La Presse: information ou manipulation?

Pourquoi La Presse s’acharne-t-elle sur le Bloc pendant cette campagne électorale tout en présentant positivement le gouvernement Harper?

Parce qu’elle appartient à Power Corporation, qui profiterait largement de l’élection du Parti Conservateur.

Portrait de famille.

Power Corporation of Canada, propriété du milliardaire Paul Desmarais, possède 100% du groupe Gesca, qui possède les quotidiens La Presse, Le Soleil, La Voix de l’Est, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Droit, le Quotidien et le site de nouvelles Cyberpresse.ca.

Elle possède aussi la Power Financial Corporation, qui possède à 50%, via la Parjointco N.V. la Pargesa Holding SA, la Great-West Lifeco inc. et l’IGM Financial inc.

Voici les actifs de la Power Financial Corportation:

  • Pargesa Holding SA:
  1. Elle possède à 48,6% le Groupe Bruxelles-Lambert (GBL), du milliardaire Albert Frère, qui fut l’une des deux seules personnes invitées par Nicolas Sarkozy le soir de sa victoire (l’autre étant Paul Desmarais lui-même). Ce groupe a des intérêts dans les autres compagnies possédées par la Pargesa Holding SA (voir ci-dessous), mais possède en outre Rockland Pipeline Company, basée à Houston au Texas, American Cometra Inc., une compagnie gazière et pétrolière de Forth Worth, Canadian Cometra, l’équivalent de cette dernière mais en Alberta et Canrock Pipeline Company Ltd., basée à Calgary. Il va sans dire que toute politique espérant modérer la frénésie pétrolière en Alberta serait nuisible pour le GBL.
  2. Possède également à 54,1% avec GBL Imerys, une compagnie de transformation de métaux industriels.
  3. A des intérêts dans Lafarge, la bétonnière, qui profite du boom albertain pour construire notamment des tuyaux servant à l’exploitation ou au raffinage des sables bitumineux albertains.
  4. A des intérêts dans Pernod-Ricard.
  5. Est impliquée dans Suez, qui est déjà pressentie pour être fusionnée avec la société d’État Gaz de France suite à la privatisation de celle-ci par Nicolas Sarkozy.
  6. A des intérêts dans Total, la cinquième pétrolière du monde, qui investit des milliards $ dans les sables bitumineux albertains.
  • Great-West Lifeco inc. : cette compagnie, qui avait un actif de 394 milliards $ à la fin 2007, propose via plusieurs de ses filiale des assurances-vie. On imagine très bien l’incroyable fortune que procurerait à cette entreprise une privatisation des soins de santé au pays.
  • IGM Financial Inc., qui contrôle notamment le Investors Group et la Mackenzie Financial Corporation.

Maintenant, la question qui tue: pourquoi, au milieu de toutes ces compagnies pétrolières, d’assurances ou d’investissements, Power Corporation possède-t-elle à 100% une filiale « médias », et spécifiquement au Québec?

Il suffit peut-être de lire La Presse ou Cyberpresse.ca pour comprendre. Pendant cette campagne électorale, pas un jour ne passe sans que ses éditorialistes ne s’attaquent tantôt au Bloc Québécois, tantôt au Nouveau Parti Démocratique, tantôt au Parti Libéral du Canada. Pas une semaine sans qu’on monte de toutes pièces une fausse polémique pour discréditer les adversaires du Parti Conservateur. Que ce soit en mettant en première page un énième torchon de Jacques Brassard, qui pourtant écrivait ses folies presque anonymement dans d’autres quotidiens du groupe Gesca depuis des mois, en publicisant la montée au front d’ex-bloquistes ou en montrant constamment Harper sous son meilleur jour, Gesca et Power Corporation sont en campagne électorale.

Est-ce si surprenant de voir Power Corporation appuyer si ouvertement le Parti Conservateur? Je ne crois pas. D’abord, le lien filial entre les Desmarais et le Parti Libéral du Canada (PLC) a été détruit; Jean Chrétien, dont la fille est mariée à André Desmarais, n’est plus dans le coup, ni même Paul Martin, qui a été président de la filiale de Power Corporation Canadian Steamship Lines Inc. bien avant de devenir premier ministre du Canada. En outre, le PLC de Stéphane Dion est beaucoup moins à droite économiquement que ses prédécesseurs et son Tournant Vert risque de pénaliser les entreprises polluantes albertaines.

Mais surtout, le Parti Conservateur est le seul parti majeur au pays pouvant assurer les intérêts de Power Corporation. Il entend défendre les pétrolières et le boom anarchique des sables bitumineux en Alberta (ce qui est bon pour GBL, Lafarge, Imerys et Total) et ses politiques économiques de droite, favorisant notamment le concept d’utilisateur-payeur, risquent d’enrichir la Great-West Co. si elles sont appliquées à la santé. De même, la politique étrangère du gouvernement Harper ressemble à s’y méprendre à celle de son homologue français, ce qui renforce les liens entre les Desmarais, les Frère, Sarkozy et Harper.

Et puisque traditionnement le Québec a toujours été plus progressiste, un peu plus en avance socialement sur le reste du Canada, qu’il est l’endroit où se jouera les prochaines élections et qu’il déterminera si le Parti Conservateur sera minoritaire ou majoritaire, il va de soi que Power Corporation envoie tous ses laquais de La Presse (Alain Dubuc, André Pratte, Mario Roy, etc.) et du reste du réseau Gesca pour s’assurer que le vote sorte du bon côté.

Et si ce n’est pas suffisant, on peut toujours demander de l’aide à l’Institut Économique de Montréal (IEDM), le petit frère du radicalement à droite Fraser Institute, dont la présidente, Hélène Desmarais, est la femme de Paul Desmarais Jr…

On le constate, l’information se porte très mal au Québec. Il est difficile de bien s’informer, et quand des journaux soi-disant sérieux comme La Presse manipulent et désinforment, violent nos esprits pour satisfaire les appétits cannibales de leurs riches propriétaires, je crois qu’il est de notre devoir de citoyens non seulement de les dénoncer, mais également, plus simplement, de ne plus acheter ces torchons qui cherchent à modifier notre compréhension du monde pour la façonner à l’image des intérêts de la famille Desmarais.

Et de passer le mot aux autres: ce que vous lisez dans La Presse n’est pas de l’information, mais l’opinion aseptisée de Power Corporation et de ses filiales.

Le rôle du journaliste et du journalisme en général doit être celui du quatrième pouvoir, c’est-à-dire de dénoncer les excès et les incompétences des autres. Quand le journaliste décide de se taire et de faire le dos rond à son maître qui piétine notre démocratie pour assouvir ses instincts carnassiers, il devient le collaborateur de l’appropriation par une minorité de notre richesse collective.

Et les collabos ne méritent pas d’être lus. Ils doivent être systématiquement démasqués, dénoncés, puis éliminés du système, comme les petites tumeurs qu’on retire du patient cancéreux. Il en va de la survie de tous les autres tissus sains, ceux qui ne demandent qu’à vivre et à exprimer toute la richesse de notre pouvoir collectif libéré des entraves d’une minorité de tyrans qui s’offrent le luxe de s’acheter médias et politiciens pour assouvir leurs désirs de puissance.


Je dédie ce billet à tous ceux qui ont le courage de dénoncer l’utilisation par Power Corporation de son groupe de presse Gesca (et des « journalistes » qui y travaillent) pour manipuler et désinformer la population.


Lire ce texte de Lutopium sur les liens entre Power Corporation et Gazprom, ce qui explique pourquoi La Presse appuie le projet de port méthanier à Rabaska…

19 Réponses

  1. […] vous voulez comprendre pourquoi La Presse appuie les Conservateurs, je vous recommande ce texte: hyperlien N?tiquette […]

  2. Tu auras beau faire les lines économiques que tu voudras, La Presse, Le Soleil et Le Droit on une biais péquiste. Ça se voit, ça se sent, ça s’expérimente.

  3. Excellent billet Louis. Un autre lien qui s’est tissé entre les conservateurs et les intérêts de l’empire Desmarais c’est lorsque Stephen Harper a rencontré le premier ministre russe Viktor Zubkov. Comme le mentionnait un journaliste du journal régional Le Jacques-Cartier, il est fort probable que M. Harper et M. Zubkov ont discuté de l’approvisionnement en gaz naturel par la société d’état Gazprom – maintenant partenaire du port méthnier Rabaska…

    Et, comme tu le mentionnes, Power Corp a des intérêts dans Suez et GDF, ce qui explique pourquoi les journaux de Gesca ont toujours appuyé le projet Rabaska.

    Comme je le mentionnais dans un commentaire déposé sur le site de Carl Boileau, nous devrions nous mobiliser afin d’exiger le démantèlement du groupe Gesca de l’empire Desmarais. Extrêmement malsain pour la démocratie que de permettre à un holding financier si puissant de contrôler la moitié des journaux d’un pays.

  4. Merci LP d’eclaircir l’empire Desmarais. Instructif et interessant.

    Meme en prenant pour acquis que ce que tu dis est vrai (la tendance pro-Conservateur) pourquoi devrait-on cesser de les lire? Personnellement je pense qu’un quotidien qui affiche ses couleurs est beaucoup plus fiable que d’autres qui le cachent mais qu’on percoit facilement, comme Le Soleil, Le Devoir, Rad-Can, Tele-Quebec, TVA etc…

    De plus pourquoi un porte etendard de la centre-droite devrait etre baillonnee au Quebec quand la tres grande majorite est pro-gauche. Defendre (dans les medias) les idees de gauche est bien, mais defendre celles de droite est pas correct? Vous de la gauche, c’est votre idee de la democratie? Moi je trouve que ca ressemble a autre chose…

    Et le grand roi du Plateau lui, Guy a Lagauche ses idees ne sont pas teintes peut etre? Il est paye par l’argent du gouvernement canadien et crache sur la Canada et tout ce qui n’est pas pro-SSS (socialiste-syndicaliste-separatiste).

    C’est OK qu’un media soit d’une allegeance (droite ou gauche), mais qu’ils le disent, leurs propos seront analyses avec cette information.

  5. Extrêmement instructif. Merci beaucoup, je vais partager ce billet avec toutes mes connaissances. Je connaissais PowerCorp., propriétaire de Gesca, propriétaire de LaPresse et all. Cependant, mes connaissances des ramifications du holding financier des Desmarais étaient dépassées. On comprends mieux l’abandon de l’affiliation au PLC et l’appui implicite aux Réformistes de PowerCorp quant on voit où va le sens des intérêts pécuniaires de cette société privée.

  6. Louis, va consulter ce lien, écrit par ton bon ami André Pratte, chroniqueur à LA Presse:
    http://www.cyberpresse.ca/article/20080922/CPOPINIONS03/80921126/6737/CPACTUALITES

    Viens me faire accroire que La Presse appuie les conservateurs avec ça

  7. @Ivellios: Il faut se rendre jusqu’à la fin de l’article pour bien saisir le message de M. Pratte:

    « L’heure est venue pour les Québécois de se demander s’ils souhaitent continuer d’envoyer à Ottawa une majorité de gérants d’estrade, aussi talentueux soient-ils, ou s’ils veulent y déléguer des décideurs. Des gens qui ne sont pas seulement «présents pour le Québec», mais qui agissent pour le Québec et pour le Canada. »

    Il défend l’existence du Bloc mais il recommande de voter du côté du pouvoir. Il me semble assez clair que les journaux de Gesca ont décidé d’appuyer les conservateurs. Surveilles l’édition du samedi 11 octobre. C’est probablement à ce moment là que La Presse publiera son éditorial de fin de campagne où elle appuiera le Parti Conservateur. Je serais prêt à gager là-dessus.

  8. @Lutopium

    Si, pour changer les choses, je dois voter pour un parti qui a des chances de gagner, je vais le faire. Si je veux juste gueuler contre le Canada, je vais voter pour le bloc.

    Ce que vous voyez, vous le voyez comme du « bashing », mais la pertinence du bloc est quand même mise en doute. Je préfère voir un québécois voter pour le NPD, qui on les mêmes valeurs que le Bloc, et qui a des chances d’être au pouvoir, que de voir un québécois voter pour un « gérant d’estrade ».

  9. […] À chaque jour de l’actuelle campagne électorale, le Bloc québécois lance des nouveaux thèmes afin d’engager des débats d’idées… mais il est rare que ces derniers franchisent le mur médiatique. Aussi aberrant que cela puisse paraître pour une «démocratie », ce ne sont pas les partis de l’opposition qui lancent les débats dans notre pays … mais définitivement les médias de masse qui orchestrent le grand scénario électoral. À cet effet, il faut d’ailleurs constater le revirement politique de La Presse (Power Corporation), qui a délaissé son appui historique aux Libéraux à la faveur du Parti conservateur. Mais ce journal ne se contente pas que de promouvoir la salade du Parti conservateur (et ses intérêts), il s’acharne aussi d’une sur le Bloc québécois…. méthodiquement. En référence, lire ici l’excellent texte de Louis-Philippe Lafontaine : La Presse: information ou manipulation? […]

  10. Très bon résumé de la toile Gesca.

    René Levesque aurait parlé dans le temps des ficelles entre les médias, les gouvernements et la Haute Finance.
    « Dites-moi qui tirent les ficelles et je vous dirais qui vous gouvernent. »

    Le dernier billet de AntiPollution:Monuments aux criminels

  11. Enfin quelqu un fait de l argent au Quebec et c est un criminel.On oubli de dire que cet empire EMPLOI des milliers de Quebecois. Toujours en train de châlier ces Quebecois. Cela s appelle Jalousie.

  12. Es-tu MALADE?!?

    La Presse c’est chaque jour le bashing sur les Conservateurs!!!

    Lagacé, Casivi, Petrowsky, et le setting des nouvelles aussi. Des fois c’est les 4-5 premières pages faites pour frapper sur les Conservateurs.

    Alors il est où le bashing sur le Bloc? C’est le contraire! C’est comme la soirée partisane des Bloquistes/artistes hier soir. Quand Layton et Coderre/Dhavernas (un des leurs) se font huer pendant qu’ils ont les « bonnes positions » alors que Duceppe se fait applaudir à tout rompre, on voit de quel bord notre gente médiatique penche.

    C’est Bloc all the way. Cependant, cette majorité médiatique a l’air plus que jamais déconnectée et les gens s’en rendent compte, spécialement dans le débat culturel où les chroniqueurs traitent la population de caves.

  13. Bien dit Doom. la couverture del aPresse est on ne peut plus biaisée et essaie surout pas de te plaindre. On te répondra que les blogueurs et columnists sont payés pour donner des opinions, peu importe lesquelles. les blogs, c’est la nouvelle façon qu’on trouvé les médias de contourner les règles pour faire de la politique

  14. […] dans leurs propos. Coudonc, auraient-ils été blessés par les accusations de Carl et de Louis-Philippe ? Je ne pense pas, mais bon… on peut toujours rêver […]

  15. Ajoutez mon vote à l’alias Doom. La presse de Gesca c’est du libéral et ils font du conservateur bashing.
    Pourquoi ça ?…
    Parce que à Ottawa, un vote pour le blok c’est un vote pour le libéral, dans le fond.

    Excellent billet de promotion de La Presse et de la Power Corp. Gratuitement, à part ça.
    sp

  16. Rectifions certains faits:

    1. il ne faut pas mélanger la ligne éditoriale avec le journalisme d’information.

    2. La Presse est depuis toujours un journal qui prône le fédéralisme comme ligne éditoriale.

  17. […] ? 12:11 Si ?a vous int?resse, un article de blog avec l’organigramme de Power COrp!http://lelectronlibre.net/index.php/2008/09/21/pourquoi-la-presse-sacharne-t-elle-sur-le-blocAussi un fil qu’une ?me charitable avait repris sur le ROi du […]

  18. […] le simpliste personnage possède une certaine intelligence. Il est un très bon ami de Paul Desmarais, après tout, ce milliardaire trempé dans le pétrole albertain (et possédant La Presse, entre […]

  19. […] dans le temps. Par exemple, il y a encore quotidiennement plusieurs personnes qui lisent ce texte, celui-ci ou même celui-là. Je prolonge ma présence dans le temps en structurant des idées offrant une […]

Comments are closed.