Obama ou McCain: bof, tu sais…

Démocratie?Ma première idée consistait à écrire en détails pourquoi je me fous éperdument de savoir qui de Barack Obama ou John McCain gagnera les élections présidentielles états-uniennes de demain. Je m’étais préparé mentalement à mettre à l’eau cette vieille chaloupe dans la mare aux arguments où je puise généralement mes idées et à y jeter ma ligne, me préparant à repêcher quelque signe de l’inutilité de ces élections. J’aurais sûrement déniché de beaux poissons, et j’aurais pu parler du fait qu’Obama a donné son premier discours en tant que candidat officiel du Parti Démocrate devant le plus puissant lobby juif, qu’il désire bombarder le Pakistan, qu’il ne remet pas en question l’unilatéralisme de Washington, qu’il propose des politiques économiques très à droite s’adressant principalement aux gens faisant un bon salaire, etc.

« Bof, tu sais… »

À l’époque, quand j’étais adolescent et que je me croyais adulte parce que deux-trois poils noircissaient mon menton, j’avais adopté cette expression: « bof, tu sais… ». Concrètement, ça voulait dire: « tout m’est égal, c’est du pareil au même, j’en ai rien à cirer ». Et c’est comme cela que je me sens aujourd’hui face aux élections états-uniennes: j’en ai rien à cirer. Car Obama ou McCain, c’est la même merde et ce ne sont que des pantins au service d’une élite non-élue qui s’approprie les richesses collectives et appauvrit la population de ce pays depuis des décennies.

Si je pouvais m’imaginer un fantasme, celui de prendre possession des ondes et de me payer un trente minutes de publicité pour m’adresser directement au peuple états-unien, je lui dirais franchement: « Bof, tu sais… » Et je m’imagine la réponse: « Non, on ne sait pas! On veut croire! »

J’ai toujours trouvé que le « We believe » de Obama ressemblait au « I want to believe » des X-Files. « I want to believe » que George W. Bush était une aberration et qu’un autre président saurait redonner un peu de lustre à une classe moyenne disloquée, détruite après plus de trente ans de réformes néolibérales. « I want to believe ». Les gens veulent tellement croire Obama; ils ne voient même plus que ce que ce dernier propose est une version édulcorée de la même politique de Bush, Clinton, l’autre Bush, Reagan, alouette! Le vrai pouvoir ne s’élit pas à Washington; il choisit ses pions qui pourront le mieux représenter ses intérêts tout en plaisant au peuple. Obama est noir, jeune, fringant, nouveau… mais ses idées sont aussi vieilles que la nuit. Seule l’apparence du pouvoir a changé, pas le pouvoir lui-même.

Alors excusez-moi, mais mercredi matin pour moi il n’y aura qu’un perdant, peu importe le résultat: le peuple états-unien. Ce sera encore une fois le triste constat d’une démocratie abâtardie où l’argent peut tout acheter et où le mensonge et la manipulation sont les deux mamelles auxquelles s’accrochent des désespérés qui ne réalisent pas que le parti Démocrate et le parti Républicain sont les deux facettes d’une même élite de droite qui a davantage à coeur son profit que les intérêts de la majorité.

Publicités

11 Réponses

  1. Je comprends ce que tu veux dire…

    Mais je ne sais pas, j’ai le goût d’y croire quand même. Je rêve si peu souvent… 😉

  2. Je te rejoins pas mal là-dessus… Je n’ai qu’un mince espoir: Obama est un homme de principes et son objectif primordial est de lutter contre la pauvreté et le rascisme. Peut-être a-t-il proposé un « deal » au pouvoir invisible qui se cache derrière les deux partis en leur permettant de poursuivre leura ambitions en autant qu’il ait le champ libre pour atteindre ses propres objectifs.

    Mais c’est mince. Très mince.

  3. Que tu est négatif LP.. Vive le rêve américain!

  4. Je partage entièrement ton analyse Louis-Philippe. Comme le disait Michel Chossudovsky dans L’Aut’Journal du mois de septembre dernier Obama et McCain sont deux candidats pro-guerre et favorable à l’accroissement du budget militaire.

    De plus Obama a aussi prononcé un discours devant la mafia anticastriste de Miami ou il s’est engagé à maintenir le blocus contre Cuba.

    Sur la question du lobby pro-Israël le parti Démocrate est parfois pire que le parti Républicain. Tous les dirigeants de ce parti soutiennent aveuglément l’État sioniste. La congressiste Cynthia McKinney a été expulsée de ce parti pour avoir pris la défense des Palestiniens et c’est pourquoi elle se présente cette fois-ci pour le parti Vert.

  5. […] l’Électron libre à Louis-Philippe Lafontaine, je suis d’accord qu’Obama ou McCain, c’est du […]

  6. […] le message comme quoi le noir et le blanc ne seraient que la séparation d’un même gris, du pareil au même. Je le comprends, mais j’ai de la difficulté à croire que le résultat de demain donnera un […]

  7. @internationaliste: J’ignorais que McKinney avait été expulsée du Parti Démocrate. Je respecte beaucoup cette femme; elle avait été une des rares à poser de sérieuses questions à la commission fantoche sur le 9/11 et à questionner la version des événements manipulés.

    Je me souviens d’une de ses citations, que je qualifie d’historique: « seulement à Washington vous pouvez être aussi incompétents et vous faire récompenser par la suite. »

    Cette femme était tellement proche de la vérité en accusant presque les autorités d’avoir laissé se produire le 11 septembre 2001 que ça me surprenait qu’elle soit encore au sein du Parti Démocrate.

    Mais maintenant la logique est respectée: elle a été expulsée du système dont l’unique but est d’éviter toute forme de changement.

    Ceux qui placent leurs espoirs en Obama vont tellement être déçus. Le système états-unien est fait pour que rien ne change, et rien de majeur ne va changer.

  8. Excellente analyse!

    Tout de même, Obama me semble un tantinet moins pire mais ce n’est pas une solution acceptable.

  9. Obama demeure au moins prosyndicaliste:

    http://lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=984

  10. Salut Jimmy. J’ai lu ces articles. Reste à savoir par contre si Obama va respecter ses promesses. Il n’y a absolument rien de garanti à ce niveau.

    Il vaut mieux voter pour les tiers partis et encourager les candidats alternatifs comme Cynthia McKinney, Ralph Nader et les autres.

Comments are closed.