La corruption du privé

Je lisais un article dans le Journal de Montréal de jeudi dernier qui parlait de la suspension de Daniel Labrecque, le directeur adjoint des travaux publics de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, mon ancien quartier. M. Labrecque aurait reçu des pots-de-vin, dont un voyage de golf au Portugal en 2007, en échange de la remise d’un contrat de déneigement à une entreprise plutôt qu’à une autre. Cette situation est tout à fait caractéristique des types de problèmes engendrés par la privatisation de services au citoyen.

En effet, on a beau ne pas aimer les Cols bleus – qui sont pourtant d’honnêtes travailleurs de la classe moyenne ne demandant qu’à gagner leur vie honnêtement – ce n’est pas avec eux que ce type de situation se produirait. Car à partir du moment où un service est assuré par la ville elle-même, celle-ci est directement redevable du service offert devant les citoyens.

Au contraire, en privatisant une partie du déneigement, on installe un échelon supplémentaire: l’entreprise n’est plus redevable au citoyen, mais bien à un représentant d’un sous-échelon du fonctionnariat d’un arrondissement de municipalité. Bref, à un fonctionnaire qui, comme tous les hommes devant octroyer des contrats au secteur privé, est susceptible d’être corrompu.

Ce n’est rien d’exceptionnel. À partir du moment où on décide collectivement de confier des parties du secteur public au privé, on assiste non seulement à une augmentation des coûts (il faut payer le profit de l’entreprise!) mais également une augmentation du risque de corruption. Et c’est pas mal plus facile qu’on peut le croire.

Tiens, par exemple, je sais que la ville veut confier le service XYZ au secteur privé et je dirige une entreprise qui peut offrir le service XYZ. Je rencontre la personne en charge de l’attribution du contrat, et en jasant avec celle-ci, je découvre ses intérêts. Il suffit ensuite de lui offrir discrètement quelque chose qui lui plaise en lui signifiant qu’il y aura d’autres cadeaux du genre si mon entreprise est retenue. C’est juste assez subtil pour ne pas donner l’impression d’être illégal, mais ne nous trompons pas: c’est tout à fait illégal.

Désormais, quand on parlera de privatiser un service offert au citoyen, il serait bon d’ajouter le facteur corruption dans le calcul. Car outre la hausse des coûts provoquée par la nécessité du profit, il ne faudra pas oublier celle découlant de la corruption et des enquêteurs qui seront nécessaires pour la débusquer.

Encore une fois, si le déneigement était confié aux travailleurs municipaux, on n’aurait pas de problème. Et pour avoir habité Ahuntsic-Cartierville pendant dix ans, je peux témoigner à quiconque de l’excellence du travaile des Cols bleus dans ce quartier, tant au niveau du déneigement que de l’entretien des patinoires, de l’enlèvement des feuilles mortes ou de l’entretien paysager.

Au lieu de se laisser graisser la patte et d’aller jouer au golf au Portugal en dilapidant l’argent public pour une compagnie de déneigement, M. Labrecque ferait mieux de confier le déneigement à ceux qui sont le plus en mesure de le faire au meilleur prix: les employés de la ville de Montréal.

Publicités

24 Réponses

  1. Le titre porte un peu à confusion selon moi. Il implique que le privé soit corrompu. S’il l’est, c’est dans une moindre mesure que le fonctionnaire attribuant le dit contrat sans être impartial.

    Cette situation est tout à fait caractéristique des types de problèmes engendrés par la privatisation de services au citoyen.

    Vous voulez dire qu’elle fait ressortir la corruption des fonctionnaires?

    M. Labrecque ferait mieux de confier le déneigement à ceux qui sont le plus en mesure de le faire au meilleur prix: les employés de la ville de Montréal.

    La meilleure façon de savoir s’ils peuvent le faire au meilleur prix n’est elle pas de les laisser soumissionner sur le contrat?

  2. @Sylvain: Très légère rectification. Je crois que dans n’importe cas de corruption autant le fonctionnaire est à blamer que l’entreprise qui croit meilleur de soudoyer quelqu’un pour avoir un contrat. Bref, les 2 revers de la médaille sont à blâmer dans les cas de corruptions selon moi. Je voulais le dire car je trouvais que votre commentaire mettait l’emphase sur le fonctionnaire au même titre que le billet laisse sous-entendre que c’est seulement la faute de l’entreprise.

  3. Effectivement, si on laisse des politiciens et bureaucrates (qui sont tous en vente à enchère) décider ou l’on envoie l’argent des payeurs de taxes, ca risque d’être dans des poches aussi corrompues que ledit politicien, bureaucrate.

    Ca s’appelle un transfer de richesse; les politiciens et bureaucrates ne peuvent eux-même partir avec la caisse, ils doivent transfèrer ca à des invidivus avant de pouvoir en profiter.

  4. @ Sgt Scott

    Je prenais pour acquis que dans un cas comme celui-là, la corruption est définie comme le fait de travailler *contre* son employeur. L’entrepreneur travaille en sa faveur, bien entendu mais c’est le fonctionnaire qui ne fait pas le travail pour lequel il a été engagé. C’est pour ça que je met la faute premièrement sur celui-ci. Notez que ce n’est pas le côté juridique dont je faisais allusion (où probablement les deux seront blamés).

  5. « Je rencontre la personne en charge de l’attribution du contrat, et en jasant avec celle-ci, je découvre ses intérêts. Il suffit ensuite de lui offrir discrètement quelque chose qui lui plaise en lui signifiant qu’il y aura d’autres cadeaux du genre si mon entreprise est retenue. »

    En effet, les entreprises privés ne sont pas à l’abrit du « pot-de-vinage ». Cependant, c’est la personne qui accepte le pot de vin qui doit porter l’entière responsabilité: son employeur lui a donné comme mandat d’obtenir un service X avec des spécifications Y au prix le moins cher. Même si la personne offrant le pot de vin peut être tenu comme étant immorale par certaines personnes, il n’en reste pas moins que cela ne constituerait pas une condition nécessaire à rendre la pratique d’offre de pots de vins illégale. Cependant, accepter un pot de vin pour aller cherhcer un contrat plus cher pour son entreprise devrait permettre à l’employeur de renvoyer immédiatement l’employé concerné et peut-être même se retirer du contrat en plaignant la fraude.

    Un fichier audio d’un extrait d’un livre de Murray Rothbard, économiste, à propos des pots de vins. Cela dure 5 minutes environ, est en anglais mais prononcé très clairement et reprend ma position de façon complète.

    [audio src="http://mises.org/multimedia/mp3/audiobooks/rothbard/EthicsofLiberty/2-17.mp3" /]

  6. « La meilleure façon de savoir s’ils peuvent le faire au meilleur prix n’est elle pas de les laisser soumissionner sur le contrat? »

    Tout à fait exact Sylvain. De plus, et ce n’est pas la première fois que je le demande à Louis, est-ce que le profit d’une entreprise est vraiment plus élevé que le gaspillae du public et les salaires exagérés? Je ne crois pas.

    Et personnellement, j’ai toujours quelques cadeaux pour mes bons clients, afin de les remercier de faire affaires avec moi…billets de hockey de spectacles, tables d’hôtes au restaurant. Ça s’appelle maintenir une bonne relation…et est-ce que j’ai le droit de faire ce que je veux avec MON argent?

    Le fonctionnaire lui, s’amuse avec l’argent du public…pas le sien, et c’est là la grosse différence.

  7. @ Sylvain: Merci pour la précision, cela rend votre commentaire plus compréhensible.

  8. Ben voyons:

    En effet, on a beau ne pas aimer les Cols bleus – qui sont pourtant d’honnêtes travailleurs de la classe moyenne ne demandant qu’à gagner leur vie honnêtement –

    Tous les cols bleus sont des honnêtes travailleurs (!) et les boss ou les privés sont tous des crosseurs. Allons-donc!
    Tu oublies les cols bleus qui ont pris 3 jours pour boucher un nid de poule. Toutes les jokes sur les gars de voirie prennent leur source quelque part. Les Bougons n’étaient pas si loin de la vérité quand ils se sont moqués des cols bleus.

  9. Mon opinion est celle de Jean-François Lizée. Je suis pour une gauche efficace. La gauche qui s’acharne contre tout ce qui est privé, c’est stupide.
    Le privé n’est pas totalement noire et le service publique totalement blanc. C’est manichéen comme vision et George Bush propose aussi une vision du monde en noir et blanc.
    Je dis que l’état doit assuré un filet sociale éducation, environnement, l’eau, santé et retraite. Je dis que le privé doit créé de la richesse parce que sans richesse, il n’y a pas de programmes sociaux.
    Je dis dans ton exemple, ce n’est pas la compagnie qui est fautive, mais le fonctionnaire.
    L’état devrait sortir de tout ce qui n’est pas essentiel.
    Si un type peut nous assurer un bon service à moindre coup et faire un peu de sous pour nourrir sa famille, c’est bon de sous-traité des services comme le déneigement.
    J’ajoute pour finir que j’ai bossé dans des ministères. Dans l’un un directeur m’a déjà, alors que je proposais d’utiliser des produits gratutis qui allait sauver 2 millions: « L’argent c’est pas un problème et si c’est ça coûte pas cher, ça a pas l’air sérieux »… Dans un autre ministère, j’ai vu un type de 53 ans, qui avait accumulé 2 ans de congé maladie non pris, qui comptait chaque jour les jours qui le séparait de sa retraite. Pendant 71 jours, il est venu au bureau 4 heures par jour et ne fesait rien sauf jouer au démineur… C’était dans un organisme de pour le service aux fonctionnaires…
    Notre état est tros gros et dépense dans plein de trucs inutile. Résultat, on hausse les frais de scolarité pour que des pourris puissent prendre leur retraite à 55 ans.
    Qu’y-a-t-il de mal que le déneigement soit fait par le privé et le pont construit par le privé, si la santé reste gratuite… Le MTQ avec l’effondrement de la 19 ne vient-il pas de nous montrer où l’argent dépenser pour payer ses ingénieurs auraient pu être mieux employé?
    La France, où je vis présentement en est l’exemple, grève des transport 300 millions d’euro perdu en 2 semaines. Je marche plus de 4hr par jour pour aller bosser et je suis pris en otage.
    http://www.politiquessociales.net/
    Le privé n’est pas le démon. Tous les fonctionnaires ne sont pas des parresseux. Ma copine est prof, travaille comme une malade et est représentante syndicale.
    Dénoncé le privé et oublié de dénondé les cols bleus, c’est stupide.
    http://www.lactualite.com/economie/article.jsp?content=20071010_150321_3856

    Exemple: La cafétéria.
    Soyons brutaux. Dans les écoles, les hôpitaux, les édifices publics, le rapport qualité-prix est exécrable.

    Solution de la droite : L’État n’a pas sa place dans la bouffe. Virons les employés, louons les locaux à l’entreprise privée la plus offrante, qui embauchera des salariés payés deux fois moins cher, fixera les prix et empochera les profits qu’elle pourra en tirer.

    Solution de la gauche classique : Ces salariés ont des droits acquis de haute lutte, qu’on les laisse tranquilles. Ils n’empoisonnent personne, après tout.

    Solution de la gauche efficace : Qu’on crée l’unité de travail « cafétéria » avec les employés et les cadres. Qu’on lui délègue l’entière gestion du budget et que 33 % de tout accroissement des profits venant de gains de productivité, de ventes, etc., retournent en primes et augmentations de salaire. Le reste reviendra à l’État. Faisons de même pour les blanchisseries et tous les services de soutien. Si les résultats ne sont pas probants après cinq ans, on mettra en concurrence l’unité de travail et l’entreprise privée pour l’obtention du contrat.

  10. Je suis d’accord avec toi Louis, les bureaucrates sont souvent facile à corrompre.

  11. @guy: Ce que propose Lisée (et non pas Lizée…) c’est simplement une version plus « soft » de la droite. Ce type est un type de la droite et ses idées sont des idées de droite. Il est simplement trop lâche pour s’assumer.

    Et SVP ne me cite pas un torchon comme l’Actualité SVP, la version française du Maclean, un des quotidiens de la propagande de droite le plus en vue au Québec…

    Le but du privé c’est de faire du cash. Ça n’a pas sa place dans le service aux citoyens; ça finit là.

  12. L’éducation, c’est un service aux citoyens, mais le déneigement… Pas aussi sûr que c’est si vitale

  13. Le cash, qui a-t-il de si mal à en faire un peu.
    C’est le problème au Québec. Y’a les moutons, ceux qui n’ont aucune opinion. Y’a les fous de la droite qui veulent détruire tous les programmes sociaux et l’ultra-gauche qui ne veux pas d’argent, mais tous les privilèges.
    Lisée est un grand homme, il a fait beaucoup pour le Québec. Si Lévesque avait eut un homme tel que lui comme conseiller (au lieu de Morin le traître) nous serions un pays. Le malheur de Lisée, c’est de n’avoir pas eut de premier minsitre à sa hauteur.
    Sa proposition si tu la relis, elle est géniale. Tout le monde y gagne.
    Solution de la gauche efficace : Qu’on crée l’unité de travail « cafétéria » avec les employés et les cadres. Qu’on lui délègue l’entière gestion du budget et que 33 % de tout accroissement des profits venant de gains de productivité, de ventes, etc., retournent en primes et augmentations de salaire. Le reste reviendra à l’État.
    Que peut-on dire à ça? Service de qualité, salaire garantie et profit pour le privé et l’état.
    Trop pousser la haine de l’argent, ça donne les goulag, la corruption, etc.
    Trop pousser la haine du sociale, ça donne la violence, des démunis et des inégalités.
    J’ai travaillé au complexe G. Laisses-moi te dire que des pousseux de crayons, des glandeurs, etc. y’en a en titi. Avec l’argent qu’ils ont gaspillé, ma copine dans son école aurait pu organiser de la bouffe pour les élèves défavorisés, des distributions de livres gratuites. Les aînés seraient mieux traités au lieux d’être enfermés dans des cages à poules. Il y aurait des travaillieurs de rue pour s’occuper des itinérants, au lieu d’avoir des ingénieurs qui ne peuvent nous dire pourquoi le pont de la 19 a tué des gens en s’effondrant…
    La gauche, est-ce que c’est la haine aveugle de la droite et du privé ou le progressisme et le désir d’épanouissement pour tous? Ma gauche, elle s’occupe de mon peuple. Elle se révolte quand elle voit des infirmières syndiqués laissés des gens dans leur merde parce que c’est la pause.
    Ne pas voir que l’état, les fonctionnaires et les cols bleus qui n’offrent pas un service direct à la population sont des nuissances sous prétexte que le privé est méchant… c’est aussi pire que Dumont. C’est de l’endoctrinement.
    Le déneigement, ce n’est pas comme l’eau, il ne peut pas y avoir de Walkerton comme en Ontario.
    La sociale-démocratie ça veut dire égalité des chances pour tous et non pas, je veux détruire l’entreprise privé qui est méchante. Fais attention de ne pas devenir le Jeff Fillion de la gauche.

  14. Ok on va enlever le déneigement pendant tout un hiver. On s’en reparle au printemps.

  15. « Ok on va enlever le déneigement pendant tout un hiver. On s’en reparle au printemps. »
    On dirait le type d’antagoniste.net
    Un détail de toutes mon explication… Tu comprends ce que je veux dire.
    Que préfères-tu des enfants qui mange à leur faim avec de vrais programmes sociaux ou un fonctionnaire à 65 000$ pour pousser une pelle et des enfants qui mangent pas parce que y’a pu d’argent à cause du fonctionnaire?
    Je préfère les enfants. J’en ai rien a câlisser de qui ramasse la neige. J’aime mieux avoir des livres dans la biblitohèque de l’université, des médicaments dans l’hôpital… Et toi?
    Je trouve que tu as des opinions sublime comme pour ton texte sur l’afgan, mais c’est temps-ci tu pars sur des délires manichéen à la Gorge Bush. Le monde est gris pas noir ou blanc. Les méchants d’un côté et les méchants de l’autre.
    J’ai pas dit tu es le jeff Fillion, j’ai dit fait attention.
    Mais avant de focuser là-dessus, qu’est-ce que tu préfères vraiment des programmes sociaux pour aider les gens où du corporatismes qui protègent les emplois souvent inutiles des bureaucrates, cols-bleus, etc?
    Des réunions à 23 personnes pour discuter de l’achat de 3 serveurs à 15 000$ dans un ministère… pis après 25 minutes y’en a deux qui lèvent s’cusez on sait tromper de réunion. Tu imagines tous l’argent qui pourraient aller au sans-abris?
    Un atelier fang-shui avec une consultante à 125$ de l’heure au ministère de la solidarité sociale. J’ai déjà vu ça.
    Tu as raison faut absolument que l’état s’occupes de tout. C’est toujours mieux.

  16. « Fais attention de ne pas devenir le Jeff Fillion de la gauche »

    Faut pas charrier Guy, on est loin de la diffamation continuelle, de la vulgarité, du racisme, de l’homophobie, du machisme, des campagnes de salissage et de la propagande haineuse de Fillion.

    Sauf peut-être quand Louis me traite de « néo-libéral pur et dur », mais même là, ça ne se compare pas!

  17. Guy, le déneigement est un service essentiel au Québec.

    « Je préfère les enfants. J’en ai rien a câlisser de qui ramasse la neige. J’aime mieux avoir des livres dans la biblitohèque de l’université, des médicaments dans l’hôpital. Et toi? »

    Démagogique comme comparaison. On peut très bien déneiger ET avoir des médicaments ET avoir des livres dans la bibliothèque!

    Parles-nous du bs corporatiste, des guerres impérialistes, de la répression des crimes sans victime et de l’existence du gouvernement fédéral à la place. Là, on pourrait vous prendre plus au sérieux!

  18. Le déneigement peut très bien être effectué par un pakistanais, qui débarque ici, s’achète un camion et décide de son propre chef de déblayer avec un salaire de 30 000$ plutôt que 55 000$ parce qu’ils n’a pas d’étude, qu’il a connu la misère dans un autre pays et qu’il n’est pas obliger d’abuser de l’état pour bien vivre.
    Je ne vois pas en quoi l’état qui déneige améliore le déneigement. Je ne vois pas en quoi le déneigement fait par un col bleu améliore ma qualité de vie. COntribue à mon épanouissement en société.
    Ce que je dis, c’est que l’état social s’occupe des besoins essentiels. L’état doit garantir un filet social. Le déneigement, c’est ben pratique, mais ce n’est pas un filet sociale. Si le gouvernement décidait de plus déneiger, les compagnies se mettraient ensemble et se payeraient des déneigeuses pour ouvrir les routes. On aurait même pas besoin de s’en occuper.
    Jamais une compagnie par contre va financer les logements des sans-abris.
    Moi, ma vision de la gauche n’empêche pas l’entreprise privé. Elle soulage la misère.
    Elle ne défend pas les médecins qui veulent faire grève (Parce qu’une grève s’est sacré), par contre, elle défend les immigrants qualifié que le collège des médecins empêche de travailler.
    Ma gauche a moi, elle ne tient pas mordicus à ce que l’état prennent tout en charge sans raison logique.
    Ma gauche a moi, elle est pour les programmes sociaux. Pas pour les fonctionnaires du complexe G qui arrivaient à 9h30 le matin, prenaient une pause à 10h prenaient 2h de dîner et quittaient à 15h30.
    Demandez à une travailleuse sociale ce qu’elle pense des gestionnaires de la régie de la santé. Demandez-lui ses besoins pour aider les malades… et après justifiez-moi l’emploi du personnel de bureau qui centralise tout et dépense l’argent en séminaire de dévellopement personnel.
    J’ai vu tout ça en travaillant à Québec. Je ne suis pas Adéquiste, mais je ne vois pas en quoi c’est si important que ce soit l’état qui déneige à tout prix nos route parce que le privé, lui, ferait du profit.
    Ma copine est secrétaire exécutive de son syndicat dans son école. Demandez-lui ce qu’elle ferait avec le millions dépensés pour acheter des portables aux conseillers scolaires qui se réunissent 1 fois par mois à Montréal.
    Pourquoi la gauche n’attire plus, pourquoi les gens votent libéral et adq au lieu de PQ et Québec solidaire… c’est justement à cause de l’aveuglement et de l’endoctrinement. La gauche efficace non corporatiste, j’y crois

  19. Que préfères-tu des enfants qui mange à leur faim avec de vrais programmes sociaux ou un fonctionnaire à 65 000$ pour pousser une pelle et des enfants qui mangent pas parce que y’a pu d’argent à cause du fonctionnaire?

    Je préfère des enfants qui mangent à leur faim et des honnêtes travailleurs de la classe moyenne (qui gagnent 40 000$, et non pas 65 000$) qui font un travail honnête pour la collectivité.

    Ton raisonnement est typique de la droite: opposer pauvres et un peu moins pauvres pour les miettes que laissent tomber les plus riches.

    Au lieu d’opposer les pauvres et la classe moyenne, regarde donc du côté de ceux qui font des millions et qui paient pas d’impôts, d’entreprises comme Alcan qui n’a pas payé d’impôt depuis 20 ans, et d’autres VRAIS gaspillages.

    Désolé, mais ton argumentation de droite ne m’émeut pas. Tu te dis le chantre du non-manichéisme, mais c’est toi ici qui opposent le pauvre au moins pauvre et qui n’ose pas toucher à la richesse là où elle est vraiment.

    Tu as le droit d’avoir tes idées de droite, même si elles sont injustes et illogiques. Mais au moins, nom de dieu, assume-toi.

    T’es pas de gauche mon ami; tout ce que tu racontes ce sont des préjugés véhiculés par la vieille drédrette sur les fonctionnaires, sur la répartition de la richesse, etc. Tu utilises les mêmes arguments que la droite, les mêmes préjugés, les mêmes mensonges.

    Assume-toi et cesse de me faire perdre mon temps.

  20. Je ne suis pas de gauche. Ok, alors expliques-moi pourquoi je vote à gauche. Tu en connais beaucoup des gens de droites qui veulent un investissement massif dans les programmes sociaux comme je l’ai écrit. Qui veulent augmenter les services directs au citoyens. Qui défendent les sans-abris?
    Je ne radottes pas des préjugés, je te dis ce que j’ai vécu et vu de mes yeux. Je suis de Québec. Je travaille en informatique comme consultant au gouvernement. j’ai vu tout ce que j’ai dis. Aucun ministère ne veut m’engager à cause du corporatisme syndicale qui force d’avoir un bac pour cabler des ordinateurs, mais avec un dec comme consultant je peux être architecte de projet et avoir 10 employés syndiqués sous mes ordres. Le technicien fait 58 000$ par an et j’en fesais 39 000 pis j’étais son boss. Je n’ai pas le droit de devenir permanent sur mon poste. J’ai un emploi précaire à cause du syndicat, mais je suis assez compétent pour faire le boulot. En plus, je n’aurai pas de fond de pension. T’as raison l’état fait mieux les choses.
    Je m’excuse avec 40 000$ tu n’es pas pauvre. Un pakistanais qui a vécu dans la misère dans son pays, il fait des merveilles avec ça. Il demande juste ça sous-traiter au gouvernement. Le cols-bleus, il en veut toujours plus. Ça poche avant la collectivité.
    Le type qui pose des cables a-t-il besoin de faire 58 000$?
    Regarde dans le post sur la gratuité scolaire, si j’ai utilisé de vieux stéréotype de droite.
    EN 1995, j’étais à la FECQ, j’ai bloqué des routes, le casino, fait des manifs, donné des entrevues à la presse.
    Je ne suis pas de droite.
    Par contre, je réalise que j’ai 30 ans, le Québec a une dette de 120 milliards. Je veux que les acquis sociaux soient protégés. Je veux que le peuple Québécois est de hôpitaux gratuits. j’aimerais que le transport en commun soit gratuit pour aider l’environnement. Je veux me débarrasser de James Charest, éviter Dumont… Quand j’entend des gens défendre des trucs inutile comme le déneigement par l’état. Je comprend que la droite soit aussi populaire.
    Je suis de droite…
    Le type de Antagoniste.net me traite de débile quand je m’oppose à ces conneries de droites, quand je m’oppose au non-sens de mon groupe politique, je me fais traité de type de droite. Si on travaillait tous pour les vrais priorité, sans idéologie.
    Maudit qu’on est mêlé au Québec

  21. @Kim Jong-Il (aka Louis)

    Ne pas confondre PPP (tu peux mettre la sous-traitance dans cette catégorie) et privatisation.

    La privatisation fait en sorte que l’entreprise privée assume entièrement les coûts de la livraison du nouveau service privé qui n’est plus un service public. Bien sûr, pour qu’une privatisation soit viable, il faut que la vente soit faite à la valeur du marché (ce ne fut pas le cas de Vidéoétron: corruption!). ET que ce service ne soit pas assuré uniquement par un monopole protégé par l’État (pléonasme: tous les monopoles sont une créature de l’État).

    Avec une privatisation, le client est roi. Il décide où il veut acheter le service. Pas de corruption semblable à celui que tu dénonces et même mieux: l’entreprise privée est imputable contrairement à l’État, i.e. l’entreprise a tout intérêt à bien servir le client s’il veut rester en affaires, ce n’est pas le cas de l’État. Dans le cas de services non-essentiels comme la SAQ et Loto-Québec, la privatisation est dans l’intérêt de tous, incluant le gouvernement qui pourra encaisser des revenus de taxes encore plus élevés qu’en ce moment.

    Par contre, les privatisations font en sorte que les pauvres n’ont plus accès à leur ancien service public, surtout lorsqu’il s’agit d’un service essentiel. Voilà pourquoi je suis contre la privatisation d’Hydro-Québec!

    En ce qui concerne les PPP, il s’agit là d’une privatisation des profits et d’une socialisation des risques, ce qui, la quasi-totalité du temps, rend le service public encore plus inefficace dans un PPP que lorsqu’il est entièrement public en raison de la corruption que vous dénoncez légitimement dans votre billet. L’exemple des infirmières privées que vous venez d’illustrer le démontre clairement.

    La raison pour laquelle les PPP sont à la mode est la suivante: il est trop coûteux politiquement d’abolir les monopoles syndicaux qui est la source principale de l’inefficacité relative de certains services publics.

    Le problème Louis, c’est que les payeurs de taxes ne peuvent plus se permettre les conditions de travail extraordinaires des syndiqués de la Ville de Montréal. Leurs conditions de travail sont nettement meilleures que les travailleurs du secteur public du gouvernement du Québec. Les salaires des employés de la Ville de Montréal doivent baisser, car sinon tout cela sera converti en PPP comme le souhaite le maire Tremblay.

    Les monopoles syndicaux créent une caste de travailleurs privilégiés dont leur statut dépend du népotisme et de l’ancienneté, tout cela au détriment de la compétence. Ce mépris de la compétence est particulièrement néfaste dans le système scolaire public et prive d’emploi de nombreux enseignants plus compétents.

    Si on abolissait les monopoles syndicaux, la compétence reprendrait ses droits et il serait encore plus clair que les PPP sont inefficaces. Cette idiotie-là serait reléguée aux oubliettes et les services publics seraient encore plus efficaces qu’en ce moment.

    Mais comme je suis un néo-libéral pur et dur, ce que je dis ne vaut pas de la marde!

  22. Ok on va enlever le déneigement pendant tout un hiver. On s’en reparle au printemps.

    Parce ce que l’on sait que le but du privé est d’augmenter ses couts de production, de perdre des clients et à la fin, de ne plus offrir son service/produit…

    /sarcasm

  23. Sauf que quand une entreprise est membre d’un PPP, celle-là n’a plus intérêt à bien servir ses clients. Ça n’a rien à voir avec une privatisation.

  24. Davidg: C’est même pas une question de ppp, c’est une question de la source de financement. Lorsque l’on prend l’argent d’un autre pour acheter à une autre personne autre chose, on se fou pas mal du niveau de satisfaction.

    Milton Friedman directement là dessus:

    Les 4 façons de dépenser de l’argent:http://www.youtube.com/watch?v=VXL6DP1nwv4

Comments are closed.