Le front de boeuf d’Alain Dubuc


Alain Dubuc, cet ancien maoïste-trotkiste devenu le plus grand défenseur du néolibéralisme et des inégalités sociales (ce qui n’est pas sans nous rappeler quelqu’un) qui sont sa résultante, a pondu un texte assez discret dimanche dernier pour souligner la stagnation du pouvoir d’achat des Canadiens.

Au lieu de s’excuser et de reconnaître que son idéologie du tout-privé est la cause de ce problème, Dubuc blâme la formation et l’éducation, des cibles on-ne-peut plus faciles et abstraites.

Dans les faits, ça fait vingt-cinq ans que le Canada applique le néolibéralisme et toutes les théories économiques débiles et créatrices de pauvreté issues de l’université de Chicago et appliquée dans le tristement célèbre Chili de Pinochet. Ça fait vingt-cinq ans qu’on privatise silencieusement, qu’on attaque les syndicats, et que le taux de syndicalisation – et les salaires de la classe moyenne, puisqu’ils sont intimement liés – baissent ou stagnent. Vingt-cinq ans qu’on nous applique ce remède de cheval de soi-disant « lucides » et soi-disant pour notre bien.

Vingt-cinq ans plus tard, observons les résultats obtenus par la droite au pouvoir: les riches sont (infiniment) plus riches, les pauvres sont plus pauvres, et la classe moyenne s’étiole entre les deux. Bravo! Et c’est cette recette que nos partis de droite que sont le PQ, le PLQ et l’ADQ veulent encore une fois nous enfoncer dans la gorge?

Maintenant ça a le mérite d’être clair: un vote pour la droite, c’est un vote pour davantage de ce qui nous mine depuis vingt-cinq ans. Un vote pour l’immobilisme et une aggravation des inégalités sociales. Un vote contre la classe moyenne et la majorité de la population.

Ça prend vraiment un front de boeuf comme Alain Dubuc pour prêcher un système pendant vingt ans et ensuite rejeter sur d’autres les conséquences directes de celui-ci.

Publicités

10 Réponses

  1. …et vous avez une alternative aux gros méchants capitalistes? Parce que son contraire est un fiasco complet: la forteresse russe communiste a implosé, la Chine et plus récemment Cuba traversent joyeusement du côté « obscur de la force »…

    Ne vous reste que la Corée du Nord et, bien sûr, Chavez….

    Pas fort!!!

    Comme le disait si bien Churchill: « Christophe Colomb a probablement été le premier socialiste au monde: il ne savait pas où il allait, il ne savait pas où il se trouvait et il a accompli tout ça aux frais des contribuables… »

    J’attends vos suggestions!!!

  2. Bon billet Louis… toujours utile de nous rappeler le passé des disciples de l’IEDM!

    @Tenace: s’opposer à un capitalisme sauvage ne veut pas automatiquement dire qu’on rejette son modèle. Louis fait ici allusion aux excès. Plusieurs ont cette habitude d’associer les opposants au néolibéralisme à une adhésion au communisme. En comparaison, ce n’est pas parce qu’on critique les abus des politiciens qu’on exige le démantèlement de l’état!

    Quand cesserons-nous d’associer les gens « progressistes » – ou de gauche si vous préférez, à Cuba ou à la défunte URSS? La très grande majorité des gens qui dénoncent les exagérations des acteurs économiques sont des gens modérés qui ne demandent qu’une remise en question du modèle de croissance économique débridée et une vraie justice sociale.

  3. @ lutopium:

    …et votre alternative au gros méchant capitalisme est…

    Parce que jusqu’à maintenant, vous ne faites, tout comme Louis et la gogoche caviar, que de jouer les gérants d’estrade. On critique, on attaque, on choisit judicieusement « un » cas que l’on monte en épingle pour meiux le vilipender mais SUROTUT, SURTOUT, on se garde bien de proposer une alternative crédible.

    La critique pour la critique (et l’attaque personnelle) telle que pratiquée par vous et vos semblables est à la portée de n’importe quel ballot mais l’évaluation objective avec pistes de solution est une autre affaire qui semble vous échapper complètement.

    Le Canada est un pays qui fait l’envie du reste du monde (à ma connaissance, on voit un peu plus de réfugiés risquer leur vie pour venir vivre ici que de Canadiens qui traversent la mer des Caraïbes sur des embarcations de fortune pour aller se réfugier à Cuba non?) et le néolibéralisme dont on accuse le Canada est effectivement le pire système qui soit…mis à par tous les autres systèmes!

    Tant qu’au terme « progressif » dont vous affublez la gauche, à mon point de vue, tout ce qu’il y a de « progressif » dans votre philosophie, ce sont les coûts et les désavantages pour les travailleurs! Rien d’autre.

    Vous tentez d’ériger en système l’éloge de la paresse et de la fainéantise et vous voudriez que les gens qui ne font aucun effort pour contribuer au bien-être collectif en se levant le matin pour aller travailler continuent éternellement à vivre aux dépends de ceux qui, eux, ont le courage de trimer.

    Tant qu’à l’autre bêtise articulée par Louis à l’effet qu’un vote pour la « droite » est un vote pour l’immobilisme, je voudrais lui faire remarquer que la plupart des projets qui sont actuellement « à l’étude » viennent de la « droite » mais que les groupes de pression qui s’autoproclament populaires et qui tentent de bloquer ces améliorations viennent, eux, de la gauche! Bref, la gauche qui autrefois signifiait nouveauté et revolution s’est encroutée et embourgeoisée et est devenue aujourd’hui un monument d’immobilisme, voire de conservatisme.

  4. @Tenace: vous ne pigez pas! J’essaie de faire preuve de modération et vous continuer de m’associer à des positions que je n’endosse tout simplement pas. Pourquoi dites-vous que je joue le gérant d’estrade? Qu’en savez vous?

    Pourquoi dites-vous que je fais « l’éloge de la paresse »? Où êtes-vous allez pêcher ça? Parce que je prend quelque fois la défense des assistés sociaux, des chômeurs et des syndiqués? Je ne dis pas cependant que ces groupes d’individus ne comptent pas leur part de « paresseux », ça va de soi… Par contre, bien des gens qui se lèvent le matin et se rendent au boulot ne sont guère plus vaillants. « Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie ».

    Qui êtes-vous Tenace? Un patron? Dans l’affirmative, je pourrais comprendre que vous ne vous associez pas aux travailleurs et aux laissés-pour-compte. Je comprendrais que vous défenderiez les grandes entreprises, les monopoles et les oligarchies. Réalisez-vous que la soif d’enrichissement individuel et la promotion de croissance économique débridée est directement responsable d’un grand nombre d’injustices? Si vous êtes un simple travailleur, un citoyen « ordinaire », expliquez-moi pourquoi vous prenez la défense de ces millionnaires qui ne pensent qu’à leur fortune personnelle et qui n’hésitent pas à mettre la vie des gens en danger afin de « protéger » leurs intérêts, leurs acquis et LEUR richesse?

    Encore une fois, je n’ai jamais proposé qu’il fallait faire la révolution et changer drastiquement le système politique et les structures du marché. J’unis tout simplement ma voix à ceux qui dénoncent les abus de certains individus.

    Finalement, je ne dis pas que les tenants de la droite économique n’ont aucun projet intéressant. J’essaie tout simplement de rappeler les dérapages et les mensonges. Par exemple, comment expliquez-vous que l’ADQ ne respecte pas le fonctionnement de ses instances locales en imposant des candidats dans certaines circonscriptions, court-circuitant ainsi les démarches d’investiture? Comment expliquez-vous que ce parti appuie des projets comme Rabaska et Gros-Cacouna alors que le Québec n’a pas besoin de gaz naturel? Pourquoi prétend-on que Mario Dumont fait preuve de créativité en proposant l’abolition des commissions scolaires, en donnant son accord inconditionnel à la privatisation des soins de santé, en alimentant le racisme par l’utilisation de slogans électoraux populistes?

    J’ai toujours apprécié la tenacité de Mario Dumont et sa volonté de changer les choses. J’ai toujours été d’accord avec lui pour modifier le système électoral et encadrer les partis politiques afin d’enrayer la corruption et les inégalités. Je dois dire qu’il me déçoit aujourd’hui. Ne trouvez-vous par que c’est plutôt l’ADQ qui « ..critique, attaque, choisit judicieusement “un” cas que l’on monte en épingle pour mieux le vilipender mais SURTOUT, SURTOUT, qui se garde bien de proposer une alternative crédible »?

  5. Le principal problème, c’est l’étatisme et non pas le tout-privé.

  6. @Tenace

    Vous me faites penser aux disciples de Haine FM ou de antagoniste.net. Vous répétez inlassablement les mêmes crisses de mantras éculés appris par coeur!

    Le problème avec le drouate étatiste, c’est qu’elle contre le libre-marché et contre la réduction de la taille de l’État alors qu’elle prétend le contraire.

    Le but ultime de la drouate étatiste est de saccager les programmes sociaux pour détourner l’argent à leur propres fins (subventions aux corporations, police et répression des crimes imaginaires sans victime, armée, groupes religieux).

    Faites le ménage de votre propre cour avant de blâmer les gaugauchistes étatistes. Vous êtes encore pires qu’eux!

  7. @ anarcho-pragmatiste: le but ultime que JE poursuis est d’effectivement réduire la taille gigantesque de L’État (« Bientôt, on va demander à l’État de nous tenir la bizoune quand on va aller pisser. Vous trouvez ça normal, vous? Est-ce si dur de se prendre en charge? » – Richard Martineau, « La faute aux autres», Le Journal de Montréal, 17/04/2008″ ) mais pour mieux redonner cet argent aux contribuables et non pour le transférer en subventions aux « grosses méchantes sociétés ». Je crois à la liberté d’entreprise et au choix individuel (contrairement à ce que vous affirmez…). Je crois que les Québécois sont assez intelligents pour savoir dépenser LEUR argent eux-mêmes et qu’ils n’ont pas besoin d’un troupeau de fonctionnaires grassement payés et protégés mur-à-mur pour le faire à leur place. N’êtes pas d’accord avec ça? Vous croyez les Québécois trop tarés? J’attends vos explications…

    @ lutopium: Je vous ai bien lu et vous ne proposez toujours RIEN…aucune alternative… Vous vous contentez « d’unir tout simplement ma voix à ceux qui dénoncent les abus de certains individus… » Comme si les autres régimes n’avaient pas eux également leur lot d’abus (voir Staline et son goulag ou Castro – dénoncé par sa propre fille soit dit en passant – et ses prisons pour dissidents politiques).

    Ce que je suis (patron, employé, chômeur, etc.) n’a aucune importance. Ce sont les idées qui le sont (en passant, il y a beaucoup plus de monopoles étatiques que privé d’où les innombrables problèmes auxquels nous faisons actuellement face…) et je ne partage pas du tout l’idéologie adéquiste. Je suis apolitique mais j’ai une tendance envers le réalisme.

    @ Louis: Tant qu’au myhte qui veut que « les riches s’enrichissent encore plus pendant que les pauvres s’appauvrissent », j’invite Louis à lire cet article:

    http://www.cyberpresse.ca/article/20080508/CPOPINIONS02/805080896/6732/CPOPINIONS

  8. @Lutopium:

    Car ce n’est pas tous les gauchistes comme vous qui sont modérés, il y a beaucoup d’extrémistes mais qui curieusement veulent le beurre, l’argent du beurre et le cul de la fermière avec.

  9. @Tenace: tu reviens encore avec Staline et Cuba… Incroyable.

    Je ne suis pas un entrepreneur, alors non, je ne propose pas de projets d’affaires. Pas mon bag. Et toi, gères-tu ton propre commerce? As-tu fait preuve d’initiative entrepreneuriale?

    J’ai cependant l’impression que je propose de nouvelles façons de partager le pouvoir entre l’entreprise privée et les travailleurs, les citoyens, le monde ordinaire, la majorité silencieuse, celle qui n’a aucun pouvoir. Pas tanné toi de te faire remonter les hémorroides tous les matins?

  10. @ Lutopium:

    Je reviens à Staline, Castro, etc, pour la simple raison que vous m’y forcez: si l’on pousse un p’tit peu vers son paroxysme le système interventioniste à tout crin de l’État que vous défendez avec tant d’acharnement, c’est là que ça finira. L’interventionisme étatique entraîne plus d’intervention étatique tout sinplement pour corriger les erreurs du système interventioniste qui, lui, engendre encore et encore de l’interventionisme. Vous n’avez qu’à regarder ce qui se passe au Québec. Il n’y a pas une seule journée où les citoyens ne demandent pas, soit directement eux-mêmes ou soit au travers des groupes de pression soit disant « populaires », que l’État n’intervienne quelque part, le plus souvent pour régler un problème qu’il a lui-même créé, gracieuseté de l’interventionisme systématique québécois. Et ça fait l’affaire des syndicats et des groupes de pression car plus d’interventionisme = plus de programmes étatiques = plus d’employés de l’État = plus de membres pour les grosses centrales syndicales. Les groupes de pression y trouvent également leur compte car ils n’ont qu’une seule instance à convaincre pour avoir accès à leurs subventions et à leurs privilèges au lieu d’avoir à convaincre une population entière, citoyen par citoyen. De cette façon, TOUS les contribuables sont « solidaires de la cause » via les taxes et impôts qu’ils paient, incluant ceux qui sont diamétralement opposés à la croisade défendue.

    Il faut redonner le pouvoir au citoyen en réduisant la taille gargantuesque de l’État et lui donner DES CHOIX!

Comments are closed.