Quand les pauvres financent les plus nantis

Pendant que le gouvernement du Québec endette les étudiants et réduit leur accès à l’éducation en haussant les droits de scolarité, il accorde une augmentation salariale de près de 35% aux médecins spécialistes ce qui devrait, à terme, coûter 1 milliard $ de plus à l’État annuellement. Et tout ça pour… 8000 travailleurs!

Ces médecins gagnent déjà 200 000$ par année, faut-il le rappeler. 200 000$, c’est ça. Vite de même, c’est au moins dix ou quinze fois plus que la plupart des gens qui sont dans le bas de l’échelle, pris au salaire minimum ou pas loin, et qui doivent lutter pour joindre les deux bouts. Est-ce qu’on doit vraiment les payer autant? Je ne crois pas.

En effet, si le talent et l’importance doivent être valorisés – personne n’aurait l’idée de payer au même prix un physicien nucléaire et un employé chez McDonald’s – il y a tout de même une limite à ne pas dépasser, car à la fin ce qui compte vraiment c’est d’être en mesure de vivre de son salaire. Et 200 000$ par année, c’est amplement suffisant pour vivre, et même davantage. Je pourrais vivre avec 200 000$ par dix ans, et je ne suis sûrement pas le seul.

Le problème en est un d’ordre économique: d’autres médecins spécialistes ailleurs au Canada gagnent davantage et les médecins québécois veulent donc un « rattrapage », c’est-à-dire qu’ils veulent saigner l’État québécois pour pouvoir s’acheter autant de Bordeaux 86 et de télévisions plasma 75 pouces que leurs camarades ontariens. Et la rhétorique est la suivante: si on ne paie pas mieux ces médecins ils s’en iront ailleurs.

Woah les moteurs!

D’abord, que ceux qui veulent quitter le Québec parce qu’ils se sentent injustement traités avec un salaire de 200 000$ par année le quittent immédiatement. On pourrait même les accompagner jusqu’à la frontière.

Ensuite, on aura toujours besoin de médecins spécialistes ici. Des gens qui pourront se satisfaire d’un salaire de 150 000$ et qui apprécient travailler ici. C’est faux de dire que parce qu’ailleurs les gens gagnent davantage que plus personne ne travaillera ici. C’est pas comme si on manquait de médecins; le problème vient plutôt du contingentement de ces études; il suffirait d’en accepter davantage.

En fait, toute cette histoire permet de comprendre la « logique » de l’idéologie néolibérale du Parti Libéral du Québec. On récupère 93 millions $ par année des étudiants, parmi les plus pauvres et endettés de la société, et qui ont l’habitude de consommer localement, et on le redonne à des gros bonnets qui s’en vont s’acheter des produits de luxe (souvent étrangers) à fort prix. D’un point de vue moral et humain, c’est injuste, et d’un point de vue économique c’est une mesure contre-productive qui décourage la croissance locale.

Je ne sais pas pour vous, mais ça me rend malade cette histoire de faire des yeux doux et de prendre l’argent des contribuables pour engraisser ces gens déjà hyper-bien payés. Mais je me demande: est-ce que tous les bien-pensants de droite, qui s’époumonaient à traiter de « bébé gâtés » les travailleurs d’Olymel gagnant 40 000$ par année vont dénoncer cette mesure? Vont-ils cette fois-ci s’arracher la chemise ou à leurs yeux les gâtés sont toujours les honnêtes travailleurs syndiqués de la classe moyenne alors que les gros bonnets doivent être protégés, voire adulés?

Pendant ce temps, un employé a les deux mains dans les patates frites graisseuses pour 8$ de l’heure en espérant gagner assez pour payer ses cours…

Publicités

42 Réponses

  1. Dommage qu’il y ait déjà une pénurie de médecins. Il suffit de l’ignorer?

    Il serait aussi temps que vous compreniez que les salaires ne sont pas seulement le fruit du hasard, mais bien le résultat de l’offre et la demande. Plus il y a d’offre, moins les prix sont élevés. Ceci est automatique et systématique.

  2. Rarement j’interviens aussi souvent dans un blogue mais il semble que vous ayez une opinion très (sinon trop) arrêté sur un sujet beaucoup plus complexe que vous le démontrez. Je me sentais un peu mal à l’aise de laisser passer votre article sans participer un peu et en rajouter sur M Grenier.

    Premièrement, ne mêlez pas trop les cartes de l’éducation et le problème des médecins. Il est facile de tomber dans la démagogie à ce sujet. En effet, il peut sembler évident que le parti « Libéraleux » se cherche du capital politique chez les mieux nantis; rien de nouveau sous le soleil. Par contre, nul ne peut douter du problème de l’exode des cerveaux, car c’est bien de cela que l’on parle; une certaine élite québécoise. Ce serais rêver en couleur de penser que des médecins spécialistes accepteraient un salaire de 150000$ par an. Comme monsieur Grenier l’a bien résumé, c’est une question d’offre et de demande. De plus, pourquoi toujours s’offrir le plus cheap en frais de génie. Est-ce avec cette attitude que nous bâtirons notre Québec?

    Deuxièmement, permettre une plus grande entrée de futurs médecins à l’université nous ramène effectivement au problème d’argent des institutions universitaire. Comment offrir une formation de qualité si nos futurs chirurgiens et autres docteurs (car on parle bien souvent de post doctorat …), étudient dans des labos désuets avec de l’équipement des années 80-90? L’augmentation quand même pas trop élevée des frais de scolarités ne nous permettrais-elle pas de former de meilleur médecins et peut-être même d’en former plus. Ne serais-ce pas là une solution à cette pénurie comme vous dites? Je me suis moi-même endetté de plusieurs milliers de dollars afin de faire le métier que j’aime. J’ai remboursé ce foutu prêt pendant 10 ans! C’est pourquoi, l’argument des frais qui réduit l’accès à l’éducation, ça ne pèse pas trop lourd à mes yeux. Une petite augmentation des frais de scolarité m’aurais sûrement permis de travailler avec de meilleurs instruments et ne pas être obligé de partager 2 ordinateurs pour 10 étudiants… Voyez le topo. Le problème réside beaucoup plus, selon moi, dans l’augmentation exagérée des frais afférents. Ça vous dit quelque chose, ces maudits frais dont personne n’en comprend la teneur?

    Enfin, je suis totalement d’accords qu’ils peuvent très bien vivre avec 200000$ par année. La situation est même un peu irréelle lorsque l’on regarde le ti-cul chez « Mcgro ». Malheureusement, nous ne somme pas sous un régime communiste ou même un régime socialiste. La loi du dollar prévaut dans ce cas-ci. Je me demande si un Québec souverain y changerait quelque chose? Permettez-moi d’en douter…

    Au plaisir de vous lire encore.

    Mes respects,

    Sir Seb.

  3. Merci de prouver que le capitalisme ne fonctionne pas.

  4. J’aimerais ajouter quelque chose…. Un médecin spécialiste ne gagne pas 200 000$ brut, leur salaire réelle est plus proche du 100 000$/ans. Il faut soustraire les frais relié à leur bureau, leur formation continue, leur secrétaire. Je ne dis pas qu’ils sont à plaindre, je dis seulement que 200 000$ sa doit être mis en contexte avant de faire 10*[médiane salariale québécoise = 20 000$].

    La cause des étudiants c’est d’autre choses. La hausse est à la base un mal nécessaire. De 50$ par sessions jusqu’en 2012 ou 2014 est une exagération totalement affreuse. Surtout que le gouvernement crois réellement aider les pauvres, quand il est évident que le programme d’aide financière est affreusement minable et que l’injection de fond supplémentaire n’aide en rien le problème.

    A oui pour Olymel, 26$/h sa donne pas 40 000$ par ans… sa donne 54 000$/ans Over et bonus. Pour du monde sans formation, quand la majorité des universitaires et technicien UTILE (j’oublie philo, sociaux et autre) gagne pas mal moin que cela, c’est bien payé quand même en descendant ler salaire à 22$/h over bonus.

  5. En plus, les médecins refusent qu’on les considère comme des salariés.

    Savais-tu qu’en plus de leur « salaire » les médecins généralistes peuvent proposer une psychothérapie de quelques rencontres par année à qui lui semblent en avoir besoin ? Ils ont droit aussi à un « check-up » complet annuel par patient, 350$ je crois.

    Les femmes médecins généralistes se terrent dans leur sous-sol en banlieue pour pratiquer une médecine de 9 @ 5 avec week-end libre. Faut ben qu’elles élèvent leur enfant !!!
    Demandez-lui une copie de votre dossier, 20$ cash et pas d’reçu !

    Le but pour un médecin est une affaire de quota. Quand il l’a atteint, en rencontrant 1 patient aux 10 minutes, il se paye une semaine en vacances. Les patients pourront toujours attendre, puisqu’ils ne peuvent rien faire d’autre.

    Les erreurs de diagnostics sont fréquentes et il a été prouvé que les prescriptions pour toutes sortes de pilules inutiles sont une plaie qui cause encore plus d’ennui au système de santé contre lequel les médecins ne se lassent pas de chialer. Mais ils aiment bien les vacances tout compris que les pharmaceutiques leur proposent.

    Les gens croient parce que les médecins n’étudient que la médecine scientifique qu’ils sont comme un Dieu. Au fond, il y a autant d’incompétence dans ce domaine qu’ailleurs, pas plus, pas moins.
    Et la science nous prouve ses limites à chaque jour. Les gens tombent malade plus qu’avant et le nombre de maladies ne cessent de s’accroître. Mais alors, si c’est pire qu’avant, à quoi servent toutes ces études ?

    Si un médecin trouve que le « salaire de base » de la Province ne lui suffit pas, ben pardi, il devient naturopathe, acupuncteur, homéopathe ou ostéopathe en 6 mois puisque pour lui le tapis rouge est déroulé. Il se part sa petite clinique, signe de faux reçus aux assurances et profitent des services d’employés au salaire minimum. Il recevra même de l’aide du gouvernement s’il s’en donne la peine.

    Je l’ai déjà dit ici, tant et aussi longtemps que le client/patient ne recevra pas une copie de la facture que le médecin remet au gouvernement, il sera impossible de faire bouger les choses.

    Il faudrait aussi une enquête sérieuse sur qui est soigné au Québec, combien de fois par année et pourquoi. Les plus taxés d’Amérique découvriraient grâce à cette transparence, des fraudes incroyables et un système de références inadéquat.

    Oui Louis tu as entièrement raison : en santé comme ailleurs, les pauvres financent les riches et j’ajouterais, grâce à la démocratie et à notre mode de subventions qui a transformer le Québec en Québec Inc.

    Que des politiciens tous aussi incapables de se partir eux-mêmes en business et de réussir, parce qu’ils travaillent à salaire pour le gouvernement, se prennent soudainement pour des hommes d’affaires sérieux et dépensent l’argent qu’ils n’ont pas gagné, celle des taxes et impôts, me renverse totalement.
    Comment pouvons-nous accepter ça sans rien dire, je ne sais pas ?

    C’est notre système démocratique à la noix qui permet de tels abus.
    Depuis que l’Office des Professions a été inventée, toutes ces cachoteries et les abus ont augmenté d’une façon incroyable.

    On prétendait vouloir garantir la sécurité du peuple en créant des monopoles dans un « marché libre ». Cette aberration nous démontre maintenant les pauvres résultats contraire aux prédictions. Salut.

  6. Les étudiants chiâlent jsute pour chiâler, ou alors parce qu’ils sont majoritairement séparatistes et qu’il veulent seulement chiâler contre les libéraux.

    Rappellons que Marois a aussi parlé de hausser les frais de scolarité, mais personne ne s’en est offusqué…

    p.s.: il y a une raison pourquoi les jeunes sont plus séparatistes, c’est qu’avant 21 ans (en moyenne) l’humain n’a pas encore développé complètement le concept des « conséquences ». C’est pourquoi beacuoup de pays n’accordent la majorité qu’à 21 ans. Avec le temps, ils s’assagissent et reviennent à la réalité.

  7. Pour ceux qui se plaisent à croire à la théorie néoclassique de l’économie et qui nous servent la logique de l’offre et de la demande sur un marché parfait devrait retourner dans leur livre de base, définir leurs concepts et réaliser que même dans la théorie néoclassique, le « marché » du travail n’est pas comme le « marché » des biens et services.

    Commencez par définir offre de travail et demande de travail, ce que vous semblez inverser, et attardez-vous au comportement des effets revenu et substitution sur le marché du travail. Vous verrez que votre logique des biens de consommation ne fonctionne pas. Même pour l’économiste le plus orthodoxe sur cette planète.

    Je veux bien que vous soyez tous obnubilé par votre offre et votre demande et que votre perspective s’arrête là où tous les économistes ont continué de réfléchir à une façon de bonifier (ou remplacer) ce cadre théorique, mais bon Dieu si vous voulez vraiment argumenter à partir d’une théorie qui, à l’État pur, est déjà dans les poubelles des universitaires, essayez au moins de comprendre les concepts de base.

  8. @Christian: La dernière fois que le PQ a été au pouvoir et qu’il a voulu augmenter les frais de scolarité, Marois était à l’éducation et elle s’est tapé une grève des cégeps, avant de reculer suite à la menace d’une grève des université.

    Les étudiants s’adresse au gouvernement, pas à l’opposition, surtout si elle est contre eux. Voilà pourquoi les étudiants n’ont rien à gagner à cracher sur Marois, elle n’a pas le pouvoir.

    Quand elle l’avait, ils n’ont pas hésité. Je ne comprend pas ton raisonnement.

  9. Étudiants chiâler pour chiâler?

    Honnêtement, je dirais plutôt: argumenter pour se faire entendre. Mais on a la preuve que plusieurs personnes souffrent de problèmes dans et/ou entre les oreilles. Peut-être devraient-ils aller consulter un médecin, au prix où ils sont payés ^^.

  10. Très bon billet Louis, sauf en ce qui concerne l’allusion à Olymel qui n’est pas pertinent.

    J’y reviendrai plus tard.

  11. Cette augmentation de salaire est causée principalement par trois facteurs:

    1) Le corporatisme du Syndicat Collège des médecins qui contigente exagérément la formation des médecins et empêche l’immigration étrangère de ceux-ci (quoique Charest a annoncé une mesure facilitant l’accueil de médecins immigrants, pour une fois qu’il s’agit d’une bonne décision) pour créer volontairement une rareté qui vise à augmenter le salaire de ses membres

    2) La doctrine fémi-fasciste qui fait en sorte qu’une très large majorité d’étudiants en médecine sont des femmes: ce qui réduit par conséquent l’offre de travail.

    3) Les départs anticipés à la retraite de Lulu Le Lucide et de son renifleur de pets, le kamarad Docteur Rochonnovitch.

    Tout cela a causé la pénurie de médecins qui est en cours, ce qui fait en sorte que le gouvernement n’a pas le choix d’augmenter le salaire des médecins. Il sera difficile de revenir en arrière concernant les retraites mais en éradiquant le fémi-fascisme et en dérèglementant la partie syndicale du Collège des médecins (je ne parle pas de la partie scientifique et éthique du Collège, quoiqu’avec l’affaire du Docteur Mailloux, il faut se poser de sérieuses questions!), on pourra éviter un telle augmentation shylockienne à l’avenir.

  12. Tétoine:

    Quand Lucien Bouchard a réussi a passer le déficit zéro, et les mise a la retraite des infirmières, il a réussi parce que les séparatistes le voyaient comme le messie, et buvaient ses paroles comme si c’était du miel sans écouter.
    Certains séparatistes ne voient que la « cause » et rien d’autre, donc sont pret a tout pardonner a leur parti, et toujours pret a chialer contre l’autre parti, juste parce qu’il n’est pas séparatiste.

  13. Monsieur Rioux.

    Depuis l’arrivée du gouvernement Charest, la situation du système de santé s’est empirée et ce, malgré une augmentation record dans les dépenses gouvernementales en santé, ce qui a perpétué le délabrement des infrastructures.

    Alors, cessez d’y voir un complot ourdi par les méchants séparatisssssssssssssses!

    En vérité, je vous le crie: IL Y A TROP D’ARGENT DANS LE SYSTÈME DE SANTÉ. Le système de santé est une boîte de Pandore pour ses bureaucrates, il faut cesser ces augmentations inconsidérées du budget alloué à la santé!

  14. « La santé est LA priorité. »

    « Je suis prêt. L’équipe libérale est prête. Nous sommes prêts. »

    BÊÊÊÊÊÊ! NOUS SOMMES PRÊÊÊÊÊÊTS!

    Ça c’est un discours profond, n’est-ce pas Monsieur Rioux?

  15. Monsieur Rioux.

    il y a une raison pourquoi les jeunes sont plus séparatistes, c’est qu’avant 21 ans (en moyenne) l’humain n’a pas encore développé complètement le concept des “conséquences”. C’est pourquoi beacuoup de pays n’accordent la majorité qu’à 21 ans. Avec le temps, ils s’assagissent et reviennent à la réalité.

    Si je comprends bien, la majorité des Slovaques avaient moins de 21 ans au moment de leur indépendance!

    Balivernes!

  16. Le néo-libéralisme (et non pas le libertarianisme, je fais cette distinction pour échapper à la critique des libertariens) se base entre autres sur le principe suivant: pour que le système néo-libéral fonctionne, il faut qu’il y ait le plus de richesse possible concentrée dans les mains du moins grand nombre possible (jusqu’à un certain seuil minimal).

    Pour ce faire, il faut que les pauvres paient pour les riches.

    Voilà pourquoi les néo-libéraux sont en faveur des guerres impérialistes et de l’augmentation du salaire des médecins parce qu’ils sont bien contents que les pauvres paient pour les riches.

    Pourtant, ces mêmes néo-libéraux sont en faveur du dégel de frais de scolarité soi-disant « parce que le gel fait en sorte que les pauvres paient pour les riches » alors qu’on sait très bien que cet argument est une grotesque supercherie étant donné la progressivité du régime fiscal québécois.

    En fait, le but recherché par les néo-libéraux est le suivant: il faut que les pauvres cessent d’aller à l’université, ce qui fera en sorte de concentrer encore plus la connaissance, le pouvoir et la richesse dans les mains d’un très petit nombre, sans qu’il soit nécessaire d’évaluer les qualités académiques.

    Belle morale à deux vitesses!

    Pas mal pour le « méchant néo-libéral » (sic) que je suis, n’est-ce pas Louis?

  17. La situation dans la santé s’est amélioré, mais surtout dans des secteurs précis. Dans d’autres secteur ca stagne. Il y a des problèmes avec le système de santé, problème que mêmes led milliards qui ont été ajoutés ne peuvent régler.
    Problème de structure, problème de main d’ouvre (pénurie et aussi syndicats)

  18. davidg:
    La tchékoslovaquie s’est séparée en deux sans l’accord de sa population. Ca s’est fait entre politiciens. En plus, la situatuion est très différente, puisqu’il sagissait de frontières qui avaient été établies après la 1ere geurre mondiale.

  19. Ne pas confondre Néo-libéral (Extrème droite) et Libéral (Centre)

  20. Parlant du système de santé, voici un texte décrivant les différences entre le système francophone et anglophone:

    http://www.leblogueduql.org/2007/04/les_hpitaux_ang.html

    En passant, le David qui fait des commentaires suite à ce texte, c’est moi.

  21. En effet, ce sont les politiciens des deux côtés de la clôture (Slovaquie et Tchéquie) qui ont ultimement réglé la question de l’indépendance de la Slovaquie, car elle allait de soi. Aucune révolution ni violence ne se sont produites suite à cette déclaration d’indépendance.

    Contrairement à ce que vous prétendez, l’indépendance de la Slovaquie est une preuve de maturité politique chez les citoyens et les politiciens de toute l’ancienne Tchécoslovaquie. On est loin de l’immaturité ignorant les conséquences chez les moins de 21 ans dans ce cas.

    Alors qu’ici au Canada, on se chicane encore, parce que le Rest of Canada est immature et beaucoup trop impérialiste et que le Québec est à-plat-ventri et immature politiquement. Préparez-vous, les libéraux vont proposer la « déséparation » du Québec s’ils se font élire dans un Québec souverain. Et dire qu’il faudrait croire Mario Dumont avec son autonomisme naïf et l’échec des négociations constitutionnelles qui en découlera.

    Mais si vous n’aimez pas mon exemple de la Slovaquie, que penser de celui du Monténégro, qui a voté avec succès son indépendance l’an dernier (les fédéraleux prétendent que le séparatisme est dépassé!), malgré un seuil de 55% fixé par l’Union Européenne.

    Je suppose que la majorité des Monténégrins inscrit sur la liste électorale avaient moins de 21 ans en 2006!

  22. Ouf! Toujours autant de plaisir içi.

    C.Rioux
    Je suis une étudiante qui chîale et je ne suis pas souverainiste(est-ce-qu’on peut maintenant sortir des minuscules canevas où tu cadres constamment les gens?).

    Et pour entrer dans le vif du sujet…

    Je pense que ce qui me met vraiment mal à l’aise c’est l’augmentation qui est donné aux médecins spécialistes seulement quand , par exemple, les infirmiers-ères aussi sont en également en pénurie avec des conditions de travail très difficiles.

    Ce n est pas juste.
    « Nous nous en réjouissons pour eux, mais nous
    ne passerons pas sous silence le fait qu’en même temps, des centaines d’autres
    milliers de travailleuses et de travailleurs du secteur public accusent un
    retard salarial moyen de plus de 15 % par rapport au secteur privé. On offre à
    un petit groupe les meilleures conditions de vie au Canada tout en laissant
    s’agrandir les iniquités entre la majorité des travailleurs au Québec, ce
    n’est pas là une vision d’avenir », dit la présidente de la CSN.

    Je n’irais pas jusqu’à dire que je me réjouis pour eux mais je crois que les augmentations devraient se faire également dans la société, pas seulement dans une tranche de salariés qui gagnent déjà plus que la majorité de la population.

    Oui je sais ils sont importants et nous ne voudrions certainement pas qu’ils s’exodent massivement et nous laissent tout seuls avec le reste du personnel soignant sous-payé. Ce qui me fait penser à un truc que Amir Kadir (médecin spécialiste en microbiologie-infectiologie) avait dit un jour en entrevue et qui m’avait frappé (m’excuse je trouve pas la source exacte donc je paraphrase). Il disait qu’au Québec les coûts de la vie ET de pratique étaient de beaucoup moindre à d’autres pays où les médecins s’exilaient. Il disait aussi que quant à lui les medecins spécialistes étaient bien payés, qu’ils pouvaient bien faire vivre leurs familles, et que le reste était une question de « projet de société ».

    C’est là où on est rendus. Est-ce-que cette « élite » est prête à mettre l’épaule à la roue pour aider à faire une société meilleure en demandant la justice pour tout ceux qui méritent des augmentations? ça serait bien de les voir au côté des infirmier-ères…

    Et pourquoi c’est une « élite »? parce qu’ils ont fait de longues études? Parce qu’ils sont les gardiens de notre santé?

    Imaginons un système où plus personne n’aurait à payer pour faire des études (et des programmes un peu moins contingentés). Croyez-vous vraiment qu’on manquerait souvent de médecins? Croyez-vous qu’on les augmenterait autant si il y en avait plus? Croyez-vous que des gens iraient dans ce domaine « parce que c’est payant » si ça l’est proportionellement aux autres emplois? (ne me parlez pas d’éducation nivellée vers le bas parce que c’est gratuit…tout le monde sait que le système universitaire est sous-financé gravement)

    Mais bon, je parle de gratuité scolaire et je sais que la majorité sont contre « parce que moi ça m’a prit x temps payer mes dettes d’études faique c’est à leur tour! ».

    Finalement C.Rioux, c’est pour ça que je ne suis pas souverainiste. Parce que leur projet de société ils l’ont abandonné depuis un bon bout… (qui dans l’opposition ose parler de gratuité scolaire?)

  23. @Pwel

    Vous avez raison concernant les infirmières. Paradoxalement, le régime fémi-fasciste ne s’en occupe pas puisque de toute façon, la profession d’infirmières sera toujours occupée par une large majorité de femmes(heureusement, car les femmes sont plus compétentes en général pour ce boulot). Voilà pourquoi les infirmières ne sont pas traitées à leur juste valeur au Québec, malgré la pénurie.

    C’est le PQ qui a abandonné son projet de société, pas l’ensemble des séparatistes. Beaucoup de séparatistes votent pour l’ADQ, Québec Suicidaire et le Parti Vert, mais ils demeurent des séparatistes.

    Le séparatisme ne doit pas être conditionnel, il doit aller de soi et ne doit être réservé à une élite communiste-d’extrême gauche-fémi-fasciste-syndicaleuse, car sinon le Québec ne pourra jamais être indépendant avec une clientèle aussi restreinte.

    Ce concept de « souveraineté conditionnelle » à la sauce Québec Suicidaire est complètement ridicule. Comme le disait si bien Pierre Falardeau, les zélateurs de Québec Suicidaire sont « politiquement des andouilles » et il a bien raison.

    Même si je méprise la plupart de ces gens: Jeff Fillion, Jacques Brassard, Jean-François Plante, Lucien Bouchard, Denise Bombardier (une vraie féministe!), Joseph Facal (un des rares droitistes que je respecte), André Arthur,le Doc Maillet et même Yan Grenier (!!!) et le bum intello(!!!) ont le droit de devenir séparatistes s’ils le désirent.

    Et peut-être même qu’ils le deviendraient (ou le redeviendraient) si Québec Suicidaire et le PQ cessaient d’imposer la social-médiocratie comme condition nécessaire à la séparation du Québec.

    Il faudra se rendre compte un jour que le séparatisme et le nationalisme ne sont pas des synonymes. Quand on réussira à différencier ces deux concepts, la séparation du Québec ira de soi!

  24. Au risque de déraper un peu du sujet, en réponse à Davidg:
    Il est évident qu’au lendemain d’un éventuelle séparation du Québec, le PQ cessera d’exister. Il est composé d’éléments disparates d’extrème droite et d’extrème gauche. Il veulent tous la séparation pour des raisons différentes et ne pourraient jamais s’entendre de la direction à prendre. Ca serait donc un autre parti qui prendrait la relève et il serait très probable que les gens éliraient un parti qui devrait tenter de réparer le gâchis.
    Mais inquiétez-vous pas, ca n’arrivera pas.

    Quant aux écarts riches-pauvres, la seule solution pour complètement s’en débarasser, c’est le communisme. Intéressés ? Alors arrêtez de chiâler contre un système qui vous donne tous ce que vous voulez, y compris le bel ordi sur lequel vous pitonnez présentement, ls frais de scolarité les plus bas en Amérique du Nord et la belle liberté de parole qui vous permet de dire n’importe quelle niaiserie sans aller en prison.

  25. Monsieur Rioux

    Au début, le PQ réunissait des gens de tous les secteurs du spectre politique mais qui étaient tous séparatistes. Ce qui était très une bonne chose, car la clientèle visée était très large.

    Maintenant le PQ ne regroupe (à part François Legault, Facal est encore péquiste mais malheureusement il n’est plus député) quasiment que des gens de centre-gauche-social-médiocrate-syndicaleux. L’extrême-gauche vote pour Québec Suicidaire et l’extrême-droite n’a pas de parti politique et les rares qui votent sont pour l’ADQ.

    Marois aura beaucoup de travail à faire pour que le PQ redevienne ce qu’il était à ses débats: une coalition de séparatistes provenant de tous les secteurs du spectre politique

    Mais inquiétez-vous pas, ca n’arrivera pas.

    Ne proclamez pas la victoire fédéraleuse définitive trop vite! Laissons Mario Dumont échouer dans ses négociations constitutionnelles et le troisième référendum sur la séparation suivra!

    En ce qui concerne l’écart riches-pauvres, le but n’est surtout pas de s’en débarrasser sauf que les pauvres devraient pouvoir vivre décemment et avec accès à de l’instruction et des soins de santé d’une qualité raisonnable. Je suis d’accord avec l’instruction et la médecine à plusieurs vitesses mais il ne faut pas négliger les pauvres pour autant, mais c’est déjà beaucoup trop pour les néo-libéraux! Cachez ces pauvres que je ne saurais endurer!

    En ce qui concerne les frais de scolarité bas et la liberté d’expression, vous savez fort bien que les néo-libéraux les répriment constamment!

  26. Dans ce débat, j’aimerais amener le point que dans notre beau système, étudier pour devenir médecin ne coûte pas plus cher que d’étudier dans un autre domaine. Pourtant, ça coûte plus cher à l’État d’éduquer les médecins. Alors, si je comprends bien, les médecins profitent du système d’éducation à leur avantage et peuvent ensuite faire du chantage pour gagner toujours et toujours plus.

    Si on fait le calcul rapidement, ça nous coûte encore beaucoup plus cher qu’on le croit.

  27. Il parait qu’on s’ennuie de moi…

    Le problème en est un d’ordre économique: d’autres médecins spécialistes ailleurs au Canada gagnent davantage et les médecins québécois veulent donc un « rattrapage », c’est-à-dire qu’ils veulent saigner l’État québécois pour pouvoir s’acheter autant de Bordeaux 86 et de télévisions plasma 75 pouces que leurs camarades ontariens. Et la rhétorique est la suivante: si on ne paie pas mieux ces médecins ils s’en iront ailleurs.

    Woah les moteurs!

    D’abord, que ceux qui veulent quitter le Québec parce qu’ils se sentent injustement traités avec un salaire de 200 000$ par année le quittent immédiatement. On pourrait même les accompagner jusqu’à la frontière.

    Bref, la pensée socialiste dans toute son incohérence.

    Quand on aura plus de médecins spécialistes, ou de médecins tout court, on fait quoi? On appelle l’Ambulance St-Jean?

    Les médecins du Québec sont les plus mal payés en Amérique du nord, en plus d’être les plus taxés et d’avoir à composer avec un système de santé bordélique. On ne parle pas ici d’un écart de 10 ou 15% non plus, mais plutôt de 45% avec le reste du Canada et encore plus aux É-U. On ne peut pas les blâmer d’être tentés de déménager leur pénates en Ontario ou en Alberta (même l’IP-E paye mieux qu’ici). Et c’est exactement pourquoi il y a une pénurie.

    Je ne veux pas ici faire l’apologie des médecins, mais si on m’offait 45% plus de salaire et moins d’impôt, je serais sérieusement tenté, pas vous?

    On met souvent la pénurie de médecins et d’infirmières sur le dos des mises à la retraite du PQ (j’y prend souvent plaisir moi-aussi), mais en réalité, on aurait probablement déjà comblé le déficit, si nos médecins et infirmières n’était pas les plus sous-payés au Canada, et n’avaient pas à composer avec le pire système de santé. Si un jour on veut sortir notre système de santé de la merde, il faudra arrêter cette hémorrhagie au plus tôt.

    Une petite pensée en vous quittant…

    La différence entre un socialiste en un capitaliste:

    Un socialiste voit un riche et pense que personne ne devrait posséder autant de richesse.

    Un capitaliste voit ce même riche et pense que tout le monde devrait avoir autant de richesse.

    Sur ce, j’espère que les omnipraticiens et les infirmières en feront autant.

  28. La différence entre un socialiste en un capitaliste:

    Un socialiste voit un riche et pense que personne ne devrait posséder autant de richesse.

    Un capitaliste voit ce même riche et pense que tout le monde devrait avoir autant de richesse.

    Je lis cette petite pensée et je sais bien pourquoi les droitistes ne se sont pas garrochés pour venir contredire mon texte « Uppercut de la gauche vers la droite : un peu de philosophie politique »

    Et Philippe David est capable d’écrire ça en plus :

    Bref, la pensée socialiste dans toute son incohérence.

    Si toute la planète faisait 200 000$ par année, qu’est-ce qui se passerait à son avis?

    La pensée socialiste dicte qu’il faut vivre collectivement selon nos moyens. La pensée néo-libérale croit que nos moyens sont illimités : dommage, mais il faudrait qu’ils se rendent compte que la Terre va exploser avant ça!

  29. @Philippe David

    Je suis d’accord avec vous concernant votre petite pensée.

    Cependant, les libertariens sont les seuls véritables capitalistes qui n’ont pas besoin du soutien de l’État et qui croient fermement au libre-marché, les néo-libéraux comme vous sont des mercantilistes ou ce que je surnomme des capitalo-étatistes ou simplement des capitaleux qui ont besoin du soutien de l’État et qui font semblant de croire au libre-marché pour mieux nous manipuler, ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

    Par souci de précision, voici une version augmentée de votre petite pensée!

    La différence entre un socialiste, un capitaliste et un capitaleux:

    Un socialiste voit un riche et pense que personne ne devrait posséder autant de richesse.

    Un capitaliste voit ce même riche et pense que tout le monde devrait avoir autant de richesse.

    Un capitaleux voit ce même riche et souhaite être pareil comme lui. Ce même capitaleux voit un pauvre et souhaite que les autres soient pareils comme lui.

  30. Merci de prouver que le capitalisme ne fonctionne pas.

    Et selon toi, qu’est-ce qui finance/financerait le socialisme ?

  31. Financer le socialisme ? C’est une blague ?

    Le socialisme n’est pas un bonus pack du capitalisme ; c’est un système qui remplace COMPLÈTEMENT le capitalisme.

  32. @RWatch

    Alors explique moi comment se financeront les instituts de l’État qui remplaceront ceux du privé si tu es 100% anti-capitalisme.

  33. Ok, j’ai relu le texte quelques fois.

    Donc, à la fin, ta seule option, serait de forcer les médecins à rester ici au salaire que tu juges suffisant. Une manière très machiavélique (mais ne crains rien, je l’ai « spotté » dans ton texte) serait le décontingentement, la baisse des standards de compétence pour finir avec une suroffre de main d’oeuvre, c’est qui ferait baisser les salaires (et du même coup, l’interêt d’étudier dans ce domaine)

    Chose que tu ne sembles ommettre, c’est que les gens faisant 120k et plus par année sont ceux qui financent le plus l’État. On parle de pas loin de 50% pour 120k. Ensuite, comme tout le monde, diverses taxes à la consommation (Comme toi même tu le rapportes, ils consomment plus, donc plus de revenus pour l’État).

    Pour ce qui est de l’évasion fiscale, à 150k (à moins d’en avoir amassé beaucoup) les fiscalistes ne sont pas encore très abordable. Même si on met l’évasion fiscale dans l’équation, leur apport demeura significatif selon moi.

    Pour ce qui est de ton attaque ad hominem sur les médecins consommateurs de télés plasma, montre moi une compagnie locale en produisant. J’accepterai peut-être ta critique alors.

  34. …Tout cela a causé la pénurie de médecins qui est en cours, ce qui fait en sorte que le gouvernement n’a pas le choix d’augmenter le salaire des médecins…..

    Bullshit. Pure bullshit.

    Il n’y a pas de pénurie de médecin au Québec. Nous sommes surmédicaliser. Réveillez-vous s.v.p.

  35. Le nombre de médecins par habitant au Québec est plutôt bas pour une société occidentale. Rappelons qu’il s’agit d’un indicateur normal du niveau de développement d’une société ainsi que de sa qualité de vie. Rappelons aussi que cet indicateur ne tient pas compte du privé versus le public, bref, de l’accessibilité des médecins.

    Je lis le débat sur cette page et je ne vois que des oppositions entre capitalistes et socialistes. Comme si tout le monde devait se décliner en deux saveurs seulement! Les socialistes veulent la gratuité, la gratuité, la gratuité. Les capitalistes veulent le principe d’utilisateur-payeur.

    C’est bien beau tout ça, mais ça ne tient la route que pour une génération, un système universel gratuit. Aucun état ne peut se payer ça, à moins bien entendu que vous arriviez à remplacer la réalité économique par le Jardin d’Eden. Alors, que voulez-vous léguer à vos petits-enfants comme système pourri et comme dette hors de proportion? L’universalité d’un système, ça fonctionne aussi sur un mode intergénérationnel!!!

    Quant au principe utilisateur-payeur, il perpétue évidemment des inégalités grossières, en particulier au niveau du taux de survie relativement au salaire. On voit se pointer ici une autre utopie: rendons tout le monde riche, et ils vont tous pouvoir se payer des soins! C’est la chaussette du socialisme, mais virée à l’envers.

    On ne pourrait pas, au moins, essayer d’imaginer un système de santé qui fonctionne réellement, qui responsabilise les usagers, qui assure un accès relativement universel et qui n’accumule pas des dettes (ou de la pourriture dans la tuyauterie, ce qui revient au même). On ne va quand même pas nier que notre système ne tient pas la route et qu’il ne suffira pas d’injecter « juste un peu plus » de capitaux publics pour le sortir du trou.

    Il faut revoir son organisation, ses subdivisions, ses hiérarchies, son financement, sa planification. Il n’est pas normal que les urgences débordent autant, en particulier à des mêments où on pouvait prévoir l’affluence (ex: temps des fêtes) et installer des lits dans des espaces supplémentaires. On est quand même pas imbéciles au point où le lit dans le corridor devient la norme! Come on.

    Si on a besoin de « salles de débordement » pour les urgences et pour les soins chroniques, on n’a qu’à les construire. Crisse. Et ne me dites pas que ces salles devraient être super techno et à la fine pointe. N’importe quelle salle commune, éclairée et chauffée, est infiniment meilleure qu’un corridor aux urgences.

    On veut construire des méga-hôpitaux. Et si la manière la plus rentable consistait à construire des petits pavillons décentralisés? On se plaint des hôpitaux qui développent des maladies (bactéries et moisissures dans les tuyaux par exemple). Pourquoi ne pas alors construire des infrastructures totalement accessibles et démontables/remplaçables? Nos patients se rendent malades mutuellement. Pourquoi ne pas séparer l’urgence des maladies contagieuses, l’urgence des blessures corporelles et la section des malades chroniques (et des ti-vieux)? Etc etc.

    La faillite de notre système médical, c’est aussi la faillite des idées et un manque navrant de capacité d’adaptation, de la part d’un réseau qui a acquis (en moins de 50 ans!) la lourdeur d’un dinosaure.

  36. Dans un système socialiste, tous le monde est égal : tous pauvres!

    Et merci Renard de préciser que ca coute pas plus cher étudier pour devenir médecin que plombier. C’est justement ca que tous le monde veut, un système qui permet à n’importe qui d’étudier dans ce qu’il veut, indépandemment de ses moyens.

    Donc, pourquoi vous chiâlez encore ?!

  37. ….Le nombre de médecins par habitant au Québec est plutôt bas pour une société occidentale. Rappelons qu’il s’agit d’un indicateur normal du niveau de développement d’une société ainsi que de sa qualité de vie…..

    Qui a décidé qu’il fallait un nombre X de médecins par habitant s.v.p. ? Qui a dit que c,est un signe de qualité de vie ?

    Les maldes augmentent. Les jeunes sont surmédicalisés. Aujourd’hui, si vous êtes un enfant différent, un nerveux ou un enfant tannat comme on disait autrefois, tu seras médicalisé et pris en charge. Par qui ? Des incompétents qui travaillent dans le système de santé.

    Vous n’avez aucune statistique sur qui se fait soigner, ni pourquoi, ni combien de temps cela prend, et encore moins de statistique sur le taux de satisfaction des gens sur les résultats.

    Ensuite vous affirmez sans rire qu’on manque de médecins, d’infirmères etc….Sans vision globale et sans chiffre toutes vos affirmations sont farfelues.

  38. C’est un mythe qu’on manque de médecins. La réalité c’est qu’on les utilise mal. Ils sont spécialistes pour la CSST et les compagnie d’assurances (payés pour dire que vous avez rien).
    Pour obtenir certains postes ADMINISTRATIFS dans le domaine de la santé, il faut être médecin.
    Tous ces médecins sont donc dans des bureaux, au lieu des hopitaux et/ou cliniques.

    Par contre, on manque d’infirmières, grâce au belles mise à la retraite du PQ.

  39. @ Christian Rioux
    Merci. Enfin quelqu’un qui vit dans la réalité.

    Il a été voulu par les compagnies d’assurances que le gouvernement canadien ne serait plus « LA » plus grosse compagnie d’assurance ici. Les assureurs voulaient le marché lucratif canadien et tant que le gouvernement le protège il n’y avait pas un cenne à faire.

    Le système va mal et c’est voulu depuis que Dr. Rockfeller a pris le contrôle.

    Parlant des infirmières, elles sont tellement maltraitées et dévalorisées que c’est devenu gênant.

    Les ambulanciers ontariens et américains performent des techniques qui sauvent des vies pendant qu’ici le Collège, pour protéger les actes médicaux et les réserver aux seuls médecins, empêche les gens dans la santé de les exécuter au risque de faire des morts. Le monopole médical au Québec est une vraie farce.

    Je pose ici la même question que Fernand Séguin, scientifique et vulgarisateur d’une autre époque qui l’a posée aux médecins dans une réunion pour fêter les 10 ans de la « carte soleil », la Castonguette : Qu’est-ce que la Santé ?

    Question restée sans réponse depuis au moins 30 ans.

  40. « Et merci Renard de préciser que ca coute pas plus cher étudier pour devenir médecin que plombier. »

    Argh. Vous voulez rire. Plombier, ça s’apprend au DEP et c’est pratiquement la gratuité scolaire (les frais totaux payés par l’étudiant pour le programme en entier ne dépassent pas 300$). Le cours fait environ 1850 heures (3 sessions).

    Pour devenir médecin, il faut faire les sciences au CÉGEP, avec des notes exceptionnelles; faut ensuite être accepté (le seuil est très élevé), puis faire le bac, la maîtrise et parfois le doctorat. Dans certaines spécialités, ça prend deux bacs.

    Les deux programmes d’étude utilisent de l’équipement de pointe et des labos, bien évidemment, mais l’environnement du médecin coûte énormément plus cher. J’ai visité récemment le centre de formation professionnelle de Rivière-du-Loup, incluant l’aile de plomberie-chauffage-climatisation. (Juste pour l’anecdote, les locaux de cuisine ou de mécanique-entretien valent environ 3x plus cher que ceux de plomberie).

    Le médecin et le plombier font tous deux des emplois essentiels à notre société. Mais comparez juste le volume d’information à apprendre: le médecin doit mémoriser entre 5000 et 10 000 pages d’informations essentielles sur les diagnostics, les symptomes, les médicaments, l’anatomie, etc. Le plombier fait un emploi (en quelque sorte) semblable à celui d’un gastro-entérologue, mais dans un domaine technique environ 100x plus restreint.

    La demande pour ces deux domaines est relativement élevée, mais ça prend moins de 2 ans pour y répondre dans le cas des plombiers (incluant l’obtention des cartes de compétence). Pour les médecins, on parle de 10 ans d’études postsecondaires et de stages / internat / formation en milieu de travail. Bonne chance si vous avez besoins d’une centaine de médecins spécialistes demain matin.

    Si au moins on avait comparé le médecin avec le technicien en aérospatiale, qui doit inspecter un avion comportant 3 millions de pièces… Mais là désolé, je n’embarque pas dans cette comparaison qui semble plus motivée par une idéologie « communisante » que par la réalité.

  41. Si toute la planète faisait 200 000$ par année, qu’est-ce qui se passerait à son avis?

    @Rénart : Un capitaliste a beau souhaiter que tout le monde puisse faire $200 000/an, mais il sait fort bien que la majorité ne se lèveront pas de leur derrière pour le faire.

    L’incohérence, c’est d’offrir de reconduire les médecins mécontents à la frontière quand cet été à Gatineau, les femmes enceintes avaient le choix de se faire provoquer avant terme ou d’accoucher en Ontario, faute d’obstétriciens.

  42. ….la majorité ne se lèveront pas de leur derrière pour le faire…200.000$…..PDavid

    C’est parce que la majorité n’a pas l’ambition de quelques uns qui espèrent gagner autant.

    Il n’est absolument pas nécessaire de faire tout cet argent pour être heureux et il n’est pas non plus nécessaire de vivre dans un système capitaliste pour l’obtenir. Les mafieux de bonne envergure font plus que ça par année.

    J’ai connu plein de gens qui faisaient plus que ça par année qui n’était pas encore sécure, qui craignait l’avenir, qui grattait encore les fonds de tiroir pour économiser, qui se sont privés de bonne s choses et qui ont fini par mourir plein comme des boudins.

    Ce sont leurs héritiers maintenant qui se pogent le beigne avec l’argent de ces riches imbéciles morts.

Comments are closed.