Les Jeunes Libéraux s’attaquent aux étudiants les plus pauvres

Bon, voilà , on repart pour un autre tour: les Jeunes Libéraux, ces petits affairistes de droite qui ne rêvent que de dépecer l’État pour le vendre au plus offrant, proposent de tripler les frais étudiants! Oui, vous avez bien lu: on veut tripler le coût pour des étudiants qui sont déjà parmi les plus pauvres! Et si on ne les fait pas payer immédiatement, on les endettera pour la vie ensuite grâce au réseau de vol institutionnalisé des prêts sans bourses du Québec et à cet impà´t qu’on veut imposer aux étudiants après leurs études!

Comme je l’écrivais ici:

à€ cause de cette mesure néolibérale proposée par le PLQ et appuyée par l’ADQ (il faut le souligner), de nombreux étudiants devront désormais choisir entre travailler ou étudier. Car, n’en déplaise à certains vieux cons de la vieille droite, ce n’est pas tout le monde qui peut suivre cinq cours à l’université tout en travaillant 25 heures par semaine. Le résultat: les élèves provenant des couches sociales les plus défavorisées seront tentés de lâcher leurs études, perpétuant une pauvreté intergénérationnelle et détruisant effectivement le mythe de la mobilité sociale.

Et demain, dans vingt ans, le Québec sera perdant, car il y aura moins de diplà´més, moins de gens compétents, mais aussi moins de citoyens politisés, moins de personnes instruites. C’est un grand recul dont nous ferons les frais pendant des décennies.

Conséquemment, la seule position logique et cohérente pour quiconque a les intérêts du Québec à coeur est d’appuyer la grève des étudiants et de demander non seulement l’élimination des hausses des frais de scolarité, mais une baisse de ceux-ci, permettant à un maximum de citoyens d’avoir accès au système d’éducation.

Car l’éducation n’est pas une dépense, mais un investissement. Voilà une vérité que la droite, du PLQ à l’ADQ en passant par les éditorialistes pathétiques de La Presse, n’a toujours pas compris.

Comme dit le dicton: vous trouvez que l’éducation coûte cher? Essayez l’ignorance!

Au rythme où vont les choses, d’ici quelques années le Québec sera devenu une société aussi désastreuse que celle des États-Unis, divisée entre une minorité de riches et une masse de pauvres et d’endettés qui ont lâché l’école faute de pouvoir se la payer.

Et le pire, dans tout ça, c’est quand je lis un certain blogueur qui se dit de centre-gauche et qui fait partie de ces jeunes libéraux proposant ces mesures d’extrême-droite.

Y a de bons coups de pied au cul qui se perdent.

L’éducation est un plus pour toute la société et elle devrait être entièrement gratuite, car une société éduquée est une société riche. Il faudra le répéter, encore et toujours, en espérant que ces cons de jeunes libéraux finissent par comprendre le message…

à€ lire: Les visées réactionnaires des jeunes libéraux et aussi La réelle nature des jeunes (néo)libéraux.

Publicités

89 Réponses

  1. On passe pas mal à cote de la question.

    Avant de s’attaquer a l’Universite, il vaudrait peut-etre mieux faire en sorte que les jeunes terminent le secondaire…

  2. Tu vois, quand tu veux, tu dis des trucs intéressants!

    Ça mériterait un texte une prochaine fois. Ce cube de béton où on attache les jeunes sur une chaise de bois toute la journée est un échec. Faut penser différemment. Tiens, pourquoi pas des stages en entreprise toutes les semaines, pour aider les jeunes à savoir ce qu’ils veulent faire plus tard?

  3. Il y a quelque chose qui m’échappe. Je suis tout comme toi profondément convaincu que tout le monde a droit d’avoir accès à l’éducation supérieure, quelle que soit sa situation financière. Je suis tout aussi convaincu que ce n’est pas tout le monde qui peut se permettre de travailler 25 heures tout en poursuivant ses études. Je fais partie de ces gens. Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi la hausse des frais de scolarité fait tant jaser. Si on propose une hausse des droits de scolarité et du mêne coup, un investissement dans les prêts et bourses, il est où le problème? Les gens ayant un revenu plus faible auraient assurément droit à une bourse, à la limite ils auraient droit à un prêt. Les gens en mesure de payer, eux, paieraient le juste tarif.

    On fait payer plus les plus riches, les plus pauvres ont une bourse ou un prêt. Expliquez-moi où le problème!

  4. @Mathieu L.: Ça fait jaser parce que les gens ont compris que cette histoire de prêts et bourses majorées, c’est de la frime et que ce sont encore les plus pauvres qui vont payer.

    L’éducation, c’est comme la santé: tout le monde en a de besoin. Pauvres, riches, tout le monde.

    Quoi que je suis d’accord avec les Jeunes Libéraux que si l’école était moins accessible, ce que leurs propositions d’extrême-droite risquent de provoquer, le niveau d’éducation des gens en général baisserait et ils auraient donc peut-être davantage tendance à voter pour un parti déconnecté des gens comme le PLQ.

    Si c’est le cas, c’est un beau calcul politique à long terme!

  5. @Belz

    C’est pas parce-que ma pensee rejoint soudainement la tienne que je suis plus interessant que lorsqu’elle ne te rejoint pas…

    Cela dit, une serieuse dose de discipline dans les polyvalentes ne ferait pas de tord. Et il faudrait aussi faire en sorte d’impliquer les parents. Et voici ou, a tes yeux, je derape, mais un kid qui ne termine pas son secondaire devrait etre oblige de faire son service militaire. Comme ca, il finirait avec un diplome et un metier plutot qu’un secondaire III ou IV. Un jeune de 18 a 25 apte au travail sur le BS, ca a tout simplement aucun bon sens. C’est encorager la mediocrite.

  6. @rawkenroll: Non, tu es intéressant parce que ce que tu dis se tient… un peu.

    Franchement, le service militaire… Hahaha!

    Ça t’est jamais venu à l’esprit qu’on n’est pas sur le B.S. par choix, mais parce qu’on est mal pris? Le B.S., c’est même pas assez pour vivre à Montréal. Il y aurait beaucoup moins de jeunes sur le B.S. si le taux de chà´mage était plus bas et si les salaires étaient plus élevés (notamment si le taux de syndicalisation était plus élevé).

    Au lieu du service militaire, parle au moins de la colonisation de l’Abitibi. C’est à peu près à la même époque que tes idées! 😉

  7. Honnêtement, je ne suis pas d’accord avec ton argument selon lequel c’est de la frime. Si on s’objecte à une mesure proposée, on ne peut pas le faire en arguant que cette mesure est de la frime et ne sera pas instaurée. Si les gens la proposent, c’est pour la mettre en oeuvre.

    Mais alors, imaginons nous un instant que nous avons un moyen béton de nous assurer que le programme de prêts et bourses soit bel et bien augmenté. Imagine un instant que ce n’est pas de la frime et qu’on le fait pour vrai. Tu en pense quoi alors?

  8. @Mathieu L.: J’en pense que l’éducation doit être gratuite pour tout le monde. Pas de prêts et bourses, pas de système complexe pour donner l’impression qu’on aide les plus pauvres quand ce n’est pas le cas. Juste la gratuité pour tous, comme pour la santé, parce qu’une société éduquée s’enrichit.

  9. @Belz

    Y’a des dizaines de milliers de jeunes de 18 a 25 ans aptes au travail sur le BS. Et encore cet ete, on va devoir faire venir des mexicains pour ramasser des legumes.

    Pour ce qui est du taux de chomage, il est a son plus pas depuis fort longtemps je crois…

    Alors, si tu trouves que ce que je dis tient un peu…

    Le service militaire aura comme effet de donner un certaine discipline a des gens qui n’en ont tout simplement pas. Et leur permettre de completer leur education et apprendre un metier.

    T’sais, le taux d’echec au secondaire est dans les environs de 25% (au pif comme ca). C’est pas avec ca que tu vas batir un pays fort!!!

  10. Bien sur l’éducation doit être gratuit pour l’ensemble des étudiants.Et comme l’argent pousse dans les arbres et qu’il ne faut responsabilité personne pourquoi ne pas aller jusqu’au bout? Donnons l’occasion aux étudiants de profiter encore davantage du système. Évidemment, ils font tellement pitié comparativement aux autres individus réellement dans le besoin dans notre société.Soyons sérieux deux minutes, il n’y a rien de gratuit dans le monde. TOUT A UN COà›T.

    Lorsque les gens oublient ou ignorent les coûts reliés à l’obtention d’un bien ou d’un service, ils développent la tendance à en abuser. L’abus survient inévitablement puisqu’il n’y a pas de sacrifice à faire afin d’obtenir le bien.

    L’éducation a beau être un service différent des autres, il n’y a pas de raison d’en faire un monopole coercitif. Si 25 cents par semaine n’est pas cher payé, alors pourquoi ne pas cogner aux portes des gens pour leur demander? Aurait-on peur du résultat? A-t-on peur d’aborder la question de la légitimité des moyens entrepris pour se faire entendre? La rigueur intellectuelle peut être aussi grande en science humaine qu’en science physique, mais on préfère encore utiliser la force coercitive plutà´t que la force de la raison. Belle société.!

  11. J’aime cette pensée aux teintes légèrement obscurantistes: « lorsque les gens oublient ou ignorent les coûts reliés à l’obtention d’un bien ou d’un service, ils développent la tendance à en abuser. »

    Comme si on pouvait « abuser » de devenir plus éduqué (et donc meilleur pour la société).

    Comme si on pouvait « abuser » de se faire soigner (et d’être encore une fois meilleur pour la société).

    Là où la vieille dré-drette voit de l’abus, moi je vois un progrès et un enrichissement collectif.

  12. @Belz

    « Comme si on pouvait « abuser » de devenir plus éduqué »

    Il est beaucoup plus facile d’abandonner un cours gratuit qu’un cours payant. Le secondaire est gratuit et regarde ce que ca donne. Par contre, regarde les resultats dans le prive. Quand Papa et Maman paie, je peux tu te dire que Junior a besoin d’etudier et de taper des scores qui ont de l’allure!!!

    « Comme si on pouvait « abuser » de se faire soigner »

    Les urgences sont pleines de gens qui attendent des heures, en regardant les autres passer devant eux au triage. A un moment donné, y’a une petite lumiere qui devrait allumer dans le cerveau de ces personnes leur indiquant que finalement, leut bobo n’est pas une urgence et qu’une clinique privee ou un CLSC serait une meilleur avenue, et ainsi permettre desengorger les urgences.

    Vivement un ticket moderateur de $20.00 ou $30.00.

  13. C’est n’importe quoi ta rhétorique de la vieille dré-drette. Y a personne qui s’en va aux urgences parce qu’il a envie d’aller aux urgences. « Je m’ennuie ce soir, tiens, chérie, allons aux urgences! » Vraiment n’importe quoi cette mentalité!

    Jouer avec la santé ou l’éducation des gens comme tu le proposes est non seulement injuste, mais carrément dangereux, voire criminel.

  14. @Belz

    Pour en revenir au sujet principal, je suis d’accord avec toi que l’éducation devrait, à tout le moins, être plus facile d’accès pour les gens moins fortuné. Mais tu te trompes quand tu dis que c’est bon pour la société. Bien, en fait, ce l’est quand l’étudiant décide de rester au Québec pour rembourser sa dette.

    Celui qui décide d’aller gagner sa vie ailleurs ne contribue pas au renforcement de la société. Je suggèrerais plutà´t que les étudiants devraient avoir des prêts avec 5% d’intérêts par année s’ils décident de rester au Québec, et de 20% pour ceux qui décident d’aller rembourser leurs dettes ailleurs, comme en Alberta, en Ontario ou aux États-Unis.

    Oui, c’est de la discrimination, mais faut quand même penser que plusieurs étudiants viennent d’aussi loin que le Maroc pour venir étudier « gratuitement » au Québec, et s’en retourne avec presque pas de dettes, alors que nous, on s’endette à les éduquer. Il faut lutter contre l’exode des cerveaux.

  15. Et en passant, ça existe des gens qui vont aux urgences et profites du système pour des riens. On appelles ça des hypocondriaques. Le genre qui vont aux urgences pour un mal de tête, certain qu’ils ont une tumeur au cerveau.

  16. @Ivellios: Je trouve ton idée extrêmement intéressante. Je suis d’accord qu’il faille trouver un moyen de pénaliser ceux qui profitent de notre système d’éducation (que je souhaite gratuit) mais qui partent en faire profiter les autres.

    Pourquoi pas un système gratuit mais sous condition d’exercer son métier au moins dix ans au Québec à la sortie des cours? Sinon, il faut rembourser un montant « X » à définir.

    Voilà qui contribuerait à inciter les diplà´més à rester ici.

    Concernant les urgences, va-t-on pénaliser la très grande majorité des gens pour une infime minorité d’hypocondriaques? Je ne crois pas. Pas plus qu’on a interdit la voiture parce qu’elle est dangereuse pour les aveugles.

    Il faut penser au bien-être de la majorité!

  17. @Belz

    « C’est n’importe quoi ta rhétorique de la vieille dré-drette. Y a personne qui s’en va aux urgences parce qu’il a envie d’aller aux urgences. « Je m’ennuie ce soir, tiens, chérie, allons aux urgences! » Vraiment n’importe quoi cette mentalité! »

    Invroyable.
    J’ai l’impression de lire David Gagnon…

    J’ai jamais dit que les gens allaient à l’urgence. J’ai parle du manque de jugement de biens des gens qui s’y rendent. Et en parlant avec les gens qui tavaillent a l’ugence (puisque je travaille dans un hopital, c’est relativement facile), ces derniers me disent que la moitie des gens qui se presentent a l’urgence n’ont pas a y etre. Pour ma part, 50%, c’est pas une minorite.

    Pour ce qui est de l’education, le secondaire est gratuit… et ca tombe comme des mouches. Vas dans le prive et c’est une tout autre histoire.

    @Ivellios

    Ben voyons, comme si les etudiants etrangers venaient etudier gratuitement au Quebec…

    Y’a plus ecoeurant qu’un medecin Quebecois qui decide d’aller travailler au USA (quoi que je peux le comprendre…). C’est un medecin Africain qui vient travailler au Quebec.

  18. @Belz

    Je ne dis pas qu’il faille pénaliser la population pour environ 5-10% de bougons. Je dirais plutà´t qu’on devrait faire une « comptabilité de présence »*, et ceux qui y vont trop souvent POUR des riens mineurs seraient ceux à qui ont en donneraient un. Genre 20$ la première année ET si la personne y va encore pour un rien. Si c’est un cas vraiment urgent, comme un arrêt cardiaque ou un membre arraché, on ne le ferait pas payer. Et le montant augmenterait à chaque année de 20$ si la personne ne comprends pas.

    Si je précise pour des riens mineurs, c’est que je connais un enfant de 5 ans qui a une malformation au coeur, et qui devait aller à l’hà´pital environ 50 fois/année, avant de se faire opérer pour avoir un pacemaker.

    *Désoler pour le terme, mais je viens de me lever, et j’ai le cerveau encore dans la graisse de binne de la veille…

  19. Moi je viens d’un milieu modeste et je ne suis pas convaincu que les frais aux études post-secondaires moins élevés profitent à ceux qui en on vraiment de besoin.

    Avant d’arriver au Cegep et à l’université, il y a le secondaire, et la les plus pauvres pataugent dans le public alors que les riches s’assurent en payant à gros prix le privé. Arrivé au Cegep et à l’université ça leur coute moins chère… un non-sens.

    L’éducation accessible à tous je suis d’accord. Mais je préfère un meilleur système de prêts et bourses (genre plus de bourse moins de prêts) que une quasi-gratuité.

    Ceux qui peuvent payer doivent payer.

  20. En Amerique du Nord, c’est au Quebec que les frais de scolarites sont les plus bas. On devrait donc etre la societe la plus instruite d’Amerique du Nord. Ce faisant, nous devrions aussi etre la plus prospere. C’est loin, tres, tres, tres, tres, loin d’etre le cas. Sur 60 etats, on est le 59ieme je crois… (Et stp Blez, ne vient pas me casser les oreilles en me disant que c’est a cause du Canada et que si on etait independant, bla bla bla bla bla…)

    Cela dit, y’as-tu vraiment du monde qui ne vont pas a l’universite parce-que $2000.00 par annee c’est trop cher? Si oui, ces gens sont tout simplement pathetiques.

    @Don Rock

    Si je comprend bien, le kid qui a des parents riches devrait payer plus . C’est ca?

    Pour ce qui est de ton commentaire sur le prive/public, ce n’etait pas clair.

  21. C’est pas tout le monde qui est plein d’argent. Et oui, le Québec est un des endroits où il fait le mieux vivre en Amérique du Nord.

    2000$, c’est beaucoup d’argent pour un jeune qui travaille au salaire minimum, et ce n’est pas tout le monde qui est capable de travailler en même temps qu’étudier.

    On doit le répéter: l’éducation est un enrichissement collectif. Tout comme pour la santé, tout le monde a besoin d’éducation et c’est pourquoi elle doit être non-monneyable et absolument et complètement gratuite pour tous.

  22. @Belz

    « l’éducation est un enrichissement collectif »: Et pourtant, sur 60 etats/provinces, on est 59ieme je crois… c’est bizarre non? ‘faudrait bien qu’on m’explique ca un jour.

    $2000.00 c’est gros? Tu iras a l’universite dans le reste du Canada ou bien aux USA. Curieusement la-bas, les jeunes arrivent a payer leurs etudes. Et ces endroit reussisent mieux qu’ici. T’sais, y’a ben des medecins canadiens qui vont travailler aux USA. Des medecins Americains qui viennent travailler au Canada? Au Quebec? Ben non. Ils sont pas interesses a aller travailler dans des endroits pauvres…

    En fait, quand j’y pense, je me demande comment ais-je bien pu reussir a payer mes etudes au CEGEP et a l’universite? Je dois etre un surhomme!!!

  23. @rawkenroll: Le Québec n’est pas 59e ou 60e, mais parmi les premiers. Cesse d’utiliser les statistiques du Fraser Institute ou de l’IEDM, qui sont des think-tanks de droite.

    Et je me fous de combien ça coûte aux États-Unis. Ce que je te dis, c’est que pour plusieurs jeunes travaillant au salaire minimum, 2000$ c’est beaucoup d’argent et que toute augmentation risque de les forces à lâcher l’école.

    Ton discours d’extrême-droite ne m’émeut pas du tout. Je te trouve, au mieux, parfois cohérent.

  24. En passant, aux États-Unis, dans ce pays du tiers-monde que tu sembles tant admirer, beaucoup de talents ne sont pas exploités car ils n’ont pas les moyens d’aller à l’université. Beaucoup de gens ne réalisent pas leur plein potentiel parce qu’ils sont pauvres. Ça prive la société d’une richesse incommensurable.

    Et cesse de me parler du fait que eux ils peuvent payer leurs cours… C’est sûr que ceux que tu vois les paient. Ceux qui n’ont pas les moyens n’y sont même pas.

    Le néolibéralisme est un échec. Tu devrais cesser de faire la promotion d’une idéologie qui ne marche pas.

  25. Le Quebec est parmi les premiers?
    Dans quoi?

    Les impots les plus eleves.
    Le taux de syndicalisation le plus eleve.
    Les prisons les plus luxueuses.
    Le taux de suicide chez les jeunes.

    Anyway, j’ai paye mon Cegeg et mon Universite.
    Et mes parents n’etaient pas riches.
    Je dois etre l’exception.

    Non, c’est pas vrai. tous mes chums en ont fait de meme.
    J’en avais un, il habitait St-Remi. Tous les etes, il
    ramassait des legumes dans les champs des cultivateurs.
    Aujourd’hui malheureusement, c’est impossible… les champs
    sont remplis de Mexicains.

    Dans ta section de « liens a visiter », tu devrais ajouter « Quebec Solitaire ».

  26. Les champs sont pleins de Mexicains, peut-être parce que les salaires offerts sont trop faibles, hey?

    Et oui, tu as raison, je devrais ajouter Québec Solidaire dans mes liens, parce que je suis d’accord avec 90% de leurs idées.

    Une société est une chaîne entre les individus, et on ne calcule pas la force de cette chaîne en regardant comment se portent les maillons forts, mais plutà´t en jugeant de la force de ses maillons les plus faibles.

    Quand tu vas avoir compris cela, tu vas avoir compris beaucoup de choses.

  27. Il y a quelque chose qui semblent vous avoir échappée, j’ai entendu dire il y a quelques minutes que la proposition des jeunes libéraux sur les frais de scolarité et surtout la façon de les rembourser se ferait seulement lorsque que cet étudiant devenu travailleur à plein temps rembourserait ses prêts et frais de scolarités via son rapport d’impà´t. Donc, si j’ai bien compris, les étudiants n’auraient aucun frais de scolarité à payer durant ses cours.

    L’idée de faire rembourser avant leur départ pour émigrer dans un autre pays est une bonne solution.

  28. @Bela

    « Les champs sont pleins de Mexicains, peut-être parce que les salaires offerts sont trop faibles, hey? »

    Je crois que tu viens enfin de comprendre… on est pauvres.

    Mais quand meme assez riche pour garder 25000 jeunes aptes au travail a la maison sur le BS. Les envoyer dans les champs ramasser des legumes a $8.50 de l’heure. Non, non, non, faut pas faire ca. Faqu’on paie pour ces paresseux. Pis tu sembles trouver cela normal.

    Mais remarques, y’a rien qui t’empeche de t’acheter ta propre ferme et d’employe du monde a $20.00 de l’heure.

    Pour ce qui est de Quebec Solitaire, si tu es si d’accord avec leurs « idees », je te suggere d’aller habiter a Cuba. Parce-que, essentiellement, c’est ce genre de pays que QS desire. L’ecole est gratuite la-bas. C’est fantastique, tout plein d’ingenieur qui fabrique des cerf-volants faute de moyens. Ou des medecins qui travaillent dans des conditions du tiers-monde. Oui, comme tu le dis si bien, l’éducation est un enrichissement collectif…

  29. Tous les pauvres devraient aller à l’université pour être plus éduqués.

    Voici un leurre qu’on aime bien se raconter. Belz mord bien à l’hameçon en suivant le banc de poissons. Ce n’est pas l’université qui éduque, mais la capacité d’être autodidacte. On s’éduque par ses propres lectures et par sa propre expérience de vie. L’université ne sert aujourd’hui qu’à former des professionnels (trop nombreux et sous-payés au Québec par rapport aux ouvriers ou aux techniciens). On ne va pas à l’université pour la « connaissance », mais pour avoir un emploi professionnel (mal payé au Québec par socialisme). L’université est devenu un institut.

    Si les pauvres veulent devenir riches, qu’ils deviennent ouvriers ou techniciens, ou qu’ils se lancent en affaires. Ça leur coûtera moins cher et ça leur réussira plus. Si ils veulent devenir éduqués, qu’ils lisent, les livres ne sont pas chers et abondent.

    L’université est décrépie et désuète. Qu’on y injecte de l’argent. Que ceux qui tiennent à étudier à l’université pour devenir des professionnels investissent dans leurs études. Serait-ce qu’ils ont peur d’investir, peur de leur propre échec ? Il est bien facile de faire porter le fardeau de leur échec sur la « société ». Toute cette histoire de gratuité universitaire est un bel égoà¯sme masqué sous des propos vertueux socialisants.

    « Les voyages forment la jeunesse ». Que le gouvernement nous fasse donc voyager gratuitement !

  30. « Lorsque les gens oublient ou ignorent les coûts reliés à l’obtention d’un bien ou d’un service, ils développent la tendance à en abuser. L’abus survient inévitablement puisqu’il n’y a pas de sacrifice à faire afin d’obtenir le bien. »

    Je ne sais pas comment on peut abuser d’une éducation. Pour moi, cette notion est horrible! S’éduquer n’est pas un service. Pas « un service pas comme les autres » non plus. C’est un capital, au même niveau que le capital monétaire. Le service qu’est l’enseignement est donc un investissement en capital.

    Notion étrange: pourquoi l’éducation au niveau primaire et secondaire est-elle gratuite, mais qu’on lève des boucliers dès qu’on rentre au cégep et à l’université? Je vous jure: par expérience, les gens que j’ai vus à l’université, ils la méritent, leur place à l’université.

    Alors pourquoi voit-on l’éducation secondaire comme un investissement en capital, mais l’éducation post-secondaire comme une dépense budgétaire? à€ mon avis, c’est de la double-pensée et pour moi, les deux devraient être gratuits pour les personnes qui en bénéficient. On craint des abus, mais moi je me réjouirais de voir des salles de classe pleines à craquer.

  31. « Voici un leurre qu’on aime bien se raconter. Belz mord bien à l’hameçon en suivant le banc de poissons. Ce n’est pas l’université qui éduque, mais la capacité d’être autodidacte. On s’éduque par ses propres lectures et par sa propre expérience de vie. L’université ne sert aujourd’hui qu’à former des professionnels (trop nombreux et sous-payés au Québec par rapport aux ouvriers ou aux techniciens). On ne va pas à l’université pour la « connaissance », mais pour avoir un emploi professionnel (mal payé au Québec par socialisme). L’université est devenu un institut. »

    Je crois avoir appris bien des choses hors des salles de cour et à l’intérieur de celles-ci. Et on n’oublie pas la recherche universitaire; l’an prochain, je serai probablement soit en recherche avec le gouv. du Canada à Saint-Jean-sur-Richelieu ou avec une bourse NSERC à nettoyer des éprouvettes comme assistant de recherche pour un prof.

  32. « Une société est une chaîne entre les individus, et on ne calcule pas la force de cette chaîne en regardant comment se portent les maillons forts, mais plutà´t en jugeant de la force de ses maillons les plus faibles. »

    Grâce aux maillons faibles qui éclateront enfin, cet enchaînement pourra être rompu. Car qui veut s’enchaîner aux autres et vivre en ignorants prisonniers de la caverne ? Louanges aux maillons faibles de la société !

  33. @Manx

    « Je ne sais pas comment on peut abuser d’une éducation.  »

    En s’inscrivant, puis en abandonnant et/ou en échouant.

  34. Ouf! Belz, tu sais que je t’apprécie comme partenaire dans la lutte de la libération nationale du Québec et de la préservation du fait français en Amérique, mais, une fois l’indépendance accomplie, il est plus que clair que nous ne serons plus dans le même camp. Avec quel argent ferait-on la gratuité scolaire? Est-ce qu’on apprend aux étudiants de sciences politiques que l’argent ne pousse pas dans les arbres? Il me semble que ce serait le minimum. Suis-je seul à être écoeuré d’entendre ces braillards? On n’a pas le choix de dégeler les frais de scolarité, nos universités tombent en ruine et un gel, c’est toujours mauvais. Ça donne l’impression au monde qu’on peut avoir tout gratuitement et tout cuit dans le bec, alors que tout se paye dans la vie. Si l’impà´t sur le revenu est un vol, les frais de scolarité sont un investissement pour le bien-être de nos écoles et avoir une éducation de qualité avec des profs compétents, car une société instruite est un plus, surtout avec la mondialisation.

    Si nos maudits syndicaleux étudiants arrivent à leurs fins, ils peuvent bien m’oublier pour leur putain de grève, je ne m’y présenterai pas, parce que moi, je commence l’université à l’automne et ce que je veux, c’est mon diplà´me, point à la ligne. Je ne me sens nullement attaché à un lobby syndicaleux ou patroneux quelconque. Je suis moi et personne d’autre. Pour moi, un syndicat n’apporte rien de bon aux employés, sauf pour leur laver le cerveau, tout en étant un frein au développement économique du Québec. Dire que le syndicat étudiant a augmenté la cotisation de ses membres et qu’il crache sur le dégel des frais de scolarité! C’est absolument incohérent et ça nous prouve que les syndicats sont pour l’augmentation de tarifs, de cotisations ou autres seulement quand ça va dans leur poche. Sans compter que les syndicats sont aujourd’hui devenus trop puissants. Ils nuisent à notre compétitivité et accroissent les dépenses de l’État en demandant des salaires trop élevés pour des tâches qui pourraient être accomplies à moindre coût. De plus, ils prà´nent ouvertement le désordre civil et nuisent à notre unité sociale.

    Ex: la à´ combien trop influente CSN.

    Les syndicats n’ont plus leur raison d’être et sont gangrenés par la corruption, surtout dans la fonction publique. Exemple: les syndicats de Québec, des médecins spécialistes, etc.! En plus, ce dégel est nécessaire pour pallier au sous-financement des universités. Avec quel argent mettrait-on fin au sous-financement des universités autrement, hein?

    P.S.: Si tu tiens compte de la santé économique du Québec, des indicateurs économiques, de l’inflation, du chà´mage, des taux d’intérêts, de la politique budgétaire du gouvernement et de la politique monétaire de la Banque du Canada (restrictive ou expansionniste) et du taux d’imposition et de taxation qui sont on ne peut plus élevés au Québec, car, en fin de compte, c’est encore une fois le travailleur moyen payeur de taxes, d’impà´ts et de tarifs de toutes sortes qui paierait la facture pour les étudiants, ce qui l’étranglera encore plus dans son budget, je t’annonce que la gratuité scolaire coûterait 500 milliards $. Bref, on serait encore plus dans le trou. Le Québec n’est pas la Suède, ni la Norvège. C’est démagogique d’aller comparer des pommes et des oranges, comme le fait l’ASSÉ et les autres syndicats étudiants.

    P.P.S.: Payer pour ton éducation est un investissement durable qui te serviras toute ta vie!

    P.P.P.S.: J’ai fait mon secondaire dans le privé et je dois dire que le privé libère davantage les talents de ces étudiants en les aidant à les exploiter 1000 fois mieux que le public où il ne faut que le voisin en ait plus que toi, parce que tout le monde est égal. Élitiste, le privé? Oui, parce que les élèves apprennent l’essence de la vie et le fait d’être performant et c’est ça dont le Québec a besoin pour s’enrichir, car, que tu le veuilles ou non, le Québec est bien 59e sur 60 pour ce qui est de la richesse. Non, si on tient compte que plusieurs parents fassent des sacrifices financiers exceptionnels pour que leurs enfants aient une éducation de qualité. C’est le cas de mes parents, car ma famille n’est pas riche et pourtant, j’ai fait mon secondaire dans le privé. Alors, je suis bien content de voir que le privé prend enfin sa place dans une société aussi soviétisée que le Québec. L’avenir s’annonce prometteur avec ces futurs cerveaux, car ils ont besoin de réussir leurs études, puisque leurs parents les paient, contrairement au public où la gratuité et la petitesse de la pensée et de l’avenir est la mère de toutes les vertus.

  35. @Jean-Luc: Ton texte est un tel ramassis de préjugés et de faussetés que je ne sais même pas par où commencer. J’ai voulu répondre point par point à toutes les folies que tu racontes, mais je me suis dit que j’en aurais pour la nuit. Je t’invite simplement à ouvrir un peu tes yeux et à constater que ce que tu racontes n’a pas le moindre lien avec la réalité et que tes préjugés, ta haine de tes semblables et ton idéologie d’extrême-droite sont la raison première du recul et de la tier-mondisation d’un pays comme les États-Unis.

    C’est à cause de gens comme toi que le Québec recule, des gens qui nous imposent leur idéologie vieillotte et dévastatrice depuis vingt-six ans et qui font reculer le Québec.

    Le Québec est encore, heureusement, un des meilleurs endroits où vivre en Amérique du Nord, mais si on écoutait les gens comme toi nous serions revenus au temps de Duplessis, avec des gens qui crèvent faute de soins décents, avec une minorité scolarisée et une majorité sans éducation, avec de la violence, avec des clà´tures de sécurité entre quartiers riches et pauvres, avec des gens qui t’attaque dès que tu sors la nuit.

    Le capitalisme sauvage, c’est un grand recul, et à mes yeux le simple fait d’en faire la promotion devrait être condamnable au niveau criminel, car on ne doit pas encourager un système qui tue et qui détruit.

    Nous avons une seule chose en commun: le désir d’indépendance du Québec. Pour le reste, je me demande même pourquoi tu désires cette indépendance, alors que ton rêve semble être celui d’une annexion aux États-Unis et à leur culture débile.

    J’ai plus en commun avec un néodémocrate manitobain ou un fédéraliste francophile qu’avec toi.

    Sans rancune.

    Bonne soirée.

  36. « En s’inscrivant, puis en abandonnant et/ou en échouant. »

    J’aime la logique… Et pour moi, qu’un cour soit gratuit te ferait échouer ne m’est pas logique.

    à€ mon avis, il faut que les étudiants se prennent en main et non qu’ils comptent combien sa coûte un cour pour le passer. Augmenter le contingentement est une mesure bien plus logique, si tu veux garder une université de qualité.

    P.S. Jean-Luc nous en sort des drà´les. Mon université se tire très bien avec son argent. Je ne sais pas à laquelle il veut aller l’an prochain, mais il verra que les universités et être dans le trou, ça fait 2. Avec l’UQAM qui a des difficultés financières parce qu’elle prend de l’expansion, par exemple, ça me semble un peu… tiré par les cheveux.

    En plus, on nous a déjà balancé la bouillie du « si les étudiants paient pas, qui le fera? » assez souvent. Ça fait qu’en 2012, on paiera 1000$ de plus que maintenant. Je vois pas trop pourquoi tripler les frais de scolarité.

    Encore une fois, moi je vois deux poids et deux mesures. Le secondaire est gratuit et doit rester gratuite, mais on doit forcer les universitaires à payer leur éducation… Je la comprends pas, sérieusement.

  37. @Belz: Lors de son dernier congrès, en juin dernier, la Commission des jeunes de L’ADQ a adopté une proposition qui est pratiquement identique à ce que toi et Ivellios trouviez une bonne idée: Un contrat avec le gouvernement pour garantir un nombre d’années de travail au Québec sans s’exoder. L’étudiant qui honore son contrat se voit rembourser ses prêts étudiants par le gouvernement, selon le nombre d’années du contrat.

    Aussi, une autre proposition, le remboursement proportionnel au revenu (RPR), consistait à permettre aux étudiants de rembourser leurs prêts proportionellement à leur revenu après les études.

    Qu’en pense-tu?

  38. @ Belz.

    Le problème avec ton raisonnement, c’est qu’il se tiendrait parfaitement si l’argent poussait dans les arbres. Or, l’argent ne pousse pas dans les arbres. L’argent se crée avant d’être redistribué. Haine de mes semblables? En quoi vouloir vivre dans une société où l’individu est responsable et est libre ses choix équivaut à de la haine? Extrême-droite? Duplessis? Je n’ai jamais dit ou écrit sur mon blogue ou ailleurs qu’il fallait user de violence envers les travailleurs, bâillonner l’opposition, attendre les électeurs avec des bats de baseball et les battre avec ça si ils ne votent pas du bon bord, privatiser tout ce qui bouge de bord en bord, faire retourner les femmes dans leur cuisine et jeter les immigrants à la mer. Parce que vois-tu, c’est ça l’extrême droite. C’est ça le duplessisme. Je suis pour la mixité public-privé en santé et en éducation, quoique je trouve qu’une éducation privée, pour y avoir été, est 1000 fois mieux qu’une éducation publique. Je suis contre tout monopole, qu’il soit public ou privé, car les gens sont toujours perdants dans un tel système et que je crois à la libre concurrence. Ton monopole étatique soit disant gratuit et universel est remit en question partout en Occident, même la Scandinavie l’a maudit aux vidanges en libérant les talents et en donnant au privé une place intelligente dans leur système économique.

    En passant, le capitalisme est le système économique le plus crédible que nous avons actuellement, le communisme étant sur un respirateur artificiel (la Chine est une économie communiste de marché et Cuba commence lentement mais sûrement à s’ouvrir sur le monde, la Révolution est dans ses derniers retranchement) et le fascisme étant fossilisé à jamais (tant mieux!). Le système n’est peut-être pas parfait, mais c’est le seul qui tient en compte le respect de l’autonomie de l’individu, de sa responsabilité et de la liberté (économique, politique, de choix, etc.), car je crois en ces valeurs.

    «Nous avons une seule chose en commun: le désir d’indépendance du Québec.»

    C’est exactement ce que je disais plus haut.

    «Pour le reste, je me demande même pourquoi tu désires cette indépendance, alors que ton rêve semble être celui d’une annexion aux États-Unis et à leur culture débile.»

    Pourquoi je veux l’indépendance? Parce que je veux que mes futurs enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, etc., parlent français et perpétuent la langue que nos ancêtres nous ont donnée, afin qu’ils n’oublient jamais qui ils sont. Pour que ce souhait se réalise, je ne vois que l’indépendance du Québec et non le statut quo fédéraliste anglo-canadien actuel et sûrement pas l’annexion aux États-Unis, car notre culture en prendrait un sacré coup. En plus, on éliminerait le fédéral qui nous coûte annuellement 69 millions $ par année. Je crois en la liberté politique, économique et de choix de tous les peuples, soit l’héritage que nous ont donné les Lumières. Toi, tu craches sur les Lumières en prà´nant un tel système soviétique, en plus de cracher sur le système économique qui te nourrit en mettant le pain sur la table pour ta famille en te donnant l’opportunité de travailler pour l’obtenir. Ce qui cloche avec ce système, c’est que le gouvernement perverti le système en nous volant la moitié de cet argent dûment gagné grâce aux taxes et à l’impà´t sur le revenu. C’est ça le problème. C’est toi qui devrais ouvrir tes yeux.

    Bonne soirée à toi aussi!

  39. Ce sont des dizaines de milliers d’étudiants qui seront privés d’une formation de qualité. Les jeunes libéraux, qui sont généralement dans les universités, ne semblent pas penser à leurs collègues étudiantEs moins fortunéEs. Wow, belle solidarité humaine !

    L’école des riches, pour les riches, par les riches, c’est déjà une réalité. Ce sera encore pire si ces propositions suicidaires pour le Québec seront votées.

  40. « L’école des riches, pour les riches, par les riches, c’est déjà une réalité »(Camarade Antho) est un énoncé que j’ai déjà entendu à de multiples reprises et qui me laisse perplexe. Même pour les étudiants les moins fortunés, je ne crois pas que les frais de scolarité actuels constituent un obstacle majeur à l’accessibilité aux études supérieures. Tout le monde au Quebec a les moyens d’acquérir une éducation de qualité, en ayant bien entendu un minimum d’ambition, de jugement et de savoir placer ses priorités à la bonne place.

    Si je peux me permettre de me citer en exemple; mes deux parents ont immigré au Quebec il y a près de 25 ans et sont débarqués de leur « bateau » dans un monde nouveau, sans un sous en poche, sans diplà´mes, sans amis ou connaissances. Rapidement, ils ont accumulé les petites jobines au salaire minimum pour élever leurs 5 enfants. J’ose imaginer les nombreux sacrifices qu’ils ont dû faire pour assurer notre avenir. Quand j’étais plus jeune, ils me disaient : « Fiston, nous n’avons pas les moyens pour te gâter ou te laisser grand chose en héritage, mais nous t’offrons le plus beau cadeau qui soit : l’éducation » J’ai eu la chance d’étudier au privé au secondaire et au cegep (ne voyez là rien contre l’éducation public que j’admire beaucoup aussi) et je suis immensément reconnaissant envers mes parents pour avoir bénéficié d’une éducation de qualité et pour être devenu un citoyen responsable.

    Bref, tout ça pour dire que depuis les 5 dernières années à l’université, j’assume personnellement à 100% tous les frais reliés à mon éducation et je survis uniquement (et tout de même confortablement) sur le programme de prêts et bourses du Qc. En mes dettes, je ne vois pas là un incitatif à abandonner mes études mais plutà´t à me surpasser et à étudier encore plus fort pour décrocher un boulot qui me permettra de justement rembourser ces dettes le plus rapidement possible et de m’engager sereinement sur le chemin de la vie.

    Je suppose que c’est une question de valeurs. Lorsqu’on parle d’éducation au Québec, j’ai l’impression qu’on parle davantage d’économie. Je rêve de voir plus de jeunes attirés vers les études supérieures par fierté, par curiosité, par ambition, par désir de se surpasser et non pas parce que c’est gratuit…ou presque. Je rêve de voir l’ensemble de la communauté étudiante se botter le cul à l’unisson et faire des sacrifices pour réussir plutà´t que de brandir des pancartes dans la rue à chaque automne

    Pour revenir au sujet de discussion, je ne saurais dire dans l’immédiat si je suis en accord avec la proposition des jeunes libéraux de tripler les frais de scolarité. à€ prime abord, je comprends l’inquiétude des étudiants plus pauvres mais j’essayerai de m’informer davantage sur leurs réels intentions avant de me prononcer.

    @Belz: Si la gratuité scolaire s’applique, tu dis qu’il n’est pas possible pour un étudiant d’en abuser en ayant « trop » d’éducation. Que penses-tu alors des nombreux étudiants indécrottables au CEGEP qui y glandent pendant 4-5 ans(je ne parle pas de ceux qui étudient à temps partiel et qui travaillent pour survivre mais des niaiseux qui se pognent le beigne) ou bien de ceux qui accumulent 3-4 Bacc à l’université pour « l’fun » pcq c’est si dur de décider de son avenir ces temps-ci….Qui va payer la note?

    Bonne soirée

    P.S: J’ai découvert ce blogue ce soir et il est très bien. Continue le bon travail

    P.P.S : Concernant l’immersion en anglais en 6e année, je trouve que beaucoup trop de gens partent en peur avec cette idée là . Je la trouve plutà´t bien en ce sens que c’est l’âge idéal pour apprendre rapidement une nouvelle langue. (La plasticité cérébrale devenant déjà beaucoup moins accrue après les 11-12 ans) D’ailleurs, ces jeunes seront obligés(sous la loi 101 pour la majorité) de faire leur secondaire en francais par la suite, non? Je maitrîse 3 langues et je trouve que c’est une richesse extraordinaire que de pouvoir élargir ses horizons, ne limitons pas l’intellect de nos jeunes sur des questions politiques! Je suis convaincu que la plupart d’entre eux vont ultimement privilégier le francais.

  41. Si vous pensez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance.

    Je n’ai aucun problème avec l’extrême minorité qui cumule 2-3 baccalauréats. Ils sont une richesse pour notre société et on devrait encourager cela.

    Chaque personne éduquée est un aimant qui tire la société vers le haut.

    Et chaque Québécois qu’on force à être bilingue est un aimant qui tire la société vers l’anglais.

    Chaque action compte. Tout est inter-relié.

  42. « Si vous pensez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance. »

    On voit bien, cher Belz, que vous en avez fait l’expérience. Et ma foi, l’ignorance vous va si bien, car vos bouffonneries nous amusent par leur légèreté. La question est de savoir, outre la reconnaissance, combien cela vous coûte.

  43. @Manx

    « J’aime la logique… Et pour moi, qu’un cour soit gratuit te ferait échouer ne m’est pas logique.

    à€ mon avis, il faut que les étudiants se prennent en main et non qu’ils comptent combien sa coûte un cour pour le passer. »

    T’as bien raison.
    Malheureusement, tu es aussi profondement naif.
    Facture $500.00 du cours est tu vas voir que le taux d’abandon va etre pratiquement nul. C’est le gros bon sens. Les gens n’aiment tout simplement pas jeter leur argent par les fenetres.

    @Camarade Antho

    « Ce sont des dizaines de milliers d’étudiants qui seront privés d’une formation de qualité. »

    Vive la peurologie!!!

    Bilinguiste: En 2008, ne pas etre bilingue, c’est un handicap. C’est pas moi qui le dit, c’est Jacques Parizeau. Et vous n’avez qu’a ecouter Pauline Marois parler en anglais pour vous en rendre compte. Parler anglais, c’est s’ouvrir sur le monde. Ne pas parler anglais, c’est se refermer sur soit.

    L’obstacle leplus grand pour acceder aux etudes superieurx, c’est pas l’argent. C’est le secondaire. Plus de 25% des etudiants Quebecois ne reussisent pas leur secondaire. Ca, c’est 100 fois pire que de tripler les couts universitaire.

  44. « Facture $500.00 du cours est tu vas voir que le taux d’abandon va etre pratiquement nul. C’est le gros bon sens. Les gens n’aiment tout simplement pas jeter leur argent par les fenetres. »

    Clair! Mais je trouve que c’est un moyen très cave de faire du contingentement. Au lieu de contingenter les gens par les connaissances (en haussant les standards d’admission au cégep pré-universitaire et, éventuellement, à l’université), on voudrait nous faire croire que de facturer 350-400$ le cour (ce que ce sera d’ici 2-3 ans… et avec la proposition des Jeunesses Libérales, environ 800-900$ le cour) aura le même effet que de contingenter adéquatement les programmes. C’est simplement une forme de contingentement monétaire, plutà´t qu’intellectuel, à mon avis.

  45. Pour ma part, si je devais m’afficher comme etant contre la hausse des frais de scolarites, voici les 3 raisons que j’evoquerais:

    -Le pire gestionnaire de tous est le gouvernement. Alors, en augmentant les frais, on ne fait que lui donner plus d’argent a mal gerer et/ou gaspiller.

    -On a aucune garantie que cela va ameliorer la qualite de l’enseignement.

    -Essentiellement, c’est une nouvelle taxe.

    Je ne crois nullement que l’augmentation des frais de scolarite vas faire en sorte que le nombre d’etudiants va diminuer. Le discour « poetique a l’eau de roses » de Belz ne me touche tout simplement pas. Les universites sont pleines et on refuse des demandes.

    Les pauvres, ils ne se rendent meme pas a l’Universite, ils echouent au secondaire. T’as qu’a aller faire une tour a la polyvalente de Verdun ou bien de St-Henri pour t’en convaincre.

    Pour ce qui est de la gratuite, les Universites Quebecoises sont les moins cheres en Amerique du Nord. Et ca donne quoi? Une societe pauvre. On n’a qu’a regarder l’etat des routes, des ecoles et des hopitaux. Et le nombre faramineux d’assistes sociaux qui la compose.

    Main on prend soin de nos pauvres. Par exemple, afin de ne pas toucher a leur dignite, on depose les cheques de BS directement plutot que de les envoyer par la poste et les forcer a aller eux-meme les deposer a la caisse.

  46. Je trouve simpliste de dire que parce que l’éducation est moins chère, la société est pauvre. On a une société relativement aisée.

    Le BS de carrière est en cour d’éradication et le taux de chà´mage actuel est très bas.

    L’état des routes est déplorable du aux matériaux déplorables que l’on utilise. L’Ontario fait un vrai mélange d’asphalte et les camions ne passent pas en permanence sur son territoire; elle a des routes plus solides et plus durables. Les écoles ne sont pas toutes mauvaises, mais elles ont longtemps été négligées. Et c’est un peu bizarre de voir que peu importe l’argent que l’on met en santé, niveau privé comme public (en fait, dans le cas de la santé, surtout au privé), il n’y en a jamais assez pour que les gens soient satisfaits. à€ un moment donné, il faut bien voir que la solution est pas uniquement dans les sous.

  47. @Manx

    Je trouve simpliste de dire que parce que l’éducation est moins chère, la société est pauvre. On a une société relativement aisée.

    Woo ta peu!!!

    J’ai dit que l’education au Quebec est la moins chere en Amerique du Nord. Techniquement, on devrait donc etre l’etat/province la plus riche en Amerique du Nord. Mais voila, c’est n’est pas le cas. En fait, c’est l’inverse…

    La sante, c’est pas complique, on a qu’a privatiser. C’est tout.
    Les dentistes et les optometristes sont prives. Bapteme que ca roule dans ces places. Pas ne niaisages. Et, avec que Belz se mette a brailler, je te ferais que lorsqu’un « pauvre » a mal aux dents ou qu’il voit mal, il va chez le dentiste et/ou l’optometriste. Et l’etat, une fois de plus, ramasse la facture. Et je l’ai deja dit, un ticket moderateur en sante, ca ferait du bien.

  48. Bien d’accord avec rawkenroll concernant les dentistes et optométristes. Connaissant bien le milieu dentaire, je peux vous dire que ca roule pas mal bien de ce cà´té là . Le personnel est souriant et heureux au travail, l’attente est minime, les soins sont de qualités, les patients sortent satisfaits du cabinet. Et…c’est du privé. La médecine a-t-elle donc intérêt à s’inspirer de ce modèle ou vice-versa?

  49. Privé: Le client est un revenu.

    Public: Le client est une dépenses.

    Dans le privé, la priorité est le client. Dans le public, la priorité est l’employé. C’est très facile à prouver. Demain midi, allez diner chez McDo. Mardi midi, passez à la SAAQ. O๠allez-vous être servi le plus rapidement???

  50. Bof… Quand je regarde les conditions d’une infirmière privée et d’une infirmière au public, ainsi que ses heures et sa productivité, mieux vaut garder le personnel infirmier affilié à la CSN. Comparé au salaire que ça coûte pour engager une infirmière dans le privé (qui devrait être dans le système public et qui cause un manque dans les hà´pitaux), le syndicat ne coûte rien. Absolument rien.

    Quant à comparer un McDo à la SAAQ… Je dois t’avouer que lors de mon passage, ça roulait en ta…

    Pour les dentistes, je suis d’accord que cela va vite. Compare ensuite à la médecine familiale. Elle est à 90% privatisée. Regarde les rendements; c’est la première chose dont on se plaint en santé. Ça prend 6 mois se pogner un rendez-vous, ils prescrivent n’importe comment, ils font un suivi à la castonguette, ils prennent pas le temps de t’observer comme il faut,etc.

  51. @Manx

    Tes frais de scolarite vont peut-etre tripler tu sais?

    Tu sais ce que tu devrais faire?
    Saute dans ton auto, et dans cinq heures, tu vas etre a Boston.
    Plutot que d’etudier a McGill, qui est quand meme tres bien quotée (c’est ironique, l’universite numero 1 au Quebec est anglophone), va etudier au MIT. A la fin, tu vas etre endette comme c’est pas possible. Mais les entreprises vont se battrent pour obtenir tes services!!!

    Medecine: Privatisons, et acceptons plus d’etudiants a l’universite (ce que le parti liberal fait). C’est fini le temps ou le college des medecins faisait la pluie et le beau temps.

  52. « , avec que Belz se mette a brailler, je te ferais que lorsqu’un “pauvre” a mal aux dents ou qu’il voit mal, il va chez le dentiste et/ou l’optometriste.»

    Pas du tout. Je connais beaucoup de gens – et j’en fais partie – qui ne sont pas allés chez le dentiste depuis des années car ils n’en ont pas les moyens.

    Si les soins dentaires étaient gratuits, j’irais, mais je suis trop pauvre alors je suis exclus.

    Et là on parle seulement de dents.

    Privatiser la santé est la meilleure façon d’augmenter cette exclusion. De toute façon, toutes les statistiques démontrent que le privé est moins efficace pour couvrir tout le monde et qu’il est BEAUCOUP plus cher. Tiens, comme aux États-Unis, par exemple, dont le système de santé est le plus cher des pays de l’OCDE et laisse de cà´té 50 millions de personnes.

    Tout le monde s’entend que le public est mieux et la majorité de ceux qui ont été soignés ont été satisfaits. Le problème en est un d’accessibilité, et ça prend davantage de financement et moins de privé puisque le privé coûte plus cher.

    Malheureusement, tant que nous aurons des gens d’extrême-droite comme rawkenroll pour faire la promotion d’une société inégalitaire où les pauvres crèveront en silence, rien n’avancera.

    Tes valeurs sont laides, rawkenroll. Très laides. J’ai rien à ajouter sinon que tu ne sais pas de quoi tu parles quand tu parles de santé et que tu ferais mieux de te taire au lieu de dire des conneries.

  53. @Belz

    « Pas du tout. Je connais beaucoup de gens – et j’en fais partie – qui ne sont pas allés chez le dentiste depuis des années car ils n’en ont pas les moyens. »

    C’est la « beaute » du systeme Quebecois. Si t’es pauvre et sur le BS, c’est gratuit. Si t’es riche, tu paies. Entre les deux, tu te fais baiser. Bref, le systeme actuel est injuste… pour la classe moyenne.

    « Tout le monde s’entend que le public est mieux »

    Ah oui? C’est etrange, je ne connais personne qui tient ce discours.

    « et ça prend davantage de financement »

    Pour parler ainsi, j’en deduis que ton taux d’imposition ne doit pas ressembler au miens, c’est-a-dire 42%…

    « moins de privé puisque le privé coûte plus cher. »

    Si je suis ta logique, on devrait nationaliser les epiceries et ca couterait moins cher.

    « Malheureusement, tant que nous aurons des gens d’extrême-droite comme rawkenroll »

    DG me bloque sur son blog… je ne dois donc pas etre si a l’extreme-droite que ca…

    « Tes valeurs sont laides, rawkenroll. Très laides. J’ai rien à ajouter sinon que tu ne sais pas de quoi tu parles quand tu parles de santé et que tu ferais mieux de te taire au lieu de dire des conneries. »

    Je travaille dans un hopital et ma Mere etait assistante dentaire. Mon opinion doit etre pas si pire que ca…

  54. Je pensais que ce blogue pouvait devenir intéressant, mais le manque total d’argument, la désinformation et l’analphabètisme économique de son auteur m’en décourage.

    « Car, n’en déplaise à certains vieux cons de la vieille droite, ce n’est pas tout le monde qui peut suivre cinq cours à l’université tout en travaillant 25 heures par semaine. Le résultat: les élèves provenant des couches sociales les plus défavorisées seront tentés de lâcher leurs études, perpétuant une pauvreté intergénérationnelle et détruisant effectivement le mythe de la mobilité sociale. »

    Citons Cyberpresse: « Selon lui, l’accès aux études universitaires ne serait pas compromis, grâce à un système d’impà´t où l’étudiant ne rembourserait ses droits de scolarité qu’une fois sur le marché du travail et lorsqu’il aurait atteint un revenu jugé suffisant.

    «On supprime le poids psychologique de la dette en transposant le remboursement d’une partie des frais sur le revenu gagné. Le remboursement est plafonné selon le revenu», a-t-il soutenu pour calmer le jeu. »

    Alors au contraire, le poid serait moins grand pour les étudiants.

    « Comme dit le dicton: vous trouvez que l’éducation coûte cher? Essayez l’ignorance! »

    Alors pourquoi lâcher ses études? Suis la logique de ton dicton et les étudiants ne lâcheront pas l’Université. D’ailleurs, ce qu’on voit ailleurs, c’est des taux d’éducation plus élevés. On pourrait aussi se débarasser de ceux qui perdent leur temps dans les programmes fourre-tout comme science politique, histoire, communication, etc. Des jeunes qui font ces programmes sans avoir la moindre idée pourquoi. Ils vont peut-être y penser à 2 fois. Aussi, le chemin sur lequel sont lancées nos universités est une pente descendante vers la médiocrité. Il faut changer de direction et vite!!! Des diplà´mes qui ne valent rien, ça ne rapporte pas gros à une société ou à leurs détenteurs.

  55. Comme j’ai mentionné dans un post précédent, un étudiant avec un minimum d’ambition et avec une tête sur les épaules ne verra pas le problème de l’argent constituer un obstacle à sa réussite. Quitte à contracter des dettes s’il le faut pour obtenir une éducation de qualité, puis idéalement décrocher une job permettant de se débarasser de ces dettes rapidement.

    Ironiquement, à l’université, de nombreux étudiants (pour ne pas dire la majorité) qui montent aux barricades année après année pour réclamer la gratuité scolaire et une vie aisée sont ceux qui s’inscrivent à des programmes offrant peu d’opportunités de carrière leur permettant un avancement professionnel intéressant. ( = meilleure qualité de vie + bon salaire –> C’est ca le but recherché, non?)

  56. Je suis d’accord avec toi, Amonium, mais un montant met un poids psychologique sur la tête de l’étudiant. La dette aussi. C’est un peu discriminatoire qu’une personne issue d’une famille aisée ait besoin d’une motivation presque nulle pour entrer à l’université, mais qu’une personne payant ses études seule ait besoin de se battre contre l’aide financière de son école, d’abord pour s’humilier en prouvant qu’il est suffisament pauvre, ensuite pour quêter de l’argent pour étudier. Ça n’empêche pas d’étudier, mais je dois t’avouer que ma fierté en prendrait un coup si c’était le cas.

    Je suis d’accord avec une idée de gratuité scolaire et d’une imposition supplémentaire sur les gradués universitaires, faisant partie d’un impà´t progressif. Par contre, imaginez les crétins qui quitteraient vers une autre province. Il faudrait ajouter à cela une forme de « contrat » avec les étudiants ou une formule qui garantit que la personne travaillera au Québec. Sans quoi, cette mesure attirera de la colère chez une partie des gens qui obtiennent un diplà´me universitaire.

    P.S. Je suis à McGill (12e meilleure université au monde, meilleure université publique en Amérique), et je doute que mon programme ne se donne au MIT. En fait, je crois que pour moi, le meilleur endroit où étudier, en Amérique, est l’université McGill, vu la spécialisation que je veux avoir. Probablement que je devrai compléter une partie de mes études en France ou en Angleterre, si je suis mes ambitions (bac en génie des bioressources spécialisé en génie agricole, suivi d’une maîtrise en procédés de transformation de nourriture en cidriculture).

  57. @Belz

    « Pas du tout. Je connais beaucoup de gens – et j’en fais partie – qui ne sont pas allés chez le dentiste depuis des années car ils n’en ont pas les moyens. »

    T’as une connexion Internet mais tu ne vas pas chez le dentiste. Interessant de voir les priorités de certaines personnes.

    « Si les soins dentaires étaient gratuits, j’irais, mais je suis trop pauvre alors je suis exclus. »

    Faux, tu n’es pas assez pauvre. Si tu etais sur le BS, tu pourrais y aller sans probleme. Il est fort le systeme Quebecois, il favorise les pauvres plutot que les gens qui travaille.

    @Manx

    « Par contre, imaginez les crétins qui quitteraient vers une autre province. Il faudrait ajouter à cela une forme de “contrat” avec les étudiants ou une formule qui garantit que la personne travaillera au Québec. Sans quoi, cette mesure attirera de la colère chez une partie des gens qui obtiennent un diplà´me universitaire. »

    Dits-toi qu’il y a bien des « cretins » universitaires de l’exterieur qui viennent travailler au Quebec. Et fait, plus un immigrant est diplomé et mieux c’est. S’il fallait que tous les pays du monde applique ton concept, la qualite des gens qui viennent cogner a nos portes serait plutot faible.

  58. Juste une petite parenthèse concernant les soins dentaires Belz. Je vous encourage fortement à faire une visite au dentiste au moins 1 fois par année. L’état de votre santé bucco-dentaire a un impact direct sur votre santé générale, ce n’est donc pas à prendre à la légère. Un examen de routine et un traitement prophylaxique par année ne coûtent quand même pas les yeux de la tête(ou les dents). Certains dentistes oeuvrent dans des milieux moins fortunés et chargent moins chers, il suffit de les magasiner 🙂

    Quelques caisses de bières de moins par année ou quelques sorties de cinéma en moins devraient suffire et vous permettre de ne pas être « exclus ».

  59. « Dits-toi qu’il y a bien des “cretins” universitaires de l’exterieur qui viennent travailler au Quebec. Et fait, plus un immigrant est diplomé et mieux c’est. S’il fallait que tous les pays du monde applique ton concept, la qualite des gens qui viennent cogner a nos portes serait plutot faible. »

    Je suis bien placé pour parler des étudiants internationaux, qui bénéficient encore de frais de scolarité relativement bas et viennent étudier à McGill à cause du coût de la vie et de la qualité de l’enseignement. Ce dont je parle, ce serait plutà´t des gens qui se diraient que pour ne pas payer les frais de scolarité par « imposition », ils n’auraient qu’à quitter le Québec.

    Je ne crois pas que cette mesure offrirait un exode des cerveaux si significatifs. Mais je crois plutà´t que cela engendrerait une forme de mépris envers ce programme.

  60. @Amonium: Merci beaucoup de te soucier de ma santé dentaire, mais je vais immédiatement te rassurer sur un point: je ne bois pas de bière et dans mes poches, à la fin de la semaine, si j’ai 20$ c’est une bonne semaine. Je suis pauvre, et je n’ai pas les moyens d’aller chez le dentiste. Alors quand j’entends des arguments du genre « le privé ne réduit pas l’accès » ça me fait bien rire, parce que c’est exactement ce que ça fait.

    p.s. Je suis « chanceux », car à cause de mon hypoglycémie je ne mange pas de sucre, et donc j’ai de belles dents tout de même, mais combien de personnes dans ma situation n’ont pas de belles dents car elles ne peuvent se payer le dentiste? Cessons de se mettre la tête dans le sable: les soins de santé, dentaire comme physique, sont une nécessité pour tous et doivent donc être offerts à tout le monde, indépendamment de leur revenu.

  61. Evidemment, quand on lit le blogue « Le blogue du vin », on ne boit pas de biere…

    Tu vois, tu devrais cesser de travailler et tomber sur le BS. Comme ca, ca ne te couterais rien chez le dentiste. Et tu pourrais bloguer a longueur de journee.

    En passant, y’a moyen d’avoir un meilleur service que chez le dentiste et l’optometriste. Il s’agit d’aller a une clinique veterinaire. Nos amis toutous et minous sont drolement bien soignes.

  62. Belz,

    Je suis d’accord avec toi sur le fond, je partage la plupart de tes idées, mais tu me semble à court d’arguments …

    Voilà , à ceux qui croient que la gratuité scolaire est une utopie d’enfants gatées, qu’il faut arrêter de se leurer, que l’argent ne pousse pas dans les arbres et bla bla bla.

    Non effectivement l’argent ne pousse pas dans les arbres. Il faut arrêter de se heurter à des solutions purement tehcnocratiques et commencer à penser autrement, ce que je lis et j’attend partout c’est des arguments bidons qui réflète à la perfection le brainwashing néolibéral. La gratuité scolaire n’est pas une utopie c’est une possibilité qu’il faut commencer à envisager avec sérieux si l’on veut une société composer d’individu instruits, responsables et en mesure de critiquer d’une manière raisonné la société dans laquelle on vit.

    Les grandes coorporations font des profits faramineux et sont prêt à fermer les portes dès la moindre baisse de leur profit, au Québec, elles profitent d’une exemption d’impà´t phénoménale d’autant plus depuis l’abolition de la taxe sur le capital. Elles n’hésitent pas un seul instant à avoir recours aux paradis fiscaux. Les classes possédantes s’enrichissent sans cesse sur le dos des petits travailleurs. Elle exploitent les ressources naturelles qui devrait être traité comme un bien commun et non comme un bien ou un service achetable par le plus offrant. Ou trouver l’argent pour financer un système d’éducation (et de santé) complétement public et accessible à tous??? Et bien allons chercher l’argent là ou il se trouve…

    Autre chose encore, effectivement une grande partie des classe inférieures ne termine même pas l’école secondaire, et sont pris dans un système public à bout de souffle et sans ressource. Et bien si le gouvernement arrêtais de subventionné l’école privé jusqu’à hauteur de parfois 60% p-e aurait-on un système publique adéquat en mesure de stimuler les étudiants et étudiantes de toutes les classe sociales. Prenons cet argent et investissons le pour le bien-être collectif. Et si, les petits bourgs veulent envoyé leur enfants à l’école privé qu’il le fasse mais l’état devrait refuser de débourser le moindre sous…Peut-être faudrait-il interdire l’école privé ainsi nous aurions tous des chances égales de réussir peut importe notre milieu d’origine.

    J’aurais encore bien des choses à vous dire, mais j’arrête ici…
    J’attends vos réactions, et laisser faire les petites insultes de nature personnelles car quand vous laisser ça de cà´té, j’ai eu le plaisir de lire des débats assez intéressants…

  63. @Arsenal

    « La gratuité scolaire n’est pas une utopie c’est une possibilité qu’il faut commencer à envisager avec sérieux si l’on veut une société composer d’individu instruits, responsables et en mesure de critiquer d’une manière raisonné la société dans laquelle on vit. »

    Tu peux m’expliquer comment font les gens dans les autres provinces et aux USA?

    « Les grandes coorporations font des profits faramineux et sont prêt à fermer les portes dès la moindre baisse de leur profit, au Québec, elles profitent d’une exemption d’impà´t phénoménale d’autant plus depuis l’abolition de la taxe sur le capital. Elles n’hésitent pas un seul instant à avoir recours aux paradis fiscaux. »

    N’importe quoi…
    Si les exemptions sont si exceptionnelles que ca au Quebec, peux-tu m’expliquer comment ca se fait que toutes les entreprises de l’Amerique du Nord ne viennent pas s’installer ici? Comment ca se fait qu’il y en a meme qui quitte le Quebec?? Sont-elles toutes masochistes???

    « Et bien si le gouvernement arrêtais de subventionné l’école privé jusqu’à hauteur de parfois 60% p-e aurait-on un système publique adéquat en mesure de stimuler les étudiants et étudiantes de toutes les classe sociales. »

    Ouf, quel argument.
    L’ecole privé coute moins chere au gouvernement car les parents assument une bonne partie de la facture. Ce faisant, il reste plus d’argent pour le systeme public. Sans le privé, ca serait pire dans le public.

    Pour ma part, j’ai frequente le prive et le public au secondaire. Criss de difference. C’est noir et blanc. Et mes parents etaient tout sauf riches.

    « J’aurais encore bien des choses à vous dire, mais j’arrête ici… »

    Bonne idee. 🙂

  64. @rawkenroll: Tu fais bien de t’arrêter ici. Tes arguments semblent tout droit sortir du petit catéchisme de l’Institut Fraser (ou de son petit frère, l’IEDM).

    C’est faux ce que tu dis, tout à fait faux.

    Le privé coûte plus cher (il faut payer les profits!) et il sélectionne les meilleurs étudiants, laissant les pires cas-problèmes au public.

    Si vraiment on veut continuer de voir les écoles privées exister, qu’on cesse alors de les subventionner à hauteur de 60%. Qu’on les laisse s’arranger. On verra qui aura les moyens d’y aller à 10 000+$ par année.

  65.  »Tu peux m’expliquer comment font les gens dans les autres provinces et aux USA? »

    Pour ce qui est des autres provinces, les étudiant s’endettent et s’endettent. J’ai habité 2 ans au NB et une dettes de 50 000 c’est monnaie courante, pas facile quand les salaires ne suivent pas la cadence. Tout le monde ne sera pas avocat et médecin…L’endettement est un fléau qui prend la masse à la gorge et permet au grandes banques de s’enrichir encore et encore….Pour ce qui est des États-Unis j’espère que tu blague. Le clivage entre riches et pauvres est si grand que seul les gens issues des milieux aisées peuvent se permettre d’aller à l’Université. Ce qui crée une pauvreté presque hérédiaires.
    Quelle est ta solution, laisser ceux ayant vue le jour dans un milieu plus modeste à l’écart en santé et éducation????

    Prendre modèle sur les États-Unis d’Amérique est pour moi une bêtisse sans nom. Il faut protéger les acquis qu’on a au Québec et ne pas tomber dans le piège de tout relégué au privé. Je sais pas si c’est toi qui a écrit qu’on était les 59eme sur 60 en matière d’éducation, mais je demande la source, car c’est du n’importe quoi. Les USA sont parmis les moins instruit en occident. Normal quand on voit combien ça coûte!

    Pour ce qui est de l’exemption fiscale aux entreprises, fait tes recherches car sérieusement le % d’impà´t qu’elles paie relativement à leur marges de profit est ridicule. Et les compagnie marche à coup de menace de fermeture quand vient le temps de négocier avec leur employés. Bien sur, ailleurs, il paye encore moins d’impà´t qu’ici et ne se soucie guère des conditions des travailleurs, mais est-ce vraiment le modèle suivre?

    Ah oui, et bien sure que le privé est plus encandrant que le public en matière d’enseignement primaire ou secondaire, ils ont les ressources et les moyens financiers de le faire…Mais si un investissement massif était fait dans le public ce serait aussi bien et TOUT LE MONDE aurait droit à une éducation de qualité. Le problème c’est aussi qu’on met dans la ouatte les gosses de riches et ceux ayant jugé préférable que leur enfants fréquente les gosses de riches et qui à force de se serrer la ceinture et grace au subvention gouvernemental on pu envoyé leur marmots au privé. On les protége ainsi, de la réalité; de la pauvreté et des dfficultés inérentes à certaines couches sociales, faisant d’eux une élite individualiste déconnecté du peuple qui croient que tout le monde mérite bien son sort, se complaisant ainsi dans leur réussite  » bien mérité ».

  66. Le problème c’est aussi qu’on met dans la ouatte les gosses de riches et ceux ayant jugé préférable que leur enfants fréquente les gosses de riches et qui à force de se serrer la ceinture et grace au subvention gouvernemental on pu envoyé leur marmots au privé. On les protége ainsi, de la réalité; de la pauvreté et des dfficultés inérentes à certaines couches sociales, faisant d’eux une élite individualiste déconnecté du peuple qui croient que tout le monde mérite bien son sort, se complaisant ainsi dans leur réussite  » bien mérité ».

    Je ne saurais dire assez à quel point je suis d’accord avec ce dernier commentaire.

    J’ai moi-même fait l’expérience d’une école publique de style élitiste (mais au niveau des résultats scolaires, pas de l’argent… il y en avait des pauvres dans cette école) et d’une école publique style crasseuse (à l’époque la plus grosse au Québec… un vrai trou, et je manque de respect aux trous là !), et mon meilleur ami fréquentait une des meilleures écoles privées.

    Et la vérité, elle est bien là : le public « régulier » se retrouve avec ce qui reste, avec les éléments les moins facilement « scolarisables » de la société, et pendant ce temps les élites vivent en-dehors de ce monde, et ne rêvent plus tard que de gagner beaucoup d’argent pour pouvoir se protéger de ce monde qu’ils craignent.

    Ce qu’on bâti pour demain avec les écoles privées, c’est une société divisée, qui ne se comprend pas, et où tous n’ont pas eu la même chance.

  67. @Belz

    « @rawkenroll: Tu fais bien de t’arrêter ici. Tes arguments semblent tout droit sortir du petit catéchisme de l’Institut Fraser (ou de son petit frère, l’IEDM). »

    On peut dire ce qu’on veut de l’Institut Fraser et de l’IEDM. Il reste que c’est pas juste des imbeciles qui travaillent et ils ne font pas que produire de la marde.

    « C’est faux ce que tu dis, tout à fait faux.

    Le privé coûte plus cher (il faut payer les profits!) et il sélectionne les meilleurs étudiants, laissant les pires cas-problèmes au public. »

    Bon, je vais devoir t’expliquer…

    Supposons qu’il en coute $10000.00 dollars instruire un jeune au secondaire. L’ecole public recoit donc $10000.00 par etudiant. L’ecole prive, moins. Selon Arsenal, elle en recoit $6000.00. Donc, le prive coute moins cher au gouvernement. Soit $4000.00 de moins par etudiant. Ce $4000.00, et plus, c’est les parents qui le paient. Si tu fermes le prive, c’est beaucoup de $4000.00 que le gouvernement va devoir payer…

    Pour ce qui est de la selection, au college ou j’ai etudier, il y avait 5 groupes par secondaire. 2 enrichis, 2 reguliers et 1 « allege ». Bien qu’on nous disait que les « alleges » n’etait pas de mongols, je peux t’assurer que tu pouvais facilement les spoter en jassant avec eux….

    J’espere que cette petite lecon d’economie portera fruit. En resune, chaque etudiant au prive fair economiser $4000.00 a l’etat. C’est tout ce que tu as a retenir.

    @Arsenal

    « Pour ce qui est de l’exemption fiscale aux entreprises, fait tes recherches car sérieusement le % d’impà´t qu’elles paie relativement à leur marges de profit est ridicule. Et les compagnie marche à coup de menace de fermeture quand vient le temps de négocier avec leur employés. Bien sur, ailleurs, il paye encore moins d’impà´t qu’ici et ne se soucie guère des conditions des travailleurs, mais est-ce vraiment le modèle suivre? »

    Je re-pose ma question: Si les avantages fiscaux sont si fantastiques que ca au Quebec, comment se fait-il que toutes les compagnies ne viennent pas s’etablir ici?

    « Ah oui, et bien sure que le privé est plus encandrant que le public en matière d’enseignement primaire ou secondaire, ils ont les ressources et les moyens financiers de le faire… »

    J’ai jamais vu quelqu’un secher ses cours au prive. Jamais. Ca a rien a voir avec les ressources. Quand Papa et Maman paient pour les etudes de Junior, il s’attende a des resultats de la part de Junior. Dans le public, c’est gratis, faque Papa et Maman pousse pas trop dans le cul de Junior. Resultat, 25% abandonnent au public. Au prive? Peut-etre 1%. Vive la gratuite!!!

  68. @rawkenroll: Ce dont ton calcul ne tient pas compte, c’est du fait que ce que « sauve » le gouvernement est simplement un fardeau supplémentaire pour la classe moyenne, une sorte d’impà´t déguisé.

    C’est PARCE QUE les écoles privées sont un lieu où les cas-problèmes n’existent pas vraiment (on les renvoie manu militari au public) et donc, forcément, que les écoles publiques sont un lieu où il y en a davantage per capita, que les parents veulent y envoyer leurs enfants.

    Ces derniers ont donc le choix entre une éducation « gratuite » de moins bonne qualité (la plupart du temps) ou une éducation payante où leurs enfants sont déconnectés du reste de la population.

    En clair, le fardeau qu’on « sauve » au gouvernement est d’un cà´té absorbé par la classe moyenne, et de l’autre on gaspille de nombreux étudiants prometteurs du public en leur imposant un plus grand nombre de cas-problèmes que ce à quoi ils auraient dû avoir droit.

    C’est là où ta logique ne tient pas la route. Ne parle pas comme si l’argent venait du ciel; ce que le gouvernement sauve n’est qu’un transfert sur les particuliers, et tu ne calcules pas le « gaspillage » des jeunes dans les écoles publiques. Et puis, comment pourrais-tu le calculer, au fait?

    C’est bien ça le problème avec les extrémistes de droite dans ton genre. Vous vous croyez capables de tout calculer, mais vos calculs ne vont pas plus loin que les bornes de votre idéologie vieillotte. Ils ne tiennent pas compte des coûts indirects qu’auront à payer les autres.

  69. @Belz

    « @rawkenroll: Ce dont ton calcul ne tient pas compte, c’est du fait que ce que « sauve » le gouvernement est simplement un fardeau supplémentaire pour la classe moyenne, une sorte d’impà´t déguisé. »

    Tu peux m’expliquer comment le fardeau supplementaire pour la classe moyenne va etre eliminer en fermant les ecoles prives? Tu me perds completement ici. Completement. J’ai bien hate de voir ta reponse. Je te signale de plus que les gens qui envoient leurs enfants au prive paient des impots. Et puisqu’ils sont riches (selon toi), ile en paient beaucoup beaucoup plus que toi. Defait, si tu n’as pas d’argent pour aller chez le dentiste, j’imagine que tu ne dois pas payer beaucoup d’impots. Je me trompe?

    Par curiosite comme ca, t’as quelle age et tu fais quoi dans la vie?

  70. @rawkenroll

    Supposons qu’il en coute $10000.00 dollars instruire un jeune au secondaire. L’ecole public recoit donc $10000.00 par etudiant. L’ecole prive, moins. Selon Arsenal, elle en recoit $6000.00. Donc, le prive coute moins cher au gouvernement. Soit $4000.00 de moins par etudiant. Ce $4000.00, et plus, c’est les parents qui le paient. Si tu fermes le prive, c’est beaucoup de $4000.00 que le gouvernement va devoir payer…

    Tu comprend rien, le gouvernement ne devrait pas avoir a payé pour une élite qui par snobisme ou je ne sais quoi, ne veut pas se satsifaire d’un système publique qui semble pourtant allée pour la majorié. J’ai grandit dans un quartier modeste, je n’ai jamais mis les pieds dans une école privée et tu sais quoi et bien j’ai survécu!!!!

    Ma question est bien simple!!!! Pourquoi les riches aurait-il droit à une éducation de mielleure qualité que les gens moins fortuné?

  71. @rawkenroll: « Tu peux m’expliquer comment le fardeau supplementaire pour la classe moyenne va etre eliminer en fermant les ecoles prives? »

    – Parce que ce sera l’ensemble de la société qui va payer pour une école qui intègrera l’ensemble des citoyens. Et puisque je milite pour une hausse des impà´ts sur les grands revenus, ce sera forcément ceux qui ont les moyens qui paieront davantage.

    Il y a d’autres facteurs dont ton analyse réductrice ne tient pas compte.

    Par exemple, en privilégiant le privé comme tu le fais, et donc en forçant un plus grand nombre de cas-problème à cohabiter avec moins d’étudiants « normaux », tu favorises une concentration des cas-problèmes pouvant mener à une petite école du crime. Ton calcul tient-il compte des coûts sociaux attribués à cette réalité?

    Tient-il compte du fait que la police sera plus occupée à cause de cela?

    Ton calcul tient-il compte des professeurs qui seront tellement poussés à bout par ces cas-problèmes qu’ils tomberont en dépression?

    Ton calcul calcule-t-il l’effet démoralisateur pour un étudiant « normal » d’avoir à fréquenter beaucoup de cas-problèmes que ce à quoi il devrait être confronté?

    Peux-tu chiffrer cela?

    Évidemment non, alors continue ton verbiage vide ne tenant compte que d’une petite partie du problème et faisant abstraction du reste. Nous sommes plusieurs ici qui voyons la forêt pendant que tu t’attardes sur l’écorce du premier sapin que tu as vu.

  72. Ah oui, petite suggestion,rawkenroll

    Écoute Sico, (un peu sesnsationnaliste c’est vrai, mais quand même criant de vérité) ça donne une idée de tous les merveilleux avantages liés à la privatisation. Et écoute The Cooporéation, pendant que tu y es ça t’ouvrira p-e un peu les yeux.

    Et Belz, je t’invite à lire le journal de gauche alternatif  »presse- toi à gauche »: http://www.pressegauche.org

    Je crois que tu appréciera…

  73. @ rawkenroll.

    «Quand Papa et Maman paient pour les etudes de Junior, il s’attende a des resultats de la part de Junior. Dans le public, c’est gratis, faque Papa et Maman pousse pas trop dans le cul de Junior. Resultat, 25% abandonnent au public. Au prive? Peut-etre 1%.»

    Je suis totalement d’accord avec toi. Comme je l’écrivais sur mon blogue: «Moi, j’ai fait mon secondaire dans le privé et je dois dire que le privé libère davantage les talents de ses étudiants en les aidant à les exploiter 1000 fois mieux que le public où il ne faut pas que le voisin en ait plus que vous, parce que tout le monde est égal. Élitiste, le privé? Oui, parce que les élèves apprennent l’essence de la vie et le fait d’être performants et c’est ça dont le Québec a besoin pour s’enrichir, ce dont il a bien besoin. Non, si on tient compte que plusieurs parents doivent faire des sacrifices financiers exceptionnels pour que leurs enfants aient une éducation de qualité. Ce fut le cas de mes parents, car ma famille n’est pas riche et pourtant, j’ai fait mon secondaire dans le privé. Alors, je suis bien content de voir que le privé prenne enfin sa place dans une société aussi soviétisée que le Québec, une place qui lui revient parfaitement. L’avenir s’annonce prometteur avec ces futurs cerveaux, car ils ont besoin de réussir leurs études, puisque leurs parents les paient, contrairement au public où la gratuité et la petitesse de la pensée et de l’avenir sont les mères de toutes les vertus. Je ne verserai aucune larme le jour où le secteur public sera complètement déserté, car, lorsque ce jour viendra, le Québec pourra compter sur une relève instruite, performante, qui n’a pas honte des talents qu’elle possède, qui n’a encore moins honte de les exploiter à leur juste valeur et qui récompense le mérite de l’audace à foncer dans la vie. Vous ne retrouverez jamais une telle énergie au public. Je suis fier d’être un produit du privé.»

    @ Arsenal.

    On n’a pas 500 milliards $, le montant que nous coûterait la gratuité scolaire par année. L’argent ne pousse pas dans les arbres. Le jour où toi et les autres pelleteux de nuages communistes aurez compris ça, vous serez des adultes.

    @ Belz

    Je me suis toujours abstenu de commenter tes billets sur ton nouveau blogue lorsque ceux-ci traitent d’économie, de santé et d’éducation, car je sais que ça va tourner au vinaigre comme c’était le cas sur UHEC et ébranler le lien qu’il y a entre nous deux concernant l’avenir politique du Québec et aussi parce que je trouve la plume du Dernier Québécois beaucoup plus décontractée que celle de l’Homme en colère. Or, dans ce billet-ci, tu y disais tellement de propagande gau-gauchiste que je n’ai pas pu résister à réagir et je t’ai dit ce que je pensais là -dessus. Prends mes opinions comme tu le voudras, mais saches qu’après l’indépendance, il y aura des élections et je doute que le peuple voudrait embarquer dans votre p’tit Cuba du Nord, à toi, au ReactW et aux autres membres du répertoire des blogues gau-gauchistes que toi et Jimmy avez créé pour backer une idéologie qui se retrouve sur un respirateur artificiel depuis des années! Lorsque l’après-indépendance viendra, il est plus que clair que nous deviendrons des adversaires politiques après avoir combattu ensemble pour la même cause, soit l’indépendance du Québec.

    http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/Le-bilinguisme-etatique-des-Jeunes-liberaux-et-ma-relation-euh-tumultueuse-avec-Belz-b1-p59273.htm

  74. Si l’argent ne pousse pas dans les arbres, il serait peut-être temps de cesser de financer les écoles privées, d’augmenter les impà´ts des plus riches et de taxer plus justement les grosses entreprises.

    Comme quoi le discours néolibéral affirme que « l’argent ne pousse pas dans les arbres » seulement quand ça fait son affaire.

    Tiens, ça me fait penser au sauvetage de la banque Bear Sterns par le Réserve Fédérale américaine. Ça a coûté combien, au contribuable américain, pour sauver votre merveilleux système passéiste?

  75. @Arsenal

    « Tu comprend rien »

    Sans commentaires…

    « le gouvernement ne devrait pas avoir a payé pour une élite qui par snobisme ou je ne sais quoi, ne veut pas se satsifaire d’un système publique qui semble pourtant allée pour la majorié.  »

    Alors on ferme le prive.
    On va devoir ainsi augmenter le budget pour le public.
    On va prendre l’argent ou?
    Parce-que je ne sais pas pour toi, mais moi, cote taxes, je suis pas mal au maximum.

    « d’un système publique qui semble pourtant allée pour la majorié.  »

    Plus de 25% d’abandons, beau systeme…
    Pis ca construire un pays.
    Bonne chance.

    « J’ai grandit dans un quartier modeste, je n’ai jamais mis les pieds dans une école privée et tu sais quoi et bien j’ai survécu!!!! »

    Bravo. Tu fais partie du 75%.

    « Ma question est bien simple!!!! Pourquoi les riches aurait-il droit à une éducation de mielleure qualité que les gens moins fortuné? »

    Je re-re-re-pete. Mes parents n’etaient pas riches. Plutot modestes.

    @Belz

    « Et puisque je milite pour une hausse des impà´ts sur les grands revenus, ce sera forcément ceux qui ont les moyens qui paieront davantage. »

    Bon ici, tu derailles completement a ce que je peux constater. Tu sais que le 5% le plus riche de la population paie pour plus de 20% des impots? Est-ce que tu le realise?

    Serieux, t’as quel age et tu fais quoi dans la vie?

    @JLP

    Tu sais quoi?
    Le summon a date que j’ai trouve sur un blog, c’est Galadriel.
    Je me disais que c’etait IMPOSSIBLE de faire pire que cette pioche.
    Tranquillement pas vite, ils y en a qui travaillent tres fort pour me convaincre du contraire…

  76. Bon, je crois qu’on a fait le tour. Rawkenroll a répondu point par point à tout, mais là il fait face à ses contradictions et ne peut plus trouver d’arguments pour défendre son désir d’élitisme et de séparation des pauvres et des riches en deux systèmes scolaires favorisant une plus grande violence dans le public et des coûts sociaux plus élevés pour la société.

    Bonne soirée!

  77. «Si l’argent ne pousse pas dans les arbres, il serait peut-être temps de cesser de financer les écoles privées, d’augmenter les impà´ts des plus riches et de taxer plus justement les grosses entreprises.» (Belz)

    Irrécupérable! Ce que tu dis là est complètement anti-individus et carrément anti-liberté en volant l’argent dûment gagné de toutes ces personnes qui sont obligés de protéger ce qui leur revient de plein droit dans des comptes en Suisse, car c’est LEUR argent. Les riches sont riches parce qu’ils font quelque chose de leurs dix doigts, ils travaillent, ils innovent, ils ont les talents pour réussir dans la vie et dans leur entreprise. Les riches ne volent personne. C’est même tout le contraire, ils se font avoir. En passant, tou(te)s les étudiant(e)s sont couvert(e)s par le système des prêts et bourses pour les aider à rembourser leurs frais de scolarité.

    «Tu comprend rien, le gouvernement ne devrait pas avoir a payé pour une élite qui par snobisme ou je ne sais quoi, ne veut pas se satsifaire d’un système publique qui semble pourtant allée pour la majorié.»

    De la pure propagande communiste dans sa forme populiste et démagogique la plus abjecte qui soit! Pire que le p’tit dépliant «Parlons politique!», le nouveau p’tit Livre rouge de Mao, qu’on nous a balancé quand j’étais au Cégep! L’Illusion tranquille et le Manifeste pour un Québec lucide sont deux bonnes réponses à cette merde communiste. Les parents qui envoient leurs enfants au privé se serrent majoritairement la ceinture pour pouvoir leur payer une éducation de qualité qui leur servira à libérer leurs talents et à les exploiter au maximum et à être récompensés au mérite et à la compétence. Bref, ces parents offrent à leurs enfants le plus beau cadeau du monde, cadeau qui leur servira toute leur vie. Tu ne peux pas avoir ça au public, car c’est l’ancienneté qui est récompensé et tu rentres dans le rang sans te poser de questions (corruption syndicale oblige), tu es un robot et tu ne peux pas libérer tes talents, car tout le monde est égal et tu ne dois pas être plus beau que ton voisin et encore moins avoir des meilleures notes que lui, sinon ça atteint sa pà´ve estime de soi. Vive la réforme Marois pour avoir détruit le système d’éducation publique! Merci au PQ pour avoir tant écouté les lologues du Ministère de l’Ignorance du Culbec et les grands penseurs à l’université qui, EUX, savent ce qui est bon pour nous, sans oublier, bien sûr, les maudits humoristes à 5¢, les artistes subventionnés mur à mur et les médias de Montréal qui sont, toute la gang, du premier jusqu’au dernier, biaisés envers la gau-gauche! Vive la Clique du Plateau.

    @ Tout le monde.

    Pour enfoncer le clou final, ce billet lucide de ce blogueur: http://unautrepointdevue.blogspot.com/2007/06/largent-des-autres.html

  78. Belz, je t’invite à aller voir ta liste d’attente.

    Merci!

  79. @Belz

    « Rawkenroll a répondu point par point à tout »

    En effet.
    Tu devrais tenter d’en faire autant!!!

    « mais là il fait face à ses contradictions et ne peut plus trouver d’arguments pour défendre son désir d’élitisme et de séparation des pauvres et des riches en deux systèmes scolaires favorisant une plus grande violence dans le public et des coûts sociaux plus élevés pour la société. »

    Galadriel, sors de ce corps!!!

    « Bonne soirée! »

    Excellente idee.
    Reposes-toi bien, tu en as grand besoin.

  80. Les riches sont riches parce qu’ils font quelque chose de leurs dix doigts, ils travaillent, ils innovent, ils ont les talents pour réussir dans la vie et dans leur entreprise.

    Non, les riches sont riches parce qu’on leur permet d’être riche. On leur offre une société où les inégalités ne sont pas tellement criantes qu’ils doivent se promener accompagnés de gardes du corps. La société leur offre les infrastructures dont ils ont besoin, leur offre des gens diplà´mes pour être leurs employés.

    Les riches doivent partager leur richesse car sans le support des autres ils n’auraient jamais été riches.

    Plus que jamais, on doit hausser (fortement) les impà´ts des plus riches afin qu’ils contribuent à cette société dont ils ont tant pris.

    Et qu’ils aident un peu ces gens qu’ils ont exploités.

    Merci au PQ pour avoir tant écouté les lologues du Ministère de l’Ignorance du Culbec et les grands penseurs à l’université qui, EUX, savent ce qui est bon pour nous, sans oublier, bien sûr, les maudits humoristes à 5¢, les artistes subventionnés mur à mur et les médias de Montréal qui sont, toute la gang, du premier jusqu’au dernier, biaisés envers la gau-gauche! Vive la Clique du Plateau.

    Charabia incompréhensible. Quand tu parleras français, recontacte-moi.

    Vraiment, Jean-Luc, il serait temps que tu sortes de tes vieux dogmes de droite. C’est ça cause de gens comme toi que le Québec recule depuis vingt-six ans. Ça fait 26 ans qu’on nous sert le néolibéralisme et c’est un échec: la classe moyenne stagne, voire recule, et les choses ne s’améliorent pas. Il est temps d’essayer autre chose que davantage de la même merde.

    Bon, c’était ma dernière intervention. On est rendu pas mal loin du sujet initial.

    Bonne soirée.

  81. @JLP

    « @ Tout le monde.
    Pour enfoncer le clou final, ce billet lucide de ce blogueur: http://unautrepointdevue.blogspot.com/2007/06/largent-des-autres.html »

    Ca me fait rire.
    On peut voir cette publicite sur le bord de la 20 a Levis.
    A Levis, on a maintenant un terrain de soccer interieur.
    Grace au PPP.
    L’autre bord du pont, a Quebec, on s’astine encore pour « je ne sais plus trop quoi ». On spin dans le beurre quoi, l’activite preferee de Quebecois…

    Un jour, les petits Quebecois vont avoir leur terrain de soccer interieur.
    Quand?
    Excellente question.

    Mais j’ai espoir que Regis va faire changer les choses.

  82. « Les riches sont riches parce qu’ils font quelque chose de leurs dix doigts, ils travaillent, ils innovent, ils ont les talents pour réussir dans la vie et dans leur entreprise.

    Non, les riches sont riches parce qu’on leur permet d’être riche. On leur offre une société où les inégalités ne sont pas tellement criantes qu’ils doivent se promener accompagnés de gardes du corps. La société leur offre les infrastructures dont ils ont besoin, leur offre des gens diplà´mes pour être leurs employés. »

    Environ 10% de la population agit a titre d’entrepreneur. L’autre 90% travaille a cause de ces entrepreneurs. Ces gens qui ont des idees et qui prennent des risques.

    Je ne dit pas qu’on doit se mettre a plein ventre devant eux.
    Mais on doit au moins reconnaitre ce qu’ils font.

    Et toi Belz, tu fais partie du 10% ou bien du 90%?
    Tu fais travailler les gens ou bien tu travailles pour quelqu’un d’autre?

  83. « Tu sais quoi?
    Le summon a date que j’ai trouve sur un blog, c’est Galadriel.Je me disais que c’etait IMPOSSIBLE de faire pire que cette pioche.Tranquillement pas vite, ils y en a qui travaillent tres fort pour me convaincre du contraire… »
    – RKR

    Je continue a croire que c’est impossible d’être plus pioche que elle… je peux croire.. non, impossible…

  84. @ rawkenroll.

    Le maire Labeaume a mit son poing sur la table pour le projet d’agrandissement de Jazz à Québec, contrairement à la mairesse Roy-Marinelli qui a écouté les environnementeurs et balancé le projet de construction de Jazz devant GIRAM et tutti quanti pour l’amour de la VUUUUUUUUUUUUUUE des résidents d’en face. Si elle avait mit son poing sur la table comme l’a fait Labeaume, Lévis aurait déjà son Jazz et ma grand-mère y serait déjà , au lieu de se mourir à p’tit feu dans son condo, depuis la mort de mon grand-père. J’emmerde les environnementeurs. C’est le reproche que j’ai à formuler envers votre mairesse. Pour les PPP, c’est vrai que Lévis est en avance sur Québec, mais Labeaume est en train d’inculquer les valeurs entrepreneuriales à la Ville, alors bientà´t, on va vous rejoindre. J’en suis persuadé.

  85. @JLP

    Desole, j’ai pas suivi le projet Jazz.
    Mais la Mairesse n’a pas ecoute les environnementeurs pour Rabaska.

    VUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE: A choisir entre habiter Quebec et voir Levis et habiter Levis et voir Quebec, le choix est simple…

    Cela dit, Levis a le vent dans les voiles. Y’aura plus grand espaces verts aux alentours du palais des congres tres bientot. Et il y a de plus en plus de traffic a la sortie de la Davie.

    Regis va devoir se tenir debout. Vos polices, pompiers et cols bleus ont la tete dure. Mais j’ai confiance en Regis. Il a derape pour la reconstruction du manege militaire, mais bon, il a droit a l’erreur.

  86. @ Belz.

    «Plus que jamais, on doit hausser (fortement) les impà´ts des plus riches afin qu’ils contribuent à cette société dont ils ont tant pris.»

    La meilleure façon de faire fuir tes capitaux! Le coup de pieds au cul qu’il manque aux riches entrepreneurs qui investissent ici pour qu’ils s’en aillent en Ontario ou en Alberta!

    «Quand tu parleras français, recontacte-moi.»

    Ce n’est pas moi qui a écrit: «C’est ça cause…».

    «Ça fait 26 ans qu’on nous sert le néolibéralisme et c’est un échec: la classe moyenne stagne, voire recule, et les choses ne s’améliorent pas. Il est temps d’essayer autre chose que davantage de la même merde.»

    C’est complètement faux ici. Regarde au moins sur quoi tu craches: http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/La-gau-gauche-de-Pepe-Foglia-b1-p59276.htm

    Pierre Foglia, sors de ce corps!

  87. Maudit sois-tu WordPress!

  88. j »ai besoin d’un somme d’argent.
    je suis peuvre et je voudrais commencer mes étides
    merci
    casablancaise-simo@msn.fr

  89. Sérieusement, je crois que l’auteur de blogue souhaite de vivre dans une République de Banane.

    Les jeunes Québecois accordent moins d’intérêt aux Études Universitaire parce que c’est justement « gratuit » (mon oeil).

    Si en bas âge la population voyait les études comme un but dans le vie, une fièrté, nous aurions certainement moins de décrochage avant les études Universitaire, c’est-à-dire au secondaire.

    Aux États-Unis on se force au secondaire pour avoir des bourses d’études et les parents planifient avec les enfants la rentrée future à l’Université. On accorde une importance à ce genre d’études.

    Pour arriver au même résultat, ça passe par l’augmentation des frais de scolarité. Donnez du sérieux au milieu Universitaire.

    Des pognes beignes à l’université on en veut pas et présentement il y a en a! -« c’est pas grave si j’aime pas mon bac.. j’en recommencerai un autre… c’est GRATIS » Ben oui ben oui, c’est ça la vision de la gauche au Québec.. soutirez l’argent de ceux qui ont du sérieux et payez pour ceux qui profites. Voilà le modèle de la République de Banane. Quelle farce.

    Que le Gouvernement(nous)offre l’éducation jusqu’à la fin du secondaire, pas de problème avec ça! Mais pas à l’université! Si tu compte t’endetter, tu vas réussir c’est certain, parce que tu ne voudras pas te ré-endetter ainsi une deuxième fois.

Comments are closed.