Vive les bagarres!

Il semblerait que la ministre Courchesne annoncera l’interdiction des bagarres dans tout le hockey mineur au Québec. Cette décision est l’oeuvre d’une néophyte dans le hockey qui confond deux choses très différentes: agression et batailles.

En effet, les images de Jonathan Roy attaquant le gardien Bobby Nadeau ne sont pas des images de bagarres, mais bien celles d’une agression, car il est évident que Nadeau ne veut pas se battre. De telles agressions doivent être punies sévèrement.

Par contre, dans le cas de bagarres consentantes, c’est-à-dire quand les deux joueurs choisissent de se battre, on devrait les laisser vivre avec les conséquences de leurs actes. Car qu’on le veuille ou non, la bagarre fait partie du sport.

En anesthésiant le hockey comme la ministre Courchesne semble vouloir le faire, on le ramènera peut-être au rang de platitude de nombreux autres sports. Car ne nous le cachons pas: les bagarres sont une particularité du hockey et les gens AIMENT voir des bagarres, moi le premier.

Quand il y en a une, je crie, je hurle, je donne des coups dans le vide. Je frappe et je défonce par procuration; je vis à travers ce joueur auquel je m’identifie. Ça défoule, ça permet de faire sortir la pression d’une vie souvent un peu trop prévisible et diminuée. Ça fait couler la testostérone dans les veines de milliers d’amateurs sans faire de mal à personne.

Et on veut enlever ça?

On n’est quand même plus au temps des Romains, avec des décapitations publiques, des écartellements, des chrétiens dévorés par les lions et des gladiateurs s’enfonçant des pieux dans l’estomac. Mais on a besoin de violence. On en a besoin pour canaliser positivement le trop plein d’énergie destructrice présente en chacun.

On tape dans le vide, on se défoule dans l’imagination au lieu d’aller taper son prochain dans la vraie vie.

Enlever les bagarres au hockey serait une erreur monumentale. Non seulement ça rendrait ce sport pas mal plus plate, mais cette émasculation du hockey détournerait d’un enjeu beaucoup plus important: l’importance de la canalisation des énergies destructrices et l’apport positif de cette canalisation pour la société.

Au lieu de s’attaquer à ces saines bagarres, la ministre Courchesne ferait bien de se chercher une autre cause pour se faire du capital politique. Car en mettant sur un même pied des bagarres entre joueurs consentants et une agression violente inutile et gratuite, c’est non seulement au monde du hockey qu’elle s’attaque mais aussi à l’intelligence des amateurs … de politique!

Publicités

7 Réponses

  1. Je ne suis pas un amateur de hockey, mais je peux concevoir que les bagarres font parti du sport et même que ça peut être sain, tant pour les joueurs que les partisans. Probablement que la ministre va trop loin en voulant interdire les bagarres, surtout à l’âge où sont rendus les joueurs de la LHJMQ.

    Cependant, vu de l’extérieur, j’ai souvent l’impression que la rivalité est telle entre certaines équipes (et leurs partisans) que l’agressivité dépasse le cadre sportif pour se transformer en véritable arène romaine, justement. Les joueurs de l’équipe adverse reçoivent plus d’insultes à la «minute carrée» que Guy Cloutier lorsqu’on a appris qu’il était vraiment coupable.

    J’exagère, assurément et sciemment, mais c’est pour démontrer mon impression 😉

  2. « Saines bagarres »? Depuis quand la violence gratuite est saine!

    Je suis contre la violence au Hockey.

    J’ai justement écrit un billet la dessus:
    http://web.cgaspesie.qc.ca/crioux/wordpress/?p=84

  3. Excellent billet Louis!

    6 sur 5!

    Paradoxalement Monsieur Rioux, vous ne faites pas le lien entre l’abolition des bagarres et la montée du fémi-fascisme au Québec. J’y vois une contradiction dans votre raisonnement.

  4. Dans le blogue du Québécois Libre (un blogue libertarien), ils en parlent et ils ont la même opinion.

    http://www.leblogueduql.org/2008/03/la-violence-tat.html

    Et je cite un de mes commentaires:

    Les bagarres et les actes brutaux masculins CONSENTIS font partie intégrante du hockey junior majeur et du hockey professionnel et c’est très bien ainsi. Les foules adorent ça. C’est la prérogative de la Ligue de réglementer elle-même ce genre de comportement qui amène des foules et du pognon $$$$$ dans les poches des propriétaires: l’État ne doit pas s’en mêler.

    Bien sûr, le geste de Jonathan Roy est un acte criminel en raison du fait que Bobby Nadeau ne s’est pas défendu et je n’aurais aucun problème à ce que la justice s’en mêle, MAIS SEULEMENT SI Bobby Nadeau porte plainte.

    Mais d’aucune façon des adultes (le cas des 16-17 ans peut se discuter à la limite mais je vous rappelle qu’ils ont le droit d’obtenir un permis de conduire) qui CONSENTENT à se battre commettent un acte criminel.

    Les fémi-fascistes ont trouvé un nouveau cheval de bataille pour féminiser le masculin.

  5. Peut-on vraiment parler de violence lorsque deux adultes CONSENTANTS se battent?

    Acte brutal masculin oui, mais violence non!

    L’assaut de Jonathan Roy est un acte de violence mais pas une bagarre entre Brashear et Laraque!

  6. Dans un sport de contact, il y aura toujours de la bagarre (il y en a même dans les sports sans contact direct comme au baseball…imaginez le hockey), cependant, si vous voulez VRAIMENT réduire le nombre de ce genre de combat, frappez là où ça fait mal: dans le portefeuille!

    Distribuez de GROSSES amendes aux joueurs et aux équipes impliquées. Verrez comment ça dissuade. Je vous le garantie!

  7. C’est un non événement et on en parle uniquement parce que Patrick Roy est l’entraîneur des Remparts de Québec, rien de plus rien de moins. Encore la bonne vieille jalousie des Québécois envers les gens qui ont réussi, c’est pire qu’une maladie contagieuse! Il ne faut pas que le voisin en ait plus que moi et patati et patata!

    Et puis, ce sont les Sags qui ont commencé la bagarre. Un attaquant des Sags avait sauté sur Maxime Lacroix des Remparts, d’où l’échafourrée générale à laquelle on a eu droit, mais ça personne n’en parle. LCN (Le Canal Nadeau) a montré l’image de cette attaque 2 fois: la première fois pour nous mettre dans le contexte et la deuxième fois était une erreur, la journaliste l’a dit. Parlant de la journaliste de LCN, lorsqu’elle interviewait quelqu’un qui n’était pas nécessairement de son avis là-dessus (ou de l’avis de Quebecor, puisque cet empire a débuté la croisade anti-Roy avec Rad-Can), elle reprenait son invité en onde pour qu’il dise comme elle (ou comme PKP).

    Ce non événement a été monté en épingle par Quebecor, Rad-Can et Mourial pour faire du Patrick Roy bashing et du Quebec city bashing en exagérant l’attaque de Jonathan Roy envers Bobby Nadeau. LCN est Le Canal Nadeau, rien de plus rien de moins. Patrick Roy a tout donné à Mourial, mais Mourial n’a jamais mérité un athlète à la hauteur de Patrick Roy.

    Tous les médias et tous les journalistes ont souillé leur code d’éthique en amplifiant ce non événement! C’est drôle qu’il n’y avait aucun média de Mourial qui a rapporté la nouvelle concernant la bouteille d’eau glacée qu’un partisan des Sags avait lancé sur la patinoire du Colisée de Québec, lors d’un match Remparts-Sags la saison dernière, hein! Les médias de Mourial se sont discrédités et ont prouvé leur incompétence.

    http://lequebecdedemain.dansmonblog.com/Premier-blog-b1/L-incontournable-nouvelle-du-conge-de-Paques-b1-p45.htm

Comments are closed.