Les traîtres du français

J’ai visité un site assez étrange dernièrement. Intitulé Angryfrenchguy, ce blogue à la qualité plutôt moyenne possède la particularité suivante: la majorité des participants sont des Québécois (et donc francophones) et ils se parlent tous en anglais. Et le tout – comble du ridicule – soit disant pour mieux défendre les intérêts du Québec…

Il va sans dire que je n’ai pas plus de respect pour quelqu’un qui prétend défendre le français en anglais que j’en ai pour un pays qui en bombarde un autre au nom de la paix ou pour un violeur qui viole au nom de la virginité. Par quelle logique tordue peut-on être assez imbécile pour croire que c’est en adoptant la langue de la majorité dominante – que dis-je, en la vénérant assez pour l’utiliser jusque dans des commentaires entre Québécois – qu’on puisse la protéger?

Mathieu Gauthier-Pilote me répond:

Si on fait un petit calcul rapide et conservateur, considérant qu’il y a seulement 20 millions d’Américains progressistes sur 300 millions, seulement 20% des Écossais et des Irlandais, seulement 10% des Indiens, Australiens et autres, on arrive à un nombre qui dépasse plusieurs fois la population totale du Québec.

Toutes ces personnes, lorsqu’elles s’intéressent au Québec, tombent d’abord sur les médias du Canada anglais qui sont contrôlés par des adversaires du Québec français, du Québec libre. Nous n’aurons jamais la liberté d’exprimer notre point de vue librement via ces médias, mais le Corporate Canada et Ottawa ne peuvent rien faire contre les sites Internet. La voie est libre, le terrain est déminé.

Malheureusement pour M. Gauthier-Pilote, ce ne sont ni les Américains progressistes, ni les Écossais, ni les Irlandais, ni les Indiens ou les Australiens qui feront l’indépendance du Québec et assurerons la pérennité de la langue française. Cette langue, ce pays, c’est le nôtre, et personne n’assurera notre survie collective sinon nous-même. Ce n’est donc pas en adoptant l’unilinguisme à l’anglo-saxonne qu’on fera avancer le combat pour le français au Québec.

Au contraire, la seule stratégie porteuse d’avenir en est une impliquant d’imposer notre langue aux autres. D’arrêter de s’excuser d’exister. D’arrêter d’attendre qu’une mère-patrie disparue depuis des siècles nous prenne par la main ou qu’un empire n’ayant eu comme but que de nous assimiler se décide soudainement à nous « aider » à survivre.

Je travaille depuis un an et demi dans l’ouest de Montréal. Un client sur trois ne sait pratiquement pas parler français. Je vois les mêmes personnes depuis un an et demi se faire servir en anglais par mes collègues qui sont trop « heureux » de les servir dans la langue de Shakespeare. Ces mêmes personnes qui sont toujours incapables de dire « bonjour », « merci » ou quoi que ce soit d’autre. Des gens qui n’ont même pas le DÉSIR d’apprendre ne serait-ce que le minimum de français parce qu’il y aura toujours un Québécois qui, anyway va les servir en anglais.

Ça fait un an et demi que je suis là et ça fait un an et demi que je vois des anglophones rentrer fièrement et parler fort dans leur langue, sachant pourtant pertinemment bien que tout est écrit en français et que tous les employés le parlent. Pourquoi? Parce qu’ils SAVENT qu’il y aura toujours un Québécois qui, anyway va les servir en anglais.

Quand on se prostitue pour parler anglais (car c’est bien de quoi il est question quand l’anglais devient la langue du travail), on ne se trompe pas seulement soi-même, mais on trompe également tout touriste ou nouvel arrivant devant faire le choix ou non d’apprendre notre langue. Quand on se force à parler anglais à un quidam croisé dans la rue, on lui enlève le désir d’apprendre notre langue. Il se dit intérieurement: « pourquoi apprendrais-je le français si tous ces Québécois me parlent en anglais et me comprennent très bien en anglais? » Et après, on se demande pourquoi l’anglais progresse sur l’île de Montréal?

Si le Québécois qui, anyway se force pour accomoder un Anglophone est un lâche, celui qui se force pour vraiment s’angliciser et chercher à angliciser ses compatriotes est un traître.

Des traîtres il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Il prétend agir pour le bien-commun mais il trahi les siens. Que ce soit Pauline Marois, qui veut augmenter la présence de l’anglais et ainsi participer à notre assimilation, ou que ce soit cet obscur blogueur amateur qui est incapable de comprendre qu’il détruit la cause qu’il prétend défendre en encourageant le dialogue EN ANGLAIS sur ce qui nous concerne collectivement, de tels traîtres prétendent toujours agir pour le bien commun. Mais ce n’est pas le cas.

Adopter la langue de l’empire soi-disant pour encourager le multilinguisme est une ignominie sans nom. Car comme l’écrit Bernard Cassen dans le dernier numéro de la revue Manière de Voir (février-mars 2008):

« Revendiquer un monde multipolaire, c’est aussi récuser toute langue unique, et donc encourager le multilinguisme. Le droit de créer et travailler dans sa langue est un des attributs de la souveraineté populaire, notion qui hérisse les dirigeants des transationales, des institutions financières, ainsi que leurs porte-parole et porte-plumes locaux. »

Dans le rôle du porte-parole de la haute finance, Pauline Marois. Et du porte-plume, l’angryfrenchguy.

Que ce soit sur la scène politique québécoise ou dans les bas-fonds de la blogosphère, chacun, à leur manière, fait la promotion de la langue anglaise et de l’à-plat-ventrisme devant la langue dominante ce qui, à terme, diminuera encore davantage le poids de notre langue et notre chance de survivre collectivement. Chacun, à sa manière, contribue à un monde unilingue, unipolaire, où le tout-anglais est roi et maître et où tout autre langue est réduite à un folkore vieillot et désuet.

La guerre, c’est la paix. La liberté c’est l’esclavage. L’amour c’est la haine. Et maintenant: la défense du français en anglais. Une logique aussi tordue ne peut provenir que d’un esprit particulièrement tourmenté.

Ou peut-être simplement la personne tenant ce type de raisonnement est-elle trop niaise pour se rendre compte du tort qu’elle commet en ne se respectant pas assez pour exister et communiquer dans sa langue.

Publicités

82 Réponses

  1. Je suis d’accord avec tes conclusions Louis. Cependant, pour être franc, je n’adhère pas à ce genre de vendetta personnelle.

    Ceci dit, pourquoi écrire un billet qui fera de la publicité à ce blogue incohérent?

    Ce blogueur québécois veut s’exprimer en anglais afin de s’attirer plus de visiteurs. Cela semble évident car les lecteurs anglophones sont beaucoup plus nombreux.

    Mais à la longue, le concept qu’il adopte ne tiendra pas la route et son blogue ne deviendra qu’un site de troisième zone.

  2. Louis,
    Pour ma part, je te declare traitre a la nation quebecoise parce que tu as des sites anglophones dans ton blogroll.

    Quand on chiale pour que le Quebec soit uniquement francophone, la moindre des choses serait que tu sois consequent dans tes declarations et supprime tout ce qui anglophone dans ta vie, et ca inclut le boulot ou tu dois servir des clients anglophones et qui t’oblige a parler anglais.

    As-tu seulement penser que angryfrenchguy se sert de l’anglais pour communiquer ses idees avec le plus de monde possible, et reussir a convaincre les anglophones des biens fondes de la souverainte, selon lui.

    Pour finir, je sais que contrairement a d’habitude, je n’ai pas mis d’accent dans mon commentaire, mais je suis sur un clavier anglophone et je n’en meurs pas, donc arrete de demoniser l’anglais avec tes billets braillards !

  3. @Ivellios: Tu n’as vraiment rien compris à ce billet. Retourne le lire.

    Bon, c’est fait?

    Ok, maintenant:

    Premièrement, il y a une différence entre avoir des sites anglophones dans son blogroll et écrire soi-même en anglais tout comme on peut avoir comme film préféré Le Parrain sans avoir comme but de se partir une petit mafia bien à soi.

    Deuxièmement, je fais mon possible individuellement pour travailler en français (j’y arrive à 99%), mais tous mes efforts pour franciser nos immigrants sont anéantis par des idiots comme angryfrenchguy.

    Ensuite, oui je comprends l’idée de ce pauvre type. (As-tu seulement lu mon billet ou chiâles-tu sans savoir?) Mais je sais aussi que cet argument est mauvais. On ne peut pas « convaincre » des anglophones de la nécessité de protéger notre particularité culturelle qu’est le français si on renie cette particularité en leur adressant en anglais. Et puis, ce ne sont pas ces anglophones qui vont faire l’indépendance, c’est nous!

    Finalement, c’est toi le braillard ici. Tu n’es même pas capable de lire mon billet et tu te permets de chiâler de ce que tu ne comprends pas. Ton attitude à-plat-ventriste et celle de cet idiot angryfrenchguy sont une honte pour tous les Québécois. Il est plus que temps de cesser de s’écraser devant les Anglophones et de s’affirmer culturellement haut et fort.

    Une attitude de vaincu, de « loser » comme la tienne et celle de ce angryfrenchguy ne vont qu’accélérer une assimilation déjà bien en court.

    Montréal (et le Québec) devient de plus en plus anglophone chaque jour et c’est à cause de gens comme vous, trop lâches pour vous respecter et imposer notre langue à ceux qui n’auront ainsi pas le choix de l’apprendre.

    Tu es une honte.

  4. Louis,

    Le problème avec ton attitude qui a si peur de son environnement qu’elle ne voit comme solution que la brutalité culturelle…

    …est que tu effraie les sensibles comme moi qui ont à coeur l’avenir du français en Amérique et qui ont confiance en la capacité du peuple francophone d’Amérique de tirer son épingle du jeu de la mondialisation anglicisante… par la promotion et l’épanouissement plutôt que par la terreur de mourrir et l’imposition.

    Le problème, c’est que tu enlève aux gens comme moi, dont tu as besoin pour atteindre la souveraineté du Québec, l’envie de la faire avec toi.

    Le Québec deviendra souverain le jour où il comprendra que sa culture n’est soumise à personne ni rien d’autre que sa propre volontée de rayonnement.

    Cesse de tant chercher la bagarre et songe donc plutôt à bâtir.

  5. Louis a tord sur le fond et sur le forme.

    Sur le fond, car il confond l’unilinguisme des institutions québécoises (qui ne le sont pas encore totalement car nous sommes toujours dans le Canada qui impose le bilinguisme) avec l’unilinguisme personnel.

    J’ai démonté son raisonnement de façon très nette dans mon commentaire à l’adresse :

    http://uhec.net/2008/02/19/600/#comment-11418

    Au lieu d’avoir le courage de répondre à mes arguments, il a 1) trafiquer les faits concernant le blogue et 2) donner une interprétation inexacte de ma pensée et de celles d’autres personnes pour appuyer son propos. Ce fut sans succès.

    Louis écrit: « ce blogue à la qualité plutôt moyenne possède la particularité suivante: la majorité des participants sont des Québécois (et donc francophones) et ils se parlent tous en anglais. »

    Ceci est faux. Est-ce le résultat d’une mauvaise recherche (ou d’une absence de recherche) ou bien alors de la mauvaise fois? Seul le petit cœur de Louis le sait. Le site est visité très majoritairement par des anglophones, étant en anglais seulement. L’auteur a réussi quelques bons coups de visibilité et je serais très curieux de connaître les statistiques de visite. La majorité des commentateurs, et ceci est facilement démontrable, est de langue anglaise, maternelle ou d’adoption. Nous avons même eu la visite de Diane Francis, ou du moins quelqu’un se faisant passer pour elle. J’ai ridiculisé sa thèse publiquement dans sa langue maternelle, ce qui fut une joie inexprimable pour moi, vile séparatiste incorrigible. Nous avons eu la visite d’un dangereux idéologue, un homme d’affaires du nom de Tony Kondacks, qui par le passé a reçu énormément de publicité en attaquant la loi 101 sur la place publique et en comparant la législation linguistique québécoise à l’apartheid. Ses assertions ignobles, toutes infondés en fait et en doit, étaient à ce jour restés sans réponse. Nous lui avons donné la claque. S’il en redemande, il en aura d’autres claques.

    Louis écrit: « Il va sans dire que je n’ai pas plus de respect pour quelqu’un qui prétend défendre le français en anglais que j’en ai pour un pays qui en bombarde un autre au nom de la paix ou pour un violeur qui viole au nom de la virginité. »

    Voilà un exemple parfait d’une tentative de dire quelque chose de vrai par le biais d’une analogie fortement malhonnête. Erreur de raisonnement grave, car l’analogie n’est pas identité. Il est erroné de faire le parallèle entre une personne qui s’exprime dans une langue seconde par choix stratégique et les horreurs de la guerre et du viol. Ça, c’est une illustration parfaite de l’argumentum ad odium et du déshonneur par association, deux sophismes classiques.

    Louis écrit: « Ce n’est donc pas en adoptant l’unilinguisme à l’anglo-saxonne qu’on fera avancer le combat pour le français au Québec. »

    Ah bon. Quand l’auteur du blogue a-t-il admit avoir adopté la langue anglaise? Cette expression est réservée aux personnes qui effectuent une substitution de leur langue maternelle pour une autre. Au Québec, cela réfère généralement à ceux qui en viennent à parler principalement une langue de substitution DANS L’INTIMITÉ DE LEUR FOYER.

    Louis écrit: « Au contraire, la seule stratégie porteuse d’avenir en est une impliquant d’imposer notre langue aux autres. D’arrêter de s’excuser d’exister. D’arrêter d’attendre qu’une mère-patrie disparue depuis des siècles nous prenne par la main ou qu’un empire n’ayant eu comme but que de nous assimiler se décide soudainement à nous « aider » à survivre. »

    Mais personne n’est contre l’unilinguisme des institutions québécoises, la fin du service bilingue toute le temps partout à Montréal, la vigilance constante de la progression de l’anglais dans de nouveaux secteurs comme l’informatique par exemple. C’est ce que tout indépendantiste qui se respecte pense généralement car ce sont les idées les plus répandues sur la question. Nous connaissons le mal du bilinguisme institutionnel qui amène deux langues inégales en pouvoir d’attraction à être mises sur un pied d’égalité dans la loi. L’objectif que nous visons n’est évidemment pas la survie de notre langue car nous sommes sortie de la survivance dans les années 1950, mais plutôt la vie en toute liberté.

    Mais quel rapport avec l’ouverture du dialogue, en anglais, avec des personnes qui habitent principalement hors Québec et qui sont certainement en droit d’être anglophone d’abord et avant tout (eux qui sont déjà libres)?

    Il n’y en a pas, car Monsieur Louis confond les genres et avance des arguments qui ne soutiennent pas ses conclusions.

    Louis écrit: « Je travaille depuis un an et demi dans l’ouest de Montréal. Un client sur trois ne sait pratiquement pas parler français. Je vois les mêmes personnes depuis un an et demi se faire servir en anglais par mes collègues qui sont trop « heureux » de les servir dans la langue de Shakespeare. Ces mêmes personnes qui sont toujours incapables de dire « bonjour », « merci » ou quoi que ce soit d’autre. Des gens qui n’ont même pas le DÉSIR d’apprendre ne serait-ce que le minimum de français parce qu’il y aura toujours un Québécois qui, anyway va les servir en anglais. »

    Explore un peu le blogue que tu dénonces et tu y verras la dénonciation du même phénomène, mais cette fois communiquée aux personnes concernées, pas en soliloque. Ton nouvel ennemi pense exactement comme toi, mais il met ses culottes et s’en va le dire à ceux qui jamais n’ont l’impression de faire quelque chose de mal en n’apprenant pas le français dans un pays dans lequel on leur a dit qu’il était la règle de choisir librement soit le français soit l’anglais.

    Les employés se font demander de connaître l’anglais. C’est dans le rapport de force inégal entre l’employeur potentiel et le chercheur d’emploi que notre politique linguistique est la plus défaillante. Car une fois embauché, il est un peu trop tard pour dire que la connaissance de l’anglais n’est pas justifié. Il faut le faire avant. À qui la faute? Au système d’éducation qui force l’apprentissage de l’anglais langue seconde? Aux parents qui incitent leurs enfants à apprendre l’anglais? C’est évidement un problème de société et ce n’est pas en accusant l’un et l’autre de « trahison » qu’on va le régler.

    Louis: « Si le Québécois qui, anyway se force pour accomoder un Anglophone est un lâche, celui qui se force pour vraiment s’angliciser et chercher à angliciser ses compatriotes est un traître. »

    Bel formule. La forme est tout à fait percutante. J’ai toujours aimé les phrases du style « si blablabla alors blablabla » comme dans l’œuvre de Rousseau et d’autres auteurs du 18e. C’est très séduisant. Cela m’inspire et je dirai: « Si la forme peut servir à mieux communiquer la vérité en l’embellissant, la vérité ne se réduit jamais à la beauté de la forme. » Et vlan! Une belle rebuffade en règle, avec la même magie des mots!

    Dis-moi donc Louis, de quel façon un blogue de langue anglaise destiné à un public de langue anglaise contribue-t-il à « ANGLICISER SES COMPATRIOTES? » Bonne chance mon lapin.

    Ton sondage est malhonnête. Il devrait demander:

    « Internationaliser la pensée indépendantiste québécoise dans toute les langues, même celle du conquérant, comme le faisait Louis-Joseph Papineau, Gandhi, Pierre Bourgault, René Lévesque, et la majorité des libérateurs dans l’histoire, est-ce un mal nécessaire? »

    Bernard Cassen écrit: « Revendiquer un monde multipolaire, c’est aussi récuser toute langue unique, et donc encourager le multilinguisme. Le droit de créer et travailler dans sa langue est un des attributs de la souveraineté populaire, notion qui hérisse les dirigeants des transationales, des institutions financières, ainsi que leurs porte-parole et porte-plumes locaux. »

    Je suis 100% d’accord avec cela. Il faut lutter pour le droit de travailler dans sa langue pour soutenir le multilinguisme à l’échelle mondiale. C’est tellement vrai qu’il faut absolument le dire au monde entier et aux anglophones aussi car ils doivent être le plus nombreux possible à soutenir la cause de l’égalité des langues dans leur pays.

    Mais, Louis, quel rapport avec le sujet?

    Louis: « Ou peut-être simplement la personne tenant ce type de raisonnement est-elle trop niaise pour se rendre compte du tort qu’elle commet en ne se respectant pas assez pour exister et communiquer dans sa langue. »

    Communiquer dans sa langue, c’est ce que je fais en ce moment et c’est ce que l’autre a fait aussi en te répondant. Je parle français au Québec en toute circonstance, sauf

    1) en territoire amérindien et chez les Inuits où je demanderai à un interprète de traduire mes paroles pour respecter leur liberté de vivre dans leurs langues quelque part sur Terre.

    2) si la vie d’une personne en dépend, car la vie d’une personne humaine sera toujours plus importante que 5 minutes d’anglais

    3) d’autres circonstances du même ordre, quand des droits supérieurs s’imposent sans qu’il y ait préjudice grave contre ma qualité de parlant français

    Mais pour parler aux unilingues anglophones de l’Écosse, de l’Irlande, de l’Angleterre, des États-Unis, je continuerai à faire usage de ma connaissance de l’anglais pour leur montrer c’est quoi un Québécois patriotique, leur faire comprendre c’est quoi la réalité du Québec francophone qu’ils ne peuvent pas bien voir d’où ils sont.

    Tant et aussi longtemps qu’on aura pas notre réseau d’ambassades représentant notre République, il faudra que chaque indépendantiste se fasse l’ambassadeur du Québec libre en toute circonstance, comme l’avaient compris Pierre Bourgault, André D’Allemange, Camille Laurin et René Lévesque, nos plus grands défenseurs de notre langue et de notre nationalité.

  6. Ah, Louis… Louis…

    Tu va même jusqu’à enlever aux franco-américains l’envie d’être francophone.

    Un de mes lecteur (de la californie):

    « Je ne peux plus supporter ce site-là. Je trouve Louis trop en colère, irrationnel et franchement pleurnichard. Ce sont des types comme ça qui me font penser: pourquoi, si j’étais immigrant au Canada, voudrais-je bien apprendre votre langue, pour parler à des trous-de-cul comme vous? Non, merci. »

    C’est triste.

  7. Une chance pour toi que ce soit le poli Mathieu Gauthier-Pilote qui t’a remis à ta place, tapette!

    Oui tapette, comme dans homo.

    Mais non! Pas homo comme l’homosexualité des Bourgault, Vallière, Boisclair et des autres grands hommes qui ont défendus toute leurs vies un peuple qui le leur rendait des fois assez mal, homo comme dans homogène, plate, pareil, pensée unique, colon, peureux, raciste, nommes-les, j’te parle de toé.

    Vous pouvez continuer à vous passer la même dèche tiède les uns les autres avec vos belles langues françaises. C’est tellement plus facile de défendre ses idée quand tout le monde est déjà d’accord avec toi, n’est-ce pas?

    Les 10 000 votes qui manquaient en 1995 et les appuis internationaux à l’indépendance du Québec,ils sont dans les poils de poche de Patrick Bourgeois, peut-être?

    Ça fait trois ans que tu défend la langue Française dans l’ouest de l’île? Bravo mon grand, moi ça fait trente-cinq ans.

    Trente-cinq and que je parle français dans les dépanneurs, Starbucks et Canadian Tire de l’ouest de Montréal. Trente-cinq and que j’en ressors avec la tête haute et avec mon argent dans mes mains quand ils ne peuvent me servir en français.

    Toi t’attaque et tu n’a même pas les couilles de faire face à ton adversaire! Eh oui, lecteurs de l’Homo Colericus, votre justicier à bloqué mes répliques à ses attaques de son blogue!

    AngryFrenchGuy a.k.a. Homo Sapiens

  8. « Oui tapette, comme dans homo »

    Wow, ça élève le débat ça! Très pertinent.

    « Toi t’attaque et tu n’a même pas les couilles de faire face à ton adversaire! Eh oui, lecteurs de l’Homo Colericus, votre justicier à bloqué mes répliques à ses attaques de son blogue! »

    Pourtant, ton dernier commentaire a passé lui. Si effectivement Louis a bloqué certains de tes commentaires, j’imagine que tes propos devaient être encore plus disgracieux que dans celui-là.

  9. Louis… c’est auto-destructeur ton affaire… tu gère un bon blogue. Une agora de valeur dans cette sphère… As-tu vraiment besoin d’être si enfantin? À continuer à faire fuire la diversité comme ça, ton site risque de devenir une chambre d’echo aussi stérile que celle de David.

    AngryFrenchGuy,

    Je tiens à dire ici, dans les commentaires de ce billet que je salue votre entreprise. J’ai pensé un temps faire quelque chose de semblable à vous… un blogue qui fait la promotion du fait français en Amérique… en anglais. Mais j’ai un style trop personnel et des sensibilités trop modérées pour soutenir le militantisme, de plus, la part anglophone de mon identité aurait trop facilement pris le dessus et j’aurais perdu toute crédibilité. (C’est déjà entamé, même sur mon blogue français) Je suis content de voir que quelqu’un a eu l’initiative de le faire… le résultat est de loin meilleur (et plus percutant) que ce que j’aurais pu produire.

    Chapeau.

  10. @Alain B.: Peux-tu me dire en quoi exactement il est enfantin de dénoncer l’à-plat-ventrisme et le pathétisme d’un anglophile incapable de réaliser toute la contradiction de son entreprise?

    Ce qui est enfantin, à mon avis, c’est d’en venir aux insultes du genre « tu es une tapette » comme ton idole angryfrenchguy.

    Ça, c’est enfantin.

    Pour le reste, j’ai lu ce que tu as écris sur ton blogue, et personnellement je crois que c’est vraiment n’importe quoi. Mon billet est tout ce qu’il y a de plus rationnel et modéré; il dénonce simplement le comportement anti-francophone et dommageable pour l’intégration des non-francophones dont fait preuve l’idiot du village angryfrenchguy. Je dénonce simplement la contradiction entre se prétendre défenseur du français et le faire en anglais, et donc en donnant une raison supplémentaire à un immigrant de ne PAS apprendre le français.

    @Mathieu Gauthier-Pilote:

    Tu n’as pas « démonté » mon raisonnement dans ton commentaire. Tu as exprimé ton opinion selon laquelle il serait important de convaincre des Irlandais, des Américains et des Australiens de la pertinence de la protection du fait français et je t’ai le plus simplement du monde ramassé sur la contradiction la plus flagrante de ton entreprise.

    Je trouve toujours particulièrement drôle que tu ne comprennes toujours pas à quel point ce que tu fais est contradictoire. On ne peut pas promouvoir le multilinguisme et la diversité culturelle en faisant la promotion de l’unilinguisme (anglophone) et de la mono-culture comme tu le fais. On appelle cela une contradiction insurmontable et si tu peux tolérer de vivre dans une telle contradiction c’est un fichu problème, mais je ne peux pas t’aider à ce sujet.

    Bon, allez, arrête de tourner en rond pendant 28 paragraphes et fais face à ton incohérence. Tu fais la promotion soi-disant de la diversité linguistique tout en faisant la promotion de la non-diversité linguistique en le faisant en anglais.

    C’est à cause de gens comme toi et comme tes amis angryfrenchguy et Alain B. que les immigrants n’apprennent pas le français. Votre à-plat-ventriste devant ceux-ci les fait vous mépriser. Ils vous méprisent parce que vous ne vous respectez pas assez pour leur imposer le français comme la seule langue de communication au Québec. Ils savent que vous allez leur parler en anglais au resto, à la banque, au ciné, au travail. Alors, ils n’apprennent pas le français.

    Car ne vous trompez pas; j’en côtoie des immigrants, et ils ne respectent pas du tout ces Québécois qui se mettent à genoux devant eux pour leur parler en anglais et qui leur enlève tout goût (ou besoin) d’apprendre notre langue.

    * * *

    Grâce à des gens comme l’agrais-frenchguy, Alain B. et Mathieu Gauthier-Pilote, nous facilitons la vie des anglophones vivant au Québec en leur permettant non seulement de continuer à vivre en anglais mais également maintenant de lire notre histoire et de parler de notre culture toujours en anglais, sans jamais avoir à apprendre le français.

    Lord Durham serait fier d’eux.

  11. Tiens tiens, on ne publie plus mes commentaires? Trop peur d’affronter tes adversaires?

    Louis a écrit : « Tu n’as pas « démonté » mon raisonnement dans ton commentaire. Tu as exprimé ton opinion selon laquelle il serait important de convaincre des Irlandais, des Américains et des Australiens de la pertinence de la protection du fait français et je t’ai le plus simplement du monde ramassé sur la contradiction la plus flagrante de ton entreprise. »

    Si tu relis bien, tu verras que j’ai parlé de faire la promotion de la cause juste et universelle de l’indépendance dans toutes les langues. Es-tu capables de respecter le sens de ma pensée sans la déformer à chaque fois?

    Et vas-tu « ramasser » tous les leaders indépendantistes pour être conséquent avec ton propre raisonnement? Vas-tu traiter Papineau, Bourgault et Lévesque de traîtres aussi?

    Louis a écrit: « Je trouve toujours particulièrement drôle, voire pathétique, que tu ne comprennes toujours pas à quel point ce que tu fais est contradictoire. On ne peut pas promouvoir le multilinguisme et la diversité culturelle en faisant la promotion de l’unilinguisme (anglophone) et de la mono-culture comme tu le fais. »

    1. Tu devras te taper la lecture de quelques livres encore pour mieux comprendre ce qu’est le principe de non-contradiction et à quoi il sert. Il arrive parfois que des personnes n’étudient pas bien la philosophie, la logique et les maths et s’imaginent que c’est une principe de la logique qu’il ne faut pas affirmer une chose et son contraire ABSOLUMENT. C’est faux. Le principe est « qu’une même chose ne peut pas, en même temps et sous le même rapport, être et ne pas être dans un même sujet. »

    Ainsi, on peut très bien croire qu’il est vrai et par conséquent utile de pratiquer l’unilinguisme français au Québec, surtout dans les circonstances actuelles, et et en même temps, sous un autre rapport et dans un autre sujet, être conscient que l’absence du discours indépendantiste dans la bulle anglophone a des effets pervers qui doivent être combattus.

    2. Il est faux d’affirmer que je fais « la promotion de l’unilinguisme (anglophone) et de la mono-culture ». C’est toi qui a fait une mauvaise association d’idées dès le départ.

    Louis a écrit: « C’est à cause de gens comme toi et comme tes amis angryfrenchguy et Alain B. que les immigrants n’apprennent pas le français. »

    Ah, tiens, je suis responsable du comportement des immigrants. Bizarre, moi qui avait toujours cru que les substitutions linguistiques vers l’anglais étaient cause du grand pouvoir d’attraction de cette langue sur notre territoire, phénomène aux causes multiples, les plus importantes étant peut-être le soutien qu’Ottawa accorde au bilinguisme anglais-français au Québec et l’impérialisme culturel anglo-américain.

    Mais, comme tu le démontres si bien, c’est à cause que je défends la cause de l’indépendance de façon égale et soutenue dans toutes les langues que je maîtrise.

    Louis a écrit: « Car ne vous trompez pas; j’en côtoie des immigrants, et ils ne respectent pas du tout ces Québécois qui se mettent à genoux devant eux pour leur parler en anglais et qui leur enlève tout goût (ou besoin) d’apprendre notre langue. »

    C’est la même chose pour moi, et je n’ai jamais parlé anglais avec des immigrants. Où vas-tu chercher ça? Combien de fois répéteras-tu la même chose sans tenir compte de ce que j’affirme?

  12. Louis,

    Tu me blesse.

    « Enfantin » est à peu près la seule et la pire attaque personnelle qui puisse sortir de mon clavier. Autrement, je crois que j’ai toujours été poli ici et ne me suis attaqué qu’aux idées.

    D’ailleurs, (j’aurais dû être plus précis, mais)je ne traitais pas le contenu de ton billet d’enfantin, mais plutôt le fait que tu bloquais les commentaires des gens que tu y défiais. Je me serais, à la limite, attendu à me faire répondre qu’ils étaient d’une telle vulgarité ou impertinence que tu ne pouvais faire autrement…

    Enfin.


    Tu dis:

    Mon billet est tout ce qu’il y a de plus rationnel et modéré

    Voyons voir:

    Après une première phrase de mise en situation (biaisée, mais ça, nous le sommes tous) qui dévoile immédiatement à ceux qui ont suivi la progression de ce blogue que tu t’es fait une opinion sans vraiment aller au fond des choses (encore là, qui n’a pas péché? …mais il faut au moins être conscient qu’on est en terrain délicat), après une seule phrase, dis-je, tu lances immédiatement:

    Il va sans dire que je n’ai pas plus de respect pour quelqu’un qui prétend défendre le français en anglais que j’en ai pour un pays qui en bombarde un autre au nom de la paix ou pour un violeur qui viole au nom de la virginité.

    Je m’arrète immédiatement.

    Ce que tu viens de faire ici, c’est mettre des gens (ou plutôt quelqu’un, mais plusieurs, comme moi et mon lecteur, se sentent visés) qui ont au plus profond d’eux assez de passion pour la cause du français, de l’indépendance nationale… ces causes qui te ravagent le fond de l’âme… qu’ils ont mis les énergies nécéssaires pour démarrer un site (tu sais ce que ça implique) et remplir une niche de plus, mettre en place un mégaphone de plus pour la cause… à un endroit où il n’y en avait pas… chose que tu as réussi, que je commence à comprendre que je ne réussirai jamais à mon goût et qu’AngryFrenchGuy a réussi aussi, à sa façon. Tu prend ces gens donc… et tu les mets dans la même catégories que les assoifés de guerres et les violeurs de ce monde.

    « Il va sans dire »

    Non Louis, on est pas dans la modération. Ni dans la rationalité.

    C’est drôle… j’ai pour mon dire que pour que le français rayonne en Amérique… pour que le Québec devienne indépendant, il faut rassembler le plus de monde possible autour de l’idée.

    Except that with guys like you by my side, I’m not sure what I’m fighting for anymore.

    Moi, Louis, je ne suis pas comme AngryFrenchGuy, je ne suis pas seulement francophone, je suis les deux, la preuve vivante que toute les forces d’assimilation du monde, pas même un respect pour la force assimilatrice, ne peuvent rien contre la volonté de prolongement d’une identité.

    Quelqu’un comme moi a-t-il une place dans ta nation?

  13. Tu fais ce que tu reproches à bien des gens, ne se limiter qu’a une seule langue et s’y enfermer.

    Tu oublies aussi qu’historiquement, le Québec n’est pas composé uniquement de francais. C’est une terre d’immigrants qui a accueilli des gens de partout, particulìèrement d’irlande, d’écosse, d’angleterre, des états-unis (loyalistes 1776), d’acadie (déportation de 1755).

  14. Louis, je lis très souvent ce blogue mais j’y laisse très rarement des commentaires pour des raisons personnelles. Mais là je ne peux m’empêcher car les excès de colère et de frustration que l’on lit suite a ce billet me sidère. Ainsi, j’appuie les commentaires d’Alain B. où il mentionne l’aspect négatif de ta frustration, de ta sempiternelle confrontation et de cette colère inutile qui sert davantage à te mettre à dos des gens qui pourraient être d’intéressants alliés même s’il ne partage pas à 100% ta pensée. Ce n’est pas parce que sur certaines formes on exprime un désaccord qu’il faut tout de suite oublier ce qui peut nous unir si fortement sur le fond. Ce qui fait la force de bien des unions.

    Ce qui me fait peur en te lisant (et je fais référence davantage à tes réactions qu’à ton billet principal) c’est que j’ai vraiment l’impression que tu penses détenir la vérité et les autres sont que des traîtres ou autres qualificatifs peu reluisants dont ta plume sait pondre. Comment peux-tu te camper si fortement dans ton opinion? Non celle de séparatiste voulant faire la promotion et la défense du français mais bien celle de détenir la vérité de la forme de la promotion de cette opinion. À force de lire je te sais être capable de faire plus de réserve intellectuelle que ça.

    Encore là je ne crois pas qu’Alain B. soit un traître à la nation lorsqu’il transcrit les craintes d’un francophone de Californie mais plutôt qu’il te renvoie l’image des conséquences négatives de ton attitude agressive qui ne te sert pas dans la promotion de ton noble idéal. Et je sais aussi pour lire Le Petit Émérillon qu’Alain B. est un fervent promoteur et défenseur du fait français en Amérique malgré son penchant pour nos voisins du Sud. Toute personne lisant Alain B. le sait même s’il écrit parfois en anglais. Rien n’est blanc ou noir et l’intelligence dont tu es capable de faire preuve devrait le savoir aussi.

    Certes je n’appuies pas les attaques tel que Angryfrenchguy tout comme je n’appuie pas non plus tes répliques du même niveau. Tu sais faire mieux pour promouvoir tes idées. Et la réponse de Mathieu Gauthier-Pilote, même si elle ne devait te plaire, m’apparaissait bien plus une belle porte pour approfondir ses idées et se faire des alliés malgré les dissidences d’opinion de forme au lieu de se camper sus ses positions et revenir à la charge pour attaquer. Et la forme de réponse de Mathieu était très respectueuse ce qui me laisse croire que vraiment le dialogue était possible.

    Voilà pourquoi j’écris ce long commentaire. Il est triste de voir toute la confrontation inutile qui t’anime Louis et qui te met à dos des gens qui devrait plutôt t’appuyer. Il es triste de voir que tu te campes tant sur tes positions en croyant détenir une vérité que personne pourtant ne détient (et je le redis, c’est vraiment l’impression que tu laisses transparaître dans ce billet et la discussion qui s’en suit).

    Et pour que tu me comprennes bien avant de me répondre (voir même m’attaquer), je suis un fervent séparatiste depuis ma naissance, un promoteur du pays du Québec tant à Montréal mon lieu de résidence depuis 7 ans que chez moi au Lac-Saint-Jean, un défenseur du français sur tout notre territoire et même à l’extérieur. Mais surtout je suis un ambassadeur de nos projets de souveraineté dans tous mes voyages à l’étranger comme étudiant (avant) que travailleur (maintenant). C’est pour cela que je te réponds pour te dire ma peine à voir ta réaction devant des gens que tu ne devrais pas mépriser mais plutôt respecter dans ton désaccord envers leur opinion. Ça c’est la vrai attitude à avoir dans la Cité.

    Bonne réflexion Louis.

    P.S.: Pour de multiples raisons, Le Capitaine Virgil et moi avons décidé de fermer Le Blogue du Capitaine Virgil ainsi tu pourras retirer ce blogue de ta liste de blogue étant donné son actuelle inutilitée.

  15. @SgtScott: Tu te prétends « séparatiste » (ce qui est d’une grande tristesse dès le départ puisque le mot « séparatiste » est l’insulte utilisée par les ennemis de la séparation pour dénoncer les indépendantistes), mais tu affirmes que je devrais appuyer des idiots comme angryfrenchguy.

    C’est que pour toi la « séparation » est une fin, alors que pour moi elle est un moyen. La « séparation » pour la « séparation » n’a pas aucun intérêt pour moi, si ce n’est d’avoir les moyens de protéger notre culture, d’éviter l’assimilation et de pouvoir vivre nos valeurs communes.

    Alors SVP ne m’insulte pas en me disant que je devrais appuyer ou me faire appuyer par des idiots comme angryfrenchguy. Je ne veux rien avoir à faire avec un colonisé dans ce genre, incapable qu’il est de comprendre à quel point ce qu’il fait nuit à la langue française et à la survivance du Québec en tant que nation. Je préfère, ET DE LOIN, un Adéquiste ou un Libéraleux francophone à un borné extrémiste unilinguiste comme ce pauvre type.

    Et SVP, lâche-moi avec ton « ambassadeur de souveraineté à l’étranger ». Vraiment ça fait pitié de voir des Québécois croirent que l’indépendance on va la faire avec les Irlandais, les Australiens, les Américains. À Paris, à Hong Kong, à Abidja. Cibole, c’est au Québec qu’on la fait l’indépendance.

    @Mathieu: Oui tu es responsable du comportement des immigrants, comme tout le monde. En favorisant l’intégration de ceux-ci EN ANGLAIS avec ton médiocre projet d’anglicisation de l’histoire du Québec, tu participes au non-apprentissage de la langue française chez ceux-ci.

    Tu leur donnes une énième raison de ne PAS apprendre le français puisque désormais ils pourront même lire notre histoire en anglais (en plus de pouvoir acheter en anglais, travailler en anglais, etc.).

    Sors un peu de chez toi et vis un peu. Viens te promener à Montréal au lieu de rester dans ta bulle, sclérosé. Tu verras à quel point la situation est critique.

    @Alain B.: Je ne bloque pas de commentaires; je ne sais pas où tu prends ça.

    Je te cite:

    C’est drôle… j’ai pour mon dire que pour que le français rayonne en Amérique… pour que le Québec devienne indépendant, il faut rassembler le plus de monde possible autour de l’idée.

    Tu viens de résumer toute la perversité et la contradiction de ta position en une phrase. Pour que le français rayonne, il faut surtout rassembler le plus de monde possible autour de la LANGUE et non pas autour de l’idée. Ce n’est pas en favorisant l’anglicisation qu’on protéger la LANGUE et ce n’est pas en militant (en anglais) pour « l’idée » qu’on fera quoi que ce soit d’utile.

    La diversité linguistique est la chose dont le monde a le plus besoin actuellement. En participant à la promotion de l’unilinguisme et en incitant les immigrants à parler l’anglais en leur facilitant la tâche, toi et tes copains contribuez à la disparition progressive du français comme langue commune au Québec.

    Votre comportement est non seulement lâche, mais traître.

  16. Louis, tu n’as vraiment rien compris à mon site. Retourne le lire.

    Ok, c’est fait?

    Si tu passait la moitié du temps que tu passe à dénoncer ce que tu pense que je pense et qui tu crois que je suis à lire mon site t’aurais évité une belle occasion d’avoir l’air d’un idiot.

    T’as eu tout faux. Tu m’as fait une belle pub, mais c’était même pas la peine. C’est pas à ton public que je m’adresse. Vous êtes déjà 10 000 dans la cuisine à refaire les mêmes débats tous les soirs en buvant la même grosse Mol tablette.

    Moi je suis allé sur le balcon jaser avec les voisins. C’est tout.

    On a du fun. On fait chier les fachos qui pouvaient jusqu’à présent raconter n’importe quoi sur le Québec sans que personne ne viennent les remettre à leur place.

    On prend un malin plaisir à savoir qu’à partir d’aujourd’hui quand un Phillipin, un Texan ou un Gallois tape « Bill 101″ et Québec separatist » sur google il a au moins autant de chance de tomber sur angryfrenchguy.com, sovereigntyenanglais.blogspot.com ou republiquelibre.org que sur les torchons de Jan Wong et Barbara Kay.

    Toi t’es comme un coach qui dit à ses joueurs en plein désavantage numérique qu’ils ne peuvent pas dépasser la ligne rouge!

    Ton petit blogue il n’impose pas la langue française à personne. Les anglophones, allophones et pas-certainophones ils ne viendront jamais ici. T’existe pas pour eux. T’est même pas du vent, même pas du bruit, à peine un peu de 10001010010100100101… qui ralenti leur connection internet.

    Non seulement on ne s’excuse pas d’éxister, on est parti exister chez eux, dans leurs salons et leurs Starbucks WiFi, en Arizona, en Guinée-Nouvelle-Calédonie et même dans la très lointaine Pointe-Claire.

    Si le simple fait de parler une autre langue quand on parle à un pauvre mortel qui n’a pas eu la chance de naître d’une sainte-mère du peuple élu signifie disparaître, ben ça veut dire que le Québec est déjà mort, mon minou.

    Si au-délà de la langue française il n’existe plus rien à dire du Québec, ben ça veut dire qu’on n’est pas plus un peuple que les Sikhs, les Cantonnais et les Ukrainiens de Mississauga.

    Rien qu’une autre communautée multiculturelle qui rêve de Wal-Mart dans sa langue natale.

    AngryFrenchGuy a.k.a. Homo Erectus

  17. Louis, tu n’as vraiment rien compris à mon site. Retourne le lire.

    Ok, c’est fait?

    Si tu passait la moitié du temps que tu passe à dénoncer ce que tu pense que je pense et qui tu crois que je suis à lire mon site t’aurais évité une belle occasion d’avoir l’air d’un idiot.

    T’as eu tout faux. Tu m’as fait une belle pub, mais c’était même pas la peine. C’est pas à ton public que je m’adresse. Vous êtes déjà 10 000 dans la cuisine à refaire les mêmes débats tous les soirs en buvant la même grosse Mol tablette.

    Moi je suis allé sur le balcon jaser avec les voisins. C’est tout.

    On a du fun. On fait chier les fachos qui pouvaient jusqu’à présent raconter n’importe quoi sur le Québec sans que personne ne viennent les remettre à leur place.

    On prend un malin plaisir à savoir qu’à partir d’aujourd’hui quand un Phillipin, un Texan ou un Gallois tape « Bill 101″ et Québec separatist » sur google il a au moins autant de chance de tomber sur angryfrenchguy.com, sovereigntyenanglais.blogspot.com ou republiquelibre.org que sur les torchons de Jan Wong et Barbara Kay.

    Toi t’es comme un coach qui dit à ses joueurs en plein désavantage numérique qu’ils ne peuvent pas dépasser la ligne rouge!

    Ton petit blogue il n’impose pas la langue française à personne. Les anglophones, allophones et pas-certainophones ils ne viendront jamais ici. T’existe pas pour eux. T’est même pas du vent, même pas du bruit, à peine un peu de 10001010010100100101… qui ralenti leur connection internet.

    Non seulement on ne s’excuse pas d’éxister, on est parti exister chez eux, dans leurs salons et leurs Starbucks WiFi, en Arizona, en Guinée-Nouvelle-Calédonie et même dans la très lointaine Pointe-Claire.

    Si le simple fait de parler une autre langue quand on parle à un pauvre mortel qui n’a pas eu la chance de naître d’une sainte-mère du peuple élu signifie disparaître, ben ça veut dire que le Québec est déjà mort, mon minou.

    Si au-délà de la langue française il n’existe plus rien à dire du Québec, ben ça veut dire qu’on n’est pas plus un peuple que les Sikhs, les Cantonnais et les Ukrainiens de Mississauga.

    Rien qu’une autre communautée multiculturelle qui rêve de Wal-Mart dans sa langue natale.

    AngryFrenchGuy a.k.a. Homo Erectus

    PS. Comme je dois changer d’email à chaque fois que je viens ici pour déjouer les filtres que ce courageux Louis met sur son site, et comme je les ai toutes épuisées, je dois vous dire salut. Et… à la prochaine fois?

  18. Louis, vraiment tu fais presque pitié, car le peu de respect et cette si grande facilité au jugement des autres dont tu es capable laisse entrevoir toute ta fermeture d’esprit et ta rigidité.

    Certes peut-être le mot « séparatiste » pour me qualifier est de mauvaise utilisation. Que « indépendantiste » serait meilleur car je partage ton opinion que la séparation est un moyen et non une fin. Mon erreur. Mais peu importe, te pencher sur la sémantique pour attaquer encore quelqu’un qui se voulait de ton côté, de me juger si facilement, me confirme à quel point tu te campes tel un vrai imbécile heureux sur tes positions et est fermé à la discussion et à ta propre remise en question.

    Ensuite, en rien je t’ai dit d’endosser les insultes des gens, seulement de voir que malgré leur divergence d’idée (et là je tiens à te faire remarquer qu’Angryfrenchguy en a émis aucune dans cette discussion sur ce blogue, donc que je ne me référais aucunement à lui) le fond de la cause demeure et ça me déprime de voir que tu le laisses de côté par tes œillères de coléreux borné.

    Et finalement, si je te comprends bien, si je suis à l’extérieur du Québec (parce qu’il m’arrive souvent de devoir être en dehors du Québec pour mon travail ) je dois me fermer la gueule sur ma patrie, ne jamais parler des aspirations de ma nation à sa survie linguistique, aux problèmes de la langue française que mon peuple vit, etc. De oublier que je suis Québécois car je ne suis plus au Québec! Quelle belle contradiction de ta part Louis et quelle belle preuve (une autre) de ta cécité due à ton inutile et destructrice rage. Je sais bien que ce n’est pas avec les étrangers des autres pays que l’on fera notre pays et la survie du français mais merde, ce n’est pas en se la fermant à l’étranger qu’on aidera la compréhension de notre cause aussi. Vraiment là pathétique comme attaque.

    Bref si je comprends bien (à voir toutes tes réponses et ton attitude), si on est pas avec toi on est contre toi. Belle mentalité Louis.

  19. Luis, tu n’as vraiment rien compris à mon site. Retourne le lire.

    Ok, c’est fait?

    Si tu passait la moitié du temps que tu passe à dénoncer ce que tu pense que je pense et qui tu crois que je suis à lire mon site t’aurais évité une belle occasion d’avoir l’air d’un idiot.

    T’as eu tout faux. Tu m’as fait une belle pub, mais c’était même pas la peine. C’est pas à ton public que je m’adresse. Vous êtes déjà 10 000 dans la cuisine à refaire les mêmes débats tous les soirs en buvant la même grosse Mol tablette.

    Moi je suis allé sur le balcon jaser avec les voisins. C’est tout.

    On a du fun. On fait chier les fachos qui pouvaient jusqu’à présent raconter n’importe quoi sur le Québec sans que personne ne viennent les remettre à leur place.

    On prend un malin plaisir à savoir qu’à partir d’aujourd’hui quand un Phillipin, un Texan ou un Gallois tape « Bill 101″ et Québec separatist » sur google il a au moins autant de chance de tomber sur angryfrenchguy.com, sovereigntyenanglais.blogspot.com ou republiquelibre.org que sur les torchons de Jan Wong et Barbara Kay.

    Toi t’es comme un coach qui dit à ses joueurs en plein désavantage numérique qu’ils ne peuvent pas dépasser la ligne rouge!

    Ton petit blogue il n’impose pas la langue française à personne. Les anglophones, allophones et pas-certainophones ils ne viendront jamais ici. T’existe pas pour eux. T’est même pas du vent, même pas du bruit, à peine un peu de 10001010010100100101… qui ralenti leur connection internet.

    Non seulement on ne s’excuse pas d’éxister, on est parti exister chez eux, dans leurs salons et leurs Starbucks WiFi, en Arizona, en Guinée-Nouvelle-Calédonie et même dans la très lointaine Pointe-Claire.

    Si le simple fait de parler une autre langue quand on parle à un pauvre mortel qui n’a pas eu la chance de naître d’une sainte-mère du peuple élu signifie disparaître, ben ça veut dire que le Québec est déjà mort, mon minou.

    Si au-délà de la langue française il n’existe plus rien à dire du Québec, ben ça veut dire qu’on n’est pas plus un peuple que les Sikhs, les Cantonnais et les Ukrainiens de Mississauga.

    Rien qu’une autre communautée multiculturelle qui rêve de Wal-Mart dans sa langue natale.

    AngryFrenchGuy a.k.a. Homo Erectus

    PS. Comme je dois changer d’email à chaque fois que je viens ici pour déjouer les filtres que ce courageux Louis met sur son site, et comme je les ai toutes épuisées, je dois vous dire salut. Et… à la prochaine fois?

  20. C’est toi qui fait pitié, mec, à déformer tout ce que je dis.

    Je n’ai jamais dit qu’on ne pouvait pas parler du Québec quand on est loin de celui-ci. À ce que je sache, Angryfrenchguy est un Québécois habitant au Québec et parlant EN ANGLAIS de ce qui s’y passe et avec une clientèle principalement francophone. Grosse différence.

    Et encore, tu ne comprends rien à rien en disant « ce n’est pas en se la fermant à l’étranger qu’on aidera la compréhension de notre cause aussi » Mais tu n’as RIEN compris! On s’en fout de la « compréhension de notre cause ». Notre cause, c’est la défense du français et de la culture québécoise, et ça se fait au quotidien en se respectant assez pour imposer notre langue partout sur le territoire du Québec. Le reste, c’est du bla-bla-bla inutile et je me fous éperdument de savoir si un immigrant « comprend notre cause »; je veux qu’il apprenne le français et s’intègre, c’est ça qui compte.

    T’es pas vite vite à comprendre, toi…

  21. Louis, tu n’as vraiment rien compris à mon site. Retourne le lire.

    Ok, c’est fait?

    Si tu passait la moitié du temps que tu passe à dénoncer ce que tu pense que je pense et qui tu crois que je suis à lire mon site t’aurais évité une belle occasion d’avoir l’air d’un idiot.

    T’as eu tout faux. Tu m’as fait une belle pub, mais c’était même pas la peine. C’est pas à ton public que je m’adresse. Vous êtes déjà 10 000 dans la cuisine à refaire les mêmes débats tous les soirs en buvant la même grosse Mol tablette.

    Moi je suis allé sur le balcon jaser avec les voisins. C’est tout.

    On a du fun. On fait chier les fachos qui pouvaient jusqu’à présent raconter n’importe quoi sur le Québec sans que personne ne viennent les remettre à leur place.

    On prend un malin plaisir à savoir qu’à partir d’aujourd’hui quand un Phillipin, un Texan ou un Gallois tape « Bill 101″ et Québec separatist » sur google il a au moins autant de chance de tomber sur angryfrenchguy.com, sovereigntyenanglais.blogspot.com ou republiquelibre.org que sur les torchons de Jan Wong et Barbara Kay.

    Toi t’es comme un coach qui dit à ses joueurs en plein désavantage numérique qu’ils ne peuvent pas dépasser la ligne rouge!

    Ton petit blogue il n’impose pas la langue française à personne. Les anglophones, allophones et pas-certainophones ils ne viendront jamais ici. T’existe pas pour eux. T’est même pas du vent, même pas du bruit, à peine un peu de 10001010010100100101… qui ralenti leur connection internet.

    Non seulement on ne s’excuse pas d’éxister, on est parti exister chez eux, dans leurs salons et leurs Starbucks WiFi, en Arizona, en Guinée-Nouvelle-Calédonie et même dans la très lointaine Pointe-Claire.

    Si le simple fait de parler une autre langue quand on parle à un pauvre mortel qui n’a pas eu la chance de naître d’une sainte-mère du peuple élu signifie disparaître, ben ça veut dire que le Québec est déjà mort, mon minou.

    Si au-délà de la langue française il n’existe plus rien à dire du Québec, ben ça veut dire qu’on n’est pas plus un peuple que les Sikhs, les Cantonnais et les Ukrainiens de Mississauga.

    Rien qu’une autre communautée multiculturelle qui rêve de Wal-Mart dans sa langue natale.

    AngryFrenchGuy a.k.a. Homo Erectus

    PS. Comme je dois changer d’email à chaque fois que je viens ici pour déjouer les filtres que ce courageux Louis met sur son site, et comme je les ai toutes épuisées, je dois vous dire salut. Et… à la prochaine fois?

  22. @JackWong et cie. (dédoublement de personnalité on dirait):

    Tu crois que parce qu’un Philippin tape « bill 101 » et tombe sur ton site ça fait progresser le Québec ça? Et si toi tu tapes « autochtones australiens » et que tu trouves de l’information sur ceux-ci, tu vas les aider à survivre culturellement?

    C’est ridicule.

    On s’en SACRE de savoir qu’un ti-coune à l’autre bout du monde nous lise dans la langue impériale. Par contre, le dommage est ACCABLANT pour un immigrant ici ou n’importe quelle personne du Québec pour qui ton site offre une nouvelle façon de contourner la loi 101 et de favoriser une plus grande anglicisation du Québec.

    Ce que tu fais est une aberration, une HONTE, un désastre. Heureusement que c’est à petite échelle, mais ta contribution annihile tous les efforts de centaines de Québécois comme moi et d’autres qui essaient de faire du français la seule langue officielle du Québec.

    Sors un peu de chez toi, et viens te promener dans l’ouest de l’île. Pourquoi penses-tu que les immigrants n’apprennent pas le français? C’est simple: parce qu’il existe des colonisés dans ton genre pour leur donner tout-cuit dans le bec EN ANGLAIS.

    Expliqué autrement: si moi je vais dans un autre pays où tout le monde me parle dans ma langue tout le temps, pourquoi apprendrais-je une autre langue?

    La seule façon de franciser les immigrants c’est de leur parler en français, seulement en français, et de leur faire comprendre que la communication au Québec se fait en français et que s’ils veulent avoir le moindre lien avec leur nouvelle terre d’accueil ils doivent apprendre le français.

    Ton blogue est un énième outil favorisant le non-apprentissage du français chez eux et en ce sens tu nuis aux efforts de tes compatriotes qui eux ont vraiment le Québec à coeur.

    Il serait grand temps pour toi de réaliser que tu nuis profondément à la cause que tu prétends défendre.

  23. Louis,

    je ne veux pas me faire accuser de « qui ne dit mot consens » alors je vais en émettre des mots. Je ne veux pas qu’on croie que je pense exactement comme toi.

    Je trouve absolument exagérée ta réaction et, en passant, je ne comprends pas que tu n’aies pas écrit un billet du même genre au sujet de « Sovereignty en Anglais », blogue anglophone, qui fait parti du regroupement des blogues souverains. Pourtant, ces blogues ont pratiquement la même mission. (Peut-être que tu ne l’as pas fait puisque celui-là n’est pas aussi populaire qu’Angryfrenchguy…)

    Je n’irai pas plus loin dans ma critique, pour ne pas répéter les arguments des autres, mais je crois que tu te tires dans le pied en attaquant ce gars, qui est de notre bord. Attaque des menteurs comme Alain Dubuc, par exemple (ce que tu fais très bien d’habitude).

    Désolé, mais je me sens très mal…

    Christian Rioux,

    non mais, quel commentaire inutile…

    T’aurais dû écrire simplement que tu voulais faire de la pub pour ton blogue! Mais ça fonctionne mieux avec des commentaires intéressants.

  24. @Renart: J’ai davantage de respect pour Alain Dubuc, Mario Dumont et André Pratte réunis que pour ce plouc. Au moins eux, ils écrivent en français et participent à la création d’une culture francophone vivante au Québec, même si leurs idées sur le plan social ne me plaisent pas.

    Ce gars n’est pas, n’a jamais été et ne sera jamais de notre bord. Notre bord, c’est la défense du Québec et de la langue française. Ce gars nuit gravement à notre cause et je ne voudrais jamais participer à quelque mouvement que ce soit qui accepte un tel comportement en son sein.

    Pour ce qui est de l’autre site, je ne le connaissais pas, mais je n’ai pas plus de respect. Un autre comportement de colonisé sans respect pour sa langue et sa culture.

    Si tout le monde agissait comme cet idiot, il n’y aurait même plus de Québec à défendre car nous serions déjà une province anglophone comme toutes les autres.

  25. Louis,

    il faudra que tu te désaffilies aux blogues souverains alors, puisque ce blogue trône sur ton blogue en ce moment même…

  26. C’est le blogue entre nos deux liens en plus…

  27. Louis je tiens à te rassurer même si je ne partage aucunement ton attitude actuelle. Quand je suis au Québec, je défend et fais la promotion d’un Québec français à CHAQUE jour que je vis, encore plus à Montréal que chez moi au Lac (on s’entend). Et puis, quand je suis en dehors du Québec, ben je continue de le faire lorsque l’occasion se présente même si tu crois que c’est inutile pour le Québec. Moi je dis  » plus il y a de monde de notre bord – étrangers, autres Canadiens d’autres provinces ou encore anglophones du Québec qui commencent à se réveiller – ben mieux c’est ». Tu diras que ça vaut rien mais je m’en fous, je crois que c’est mieux de même que de continuer à se regarder le nombril entre nos frontières et c’est pour ça que je trouve pas si con ces gars là même s’il y a matière à critiques (pas jugements). Quand tu seras tout seul dans ton coin, peut-être tu t’en rendras compte… un peu trop tard probablement.

  28. @SgtScott: Tu as droit à ton opinion, et moi j’ai le droit de te dire que tu as tort de défendre ces idiots qui contribuent à l’anglicisation du Québec.

    Pour ce qui est d’être tout seul dans son coin, c’est un peu l’impression que j’ai eu en visitant ton blogue.

    Salut.

    @Renart: Si tu veux, demande à Fannie d’enlever ce blogue de la liste. Personnellement je n’ai jamais vraiment trouvé ce regroupement pertinent, sauf que je profite du trafic qu’il génère.

  29. Louis,

    je ne demanderai certainement pas à Fannie d’enlever ce blogue puisque je le trouve très pertinent.

    Je trouve ton commentaire à Sgt Scott,  »
    Pour ce qui est d’être tout seul dans son coin, c’est un peu l’impression que j’ai eu en visitant ton blogue », complètement inutile et méchant.

  30. Et là, je m’attends à en recevoir un comme ça à mon endroit…

  31. Quelle attaque gratuite concernant mon blogue. Ça me fait sourire à voir à quel point tu aimes juger et attaquer inutilement les gens Louis.

    Mon blogue n’a rien d’un bloque politique, en a aucune visée et ne le sera jamais. Il s’agit d’un simple carnet de voyage (un blogue personnel pour reprendre la classification de ton collègue Renart Léveillé) pour éviter une tonne de courriel à mon entourage immédiat (dont tu ne fais pas partie) qui inclut des gens de partout sur la planète parlant principalement ces 3 langues dont mon blogue fait état. Que peu le lise me préoccupe guère et en soit est normal vu ma fréquence de parution. Que tu ne t’en rendes pas compte pour attaquer mon blogue de la sorte me donne une preuve de plus de ton étroitesse d’esprit et ton manque de discernement.

    Au revoir Louis

  32. @Renart: Bon c’est quoi ton point avec le blogue Sovereignety en anglais alors? Moi j’en ai rien à cirer des blogues sur ce groupe, tant que ça génère des liens. Tu crois sérieusement qu’un tel regroupement aussi hétérogène peut mener quelque part?

    Concernant Sgt Scott, il l’a bien mérité, et c’est comme on dit « dans les dents ». Ceci dit, il ne lui manque que la version en mandarin de son blogue. Peut-être augmenterait-il son nombre de visiteurs ainsi?!

    @SgtScott: Si tu ne peux accepter la critique, ne critique pas les autres. C’est facile de juger les autres, mais il faut accepter soi-même d’être jugé. Alors oui, je trouve que ton blogue est un désert, alors ne viens pas me parler d’être « seul dans son coin », car nous sommes des milliers au Québec à croire à la langue française et à tout faire pour la promouvoir (contrairement à tes ti-namis à-plat-ventristes).

    Adieu.

  33. @Renart: Merci du commentaire.
    @ Louis: Tu as certes droit à ta critique et elle est vrai (donc je l’accepte): mon blogue est peu lu mais je m’en fous. Pour le reste, oui adieu.

  34. Louis,

    cela me donne un bon indice sur comment tu me considères…

    Le titre de ton blogue est colérique (dans un sens positif), mais tu es en ce moment ultra colérique, et il n’y a rien de bon qui en ressort, du moins à mon avis, est-ce que tu peux au moins t’en rendre compte?

  35. @Renart:

    Toi c’est pas pareil; toi t’es réel. Le « regroupement des blogues souverainistes » est tellement hétéroclite et il y a un tel fatras que ça ne veut rien dire.

    Pour le reste, je donne mon opinion. Ceux qui ne peuvent prendre la critique n’ont qu’à ne pas critiquer.

    On ne me fera jamais avaler qu’on peut défendre le français en utilisant l’anglais, et à date le petit sondage-maison démontre que la majorité des gens pensent comme moi sur ce point.

  36. Louis,

    la question de ton sondage est complètement dirigée et ne saurait donner un diagnostic quant à ce que les gens pensent du projet d’angryfrenchguy. La question concerne plutôt le bilinguisme général : est-ce qu’apprendre plus amplement l’anglais nous aidera à défendre le français?

  37. @Renart: Non, la question du sondage est pertinente: il est question de soi-disant défendre la langue française et l’indépendance en le faisant en anglais.

    Je n’irais pas jusqu’à appeler la lâcheté d’angryfrenchguy un « projet ». Je dirais que c’est au mieux l’apologie de la lâcheté et de l’incapacité de réaliser ses propres contradictions.

    Ce type est une nuisance pour notre cause. Faut pas défendre ces gens-là; faut les dénoncer.

  38. Bon, t’as arrêté de bloquer mes commentaires. Tu peux enlever les doublons aussi.

    AngryFrenchGuy

  39. Louis,

    « il est question de soi-disant défendre la langue française et l’indépendance en le faisant en anglais. »

    ta question aurait été claire si tu l’avais composée plus en ces termes, en enlevant bien sûr le « soi-disant », pour ne pas diriger la réponse, donc être neutre.

    À la question, « est-il correct de défendre le français en anglais », je réponds oui. La question de ton sondage aurait dû être celle-là puisqu’elle laisse la place à l’opinion du répondant.

  40. J’aime la question; elle est honnête et objective: « Défendre le français en parlant davantage l’anglais… Vous y croyez? »

    Je trouve ça clair comme question. Est-ce que oui ou non tu crois qu’on peut défendre la langue française en le faisant en anglais. C’est exactement de ça qu’il est question.

  41. Et moi, personnellement, ça ne m’intéresse pas de participer à un blogue anglophone, même un qui défend la souveraineté. C’est mon droit. Mais je ne vais pas généraliser mon point de vue comme tu le fais. C’est ça que je trouve exagéré.

  42. Et bien moi je vais généraliser mon point de vue car j’ai toujours dénoncé ceux qui sont une nuisance pour le Québec et je ne m’arrêterai pas aujourd’hui.

  43. Louis,

    « en parlant davantage l’anglais »

    il est là le biais dans ta question.

    Ce n’est pas neutre et tu le sais.

  44. Louis

    Il y a une exagération évidente dans tes propos. Par exemple, il faut en revenir avec la « traîtresse Marois », elle s’est rétractée et ses propos, quoique ridicules et maladroits au départ, n’avaient rien à voir avec le bilinguisme d’État à la sauce PET Troudeau et Justin the father’s son qui croit que les unilingues sont paresseux!

    De plus, je ne crois pas que les blogueurs à la sauce Angryfrenchguy soient des « traîtres » à proprement dit, car leurs intentions sont bonnes: ils veulent se téter des appuis à l’étranger, ce qui n’est pas une si mauvaise chose en théorie.

    Par contre, je suis d’accord avec toi sur le fond: il faut d’abord et avant toute chose, convaincre les Québécois de la pertinence et des avantages de la séparation ici même EN FRANÇAIS plutôt que de gaspiller ses énergies en se tétant des appuis à l’étranger ou dans le ROC.

    De toute façon, le Bloc Québécois fait déjà un très bon travail à ce sujet auprès du ROC et de plus en plus d’anglophones du ROC respectent énormément la conviction des séparatistes maintenant, au point où le Québec est reconnu symboliquement comme une nation. Me semble que cela est suffisant et que pour le reste, les séparatistes doivent concentrer leurs énergies ici et voter pour le PQ au Québec ET le Bloc au fédéral!

    Des blogues comme le Petit Émerillon, Angryfrenchguy et Sovereignty en Anglais (dans une moindre mesure tout de même) jouent un rôle d’idiots utiles au service des fédéraleux MAIS À UN MOINDRE TITRE que Jimmy St-Gelais et ses Verts, Sylvain Guillemette et son Québec Suicidaire (via le PCQ), Léo-Paul Lauzon et son NPD et les nombreux séparatistes qui votent pour l’ADQ. Sans le vouloir, ils nuisent à l’option séparatiste en étant des telles andouilles politiquement parlant. Faut dire que le PQ n’a pas aidé sa cause en n’assumant pas son statut de coalition et en réservant son parti à une élite syndicaleuse fémi-fasciste de centre-gauche, mais quand même!

    Si je te comprends bien Louis, Jimmy St-Gelais, Sylvain Guillemette, Amir Khadir, Léo-Paul Lauzon, et Victor Débile-Beaulieu sont des traîtres à la nation selon toi malgré qu’ils soient tous des séparatistes!

    J’espère que tu écriras un texte encore plus percutant que celui-ci sur ces andouilles. Ce sera encore plus intéressant que de blâmer des blogues insignifiants comme Angryfrenchguy. Et à ce moment-là, je t’appuierai encore plus qu’en ce moment.

    P.S.: Mes chers idiots utiles de Angryfrenchguy, je ne vois pas la pertinence d’échanger en anglais entre francophones du Québec. Si cela est vrai, voilà un comportement idiot et de colonisé! Pas fort!

  45. Tout à fait neutre, puisque c’est EXACTEMENT ce que fait ce type: il parle davantage l’anglais.

  46. Louis,

    « qui sont une nuisance pour le Québec »

    tu donnes trop de pouvoir à ce blogue, à la base. J’aimerais avoir ce pouvoir avec le mien… le monde irait beaucoup mieux, enfin à mon sens.

  47. DavidG,

    je ne suis pas habitué de ta part à si peu de rigueur…

    Le blogue d’Angryfrenchguy ouvre le débat de la souveraineté aux anglophiles, voilà tout. Si les discussions se déroulent entre francophones, c’est fortuit. Moi quand j’y suis allé, il y avait également des anglophones dans le lot. Juger un blogue sur ses participants est assez discutable.

  48. @Renart

    J’ai bel et bien dit: « SI CELA EST VRAI, voilà un comportement idiot et de colonisé! »

    Mais si la plupart de échanges se déroulent entre anglophones ou de francophones à anglophones, je retire ce commentaire.

    Mais je maintiens tout de même le rôle d’idiot utile de ce blogue au service des fédéraleux, comme je l’ai expliqué plus tôt.

    Merci pour le commmentaire sur ma « rigueur », mais ce n’est mon but premier ici. Mais c’est bien gentil de ta part.

  49. Louis,

    si tu penses que c’est correct de composer une question dirigée pour obtenir les réponses que tu veux et ensuite pouvoir t’appuyer là-dessus comme preuve, tu as tout à fait le droit. Mais j’ai aussi le droit de ne pas être d’accord.

    Le pire, c’est que tu aurais sûrement obtenu sensiblement les mêmes résultats avec une question neutre comme « êtes vous d’accord avec les gens qui défendent la souveraineté du Québec, mais en anglais? », mais au moins il n’y aurait pas eu d’ambiguïté.

    Ta question implique le fait que l’utilisation de l’anglais dans le débat de la souveraineté est contre nature, c’est tout ce que je dis.

  50. Moi aussi, je vais faire comme Renart pour qu’on n’interprète pas mon silence comme une approbation. Si j’étais dubitatif en lisant le billet, la suite de la correspondance m’a convaincu que Louis avait tort.

    Ces derniers jours j’ai pondu plusieurs billets refusant le sacro-saint bilinguisme. Ici et là j’écrivais qu’il ne fallait pas que tous les Québécois deviennent approximativement bilingues, mais que certains le deviennent parfaitement et que la traduction soit valorisée pour que le Québec communique avec le monde.

    À mon humble avis, c’est ce que font ceux qui militent pour la souveraineté en bloguant en anglais. Oui ça paraît curieux, mais plusieurs bons arguments ont été avancés de leur part. Je ne les avais pas lu avant aujourd’hui, et je dois dire qu’il me semble à moi aussi que la colère de Louis l’a aveuglé et lui a fait faire, une fois de plus, des raisonnements circulaires, comme quand lui et moi nous obstinions sur la gauche et la droite. Dans toute cette correspondance, il n’a été aucunement démontré que les blogues angryfrenchguy.com et Sovereignty en Anglais nuisaient à la cause souverainiste, seulement répété et répété avec plus de virulence et d’insultes qu’on ne peut promouvoir en anglais le fait français.

  51. Mon précédent commentaire n’a pas été publié. Ça n’aide pas à une saine discussion quand les gens se croient censurés. Je ne crois pas l’être, censuré, mais je constate le pépin à mon tour.

  52. DavidG,

    c’est drôle mais moi je trouve utile de savoir, comme sur Sovreignty en Anglais, qu’il existe des souverainistes anglophones. Je ne crois pas qu’il y ait une seule façon d’être souverainiste.

  53. Désolé Martin,

    je viens de sortir ton commentaire des méandres du pollupostage…

    Je ne sais pas comment Louis règle son programme anti-pourriel.

  54. @Renart

    Tant mieux si des anglophones bilingues sont séparatistes mais la bataille pour la séparation doit d’abord se dérouler ICI ET EN FRANÇAIS au lieu de perdre du temps et de l’énergie à se téter des appuis à l’étranger.

    Quand on sera séparé, là ce sera le moment de se téter des appuis à l’étranger.

  55. DavidG,

    si je ne m’abuse, la très grande majorité des blogues souverainistes sont francophones. C’est anecdotique qu’il y en ait deux anglophones et quelques-uns bilingues (et si peu bilingue, comme Le Petit Émérillon).

    Je ne monterai pas aux barricades comme mon confrère Louis à ce sujet, je préfère regarder ces blogues comme des amis, voilà tout.

  56. @Davidg et Renart: Merci pour le retour à la base de cette discussion et de la pertinence du propos traité avec respect, moi je me suis laissé emporté. Mon erreur.
    Ceci dit, je veux mentionner que bien souvent la promotion ou la recherche d’appui à l’étranger peut se faire de manière indirecte. Lorsque je travaille à l’étranger, certes je fais la promotion de notre cause face à un public qui peut guère nous aider mais bon c’est le seul moyen que je dispose hors Québec pour agir. Car d’ici (en ce moment en Bolivie) il m’est difficile de faire un Québec en français dans nos frontières donc ce qui me reste c’est d’en faire la promotion aux gens que je côtoie ici (dont plusieurs Canadiens et Québécois anglophones!). Mais de retour au Québec, cette énergie ira où elle doit aller soit vers mes compatriotes (Montréalais en grande partie!).
    Et puis comme on dit: « tous les chemins mènent à Rome » même si certains sont bien meilleurs que d’autres!

  57. D’autant plus qu’il devrait monter beaucoup plus aux barricades contre les Jimmy St-Gelais, les Sylvain Guillemette, les Amir Khadir, les Léo-Paul Lauzon, les Victor Débile-Beaulieu et tous les autres adéquisto-séparatistes de ce monde. Eux autres nuisent beaucoup plus que ces blogues insignifiants!

  58. Davidg, à un moment donné va falloir que tu cesses d’affimer que ceux qui ne votent pas PQ sont des traîtres à la cause souverainiste. Oui, le vote francophone se retrouve divisé, mais c’est la faute à qui si le PQ n’a pu les fédérer, hein? Au PQ en premier lieu.

  59. @Sgt Scott

    Votre contexte est nettement différent, vous voyagez ailleurs et je ne vois aucun problème ni perte d’énergie à ce que vous faites.

  60. Martin a écrit:

    Dans toute cette correspondance, il n’a été aucunement démontré que les blogues angryfrenchguy.com et Sovereignty en Anglais nuisaient à la cause souverainiste, seulement répété et répété avec plus de virulence et d’insultes qu’on ne peut promouvoir en anglais le fait français.

    Qui a parlé de cause souverainiste? Ma cause n’a jamais été et ne sera jamais la souveraineté en tant que finalité. Ma cause c’est la protection du français et si tu es incapable de saisir à quel point il est contradictoire de soi-disant chercher à protéger le français en le faisant en anglais, et bien tu ne mérites pas mieux que les autres.

    Ces sites ne sont pas « curieux »; ce sont des traîtres à la cause du français et ils participent à l’anglicisation du Québec en facilitant la vie aux Anglophones et en donnant à ceux-ci une autre raison de ne PAS apprendre le français.

    Si t’es pas capable de comprendre qu’on ne peut pas faire la promotion du français en anglais, alors tu es une cause perdue.

    @Sgt Scott: Je croyais que tu étais parti?

    En passant « Québécois anglophone » n’existe pas, pas plus qu’un soleil noir. C’est un oxymoron. Un Québécois est de facto francophone; les autres appelle-les des Canadiens ou des ghettoïsés, mais ce ne sont pas des Québécois à mon sens. (Oui tu diras qu’officiellement ils sont Québécois selon la loi, et tu as raison, mais culturellement ce sont des étrangers qui refusent notre culture et notre langue et qui prospèrent grâce aux écrits de ce débile d’angryfrenchguy et cie.).

  61. @Martin

    « Davidg, à un moment donné va falloir que tu cesses d’affimer que ceux qui ne votent pas PQ sont des traîtres à la cause souverainiste. »

    D’abord, je ne considère pas que ce sont des traîtres (mon sarcasme s’adressait à Louis) mais que ce sont des andouilles politiquement parlant. Je dis seulement que si Louis considère Pauline Marois et ces blogues insignifiants comme des traîtres, il doit avoir la cohérence de considérer « les Jimmy St-Gelais, les Sylvain Guillemette, les Amir Khadir, les Léo-Paul Lauzon, les Victor Débile-Beaulieu et tous les autres adéquisto-séparatistes de ce monde » comme encore plus traîtres que ceux qu’il dénonce et il doit écrire les DIX prochains billets sur cette question.

    De plus, je comprends très que c’est le PQ qui est en majeure partie responsable de cette situation mais les gens ont aussi la responsabilité de comprendre exactement ce que signifie leur vote. Voilà pourquoi ces gens sont des andouilles politiques!

    VOTER POUR UN AUTRE PARTI QUE LE PQ OU LE BLOC, C’EST DE SE CONDAMNER À RETARDER ENCORE PLUS LA SÉPARATION DU QUÉBEC!

    Est-ce vraiment cela que vous voulez?

  62. Pauvre DavidG, qui croit que le PQ est un parti indépendantiste…

    D’autant plus qu’il devrait monter beaucoup plus aux barricades contre les Jimmy St-Gelais, les Sylvain Guillemette, les Amir Khadir, les Léo-Paul Lauzon, les Victor Débile-Beaulieu et tous les autres adéquisto-séparatistes de ce monde. Eux autres nuisent beaucoup plus que ces blogues insignifiants!

    Tous des Québécois ayant à coeur les intérêts du Québec et travaillant, militant et vivant en français. Des exemples à suivre, contrairement à l’idiot du village angryfrenchguy et sa clique de colons.

  63. Pis les libéraux sont séparatistes!

    Louis, tu exagères, le PQ EST UN PARTI SÉPARATISTE et ce n’est pas parce qu’il n’est que la deuxième opposition que ce ne sont pas des méchants séparatistes!

    Cesse de sniffer du Château Boisclair et sois sérieux un peu!

    Les deux référendums ont été tenus par le PQ, pas par le PLQ ni l’Union Nationale!

  64. « Tous des Québécois ayant à coeur les intérêts du Québec et travaillant, militant et vivant en français. »

    Bien sûr! Sauf que leur raisonnement politique idiot NUIT À LA CAUSE SÉPARATISTE ET NUIT DONC À LA PÉRENNITÉ DU FRANÇAIS AU QUÉBEC, en faisant inutilement diviser les votes.

    L’enfer est rempli de bonnes intentions.

  65. Le « séparatisme » c’est de la merde. De la merde de merde. Littéralement « l’idéologie de la séparation » et ceux qui veulent se séparer pour le plaisir de se séparer sont des idiots congénitaux.

    Parle-moi d’indépendance, de souveraineté, des projets dont la finalité n’est pas la séparation mais plutôt une survivance du peuple québécois et son émancipation, mais parle-moi pas de « séparatisme ».

    Pour le reste, y serait temps que tu arrêtes de licher des grnouilles: ça fait 12 ans que Parizeau est parti et y a pu personne au PQ qui soit réellement prêt à faire l’indépendance (ni à défendre la culture québécoise) et ce parti est condamné à se faire laminer aux prochaines élections.

    Marois est une grosse laveuse dysfonctionnelle qui lave le vieux linge sale et qui bogue à chaque nouveau morceau de linge neuf.

    Mais reste qu’elle a ça en commun avec nos comiques anglophiles: elle aussi veut se dépêcher d’angliciser nos jeunes afin d’éliminer jusqu’à l’idée même de l’existence d’un peuple québécois à émanciper.

    “Tous des Québécois ayant à coeur les intérêts du Québec et travaillant, militant et vivant en français.”

    Bien sûr! Sauf que leur raisonnement politique idiot NUIT À LA CAUSE SÉPARATISTE ET NUIT DONC À LA PÉRENNITÉ DU FRANÇAIS AU QUÉBEC, en faisant inutilement diviser les votes.

    L’enfer est rempli de bonnes intentions.

    Pas du tout. Le jour où le PQ sera moins ortho pour être capable de réunir tous les indépendantistes, cette division du vote n’existera pas. Pour ma part, je vais militer activement CONTRE le PQ aux prochaines élections si rien ne change dans le discours de la grosse Marois.

  66. Si t’es pas capable de comprendre qu’on ne peut pas faire la promotion du français en anglais, alors tu es une cause perdue.

    Et une itération de plus à la boucle sans fin. Et une insulte de plus.

    C’est à croire que c’est un ordinateur qui écrit sous la plume de Louis, un ordinateur qui ne fonctionne qu’en mode binaire, avec des 0 et des 1.

    Bonne chance Louis, car au rythme où tu classes ceux qui ne pensent pas comme toi dans la catégorie des ennemis du français et de la souveraineté, tu te retrouveras bientôt fin seul!

  67. Un anglophone d’origine peut très devenir un Québécois s’il est séparatiste et s’il est capable de parler en français. Richard Holden, David Payne et David Levine en sont de très bons exemples.

    Les « French Canadians living in la Belle Province of Quebec » ne sont pas des Québécois. Ce sont eux les vrais colonisés!

    Excellent dernier commentaire Martin!

  68. Louis, la seule raison pourquoi j’utilise le terme « séparation », c’est pour me moquer de la campagne de peur perpétuelle des fédéraleux qui abusent de ce terme. Y en n’a pas de véritables « séparatistes » au sens propre au Québec. C’est l’indépendance du Québec que je recherche.

    « Pour ma part, je vais militer activement CONTRE le PQ aux prochaines élections si rien ne change dans le discours de la grosse Marois. »

    Elle s’est rétractée, bordel!

    En appuyant Québec Suicidaire, tu serais encore plus traître que ceux que tu dénonces!

    Tu insultes les députations péquistes et bloquistes et les militants qui militent pour la séparation du Québec depuis plus de 40 ans en proférant de telles sornettes.

    Ton message équivaut à dire aux Québécois de ne pas voter pour le PQ ou le Bloc afin de rester encore plus longtemps dans le Canada. Quel anti-pragmatisme de perdant qui conduira à un gouvernement conservateur majoritaire au prochaines élections fédérales!

    Si tous les séparatistes avaient voté pour le PQ à la dernière élection, nous serions déjà en pleine campagne référendaire au lieu de s’interroger sur notre crisse d’identité et de discuter des câlisses d’accomodements raisonnables.

  69. @Martin: 1) Je ne t’ai pas insulté;
    2) Il est vrai que si tu n’es pas capable de comprendre qu’on ne peut pas plus défendre la langue française en parlant anglais qu’on ne peut défendre la virginité en violant, tu as un problème.

    @tous: Je vais conclure simplement en rappelant les points importants:

    – Il est dangereux et contradictoire de vouloir créer une vie active en anglais au Québec soi-disant pour défendre le français, car ainsi on crée un espace de discussion anglophone permettant aux nouveaux arrivants de ne PAS s’intégrer;

    – Il est stupide de prétendre que la cause de la langue française et de la survie du peuple québécois passe par des Australiens, des Irlandais ou des Américains. Nous sommes les seuls maîtres de notre destin et c’est à nous d’être assez fiers pour se respecter et imposer notre langue sur notre territoire;

    – En écrivant un blogue en anglais sur ce qui se passe au Québec et où la majorité des intervenants sont des Québécois (qui parlent anglais sur ce blogue), angryfrenchguy favorise l’assimilation des Québécois en crachant sur le français comme étant notre langue commune et en lui substituant l’anglais comme langue de rechange, imposant de facto un bilinguisme qui, on le sait, conduit toujours à une assimilation dans un contexte minoritaire;

    – Dans un contexte d’uniformisation et d’unilinguisme de plus en plus imposé au niveau mondial, il est de notre devoir historique de résister et d’imposer un multilinguisme commençant par le respect de notre différence qu’est la langue française et par l’imposition de celle-ci comme SEULE LANGUE COMMUNE AU QUÉBEC à tous les nouveaux arrivants.

    Merci à ceux qui ont mis une bonne note à ce texte, même si vous avez été silencieux dans vos commentaires. Les autres, ou vous n’avez rien compris, ou vous êtes des idiots, ou vous souhaitez la disparition du peuple québécois.

  70. Louis,

    j’attendais une insulte personnelle, mais elle est venue de manière détournée. Je n’ai pas voté pour ton texte par pudeur, mais mon opinion veut tout dire. Donc, je considère ce que tu penses de moi, que je suis un idiot (puisque je ne souhaite pas la disparition du Québec, évidemment, et je considère que je suis assez intelligent pour comprendre ton texte et ton point de vue).

    Tu remercies ceux qui ne sont pas commis en commentaire ici, mais justement, je me demande bien pourquoi aucun ne s’est manifesté. Par manque d’arguments?

    – Il est dangereux et contradictoire de vouloir créer une vie active en anglais au Québec soi-disant pour défendre le français, car ainsi on crée un espace de discussion anglophone permettant aux nouveaux arrivants de ne PAS s’intégrer;

    Il y a déjà une vie active en anglais qui se chargeait d’ignorer ou de cracher sur le projet de faire du Québec un pays souverain francophone. Ce gars et les autres contribuent à faire un pont, c’est tout. C’est comme ça qu’il faut le voir, le reste n’est que de l’acharnement qui ne changera rien de toute façon, sinon faire paraître tous les défenseurs du français comme des extrémistes.

  71. Le « pont » aurait dû se faire en français puisque le français est la langue commune de tous les Québécois et la seule langue officielle au Québec. De faire ce soi-disant pont qui n’en est pas un en anglais est de facto une critique du fait que le français soit la seule langue officielle au Québec et un signe supplémentaire lancé aux immigrants qu’ils n’ont pas à apprendre le français parce qu’il y aura toujours un Québécois assez colonisé pour lui répondre en anglais.

    J’ai pu rien à dire sur le sujet. C’est triste que tu ne comprennes pas, mais c’est ton droit de supporter de tristes personnages comme angryfrenchguy qui nous conduisent vers une plus grande assimilation et une disparition du français comme langue commune au profit d’une simple langue de folkore « entre nous » et qui ne permet plus d’intégrer les autres.

    Bye.

  72. Louis,

    c’est dommage, mais il y a encore au Québec des unilingues anglophones et des allophones ne comprenant pas un traître mot de français. Il y a sûrement aussi beaucoup d’anglophones bilingues qui se débrouillent moins bien à le lire et l’écrire qu’à le parler. C’est ces gens qu’il vise à la base, je crois.

    Et l’anglophilie de certains francophones ne devrait pas être remise en question, notre francophilie non plus d’ailleurs, et c’est beaucoup ce que tu sembles faire en critiquant le nombre de francophones qui commentent en anglais sur ce blogue.

  73. Louis,

    t’as réinstallé la modération ici? Ça fait deux de mes commentaires qui le sont…

  74. Louis écrit: « Il est dangereux et contradictoire de vouloir créer une vie active en anglais au Québec soi-disant pour défendre le français, car ainsi on crée un espace de discussion anglophone permettant aux nouveaux arrivants de ne PAS s’intégrer; »

    L’espace de vie active en anglais existe déjà au Québec depuis 1763. Ce n’est pas le blogue de AngryFrenchGuy, le mouton noir des blogueurs, qui est responsable de la non-intégration des allophones. C’est du délire. Ait au moins l’honnêteté de reconnaître ça.

    Louis écrit: « Il est stupide de prétendre que la cause de la langue française et de la survie du peuple québécois passe par des Australiens, des Irlandais ou des Américains. Nous sommes les seuls maîtres de notre destin et c’est à nous d’être assez fiers pour se respecter et imposer notre langue sur notre territoire; »

    D’abord, on ne convainc personne en affirmant que quelque chose est stupide. Deuxièmement, personne n’a affirmé « que la cause de la langue française et de la survie du peuple québécois » passaient par les citoyens des pays anglophones. A été affirmé que « Les francophones ont déjà voté Oui à 60% en 1995. C’est un score très très élevé. Les francophones qui votent Non, eux, accordent une importance démesurée au point de vue des anglophones, car ils ont les yeux tournés vers l’extérieur et ignorent la culture de leur propre peuple. À leur yeux, tout ce qui est authentiquement québécois est mineur, sans valeur, local. Ils veulent faire partie de la société la plus forte. Ce sont les Elvis Gratton. Il est impossible de convaincre ces gens de soutenir l’indépendance du Québec, surtout pas avec les arguments des 40 dernières années. Par contre, parmi la population non-francophone, parmi nos concitoyens qui ignorent à peu très tout de nous, jusqu’aux rudiments de notre langue, il y a matière à faire progresser l’option. Nous n’avons besoin de faire passer l’appui de ce segment de population de quelques points de pourcentage et c’est gagné. »

    Louis écrit: « En écrivant un blogue en anglais sur ce qui se passe au Québec et où la majorité des intervenants sont des Québécois (qui parlent anglais sur ce blogue), angryfrenchguy favorise l’assimilation des Québécois en crachant sur le français comme étant notre langue commune et en lui substituant l’anglais comme langue de rechange, imposant de facto un bilinguisme qui, on le sait, conduit toujours à une assimilation dans un contexte minoritaire; »

    Il est catégoriquement faux et sans fondement d’affirmer que l’on « favorise l’assimilation » des francophones et des allophones via un blogue destiné à un public anglophone mondial. Il faut vraiment rien comprendre à la sociolinguistique pour affirmer une telle chose.

    Louis écrit: « Dans un contexte d’uniformisation et d’unilinguisme de plus en plus imposé au niveau mondial, il est de notre devoir historique de résister et d’imposer un multilinguisme commençant par le respect de notre différence qu’est la langue française et par l’imposition de celle-ci comme SEULE LANGUE COMMUNE AU QUÉBEC à tous les nouveaux arrivants. »

    100% d’accord. Pas avec ces mots-là et sans le dogmatisme qui transpire dans ta pensée, mais c’est ce que je crois aussi.

    Louis a écrit: « Merci à ceux qui ont mis une bonne note à ce texte, même si vous avez été silencieux dans vos commentaires. Les autres, ou vous n’avez rien compris, ou vous êtes des idiots, ou vous souhaitez la disparition du peuple québécois. »

    Conclure par l’argument fallacieux du faux dilemme, voilà qui est à l’image de tout ce que tu as écrit jusqu’ici. Bravo. Au moins tu es conséquent dans quelque chose.

  75. Bien que je sois d’accord avec l’incohérence d’un blogue anglophone vantant la francophonie, j’admet que Louis a un peu dépassé les bornes. Il aurait pu faire un texte moins agressif dans lequel angryfrenchguy aurait expliqué sa démarche dans les commentaires.

    Mais bon, Louis c’est Louis. Il aime la polémique…

  76. @David G

    « Des blogues comme le Petit Émerillon, Angryfrenchguy et Sovereignty en Anglais (dans une moindre mesure tout de même) jouent un rôle d’idiots utiles au service des fédéraleux MAIS À UN MOINDRE TITRE que Jimmy St-Gelais et ses Verts, Sylvain Guillemette et son Québec Suicidaire (via le PCQ), Léo-Paul Lauzon et son NPD et les nombreux séparatistes qui votent pour l’ADQ. Sans le vouloir, ils nuisent à l’option séparatiste en étant des telles andouilles politiquement parlant ».

    Bon, c’est quoi le rapport de m’insulter au passage comme ça? Andouille? Andouille toi même! Je ne t’ai jamais insulté de cette façon moi! Tu parles de Louis et de son comportement insultant, mais tu n’es guère mieux!

    Le PQ et le bloc ont-ils le monopole de la souveraineté? Le PQ est toujours entre deux chaises après des défaites réfendaires et son caractère social-démocrate est de plus en plus trahi par des politiques de droite économique lorsqu’il est au pouvoir. En fait, les verts, QS et tous les autres dont tu parles sont pour la plupart des anciens péquistes décus par cette formation politique. Si le PQ a perdu du monde, c’est uniquement de sa faute.

    En passant, je vote pour le bloc au fédéral, mais le PQ avec les Bouchard et Boisclair, des partisans de la droite, me fait hésiter à voter pour ce parti au provincial.

    Je suis un habitant du monde avant d’être un québécois. C’est pourquoi j’appuie le Parti Vert.

  77. @Louis

    Tu te prétends « séparatiste » (ce qui est d’une grande tristesse dès le départ puisque le mot « séparatiste » est l’insulte utilisée par les ennemis de la séparation pour dénoncer les indépendantistes), mais tu affirmes que je devrais appuyer des idiots comme angryfrenchguy.

    Il faudra t’y faire, puisque c’est le vrai mot. « indépendantiste » ou « souverainiste » sont des mots utilisés par le PQ pour faire plus « smooth ».

  78. Louis, va lire ce commentaire!

    http://renartleveille.wordpress.com/2008/02/25/la-colere-a-des-limites/#comment-3861

    Ouch!

  79. Merci pour le lien DavidG, mais y a rien de nouveau sinon que y a des gens qui ne comprennent vraiment pas ma position.

    Je vais peut-être écrire un autre texte sur le sujet, mais je ne veux pas non plus perdre trop de temps sur un idiot comme angryfrenchguy et son entreprise (inconsciente, on dirait bien) de destruction de la langue française comme langue commune des Québécois.

    Mais Renart avait un bon point: il y a d’autres sites/personnes qui font la même chose et qui méritent d’être condamnées:

    – Mathieu Gauthier-Pilote;
    – Sovereignety en anglais;
    etc.

    Il est de notre devoir d’indépendantistes et de protecteurs de notre peuple et de notre culture de dénoncer ces extrémiste anglophiles qui nuisent à notre cause en légitimant l’utilisation de l’anglais comme une langue commune au Québec, favorisant de facto l’intégration des immigrants à la minorité (croissante) anglophone.

  80. @Christian Rioux

    Je n’aime pas les termes « souveraineté » et « nationaliste »: ils sont trop étatistes. Le véritable terme est « indépendance ».

    Le terme « séparation » est utilisé dans les campagnes de peur fédéraleuse depuis des années. Mais j’utilise le terme « séparation » par sarcasme et parce qu’il ne me pas peur!

    Je crains pour votre santé. Vous souffrez probablement d’Alzheimer puisque vous ne vous souvenez plus de votre propagande. Je compatis avec vous. Bonne chance!

    « Sécession » tant qu’à être encore plus épeurant?

    BOU!

    On va pardre nos Montagnes Rocheuses!

  81. @Jimmy St-Gelais

    Je modifie un tantinet mon propos, tu n’es pas une andouille politique mais tu es une andouille lorsqu’il s’agit de stratégie politique au même titre que je serais une andouille si j’élevais un enfant (quelle andouille de père je serais: des gens comme moi ne doivent pas se reproduire!).

    Ça ne veut pas dire que tu es une andouille en général. Tu es une personne intelligente, ton écriture est excellente, ton blogue est fort intéressant, tes connaissances en politique sont nettement supérieures à la moyenne et ton sens écologique est exceptionnel mais tu sombres dans l’andouillerie crasse lorsqu’il s’agit de stratégie politique, c’est tout.

    Et ne t’en faites pas, il y en a des nettement pires que toi: pensez au Doc Maillet, à René-Daniel Dubois et à Léo-Paul Lauzon (imaginez: un séparatiste qui vous demande de voter pour le parti le plus fédéraleux!). Ce sont tous des gens très intelligents et reconnus dans leur spécialité mais ce sont des hosties de crétins quand ils parlent de politique.

    « Le PQ et le bloc ont-ils le monopole de la souveraineté? »

    Le Bloc est le seul parti séparatiste au fédéral!En tant que parti politique, cela devrait être le cas aussi pour le PQ, CAR SINON LE PROJET SÉPARATISTE EST RETARDÉ. Rien ne vous empêche de créer des associations militantes qui critiqueront le PQ à tour de bras en dehors des élections sans nuire au projet séparatiste. Moi aussi, le PQ me fait chier souvent! Et à ce que je sache, le PQ est le parti le plus ouvert à la critique interne, pas mal plus que l’ADQ et les Libéraux.

    « Le PQ est toujours entre deux chaises après des défaites réfendaires et son caractère social-démocrate est de plus en plus trahi par des politiques de droite économique lorsqu’il est au pouvoir. »

    Caractère social-médiocrate intégriste qui a créé une désaffection de la drouate séparatiste vers l’ADQ. La gaugauche a-t-il le monopole de la séparation selon vous?

    « Si le PQ a perdu du monde, c’est uniquement de sa faute. »

    Bon point. À tout le moins, le PQ est le principal responsable, ce que j’ai toujours dit. Mais cela n’excuse pas complètement l’incurie des électeurs séparatistes qui se tirent dans le pied en nuisant à leur propre cause!

    « En passant, je vote pour le bloc au fédéral, mais le PQ avec les Bouchard et Boisclair, des partisans de la droite, me fait hésiter à voter pour ce parti au provincial. »

    Bravo pour ne pas avoir succombé au crétinisme politique de Léo-Paul Lauzon (dont j’apprécie fortement ses travaux de recherche tout de même). Je comprends mais Boisclair avait tout de même le meilleur programme environnemental et il était le seul parmi les trois principaux partis à prôner le gel des frais de scolarité!

    Résultat, on a le gouvernement le moins écologique de l’histoire, le plus à drouate depuis Duplessis et avec le moins de députés séparatistes depuis fort longtemps. Et vogue la galère!

    « Je suis un habitant du monde avant d’être un québécois. C’est pourquoi j’appuie le Parti Vert. »

    Propos d’une logique implacable, théoriquement parlant. Mais en pratique, cela signifie que le Québec va rester encore plus longtemps dans le Canada où les deux principaux partis politiques fédéraleux n’ont aucune volonté politique de respecter l’accord de Kyoto.

    De plus, le Parti Vert du Québec est une succursale du Green Party of Canada qui est contre la séparation. Pourquoi l’argument de Louis ne s’applique-t-il pas ici?

    Idéalisme naïf, quand tu nous tiens… par les couilles!

  82. Je pense que la raison pour laquelle angryfrenchguy écrit en anglais c’est parce que on a tellement besoin au Canada anglais d’entendre quelqu’un qui explique comment se sentent les Québécois. Peut-être que c’est difficile à croire, mais il y a un tas de Canadiens anglophones – parfois bilingue comme moi, parfois non – qui s’interessent profondément à mieux connaître les francophones du Canada, au Québec et ailleurs. J’en suis un, Ontarien, fier de notre bilingisme, fasciné par la francophonie du Québec, et au désir de me sentir partie de cette francophonie. Descendant du côté mère des Acadiens, mais dont la mère a perdu son français depuis son enfance. Tant pis, hein?

Comments are closed.