Le vote stratégique

Signe que le Bloc Québécois commence à sentir la soupe chaude (et que le NPD a le vent dans les voiles), celui-ci a lancé une campagne de dénigrement du parti de Jack Layton sous le slogan: « 1 vote pour le NPD = 1 vote pour Harper ». On peut voir ce type de pancartes notamment dans la circonscription de Jeanne-Le Ber, où la division du vote fédéraliste avait permis au Bloc de se faire élire lors des dernières élections.

L’idée n’est pas nouvelle: les Libéraux de Paul Martin l’avaient déjà utilisée en 2006 pour attaquer le NPD quand ils avaient réalisé qu’ils risquaient de perdre le pouvoir et c’est un stratagème qui revient régulièrement lorsqu’un parti majeur sent le tapis de dérober sous c’est pied. C’est la stratégie de la dernière chance: le vote stratégique. On essaie de convaincre les électeurs de se boucher le nez et de voter pour un parti qu’ils n’appuient pas pour éviter de se retrouver avec un gouvernement qu’ils détestent encore plus.

Le problème avec cette stratégie, c’est qu’elle nuit à l’esprit démocratique d’une élection et éloigne les électeurs d’un gouvernement qui pourrait être plus près de leurs valeurs et de leurs idéaux.

En effet, que vaut un vote, au juste? A-t-on déjà vu un seul vote faire une différence? A-t-on déjà vu un député se faire élire avec 34 563 votes devant un adversaire qui en aurait eu 34 562? Ça prend beaucoup d’humilité pour le reconnaître, mais individuellement notre vote ne change rien au résultat. Ce vote n’est qu’un poil de gorille, une goutte d’eau dans la piscine ou un grain de pollen perdu dans l’air. Sa présence passe inaperçue, son absence ne crée pas de manque.

En fait, individuellement, la seule raison justifiant de voter est le sentiment d’avoir fait tout ce qui était possible de faire pour exprimer ses valeurs, ses idéaux, sa conception de ce que doit être un bon gouvernement. Entre deux élections je suis passif, je me contente d’être le spectateur morose du grand cirque politique, mais lorsqu’on me demande mon avis je le donne au mieux de mes connaissances et en accord avec ce que je considère être le meilleur choix pour le futur.

C’est la seule raison qui justifie de voter, individuellement.

Or, collectivement, le vote est ultra-puissant. Il fait ou défait les gouvernements, il brise des carrières, détruit des hommes ou en consacre d’autres. Il constitue le grand TOUT du système, l’ignition donnant sa force et son mouvement à la machine gouvernementale. Si je peux contrôler le vote collectif, je contrôle l’issu de l’élection et je serai celui qui influencera les politiques du gouvernement. Le problème, c’est que je ne contrôle que mon vote.

Collectivement, le vote n’est donc que l’amalgame des idéaux et des valeurs de chaque individu. Il est la somme des espérances, craintes, espoirs et appréhensions de chaque citoyen. Il est le ciment qui attend un peu d’air pour prendre et se figer jusqu’aux prochaines élections.

Or, quand on choisit de voter stratégique, on pervertit l’ensemble du processus. Individuellement, on gaspille son vote en appuyant un parti suboptimal qui ne représente pas au mieux ses valeurs et ses intérêts. On se prive donc de cet éternel droit de se plaindre qui est le luxe de ceux qui ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour faire valoir ce qu’ils croyaient être juste. Collectivement, on annihile les choix légitimes de nos concitoyens en refusant d’être la courroie de transmission permettant aux idéaux de chacun de pouvoir s’exprimer politiquement.

Suivez bien mon raisonnement: si individuellement mon vote ne vaut rien mais que collectivement il est ultra-puissant, en votant « stratégique » non seulement je m’empêche de voter pour le meilleur parti mais en plus j’essaie d’utiliser la puissance du vote collectif non pas au service de mes valeurs et de mes intérêts, mais plutôt pour faire plaisir à un parti qui voit ses appuis diminuer.

En somme, puisque mon vote ne change rien, il ne sert à rien de voter contre un-tel ou pour qu’un-tel puisse battre un-tel autre ou utiliser n’importe quelle autre logique tordue. Mon vote est la preuve de mon existence politique. Si je ne l’utilise pas au mieux de mes valeurs et de mes convictions, il ne sert à rien. Il a la même valeur que celui qui ne se déplace pas voter. En fait, il vaut moins que celui qui s’abstient, car ce dernier le fait peut-être par considération politique et exprime ainsi ses valeurs à la face de la démocratie, alors que celui qui vote stratégique mentit sur ce qu’il est, sur ses idéaux et contribue à empêcher que de la somme des valeurs et idéaux de l’ensemble de la population jaillisse une vérité permettant l’élection d’un gouvernement nous représentant davantage.

Au fait, quel serait le résultat si le vote stratégique fonctionnait et que des dizaines de milliers de sympathisants du NPD votaient pour le Bloc à chaque élection pour bloquer un autre parti? Le NPD ne serait jamais élu et tous ceux qui auraient voté Bloc en se pinçant le nez auraient perdu leur vote, purement et simplement.

Voter stratégique, c’est donc l’apanage des menteurs, des manipulateurs et de ceux qui auront perdu tout droit de se plaindre devant le résultat final. Ils auront gaspillé leur vote, travesti leur réalité et perverti le processus démocratique. Un vote stratégique, c’est un vote perdu.

Car un vote pour le NPD n’est pas un vote pour Harper. C’est un vote pour le NPD. Un vote exprimant la conviction, très personnelle, que le NPD est le meilleur parti pour gouverner ce pays. Et un vote reconnaissant que je ne changerai rien, individuellement, au résultat, mais que je peux voter selon ma conscience et mes valeurs.


À vendredi ou samedi…

22 Réponses

  1. Belle profession de foi en faveur du vote consciencieux.

    Je viens de publier un billet sur une question connexe

    http://www.la-plaine.net/article-22847443.html

    Je m’interroge toujours sur la valeur d’une démocratie qui permet que plus de 60% des votes exprimés ne participent pas à l’exercice réel du pouvoir…

  2. Je suis d’accord avec ce que tu dis. De plus en plus, les gens ne votent plus pour leurs convictions. Ce qui me fait rire, c’est le lendemain des élections. Dans le passé, certaines personnes m’ont approché me demandant : « Pis, as-tu gagné tes élections? »

    À ce que je sache, une élection n’est pas une banale partie de hockey. L’important, c’est d’avoir voté en fonction de tes valeurs et de ton opinion fasse à l’avenir de la communauté. Que le parti que tu aies choisis fasse parti du gouvernement ou pas n’importe pas vraiment. Je crois que le but des élections est de refléter les convictions actuelles de la population.

    Si la majorité considère que le parti Conservateur est celui qui représente les valeurs d’aujourd’hui, il sera donc majoritaire. Le nombre de députés élus par parti représentera ainsi la proportion de la population en accord avec ce parti et c’est ainsi que le parti sera majoritaire ou non.

    Autre point que je ne suis plus capable de sentir est ce que j’appelle le « vote par sondage ». Certaines personnes vont simplement voter en fonction des résultats des sondages et la tendance qu’ils semblent indiquer. En tant que citoyen, c’est notre devoir de s’informer sur ce qui se passe politiquement et de prendre position selon nos convictions. Suivre la tendance n’aide en rien la démocratie.

    C’est mon opinion, faites-en ce que vous voulez…

  3. Où en sommes-nous donc rendus? Je fais taire ici mon allégeance partisane pour déplorer qu’on en soit rendus à imprimer et accrocher des pancartes de ce type. Il me semble qu’on vote pour des idées, à la rigueur pour des idées de la façon dont elles sont portées par un candidat. Mais un vote mathématique! Nous faisons pitié.

  4. […] J’ai ?crit un texte sur ce sujet ce matin. Je vous invite ? le lire ? cette adresse: hyperlien […]

  5. Et si aucun parti ne nous satisfait? On ne vote pas?

    Le problème, c’est que je suis rigoureusement anti-abstention et anti-annulation de vote. Je suis donc obligé de voter pour l’un ou l’autre parti. Mais il n’y en a aucun chez qui je me retrouve, pauvre de moi. Comment dois-je faire mon choix?

    De fait, la seule chose qui m’importe vraiment, c’est de punir les conservateurs pour la pile d’articles que j’ai archivés sur des mesures que je désapprouve chez eux.

    Vous avez raison de dire qu’il faut refuser de voter stratégique si on se reconnaît dans le NPD. Mais le vote stratégique, si aucun parti ne recueille votre approbation, reste encore la meilleure option.

    Ma position de principe est:
    1. Contre l’abstention ou l’annulation de vote.
    2. en second lieu seulement, contr le vote stratégique. Celui-ci devient acceptable si la seule alternative est l’absention ou le vote blanc.

  6. Ce ne sera pas une pub très efficace pour moi.

    J’habite Jeanne Le Ber (Verdun)et je vais voter NPD comme beaucoup d’autres.

    Sylvie R. Tremblay
    Jeanne du Lys

  7. Salut,

    Pour que le vote individuel compte, il faut que notre système ait une partie de proportionnel. En effet, si nous avons un mode de scrutin mixte, les gens qui votent pour le NPD pourrait donner leu vote au parti et non seulement au candidat.

    Au Québec, il faut profiter de la prochaine campagne pour tenter d’augmenter le représentativité et l’importance du vote. Par exemple, nous pourrions tenir et ce, en même temps que les élections, un référendum sur le mode de scrutin proportionnel. Il faut simplement que l’ensemble des partis politiques soient en accord pour que cela ne devienne pas un enjeu électoral.

    Merci

  8. Effectivement, ce n’est pas une très bonne façon de faire pour se faire élire. Surtout pas avec des pancartes comme ça.

  9. Mon Dieu, est-ce bien Sylvie Tremblay, l’espèce de bouffonne narcissique en manque d’attention qui s’est jointe à l’ADQ en pensant qu’elle pourrait y faire la promotion du féminisme écologique ? Son nouveau parti porte d’ailleurs un nom ressemblant davantage à celui d’une vedette de troisièeme ordre. Une carrière au Téhâtre des Variétés vous a jamais intéressée ?

  10. @Ben

    Et vous vous êtes un malade religieux d’extrême droite qui allez voter pour Hitler oups…Harper le dictateur ?

    Je comprends qu’en tant que député adéquiste vous soyez frustré de mon départ mon cher, mais ça c’est votre problème. Et vous qui vouliez couper l’aide aux sans emplois c’est une chance que vous ne l’ayez pas fait car vous vous retrouverez au chômage bientôt.

    Voilà l’histoire exact puisse que vous déirez informer les gens de ce blog sur mon identité. Effectivement vaut mieux qu’ils connaissent la vérité à votre sujet.

    http://www.vigile.net/L-Action-democratique-me-fait-peur

    Au plaisir,
    Sylvie R. Tremblay (ex-vice-présidente ADQ)
    Jeanne du Lys
    Parti indépendantiste

  11. 100% d’accord, en fait 99,9% d’accord avec toi. La seule exception c’est ce que nous vivons en ce moment. La priorité numérale 1 est d’empêcheur Stephen Harper d’être majoritaire et si dans une circonscription je dois utiliser le vote stratégique (attention, je n’ai pas dit dans toutes les circonscriptions), il le faut…

  12. @ Jeanne du Lys

    Vous adoreriez que je sois un adéquiste, n’est-ce pas ?

    Malheureusement, entre vous et moi, une seule personne a déjà été membre de l’ADQ, et c’est VOUS, pas moi. Je n’ai jamais été membre d’un parti politique.

    En fait, je trouve réellement comique d’imaginer que quiconque ait pu être assez inconsciente ou naïve pour se joindre à l’ADQ en s’imaginant qu’elle irait y faire la promotion du féminisme et de l’écologisme !

    Pour poursuivre dans la même veine, pour pourriez vous joindre au PLC afin d’y faire la promotion de l’indépendance du Québec…

    Évidemment, le fait que l’ADQ aient accepté une «loose cannon» telle que vous en vous octroyant un poste de responsabilité en dit malheureusement plus sur les loosers que sont l’ADQ que sur vous !

    Et j’ai beau ne pas être pro-Harper, vous venez de démontrer toute votre insignifiance avec cette comparaison kétaine Harper-Hitler. Je comprend que vous ayez créé votre propre parti politique, car cette comparaison démontre amplement ce pourquoi aucun autre parti ne veut de vous !

  13. LP, meme si politiquement nos opinions divergent grandement, je partage entierement ton aversion pour le vote strategique.

    Le Bloc affirme qu’un vote pour le NPD c’est un vote pour Harper, le NPD pourrait dire qu’un vote pour le PLC est un vote pour Harper, les possibilites sont infinies dependamment des allegeances de l’analyste.

    Il y a maintenant une faible possibilite que le PLC soit relegue au troisieme parti derriere le NPD. Il serait interessant de voir le clash Harper centre-droite avec une opposition NPD de gauche.

    Donc 2 autres observations. La valeur d’un vote? 1.75$ annuellement, c’est le financement que les differents partis encaissent d’Election Canada.

    Sans parler de vote strategique, il faut quand meme realiser que la gauche canadienne est fractionnee. Les votes de gauche se repartirons entre le PLC, le NPD, le Bloc (au Quebec) et les Verts. Tandis que le PCC est seul a droite.

    Pour ma part c’est une excellente nouvelle, mais il est assez sarcastique de constater que la gauche est maintenant dans la meme position que la droite il y a environ 10 ans.

    Je suis desole mes amis de gauche mais vous allez probablement endurer un gouvernement majoritaire Harper PC de centre-droite pour les 4 prochaines annees. Guy A Lagauche et le plateau ne seront pas content !

    HEHEHEHE

  14. […] Le Bloc sort d?j? l’offre du vote strat?gique, messemble que c’est la tentative de la derni?re chance ?a… http://lelectronlibre.net/index.php/2008/09/16/le-vote-strategique_________________ […]

  15. Vivement la proportionnelle !
    100 députés, 1 députe = 1% de votes.

    On aurait là une meilleure idée des partis et des idées que les gens veulent qui se mettent en pratique au gouvernement.

    C’est simple et pas besoin de remettre toujours en marche une Commission de révision de la carte électorale.

    Pour ceux qui tiennent à la représentation des régions et au maintien de la proximité avec les citoyens, je crois que chaque parti pourrait énoncer les noms de candidats pouvant être consultés pour des questions et des solutions régionales.

  16. @Ben

    Sachez mon cher que nous seulement j’ai été sollicité par un parti fédéral mais par tous les partis fédéraux je n’avais que l’embarras du choix. Cependant malgré le fait que les salaires et pensions au fédéral sont plus élevés qu’au provincial, j’ai refusé !

    Tout simplement parce que pour moi il n’y a pas que l’argent qui compte dans la vie ! Et surtout parce que c’est le Québec que j’aime et que je veux défendre.

    Même si c’est un travail laborieux et beaucoup plus difficile que de me joindre à un parti déjà existant, oui, j’ai décidé de partir un parti politique parce qu’ils sont tous une belle  »gang » d’imcompétants qui pensent plus à leurs poches qu’à nos intérêts…

    Exemple, le projet Rabaska que nos politiciens ont laissé passer alors que c’est un projet catastrophique pour cette magnifique ville qui vit du touriste soit en en passant.Je ne crois pas que lorsque l’air deviendra irrespirable il y aura beaucoup de touristes.

    De toute manière si mes propos ne vous intéressent pas vous n’avez qu’à ne pas les lire. Je suis ici pour donner mon point de vue concernant la politique fédéral j’ai le droit à ma liberté d’expression comme tous le monde, et non pour que vous fassiez mon procès sous un pseudonyme…pour ma part je n’ai pas honte de dire qui je suis. Vous qui êtes-vous ?

    Donc pour revenir au sujet de ce blogue j’ajouterais que :
    Le Bloc a obtenu en 2006, 51 sièges ce qui n’est pas mal pour un parti régional. Ont-ils réussi à empêcher Hitler oups…Harper de couper dans la culture ? Non.

    Vous avez la mémoire courte j’ai cru moi aussi à leur discours et j’ai voté pour eux lorsqu’ils ont reçu tellement d’appuis qu’ils étaient dans l’opposition officielle. Ont-ils fait quelque chose pour le Québec ? Fait approuver un projet de loi ? Non.

    Lorsqu’en plus j’ai appris que Gilles Duccepe avait millité au sein du Reform party ??? Sachant que c’est ce parti qui est caché derrière Harper…je suis allé jusqu’à me demander si ce n’était pas une stratégie justement de faire voter la gauche pour Duccepe afin de bloquer le Québec et ainsi emp?her tout adverssaires d’Harper de prendre le pouvoir.

    Ont-ils fait quelque chose pour le Québec depuis 18 ans ? Belle  »gang  » d’hypocritique ils disent défendrent les indépendantistes ils leur demande de voter pour eux mais jamais ils ne voudront l’indépendance du Québec, ils perdraient leur salaire de $150 000/an et leur pension…

    Comment un gouvernement peut travailler pour le Québec tout en étant payé par le fédéral ???

    Le Bloc est selon moi, la plus grosse arnaque politique canadienne des temps modernes, pas surprenant qu’il est été créer par un ancien millitant conservateur, la stratégie a été planifié de longue date et son couronnement était prévu pour les prochaines élections.

    Mais les québécois ne sont pas aussi imbéciles que ça et finiront par se réveiller, je l’espère du moins.

    Donc en attendant l’indépendance du Québec, aux prochaines provinciales j’espère, je voterai NPD parce que c’est le moins pire pour le moment et le seul qui pourrait prendre le pouvoir et déloger Harper.

    Kebeca Liberata !

    Sylvie R. Tremblay

    Jeanne du Lys

    Parti indépendantiste

  17. Pendant ce temps, Pierre Morin, troisième vice-président de l’Assemblée Nationale et militant adéquiste de la première heure, ayant déjà utilisé le pseudonyme de Élodie Gagnon-Martin pour appuyer anonymement son propre parti, vient de se lancer en campagne avec son blogue Un blogue bleu Québec

    Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me met mal à l’aise de savoir qu’une personne payée par nos impôts pour faire un travail à l’Assemblée nationale du Québec milite anonymement (du moins il a essayé, mais je l’ai immédiatement reconnu) travaille à la solde d’un parti fédéral.

    Faites passer le mot: Pierre Morin est de retour.

  18. @ Jeanne du Lys

    «Sachez mon cher que nous seulement j’ai été sollicité par un parti fédéral mais par tous les partis fédéraux je n’avais que l’embarras du choix. Cependant malgré le fait que les salaires et pensions au fédéral sont plus élevés qu’au provincial, j’ai refusé !»

    Haha, ce n’est pas la politique votre vraie vocation, mais bien l’industrie de l’humour ! Dans le fond, moi aussi j’ai été sollicité par tous les partis, mais j’ai refusé, car je n’ai aucune envie d’être ministre, je préfère demeurer livreur de pizza dans St. Henri.

    Amusez-nous donc, quels partis vous auraient sollicité ??

  19. Jeanne du Lys le 17 sept 2008
    Voilà l’histoire exact puisse que vous déirez informer les gens de ce blog sur mon identité…
    Parti indépendantiste

    Pardonnez mon ignorance… Je ne savais pas qu’il était permis d’être indépendantiste et dumontiste, à la fois.
    Depuis quand, ça ?…

    sp

  20. Je suis résolument conservateur, et donc peu à la mode sur ce blogue.

    Mais je partage à 100% ton opinion sur le vote stratégique : une aberration démocratique et morale.

    Au plaisir,

  21. […] devrait se retirer et appeler ses supporters à voter pour l’autre.  Contrairement au vote stratégique individuel, qui est une perte d’énergie et de temps, cette stratégie permettrait d’inclure les […]

  22. […] que l’histoire se répète avec le blogue bleuquebec.blogspot.com, qui serait animé (selon Louis-Phillippe Lafontaine) par nul autre que Pierre Morin, aussi connu sous le nom de « Mister P. » (voir cet article de […]

Comments are closed.