Les Conservateurs ont compris

Les Conservateurs ont compris comment se joue la game. Le Québec profond ne veut pas de mesures de ceci, de commissions de cela, de pouvoirs de ceci ou de cela. Non, le Québec profond veut de la reconnaissance, surtout si celle-ci se fait contre « Mourial ». Voilà pourquoi les ruraux ont voté pour le Parti Conservateur la dernière fois, et voilà bien pourquoi le Bloc Québécois doit être profondément inquiet des déclarations de Blackburn selon lesquelles le PC serait prêt à rouvrir la Constitution pour faire une place au Québec.

Mais ne soyons pas dupes: de reconnaître le Québec en tant que nation et même de l’enchâsser dans la constitution ne changera rien. Ça n’empêchera pas des Québécois d’aller se faire exploser la cervelle en Afghanistan pour l’Oncle Sam, ou le Canada de se tenir loin de l’accord de Kyoto, ou le PC d’accentuer le virage à droite entreprit depuis une bonne décennie. Ça ne changera rien.

Sauf que…

Sauf qu’avec le Parti Québécois qui a renié son article un et qui est désormais devenu un parti fédéraliste comme les autres, le Bloc Québécois peut de moins en moins justifier sa présence à Ottawa. Auparavant, il pouvait toujours affirmer « nous préparons le terrain pour l’accession à la souveraineté », mais à quoi ça peut bien servir maintenant que le Parti Québécois a tué le projet? Le PC l’a compris: puisque le projet souverainiste est à l’agonie, c’est le moment idéal pour couper l’herbe sous les pieds du Bloc et leur rappeler qu’ils sont bien loin de chez eux à Ottawa.

Oui, les Conservateurs ont compris. Ils ont compris que la meilleure façon de prendre le pouvoir n’est pas d’offrir la lune, mais simplement de profiter des faiblesses de ses adversaires pour offrir le strict minimum… plus un. Et peu importe si par la suite on gouverne en allant à l’encontre des valeurs des Québécois. « On vous aime, on a reconnu votre nation, maintenant fermez votre gueule et marchez au pas! »

4 Réponses

  1. La population vieillit, elle a besoin d’être rassurée et de se sentir en sécurité.

    C’est pas le temps, pour de plus en plus de gens, de parler de souveraineté et de risques d’une plus ou moins longue période d’instabilité économique suite à cette décision alors qu’ils ne veulent que toucher l’argent qu’on leur a promis pour leur retraite.

    Il faut plutôt réagir fortement face à de petits événements qui sont souvent dénaturés.

    Pour cet électorat, c’est pas plus le temps de parler d’accueillir plus de gens différents d’ailleurs dans le monde pour pallier aux employés qualifiés que l’on a besoin. Ils ont peur de perdre ce sentiment, justement, de sécurité.

    L’ADQ surtout et les Conservateurs jouent bien la game, oui.
    Mais ce repli identitaire ou moral vers des partis populistes me semble plutôt l’une des conséquences d’un problème démographique.
    Pour le nommer, celui du vieillissement de la population dans plusieurs de nos régions qui n’ont pas su innover pour attirer des emplois puis des jeunes (comme à plusieurs endroits dans le monde).

    Les récentes modifications aux circonscriptions électorales vont probablement faire perdre du poids à ces gens en région et en banlieue qui, trop souvent à tort, préfèrent que l’on préserve une vision arriérée et déconnectée de ce que doit être le Québec.

    Mais allions aussi à cela le fait que les Libéraux font assez mous, surtout avec un chef sans envergure, ni charisme comme Stéphane Dion et avec l’effet du scandale des commandites.

    Le vote des vrais fédéralistes s’est concentré dans un seul parti au fédéral, les Conservateurs.

  2. Les propos de Blackburn furent un poisson d’avril.

  3. Très bon billet Louis, mais je ne suis pas d’accord avec deux choses.

    1) Le PQ est toujours un parti séparatiste et le Bloc a toujours sa place. Cesse de croire tout ce que Jean Charest dit et la une sensationnaliste du Journal de Montreal lors de la semaine dernière.

    http://jesopinions.blogspot.com/2008/04/jose-une-potiche.html

    2) Le projet séparatiste n’est pas à l’agonie mais il est latent. Il a besoin d’une étincelle pour se réveiller: une bonne vieille chicane constitutionnelle!

  4. @ Louis je-ne-sais-pas-trop-qui (ce n’est pas brave de ne pas donner ton nom de famille en passant).

    1) Les «ruraux», comme tu nous appelles de façon tellement élégante, mérite le respect. C’est exactement ce genre de clichés mourialistes qui accentue la haine envers Mourial et ses habitants. Je te soupçonne même de n’avoir jamais mit les pieds en région de toute ta vie. Comme Guy A. Lepage, t’intéresserais-tu plus à Montréal, Boston, Toronto, Ottawa, Vancouver, Los Angeles, Londres, Paris, Mexico et aux autres centres urbains du monde qu’à ce qui se passe ailleurs au Québec comme, par exemple, à la ville de Québec? J’espère que non et, pour que tu puisses me prouver le contraire, je vais te demander tes opinions sur l’incendie qui a ravagé le Manège militaire, le dossier sur la fluoration de l’eau, le Plan sur la gouvernance du maire Régis Labeaume pour réduire le nombre de conseillers municipaux et le nombre d’arrondissements, les Fêtes du 400e et les négociations des conventions collectives des pompiers et des policiers.

    2) Si je ne m’abuse, ce blogue est un blogue démocrate, non? Lorsqu’on est démocrate, on se doit de respecter la décision du peuple, ce qui veut dire que Mourial n’a aucun droit de nous planter sur nos choix politiques. En 2005, on a voté pour Andrée Boucher: c’était un trip collectif d’une gang de villageois inculte qui se sont laissés impressionner par la face de clown de la «Poune de la politique». En 2006, on a voté conservateur et André Arthur (Portneuf): on est une gang de twits qui n’ont rien compris aux enjeux de l’élection, alors que Mourial a réélu les voleurs de libéraux, ce qui a presque faillit les remettre au pouvoir. En mars 2007, on a voté pour l’ADQ: on est une gang de trisomiques bons à enfermer. En décembre 2007, lorsqu’on a voté pour Régis Labeaume, je m’amusais à regarder la face des journalistes de Mourial se décrisper à vue d’oeil. C’était du pur bonbon.

    Juste pour te faire rager, si j’avais eu le droit de vote en 2005, j’aurais voté pour madame Boucher sans hésitation (je l’appuyais même en 2001) et en 2006, j’aurais voté conservateur, juste pour m’assurer d’une défaite des libéraux. Par contre, l’élection du 26 mars 2007 a été ma première élection et j’ai voté pour l’ADQ (quoique je commence à sérieusement le regretter) et en décembre 2007, j’ai voté pour Régis Labeaume (un vote que je ne regrette absolument pas).

    3) Je te conduis à ce billet que j’ai fait le 30 mars dernier: http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/Le-sondage-au-federal-b1-p57.htm

    4) Avant que tu me sortes des épithètes, saches que je suis un pur indépendantiste, un anti-Parti libéral, anti-Bush, anti-impérialiste, anti-religion, laïciste et un homme de droite de style scandinave et «new labour» pimenté un peu des théories créditistes populaires et humanistes, mais pas une droite néo-conservatrice et pro-guerre comme George W. Bush, Dick Cheney et David Gagnon. Je suis également régionaliste, anti-impôt, anti-BS et anti-syndicaliste. J’appuie également ouvertement Barack Obama à l’élection présidentielle des États-Unis, je suis pour le libre-choix en matière d’avortement, pour les mariages entre conjoints de même sexe et pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires. Pour en savoir plus, visites mon blogue!

Comments are closed.