Manque de volonté

Il y a quelque chose de malsain dans tout ce débat à l’Assemblée nationale entourant la décision de Remstar de fermer le service d’informations de TQS et de tout centraliser vers Montréal. On entend à peu près tous les partis en place dénoncer la situation et faire des pieds et des mains pour démontrer leur impuissance et que tout est la faute au CRTC et au fédéral. Pratique. Mais c’est une mentalité de perdants.

En effet, les Charest, Marois et Dumont ne font que montrer leur peu de vision en s’accrochant à TQS comme si soudainement le canal Loft-Story à l’information-spectacle déficiente voire malsaine était une merveille télévisuelle. Nous avons les moyens d’avoir une télévision nationale riche, diversifiée, et avec une excellente information à la mesure de ce que font la BBC en Angleterre ou Radio-Canada chez nos voisins canadiens.

Et cette télévision s’appelle Télé-Québec.

Pendant qu’on les entend s’époumoner qu’ils ne peuvent rien faire, on oublie que autant les gouvernements péquistes que libéraux ont sabré sauvagement dans les budgets de Télé-Québec depuis plus d’une décennie. D’une télévision vivant sur le respirateur artificiel notre télé nationale est devenue une télévision zombie, s’adressant à un auditoire ridicule et offrant un contenu plus que limité.

Ce n’est pas un manque de moyens qui empêchent nos politiciens de protéger la diversité de l’information et la richesse de notre culture nationale à la grandeur de nos régions. C’est un manque de volonté. L’absence de désir ou de fierté de se doter d’une véritable BBC québécoise qui serait le fleuron de notre culture dans le monde francophone et le fer de lance de notre désir de nous affirmer collectivement en tant que société distincte.

Que des partis fédéralistes comme l’ADQ ou le PLQ ne puissent concevoir pareille mesure, on se l’explique. Mais que le PQ ne songe même pas à proposer un refinancement MASSIF de Télé-Québec et l’obligation pour celle-ci d’offrir des bulletins d’information m’éloigne encore davantage de Pauline Marois et de sa bande de bouffons qui se prétendent indépendantistes.

Publicités

7 Réponses

  1. Excellent billet Louis !

    Depuis quelques semaines, je suis heureux de constater la qualité intellectuelle de tes derniers articles. En effet, pour le bien de tous, je pense que sur ton blogue, tu as réussi à rééquilibrer adéquatement tes énergies émotives pour focaliser sur l’essence de tes opinions.

    Dans le cas de cet article, j’espère justement que ton message se rendra aux oreilles du PQ… Daniel Turp serait peut-être le seul à y trouver un quelconque intérêt.

    Mais puisque le milieu politique est de toute façon gangrené par des ambitieux sans vision collective, il ne faudra pas s’étonner des nombreux bris de communication dans l’intelligentsia souverainiste (faudrait d’ailleurs maintenant en parler d’elle à l’imparfait). Si le PQ était vraiment intelligent, il engagerait des conseillers de ta trempe plutôt que des insipides carriéristes cravatés issus des réseaux «ti-namis-têteux-je-veux-être-élu-ou-avoir-une-job». Pas étonnant que ce parti ne soit plus en mesure de reconnaitre le talent… la médiocrité ambiante étouffe le Québec.

  2. Bon billet. Juste un léger détail. Des bulletins de nouvelles à Télé-Québec seraient aussi légaux que l’abandon de l’information à TQS. Y’ont juste pas le droit. Concrètement, la licence du CRTC fait des antennes provinciales des télévisions éducatives. Traduction: l’information et les affaires internationales c’est la chasse gardée de Radio-Can. Dubuc a déjà écris des affaires intéressantes à ce sujet.

  3. Nicolas a raison. J’ajouterais même que la SRC fait un très bon travail, c’est le seul réseau francophone qui investit dans la couverture de l’information internationale.

    Certes, les nationalistes disent que la SRC est une machine à propagande d’Ottawa alors que les fédéralistes disent que c’est une antenne du PQ.

    P-e suis-je trop centriste, mais j’ai senti les DEUX sur le réseau français. Ce qui me fait très plaisir, car je ne crois pas que la télévision publique a une quelconque mission de nation-building et donc pour moi la vraie propagande d’Ottawa elle est dans le flag-waving de CBC.

    En supposant que la description de ton Télé-Québec idéal est d’en faire une télévision nationaliste, voire même souverainiste ou péquiste, on entre dans ce climat de flag-waving, qui je crois ne plaira pas à tous.

    Un lecteur habitant l’Angleterre pourra préciser, mais je crois que la BBC est très idéalisée de l’étranger alors qu’en pratique, les Britanniques ont décroché.

    – La BBC produit beaucoup d’émissions poubelle comme un Star Académie anglais (Fame Academy), des soaps (EastEnders), des émissions de décorations (Changing Rooms) et des remakes de concepts US (The Apprentice UK).
    – Les Écossais et les Gallois reprochent à la BBC de ne parler que de l’Angleterre dans ses bulletins nationaux. En Irlande du Nord, on dit qu’elle supporte les protestants. Les Anglais, eux, trouvent que les régions hors de Londres ne sont pas assez représentées.
    – On connait tes opinions sur les politiques à la trudeau, bien la BBC est un exemple de political correctness extrême par rapport au multiculturalisme. Elle a même un réseau de radio destiné aux gens originaires d’Asie du Sud vivant en Angleterre et diffusant en langues des communautés immigrantes.
    – La redevance est très élevée et c’est quelque chose de plus en plus controversé en Grande-Bretagne.

  4. Bon d’accord, TQS a fait des erreurs dans le passé et Zouf Story en est l’exemple le plus frappant. Mais, mettre à la porte 270 employés qui, à chaque jour, mettent leurs tripes, leur coeur, leur sang et leur sueur à nous concocter des nouvelles régionales de qualité, c’est avoir les régions dans le trou de cul et, encore une fois, le maire Régis Labeaume défend la ville de Québec avec force, courage et leadership pour que la mission de TQS se poursuive, comme en a décidé le CRTC en donnant une licence à TQS, et ce, n’en déplaise à Remstar.

    Les plus brillants cerveaux du monde de l’information doivent continuer à faire entendre leur voie sur les ondes: les Jean-Luc Mongrain, Esther Bégin, Josée Turmel, Bruno Savard, Manon Roy, Jean-Luc Lavallée, Gérard Deltell, Michel Gauthier, Nathalie Roy, Richard Desmarais, etc., car nous avons besoin d’eux pour la qualité de nos nouvelles et le Québec a besoin d’eux, tout comme il a besoin du maire Stéphane Gendron, du docteur Pierre Mailloux, de l’ex-juge Andrée Ruffo, de la coroner Catherine Rudel-Tessier, du docteur Gilles Julien, du docteur Jean-François Chicoine, de Paul Arcand, de Denis Lévesque, de Pierre-Hughues Boisvenu et de chroniqueurs chevronnés, comme Richard Martineau, Jean-Jacques Samson et Joseph Facal. Je suis également triste pour les Pierre Brassard, Gildor Roy, Guy Fournier et Chantal Lacroix qui sont également remerciés sans raison valable par Remstar.

    Rien, mais absolument rien, ne justifiait de fermer la salle de nouvelles de TQS. Les frères Rémillard profitent seulement de la mauvaise situation financière de TQS pour fermer les nouvelles régionales et ainsi amplifier la montréalisation de l’information. Lorsque les médias d’un pays ne nous montre les nouvelles que sous un oeil urbain, on peut dire que l’opinion publique, et donc la démocratie, sont inévitablement biaisées et cette ville qui monopolise les ondes ne vaut pas mieux que GESCA et Quebecor qui nous montre toujours uniquement que la partie des nouvelles qui fait leur affaire. Radio-Canada ne fait pas exception à ce biais médiatique, quand on pense que Tout le monde en parle a invité dimanche soir Sylvie Tremblay, une obscure ex-vice-présidente de l’ADQ que personne ne connaissait et qui a claqué la porte du parti pour encore descendre l’ADQ et sa politique familiale qui est indispensable pour corriger l’injustice sociale créée par les CPE et donner le libre choix aux parents pour la garde de leurs enfants. Les médias montréalais ont seulement traité du négatif qui a entouré le parti, depuis 1 an, en mettant au rancart le positif. La preuve la plus flagrante est la couverture médiatique du Congrès de l’ADQ où plusieurs propositions d’envergure ont été adoptées, mais les médias montréalais ont préféré inventer une bisbille interne sur le double salaire de Mario Dumont. Les médias montréalais sont en mission, depuis 1 an, pour détruire l’ADQ, comme ils l’ont fait avec le Crédit social, parce que Montréal tire des avantages de l’alternance PLQ-PQ qui perdure depuis 30 ans, car l’ouest de Montréal est vendu aux libéraux et l’est de Montréal est vendu aux péquistes. Le plus triste dans tout ça, c’est que vous êtes en train de réussir votre coup pour préserver le statut quo qui est en train de nous exploser en pleine face. Après, allez me dire que Tout le monde en parle n’est pas un dîner de cons pour la gau-gauche multiculturaliste, syndicalo-péquiste, fémi-fasciste, pro-BS et pro-impôts de Montréal représentée par une gang d’écologogos, granos, végétaliens et intellos du Plateau Mont-Royal qui méprisent les régions avec comme grand Inquisiteur, Guy A. Lepage!

    Combien de gens des régions Guy A. Lepage a-t-il invité sur son plateau, depuis le début de son émission, hein? Il y a eu plus d’Européens et de Français que de gens des régions qui sont allés à Tout le monde en parle et à chaque fois qu’il invite du monde des régions, c’est pour rire d’eux ou pour les détruire. La mairesse Andrée Boucher, Stéphane Gendron, le docteur Pierre Mailloux, André Drouin et Jeff Fillion en sont des exemples très frappants de la fermeture d’esprit de Montréal envers les régions dont Guy A. Lepage est le digne représentant idéologique. Il a clairement dit dans une entrevue dans l’Actualité en décembre dernier : «Moi, ce qui se passe à San Francisco, ce qui se passe à Paris, à Londres me touche. En dehors de Montréal, non! Je suis plus touché par ce qui se passe dans les grandes villes ailleurs dans le monde et à Montréal que par ce qui se passe ailleurs au Québec et ça inclut la ville de Québec, car je m’en sacre.». Pourquoi ne pas avoir invité Jacques Tanguay ou Michel Cadrin ou Jean Leclerc ou Marcel Aubut ou Patrick Roy ou Kalyna Roberge, de grands talents qui s’expriment très bien et qui font la fierté de Québec, soit dans le monde des affaires, soit dans le sport? Mais, parce qu’il se sacre de nous autres, c’est aussi simple que ça.

    Alors, inutile de voir Montréal et Guy A. Lepage pleuré la perte de TQS, car, à l’automne, ce ne sera plus TQS. Josée Turmel a raison. Vous avez toujours snobé cette station qui faisait des pieds et des mains pour nous présenter des nouvelles locales les plus concises et les plus rigoureuses possibles. TQS était un plus pour la rigueur journalistique et la rigueur entourant la justice sociale et la protection du bien commun populaire en équilibrant les forces dans un monde où les médias spinnent les messages qu’ils veulent bien nous faire passer (GESCA, Quebecor). De plus, TQS faisait confiance aux jeunes en étant la station où plusieurs journalistes ont aiguisé leurs armes, ce qui la faisait être proche du peuple et des citoyens ordinaires. Il n’y a aucune station qui aura le courage de continuer l’œuvre de TQS et c’est ça, la tragédie que les régions et que Québec vivent présentement et vivront pendant très longtemps, car ce sera un grand vide. Mais, Montréal se sacre de tout ça, ses médias ayant rebaptisé cette station-là Ti-Q-S, affichant ainsi la crainte de cet obstacle pour étendre son hégémonie sur tout le Québec. Un jour, j’espère qu’un tribunal sera assez fort pour arrêter l’impérialisme de cette ville qui se croit le nombril du monde, alors que vous n’êtes plus le centre économique du Canada, c’est Toronto. Réveillez-vous, bordel!

  5. Jean-Luc, pars-toi en une une station de télévision des régions. Si tu crois qu’il y a un marché pour, vas-y! Où sont les gens d’affaires de Québec pour lancer une chaine de télé sur Québec, de Québec pour Québec?

    Tu passes ton temps à dire que Montréal dirige tout, ben personne n’est obligé de suivre!

    Au Danemark, les gens du sud se sont tellement écoeurés de ne voir que Copenhague à la tv qu’ils ont lancé TV Syd en 1984 et que ça a été une condition de licence pour TV 2 qu’elle s’installe ailleurs que dans la capitale!

    D’ailleurs, comme on dit montréalisation au Québec, en danois il existe le mot Koebenhavneri pour parler de la sur-exposition de la capitale!

    Québec veut rayonner dans le monde, qu’elle le fasse! Si elle n’est pas reconnue à Montréal, on s’en calisse. D’ailleurs, pkoi faudrait-il absolument que les Montréalais admirent Québec? Le monde de 2008 n’est pas limité au Québec. Nous sommes dans une planète sans limite.

    Si j’ai 2 semaines de vacances, je peux rester à la maison comme je peux aller en Thailande ou dans la ville voisine – seul mon budget et mes goûts limitent le choix.

    Tant en vivant au Saguenay qu’à Montréal, je suis allé à Québec une soirée faire le party ou magasiner. Je fais ça en Allemagne aussi, 200 km pour souper avec des amis.

    Présentement en Allemagne, il y a une grosse campagne de publicité de Tourisme Alberta. Ils sont où les pubs du 400ième? C’est inacceptable, la Ville de Québec devait penser à ça aussi! C’est honteux de voir qu’il n’y en ait pas. Et même si pour toi je suis un traitre, sache que j’aurais été très fier de voir une pub de Québec dans ma station de métro à Berlin!

    C’est un syndrome de colonisé que d’attendre que les gens nous donnent de l’attention. Et c’est penser incroyablement petit de croire que le seul succès c’est de « conquérir » la ville à 250 km de là!

    Quand on fait un projet à Berlin, on compare à New York, Londres, Paris, Tokyo… Ce n’est pas Potsdam qui nous intéresse!

  6. Bravo pour ton billet. T’as raison de signaler l’hypocrisie de nos politiciens face à la télé en négligeant Télé-Québec. Et le pq manque une belle occasion en ne tentant pas de rassembler les québécois autour d’une télévision nationale.

  7. Vous me faites bien rire avec vos airs de vierge offensée!!!

    La fermeture des salles de nouvelles régionales et montréalaise de TQS ne changera strictement rien à la couverture et à la diversivication de l’information (CKAC a fermé sa salle de nouvelles il y a quelque temps et avez-vous vu une différence???). Il existe des stations de radio et des journaux qui couvrent très bien merci ce genre de nouvelles sans compter le réseau Internet. D’ailleurs, ceux qui montent aujourd’hui aux barricades pour défendre TQS sont probablement les mêmes qui tournaient en ridicule cette même station hier. Au demeurant, qui écoutait les nouvelles de TQS? Hein?

    Les journaleux de TQS (et les autres journaleux qui les appuient) qui se drapent derrière la « diversivication de l’information » ne défendent qu’une seule chose: LEUR JOB point à la ligne. Je les comprend mais je ne les appuie pas du tout. N’oublions pas que n’eût été de REMSTAR qui a acheté cette entreprise EN FAILLITE, c’est TOUTE la station qui aurait fermé INCLUANT la salle des nouvelles. Au moins, un peu plus de 200 jobs seront sauvées…

    Pour ce qui est du misérable Télé-Québec, rien…absolument RIEN n’empêche les gens de l’écouter, or, son auditoire oscille en bas de 5% et nous coûte des dizaines de millions par année, millions qui pourraient être beaucoup mieux investis si cette épave était carrément fermée!

Comments are closed.