurs anti-charogne soi-disant libérale du Culbec.

    http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/NON-a-la-charogne-soi-disant-liberale-du-Culbec-b1-p59422.htm

    Lis ça et répond-moi l’un ou l’autre sur mon blogue si tu veux oui ou non en faire partie! Merci!

  17. Voici le lien pour la mise au point sur le Parti Indépendantiste:

    http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=1146

  18. ça m’excite moi les granolas… mais C’est quoi des granolas pour vous?

Comments are closed.