Pourquoi je vais voter NPD

J’ai fait mon choix. Ça n’a pas été long cette fois-ci; alors qu’il y a une semaine à peine j’hésitais encore entre donner mon vote au Bloc Québécois ou au Nouveau Parti Démocratique, c’est finalement ce dernier que je désire appuyer. Pourquoi? Pour deux raisons principales.

La première, c’est que Jack Layton mène une campagne exceptionnelle, donnant l’impression que Stéphane Dion et Gilles Duceppe ne sont que de simples figurants. Je crois de plus en plus que le NPD va former l’opposition officielle aux prochaines élections si rien ne change et j’estime que la meilleure façon de contrer le gouvernement de droite de Stephen Harper est de se rallier au parti de Jack Layton, le seul qui, grâce à sa position de centre-gauche, sait s’opposer à Stephen Harper tout en ratissant assez large pour espérer obtenir le vote des Libéraux déçus.

En outre, le programme électoral du NPD me rejoint: investissements dans la petite enfance (tout en respectant les CPE québécois), écologisme (on a tendance à oublier que c’est grâce à M. Layton que le centre-ville de Toronto est climatisé avec l’eau des Grands Lacs), éducation, amélioration des soins de santé publique, lutte contre la pauvreté, lutte contre les escroqueries des grandes entreprises telles que les pétrolières.

Layton a compris ce que beaucoup de politiciens et de citoyens ont oublié: le problème n’est pas la richesse du pays, mais plutôt comment on redistribue cette richesse. Il ne faut surtout pas oublier que Stephen Harper a donné des réductions d’impôts de plusieurs dizaines de milliards $ à de grandes entreprises comme les pétrolières ou les compagnies de téléphonie cellulaire. Ni qu’il a prolongé de trois ans les droits de monopole sur les médicaments de marque, ce qui rend l’accès aux médicaments génériques moins chers beaucoup plus difficile à obtenir. La richesse existe, mais le présent gouvernement a décidé que celle-ci devait aller dans les poches d’actionnaires anonymes ou pour défendre les intérêts américains en Afghanistan (en faisant de nos soldats des tueurs) au lieu de profiter à l’ensemble des citoyens du pays.

Ça doit changer. Et le NPD constitue le meilleur parti pour changer les choses. Il est le seul qui permettra de redonner vie à une classe moyenne dont la condition stagne depuis des décennies.

La seconde raison pour laquelle je vais voter NPD, et non pas Bloc Québécois, est la piètre performance de Gilles Duceppe et du parti en général. Duceppe a le mot « perdant » écrit sur le front avec le même marqueur que Stéphane Dion. Il a perdu ses marques; il a l’air de quelqu’un ne voulant pas être là, ayant simplement hâte de constater l’étendue de son échec pour annoncer son retrait de la vie politique.

Évidemment, ce n’est pas de sa faute. En jetant aux oubliettes le projet souverainiste, Pauline Marois a enlevé toutes les munitions du camp bloquiste, si bien que le parti se retrouve à faire la guerre à poings nus devant l’armada conservatrice. Il ne fait pas le poids, malheureusement, car il ne peut plus rallier les souverainistes (quand même 40 à 50% des citoyens!) derrière lui, si bien que ceux-ci préfèrent maintenant voter pour leurs allégeances sur l’échelle gauche-droite au lieu de voter pour un parti se disant « présent » sans expliquer en quoi sa présence constituerait un plus pour l’indépendance ou, à défaut, pour la vie des citoyens en général.

Si j’étais Gilles Duceppe, j’appellerais Pauline Marois et je la remercierais chaudement d’avoir contribué à une défaite qui s’annonce majeure pour le Bloc en éliminant le seul facteur de cohérence pouvant inciter des gens aux opinions politiques diverses à se rallier derrière la souveraineté.

Ceci dit, je peux encore changer d’idée. Je suis également ouvert aux arguments du Parti Libéral, qui me semble un peu moins à droite que par le passé, de même qu’au parti Vert, même si à mes yeux ce parti n’a pas sa raison d’exister puisque ses politiques environnementales sont déjà inclues au sein du NPD.

Et ne me parlez pas de vote stratégique, SVP. Je vote avec mon coeur, avec ma tête, et selon mes convictions. À mes yeux, s’empêcher de voter pour un parti parce qu’il ne risque pas de gagner dès la prochaine élection constitue une forme particulièrement abrutissante de tautologie; il ne gagnera jamais si tout le monde se dit qu’il ne gagnera pas. À mon avis, il faut voter pour le parti qu’on croit être en mesure de faire le meilleur travail pour améliorer non seulement sa situation personnelle, mais celle de la majorité de la population.

Et ce parti, j’en suis maintenant convaincu, c’est le Nouveau Parti Démocratique.

Je peux encore changer d’idée, mais ça prendrait un gros revirement pour le Bloc et une contre-performance majeure du NPD. Et je ne crois pas que ça va se produire, malheureusement pour mes amis bloquistes.


AJOUT:

Même si je critique durement le Bloc dans ce billet, je ne souscris pas du tout à l’analyse bâclée de l’ancienne aile-droite du parti qui, maintenant que le projet souverainiste est sur la glace, ne se sent plus rejoint par les politiques sociales-démocrates du parti.

On peut évidemment se questionner sur la crédibilité de cette « nouvelle » de La Presse, quand on connaît le penchant fédéraliste de ce journal, de même que sur la crédibilité des auteurs de cette « dénonciation », dont fait partie Richard Délisle, qui a été candidat pour la Canadian Alliance (ex-Reform Party) en 2000 (ça dit tout).

Ceci dit, il faut quand même prendre le temps de réfuter l’argument selon lequel la prétendue proximité du Bloc vis-à-vis des syndicats serait un problème.

En effet, ils ne sont que quatre au Bloc à venir de la CSN. Mais oublie-t-on qu’ils sont des dizaines du Parti Conservateur à venir du milieu des affaires ou de professions libérales? Entre un parti qui est relié aux syndicats, des organisations démocratiques qui défendent les intérêts de la classe moyenne (puisque celle-ci est majoritairement syndiquée), et un autre qui s’acoquine à des intérêts privés sur lesquels les citoyens n’ont pas le moindre contrôle, je préfère – et de loin! – la première option.

La vérité, c’est que sans échéancier référendaire, même à long terme, la droite n’a plus envie de se boucher le nez et de rester au Bloc, avec tous ses députés et militants intéressés par des choses aussi inutiles (à ses yeux) que la redistribution de la richesse. Elle entend faire valoir ses opinions et préfère s’acoquiner avec le gouvernement Harper, « gérant de la franchise du Parti républicain » selon l’analyse très imagée mais tout à fait réelle de Denis Coderre.

C’est Pauline Marois qui est la source de tous ces problèmes. Si elle n’avait pas relégué aux oubliettes le projet indépendantiste, on n’en serait pas là aujourd’hui. Le Bloc n’aurait pas à choisir entre la droite et la gauche et il pourrait continuer d’être la coalition arc-en-ciel qu’il était à l’origine. Les indépendantistes pourraient mettre de côté leurs différences et se coordonner dans le but de réaliser le projet inachevé.

La sortie publique de ces vieux épouvantails ne doit surtout pas nous faire oublier la cause réelle de l’actuelle apathie bloquiste.


Bonne journée à tous. Je serai de retour demain, mercredi, ou jeudi. J’ai écrit ce petit ajout ce matin car j’ai eu beaucoup de temps pour penser cette nuit. Imaginez-vous que la Ville de Montréal a eu la merveilleuse (que dis-je, splendide, grandiose!) idée de faire des tests de sirène d’urgence de 4h30 à 6h30 (!) ce matin. Juste pour vous donner une idée, fallait élever légèrement la voix à l’intérieur de l’appartement pour bien se comprendre… Y a des coups de pied au cul qui se perdent des fois. Ils ne peuvent pas avertir les gens, ou bien tester leurs machins le jour? Non, la nuit, quand tout le monde a chaud et a les fenêtres ouvertes et qu’on a rangé le climatiseur (qui aurait pu couvrir l’affreuse sirène). (*Soupir*)

Publicités

23 Réponses

  1. Dans le billet « Pourquoi Québec aime Harper », ton constat semble être que les gens de Québec sont différents à cause de la grande concentration de fonctionnaire, ce qui les rends plus propices d’être « à droite ».

    Le NPD est très centralisateur et veut créer beaucoup de programme sociaux. Beaucoup de programme sociaux = + de fonctionnaires. + de fonctinnaire, selon l’équation « Québec City » = + de gens de droite.

    Es-tu sûr de vouloir voter pour un partie qui va créer plus de foyers propices à être convertis par la droite?

    * J U S T K I D D I N G * 🙂

  2. Et que propose ce NPD dans les dix ans à venir ? Dans les 20 ans à venir ? Dans les 50 ans à venir ? Nil, Nix, Nem. Rien.

    On peut se complaire dans les illusions de la forte gauche, croire à un avenir teinté de rose, mais ce monde utopique est à dix mille lieues de la réalité. Ce parti n’a rien de bien concret à proposer pour l’avenir du pays.

    M. Layton ose se comparer au sénateur de l’Illinois, mais l’ignore-t-il ? Je lui rappelle que cette simple comparaison est insipide, démagogique et tout à fait absurde. Le sénateur Obama est hautement charismatique, excelle dans l’art oratoire, a un argumentaire précis, est avocat, et a travaillé fort pour devenir sénateur. Il n’en est rien de sieur Layton, qui est un jovialiste sans charisme, qui faute d’arguments ne s’exprime que par sophismes, et surtout, qui n’a pas fait ses preuves dans une vraie job…

    Voici ses arguments de vente, qui courtisent un électorat de forte gauche, tendance socialiste :
    – Pro-Kyoto
    – Anticapitaliste (anti-pétrolières, anti-nucléaire, anti-banques, anti-bourse)
    – Anti-Guerre
    – Pro-État
    – Pro-Centralisation

    Wow, quel beau monde pourrait-on construire avec cela ? Un Canada renfermé sur lui-même, où la société berce dans les illusions d’un système socialiste, où l’État prend toute la place, et l’individu n’a que l’État comme choix. Je comprends parfaitement qu’Ed Broadbent ait été abattu lorsque M. Layton a pris la chefferie du NPD-C. Lui, au moins, était connecté et réaliste…

    Si vous voulez voter pour la gauche, votre choix devrait reposer logiquement sur le parti Libéral, qui est dorénavant résolument de gauche, et qui propose une rhétorique assimilable au NPD-C, à l’exception d’être mieux connecté à la réalité. Son chef n’est pas très vendeur, mais il sera jeté aux requins dans cinq semaines au plus, pour un futur chef qui en sera un vrai (probablement M. Bob Rae, ancien premier ministre NPD de l’Ontario).

    Pour les fins stratèges fidèles au centre, vous pouvez encore voter Conservateur… Oui, en effet, plus il y aura de députés québécois dans le prochain gouvernement au pouvoir, plus l’opinion du Québec aura d’influence dans un hypothétique gouvernement, permettant de réduire l’influence de la forte droite que plusieurs craignent tant et de ramener le parti au centre.

    Et je souhaite mes plus sincères condoléances à M. Duceppe et ses acolytes. Le Québec n’aura plus besoin de son bloc de services jusqu’à ce troisième référendum qui nous attend aux calendes grecques. Les autres partis ont fait la preuve qu’ils peuvent défendre ses intérêts.

    M. l’Électron Libre, je vous souhaite la meilleure des chances pour le scrutin à venir. Décidément, je ne partage pas votre vision du monde, ni vos idéaux. Toutefois, je respecte votre choix. Où en serait-on sans notre précieux droit de vote ?

    T@sk

  3. Ton argumentation est excelelnte même si elle ne em convainct pas puisque, comme t@sk, je ne crois pas en la mise en place de programmes sociaux. Il y a une limite à assumer les responsabilités de tout le monde. Et comme je l’ai mentionné précédemment, c’est moi qui paye pour tout cela.

    Quoi qu’il en soit, ton argumentation est bien menée et ton choix est en accord avec tes convictions.

    Une seule phrase m,a fait sourciller, c’est quand tu dis que La Presse est fédéraliste! Toiut comme Radio-Canada, c’est à mon avis, le plus grand repaire de péquistes, Je n’ai jamais vu un journal si biaisé.

  4. je suis « de gauche » mais je ne pense pas voter npd pour la simple raison que je ne veux pas que le pc forme un gouvernement majoritaire. je suis souverainiste et je ne voterais pas pour le bloc non plus (merci pauline…) alors il me reste quoi comme choix? les verts? les liberaux? les verts n auront jamais la chance de rentrer et les liberaux me font suer (surtout depuis le congres qui a mis stephane dion a la chefferie, quand je pense que ignatieff avais reussi a me faire sentir canadiens pour la premiere fois de ma vie dans un discours durant le congres…) mais quand meme, je vais etre pris pour voter pour eux pour eviter que le pc domine. quand auront nous un vrai leader, pres des gens et non pres de l’argent?

  5. Premierement je souscris aux propos de T@sk.

    Deuxiemement, felicitation pour ton vote, tu vote en fonction de tes valeurs et c’est tout a ton honneur. Le conneries de vote strategiques veulent dire des choses completement differentes en fonction des analystes.

    Je suis en desaccord avec la majorite des choses qui motivent ton choix, mais la liberte c’est le droit de chialer, ou quelque chose comme cela que chantait Rudy Caya avec Vilain Pinguins.

    Encore une fois je souligne que ton echelle politique est decentree. Le PC n’est pas de droite, mais de centre-droite. Le NPD n’est pas de centre-gauche mais de gauche (pas extreme, mais gauche quand meme). Tu sembles tout deplacer d’un echelon vers la droite.

    Tu sais que le NPD est finance presqu’entierement par le syndicat canadien de l’automobile de l’Ontario ? Tout comme le Bloc et le PQ sont noyaute par les syndicats. Duceppe d’ailleur vient de la CSN et a ete dans le parti communiste pendant quelques annees. Vient pas me dire que le parti communiste est de centre-gauche…

    Moi ce qui me derange le plus du NPD c’est sont historique de putain. A chaque gouvernement minoritaire c’est le NPD qui s’est protitue, donnant son vote en echange de financement a des programmes sociaux.

  6. Je vais seulement répéter que l’enjeu majeur de cette élection est de battre Stephen Harper le plus possible (pour ceux bien sûr qui ne vont pas voter pour lui). Et cela se passe dans chaque comté, selon le parti qui a plus de chance de le battre. Tout le reste me semble très futile…

  7. Le NPD m’intéressait avant, mais maintenant qu’ils laissent une Islamiste voilée se présenter comme candidate…Non merci.

  8. @ Louis.

    Tu donnes de l’importance à Denis Coderre? Franchement, est-ce que je perds mon temps à publier les preuves du plus grand scandale de cette campagne électorale sur mon blogue depuis 3 jours ou quoi? La corruption éhontée de Coderre est ressortie dans l’Affaire Marie-Claude Montpetit, la même qui se présente comme candidate indépendante contre Coderre. Elle n’a aucune chance, mais je doute que les gens de Bourassa souhaite cautionner la falsification de passeports pakistanais pour faire entrer illégalement au Canada des immigrants ayant des liens avec le Jamaat-al-Fuqra, une organisation terroriste, le tout pour une histoire de danseurs exotiques à laquelle était mêlée une certaine Julie Couillard. Il a envoyé des mises en demeure à tous les médias pour empêcher madame Montpetit de médiatiser son histoire. Le seul journaliste qui a accepté de médiatiser l’affaire fut Gilles Proulx. Je le sais, car je suis en contact avec madame Montpetit et depuis 3 jours, je publie les preuves de cette saga sur mon blogue.

    Gens de Bourassa, votre député fédéral est un crosseur de premier ordre qui mérite d’être jugé pour ses actions! Puisque le Bloc est en perte de vitesse et que les conservateurs n’ont aucune chance à Montréal, votez pour le NPD, le seul parti qui peut vous débarrasser de cet espèce de mafiosi qu’est Denis Coderre! D’accord, la candidate est voilée, mais c’est moins pire qu’un crosseur.

    En passant, Marie-Claude Montpetit sera sur les ondes de CISM 89,3 de 9h00 à 10h30 demain matin. Alors, ceux et celles qui captent cette station de radio-là, ne manquez pas ça! Merci! Et pour une fois, je suis d’accord avec toi Louis: si on veut libérer le Québec de ces crosseurs commandités et taxeux libéraux et de ces espèces de BS de la CSN de l’inutile Bloc et leur choqueux mopologiste de chef qui s’imagine comme étant le secrétaire du Parti communiste chinois (parles en à Louise Thibault!), la solution est Montréal avec son NPD et les régions avec leur Parti conservateur.

    Hum! Un gouvernement conservateur majoritaire avec le NPD comme opposition officielle! J’en rêve! Enfin, on serait débarrassé de la division malsaine PLC-Bloc pour une division PCC-NPD beaucoup plus productive.

  9. Excellent billet Louis. Je suis entièerement d’accord avec toi. J’ai voté NPD aux dernières élections et je ferais de même ce coup-ci si ce n’était pas du danger que représente l’élection du Parti Conservateur.

    En passant, je t’ai envoyé un courriel en ce qui concerne le réseau des blogueurs qui disent NON à Stephen Harper. Je ne sais pas si tu l’as reçu… Il ne manque que toi! Détails sur mon site.

    A+

    Le dernier billet de lutopium:Harper et la disparition des services publics

  10. Donc, selon toi Louis, tous les partis nationalistes qui existent sur la terre ne servent à rien? En Écosse par exemple, ou le parti national basque? La souveraineté, c’est juste un concept, alors que la défense d’intérêts, c’est réel.

  11. Il y a un ras-le-bol vraiment plus visible dans la population du Bloc Québécois à cette élection-ci.
    Michel C. Auger dit que c’est l’absence d’un ennemi (Jean Chrétien).

    Moi, je vois simplement un parti de gauche, comme le NPD, qui défend les valeurs d’une minorité de Québécois, ceux qui veulent maintenir un système malade mais qui les avantagent personnellement.

    Une majorité tannée de payer pour ceux qui croit savoir mieux qu’eux comment utiliser leur argent se lève lentement.

    Une majorité tannée de payer pour un Sénat inutile, tannée aussi de voter pour des députés qui ne visent que l’opposition et à avoir des rentes du fédéral après leur carrière formidable.

  12. Pourquoi je vais voter pour le Bloc Québécois

    Non seulement le Bloc Québécois a sa place à Ottawa mais c’est une des plus belles inventions des souverainistes. À quel moment de notre histoire le Québec a-t-il été le mieux servi? Ce n’est pas lorsqu’une majorité de députés québécois provenait du PLC ou du PCC, du parti au pouvoir à Ottawa. Depuis que le Bloc existe le Québec se porte plutôt bien sans même que nous ayons à être du côté de ce que certains considèrent comme étant le pouvoir. Et pourtant nous avons beaucoup plus de pouvoir avec le Bloc qu’avec tout autre parti. La raison en est fort simple. Tous les partis fédéraux doivent séduire le Québec pour pouvoir espérer obtenir un gouvernement majoritaire. C’est ce qui a amené Stephen Harper à régler TEMPORAIREMENT la question du déséquilibre fiscal et à reconnaître le Québec comme UNE NATION DANS CANADA UNI, PROBABLEMENT LA PREMIÈRE ET LA SEULE NATION CONDITIONNELLE DANS L’HISTOIRE DE L’HUMANITÉ. Quand on me demande de quelle nationalité je suis, dois-je répondre que je suis québécois dans un Canada uni? Je préfère m’identifier comme Québécois (tout court). Stephen Harper n’aurait eu aucun intérêt à solutionner TEMPORAIREMENT et CONDITIONNELLEMENT ces problèmes s’il détenait déjà une majorité au Québec. Il sera encore moins généreux le jour où il sera majoritaire, avec un petit troupeau de moutons conservateurs provenant du Québec. Même Stéphane Dion doit séduire le Québec et c’est ce qui l’amène à s’adoucir et à se dire nationaliste.

    Tant que nous demeurons À SÉDUIRE, les partis fédéraux seront respectueux, attentionnés et généreux à l’endroit du Québec. Le jour où nous épouserons en masse un parti fédéraliste nous deviendrons une ÉPOUSE ACQUISE qui sera rapidement NÉGLIGÉE.

    Tout cela est tellement vrai qu’il apparaît évident que le jour où de nombreux députés du Québec feront partie d’une MINORITÉ NOYÉE DANS UNE MAJORITÉ dans un gouvernement majoritaire au pouvoir à Ottawa, le Québec perdra le RÉEL POUVOIR de FORCER des changements, comme il le possède depuis qu’un parti représente les intérêts du Québec à Ottawa. Voulez-vous refaire l’erreur d’envoyer à nouveau une majorité de fédéralistes à Ottawa, connaissant les résultats désastreux des tentatives précédentes? Voulez-vous envoyer encore plus de fédéralistes québécois à Ottawa, sachant que ceux-ci se sont toujours majoritairement rangés du côté de la majorité gouvernementale afin de mieux bafouer, planter, ridiculiser et affaiblir le Québec. JE ME SOUVIENS que le Bloc Québécois est justement issu d’un groupe de députés conservateurs québécois désenchantés qui ont fait partie d’un gouvernement majoritaire et qui se sont rendus compte que les intérêts supérieurs du Québec ne pouvaient être mieux défendus que par une entité distincte, extérieure à tout autre parti, formée uniquement de québécois entièrement dévoués aux intérêts du Québec. Il ne serait pas étonnant que d’autres conservateurs, dans un nouveau gouvernement Harper, traversent encore une fois du côté du Bloc Québécois. Alors pourquoi ne pas élire tout de suite les bons candidats?

    Où se trouve le véritable pouvoir? Dans un parti qui gouverne mais dans lequel nous n’avons qu’un pouvoir réel très relatif ou dans un parti assez fort où nous détenons tout le contrôle et toute la puissance nécessaire pour FORCER des décisions en notre faveur, auprès d’un pouvoir effectif qui ne peut pas se permettre de nous ignorer? Quand une personne tient mordicus à en séduire une autre, qui a le plus de pouvoir sur l’autre? Celle qui cherche à séduire l’autre ou celle qui n’a qu’à se laisser séduire? Si on cède on devient une personne conquise d’abord, puis négligée ensuite.

    Le pouvoir n’appartient pas toujours à qui l’on croit. C’est trompeur. La meilleure situation est celle où nous avons un pouvoir réel sans pour autant être réellement au pouvoir. C’est même une belle façon d’exercer un pouvoir véritable sans jamais risquer cependant de devenir arrogants et corrompus et sans jamais avoir à perdre du temps pour administrer un pays comme le Canada. Ça permet de concentrer tous nos efforts dans le seul but d’améliorer le sort de NOTRE nation.

  13. @ Paolo; ton argumentation est totalement inutile en ce qui me concerne puisque le besoin qu’on les partis de séduire les Québécois vient de la masse critique d’électeurs qu’il comporte. Il faut séduire cette masse, Bloc ou pas Bloc.

    Si ton raisonnement se tenait, il y aurait aussi le Bloc de l’ïle-du-Prince-Édouard, le Bloc albertain, le bloc sakatchewanais, etc.

    Désolé mon vieux mais tu apportes des arguments falalcieux

  14. M. Paolo Mitriou dans quel compte vous vous presentez?

    Je n’ai jamais entendu parler de vous dans Megantic-L’erable, et les bloqueux n’ont pas encore candidat la-bas selon le DGE. Il vous reste 6 jours pour vous presenter.

    Vite ! vous remacher le discours bloqueux a perfection comme Duceppe le Marxiste-Leniniste. Un discour pleins de beau mots, avec des references historiques mais vide de sens, et sans lien avec la politique de 2008.

    Le Quebec se fait courtiser par tout les partis politiques, pas seulement le PC. Et il en sera ainsi a toutes les elections, bloqueux ou pas. Il y a plusieurs votes a aller chercher.

    De toute facon, pourquoi repondre a un commentaire qui n’est qu’un copier coller que vous postez dans tout les blogs qui denonce la futilite du Bloc?

  15. @ Frank

    Une chose semble vous échapper dans votre analyse de mon commentaire. Les québécois et les québécoises forment une nation. À l’intérieur du Canada notre nation est soumise au bon vouloir des autres canadiens, du moins en ce qui concerne les aspects de la gouvernance qui sont soumis aux champs de compétence du gouvernement fédéral. Sous bien des aspects nous sommes donc une nation gouvernée par des éléments appartenant à une autre nation ou à un groupe d’autres nations. Je n’invente rien. C’est le noeud du problème du Québec vs le Canada. C’est la base même du concept d’état-nation qui préconise l’existence d’un état indépendant pour chaque nation. C’est ce qui rend pertinent l’existence du Bloc Québécois, tant qu’il y aura des souverainistes au Québec.

    Il en va tout autrement avec l’Île-du-Prince-Édouard, de l’Alberta, de la Saskatchewan et de toutes les autres provinces. Bien sûr le Québec est également une province. La différence avec les autres provinces c’est qu’au Québec il y a une nation distincte de ce qu’on pourrait identifier comme étant une « nation canadienne ». Il n’y a cependant pas de nation distincte à l’Île-du-Prince-Édouard. Il n’y a pas de nation albertaine, saskatchewanaise, ontarienne, manitobaine, néo-écossaise ou autre. Si de telles nations existaient, si chaque province était formée d’une nation distincte et que, pour une raison ou pour une autre, elles ne se sentaient pas à l’aise dans le Canada et que chacune d’elles désirait devenir un état-nation, je comprendrais et respecterais leur volonté. Le problème ne se pose cependant pas et ce n’est d’ailleurs pas le mien.

    La volonté d’indépendance n’est d’ailleurs pas qu’un phénomène lié aux nations distinctes. Une province canadienne pourrait vouloir devenir indépendante, et le devenir effectivement, même si elle n’est pas formée d’une nation. Elle pourrait vouloir devenir souveraine parce qu’elle refuserait, par exemple, de partager ses revenus pétroliers avec les autres provinces. Je vous invite d’ailleurs à faire votre propre recherche. À ma connaissance il y a des mouvements indépendantistes dans bien d’autres provinces que le Québec. Ils sont simplement moins forts et moins connus et rien ne les empêcherait de former chacun un Bloc pour aller défendre leurs intérêts provinciaux ou régionaux à Ottawa.

    Enfin, je n’arrive pas à comprendre que vous ne compreniez pas qu’en démocratie un parti politique n’est jamais inutile s’il recueille ne serait-ce qu’un seul vote. Le Bloc Québécois en recueille des centaines de milliers. Je comprends néanmoins qu’il est de bonne guerre d’accuser le camp adverse d’être inutile. Ce n’est qu’une stratégie comme une autre pour tenter de l’affaiblir.

  16. @ Paolo: J’ai eu l’occasion et la chance de voyager à plusieurs reprises dans différentes parties du Canada et je peux te dire que les gens de la côte atlantique sont aussi différents que nous le sommes des gens de la Colombie-Britannique. Ces derniers pourraient facilement se faire reconnaître comem nation s’ils le voulaient. Pour ce que cela veut dire…

    Pourt le reste, tu n’as pas défait mes arguments. Si une « nation » quelconque se retrouvait à l’I-P-E et formait le Bloc de l’I-P-E, ersonen en tentarait de séduire cette nation parce que ses membres ne seraient pas asez nombreux. Penses-tu que les politiciens couriseraient leQuébec si les Québécois ne formaient pas le quart de la population canadienne.

    De toute façon, tout cela deviendra obsolète bientôt puisque Québec ne sera plus synonyme de francophonie catholique (les deux critères qui le distinguent).

    parlant de nation, où s’insèrent les nations autochtones dans ton raisonnement?

  17. @ Frank

    Je suis parfaitement conscient que les gens de la Colombie-Britannique sont différents des gens de la Nouvelle-Écosse. On peut multiplier les exemples à l’infini, ça ne changera rien. Toutes les provinces du Canada sauf le Québec ne sont pas le foyer de nations différentes. Les québécois sont de nationalité québécoise. Les résidents des autres provinces sont de nationalité canadienne. Le concept de nation n’est pas mon invention. Allez fouiller dans les dictionnaires. Vous ne savez pas encore qu’à l’origine le Canada était le pays des francophones venus le coloniser. Puis les anglais sont venus s’emparer, par la force, de notre pays. Il y avait donc deux nations distinctes en présence: la nation issue de la nation française et celle issue de la nation britannique. Aujourd’hui il y plein de provinces et de territoires mais il n’y a toujours que deux nations. Les québécois et les canadiens. C’est comme aux USA. Il y a 50 états très différents les uns des autres mais il n’y a qu’une seule nation; les américains.

    Maintenant, en ce qui concerne les nations autochtones c’est une toute autre question que le Québec et le Canada doivent solutionner, ensemble ou séparément. Il semble que les ententes conclues entre le gouvernement du Québec et les autochtones soient beaucoup plus avancées que celles qui lient les autochtones et le gouvernement canadien. Mais ça c’est un tout autre dossier.

    Quand vous comprendrez que les québécois forment une nation minoritaire dans le Canada, vous commencerez peut-être à comprendre pourquoi cette nation, pour survivre, a besoin d’accéder à l’indépendance. Maintenant, si vous croyez qu’il serait préférable qu’on en arrive à parler tous la même langue et qu’on partage tous la même culture canado-américaine, moi je peux vous dire que je m’en fout royalement. Quand la nation québécoise se sera complètement fondue dans la culture commerciale nord-américaine, je ne serai plus là. Il restera peut-être un ou deux poètes et quelques chanteurs dont vous ne comprendrez plus l’oeuvre. Si c’est ce que vous voulez, tant pis!

  18. @ Paolo: Merci pour la leçon d’histoire. J’aimerais cependant te faire remarquer que la colonie française, alors appelée Canada, a été cédée à l’Angleterre par le roi de France. Les Anglais ne nous ont jamais enlevé notre liberté de force. Les Canadiens français ont perdu la bataille des Plaines d’Abraham mais gagné celle de Sainte-Foy; le score était égal mais le roi de France a pris sa décison en se basant sur d’autres considérations. Les Anglais ont respecté certains de nos acquis, ce qui ne se faisait pas au 18e siècle, en nous laissant notre religion (dont plus personne ne veut maintenant, malheureusement)et notre Code civil. Ailleurs dans le monde, les colonies cédées aux Anglais, ou à d’autres pays, ont rapidement été assimilées. Si les canadiens français sont encore distincts, c’est grâce auzx Anglais de l’époque.

    Quant au concept de nation, il est encore très flou même dans le dictionnaire et je persiste à dire que si les habitants dela Colombie-Britannique voulaient se faire reconnaître comme nation par le gouvernement fédéral pas par l’ONU bien sûr, ils réussiraient probablement.

    En ce qui concerne les nations autochtones, pourquoi devraient-elles se soumettre au résultat d’une négociation entre le provincial et le fédéral? Tu manques de cohérence ici. Si elles sont de véritables nations, elles devraient pouvoir décider

    Enfin, j’ai toujours été un ardent défenseur de la religion catholique et de la langue française. Malheureusement, comme je le mentionne plus haut, plus personne ne veut de la religion. Quant à la langue française, elle s’appauvrit et s’abâtardit de jour en jour. Si bien que j’en ai honte et que je en vois plus pourquoi quelqu’un se battrait pour une soi-disant nation qui rejette les deux caractéristiques qui l’on définie comme disctincte.

    Enfin, il me semble que ce n’est pas très difficile de comprendre qu’en 2008, 7 millions de personnes réparties sur un si vaste territoire, avec des infrastructures en lambeau et peu de grandes fortunes et de capitaux, courrait droit à la faillite.

  19. @ Frank

    Tout ce que tu affirme au sujet de la conquête est assez conforme à la réalité. Je reconnais même que le conquérant s’est généralement montré assez respectueux de la culture et de la langue des conquis. Tu fais remarquer avec justesse que les autres colonies britanniques ont plutôt été assimilées. Mais tout cela est bon pour l’histoire. De mon côté je te ferai simplement remarquer que les anciennes colonies britanniques (et la plupart des colonies non britanniques) ont retrouvé leur indépendance depuis belle lurette et c’est bien ainsi. Je suis convaincu que ce serait une bonne chose pour nous.

    En ce qui concerne le statut de la Colombie-Britannique il est évident que tu es dans l’erreur. Sous aucun aspect la notion de nation ne peut s’appliquer à cette province. Au Québec il y a une culture et une langue différente de toutes les autres provinces canadiennes. Les Britanos-Colombiens partagent une culture et une langue commune avec toutes les autres provinces canadiennes. Il n’y a qu’une seule nation canadienne et la Colombie-Britannique en fait partie. Le propre des nations c’est leur unicité. Les canadiens ne sont ni américains, ni britanniques. Les québécois ne sont ni français (de France), ni britanniques, ni américains (on devrait plutôt dire états-uniens), ni même canadiens (nous sommes de citoyenneté canadienne et non de nationalité canadienne). On peut avoir une double ou même une triple citoyenneté mais on a une seule nationalité (entre autre parce que nous sommes nés en un seul endroit et parce que nous n’avons qu’une seule langue maternelle). Si jamais la Colombie-Britannique est un jour reconnue comme une nation, on en reparlera.

    Il n’appartient pas au Québec et au Canada de décider ensemble de l’avenir des premières nations. Ou vous m’avez mal interprété ou je me suis mal exprimé. Le Québec a le devoir de négocier avec les premières nations présentes sur son territoire et le Canada a le devoir d’en faire autant de son côté. C’est tout ce que j’en pense. C’est un problème beaucoup trop complexe pour ma petite tête. Personne d’autre, à part peut-être Stephan S, ne peut imaginer seul une solution adéquate. Je reconnais le droit aux premières nations de s’autodéterminer. Il n’y a là aucun problème. Le problème se situe plutôt au niveau du territoire. Le Canada est divisible en provinces mais aucune province n’est divisible. C’est une question de droit et il faudrait demander à un constitutionaliste pourquoi il en est ainsi.

    Pour ce qui est de la question religieuse je n’entrerai pas dans ce débat. Cela ne m’apparaît pas être un enjeu électoral ou un enjeu référendaire. Ce serait peut-être différent si vous étiez un taliban.

    Finalement, je ne vois pas où sont nos infrastructures en lambeaux. Elles sont tout au plus la proie d’une usure normale et je ne crois pas que le béton s’érode et que le métal se corrode différemment à Hull vs à Ottawa. Il y a moins de canadiens au kilomètre carré dans le Canada qu’il y a de québécois au kilomètre carré au Québec. L’argument ne tient pas. Il y a amplement de capitaux au Québec pour en faire un état parfaitement viable. Il me semble que si le Québec était indépendant il se classerait à-peu-près au 17 rang mondial au niveau du PIB. Il existe des études sérieuses sur ce sujet. Vous pouvez sans doute en trouver sur Internet. Moi je nous fais confiance et je me contenterais bien d’être dans les 30 premiers. Contrairement à ce que certains épouvantails nous racontent, les québécois ne deviendrons pas subitement crétins, notre génie ne s’évaporera pas, nos richesses naturelles ne s’enfonceront pas vers le centre de la terre, nos infrastructures ne se dissoudront pas et nos dirigeants ne deviendront pas débiles le jour où le Québec deviendra indépendant. Nous serions trop petits pour avoir un pays? Allons donc! Vous peut-être, si c’est ce que vous croyez. Moi je suis persuadé du contraire.

    En passant, demandez-vous qui a gouverné le Canada au cour des 40 dernières années. Regardez d’où provenaient les premiers ministres du Canada (PET, Mulroney, Chrétien) ainsi que les ministres occupant les postes les plus importants dans le gouvernement canadien. Regardez également d’où provenaient les principales têtes d’affiche de l’opposition. Si vous êtes honnête vous constaterez qu’en plus de bien gouverner le Québec pendant la même période, les québécois, à toutes fins pratiques, gouvernaient le Canada. Nous gouvernons le Québec « et » le Canada et nous ne serions pas capables de bien gouverner un Québec indépendant? Allons donc! Vous n’êtes pas sérieux avec vos scénarios de faillite.

    Même actuellement on compte 3 québécois comme leaders des 4 plus importants partis à la Chambre des Communes (Duceppe, Dion et Layton). Croyez-moi, il y a des nations moins riches que la nôtre (à tous les points de vue) qui sont indépendantes et qui s’en tirent très bien. Je pensais qu’on était devenus assez grands pour cesser de croire que nous sommes nés pour un p’tit pain.

  20. @ Paolo

    Et pourquoi la Colombie-Britannique ne serait-elle pas une nation? Elle ne partage que la langue avec le reste du Canada anglais. Pour le reste (culture, immigration, ressources naturelles, identité britannique, etc.), elle est totalement différente. Ses habitants sont simplement suffisamment asez sûrs d’eux-mêmes pour ne pas se sentir l’obligation de réclamer un statut spécial.

    la question religieuse est effectivement un enjeu électoral puisqu’on accuse les chrétiens, catholiques inclus, d’envahir le Parti conservateur. Alors si les Québécois sont une nation, pourquoi rejettent-ils le fait religieux, c’est-à-dire l’une des caractéristiques qui les distinguent?

    Infrastructures en lambeaux: combien de viaducs au Québec qui risquent de s’écrouler en causant des pertes de vie? On n’a même pas l’argent pour les réparer; comment crois-tu qu’on pourrait faire vivre LE pays sans investisseurs, avec une économie bancale et sans augmenter les impôts de beaucoup?

    Enfin, ce n’est pas parce que les récents Premiers ministres canadiens sont québécois qu’on peut dire que les Québécois gouvernent le Canada. C’est une autre argument fallacieux et démagogique.

  21. Wouahh !

    Paolo, qu’est que je viens faire dans votre discussion? On a ete vexe de mes commentaires?

    Tu devrais peut etre concentrer tes energies a sauver Lac-Megantic de la faillite avec Bestar qui ne cesse de remercier des employes et Tafisa qui pollue plus a elle seule que tout le reste de la ville, sans compter les investissements massifs en route qu’elle exige.

    Je suis sur que tu ferait un excellent candidat BLOC.

  22. @ Cher Stephan

    Merci pour tes bons mots même s’ils ne sont pas sincères. Je trouve très flatteur de me faire dire que je ferais un EXCELLENT candidat pour le Bloc Québécois. En tant que politologue, économiste et philosophe je crois qu’en effet je pourrais m’en tirer assez bien. Malheureusement je vais te décevoir. Ce ne sera pas pour cette fois-ci car il y a un candidat du Bloc dans mon comté. Il s’agit de Pierre Turcotte.

    Je te remercie infiniment de t’inquiéter pour l’économie de ma région. Tu démontre que tu es capable de faire preuve de compassion. Je tiens cependant à te rassurer. Tu peux dormir tranquille car, en dépit du ralentissement de quelques industries locales, notre économie régionale se porte encore à merveille. Savais-tu, par exemple, que l’Estrie est la région du Québec affichant le plus bas taux de chômage et que dans cette région c’est Lac-Mégantic qui compte proportionnellement le moins de sans emplois? À une certaine époque j’ai même joué un certain rôle dans le développement économique de ma localité. Je ne vais pas entrer dans les explications ici car ce fait n’intéresse personne. Je ne dis pas que c’est le paradis économique mais en comparaison avec toutes les municipalités du Québec nous nous portons admirablement bien. En ce qui concerne Bestar il n’y a pas lieu de s’en faire. Depuis que cette entreprise existe elle met régulièrement à pied des employés pour les rappeler après quelques mois. Il semble que cela a toujours fait partie de ses stratégies de gestion. Elle retrouvera encore une fois le chemin de la rentabilité. Il y a amplement d’éléments économiques dynamiques dans ma région pour nous assurer un bel avenir collectif. Quant à Tafisa je connais assez bien cette entreprise pour savoir qu’elle dispose d’un important personnel scientifique et de toutes les installations de recherche expérimentale nécessaires pour trouver des solutions au problème que tu soulève. Ils font ce qu’ils ont à faire même si les résultats ne viennent pas assez vite à ton goût. Les investissements routiers qu’exige la présence de Tafisa sont bénéfiques pour toute la région et correspondent, selon moi, à notre juste part des investissements gouvernementaux.

    Enfin, je te rassure. Je n’ai pas été vexé par tes propos. Crois-moi. J’en ai vu bien d’autres et des pires. J’avais cependant entrepris la rédaction d’un texte que je trouvais amusant et qui répondait, point par point, à tous les éléments de l’un de tes brillants commentaires. Malheureusement le tout s’est évaporé dans le cosmos lorsque j’ai cliqué, par inadvertance, sur un espace innapproprié. J’étais très déçu d’avoir perdu le fruit de mes réflexions car j’aimais bien ce texte. Évidemment je pouvais recommencer mais j’ai préféré écrire ailleurs, sur un autre sujet. Peut-être que d’ici la fin de cette campagne électorale je te pondrai un autre texte, juste pour toi. Ne serait-ce pas d’ailleurs ce que je viens de faire sans trop m’en rendre compte???????

    Ah oui! J’oubliais le principal… Si les intérêts du Québec vous tiennent à coeur, VOTEZ BLOC. Si vous n’aimez pas le Bloc votez… POUR N’IMPORTE QUI, SAUF HARPER… À moins que vous souhaitiez devenir citoyen de la première république intégriste chrétienne occidentale.

    lol 🙂

  23. […] Pourquoi je vais voter NPD […]

Comments are closed.