Péskôôle Païkhôrde (Pascale Picard)

Ça fait longtemps qu’elle me gosse celle-là. Pas vous? On l’entend partout à la radio, on la voit à la télévision, on lit des trucs la concernant dans le journal. La nouvelle « veudette » instantanée « made in Quebec city » et qui n’a de Québécois que le nom.

Soyons sérieux: sa musique, je l’aime. Mais c’est quoi l’idée de chanter en anglais, que dis-je, de produire un album ENTIÈREMENT dans une langue étrangère quand tu viens de Québec?

C’est peut-être le syndrome Simple Plan, mais personnellement je trouve que ça ressemble davantage à celui de Peter Pan, une sorte d’immaturité culturelle profonde, de déracinement volontaire poussant quelqu’un à se renier soi-même jusqu’au plus profond de son verbe.

J’ai rien contre quelqu’un qui chante parfois un peu en anglais. J’aime bien Leloup, quand il sort quelques phrases dans la langue de Shakespeare une fois de temps en temps. Mais Leloup, c’est le Mile End, c’est la rencontre entre un Québécois fier de ses origines et une ouverture à d’autres cultures. Leloup, c’est Leloup, qui s’exprime avec ses tripes dans sa musique.

Pascale Picard, c’est quoi au fond? En quoi est-ce que la vie d’une Québécoise de souche de la ville de Québec est-elle représentée dans ses chansons entièrement anglophones? Non, Picard ne représente rien. Que du vide. Au mieux une tentative pathétique d’atteindre le « marché » de la musique anglophone pour pouvoir « percer » coast to coast, au pire une incroyable supercherie d’une triste déracinée à la dérive se cherchant un quelconque port d’attache.

Mais au fond, peut-on réellement la blâmer? Elle n’est que la représentante d’une fraction de la population qui ne se respecte pas, n’est pas fière de ses origines et crache sur sa culture pour quelques dollars.

Et tant qu’il y aura des zozos pour acheter de tels albums, il y aura des bozos pour en produire.

Publicités

28 Réponses

  1. Je pense que Pascale vit cette « popularité » bien malgré elle. J’ai l’impression qu’il y a eu un espèce de traumatisme dans la communauté artistique et les médias avec Pierre Lapointe, le fait que ça ait pris autant de temps avant que ça musique filtre à la radio jusqu’à temps qu’il pète sa coche contre les radios commerciales; le même genre de phénomène s’est produit avec Mes Aïeux.

    Il y a aussi la scène de la musique Indie montréalaise ( avec des groupes comme The Arcade Fire, The Dears ou Malajube ) qui est reconnue partout dans le monde mais qui encore une fois filtre peu dans les médias du Québec.

    Bref, j’ai l’impression que les médias ne veulent plus passer à côté de la nouvelle perle et qu’il y a une fièvre Pascale Picard parce personne ne veut critiquer alors que tous les autres disent que c’est bon.

    Personnellement, j’ai pas beaucoup écouté mais je vois difficilement comment Pascale Picard pourrait devenir une icône du genre Kevin Parent ou Isabelle Boulai, l’engouement médiatique me semble excessif.

    Mais bon si certains aiment, tant mieux. C’est toujours mieux qu’une chanteuse patentée à la starac.

  2. Je ne comprends pas pourquoi il faudrait descendre en flèche tous les artistes qui ne vivent pas leur art en français.

    Si pour Pascale Picard, chanter avec ses tripes c’est chanter en anglais «so what?».

    Après, comme tu le dis si bien, si ça t’écoeure, tu ne l’achètes pas. Voilà tout.

    Il faut arrêter de vouloir couper l’herbe sous les pieds des artistes talentueux pour la simple raison qu’ils ne sont pas conforme ethniquement.

    Eh oui! Dire qu’une pure laine qui chante en anglais c’est contre-nature, c’est porter un jugement discriminatoire sur la base de l’ethnie.

    gs

  3. Moi aussi ça me gosse. Car dans son cas, c’est coast to coast. Pas de compromis. Lorsqu’elle est passée à TLMP, elle a dit deux choses essentiellement. La première, c’est sa réponse à Guy A. qui lui demandait pourquoi elle chantait uniquement en anglais et elle a répondu tout de go: because I want to «pogne». Applaudissements ! Ha! Ha! Rapide, la petite. (Ça, en passant, c’est encore quelque chose qui me «gosse» à TLMP, c’est les réponses songées plantées par André Ducharme. Des fois ça colle, des fois ça colle pas, cette fois-là, ça collait pas et le reste de l’entrevue l’a démontré, car pas si «vite» la petite!). Enfin, la réponse était donnée comme si ce n’était qu’une question de marketing. Il y avait cela, bien sûr, mais pas que cela. Car, la deuxième chose qu’elle a dite, et cela venait d’elle, c’est qu’elle était plus à l’aise pour composer en anglais qu’en français, que les mots lui venaient plus facilement. (Hey! La fille vient de Québec! La seule occasion que t’as de parler anglais c’est avec les touristes devant le Château!)

    Le plus triste dans l’histoire, c’est que Pascale Picard, est l’illustration d’un mini phénomène de société, unique à Québec. Et ce phénomène semble vouloir se répandre depuis la «main basse» qu’exerce la Radio X, la «radio libre» de Québec.

    Le phénomène tient à ceci. Contrairement à la région de Montréal où les francophones résistent tant bien que mal à l’assimilation (plutôt mal, à vrai dire). À Québec, c’est le contraire! Il y a de plus en plus de personnes (des jeunes surtout) qui, non seulement ne craignent pas l’assimilation, mais qui, au contraire, y aspirent! Et là, je ne mens pas. C’est la triste réalité. J’ai même un ami ou plutôt une connaissance (beauceron d’origine) qui a obtenu sa citoyenneté américaine et qui fièrement l’exhibe!

    Car, à force de se faire dire pas les Arthur, Fillion que les Québécois, c’est des trous du cul, des «mange-marde», ça finit comme dit Chrétien par laisser des traces. Et la trace, c’est la honte d’être Québécois, c’est la gêne à parler un français correct, c’est le désir de réussir et d’être reconnu dans le reste du monde comme … un pur produit américain! C’est triste, mais c’est comme ça. Et c’est à Québec que ça se passe! En plein 400e. Alors, imaginez la Fête, c’est en train de virer en fête foraine.

    Bon, j’en ai assez dit. Mais là vous avez un début d’explication du Mystère-Québec.

  4. Le monde artistique est souvent associé à la culture. C’est vrai dans une certaine mesure.
    D’autre part ce métier est aussi un gagne-pain.

    La musique est universelle. La langue ne l’est pas. Ainsi je ne fréquente pas le théâtre qui présente des pièces en anglais.

    Alors si cette jeune fille préfère s’exprimer en anglais, moi je préfère ceux et celles qui chantent en français.

    Alors je n’irai pas à ses spectacles, et je n’achèterai pas ses disques.

    Voilà.

  5. Tout cela n’est que mercantile, rien à voir avec l’art!

    Accent Grave

  6. Lorsqu’on veut devenir une « star » instantanée et qu’on veut faire du pognon rapidement, ce n’est pas le talent qui compte c’est le marketing. Comme un joueur de hockey qui s’exilera dans l’Arizona parce que c’est là qu’il obtiendra le meilleur salaire pendant une « fenêtre » de viabilité de 4 ou 5 ans, un artiste qui est conscient de sa contribution éphémère et qui le fait pour le fric, n’hésitera pas à chanter en anglais, adapter sa personnalité et s’associer à ce qui est populaire.

    Elle le fait pour le fric. Un ou deux albums et ça sea probablement terminé. Elle reviendra sans doute chez nous, profitant des festivals et des activités de collecte de fonds.

  7. Elle peut bien chanter dans la langue qu’elle veut. Ca colle bien avec son style, et c’est bon!

    Il y a eu une chanteuse québécoise récemment dont le nom m’échappe qui a fait une chanson en italien « El silencio », est ce que vous crachez dessus ? non parce que c’est pas en anglais. Kevin Parent chante pourtant en anglais, et en plus c’est sa langue maternelle, mais comme il a déjà fait des albums en francais, et qu’il est séparatiste, vous ne crachez pas dessus non plus.

    Cette anglophobie crasse qui caratérise beaucoup de québécois les fait cracher sur tous ce qui est anglais.

    VoiVod, un groupe de Métal qui a eu une renommée mondiale (mais le guitariste est maintenant décédé), qui chantait en anglais, venait tous du Lac-St-Jean. Ils ont vendu bien plus de disques en anglais mondialement qu’ils n’en auraient vendu en francais. C’est un métier, il faut vendre des albums pour arriver, et l’anglais est la langue internationale.

    Quand je discute sur le net avec un allemand ou un polonais, on se parle en anglais. C’est la langue commune pour les affaires, internet et pour la musique. Un jour vous serez bien obligés de le réaliser.

  8. Aimez vous mieux entendre ce que l’ on entend a la radio, cheap francophone ( Thibert et le reste), si elle chanterait en espagnol cela serait probablement correct, mais en anglais sacrilege, vous me faite rire , je suis un Quebecois vivant a l’ exterieur de Quebec et des fois je trouve les Quebecois raciste face a l’ anglais.

  9. Pascale en a manger des sandwiches à la margarine pour pouvoir se payer un album anglophone. En plus, on repassera pour la vedette instantanée; ça fait 10 ans qu’on voyait Pascale dans les bars de Québec. C’est pas de sa faute si les chanteurs francophones subventionnés trop généreusement ne sont pas bons. Une preuve que votre système culturel ne fonctionne pas face à ceux qui ont du talent!!

    Tu devrais plutôt t’interroger sur comment on finance la culture au Québec. Ce n’est pas normal que des artistes très riches et sans talent obtiennent encore des subventions alors que des talents sont encore ignorés par nos institutions.

    La culture québécoise n’est pas que francophone. Elle peut être anglophone ou hispanophone. C’est en hiérarchisant l’importance des langues qu’on rend le français si fragile en Amérique du Nord.

  10. Faudrait ajouter la prononciation du d pour faire Péskôôle Païkôrd!

  11. Billet pourri!

    La mélodie de Pascale Picard (j’ai de la misère à l’écrire en anglais, peut-être est-elle séparatiste après tout? tu conclus trop vite, Louis) n’est qu’une pâle copie des Cranberries (Pascale Picard a une voix semblable à Dolores O’Riordan) qui ne mérite pas qu’on s’y attarde.

    Louis, je ne suis pas d’accord avec toi quand tu dis: « Mais c’est quoi l’idée de chanter en anglais, que dis-je, de produire un album ENTIÈREMENT dans une langue étrangère quand tu viens de Québec? »

    Il faut faire attention, Pascal Picard ne vise pas en premier le marché québécois. Elle vise en priorité le marché nord-américain, donc elle doit chanter en anglais. Pourquoi se priver de percer le marché nord-américain quand cela est possible? De quel droit voudrais-tu lui en empêcher?

    « Mais Leloup, c’est le Mile End, c’est la rencontre entre un Québécois fier de ses origines et une ouverture à d’autres cultures »

    Complètement faux. J’adore Jean Leloup, c’est le meilleur compositeur vivant dans le territoire québécois. Mais il n’est pas un Québécois, il se voit simplement comme un être humain qui, politiquement parlant, est une andouille (il admet candidement qu’il se câlisse de la politique) qui n’en a rien à foutre du nationalisme Québécois. Mais ce n’est pas un « French-Canadian living in la Belle Province of Quebec » colonisé non plus. JEAN LELOUP SE DÉFINIT SIMPLEMENT COMME UN ÊTRE HUMAIN AFFRANCHI DE TOUTE FIERTÉ NATIONALE, ET C’EST SON DROIT!

    Voici un extrait de La Presse à Desmardais du 5 avril 1992:

    http://news.lecastel.org/articles/lapresse_5avril1992.html

    « Je ne comprends rien à la politique de ce pays», affirme Leloup qui, né à Québec, a grandi au Togo et en Algérie où son père était enseignant.

    «Je me souviens de cette mer de drapeaux qui furent levés lors du référendum de 1980. Je revenais alors d’Algérie où j’avais vu la guerre, le racisme, la révolution, les oreilles qu’on coupait… alors qu’ici, au Québec, les francophones parlaient des maudits anglais et de l’exploitation.»

    «Que de radotages», ajoute Leloup, parlant indifféremment en anglais ou en français quand ce n’est pas par signes. «Les gens, ici, vivent très bien.»

    Québécois frustrés

    Ancien étudiant en littérature française de l’université Laval, Leloup estime que «ce qui étreint avant tout le coeur des Québécois, c’est leur solitude, leurs frustrations de néo-catholiques». »

    La seule bonne phrase de ton billet est la dernière: « Et tant qu’il y aura des zozos pour acheter de tels albums, il y aura des bozos pour en produire. »

    Ce sont ces consommateurs « French Canadians living in La Belle Province of Quebec » qu’il faut dénoncer, pas Pascale Picard! Mais au moins, tu l’admets mais un peu tard en disant: « Mais au fond, peut-on réellement la blâmer? » Surtout que, même si ce n’est pas ma tasse de thé, les Cranberries sont pas mal meilleurs!

    Tu ne m’embarqueras pas dans ce genre d’attaque personnelle. Laissons ce procédé immonde à Haine FM!

    Pour pouvoir se respecter en tant que Québécois, il faut être respectable et pour être respectable, il faut faire la séparation du Québec!

  12. Et effectivement, Pascale Picard n’est pas une veudette instantanée ou à tout le moins pas aussi instantanée que les créatures grotesques produites par Star Pandémie, Plottes Story et Occupation Pleurnicharde!

  13. @Jacques B.

    « J’ai même un ami ou plutôt une connaissance (beauceron d’origine) qui a obtenu sa citoyenneté américaine et qui fièrement l’exhibe! »

    C’est son droit, faudrait quand même pas le retenir de force au Québec!

    Tant mieux s’il a quitté le Québec. Bon débarras!

  14. @Jacques B.

    « À Québec, c’est le contraire! Il y a de plus en plus de personnes (des jeunes surtout) qui, non seulement ne craignent pas l’assimilation, mais qui, au contraire, y aspirent! »

    Voilà le résultat de la propagande haineuse de André Arthur (encore plus lui que Fillion) et des échecs référendaires qui font en sorte que la séparation semble un rêve inaccessible pour ces gens-là. Alors ils se joignent aux oppresseurs!

    Vive nos chaînes!

  15. « Dire qu’une pure laine qui chante en anglais c’est contre-nature, c’est porter un jugement discriminatoire sur la base de l’ethnie. »

    Oh là là, Guillaume, encore l’amalgame des maudits Québécois racistes! Je suis tanné de ces niaiseries.

    Essayez de faire carrière en français dans le ROC, juste pour voir!

  16. « Si pour Pascale Picard, chanter avec ses tripes c’est chanter en anglais «so what?». »

    Pascale Picard ne chante plus avec ses tripes et c’est son droit, she just wants to pogne pour gagner plus d’argent.

  17. Il n’y a pas véritablement de « mystère-Québec ». Malgré la croissance économique exceptionnelle que lui procurerait la séparation du Québec, la population refuse d’appuyer massivement le OUI parce que André Arthur le leur a dit et parce que le PQ ne s’en est pas rendu compte. La population de Québec vote donc contre son intérêt!

    Au moins, le vote raciste des anglophones du West-Island est plus logique et respectable, car il en va de leur intérêt.

  18. c’est plutôt toi le triste déraciné à la dérive se cherchant un quelconque port d’attache

  19. Fredlev, avez-vous des arguments sérieux?

    Allez consulter le site de l’Institut Économerdique et branlez-vous bien!

  20. Bonne idée, leurs idées me font bander anyway. Les meilleures qui n’ont jamais existées.
    Vive le capitalisme.

  21. « Bonne idée, leurs idées me font bander anyway. Les meilleures qui n’ont jamais existées.
    Vive le capitalisme. »

    Si l’IEDM est si bandant que ça et s’il était tellement « un grand promoteur du libre-marché, du véritable capitalisme et de la réduction de la taille de l’État », comment se fait-il qu’ils n’ont jamais proposé de cesser de participer à des guerres impérialistes, de réduire le budget militaire de moitié, de légaliser les drogues pour adultes consentants et de cesser la répression des crimes sans victime?

    Voilà de veritables économies pour les CONtribuables dont l’IEDM ne fait jamais la promotion pour éviter de perdre leur influence lobbyiste auprès des gouvernements.

    Qui ne dit mot consent!

    Le jupon néo-conservateur de l’IEDM dépasse!

  22. Faut il toujours afficher nos couleurs dans tous ce que l’ont doit entreprendre.
    Pascal Picard je la trouve super elle a un style bien à elle et je respect ce qu’elle entreprend.
    Regarder Céline Dion elle chantait en francais avant mais quand elle a voulu faire du cash et bien elle a commencer à chanter en anglais et regarder ou elle est rendu aujourd’hui.
    Maintenant qui vous dit que Pascal ne chantera pas en francais plus tard.
    Alors si vous n’aimer pas entendre Pascal à la radio,Alors changer de poste 5 minute et quand vous aller revenir sur le poste il y a des chance que vous entendez des chansons dans d’autre langue que l’anglais ou le francais.

  23. moi jpense que té juste un estie de jaloux, moi jpense que faire un disque quebecois cest juste de pas avoir d’ambition, la ptite fille elle a la comprit et pareil a simple plan. cest pas dure a comprendre ben ben quand tu te sert de la logique. ont est environ 7 million de quebecois versus combien de milliard d’anglophone faite le calcul pis vous avez la reponse…. entk moi jadore pascal picard sans en etre son plus grand fan pis je lui souhaite tout le succes quelle merite. j’ai apprit en ten que quebecois de pas chier sur la tete de mes semblable…..

  24. Qu’est se que je lis dans ces posts ? Des personnes qui n’aiment pas Pascale Picard (c’est leur droit), pour une raison completement non valable !! Le fait qu’elle chante anglais ne signifie pas qu’elle renie ces origines. Pourquoi on vient lui reprocher ca, et qu’il y a tout un tas d’artiste qui chante des chansons voire même des album entier dans une autre langue que la langue maternelle.
    Pour ma part je trouve que ce choix artistique est judicieux. Ce style lui va comme un gant.
    Et quand j’entends dire certaine personne que c’est la copie conforme de la chanteuse des cramberries, alors que dire de Amy McDonald, qui elle a sans doute le même timbre de voix, et pourtant a qui je ne jeterai pas la pierre.

    Pascale Picard est très loin du style cramberries, et si tenté qu’elle se rapproche d’un style musical, ne serait ce pas plutot de la musique country ? ce qu’en aucun cas le style des cramberries !!!

    Et en ce qui concerne les quebecois, si P.P. chantait francais, elle n’aurait sans doute pas fait autant parler d’elle. Tout simplement parce que des quesbecois qui chante francais, il en sort tous les ans, et pas que des bons !!

    Moi j’adore !!!!!

  25. Louis Philippe Lafontaine.
    Pardon j’avais cru que ton post était serieux et que ton nom était un pseudo !!

    J’aurais préféré (que ce soit un pseudo) !!!
    Tes parents devait te détester mon pauvre.

  26. Le fait qu’un groupe comme Les Respectables, que j’aime bien en passant, ait déjà fait des chansons en anglais est condamnable selont toi? Et le groupe The Box qui chantait en anglais dans les années 80 et 90?

    Le fait qu’un artiste québécois fasse des chansons dans la langue de Shakespeare ne devrait pas être vu comme un acte de trahison envers la culture québécoise.

  27. La connaissant personnellement, je peux vous affirmer, et je pèse mes mots, que ce n’est nullement une question de cash! Elle fait ce qu’elle aime et des gens croient en elle…point final!

  28. « ’est la langue commune pour les affaires, internet et pour la musique. Un jour vous serez bien obligés de le réaliser.»

    Il y a une différence entre culture et communication entre les cultures. Si ton but est simplement de faire du cash, déménage et va dans un pays où la langue est l’anglais. Ne vient pas représenter notre pays avec une langue qui n’est pas notre et avec de la musique copiée qui n’est la notre.

    Karkwa et Malajube sont d’excellents exemples de groupes qui ont non seulement un succès ici, mais aussi une reconnaissance mondiale. pourquoi? Parce qu’artistiquement, c’est original et parce que ils ont créer un son unique qui les fait se démarquer de d’autres groupes. Arcade Fire, même s’ils chantent en anglais, est typiquement montréalais, avec de la musique en anglais principalement, mais avec souvent des refrains ou des chansons complètes en français.

    Je ne me cacherai pas que les chansons de Picard sont accrocheuses, mais pour moi, elle n’ont rien de différent avec celle de Avril Lavigne ou Kate Perry. C’est du pop accrocheur avec des paroles bien ordinaires malheureusement.

Comments are closed.