Qui suis-je?

Renart écrivait dernièrement un texte à propos du Political Compass, qui sert à établir les positions politiques selon les axes gauche-droite et autoritaire-libertaire. Voici à quoi ressemble cette grille, avec diverses personnalités qui y sont situées:

Mes résultats à ce test étaient les suivants:

Economic Left/Right: -9.25
Social Libertarian/Authoritarian: -5.03

En d’autres mots, je me situe politiquement à peu près sur le même axe que Nelson Mandela.

Maintenant, je vous invite à consulter cet extrait de texte, reconstitué grâce aux archives du web. En fait, il s’agit du score d’un blogueur assez bien connu.

Mon score ?
Économie (gauche/droite): -6.63
Social (libertarien/autoritaire): -4.36
Pas loin de Nelson Mandela !

Remarquez que le dit blogueur, au moment d’écrire son texte (en mars 2005), se situe tout à fait à gauche.

Un autre extrait de ce même blogueur, pour le plaisir des yeux.

On a comparé le niveau d’endettement des gens pour recevoir des soins de santé au: États-Unis, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, Allemagne et l’Angleterre.

Avant d’aller plus loin, rappelons le niveau de privatisation des systèmes de santé dans ces pays:

* États-Unis: 55%
* Australie: 32%
* Canada: 30%
* Nouvelle-Zélande: 22%
* Allemagne: 21%
* Angleterre: 17%

Voici le % de personnes qui, dans chacun de ses pays, doivent s’endetter de plus de 1000$ US pour recevoir des soins de santé:

Source: Journal of Health Affairs, Novembre 2005

Cette étude en recoupe une autre faite par le Commonwealth Fund International Health Policy Survey.

Dans une étude réalisée en 2004 par le Fonds du Commonwealth, on a demandé à des adultes de cinq pays si, au cours de l’année précédente, ils ont dû se passer de soins dont ils avaient besoin en raison de leurs coûts.

Source: Commonwealth Fund International Health Policy Survey

Privatiser n’est pas la solution. [Je souligne; ce sont SES mots.]

Voici qu’elle a été la conséquence de la privatisation des soins dentaires au Québec:

Actuel Santé, dimanche 6 novembre 2005, p. ACTUEL2 (La Presse)

La Dre Stéphane Schwartz, directrice de la Clinique dentaire de l’Hôpital de Montréal pour enfants, est confrontée quotidiennement à des scènes renversantes

Des histoires d’horreur de toutes petites bouches pleines de caries qu’il faut traiter sous anesthésie générale, à un stade de dégradation avancée. Des problèmes graves qui n’ont pas été prévenus ou traités à temps parce que, dans plusieurs cas, les soins dentaires ne sont pas couverts par l’assurance-maladie pour les enfants de plus de 10 ans.

« À l’Hôpital de Montréal pour enfants, on reçoit plus d’enfants qui ont des infections des dents graves- qui ne peuvent être traitées par voie orale- que d’enfants qui ont subi des traumatismes, dit-elle. Ça se termine souvent par des extractions. On est complètement débordés. » »

D’autres citations, pour votre plus grand bonheur:

Troublant à quel point les paroles de Bush, prononcées contre les fanatiques religieux musulmans, s’appliquent aussi à sa propore administration…

Bush a sacrifié, à ce jours, la vie de plus de 25 000 irakiens pour servir sa vision politique (et théologique) du monde. (10 octobre 2005)

[Canada]
Dépense total en santé per capita: 2 931$ US
Dépense public en santé per capita: 2 048$ US
Dépense privé en santé per capita: 883$ US
Privatisation des soins de santé: 30.1%

[…]

[Suède]
Dépense total en santé per capita: 2 517$ US
Dépense public en santé per capita: 2 148$ US
Dépense privé en santé per capita: 369$ US
Privatisation des soins de santé: 14,7%

Conclusion:

1- Si on veut imiter les pays scandinaves, il faudra couper dans la présence du privé qui est actuellement largement supérieur à celle de la scandinavie (et ce même si nous n’avons pas encore de régime d’assurances privées). Sachant que les assurances privées vont encore augmenter la contribution du privé, la première chose � faire, si on veut imiter les pays scandinaves, c’est de leur fermer la porte. (12 juin 2005)

Alors, avez-vous reconnu ce blogueur? Hey oui, c’est David Gagnon, de Antagoniste.net, le porte-parole numéro un des blogues de droite au Québec.

Et si je vous envoyais lire un de ses textes, deux ans plus tard? Dans ce texte, le même auteur, qui est fanatiquement en faveur de la guerre et qui s’oppose à tout ce qui est à gauche, vante les mérites d’une « étude » de l’Institut économique de Montréal prônant davantage de privé dans la santé.

Je crois qu’on peut écrire, sans se tromper, que quelqu’un qui est capable de passer de la gauche modérée à la droite radicale en moins d’un an et demi, a un sérieux problème de crédibilité. C’est bien beau de mettre des graphiques et des banderoles et de se proclamer de telle ou telle position sur l’échiquier politique, mais quand David Gagnon dit exactement le contraire aujourd’hui de ce qu’il écrivait il y a à peine une vingtaine de mois, on peut se demander ce qu’il dira dans quelques mois et si ses positions sont réellement sérieuses ou s’il ne s’agit pas plutôt d’un simple combat de l’égo qui veut avoir toujours raison.

Je crois que ça démontre le peu de sérieux de sa démarche et le manque de profondeur de sa réflexion. Conséquemment, j’invite le lecteur à beaucoup de prudence en lisant ses propos et à ne pas oublier qu’il en est encore à ses premiers balbutiements politiques et qu’il risque encore de changer (souvent) d’idées au fil du temps. Bref, à faire preuve d’indulgence et de compassion pour une personne qui n’a pas encore développé de pensée politique cohérente et stable.

Publicités

100 Réponses

  1. Incroyable!

    Je savais que ce type était une girouette molle, mais à ce point…

    Bon travail de recherche Louis!

  2. Je suis passé de la gogauche stupide et radicale à la droite du gros bon sens.

    Parce que moi, j’ai été capable de me remettre en question au lieu de toujours m’enfoncer dans les dogmes et la doctrine. Moi, j’ai eu le courage d’analyser mes positions froidement. Au lieu de toujours réciter les mêmes phrases creuses sans réfléchir, j’ai eu le courage de m’arrêter pour faire le point.

    J’ai fermé Manu Militari et pris une pose d’un an parce que je croyais plus à ce que je défendais. Avec Manu Militari, j’ai vu le visage hideux de la gauche. J’ai vu mon site lentement être pollué par l’antiaméricanisme, le conspirationnisme et l’anticapitalisme. Et quand j’ai vu ça, je me suis dit que je ne voulais pas avoir ces gens dans mon camp. À la fin de Manu Militari j’étais qualifié de traître parce que je critiquais Chavez et que j’appuyais la mission en Afghanistan.

    Moi j’ai eu le courage d’écouter « l’autre camp » et j’ai eu l’honnêteté de voir la justesse de leur raisonnement.

    Les gens comme toi ne veulent pas savoir, ils veulent avoir raison. Tu as tes dogmes et tu es fermé à toute remise en question. Moi je suis fier de dire que je suis complètement à l’opposé de cette philosophie rétrograde et réactionnaire.

    Vais-je encore changer d’idée ? Peut-être. Depuis que j’ai le droit de vote, j’ai voté Conservateur, Libéral, Bloc et NPD. Moi je suis ouvert aux arguments intelligents présentés de manières rigoureuses.

    Moi, contrairement à toi, je ne m’enferme pas dans des dogmes et je suis réceptif aux arguments des autres quand ils sont présentés avec rigueur.

    Toi, je sais que tu ne changeras jamais d’idée, tu as ton « petit catéchiste » et tu es trop enfermé dans tes dogmes. Moi je suis fier de dire que ce n’est pas mon cas !

    Parce que fondamentalement tu me reproches de ne pas être une tête de mule. Tu me reproche de ne pas avoir continué à défendre des positions que je savais fausses.

    Ça c’est la différence entre toi et moi. Une différence qui me réconforte. Je suis fier d’avoir été capable d’une remise en question aussi profonde et quand je vois ton site je réalise que ma décision était la bonne.

    P.S. : Dans l’histoire de Manu Militari il y a eu en tout 3 collaborateurs, tous des gauchiste acharnés. Aujourd’hui, nous sommes tous passé à droite. Un de mes collaborateur, qui a l’époque avait été approché par le NPD, a même été travaillé pour les conservateur. Manu Militari nous a ouvert les yeux sur ce qu’est vraiment la gauche, et nous n’avons pas aimé ce que nous avons vu.

  3. P.S. 2: Je peux aussi dire que j’ai toujours défendu les mêmes valeurs: justice, liberté, démocratie. J’ai simplement réalisé que ces valeurs n’existaient plus à gauche.

    En fait, j’ai eu exactement le même cheminement que tous les néo-conservateurs, des gauchistes qui ont été dégoûtes par la gauche et qui sont passé à droite.

  4. CITATION

    J’ai vu mon site lentement être pollué par l’antiaméricanisme, le conspirationnisme et l’anticapitalisme.

    C’est drôle, mais, pour ma part, étant collaborateur ici, je ne suis pas anti-américain (ni plutôt antiétats-unien…), mais bien anti-Bush, je ne suis pas conspirationniste, mais plutôt modéré sur cette question puisque je ne suis pas non plus un amant du scepticisme dogmatique, et pas non plus anticapitaliste, car je crois en un capitalisme-responsable débarrassé du corporatisme. Je suis en train de croire que tu as juste été pris avec un mauvais groupe de gens et, peut-être encore mieux, que tu as trop regardé du mauvais côté…

    J’espère surtout que tu assumes ton changement de valeur. Être pour la solidarité et se transformer en opportunisme doit être assez douloureux, non? C’est plus compréhensible et naturel venant d’un membre d’une famille cossue, il faut l’avouer…

  5. J’aurais été opportuniste si j’avais continuer à défendre des idées qui me dégoûtaient.

    Ce sont les gens comme toi et Louis qui m’ont ouvert les yeux sur la gauche.

    La gauche n’a pas le monopole de la solidarité. Et pour ton information, je viens d’une famille qui n’a jamais été assez riche pour faire parti de ce qu’on appelle la classe moyenne.

  6. La gauche n’a pas le monopole de la solidarité.

    Explique-moi ça mon homme! Et surtout n’oublie rien…

  7. Va lire Ayn Rand.

  8. Tu as vraiment besoin de m’envoyer vers Ayn Rand pour expliquer ta pensée? Tu veux jouer au jeu des philosophes, ok!

    Tiens, j’ai justement écrit un texte en lien avec un autre philosophe, John Rawls, dernièrement. J’ai voulu justement t’inviter à venir le lire mais le fait d’avoir à m’inscrire sur ton blogue m’a découragé…

    Donc, voilà ma réponse.

    (Le pire, c’est qu’il y a une partie de la pensée de Ayn Rand qui me plait, mais pas plus que la majorité des pensées des philosophes que j’ai pu étudier dernièrement. Tu risque gros à ne te reposer que sur une seule source philosophique. Je te dis ça comme ça…)

  9. La dernière fois que j’ai limité ma vision philosophique de la société à une source, j’étais membre de la gogauche.

    À Rand tu peux ajouter Hayek si tu veux.

    La solidarité ça passe obligatoirement par la justice, la liberté et la démocratie. Trois valeurs qui sont désormais absente chez la gauche.

    Si la gauche était vraiment solidaire, elle serait la première a appuyer nos troupes en Afghanistan.

  10. Tiens tiens, encore un match des rouges contre les bleus?

    Puéril.

  11. Super Louis, on pourra très bien communiquer ensemble désormais… camarade !

  12. «Super Louis, on pourra très bien communiquer ensemble désormais… camarade !»

    Qui se ressemble s’assemble.
    Ne vous manque plus que Ben Laden, qui vient de faire son coming out marxiste, se joigne à vous.

  13. Je crois que le commentaire de David démontre bien l’essence de mon message.

    Il démontre qu’il maîtrise très bien l’art du spin: il est capable de faire un lien entre ses incohérences politiques et de renvoyer la balle en accusant ses détracteurs d’en être la cause. Ça, c’est du très beau spin.

    La vérité, c’est qu’on ne change pas de position politique à cause qu’on n’aime pas certaines personnes qui partagent nos idées. On n’arrête pas d’écouter la t.v. à cause d’une mauvaise émission, on n’arrête pas de boire de l’alcool si on est malade une fois, etc. On peut ne pas être d’accord avec certaines personnes, mais quand on connaît ses propres valeurs, quand on a établi une pensée politique cohérente et en symbiose avec ses valeurs, on n’en a rien à faire si des gens se réclamant de la même position sur l’échiquier politique disent des conneries. Des cons, il y en aura toujours, à gauche comme à droite.

    Quand David a fait le test de Political Compass, il n’était pas question de moi, de gens de gauches, d’anti-américanisme, de conspirationnisme ou d’autres choses du genre. Il y avait un test, avec les valeurs qui vont avec. Et David a obtenu un score tout à fait à gauche, ce qui signifie que ses valeurs, du moins en apparence, étaient à gauche. Ça n’a rien à avoir avec les gens qui disent des conneries.

    Tiens, par exemple, je suis moi-même politiquement quelque part entre le socialisme et la social-démocratie depuis dix ans. Ça ne veut pas dire que je ne suis pas ouvert aux autres arguments, mais ça veut dire que je connais mes valeurs et que si celles-ci peuvent se modifier avec le temps on ne change pas ses valeurs du jour au lendemain. Mes valeurs d’égalité des chances, de justice sociale, d’humanisme, d’égalité, de respect des lois, d’empathie pour les plus démunis, ce sont des valeurs de gauche, et peu importe ce que dira n’importe qui à gauche ces valeurs sont en moi et ne changeront pas.

    Dans le cas de David, on réalise que les valeurs n’occupent pas une place de choix dans ses positions. Même s’il dit défendre des valeurs de « justice, liberté, démocratie », celles-ci ne sont pas nécessairement à gauche ou à droite, car ce sont aussi mes valeurs, mais comprises autrement (justice… sociale, liberté… de ne pas crever de faim, démocratie… pouvoir de la majorité, pas des élites financières, etc.). Bref, David ne semble pas avoir de valeurs SPÉCIFIQUES et SOLIDES qui font de lui un être politiquement mature et qui sait où il se situe sur le spectre politique car cohérent avec lui-même.

    En d’autres mots: David aime débattre. Mais il aime trop débattre. Il débat pour débattre et il n’a pas de position politique stable, pas de valeurs claires ou bien comprises, pas de pensée politique cohérente. Car les valeurs, ça ne se change pas en criant ciseau.

    En effet, on ne transforme pas des valeurs anti-guerre en 2005 en des valeurs pro-guerre en 2007. On ne transforme pas des valeurs de justice sociale et de compassion pour les moins bien nantis en des valeurs de productivisme à outrance et de privatisations. On ne transforme pas ces valeurs. On change, mais les valeurs ne changent pas à ce point.

    Conséquemment, David avait tort soit en 2005, soit maintenant… ou les deux! Car qui nous dit qu’en 2009 il n’aura pas une autre pensée politique? On ne peut pas passer de la gauche à l’extrême-droite en un an et demi et espérer que les gens vont nous donner une quelconque crédibilité.

    Voilà donc tout le problème pour l’auteur du blogue antagoniste.net. Sa crédibilité. Comment avoir confiance dans quelqu’un qui tient un discours EXACTEMENT contraire à celui qu’il tenait il y a une vingtaine de mois? Comment croire que cette personne a des valeurs solidement implantées et un discours qui est réellement cohérent si quelques mois arrivent à tout détruire.

    En conséquence, je crois qu’on doit voir le blogue antagoniste.net pour ce qu’il est: le combat de David Gagnon pour faire passer ses idées, peu importe les idées, peu importe si elles sont cohérentes, peu importe si elles ont du sens. Bref, c’est un peu comme les joutes orales grecques où les participants prenaient des positions contraires et tentaient d’argumenter tantôt en disant une chose, tantôt en disant le contraire. En d’autres mots: c’est de la masturbation intellectuelle. Le fun c’est de gagner. Les valeurs? On s’en fout!

    Je sais qu’il va répondre. Je sais qu’il va contre-attaquer. Je le sais… Je l’ai vu à l’oeuvre pendant plusieurs mois sur un forum internet et c’est la gars qui peut répondre message après message pendant des semaines et des mois jusqu’à ce que les gens se tannent et décident de ne plus lui répondre. C’est le lapin Energizer; il n’est pas tuable. On ne sait pas s’il croit à ses propres paroles, mais il continue, continue, continue.

    Je lui laisserai le dernier mot, car c’est bien tout ce qu’il l’intéresse, bien au-delà des « idées » qu’il défend, des idées de toute façon interchangeables et dont le seul but est d’appuyer son égo dans sa lutte à mort contre tous ceux qui ne pensent pas comme lui.

  14. Bravo à David pour résister à la provocation et aux étiquettes. Drapeau jaune à Renart à qui on doit encore prouver que « la gauche n’a pas le monopole de la solidarité ». Drapeau rouge à Louis pour provoquer et ensuite reprocher à l’avance au provoqué de se défendre comme un lapin Energizer.

    P.S. Ce commentaire n’est en aucun cas un endossement des idées de David l’antagoniste.

  15. @Martin: Vois plutôt cet épisode comme une démonstration de ce qui arrive à ceux qui se disent de gauche mais qui adoptent un schème de pensée de droite. C’est la confusion des genres, une confusion que tu sembles toi-même avoir, qui l’a conduit à ce changement brutal et majeur en si peu de temps.

    Au contraire, bravo à Renart, car oui la solidarité c’est à gauche, et drapeau rouge à toi Martin, pour tout mélanger et croire qu’on peut être partout à la fois et avoir des valeurs toutes mélangées et jamais se situer nulle part.

    L’échiquier politique en est un de VALEURS, et c’est faux de croire que celles-ci peuvent changer si vite en un an et demie. Les VALEURS ne changent pas, seule notre cohérence politique avec ces valeurs changent, et si on peut passer de la gauche à l’extrême-droite en si peu de temps, c’est le signe d’une incompréhension totale des enjeux politiques et d’une importante immaturité politique additionnée d’une incohérence majeure de la pensée politique.

  16. Insulte moi pas, Louis parce que tu vas me trouver. Je vais être pire que le lapin Energizer, je vais avoir un pile à énergie solaire sur le dos! La cohérence, moi je la cherche en moi, pas dans des bouquins desquels je ne cite que ce que je veux. Je lis des bouquins, de la philo, de l’histoire quand même, mais je me fie à mon intuition plutôt que de tout vouloir faire entrer dans une grille d’analyse idéale. Je confronte mon point de vue plutôt que d’écarter ce qui le contredit. J’ai discuté des heures de temps avec mon père, diplômé en sciences politiques et jusqu’à récemment cadre supérieur au Gouvernement du Québec comme analyste. Et un des livres qui m’a le plus influencé est « Un brève histoire du tout » de Ken Wilber. Je n’ai donc pas peur des grilles, mais je cherche leurs limites.

    Je n’ai jamais été à droite, du moins jamais « totalement à droite ». J’ai milité pour un parti qu’on disait déjà de droite à l’époque parce que la gauche péquiste le qualifiait ainsi avec dédain, parce que de toute évidence ce parti ne répétait pas le même ensemble de clichés associés aujourd’hui avec raison à la gogauche ou la gauche caviar. Malheureusement, ce parti est à son tour tombé dans la facilité et émet ou alimente des préjugés encore pires.

    Contrairement à ce qu’un résumé de la pensée digne de l’homo erectus peut le suggérer, un parti politique est un ensemble d’individus avec des points de vue différents et chaque individu est naturellement lui-même plein de contradictions. C’est parce que je suis foncièrement à gauche que je critique la gogauche. Je cherche et j’attend de la gauche son renouvellement, en vain.

    D’ailleurs, pour un gauchiste, tu devrais te méfier un peu plus d’un political compass fait par des libertariens.

    Malheureusement peut-être pour David, je n’ai jamais été de ses fidèles lecteurs. Je l’ai à peine lu alors je répète que si je l’encourage à ne pas se laisser étiquetter, je n’endosse en rien les positions qu’il aurait pu prendre.

  17. Woah Martin, je ne t’ai pas insulté. Si c’est le cas, je m’en excuse, mais c’était pas voulu.

    Mais c’est vrai quand même que tu as milité pour l’ADQ. Et que tu reprends le terme de droite « gogauche ». Et que tu discrédites ceux que tu qualifies de « vieille gauche » (peut-être qu’ils sont de la vieille gauche à tes yeux parce que toi tu as accepté la pensée économique de droite? C’était bien là la première étape franchie par David, en passant…)

    Ceci dit, c’est pas une chasse aux sorcières ce billet. C’est juste une sorte d’alerte pour indiquer qui est ce David et pourquoi on ne peut pas faire confiance à ce qu’il écrit.

    Et c’est aussi une alerte à ceux qui pensent qu’on peut se dire de gauche tout en acceptant les arguments économiques de la droite. La gauche et la droite, c’est pas un forfait télé à la carte, mais un ensemble cohérent relié à des VALEURS, qui elles ne se magasinent pas.

  18. David,

    ça ne rime à rien ton lancer de philosophe. Si tu n’as pas le goût de te forcer le derrière pour te mettre en bouche et communiquer par écrit les idées qui découlent de ton jugement par rapport aux gens qui t’influencent, tu n’es qu’un recherchiste.

    Eric Bondo,

    ça te va pas bien de jouer le troll, c’est même un peu décevant. On s’amuse, laisse-nous donc jouer, il n’y a pas que les enfants qui peuvent le faire!

    Sans blague, toi qui a parti le bal dans notre groupe pour le « political compass » et qui a eu un résultat similaire, va donc lire ça.

    Martin B.-L.,

    La question de la solidarité de la droite est toujours d’actualité. Et ton drapeau rouge virtuel ne me ralentit pas, au contraire. À ce que je vois, la solidarité pour les néo-libéraux est en bas des priorités, donc assujettit en grande partie aux désirs des puissantes corporations, et la solidarité pour les libertariens devrait être une responsabilité de chacun : je ne crois pas qu’on serait prêt pour ça encore, loin de là!

    En passant, le lien que je laisse à Eric Bondo pourrait t’intéresser aussi.

  19. J’ai un réagi un peu fort parce que je n’aime pas qu’on me dise « confus » alors que je m’efforce toutes les minutes de tous les jours d’être intègre et cohérent avec mes valeurs.

    Je suis aussi tanné que, parce que j’ai milité pour l’ADQ, on m’étiquette à droite. C’était le cas quand j’ai fait du porte-à-porte dans Sillery en 1998 et c’est encore le cas. Ça a été écrit quelques fois ici par d’autres: ce sont les excès du discours de gauche qui ont poussé les gens à se dire fièrement à droite, pas les gens qui sont virés plus à droite qu’il ne l’étaient auparavent.

    Et je me corrigerais: « c’est parce que je suis foncièrement progressiste que je critique la gogauche. Je cherche et j’attend de la gauche son renouvellement, en vain ». Et j’ajouterais que si je n’y croyais plus, je ne perdrais pas mon temps ici.

  20. Monsieur Gagnon

    Étant donné votre changement d’allégeance politique, est-ce que vous réfutez aujourd’hui vos propres écrits de 2005 que Louis vient de citer?

    Si oui, avez-vous des arguments pour nous vendre l’idée que ce que vous aviez écrit en 2005 est faux?

    Si oui, lesquels?

  21. Aucune idéologie politique n’a ni le monopole ni l’absence de solidarité.

    Ceci dit, l’idéologie politique qui prône le plus la solidarité est l’anarcho-socialisme et celle qui la réprime le plus est la drouate néo-libérale.

    La véritable solidarité ne se trouve pas dans l’étatisme: elle se trouve dans la coopération volontaire entre les individus pour le bien de chacun.

    Il y a beaucoup plus de solidarité dans la coopération volontaire de l’anarcho-socialisme ou même dans le libertarianisme (à un moindre degré certes mais quand même) que dans la so-so-so-solidarité (cette devise m’écoeure par son hypocrisie crasse) syndicaleuse fémi-fasciste des socialistes et encore plus dans l’hystérie militariste et policière soi-disant pour « protéger nos citoyens » (sic) de la drouate néo-libérale.

  22. Il y a une différence entre la guerre en afghanistan et la guerre en Irak.
    J’appuie le guerre aux talibans en Afghanistan, mais la guerre en Irak est une guerre inutile et illégale mené par les américains pour le pétrole.

  23. Ca fait un bout que je n’ai pas participé au forum (question de lassitude, le blogue est super bien conçu et mis à jour de façon dynamique, mais comme les collaborateurs ne sont que des gens de gauche, ça manque complètement d’équilibre et après un bout on à l’impression de toujours lire la même affaire…).

    Je reviens simplement pour mentionner que j’ai fait ce fameux test Political Compass. Je suis tombé exactement au même endroit que Gerhard Schröder, l’ancien chancelier allemand. Donc essentiellement je suis un modéré de droite. Ca correspond à peu près à mes orientations: à droite économiquement, socialement neutre et pas du tout moralisateur (moralisateur dans le sens de la droite religieuse américaine).

    Mais je n’ai pas toujours été comme cela. Comme David et bien d’autres, j’ai déjà été à gauche au moment ou je faisais mes sciences politiques au début de la vingtaine. Je suis resté à gauche pendant toute la vingtaine car mes premières années sur le marché du travail n’ont pas été faciles. Quand on est plus pauvre ou plus serré économiquement, l’idée de dévaliser les riches par le biais des impôts et des programmes sociaux pour s’en mettre dans les poches est toujours attirante. La jalousie du succès des autres peut-être, un trait caractéristique des Québécois qui face à un des leurs qui a du succès, deviennent méfiant et se disent “il a du en crosser des gens lui pour être aussi riche et aisé”. C’est tout le contraire des Américains ou celui qui est riche est admiré et respecté pour les efforts qu’il a fait. Au lieu de de déblatérer contre lui et de réclamer qu’on le cambriole avec des taux d’impôts élevés, les gens tentent plutôt de se défoncer pour se bâtir leur propre grande place au soleil.

    Enfin, j’ai amélioré ma situation graduellement. J’ai fait un MBA, ce qui m’a ouvert énormément de possibilités. Aujourd’hui j’ai passé la mi-trentaine et je fais un salaire confortable avec des conditions de travail décentes. Je ne me suis pas “pogné” le derrière et j’ai refusé de tomber dans le chiâlage durant toutes ces années, ce qui fait mon succès, je l’ai bâti moi-même.

    Tout au long de ces années, j’ai perdu mes illusions de gauche. Je les ai perdues car j’ai réalisé qu’à l’exception d’une très petite minorité d’individus vraiment mal lotis intellectuellement, physiquement ou émotionnellement, la grande majorité des gens sont responsables de leur situation. La source de leurs succès et de leurs échecs se trouvent en eux-mêmes, et non pas dans les mains d’un méchant boss, d’une méchante compagnie.

    La gauche enseigne le contraire:

    Aux pauvres, elle leur dit: “Vos succès personnels sont entièrement à vous, mais vous n’êtes pas responsables de vos torts et de vos erreurs, car vous êtes exploités par les classes supérieures.”

    Aux riches, elle leur dit: “Vos efforts ne valent rien et vos succès se sont bâtis sur le dos des autres. Vous n’êtes pas responsable de vos succès mais vos torts sont nombreux et sont le reflet de votre égoïsme”.

    C’est du 2 poids 2 mesures qui dissuade n’importe quel humain d’être fier de ce qu’il est, de ce qu’il accomplit. Les mots responsabilité, réussite, accomplissement, excellence n’existent pas pour la gauche. Démarrer des entreprises, les faire grandir, compétitionner intensément, investir, faire des profits ? “Beurk !”, disent nos gens de gauche. Ce sont là des activités plutôt dégoutantes, et éminemment suspectes pour eux. S’il fallait que toute la société soit à gauche, on aurait une société de penseurs d’idées et de textes, mais absolument personne pour créer cette fameuse richesse que la gauche a tant besoin pour s’engraisser et engraisser ses clientèles à son crochet idéologique. Une telle mentalité révèle encore plus d’inéquité, d’injustice sociale, et de manque d’éthique que bien des discours de droite.

    Je sais, je fais un procès bien rapide de la gauche et je caricature un peu. Mais je ne caricature certainement pas plus que la caricature de la droite qui faite à chaque jour sur ce blogue.

    Mais cette caricature n’en demeure pas moins le fil conducteur de l’attitude gauchiste, cette attitude qu’on perçoit constamment dans les discours éculés de ce qu’on surnomme ici la “gogauche”. C’est pour cela que j’ai évolué vers le centre et la droite. J’en avais marre des dogmes de la gauche, de ses anathèmes et de son mépris des gens qui résussissent et qui font réussir les autres.

    Winston Churchill disait, en boutade mais toujours avec un énorme fond de vérité comme lui seul avait le secret: “À 20 ans, un jeune homme qui n’est pas à gauche est un fichu sans-coeur. À 40 ans, un homme mature qui n’est pas à droite est un irresponsable sans jugement”.

    Il avait raison.

  24. J’ai vu mon site lentement être pollué par l’antiaméricanisme, le conspirationnisme et l’anticapitalisme. (David Gagnon)

    Les grands concepts éculés pour museler toute discussion! Les néo-libéraux sont très forts là-dedans!

    L’anti-américanisme:

    Critiquer le peuple américain peut possiblement laisser entrevoir un certain anti-américanisme mais il n’y a absolument rien d’anti-américain à critiquer les autorités américaines. Ce sont ces autorités qui sont critiqués dans ce blogue, pas le peuple qui en est la principale victime. En vérité, je vous le crie: AUCUN INTERVENANT SUR CE BLOGUE N’EST ANTI-AMÉRICAIN.

    Le conspirationnisme:

    Quand vous affirmez à un néo-libéral que la version gouvernementale doit être questionnée, le néo-libéral met automatiquement un terme à la discussion en vous traitant de conspirationniste. Je préfère être soi-disant un conspirationniste que de croire béatement à la version officielle d’un gouvernement.

    L’anti-capitalisme:

    Je n’ai presque jamais vu ni entendu un individu réellement anti-capitaliste, mais il y a énormément d’anti-capitaleux comme moi. Le capitaleux est un capitalo-étatiste, i.e. il croit que l’État doit servir les intérêts de ce système au dépens des plus démunis. Les néo-libéraux ne croient pas réellement au libre-marché, ce sont des capitaleux qui font semblant d’y croire pour mieux nous manipuler.

  25. T’es vraiment dans les patates Hugo quand tu réduit le discours gauchiste à des banalités purement communistes. Pour ma part, mon résultat au test me place du côté de l’anarcho-socialisme, ce qui est très loin de la gauche étatique.

    Tu peux bien prendre en exemple les États-unis quand ils sont en train de tomber et qu’en plus ils se tiers-mondialisent. Je le répète, mon cheval de bataille est de contrer le corporatisme (beau système basé sur les privilèges) dans lequel nous sommes.

    Moins d’État, mais qui se concentre surtout à régulariser l’économie, l’environnement et le social pour atteindre un équilibre viable : est-ce que c’est si à gauche que ça?

  26. @Renart

    Moins d’État, mais qui se concentre surtout à régulariser l’économie, l’environnement et le social pour atteindre un équilibre viable : est-ce que c’est si à gauche que ça?

    Au contraire, c’est très à gauche mais ce n’est pas si étatiste que cela (moins pire qu’à l’heure actuelle).

    Mais il y a trop de réglementation économique en ce moment qui donnent des privilèges indus aux corporatistes socialistes (bureaucrates, syndicats, politiciens) et néo-libéraux (compagnies, lobbys, cartels). Il faut que l’État dérèglemente l’économie et s’en occupe le moins possible parce qu’il en est une nuisance. Il faut que l’État cesse de subventionner à tout vent, car il gaspille l’argent des CONtribuables.

    En ce qui concerne l’environnement et social, la vulgate néo-libérale est tellement dominante à l’heure actuelle que l’État devra continuer à s’en occuper pendant un certain temps. Mais à un certain moment, il faudra s’en débarrasser progressivement pour atteindre l’idéal anarcho-socialiste et cesser une fois pour toutes de subir l’autoritarisme de l’État.

    Beaucoup de gens qui se prétendent socialistes devraient passer le test du Political Compass: la plupart d’entre eux sont des anarcho-socialistes qui s’ignorent.

    Le mouvement anarcho-socialiste est plus imposant que l’on croit, mais l’État le dissimule très bien.

    Pour le reste, Renart, c’est une très bonne réplique!

  27. DavidG,

    je voulais dire à gauche dans le sens le plus péjoratif possible…

  28. …dans le sens de la gauche très étatiste. Je comprends.

  29. Beaucoup de gens qui se prétendent socialistes devraient passer le test du Political Compass: la plupart d’entre eux sont des anarcho-socialistes qui s’ignorent.

    C’est ça le but du test!

  30. J’ai refait le test:

    Economic Left/Right: -7.25
    Social Libertarian/Authoritarian: -8.00

  31. @Martin

    Mais si cela peut permettre à des soi-disant socialistes de se rendre compte qu’ils n’ont plus autant besoin de la mamelle étatique, tant mieux! (ça dépend bien sûr pour qui!)

  32. Tous les collaborateurs de Manu Militari sont aujourd’hui de droite.

    Pas juste moi mais les 3 membres de l’équipe. C’est pas pour rien. On a vu comment la gauche pouvait être l’aide.

    Quand une chaîne de télévision ne présente que des émissions merdique, bien tu changes de chaîne.

  33. Moi aussi je pensais être centre-gauche pendant longtemps, mais avec le temps et les conneries de gauche comme le mariage gai, les féminifachistes (je vous prépare un billet savoureux la dessus sur mon blog bientôt) les syndicaleux, manif étudiantes etc.. je suis tranquilement devenu centre-droite.

    On apprend avec le temps. Ca s’apelle la sagesse.

  34. David,

    c’est pas vraiment élégant comment tu te défiles…

  35. Monsieur Rioux

    Le mariage gai n’est pas une connerie, c’est le mariage qui en est une et qui devrait être aboli!

    L’État n’a pas d’affaire dans ce genre de contrat. Par contre, un tel contrat de mariage peut se faire privément.

    Ce que vous appelez « sagesse », c’est de la résignation!

  36. Il y a un vieux dicton qui dit que seul les fous ne changent jamais d’idée.

    Louis devrais le prendre à coeur…

    En passant – mon compas est 5.88/-2.51

    Ca fait un bout que je n’ai pas participé au forum (question de lassitude, le blogue est super bien conçu et mis à jour de façon dynamique, mais comme les collaborateurs ne sont que des gens de gauche, ça manque complètement d’équilibre et après un bout on à l’impression de toujours lire la même affaire…).

    Je seconde…

  37. Reagan et Churchill ont aussi été membre de la gogauche avant de devenir de grands porte-paroles de la droite.

    Pour voir le visage hideux de la gauche, il faut l’avoir fréquenter.

    Quand on voit la gauche, soit on s’enfonce dans le dogme et un refuse de voir cette laideur, soit on fait comme beaucoup d’autre et on quitte le navire.

  38. Tiens, une petite tendance vers le libertarianisme mon Philippe.

    C’est très bizarre que vous chialez sur la prétendue redondance du blogue quand toute cette question du political compass est assez récente.

    Je l’ai amené justement pour faire en sorte de rallier tout le monde sur l’ennemi à abattre : le néo-libéralisme. Et ton résultat en est une preuve.

    Mais ça l’air que le « gogauche bashing » est plus tentant…

  39. Je ne comprends pas comment quelqu’un ayant lu Hayek peut soutenir une intervention militaire. L’interventionisme économique selon Hayek est à éviter, mais beaucoup moins immoral que l’intervention militaire (qui n’a que pour but d’écouler des stocks militaire et la destruction).

  40. David,

    t’es sur « random » ou quoi?

    Encore beau que ton commentaire ait un petit lien avec le sujet : quoique c’est facile si tu mets les mots « droite » et « gauche » dedans…

  41. Merci Renart L’éveillé de me démontré que la gauche n’a pas changé et de me confirmer que ma décision était la bonne.

    FrancisD, va lire ça et instruits toi: http://www.opinionjournal.com/editorial/feature.html?id=110010344

  42. Il y a de grands espaces vides dans votre graphique. Ce serait bien d’y inclure un peu plus de personnalités politiques, afin de mieux représenter les divers alignements idéologiques.

    Quant à moi, je me situe à:
    Economic left/right -2.00
    Social libertarian/authoritarian -5.45

    Mais bien franchement, mes réponses semblaient varier beaucoup sur l’axe gauche-droite. C’est toujours bon de savoir qu’on ne correspond pas au « package tout compris » d’un alignement politique, bref, à une caricature (je pense par exemple, aux lesbiennes socialistes révolutionnaires végétaliennes nudistes militantes de l’Orégon).

  43. Tiens, une petite tendance vers le libertarianisme mon Philippe.

    C’est très bizarre que vous chialez sur la prétendue redondance du blogue quand toute cette question du political compass est assez récente.

    1) Eh oui mon Rénart, je suis officiellement libertarien.

    2) C’est toi qui sort les perles.

  44. Un propos de Martin Masse, fondateur du webzine Le Québécois Libre:

    http://www.quebecoislibre.org/011208-2.htm

    « Au sein même du mouvement libertarien se trouve toutefois une faction qui s’est distinguée par son appui à la guerre: les randiens ou partisans de la philosophe et romancière Ayn Rand. Certains randiens parmi les plus notoires ont préconisé l’invasion et l’occupation du Moyen-Orient et l’utilisation de l’arme nucléaire contre les pays qui refuseraient de suivre les diktats étatsuniens. Quel que soit le mérite des ouvrages de la grande prêtresse de l’Objectivisme, ses disciples aujourd’hui ne sont qu’une secte de fanatiques qui n’a pas grand-chose de libertarien. Vouloir imposer la « liberté » par la force et la destruction, c’est contredire la logique même de ce que l’on prétend défendre. »

  45. Bravo Louis pour nous avoir révélé la nature du personnage; je suis vraiment bouche-bé d’apprendre qu’Antagoniste.net était Manumilitari.net… vraiment, pareil changement politique en si peu de temps, c’est très déconcertant. Comme quoi, la politique demeure un jeu pour beaucoup trop de personnes.

    Alors, avis aux journalistes, voilà qui discrédite franchement la rigueur idéologique de la démarche de l’Antagoniste David Gagnon.

  46. Pour ceux que ça intéresse, deux ans plus tard, je viens de repasser le Political Compass test,et je suis toujours à côté de Nelson Mandela.

    Economic Left/Right: -6.88
    Social Libertarian/Authoritarian: -3.59

    Mais franchement, ce truc me semble trop léger pour déterminer réellement le positionnement politique d’une personne, au mieux cela évoque des traits primaires. Puis, mes amis dans Facebook sont tous dans le vert (gauche/libertaire), ce qui m’amène à me demander si c’est vraiment mon cercle élargi qui est très à gauche, ou plutôt, que c’est simplement la tendance naturelle du questionnaire avec ses questions extrêmes.

    Par ailleurs, il y a des questions trop simples dans lesquelles je ne comprends pas la relation entre le choix de valeur et l’idéologie politique associée.

    Un test, donc, à prendre avec des pincettes.

  47. Lolll !!! Car, tu ignorais VRAIMENT que j’étais l’ex gogauche derrière ManuMilitari ??? Bon sang, c’était un secret pour personne !

    Va lire le tout premier billet que j’ai écrit sur antagoniste.net: http://www.antagoniste.net/?p=30

    « Manu Militari renaît de ses cendres !

    Un nouveau nom, un nouveau design, une nouvelle approche. »

    Je ne me suis jamais caché de mon passé, loin de là. Même que mon cheminent intellectuel est l’une des choses dont je suis le plus fier (j’en ai souvent parlé). Pas pour rien que j’ai fermé ManuMilitari et pris une pause de plusieurs mois. J’avais besoin de faire le point et j’ai eu le courage d’entreprendre cette démarche. Les gens comme Louis préfèrent s’enfoncer dans leurs dogmes, leurs mensonges, leurs propagandes au lieu de remettre en question leurs idées. Moi j’ai eu le courage d’agir autrement.

    C’est précisément le courage que j’ai eu à remettre en question mes conviction qui me donne une crédibilité !

  48. Dans le texte que Monsieur Gagnon a envoyé à FrancisD, il y a cette affirmation:

    « And most also believe that when the territory of the U.S. is attacked militarily, the government–which claims a monopoly on providing for national defense and extracts billions of tax dollars for this purpose–is justified in using the military in self-defense. For this reason, many libertarians (though not all) who now oppose the war in Iraq supported U.S. military actions against the Taliban regime in Afghanistan, which had aided and harbored the al Qaeda network that organized the 9/11 attack. »

    Le problème avec cette affirmation, c’est que ça suppose que Ben Laden et Al Qaeda sont les seuls à avoir perpétré cet attentat terroriste alors que les autorités américaines ont à tout le moins collaboré à sa réalisation. Où sont l’agression et la légitime défense?

    De plus, pour paraphraser ce que Mathien Bréard a dit dans ce texte (http://www.leblogueduql.org/2006/10/crise_en_asie_u.html)
    , comment se fait-il qu’après 6 ans de guerre, « je sois incapable de visiter le Kentucky sans être suivi à la trace par un satellite météo, alors que Ben Laden, lui, est toujours en cavale? »

    Pensez-vous sérieusement que le but de cette guerre était de retrouver Ben Laden? Ne pensez-vous pas plutôt qu’il y a un agenda de moins en moins caché (pavot, oléoduc asiatique) derrière cette mascarade?

  49. Monsieur Gagnon, je vous repose les trois questions:

    Étant donné votre changement d’allégeance politique, est-ce que vous réfutez aujourd’hui vos propres écrits de 2005 que Louis vient de citer?

    Si oui, avez-vous des arguments pour nous vendre l’idée que ce que vous aviez écrit en 2005 est faux?

    Si oui, lesquels?

  50. Merci à Davidg de démontrer que la gauche est effectivement devenu un refuse pour les conspirationnistes et l’anti-américanisme. Ce sont les gens comme toi qui m’ont ouvert les yeux sur la véritable nature de la gauche.

    C’est évident que je réfute ce que j’ai écrit en 2005 ! C’est pour cette raison que j’ai fermé Manu Militari, parce que mes propre écrits me donnait me donnait la nausée !

    En 2005 j’étais un pauvre imbécile manichéen aveuglé par la haine des USA et qui refusait de voir l’autre côté de la médaille.

    Quand j’ai eu le courage de voir l’autre côté de la médaille, j’ai réalisé que j’étais dans l’erreur. En fait, tous les collaborateurs de Manu Militari ont été dégoûtés par la gauche et nous sommes tous de droite aujourd’hui.

    Mais toi, tu n’auras jamais le courage d’une telle remise en question. C’est tellement plus simple de s’imaginer que le 9/11 est un inside job.

  51. Messieurs les soi-disant capitalistes David Gagnon et Philippe David, pouvez-vous nous parler de la guerre à la drogue?

  52. Monsieur Gagnon.

    Je vous remercie d’avoir répondu à ma première question. Ce serait bien que vous répondiez aux deux autres!

    Allez voir mon commentaire #24 sur votre soi-disant anti-américanisme et votre soi-disant conspirationnisme.

  53. Monsieur Gagnon.

    Merci à Davidg de démontrer que la gauche est effectivement devenu un refuge pour les conspirationnistes et l’anti-américanisme. Ce sont les gens comme toi qui m’ont ouvert les yeux sur la véritable nature de la gauche.

    Merci à Monsieur Gagnon de démontrer que le néo-libéralisme est effectivement devenu un refuge pour les militaristes et les intégristes économiques. Ce sont les gens comme toi qui ouvrent les yeux de plusieurs personnes sur la véritable nature du néo-libéralisme.

    En 2005, j’étais un pauvre imbécile manichéen aveuglé par la haine des USA et qui refusait de voir l’autre côté de la médaille.

    En 2007, vous êtes un pauvre imbécile manichéen aveuglé par votre amour des USA et qui refuse de voir l’autre côté de la médaille.

    Mais toi, tu n’auras jamais le courage d’une telle remise en question. C’est tellement plus simple de s’imaginer que le 9/11 est un inside job.

    Tant qu’une enquête indépendante ne prouvera pas le contraire, je serai toujours convaincu que les autorités américaines sont derrière cette mascarade.

    Mais vous, vous n’auras jamais le courage d’une telle remise en question. C’est tellement plus simple de croire la version officielle du gouvernement et de s’imaginer que le 9/11 est juste de la faute des maudits arabes!

  54. @David

    Ton texte d’OpinionJournal essaie d’appliquer le concept d’auto défense à l’État (concept abstrait collectiviste) alors qu’il ne peut s’appliquer qu’à des individus (concept concrèt, individualiste).

    Le mec est completement confu dans ses principes. Comment peut-on de toutes façons construire une force destructrice comme une armée autre que par la taxation appliquée à bout de fusil ?

    Il ommet totalement le support que l’Occident à apporté à Saddam Hussein (si on aurait respecté la non-intervention auparavant, Saddam Hussein n’aurait simplement pas été au pouvoir). Il essaie de présenter la 2e guerre mondiale comme étant les alliés versus une force ayant surgit du vide, sans explications. Alors que dans les faits, l’émergence du Japon et de l’Allemagne Nazi est du à l’intervention domestique et étrangère de différents gouvernements.

    Il essaie de faire acroire aux néophytes lisant que certains libertariens ont été « surpris » de la « mauvaise exécution » de la stratégie de guerre en Iraq.

    N’importe qui avec au moins 50 de QI comprend que plus la guerre perdure, plus elle est rentable.

    Un libertarien comprend aussi que c’est à l’avantage de l’État de « fouarer » royalement. Dans les affaires gouvernementales, problème = budget. Pas de problème, pas de budget. La différence avec l’État et n’importe quelle compagnie privée, c’est que l’État a droit à une source de fond illimitée (impôts, taxes, contrôle des presses à monnaie, etc).

    Une compagnie privée (non subventionnée) faisant par exprès pour fouarer, disparait éventuellement.

    Pour ce qui est du 9/11, je ne sais pas si c’était une « inside job », mais que le gouvernement aie menti à tour de bras dans sa version des faits ne serait pas dutout étonnant.

  55. Celà dit, mon propos soi-disant conspirationniste ne veut pas nécessairement dire que en Laden et son Al Qaeda n’ont pas collaboré avec les autorités américaines pour perpétrer cet attentat!

  56. Quand les soins de santé seront privés, alors on pourra légaliser toute la drogue qu’on veut. Si une personne doit être hospitaliser suite à une oversdose, ça sera sa responsabilité de payer pour sa condition.

    Autrement, moi je ne veux pas que mes taxes servent à payer pour les mauvais choix de vie des autres.

    Tu n’est pas simplement anti-Bush, tu es anti-américains. La plus belle preuve ce sont tes idées conspirationnistes.

    Tu as raison, les gens comme moi ouvre les yeux des gens sur le neo-libéralisme. C’est pourquoi le néo-libéralisme ne c’est jamais aussi bien porté !

    En 2007 je ne suis plus aveuglé par le manichéisme de la gauche mais par la raison, la logique et le bon sens.

    @ FrancisD:

    À l’exception de quelques libertaires intégristes qui sont tout aussi méprisables que les communsimes, les libertariens sont d’accord avec le prélèvement de taxes pour la mise en place d’une force armée.

    D’ailleurs quand vous dites que la guerre est une chose rentable, vous commettez un sophisme économique que Bastiat (économiste libertarien) a appelé « le sophisme de la vitre cassée ». Mais pour avoir lu Bastiat ça prend plus que 50 de QI.

    Le problème de la gauche c’est fondamentalement son ignorence…

  57. La sophisme de la vitre cassée est un excellent argument anti-militariste qui concerne la rentabilité économique, et non pas la rentabilité politique!

  58. Retournez lire mon commentaire # 24!

  59. @David

    … Et c’est aussi aussi pourquoi la cause libertarienne est voué à l’échec si on laisse les fusils dans les mains de l’État. Meilleur example, l’Amérique des pères fondateurs, ca dure quelques décénnies et la grosseur du gouvernement devient hors de contrôle. Le gouvernement est comme n’importe quelle entreprise, elle tend à vouloir grossir … par coercition.

    Vous avez décidez de prendre mon propos sur la rentabilité des guerres comme vous le vouliez, pour simplement être capable de répondre quelque chose. Parce que vous saviez très bien ce que je disais.

    Les guerres ne sont qu’un moyen pour certaines entreprises (pratiquant le socialisme corporatif complètement anti-libre marché) de piller l’argent des contribuables. En ce sens, pour eux, c’est très rentable. 10 ans de guerre est bien mieux qu’un seul.

    Bien sur, pour le reste de l’économie (même pour d’autres grosses corporations) la guerre n’est aucunement rentable et ne résulte qu’en la destruction de propriété privée d’autrui (potentiels consommateurs/partenaires d’affaires, infrastructures, etc.)

    Les guerres ne sont que le résultats de l’existance des gouvernements et de leur pouvoir de taxation. Une guerre ne sera jamais rentable si elle n’est pas fait au frais des contribuables.

    N’essayez pas de m’apposer l’étiquette de gauchiste, car votre volonté d’avoir une armée vous prouve encore plus Étatique que moi.

  60. @ Davidg:

    Le sophisme de la vitre cassé n’est ni pro ou anti militariste.

    Il dit simplement que les gens qui affirme que les guerres crées la richesses ou la prospérité commettent un sophisme !

    D’ailleurs le taille du complexe militaro-industriel américains a été gonflée par la gogauche.

    On ne par pas en guerre pour enrichir une petite business comme Halliburton.

  61. Mars 2005:

    On a comparé le niveau d’endettement des gens pour recevoir des soins de santé au: États-Unis, Australie, Canada, Nouvelle-Zélande, Allemagne et l’Angleterre.

    Avant d’aller plus loin, rappelons le niveau de privatisation des systèmes de santé dans ces pays:

    * États-Unis: 55%
    * Australie: 32%
    * Canada: 30%
    * Nouvelle-Zélande: 22%
    * Allemagne: 21%
    * Angleterre: 17%

    Voici le % de personnes qui, dans chacun de ses pays, doivent s’endetter de plus de 1000$ US pour recevoir des soins de santé:

    Source: Journal of Health Affairs, Novembre 2005

    Cette étude en recoupe une autre faite par le Commonwealth Fund International Health Policy Survey.

    Dans une étude réalisée en 2004 par le Fonds du Commonwealth, on a demandé à des adultes de cinq pays si, au cours de l’année précédente, ils ont dû se passer de soins dont ils avaient besoin en raison de leurs coûts.

    Source: Commonwealth Fund International Health Policy Survey

    Privatiser n’est pas la solution. [Je souligne; ce sont SES mots.]

    Voici qu’elle a été la conséquence de la privatisation des soins dentaires au Québec:

    Actuel Santé, dimanche 6 novembre 2005, p. ACTUEL2 (La Presse)

    La Dre Stéphane Schwartz, directrice de la Clinique dentaire de l’Hôpital de Montréal pour enfants, est confrontée quotidiennement à des scènes renversantes

    Des histoires d’horreur de toutes petites bouches pleines de caries qu’il faut traiter sous anesthésie générale, à un stade de dégradation avancée. Des problèmes graves qui n’ont pas été prévenus ou traités à temps parce que, dans plusieurs cas, les soins dentaires ne sont pas couverts par l’assurance-maladie pour les enfants de plus de 10 ans.

    « À l’Hôpital de Montréal pour enfants, on reçoit plus d’enfants qui ont des infections des dents graves- qui ne peuvent être traitées par voie orale- que d’enfants qui ont subi des traumatismes, dit-elle. Ça se termine souvent par des extractions. On est complètement débordés. » »

    Septembre 2007:

    Quand les soins de santé seront privés, alors on pourra légaliser toute la drogue qu’on veut. Si une personne doit être hospitaliser suite à une oversdose, ça sera sa responsabilité de payer pour sa condition.

    Autrement, moi je ne veux pas que mes taxes servent à payer pour les mauvais choix de vie des autres.

    Décembre 2009: ???

    Participez à la Loto-David! Devinez quelle idéologie il défendra bec et ongles dans deux ans et gagnez un vieux disque 45 tours qui saute…

  62. @Davidg

    Oh, je n’avais pas réalisé que David utilisait la fenêtre cassée de Bastiat comme argument pro-militariste…

    Merci de me donner le point aussi facilement David, j’aime quand mon interlocuteur trouve les arguments à ma place 🙂

  63. À la demande générale:

    David Gagnon, le 31 mars 2005:

    quand Réjean Breton affirme que la hausse de frais de scolarité n’a pas d’impact sur le nombre d’inscriptions il est dans le champ. La situation des facultés de médecine, tant au Canada qu’au États-Unis, est très révélatrice: une hausse des frais de scolarité fait en sorte que de brillants étudiants décident de ne pas choisir la profession médicale. Cette situation peut devenir alarmante, surtout dans le contexte d’une pénurie.

    De plus, la hausse de frais de scolarité fait en sorte que la majorité des diplômés vont vers des spécialisations plus payantes ce qui laisse un énorme trou dans la médecine familiale et la pédiatrie entre autre.

    Source: http://web.archive.org/web/20050406082646/http://www.manumilitari.net/

    David Gagnon, le 19 février 2007:

    Enfin le PLQ brise le tabou et propose d’augmenter les frais de scolarité. Une augmentation très modeste (trop modeste) de 50$/session.

    50$/session ça représente 0.71$/jour. C’est bien peu quand on considère que les garderies sont passées de 5$ à 7$/jour.

    Une session universitaire au Québec coûte environ 1200$ (avec tous les frais afférents), ça représente environ 17$/jour.

    Pour s’occuper d’enfants d’âge pré-scolaire, l’état demande une contribution personnelle de 7$/jour. Pour former un médecin, un avocat ou un généticien, l’état demande une contribution personnelle de 17$/jour. On sera tous d’accord pour admettre qu’il n’est pas déraisonnable d’augmenter la part de cette contribution…

    Il est plus que temps que les étudiants fassent entendre leurs voies pour marginaliser les revendications de groupes comme l’ASSÉ.

    Source: http://www.antagoniste.net/?p=320

    David Gagnon, le 21 mai 2009: ???

    p.s. Et l’inoubliable photo de la grève étudiante, une grève que David Gagnon a chaudement appuyé, à grand coups de « on a gagné !»

    p.s.1. N’oubliez pas de votez au Loto-David 2009; si vous prédisez avec justesse ce que David Gagnon adoptera comme idéologie dans deux ans, vous gagnez le vieux tourne-disque qui saute en prime avec le disque!

  64. Messieurs les soi-disant capitalistes David Gagnon et Philippe David, pouvez-vous nous parler de la guerre à la drogue?

    @ Davidg: Si des gens veulent détruirent leur vie pour un high. C’est pas vraiment mon problème. Si un jour un de mes enfants est affecté, je composerai avec eux et leur pusher…

    @Louis, un jour tu grandiras…

  65. J’ai pas lu tous les commentaires, paresse et ennui obligent… Mais je comprends DAVID.

    Le sage dit: après un an de méditation, un arbre est une rivière, et après dix ans, une rivière est un arbre.

    Moi aussi j’étais gauche radicale en entrant à l’université, puis j’ai analysé mes motivations inconscientes… T’es en colère pourquoi Louis? Quelle était ta relation avec ton père?

    T’aurait-t-on exposé le monde comme plus rose qu’il ne l’est étant jeune? Serais-tu le produit d’une révolution tranquille qui manges ses enfants? Comment se fait-il qu’un gars brillant et cultivé comme toi travaille au salaire minimum? Est-ce une source de colère? Aurais-tu la même vision politique autrement? Et si c’était le cas, serais-tu un parvenu pour autant?

    T’es-tu demandé si ton taux de testostérone avait à voir avec tout ça? Même si c’était le cas tout ça est tellement inconscient… On possède tous de plus d’excellents mécanismes de défense nous empêchant d’être trop critique envers soi-même, ca prends beaucoup d’introspection pour passer outre à ça, je donne du mérite à David pour ça.

    L’expression ya que les fous qui changent pas d’idée, ca te dis rien?

    J’te traite pas de fou, mais t’es jeune, brûle pas de ponts, parce que les écrits restent, t’en a donné la preuve avec ce brulôt!

  66. Moi aussi j’étais gauche radicale en entrant à l’université, puis j’ai analysé mes motivations inconscientes… T’es en colère pourquoi Louis? Quelle était ta relation avec ton père?

    T’aurait-t-on exposé le monde comme plus rose qu’il ne l’est étant jeune? Serais-tu le produit d’une révolution tranquille qui manges ses enfants? Comment se fait-il qu’un gars brillant et cultivé comme toi travaille au salaire minimum? Est-ce une source de colère? Aurais-tu la même vision politique autrement? Et si c’était le cas, serais-tu un parvenu pour autant?

    Bang. En plein dans le mile, Hughes.

    Le cheminement personnel de vie de chacun est LE plus gros déterminant de nos opinions, orientations et idées politiques.

    Seul Louis sait (ou ne sait peut-être pas non plus) jusqu’à quel point son cheminement de vie fausse et teinte exagérément ses perspectives sur la société ou la politique. Mais bon, on n’est pas là pour disséquer sa vie personnelle. Le point est que nos expériences personnelles prédéterminent beaucoup notre positionnement politique: gauche, droite, modéré.

    Cela explique d’ailleurs pourquoi la majorité des gens sont essentiellement centristes, quelquefois centre-gauche, quelquefois centre-droite: la plupart des gens ont une vie émotionnelle relativement équilibrée, qui n’entretient pas de rancune persistante et durable contre quoi que ce soit ou qui que ce soit. Les autres qui « n’ont pas cette chance » tombent franchement dans des degrés divers d’extrémisme de gauche ou de droite, selon la nature de leurs mauvaises expériences. Ca leur fait voir la réalité tout en noir ou tout en blanc, faisant en sorte qu’ils ont beaucoup de difficultés à saisir que la vie est en réalité une aquarelle de tons de gris…

  67. Je ne sais pas pour vous, mais me semble que cette discussion est particulièrement dynamique.

    Mais ça se peut que je vois la vie en rose: je reviens du Centre Bell. Beastie Boys.

  68. David,

    Le problème de la gauche c’est fondamentalement son ignorence…

    C’est pas mal chic de parler d’ignorance et de faire en même temps une faute avec ce mot… et je ne parle que de cette faute-là en plus!

    Je dis ça comme ça…

  69. Concernant de changer d’avis avec le temps ou non, je ne crois pas qu’il faille s’en péter les bretelles pour autant et que ça devienne un gros argument…

    Pour ma part, je pense que je pourrais bien un jour devenir libertarien, ça serait possible (mais à certaines conditions), mais de prôner le néo-libéralisme et sa crosse corporatiste, ça non, jamais! Je pourrais croire qu’il y aurait moyen de se débrouiller d’égal à égal, entre individus libres et responsables, mais si certains ont plus de privilèges que les autres parce que l’État s’occupe plus de copinage que de la collectivité, c’est amoral à mon sens.

  70. Je viens de faire le test.

    Economic Left/Right: -9.00
    Social Libertarian/Authoritarian: -7.38

    Je m’approche du Dalai Lama, pour ce que ce test vaut.

  71. « T’es en colère pourquoi Louis? Quelle était ta relation avec ton père?… Comment se fait-il qu’un gars brillant et cultivé comme toi travaille au salaire minimum? »

    Là, je tombe à terre. Quels arguments de bas niveau!

    En guise de comparaison, Hitler avait une mauvaise relation avec son père (je ne sous-entend pas que Louis en avait une) et pourtant il n’était pas de gauche. De plus, Hitler a vécu dans la pauvreté dans sa vie de jeune adulte. A-t-il viré communiste pour autant? Par ailleurs, Engels était issu d’une famille riche et il était socialiste tout de même. N’importe quoi.

    Si vous aimez ce blogue, arrêtez d’attaquer l’auteur principal de cette manière avant qu’il ne décide de plier bagages. Quoi que cela est peut être votre but ici.

  72. Haha! La gauche est ignorEnte, bien sûr!! Bien soulevé Renart!

  73. Les extrèmes ne sont jamais bons.

    C’est pas parce que quelqu’un est un peu à droite qu’il est fachiste ou néo-libéral (ne pas confondre avec libéral), et c’est pas parce que quelqu’un est un peu à gauche qu’il est communiste.

    Et c’est si simple de dire que l’on est a coté de Nelson Mandela, parce que c’est une personnalité connue, parce qu’il a été en prison, mais il était mèlé a d’autre dossiers moins brillants et n’était pas un ange.
    C’est facile de vouloir s’identifier au Dalai-Lama, mais comment est-ce qu’il gèrerait un pays ?
    Karl Marx avait de bonnes idées (l’abolition des classes, pas de pauvres) mais quand ces idées sont mise en application, ca donne un système autoritaire qui a causé la mort de milliers de personnes.
    Hitler était un nationaliste exemplaire, qui voulait redonner l’honneur à son pays qui avait été bafoué lors de la permière guerre, mais ses actions on mené à des choses affreuses. Quelqu’un pourrait avoir la même idéologie politique que Hitler sans être pareil a lui.

    Alors il faut faire attention, l’idéologie politique d’un individu n’est qu’une infime parcelle de sa personne, vous n’êtes pas des Nelson Mandela parce que le test vous positionne proche de lui.

  74. « But I’m reminded of the scene written for « West Wing » but not used in which Donna tells Bartlet of three candidates for World Leader: One with crooked associates and two mistresses who chain smokes and drinks eight to ten martinis a day; the second was kicked out of office twice, used opium in college and drank a quart of whiskey a night; and the third was a vegetarian, teetotaling nonsmoking war hero who hever had an extramarital affair. They are, respectively, FDR, Churchill and Hitler. »

  75. Je viens de lire les commentairs de Hugues et Hugo. Bon je crois qu’on a atteint le fond. M’attaquer sur ma vie personnelle, wow bravo.

    Désolé les mecs, mais vous êtes des idiots. Si à vos yeux on peut passer de la gauche à la droite en un an et se battre bec et ongles pour ses positions tout en conservant sa crédibilité, vous êtes dans le champ.

    Moi aussi j’étais gauche radicale en entrant à l’université, puis j’ai analysé mes motivations inconscientes… T’es en colère pourquoi Louis? Quelle était ta relation avec ton père?

    T’aurait-t-on exposé le monde comme plus rose qu’il ne l’est étant jeune? Serais-tu le produit d’une révolution tranquille qui manges ses enfants? Comment se fait-il qu’un gars brillant et cultivé comme toi travaille au salaire minimum? Est-ce une source de colère? Aurais-tu la même vision politique autrement? Et si c’était le cas, serais-tu un parvenu pour autant?

    T’es-tu demandé si ton taux de testostérone avait à voir avec tout ça? Même si c’était le cas tout ça est tellement inconscient… On possède tous de plus d’excellents mécanismes de défense nous empêchant d’être trop critique envers soi-même, ca prends beaucoup d’introspection pour passer outre à ça, je donne du mérite à David pour ça.

    MISE AU POINT:

    1) Je ne suis pas de gauche radicale; je suis extrêmement modéré et de centre-gauche;

    2) Je ne suis pas en colère; un homme en colère est le nom du blogue. Vas lire la section « à propos de ce blogue » si t’es pas trop paresseux et écrasé dans ta graisse pour avoir la force de lire;

    3) Je ne travaille pas au salaire minimum et ce que je fais ne te concerne pas de toute façon;

    4) Je ne vois absolument pas le rapport entre la constatation qu’un gars qui change d’idée constamment n’a pas de crédibilité et le taux de testostérone. Peut-être que tu fais de la projection et que tu es incapable de t’affirmer.

    5) David n’a pas le moindre mérite, car son analyse politique est aussi défectueuse aujourd’hui qu’il y a un an et demi. Il est une caricature et affirme aujourd’hui l’exact contraire de ce qu’il a affirmé mais est incapable de réfuter ses anciens commentaires. Bref, ce qu’il écrit en ce moment n’a pas plus de valeur que ce qu’il écrivait il y a un an et demi. Rien ne prouve qu’il ne changera pas encore d’idée et de toute façon sa vision du monde est polluée par ses préjugés et sa haine. Il ne fait pas seulement affirmer l’exact contraire d’il y a un an et demi, mais il affirme que la réalité est ce qu’il affirme aujourd’hui alors qu’il a déjà démonttré (à ses yeux) qu’elle est toute autre. Bref, zéro crédibilité. Car avoir une position politique est le cheminement d’une longue réflexion et est la représentation de ses valeurs; on ne change pas complètement de valeurs en un an et demi; conséquemment, on peut en déduire que c’était la réflexion qui était erronée, et quelqu’un qui peut se battre pendant deux ans pour des idées auxquelles il n’a pas réfléchi n’a pas plus de crédibilité quand il se bat encore pour d’autres idées (contraires).

    6) Regardez bien ce message; c’est la dernière fois que je perds mon temps avec des trou-du-culs comme vous deux. Lavez-vous la langue avec du savon et quand vous saurez vous attaquer aux idées des gens plutôt qu’à leur vie personnelle, on révisera. Mais peut-être que c’est trop demander d’avoir des arguments (du genre, je sais pas: je crois que David peut changer d’idée en un an et demi parce que… ou les idées politiques peuvent se modifier parce que … ou les positions sur l’axe gauche-droite ne sont pas reliées aux valeurs parce que…) et que c’est plus facile d’agir en Trolls et d’attaquer les autres personnellement. Tu veux jouer au Troll? Et bien vis en Troll maintenant mais moi je ne nourris pas les trolls.

    À bon entendeur, c’est la première fois que j’insulte quelqu’un sur mon blogue en 9 mois, et je ne le regrette pas car c’était bien mérité.

  76. Je viens de lire les commentairs de Hugues et Hugo. Bon je crois qu’on a atteint le fond. M’attaquer sur ma vie personnelle, wow bravo.

    Tu ne m’aimera pas Louis, mais je crois que le fond c’est toi qui l’a atteint avec ce billet qui est une attaque ad hominem envers un autre blogueur qui ne t’a jamais rien fait de la sorte. Tu peux essayer de réfuter ses idées si tu veux, (bonne chance!), mais juste parce que quelqu’un a changé son fusil d’épaule une fois, ça n’en fait pas une girouette pour autant. Si tu essayais de le discréditer, c’est raté. Tu n’a convaicu personne et tu t’es peut-être même fait des ennemis.

    Ne soit pas surpris après s’il y en a qui rient de toi. À bon entendeur…

  77. @Philippe: Ce billet n’est PAS une attaque ad hominem contre David Gagnon, mais bien une attaque sur la CRÉDIBILITÉ de David Gagnon. Quand tu sauras faire la différence entre attaque ad hominem et attaques sur les arguments et la crédibilité, tu m’en reparleras.

    En attendant, je crois avoir prouvé mon point: quelqu’un qui passe de la gauche à l’extrême-droite en un peu plus d’un an n’a pas de crédibilité.

    Ceci dit, ton appui à ce type de manoeuvre ne me surprend pas. Depuis que ton blogue verse dans le jaunisme et que tu supportes tout ce qu’écrit David Gagnon (mais appuies-tu ce qu’il a écrit sur son ancien blogue? Peux-tu nier les graphiques qui démontrent qu’un système de santé privé est moins efficace, par exemple?) je ne vais même plus te lire.

    Je crois que c’est toi qui perd de la crédibilité mec. Tu étais plus intéressant quand tu étais capable d’amener des arguments et que tu étais capables d’analyse critique.

    En passant, va donc t’instruire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Ad_hominem

  78. Il y a une énorme différence entre attaquer personnellement la vie privée de quelqu’un et critiquer les changements soudains (sic) de la philosophie politique de celui-ci. Ne comparez pas les pommes avec les oranges!

    Louis, je ne crois pas que monsieur Gagnon va changer à nouveau son fusil d’épaule. À la lumière de ma lecture de ses réflexions et de son défilement chronique, il est irrécupérable. C’est son droit!

  79. Monsieur Gagnon.

    Je vous repose ces deux questions:

    Avez-vous des arguments pour nous vendre l’idée que ce que vous aviez écrit en 2005 est faux?

    Si oui, lesquels?

  80. @Davidg: Merci de rétablir les faits. Les drouatistes sont fâchés que j’attaque leur gourou, mais j’attaque la crédibilité et les changements d’idées du gourou, pas sa personne en tant que tel. Un petit cours sur ce qu’est une attaque ad hominem ferait du bien à Philippe David.

    En passant, je suis d’accord avec toi pour remettre David Gagnon devant ses anciens écrits. Quand il écrit noir sur blanc que privatiser n’est pas la solution et qu’il met un graphique démontrant qu’un système privé est moins efficace, comment peut-il maintenant affirmer exactement le contraire? Vit-il dans le déni le plus complet de la réalité?

  81. Voilà pourquoi je pose ces questions!

    Faut dire aussi que Monsieur Gagnon a affirmé que ses écrits de 2005 étaient faux à son commentaire #50.

    Et en passant, monsieur Gagnon, cessez de me traiter d’anti-américain! Je ne fais que critiquer les autorités américaines, pas le peuple qui est la principale victime de cet État criminel.

    Pourquoi il faut toujours que je le précise chaque fois que j’essaie de discuter avec un néo-libéral?

    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines
    AUTORITÉS américaines

    En répétant 10 fois, vous allez peut-être comprendre!

    Traitez-moi d’anti-impérialiste ou d’anti-Bush si vous voulez, mais c’est une fourberie de me traiter d’anti-américain pour me museler.

    Tant qu’y à y être, je pourrais vous paraphraser et vous traiter d’anti-québécois primaire!

    Aimeriez-vous ça?

  82. Louis : je n’ai pas attaqué ta vie personnelle. Je ne connais rien de ta vie personnelle et ça ne me regarde pas. J’ai écrit textuellement que personne n’était là pour disséquer ta vie personnelle et je n’ai certainement pas ajouté de commentaires sur l’interprétation que Hughes a écrit.

    Je suis désolé si tu as perçu mon commentaire comme une intrusion dans ta vie personnelle, ce n’était sincèrement pas mon intention.

    Mon point était que le cheminement personnel d’un individu est un des grands déterminants de ses orientations et des ses attitudes politiques. Il me semble que c’est assez logique comme concept. C’est ce qui est arrivé à David Gagnon comme il l’explique lui-même. J’ouvre ici une parenthèse : c’est toi-même avec ce billet qui a décidé de se lancer dans une analyse fort détaillée des positions d’un individu en particulier, et je me demande d’ailleurs pourquoi…qu’est-ce que ça change que tel gars qui avait tel blogue 2 ans avant en lance un autre différent par la suite? Ce sont JUSTE des blogues après tout, ce David Gagnon n’exerce aucune charge officielle ou politique, il peut bien virer à droite, à gauche ou de biais comme ça lui chante et tu peux bien faire pareil aussi. Faut pas que la blogosphère se prenne plus au sérieux qu’il ne le faut quand même. Fermeture de la parenthèse.

    Tout ceci pour dire que l’impact du cheminement personnel s’applique autant à moi qu’à toi. Si j’avais connu de très mauvaises expériences émotionnelles, professionnelles ou personnelles dans ma vie, c’est clair pour moi que je serais fort probablement plus extrémiste dans mes opinions plutôt que d’être centre-droite.

    Par ailleurs, si tu te considères de centre-gauche, il me semble que tu interprètes mal les résultats de ton propre test sur Political Compass. Tu es clairement à gauche, relis l’ensemble de tes billets. Le centre-gauche, c’est grossièrement le Parti québécois, le Labour britannique, le SPD allemand, le PS français…Je ne crois pas que tu loges à ses adresses, sauf peut-être le PS je suppose…. Je ne t’ai jamais vu publier quoi que ce soit de positif sur toute politique, toute idée qui soit le moindrement un tantinet à droite. Quelqu’un de centre-gauche est capable de reconnaître à l’occasion le mérite de certaines politiques associées à la droite (il n’est pas au centre pour rien après tout, quelqu’un de centre est capable de faire la part des choses et reconnaître qu’il y a du bon des 2 côtés de la médaille). Je crois que ce n’est pas ton cascar je suis incapable de me rappeller un billet approuvant une idée ou une politique de droite. Je peux me tromper, pointe-moi vers quelques billets au besoin mais je crois que tu es clairement à gauche (sans avoir viré non plus en marxiste ou en communiste, je le reconnais).

  83. Monsieur Gagnon,

    Je vais vous aider. Le 10 octobre 2005, vous disiez, avec raison:

    Troublant à quel point les paroles de Bush, prononcées contre les fanatiques religieux musulmans, s’appliquent aussi à sa propore administration…

    Bush a sacrifié, à ce jours, la vie de plus de 25 000 irakiens pour servir sa vision politique (et théologique) du monde.

    Pourquoi est-ce faux?

  84. Cher Louis, je ne le redirai jamais assez,
    (http://radicarl.net/?p=141)
    mais ton travail ici aussi honorable qu’extraordinaire … d’autant plus qu’il est motivé par l’intérêt collectif. C’est dans cette optique aussi que tu as révélé la nature fallacieuse du personnage publique derrière Antagoniste.net.

    Son changement drastique d’idéologie est une information d’intérêt public. En effet, il est indéniable que cet acteur se sert des idées plutôt que de servir une idéologie quelconque. Vraisemblablement, son but est de se positionner comme centre d’attraction, or, la politique serait pour lui un simple jeu plutôt qu’un outil collectif. Concrètement, il nous faisait perdre notre temps.

    Ce fut un geste courageux de justice que de nous alerter… dorénavant, les Internautes le liront avec précaution.

    fallacieux
    1. qui induit volontairement en erreur (soutenu)
    Synonyme: trompeur
    • présenter un argument fallacieux
    2. qui se fonde sur une illusion (soutenu)
    Synonyme: illusoire
    • un espoir fallacieux

    Cependant, à lire certains commentaires ici (Hugues, Hugo), il est vraiment attristant de constater que certains internautes n’ont rien compris… et ne comprendront jamais rien. Vous savez, le genre de personne qui regarde le doigt du sage… plutôt que l’avion qu’il désigne. Et franchement, je ne comprends pas le sens de leur motivation à s’attaquer aussi bassement au messager (plutôt qu’aux idées). Pourquoi c’est gens là ne recherche-t-il pas à comprendre la réalité pour mieux atteindre le bien commun ? Pourquoi ne sont-ils pas révoltés par le mensonge et l’injustice. A quoi bon défendre la pollution d’Antagoniste ? Tout cela n’est pas cohérent… et peut-être aussi symptomatique du mal gangrenant l’humanité.

    Vraiment, il y a de quoi être en colère.

    Mais, vois-tu, Louis, ceux qui apprécient les fruits de ton intelligence préfèrent te voir écrire des articles plutôt que de t’empêtrer dans le marais des commentaires stériles. De la sorte, tu aurais dû modérer les Throlls pour t’éviter ainsi de perdre ton temps à leur répondre… tu vaux tellement plus que ça.

    Ce forum tourne à vide et n’est plus constructif; tu devrais maintenant fermer les commentaires… d’autant plus que tu as, d’entrée, gagné ton point dès l’article initial.

    À moins de vouloir poursuivre l’expérience de ce laboratoire humain… mais ça, c’est un sujet déprimant.

  85. Pas d’accord! Il faut continuer, c’est très intéressant et ça en dévoile encore plus sur la fourberie néo-libérale.

    Attendons à tout le moins les réponses de Monsieur Gagnon à mes deux questions!

  86. Merci beaucoup Carl pour les bons mots. J’apprécie énormément et je suis content de voir que plusieurs, dont toi, ont su comprendre le point que j’amenais.

    Je préfère ne pas fermer les commentaires, mais je crois que d’autres discussions vont se produire, sur d’autres sujets, et tranquillement on passera à autre chose.

    De mon côté de toute façon je m’en vais travailler et j’ai l’intention d’écrire autre chose peut-être demain, alors on passe au prochain épisode!

    Merci! 🙂

  87. Cependant, à lire certains commentaires ici (Hugues, Hugo), il est vraiment attristant de constater que certains internautes n’ont rien compris…

    En effet, bête idiot je suis, n’est-ce pas…

    Moi, ce que je ne comprends pas, c’est la pertinence de faire dans un billet le procès d’un individu dénommé David Gagnon parce qu’il a viré « capot de bord » en démarrant un blogue de gauche et par la suite un blogue de droite. Ce sont des blogues, pas plus, pas moins. En quoi les positions de cet individu sont-elles si importantes ? C’est juste des blogues, on peut y dire ce que l’on veut, quand on veut, comme on veut. C’est à la fois la beauté et le malheur de l’internet. Je ne défends pas David Gagnon en tant que tel, ca serait n’importe qui d’autre que ça reviendrait au même (je ne lis même pas le blogue Antagoniste, il y a trop de blogues à lire, ça pullule…) Faut arrêter de créer des mélodrames avec n’importe quoi.

    Par ailleurs, venez pas me faire croire que vous auriez la même réaction si par hasard le dénommé David Gagnon aurait fait le chemin inverse, c’est-à-dire s’il avait tout d’abord publié un blogue de droite pour ensuite redémarrer avec un blogue de gauche. Vous l’auriez au contraire encensé et célébré son arrivée dans le clan des gauchistes : « il a vu la lumière au bout du tunnel…il a rejoint la vraie foi…il s’est enfin ouvert les yeux…bravo, superbe évolution…bla bla bla ».

    Et pourtant, quelqu’un qui passe de la droite à la gauche devrait perdre autant de crédibilité que l’inverse car selon vos critères ça reste « quelqu’un d’incohérent qui ne sait pas où il s’en va et qui change d’opinion comme une girouette».
    Alors, lâchez un peu l’indignation, voulez-vous…

    Je pense que Louis a raison dans son dernier commentaire: aussi bien mettre ce billet dans la colonne des erreurs et passer à un autre sujet.

  88. Désolé d’avoir affirmé à tort que tu travailles au salaire minimum, je croyais avoir lu ça dans ton billet ‘quelle justice’. Bien que tu fasses mention de moyens modérés c’est plutôt d’un des commentaires que j’ai tiré mon lapsus. Le fait est que tu fais sûrement pas 50,000$ par an, moi non plus et on s’en tape.

    Loin d’être une attaque personnelle, je qualifie même Louis de gars cultivé et brillant, ce commentaire est né du fait que je me reconnaisse plus jeune en l’auteur de ce blogue et que mon cheminement personnel a fait que je ne puisse défendre des idées que j’avais déjà auparavant avancées. Exactement comme la cible du billet, que je me garde d’appuyer sans retenue, n’ayant pas pris soin de lire ses écrits.

    J’ai une formation en psychologie et toutes les questions que je lance dans le commentaire sont en fait les conclusions que j’ai tiré en faisant un peu d’introspection. Je ne connais pas de plus ton âge mais si tu me dis que tu as plus de 26 ans je te crois pas.

    L’agressivité de ta réponse et le fait que tu mettes quelqu’un qui n’aura fait qu’acquiescer aux suggestions que j’ai avancé dans le même panier (celui de blasphémateur) donnent raison à David quand il dit que ‘Les gens comme toi ne veulent pas savoir, ils veulent avoir raison. Tu as tes dogmes et tu es fermé à toute remise en question.’ (Louis n’est pas centriste même s’il l’affirme, preuve que c’est facile de se mentir à soi-même). Le fait d’avoir provoqué tant de colère m’incite par contre à croire avoir frappé juste à certains niveaux(la vérité choque, diront certains), en tout cas on est loin de l’indifférence. Et tes mécanismes de défense sont pour le moins apparent, cette fois-ci.

    Je voulais pas te faire décompenser, juste réflechir sur ce que tu pourrais devenir lorsque ton expérience, ta situation et ton cheminement auront maturé. Parce qu’en attaquant David t’attaque tout le monde qui a modéré des positions intitiales plus extrêmes, ou du moins c’est comme ca que je l’ai vu, d’où ma réaction.

    David affirme avoir ‘été capable de me remettre en question au lieu de toujours m’enfoncer dans les dogmes et la doctrine.’ Et je crois pas qu’il traite de troll ceux dont leur opinions diffèrent de la sienne, pas à ce que j’ai vu du moins. En passant si je me lave les doigts au savon au lieu de la langue, c’est ok vu que c’est du clavardage?

    Continue de méditer on s’en reparle dans dix ans.

  89. «p.s.1. N’oubliez pas de votez au Loto-David 2009; si vous prédisez avec justesse ce que David Gagnon adoptera comme idéologie dans deux ans, vous gagnez le vieux tourne-disque qui saute en prime avec le disque!»

    Nous pensons qu’il pourrait y avoir cette possibilité:

    – Il va soutenir le fascisme et le nazisme, étant donné qu’il va se rendre compte que ces idéologies (qui n’en forme qu’une seule, mais dirrérentes à certains niveaux) sont très anti-gauchistes et anti-syndicales.

  90. crisse j’ai passé une demi heure à rédiger une explication pis tu la bloques, crisse de jeune

    je m’excuse pour avoir faussement allégué que tu travailles au salaire minimum, mais Hugo lui a crompris quelque chose, toi tu fais l’autruche

  91. fais-toi une blonde, tu vas voir que ta testostérone servira mieux

  92. L’argument ad hominem ou argumentum ad hominem est une locution latine qui désigne le fait de confondre un adversaire en lui opposant ses propres paroles ou ses propres actes. Il sert fréquemment de sophisme consistant à discréditer la personne qui défend des arguments plutôt que les arguments eux-mêmes. Les arguments ad hominem ne sont pas toujours du registre des insultes.

    Typiquement un argument ad hominem est construit comme suit :

    1- A affirme la proposition B.
    2- Affirmer que A n’est pas crédible (pour des raisons liées à ses paroles, à ses actes) quand il dit B.
    3- Donc la proposition B est fausse.

    C’est une des techniques les plus utilisées en rhétorique.

    Source: Wikipedia

    D’après cette définition, c’est exactement ce que as fait ici. Attaquer la crédibilité est une attaque ad hominem. À ne pas confondre avec une attaque Ad Personam, ce que Hughes a fait.

    C’est ça ton problème Louis… Manque de rigueur.

    Si t’es si supérieur, viens essayer de le débattre sur son blogue et essaie de prouver qu’il a tort, si t’as les couilles.

    On nous accusait nous les droitistes de rester sur nos blogues à s’auto-congratuler, mais j’en vois très peu de vous qui ont le courage de venir débattre sur nos blogues (à part Rwatch). Avez-vous tant peur qu’on pète votre petite bulle idéologique?

    En passant, mis à part mon nouveau thème, ton blogue est bien plus jaune que le mien. 😛

  93. @Rwatch: Y a des chances! Mais la question sera de savoir combien de ses sectarisés vont le suivre dans ses nouvelles divagations…

    S’il avait un peu de fierté, il viendrait nous expliquer pourquoi en 2005 la privatisation n’était pas une solution et pourquoi ce le serait maintenant. Ou pourquoi les États-Unis avaient torts d’être militaristes mais maintenant ils auraient raison…

    Mais son gros problème, c’est justement qu’il avait des arguments tout à fait semblables il y a deux ans et maintenant, juste opposés. On voit donc que ceux-ci ne sont pas basés sur des VALEURS mais sur un simple combat d’égo.

    Bref, il sera encore en guerre totale dans deux ans, mais contre qui?

    (Quand même drôle de voir tous ses suiveux le défendre, lui qui était un gauchiste convaincu… Personnellement je ne suivrais pas si aveuglément quelqu’un aux idées politiques si confuses et aux valeurs si peu certaines…)

  94. Si j’ai bien compris :
    Même son cheminement « intellectuel » est l’une des choses dont il est le plus fier (…).
    Il avait besoin de faire le « point » pour « sentir le vent » comme le chien qui hume de derrière de la chienne et c’est par pur opportunisme politique qu’il a eut le « courage » de se renier. Les gens comme lui préfèrent se jeter dans les bras de nouveaux anciens gourous et « s’enfoncer » dans de nouveaux anciens « dogmes », avec son cortège de « mensonges », leurs « propagandes » au lieu de « remettre en question » leurs vieilles idées.

    C’est précisément ce courage de la girouette qui suit le vent qu’il veut nous donner comme « preuve » de sa « crédibilité » !

    Me suis-je trompé ?

  95. Mon dieu seigneur, avant que j’ai lu qu’il était lui même qui l’a écrit, je voulais laisser commentaire dans antagoniste.net pour montrer des faits en défense de système publique, parce qu’il toujours cris que la système privée est meilleur, mais non, il déjà sait ben. haha

  96. […] n’est pas la première fois que Louis accuse sans preuves. L’Homme en Colère aime bien dénigrer ses rivaux dans la blogosphère.  Il n’est donc pas surprenant que ce bougre pro-Chavez, pro-Hamas et pro-Taliban ait crié […]

  97. Je cite : «Les mots responsabilité, réussite, accomplissement, excellence n’existent pas pour la gauche.»

    Je dis billevesées! Je suis social-démocrate et chef d’entreprise. Je ne marche pas aux subventions. Je dis que c’est rare que les subventions aux entreprises valent le coût, tout simplement parce que ce sont trop souvent des mesures populistes ou carrément du copinage, et que la plupart du temps on est incapablede démontrer qu’elles ont un effet économique réel.

    Maintenant, je suis pour les subventions aux organismes culturels ou humanitaires parce que ces organismes défendent des causes qui sont socialement utiles.

    Je n’ai pas vraiment le temps d’en dire plus….

  98. Mon Dieu… Vous n’avez jamais vu un avocat changer de client?

  99. […] Ceux qui connaissent l’Antagoniste et moi-même en tant que blogueurs savent fort bien que je suis plus libertarien et plus anarchiste que lui, même si au fond, on peut très bien ne pas nous considérer chacun de notre côté comme des libertariens, pour des raisons fort différentes. Malgré mon style d’écriture vitriolique, je suis moins esclave de mes émotions que celui qui change souvent d’idée selon l’air du temps… […]

Comments are closed.