L’ADQ au prise avec ses extrémistes

Il y a une différence fondamentale entre un parti apte à diriger et un parti qui se contente de tirer dans tous les sens en espérant mêler assez les gens pour être élu. Dans le premier cas, on cherche à ne pas trop donner de poids aux éléments les plus radicaux, alors que dans le deuxième, on appuie ces groupuscules dans l’espoir que leur radicalisme pourrait être payant électoralement. Encore une fois, on a la démonstration que l’ADQ de Mario Dumont (puisque c’est bien « son » parti après tout et que sans lui ce parti n’a aucune existence propre) n’a pas la capacité de gouverner.

En effet, en ne se dissociant pas de son « aile-jeunesse » néolibérale prônant de couper les vivres aux assistés sociaux, Mario Dumont met le pied sur un terrain glissant où il laisse de côté ce qui pouvait lui rester de crédibilité pour gouverner afin de jouer sur le terrain de la démagogie. Sous prétexte de s’attaquer aux soi-disant profiteurs du système, c’est aux individus les plus vulnérables que s’en prend Mario Dumont. Faut dire: c’est plus facile de s’attaquer à un ti-coune qui arrive à peine à manger avec 550$ que de s’en prendre aux grosses corporations qui saignent l’État québécois.

L’illogisme de la position de Dumont est bien représentée par une phrase qu’il a lâché aux journalistes: « L’aide sociale doit être un tremplin vers autre chose ». Autre chose. Pas un tremplin vers un emploi permettant de bien vivre, mais un tremplin vers « autre chose ». Car il a beau être le pire des incompétents et inapte à diriger le Québec, Mario Dumont sait qu’il est impossible de trouver un emploi à 500 000 personnes demain matin. Ça ne se peut tout simplement pas. Des emplois, ça ne se crée pas par magie et ce n’est pas en coupant un chèque d’aide sociale déjà ridiculement bas qu’on va aider qui que ce soit.

Dans les faits, ce qui risque de se produire avec cette mesure de droite, c’est une augmentation de la pression sur les plus bas-salariés, c’est-à-dire ces gens qui sont assez courageux pour tenter de vivre au salaire minimum. Car si le salaire minimum c’est déjà la précarité, au moins il y en a beaucoup de ces jobs, et ceux qui y travaillent n’ont pas besoin d’un haut niveau d’éducation ou d’un grand savoir-vivre. Ça court littéralement les rues les jobs au salaire minimum.

Mais si on coupe l’aide sociale, on se retrouvera avec une masse importante d’individus entrant en compétition pour un nombre limité d’emplois. Ainsi, les pré-requis pour un emploi au salaire déjà médiocre augmenteront car les employeurs auront beau jeu d’appliquer une sélection plus serrée des candidats et de moins respecter leurs employés car il y en aura toujours beaucoup d’autres plus désespérés pour prendre le relais.

Bref, en coupant l’aide sociale, ce sont les employés au salaire minimum que Mario Dumont mettrait dans la merde.

Il prend donc le problème tout à l’envers. Si le but est d’améliorer les conditions de vie des gens et d’inciter davantage de personnes à quitter l’enfer de l’aide sociale, ce n’est pas en les mettant en compétition pour un vulgaire 8$ de l’heure, mais bien en appliquant des politiques progressistes – de gauche – susceptibles de rendre le marché de l’emploi plus attrayant. En favorisant une augmentation du salaire minimum, en respectant davantage les syndicats, en votant davantage de congés payés; en augmentant la qualité de vie des plus pauvres pour inciter des gens encore plus pauvres à tenter eux aussi d’en profiter.

Sauf qu’encore une fois, le système est fait d’une telle manière qu’il doit y avoir des gagnants et des perdants. Le capitalisme sauvage prôné par les extrémistes de l’ADQ est rapace et a besoin d’une masse de pauvres inutiles qui ne servent qu’à désespérer les pauvres utiles en leur faisant craindre de perdre leur utilité pour tomber encore plus bas. Et Mario Dumont, dans ce jeu où l’État devrait être le protecteur du pauvre contre la rapacité du plus riche, décide de jeter le désespéré dans la gueule du crocodile.

En se faisant l’écho des néolibéraux les plus extrémistes au sein de son parti, Dumont démontre qu’il ne sera jamais un dirigeant ayant à coeur une société plus juste, mais plutôt celui qui, à la solde des plus grands intérêts financiers, livrera corps et âmes les plus vulnérables de la société sur l’autel du libre-marché.

Prochaine étape pour le Führer de Rivière-du-Loup: le retour au servage et au travail forcé?

Publicités

51 Réponses

  1. « dans ce jeu où l’État devrait être le protecteur du pauvre contre la rapacité du plus riche »

    🙂

  2. Tu devrais enlever ta photo de nazi. Même si j’étais d’accord avec toi (ce qui n’est pas les cas) je trouverais la présence de cette photo complètement obsène.

  3. Une photo de Duplessis avec un évêque en soutane serait de mise. La référence nazie… c’est de mauvais goût.

  4. Je suis d’accord, la photo de nazi est de trop. l’ADQ est rempli de gros connards. Par contre, ce ne sont pas des nazi. C’est insulté la mémoire de millions de morts de faire cela.
    Sans compter que j’ai trop vu de souverainniste se faire comparer à Hitler pour ne pas que ça m’écoeure. Tu devrais retirer la photo. Comme disait Falardeau la vérité n’est pas une marque de yogourt, il y a des mots et des images banalisées de nos jours… l’holocauste n’est pas un sujet à plaisanter. Chaque village en France à son monument aux morts et sans souvient.
    J’ajoute que l’ADQ est un parti de pee-wee sans expérience. Ça je suis d’accord. Aussi les chiffres officiel du bien-être sociale, c’est 285 000 et pas 500 000.
    Ciao

  5. Falardeau a crit: « La liberté n’est pas une marque de yogourt ».

    La vrai question est soulevé dans le texte. Y-a-t’il des emplois disponibles selon la compétence de la personne disponible…..et poser la question en complément c’est y répondre.

    Ce serait que l’état se substitut à l’employeur pour décider si un individu est compétent à remplir une fonction.

    L’âge, la langue, les études, les aptitudes. les attitudes, les compétences, la dextérité. Si l’exercice avait pour but de constater que c’est une mission impossible, et s’ils ont l’intention de modifier le système ou la structure genre « Le plein emploi » l’exercice eut valu la peine.

    Tant qu’à la photo, c’est plus que douteux.

  6. 100 point Goldwin à Louis pour la photo et l’utilisation du mot führer. Ça commence à ressembler à du Élodie Gagnon… Inutile de dire que ce n’est pas un compliment.

  7. L’adq n’a pas le monopole de la répression envers les assistés sociaux.
    Ce qui est inquiétant depuis quelques années est que ces mesures émanent de comités jeunesse.
    Les jeunes vivent la précarité davantage que les générations précédentes. Les clauses orphelins (entre autres) les ont désolidarisés des mouvements syndicaux et de la gauche en général.
    La précarité étendue aux prestations d’assistance sociales y est donc vue comme une mesure juste.
    Il est devenu maintenant impossible pour quelque gouvernement que ce soit de faire plier les corporations, qui délocaliseront si leur charges sociales ne diminuent pas.
    L’impuissance de la gauche profite à tous les partis de droite.
    La lutte des classes est morte.
    Il ne reste plus à ces jeunes que l’idéal d’une justice égalitaire pour tous les travailleurs, la précarité pour tous, désolant.

  8. J’ai cessé de visiter les blogs du genre élodie justement à cause de l’image extrémiste qu’ils véhiculaient. Un homme, même en colère, n’a pas a utilisé de tels procédés car ça n’ajoute rien à votre message et ça insulte mon intelligence. S.V.P ne vous rabaissez pas à utiliser de telle tactique et choisissez mieux vos photos.
    Concernant l’ADQ leur discours en fin de semaine risque d’en décevoir plusieurs surtout ceux qui ont voté adéquiste pour du changement et de la nouveauté.Ce parti politique présente l’image d’un vieux parti qui reprends le discours qui consiste à taper sur les assistés sociaux. Venant d’une section jeunesse d’un parti, ce genre de discours me décourage.
    Me semble que le taux de chômage étant bas et l’économie du Québec se portant plutôt bien l’Adq ressemble de plus en plus à un parti d’amateurs en tentant de rassembler les québécois contre les plus pauvres de notre société. Franchement ce parti n’a aucune vision et aucun projet de société valable. Pis dire que c’est notre opposition officielle…

  9. Par rapport à la photo, ça me fait penser au fait qu’elle montre majoritairement le peuple et on sait que le peuple Allemand « suivait » les nazis…

    Peut-être que Louis a choisi cette photo-là en particulier à cause de ça.

    J’aimerais bien le savoir avant de me faire une opinion sur le choix de cette photo, même si bon, oui, comme Martin, j’ai le réflexe de vouloir lui donner un point Godwin.

  10. Tout à fait d’accord avec la photo! croire aveuglément et aller jusqu’à voter pour quelqun comme Mario Dumont qui à comme bras droit l’ancien président du conseil du patronnat gilles taillon et qui se dit etre pour le peuple! arrêtons d’être naif et voyons la réalité en face! Ce parti politique qu’est l’ADQ risquerait une fois rendu au pouvoir de réduire au maximum le pouvoir du peuple (qui se trouve a etre la définition de démocratie) au profit des grosses corporation! Est ce cela que nous souhaitons? Réveillons nous car nous risquons de nous réveiller en plein cauchemar …!

  11. « 100 point Goldwin à Louis pour la photo et l’utilisation du mot führer. Ça commence à ressembler à du Élodie Gagnon… Inutile de dire que ce n’est pas un compliment. »

    Rien à ajouter.

  12. Bravo à Renart et à jub pour leur intelligence pratique, et une pénalité majeure et inconduite de partie pour tous les autres.

    Ce qu’on voit sur la photo est un rassemblement nazi typique, avec un culte de la personnalité pour le chef; c’est l’exemple le plus clair de populisme poussé à son extrême et qui a conduit à tous les excès.

    Ceux qui s’arrêtent à l’image pour disqualifier le phénomème populiste de droite à l’ADQ ont arrêté de penser avant même d’avoir pensé à penser.

    Ce n’est pas parce que Dumont ne nous conduira pas aux chambres à gaz qu’il n’est pas le chef d’un mouvement populiste de droite s’appuyant sur la discrimination de certaines minorités et le culte du chef.

    Pas facile de discuter avec du monde qui ont fait de la langue de bois leur seul mode de communication et qui prennent tout au premier degré.

  13. Aucune hostie d’allusion au nazisme n’est pertinente à l’analyse de la politique québécoise. Aucune.

    Comme Guy l’a dit, les souverainistes se sont assez souvent fait traiter de nazis en puissance par des fédéralistes enragés pour ne pas répéter les mêmes conneries.

    Ici il n’y a pas qu’une image en cause, mais aussi l’utilisation du mot führer et un ensemble d’allusions assez claires.

    En plus de passer sous silence le fait que l’ADQ parle de retourner ces gens sur les bancs d’école, en plus d’utiliser une imagerie douteuse, ce genre de billet grossièrement partisan et plein de raccourcis de la pensée fait exactement le même jeu démagogique qu’on tente de dénoncer dans le populisme.

    S’accrocher à la vieille rhétorique soixante-huitarde de ses parents, ne jamais reconnaître ses torts et n’applaudir que ceux qui ne nous contredisent pas, ça c’est être bouché des deux côtés.

    Si ça venait de quelqu’un qui me faisait découvrir de nouvelles façons d’analyser la politique québécoise et qui prêchait par l’exemple, ça pourrait passer. Mais venant de quelqu’un qui reproche régulièrement aux autres d’être incohérents et de manquer de culture politique, l’utilisation d’une démagogie aussi primaire pour dénoncer la démagogie ne peut qu’être relevée comme une flagrante preuve d’incohérence.

    P.S. J’écrivais sur le populisme dès 2004. Je n’ai pas attendu que tous les analystes politiques en parlent avant de faire de même. 😉

  14. Dommage. L’homme de la rue que je suis aurait aimé parfaire son éducation politique ici mais vous me semblez aussi borné dans vos idées que les gens de droite Louis.

  15. +1 au message de Martin.

    J’aimerais aussi ajouter que j’ai juste vu du monde tapper sur Dumont, mais j’ai vu personne offrir de meilleure solution. À moins que la solution prisée par le reste de la population soit de continuer à encourager la paresse crasse des gens qui vivent du B.S. volontairement malgré le fait qu’ils sont aptes au travail?

    Cessons de toujours ramener le sempiternel « oui mais y’en a qui en ont besoin pour vrai ». Oui il y en a, c’est ceux là d’ailleurs qui ne seraient même pas affectés parce qu’eux se démainent pour réussir contrairement aux parasites qui font juste attendre leur chèque.

  16. Merci pour le +1

    Mais je ne suis pas d’accord avec cette chasse aux sorcières que les adéquistes ne sont pas les premiers à vouloir faire. Être sur le BS, ce n’est pas un privilège et ce n’est pas plaisant non plus. Une minorité d’assistés-sociaux sont des Bougons qui profitent du système. Et c’est rêver en couleur que d’imaginer que tout irait bien si « on n’avaient pas de béesses ».

  17. L’image faisant référence à la foi aveugle qu’avait le peuple Allemand envers les Nazis en dit beaucoup. L’auteur de ce billet veut démontrer jusqu’où peut mener le dogmatisme et le fait de s’acharner dans l’erreur. Malheureusement cette même photo s’applique aussi bien avec les mesures proposées qui seraient *elles* supposément plus réalistes et plus respectueuses des pauvres:

    En favorisant une augmentation du salaire minimum, en respectant davantage les syndicats, en votant davantage de congés payés; en augmentant la qualité de vie des plus pauvres pour inciter des gens encore plus pauvres à tenter eux aussi d’en profiter.

    Justement le genre de mesures qui rendra les pauvres sans-emplois, et de retour à la case départ. N’est-ce pas justement une situation idéale pour faire accepter aux gens le culte présenté sur la photo?

  18. @Louis

    Ton allusion au nazisme allemand est de mauvais goût et est aussi pire que l’accusion de NAZIonaleux que les séparatistes ont subi très souvent, et ce même si je comprends que tu fais plutôt allusion au populisme exacerbé des militants adéquistes et non pas aux chambres à gaz.

    Mais sur le fond des choses, tu as raison d’être indigné contre l’ADQ.

    « Sous prétexte de s’attaquer aux soi-disant profiteurs du système, c’est aux individus les plus vulnérables que s’en prend Mario Dumont. Faut dire: c’est plus facile de s’attaquer à un ti-coune qui arrive à peine à manger avec 550$ que de s’en prendre aux grosses corporations qui saignent l’État québécois. »

    Absolument! La drouate néo-libérale ne vise pas un démantèlement de l’État. Elle détourne l’argent des programmes sociaux dans l’intérêt des corporations et des services publics liberticides comme l’armée, la police et la justice.

    Et pour une fois que je suis d’accord avec Québec Suicidaire, je me dois de le souligner. Françoise David a dit: « C’est une décision qui a été prise sur une base d’ignorance, d’intolérance et de mépris »

    Excellente déclaration de sa part! Y en a marre du bs bashing colporté par les Libéraux (rappelez-vous de la déclaration haineuse de Sam Hamad), l’ADQ, les radios-poubelles et l’IEDM.

    « L’illogisme de la position de Dumont est bien représentée par une phrase qu’il a lâché aux journalistes: « L’aide sociale doit être un tremplin vers autre chose ». Autre chose. Pas un tremplin vers un emploi permettant de bien vivre, mais un tremplin vers « autre chose ». Car il a beau être le pire des incompétents et inapte à diriger le Québec, Mario Dumont sait qu’il est impossible de trouver un emploi à 500 000 personnes demain matin. Ça ne se peut tout simplement pas. Des emplois, ça ne se crée pas par magie et ce n’est pas en coupant un chèque d’aide sociale déjà ridiculement bas qu’on va aider qui que ce soit. »

    Autre chose, i.e. prison, armée, travail forcé. Le recette habituelle des néo-libéraux, quoi!

    De plus, ce n’est pas l’aide sociale qui fait en sorte que le Québec a un des pires taux de chômage en Amérique du Nord, ça n’a rien à voir. Il y a beaucoup de réglementation étatique à abolir plutôt que de dénigrer les bs.

    « En favorisant une augmentation du salaire minimum, en respectant davantage les syndicats, en votant davantage de congés payés. »

    Sauf qu’au lieu de régler véritablement le problème et de s’occuper réellement des pauvres, tu veux aggraver les problèmes avec tes mesures. Le salaire minimum crée du chômage et en ce qui concerne les congés payés par l’État, il y en déjà trop! En ce qui concerne les syndicats, leurs monopoles (et non leur existence tout à fait légitime) ont créé un corporatisme d’apparatchiks privilégiés qui nuisent aux pauvres et aux jeunes qui désirent entrer dans des emplois qualifiés (surtout en enseignement).

  19. Accroître la richesse et combattre la pauvreté est possible, mais à certaines conditions. Voici ce qui devrait être fait au Québec pour accomplir cela:

    1) Chaque citoyen québécois agé de 18 ans et plus devrait recevoir un revenu de citoyenneté de 836$ par mois non imposable indexable à chaque année selon l’inflation (même Friedman était d’accord avec ce principe, par le biais de l’impôt négatif). Ce montant de 836$ est le montant actuel de l’aide sociale pour les personnes seules ayant des contraintes sévères à l’emploi, i.e. seulement 10 032$ par année, c’est beaucoup moins que la plupart d’entre vous pensent. Ce programme serait beaucoup moins cher à gérer que le programme actuel d’aide sociale qui est un délire bureaucratique.

    2) Abolir les garderies d’État et verser des allocations familiales pour chaque mineur de moins de 18 ans.

    3) Abolir le salaire minimum.

    4) Modifier le Code du travail pour ne garder que les mesures obligeant les employeurs à payer leurs employés pour chaque heure travaillée. Pas de vacances obligatoires et de jours fériés obligatoires. Préavis obligatoire d’une seule journée pour les congédiements (à la place des deux semaines actuellement).

    5) Abolir la réglementation gouvernementale des syndicats. Pas de loi anti-scabs. Pas de formule Rand: les employés pourront s’associer pour signer des contrats de travail avec les employeurs. Permettre le droit à l’association et le droit à la non-association.

    6) Abolir progressivement l’assurance-emploi, la Régie des rentes, les pensions de veillesse et la CSST. Les travailleurs pourront s’assurer privément pour tout cela et poursuivre les employeurs en cas d’accident de travail. Beaucoup d’argent économisé dans l’abolition des ces programmes.

    7) Privatiser la SAQ et Loto-Québec. Le gouvernement pourrait quand même prélever de généreuses taxes (encore plus qu’en ce moment) pour couvrir les coûts sociaux. Permettre la concurrence dans ces deux secteurs.

    8- Privatiser les universités McGill, Concordia, Bishop’s et UQAM. Permettre la concurrence par de nouvelles universités privées. Cependant, je crois
    qu’il faut garder les autres universités dans le réseau public afin d’assurer un accès à l’université pour tous ceux qui en ont la capacité intellectuelle.

    9) Privatiser les cégeps publics anglophones. Privatiser le système public d’instuction anglophone secondaire et primaire. Abolir les subventions aux écoles privées qui pourront enseigner dans la langue qu’elles voudront. Garder le système des écoles et cégeps publics francophones afin d’assurer l’accès aux écoles pour tous.

    10) En santé, permettre la concurrence par des hôpitaux privés. Conserver le système public afin d’assurer l’accès à des soins de santé décents pour tous. Recourir aux partenariats public-privé seulement pour désengorger les files d’attente.

    11) Abolir les mesures protectionnistes dans le commerce avec les autres pays.

    12) Abolir les prix planchers pour tous les produits agricoles comme le lait. Si le gouvernement tient absolument à intervenir dans le secteur agro-alimentaire, qu’il achète Sobeys-IGA, car le cartel de l’alimentation au détail au Québec est préoccupant.

    13) S’assurer de l’autonomie électrique du Québec (par de nouveaux barrages ou peut-être par des éoliennes). Privatiser Hydro-Québec me semble prématuré (pour le moment), l’électricité étant un service essentiel.

    14) Abolir la taxe sur le capital qui est un non-sens.

    15) Abolir les crimes sans victimes (drogue chez les adultes, cigarettes dans les bars pour adultes, prostitution adulte, casques de vélo chez les adultes et ceinture d’insécurité chez les adultes), ça va coûter beaucoup moins cher en incarcérations inutiles.

    16) Abolir l’impôt sur les profits des sociétés. En contrepartie, abolir les subventions aux entreprises.

    17) Abolir l’impôt sur les intérêts bancaires qui découragent l’épargne.

    18) Privlégier les taxes à la consommation de biens non-essentiels pour les revenus de l’État. L’épargne est un puissant créateur de richesse qui doit être encouragé. S’il doit absolument y avoir un impôt sur les revenus des particuliers, que celui-ci soit simple et de type « flat tax ». Le « flat tax » sera quand même un impôt progressif, car le revenu de citoyenneté n’est pas imposé.

    19) Réduire les dépenses militaires d’au moins la moitié. Rien ne justifie l’intervention canadienne en Afghanistan.

    20) Faire l’indépendance du Québec afin d’abolir le fédéral qui coûte trop cher.

    21) Abolir la réglementation sur les heures d’ouverture des commerces.

    22) Abolir la sacro-sainte sécurité d’emploi dans le secteur public. Les plus compétents vont rester!

    23) Il faut laïciser l’État une fois pour toutes. Bien sûr, ceux qui désireront des accomodements religieux pourront les payer de leur propre poche.

    Louis, si la gau-gauche caviar Québécoise désirait s’occuper RÉELLEMENT des pauvres, elle m’appuierait dans mes propositions. Mais de s’occuper réellement des pauvres ne fait pas partie de son agenda!

  20. Ces 23 points ont déjà été postés ici si je ne m’abuse. C’est évidemment un programme libertarien qui repose lui aussi sur des préjugés et qui reprend certaines rhétoriques néo-libérales. À part pour les points 1 et 14, je suis totalement contre.

  21. Martin, je dois préciser une chose: évidemment, la plupart de ces mesures sont inacceptables si le point # 1 n’est pas réalisé. Le point # 1 est une priorité pour moi.

    De quels « préjugés » parles-tu?

  22. À part le préjugé plus que favorable envers le libre-marché et le préjugé défavorable envers les sociétés d’État, il y a cette croyance selon laquelle la sécurité d’emploi est répandue dans la fonction publique: plus grand monde n’obtient la permanence.

    Je n’ai pas le temps d’élaborer étant au travail, dans une institution publique, mais à contrat comme temporaire.

  23. Martin

    Tu soulèves un bon point concernant la permanence dans le secteur public. C’est vrai que les jeunes ne peuvent presque plus accéder à la permanence.

    Cependant, cette situation est causée par les monopoles syndicaux qui font en sorte de créer des clauses orphelins contre les jeunes afin de cimenter encore la permanence actuelle des prochains retraités.

    Mais étant donné que de plus en plus de travailleurs dans le secteur public prennent leur retraite, l’avenir s’annonce plus intéressant pour les jeunes dans le secteur public, ce qui rendra mon abolition de la permanence pratiquement inutile.

    Mais dans un milieu comme le milieu scolaire, où la compétence des professeurs est dévalorisée au profit du népotisme et de l’ancienneté, cela cause des répercussion néfastes à l’instruction des enfants et à la motivation des jeunes enseignants.

    Je n’ai pas de préjugé contre les sociétés d’État. Dans le cas des services essentiels, je trouve que les sociétés d’État, comme Hydro-Québec, ont leur place, mais des bébelles nuisibles comme la SAQ et Loto-Québec ne sont pas du ressort de l’État, d’autant plus que la privatisation pourra rapporter autant sinon plus d’argent dans les coffres de l’État avec des taxes plus généreuses sur l’alcool et les loteries (pourquoi ne pas taxer les gains?).

    Et pourquoi pas un contrôle gouvernemental à 51% de IGA? L’alimentation est un service bien plus essentiel que l’alcool et les loteries! Et ça serait bien plus pertinent!

  24. De la caricature Élodienne.

    « La gogauche de Cyberpresse a beau essayer de discréditer le plan de Dumont pour améliorer l’éducation en coupant dans le gras des fonctionnaires, ça ne marche pas. La population est tannée de payer pour engraisser des gratteux de fonds de tiroirs qui sont payés 75 000$ par année pour se pogner le derrière et niaiser sur l’internet. »

    « Mais pour ça, va falloir attendre que le parti soit majoritaire et bien en selle, car les B.S. ont malheureusement le droit de vote et voilà pourquoi nos gouvernements de la gogauche libérale et péquisse communiste leur donnent des cadeaux pour acheter leur vote. »

    « Ça va faire le B.S. de génération en génération et qui permet aux assistés sociaux de vivre comme des rois au dépend des contribuables! »

    « A-t-on idée combien ça coûte entretenir 500 000 paresseux ou fraudeurs qui passent leur temps à boire de la bière et à jouer dans les machines à sous? »

    Comment peut-on prendre ça au sérieux? Le pire, c’est qu’il y en a qui y croient vraiment!

  25. Il aurait plus mettre sa de façon plus rationelle:

    -Personne ne va voter en faveur d’un parti qui lui enlève des avantages, que ce parti améliore la situation générale ou non.

  26. …c’est pour cette raison que la plupart des entrepreneurs sont fédéralistes!

  27. …et que les BS ne sont pas adéquistes. :/

  28. Davidg: tes propositions sont une suite d’inepties toutes plus inutiles et dommageables les unes que les autres. Tes propositions sont tellement médiocres à mon avis que ça ne vaut même pas la peine que je les prenne une par une.

    Ceci dit, j’imagine que c’est le genre de discours auquel adhérerait Élodie Gagnon-Martin, une autre néolibérale pure et dure, tout comme toi.

    Avec un discours comme le tien, c’est le retour à la grande noirceur assuré, voire au Moyen-Âge!

    Désolé mec, tu sais que j’ai rien contre toi en tant qu’individu et que je te respecte comme un excellent débatteur, mais je trouve tes idées laides, hideuses, mauvaises, dangereuses et je me questionne sur les valeurs que sous-tendent des idées aussi rétrogrades et hallucinantes.

  29. « Désolé mec, tu sais que j’ai rien contre toi en tant qu’individu et que je te respecte comme un excellent débatteur, mais je trouve tes idées laides, hideuses, mauvaises, dangereuses et je me questionne sur les valeurs que sous-tendent des idées aussi rétrogrades et hallucinantes. »

    Et tout celà d’un gars qui assoscie allègrement d’autres à Hitler et aux Nazis.

  30. @DavidG

    Au sujet de tes 23 points, c’est un retour en arrière. Dans les années 1800 et le début du XXe siècle les conditions des travailleurs étaient lamentables et inhumaines. L’implantation de mesures sociales et syndicales n’est pas apparue par enchantement. Le contexte le demandait et si on sacrifie aujourd’hui tout ce que les générations précédentes de travailleurs ont acquis à lourd prix, nous retournerions simplement en arrière.

    L’Histoire a démontré que sans balises sociales, les entreprises bafoueront la décence humaine afin de faire plus de profits.

  31. Louis et Jimmy, Je ne suis pas surpris par votre réaction. Elle ressemble en tout point à ce qu’un certain Benoît Bégin m’avait répondu en ce qui concerne mes propositions:

    http://www.leblogueduql.org/2007/04/quand_le_fardea.html#comment-66656640

    « Je ne m’éterniserai pas sur le sujet, mais si vous tenez tant que ça à avoir mon avis sur vos mesures, je serais tenté de vous mentionner en court, que paradoxalement vous qui souhautez et prônez un État minimal voire inexistant, vous placez sur un trône d’un autre côté l’entreprise privée et ses institutions. En clair, vos mesures, qui ne font pas dans la dentelle soit dit en passant, peuvent être perçues comme des grâces du ciel par le patronat : abolition du salaire minimum, de toute forme de sécurité d’emploi que ce soit, des lois encadrant les heures de travail et j’en passe. Avec un tel système en place, ça ne prendrait même pas 10 ans et la grande majorité des gens seraient psychosé, névrosée ou tout simplement six pieds sous terre suite à un suicide. Des problèmes sociaux important seraient à prévoir avec un tel « libéralisme » économique sur le dos des citoyens. À mon sens, l’entreprise privée doit être plus encadrée afin de limiter les écarts de conduite et les problèmes sociaux générés de parts et d’autes par ses abus. C’est mon avis personnel et je me fiche assez bien du fait qu’il vous plaise ou pas.

    D’un autre côté, je dois vous avouer que je suis d’accord avec vos opinions concernant les budgets militaire, la non-pertinence des guerres d’agression et autres invasions américaine, sans compter les autres formes d’ingérence.

    En passant un petit conseil d’ami en terminant : calmez votre arrogance, ça vous rendra peut-être plus crédible, qui sait. »

  32. Et voici ma réponse, qui aurait très bien pu s’adresser à vous deux (Louis et Jimmy):

    http://www.leblogueduql.org/2007/04/quand_le_fardea.html#comment-66742522

    « Attention! Le niveau de sarcasme atteindra un niveau très élevé! Coeurs sensibles s’abstenir!

    Monsieur Bégin,

    D’abord, je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre.

    De plus, vous avez tout à fait raison, je prône l’état minimal et je place sur un trône les entreprises et leurs institutions! De plus, je suis un arrogant, car il me semble que ce soit le seul niveau de langage qui vous convienne.

    Concernant la mesure 1) (revenu de citoyenneté), sachez que je me suis principalement inspiré du pamphlet néo-libéral MANIFESTE POUR UN REVENU DE CITOYENNETÉ ( http://www.michelchartrand.net/combat.html ), du capitaliste sauvage Michel Chartrand et du néo-conservateur d’extrême-droite Michel Bernard, deux collaborateurs réguliers au pamphlet affairiste l’Aut’Journal!

    Mon souhait est que le travail ne soit pas indispensable à la survie, l’éducation et l’instruction des individus dans une société riche comme la nôtre, ce qui n’a rien à avoir avec le socialisme, voyons donc! George W. Bush en rêve à tous les jours! Bien sûr, le travail est, vous en conviendrez j’espère, une condition indispensable à la richesse d’un individu.

    Ça prend un capitaliste sauvage comme moi pour proposer des allocations familiales telles que proposées au point 2)!

    Bon, revenons au sérieux maintenant. Je viens de vous faire la démonstration flagrante que ce n’est pas mon désir de démanteler complètement l’État qui me sert de source d’inspiration.

    Supposons maintenant que le revenu de citoyenneté (RC) et les allocations familiales soient mis en place:

    1) À quoi servirait le salaire minimum? À priver d’emploi et d’expérience de travail les gens les moins compétents. Le droit au travail n’est-il pas une question fondamentale chez les socialistes? Le salaire minimum serait encore plus inutile du fait que le revenu de citoyenneté et les allocations familiales améliorera le rapport de force des employés contre les employeurs.

    2) La remarque précédente prévaut aussi pour les mesures 4) (Code du travail), 5) (monopole syndical), 22) (heures d’ouvertures des commerces), 23 (sécurité d’emploi dans le secteur public)

    3) L’abolition des plusieurs programmes sociaux inutiles et coûteux serait une conséquence immédiate du RC. Cela permettrait d’éliminer la majeure partie de la bureaucratie et d’allouer l’argent aux véritables services aux citoyens. Les anti-syndicalistes Bernard et Chartrand en parlent dans leur livre!

    4) En ce qui concerne le point 7) (privatisations de la SAQ et de Loto-Québec), vous allez me taxer de capitaliste en ce concerne ces privatisations. J’estime cependant qu’il est temps de déplacer le fardeau de la responsabilité de ces fléaux que sont l’alcoolisme et le pari compulsif du gouvernement vers les entreprises, tout en permettant au gouvernement de récolter une large part des profits (taxes). Non, mais ça prend vraiment un capitaliste sauvage comme moi pour proposer une telle chose!

    5) En qui concerne les points 8 et 9) (privatisation du système scolaire anglophone et abolition des subventions aux écoles privées), la plupart des membres du PQ, un parti capitaliste d’extrême-droite, sont d’accord avec moi. Je crois que c’est un bon moyen de s’assurer que les frais de scolarité puissent être gelés dans les universités publiques. Il me semble que vous êtes d’accord avec ça, monsieur Bégin! Quel captitaliste sauvage je suis!

    6) En ce qui concerne le point 10) (santé), je me suis inspiré de votre eldorado néo-libéral préféré, la Suède! En Suède, l’assurance-santé est publique mais la livraison des services est souvent privée!

    7) Je me suis inspiré de George W. Bush en ce qui concerne l’abolition des mesures protectionnistes!

    8- En ce qui concerne le point 12) (abolition des prix planchers et cartel de l’alimentation), ça prend vraiment un capitaliste sauvage pour proposer une réduction des prix de la nourriture de base! En ce qui concerne le cartel de l’alimentation, je me suis inpsiré de la chronique « LE CARTEL DE L’ALIMENTATION AU DÉTAIL »,
    ( http://www.unites.uqam.ca/cese/pdf/chr_03_sept.pdf ) dont l’auteur est le plus grand capitaliste sauvage d’extrême-droite de l’histoire, Léo-Paul Lauzon, titulaire du think thank néo-consevateur d’extrême-droite « Chaire d’études socio-économiques » (l’IEDM a l’air d’être socialiste en comparaison avec eux!) de l’UQAM, une université adéquiste!

    9) En ce qui concerne le point 13) (Hydro-Québec), vous constatez
    que je n’ai pas prôné la privatisation de cette société d’État. Je me suis encore inspiré de l’anti-syndicaliste Léo-Paul Lauzon!

    10) La taxe sur le capital est taxe régressive. Vous pouvez me taxer de capitaliste mais il me semble que vous êtes contre les taxes régressives!

    11) En qui concerne le point 15) (crimes sans victime), c’est encore une fois George W. Bush qui m’a inspiré!

    12) En ce qui concerne le point 16) (impôts des sociétés), vous avez raison de me traiter de capitaliste. Mais sachez que ce sont
    les individus qui, en bout de ligne, payent ces impôts. De plus, c’est la meilleure façon de contrer l’évasion fiscale.

    13) En ce qui concerne le point 17) (intérêts bancaires), ça prend vraiment un capitaliste sauvage comme moi pour encourager l’épargne au dépens de la surconsommation! Pourtant, il me semble que le combat contre la société de comsommation est un des grands leitmotivs socialistes.

    14) En ce qui concerne le point 18) (taxes de luxe et impôt à taux fixe), ça prend vraiment un capitaliste sauvage pour proposer une telle chose. Pourtant, ce serait la meilleure façon de combattre la surconsommation de biens de luxe (grosses maisons, piscines, bijoux, fourgonnettes), de faire très mal au cartel pétrolier et d’encourager l’épargne. En ce qui concerne l’impôt à taux fixe, l’implantation du RC rend cet impôt beaucoup plus juste.

    15) En qui concerne le point 19) (dépenses militaires), c’est encore une fois George W. Bush qui m’a inspiré!

    16) En ce qui concerne le point 20 (souveraineté), la plupart des socialistes comme vous sont indépendantistes, alors vous devriez être d’accord avec moi.

    17) La laïcisation de l’État n’a rien de libertarien. De plus, je pense que la nation québécoise a envoyé un message clair lors des dernières élections: des accomodements déraisonnables, on n’en veut plus!

    Alors foutez-moi la paix avec le capitalisme sauvage et l’État minimal. Tout ce j’ai proposé, c’est une meilleure utilisation de l’argent des taxes pour combattre la pauvreté, améliorer les services publics et accroître la richesse.

    De plus, vous sombrez dans la démagogie la plus abjecte en disant:
    « Avec un tel système en place, ça ne prendrait même pas 10 ans et la grande majorité des gens seraient psychosé, névrosée ou tout simplement six pieds sous terre suite à un suicide. Des problèmes sociaux important seraient à prévoir avec un tel « libéralisme » économique sur le dos des citoyens. »

    Comme si le taux de suicide pouvait être plus élevé qu’en ce moment au Québec! Ce que vous oubliez de dire, c’est que l’implantation du RC et des allocations familiales fera en sorte que le travail ne soit pas indispensable à la survie, l’éducation et l’instruction des individus. De plus, vous oubliez aussi de dire que ces deux mesures amélioreront le rapport de force des employés contre les employeurs. Je prétends que les conditions de travail vont s’améliorer pour les employés suite à ces mesures, bien plus efficacement que vos monopoles syndicaux corporatistes. Contrairement à ce que vous prétendez, cela contribuera à assainir le climat de travail, à diminuer le stress et à diminuer les psychoses et névroses. Croire le contraire relève de l’ignorance crasse ou de la démogogie pure.

    C’est ridicule de constater que vous êtes même prêts à appauvrir une large portion de la population pour vous assurer la pérennité de vos monopoles syndicaux corporatistes basés sur l’ancienneté et les clauses orphelins. Je refuse d’embarquer dans une telle fumisterie.

    Pathétique! « 

  33. À force de vouloir le beurre et l’argent du beurre, le néo-libéralisme va triompher.

    Je ne crois pas que c’est ça que vous voulez, moi non plus!

  34. Ca marcherais pas David.

    L’ensemble n’est pas mauvais au complet, mais juste le point 1, c’est pas bon.

    Imagine les abus, la fraude, mon voisin marocain va faire venir tout sa famille vivre gratos sur NOTRE bras. Pas certain. Déjà qu’avec le BS on se vide les poches à qui mieux mieux…

    Anyway…

    Louis.. haaaaa Louis… Té drôle avec la population aveugle qui suivrait n’importe quel illuminé. À te lire, on peut juste se consédérer chanceux que le chef de l’ADQ soit Dumont et non RAËL… Hahahaha. Les gens qui ont voté ADQ, c’est pas du mauvais mondes. C’est vrai qu’ils ne restent pas sur le plateau, et qu’ils possèdent des véhicules, ont des enfants, et une maison, coupent leurs bois pour se chauffer et font déneiger leurs entrées. Le monde normale, qui en ont assez de se faire manger la laine sur le dos. C’est pas les plus éduqués, c’est vrai. Mais bon sang!! Des fois dans la vie, il faut jouer du coeur.

    Dumont est peut-être pas parfait, il est jeune, il est en train de prendre sa place, son expérience.. Je suis pas d’accord avec tout, mais il représente un peu mon état d’Âme: CA VA FAIRE KAKARNAK !!

    Ensemble, en tant que peuple, trouvons des solutions, simple, honnête, et essayons de rester ce que nous sommes et demeurons authentique.

    La perfection n’est pas visée. Mais il y a beaucoup de place à l’amélioration. Si on veut que le message se rendre loin, il faut le crier.

    D’un gars de la campagne, qui engagerais bien un bs ou deux pour l’aider, mais qui est obliger de faire affaire avec des mexicains. Chercher l’erreur. Une chance que leurs salaires sont déductibles…..

  35. Fury Libre,

    « Le monde normale (sic), qui en ont assez de se faire manger la laine sur le dos. »

    Il faudrait bien identifier les mangeurs de laine, en espérant à la base que pour toi c’est pas les B.S…

  36. Pas en particulier Renard,

    Celui qui en abuse, oui, évidamment.

    Disons que la liste de ceux qui nous mangent la laine sur le dos est longue. Tout les Normbourg de ce monde, les gourmant de l’état (pas seulement ceux en fauteuil roulant), les compagnies, les immigrés frauduleurs.. et bien +.

    La solution à une insatisfaction n’a pas besoin d’exister pour que la protestation se manifeste. Nous en sommes là, continuer d’en jaser pour faire jaillir les meilleurs idées.

  37. Et excusez mes fautes de français. Je fais ce que je peux :o)

  38. @Fury Libre

    « Imagine les abus, la fraude, mon voisin marocain va faire venir tout sa famille vivre gratos sur NOTRE bras. Pas certain. Déjà qu’avec le BS on se vide les poches à qui mieux mieux »

    Et mon idée est complètement absurde à cause de fraudeurs anectodiques! Blablablaaaaaaaaaaaa!

    Dites moi en quoi on se vide les poches avec le B.S.!

    Mais on ne vide pas la poche avec les guerres impérialistes, la répression des crimes sans victime et les subventions aux entreprises?, noooooooooooooooooooooon!

    Si je suis un néolibéral pur et dur, Fury Libre est un clone de Pinochet et Louis est un clone de Kim Jong-il!

  39. « Disons que la liste de ceux qui nous mangent la laine sur le dos est longue. Tout les Normbourg de ce monde, les gourmant de l’état (pas seulement ceux en fauteuil roulant), les compagnies, les immigrés frauduleurs.. et bien . »

    Merci Fury Libre de nous confirmer que ce sont les corporations capitalo-étatistes privés qui sont les plus grands parasites de la société et non pas « les crisses de pauvres qui sont des maudits parasites su’l’bs! » ni « les crisses de ptits morveux d’étudiants pauvres » que vous haïssez tant!

    En ce qui concerne les immigrés fraudeurs, vous exagérez des événements anecdotiques!

  40. Je suis pas la clone personne. Calme tes transport David, ca dépense du gaz pour rien.

    Ca veux pas dire que ton idée est absurde, pas non plus que tu est un illuminé. Je ne t’ai pas insulté, et j’aurais pas eu raison de le faire. Ce que tu fais est très louable. Pas fonctionnel, mais louable.

    Le BS nous siphone les poches dans le sens qu’il y a trop d’abus. Trop de gens a qui ont donne n’y ont a pas DROIT. Ils travaillent au noir ou continuent leur dépendances et les rend inaptes à TRAVAILLER. Pourquoi paierais-je parce ti-bum l’autre côté de la rue ne peut pas travailler parce qu’il boit de la robin et n’est pas capable de se lever. Moi je me lève avec le coq, et je boit quand c’est le temps. Je ne laiss pas mes moindres pulsions dicter ma manière de vivre au frais et dépends des autres.

    Et pour les guerres, répressions, et otu les autre fléaux de ce monde, t’a ben raison. Ca coûte de la précieuse argent où nous n’aurions pas à en mettre. On pourrait éradiquer la faim au Québec avec ces sous.

  41. Fury libre,

    il faudrait vraiment que tu apprennes le sens du mot « désintéressement » et que tu t’en serves comme filtre à tes analyses, car le fait que tu te lèves le matin ne devrait pas être la base de ta pensée…

  42. @Fury Libre

    J’ai visé Louis et Jimmy par mon commentaire, ne vous vous sentez pas visé. Désolé si je vous ai blessé par mon propos.

    « Pas fonctionnel, mais louable. »

    En quoi ce n’est pas fonctionnel?

    « Le BS nous siphone les poches dans le sens qu’il y a trop d’abus. Trop de gens a qui ont donne n’y ont a pas DROIT. Ils travaillent au noir ou continuent leur dépendances et les rend inaptes à TRAVAILLER. Pourquoi paierais-je parce ti-bum l’autre côté de la rue ne peut pas travailler parce qu’il boit de la robin et n’est pas capable de se lever. Moi je me lève avec le coq, et je boit quand c’est le temps. Je ne laiss pas mes moindres pulsions dicter ma manière de vivre au frais et dépends des autres. »

    Voilà pourquoi il faut remplacer ce délire bureaucratique par un revenu de citoyenneté!

    Vous sombrez dans l’amalgame encore une fois en proférant ces clichés ridicules tout droit sortis des radio-poubelles.

    « Et pour les guerres, répressions, et otu les autre fléaux de ce monde, t’a ben raison. Ca coûte de la précieuse argent où nous n’aurions pas à en mettre. On pourrait éradiquer la faim au Québec avec ces sous. »

    C’est bien de le préciser. Le problème, c’est que la quasi-totalité des partisans et des militants adéquistes ainsi que la totalité de la députation adéquiste appuient ce que vous dénoncez!

  43. Voici un parfait exemple du protectionnisme corpo-étatiste à la sauce ADQ!

    http://elodiedmartin.wordpress.com/2007/10/09/les-mensonges-du-petit-frise/

    « Charest a encore eu l’air d’un bel idiot aujourd’hui, quand il a accusé l’ADQ de vouloir jouer avec l’argent des retraités en ayant affirmé le désir de protéger des entreprises comme Bell et Alcan.

    Mais la position de Dumont est la meilleure sur tous les points: pourquoi devrions-nous laisser nos entreprises passer aux mains des Américains? S’il faut utiliser les deniers publics pour financer des méga-corporations canadiennes ou québécoises, n’hésitons pas. De toute façon, avec un gouvernement adéquiste il y aura beaucoup d’argent de disponible après qu’on se soit attaqué aux B.S., aux fonctionnaires et aux autres tares de la société. Alors il faut utiliser cet argent pour financer les entreprises qui fonctionnent et les empêcher de passer à des mains étrangères.

    Certains gogauchistes de la vieille garde diront peut-être qu’on ne doit pas financer des compagnies qui font déjà des milliards de profit. Au contraire, il faut financer l’excellence! Devrait-on pénaliser ceux qui réussissent? Alors on ne doit avoir pas avoir la moindre arrière-pensée à utiliser l’argent des B.S. et des autres pogneux de derrière pour financer les gagnants qui font travailler le monde.

    Ce n’est pas l’ADQ qui est vingt ans en retard, comme le dit Charest; ce sont plutôt les libéraux et leurs amis communistes qui veulent empêcher les gens productifs de gagner honnêtement leur vie et de protéger nos entreprises créatrices d’emplois! »

  44. La guerre en Irak, c’est cool!

    http://elodiedmartin.wordpress.com/2007/10/04/du-bon-cote-du-fusil/

    « J’ouvre la télévision, et que vois-je: Radio-Pq qui essaie de faire une grosse controverse (sûrement davantage que celle de M. Snobb sur mon identité) parce qu’une compagnie canadienne s’en va faire des profits en Irak. Encore du petit journalisme!

    Nos chers gogauchistes qui s’opposent à la guerre en Irak disent que c’est une guerre pour le pétrole. Et bien oui, justement! Il y avait en tout à peu près 2 trillions de baril de pétrole disponible, et nous en avons consommé depuis un peu plus de cent ans à peu près 1 trillion, ce qui veut dire qu’il en reste seulement la moitié. Avec une consommation annuelle de 27 milliards de baril, si la demande n’augmentait pas (ça n’arrivera pas) et si nous pompions le pétrole jusqu’à la dernière goutte (ce qui est impossible, car à partir du moment où ça prend plus d’un baril de pétrole pour extraire un baril de pétrole on arrête tout), il resterait environ 35 ans de pétrole sur Terre.

    C’est bien une guerre pour le pétrole, et préférons-nous voir l’or noir, le sang vital de notre société, entre les mains de barbares islamistes comme les Talibans, les Iraniens, les Irakiens ou tout autre peuple assoiffé de sang? On peut reprocher ce qu’on veut aux Américains, mais mieux vaut que ce soit eux qui aient ce qui restent de pétrole. Et quand les autres voudront leur part, on sera du bon côté du fusil pour protéger non seulement notre démocratie, mais aussi notre civilisation.

    Et s’il faut tuer des milliers de terroristes – des animaux – pour ce faire, alors n’hésitons pas une seconde car nous sommes le flambeau de la liberté sur terre et notre mode de vie n’est pas négociable! Si ce monde n’est pas assez grand pour eux et nous, c’est notre devoir patriotique de faire de la place. »

  45. Davidg, je ne fréquente plus le blogue de madame parce que je ne veux plus lire ses conneries.

  46. Qu’ils crèvent ces maudits afghans!

    http://elodiedmartin.wordpress.com/2007/10/02/faire-des-sacrifices/

    « Des soldats canadiens ont tiré accidentellement sur un Afghan. Ça en prendrait pas plus pour que la gogauche réclame encore le retrait de l’armée d’Afghanistan.

    Sauf que… C’est seulement un Afghan qu’on a tiré; pensez à tous ceux qu’on va sauver! Si on n’avait qu’à tuer 10 000 Afghans pour sauver le monde du terrorisme, et bien pourquoi pas. Il faut parfois faire des sacrifices, et c’est bien mieux de tuer des Afghans que de tuer des Canadiens ou des Américains!

    De toute façon, ces gens-là sont habitués de mourir. Dans leur pays, les gens meurent souvent avant 50 ans, alors même si on devait en tuer plusieurs pour enfin gagner la guerre contre le terrorisme, pour eux ça ne changerait pas grand chose, mais pour nous ça ferait tout la différence! »

  47. Davidg, je ne fréquente plus le blogue de madame parce que je ne veux plus lire ses conneries.

    Et en plus c’est tellement gros ses conneries que ç’a en est ridicule : comme plusieurs je crois que ce n’est plus la même personne, que ça ressemble plus à une caricature… qu’un gauchiste machiavélique entretient! J’espère quand même que non, ça serait vraiment mauvais pour nous.

    C’est complètement ridicule de dire qu’effectivement la guerre en Irak est pour le pétrole, tout en ne prônant pas une réduction globale de son utilisation. C’est comme offrir la victoire à la gauche sur un plateau d’argent dans la conjoncture qui nous concerne.

  48. Martin

    Louis a dit:

    « Ceci dit, j’imagine que c’est le genre de discours auquel adhérerait Élodie Gagnon-Martin, une autre néolibérale pure et dure, tout comme toi. »

    Je veux simplement me moquer de cette déclaration en prouvant hors de tout doute qu’elle ne repose sur aucun fondement!

    S’occuper vraiment des pauvres, c’est du néo-libéralisme sauvage, ça?

    P.S.: Evidemment, je suppose que Élodie n’est pas un complot pour faire mal paraître l’ADQ. Mais je demeure très méfiant…

  49. « Et en plus c’est tellement gros ses conneries que ç’a en est ridicule : comme plusieurs je crois que ce n’est plus la même personne, que ça ressemble plus à une caricature… qu’un gauchiste machiavélique entretient! J’espère quand même que non, ça serait vraiment mauvais pour nous. »

    En effet, Renart! Ça me semble un complot encore plus grossier que le soi-disant attentat terroriste du 11 septembre 2001. Mais je n’en ai pas la preuve!

    Le plus drôle là-dedans, c’est que, même si je ne crois pas qu’une seule personne peut penser toutes ces atrocités ce site reprend de nombreux clichés que la grande majorité des adéquistes croit vraiment. On croirait entendre Jeff Fillion quand on lit Élodie.

    Mauvais pour nous? Pas nécessairement. Les impérialistes et les fédéraleux (Claude Morin, commandites, pseudo-attentats felquistes) n’hésitent pas à être crottés pour asservir leurs ennemis. Pourquoi les séparatistes et les gauchistes ne le seraient-ils pas, ne serait-ce qu’un peu, en n’utilisant pas de la violence?

  50. Bref, en coupant l’aide sociale, ce sont les employés au salaire minimum que Mario Dumont mettrait dans la merde. »

    Hmm. J’en manque un bout la. Parles-tu d’assistance aux démunis (rien + 550$/mois) ou d’assistance aux salariés minimum (900~$/mois + 550$/mois) ?

    Il me semble que ceux qui travaillent n’ont pas le droit a l’aide sociale…

  51. Le député de l’ADQ dans Vanier, Sylvain Légaré, serait un ancien membre des Northern Hammerskins, un groupuscule néo-nazi de la rive-sud de Québec.

    La photo de l’article est donc appropriée.

Comments are closed.