Le retour des Nordiques?

Le projet d’un centre de 660M$ à Saint-Augustin-de-Desmaures, devant abriter un aréna, un hôtel, un casino et devant célébrer le retour des Nordiques dans la LNH est certes intéressant. Mais est-ce financièrement possible? Probablement pas.

Si la fin du lock-out dans la LNH et l’imposition d’un plafond salarial à une quarantaine de millions $ a permis de lancer le projet du retour des Nordiques, on imagine mal comment le club pourrait survivre alors que le plafond atteint maintenant près de 54M$ et qu’il pourrait encore augmenter. Car qu’on le veuille ou non, Québec est une petite ville; une ville de hockey, d’accord, mais une petite ville de hockey.

Dans un sport élitiste comme le hockey, où la plupart des billets dans les grandes villes de la LNH se vendent bien au-dessus de 75$ l’unité (et je suis conservateur), il est nécessaire d’avoir une élite très riche et très nombreuse pour se payer ces billets. Québec, on le sait, est davantage une ville de fonctionnaires, d’honnêtes travailleurs très compétents mais qui n’ont pas les moyens d’aller voir leurs Nordiques dix fois par année à plus de 100$ la soirée.

Le problème n’est donc pas l’inpossibilité du retour des Nordiques, mais l’impossibilité de ce retour selon le cadre financier actuel de la LNH.

Ceci dit, une aide gouvernementale pour ce projet, si rétrograde peut-elle sembler a priori (j’entends déjà les hauts-cris: « on finance des millionnaires! ») porterait en elle les germes d’une meilleure culture populaire québécoise. Car qu’on le veuille ou non, le dollar « divertissement » est toujours le même, et vaut-il mieux le canaliser vers de la musique américaine, des films américains, ou vers un sport d’équipe québécois qui canalise positivement les aspirations populaires dans une saine rivalité avec Montréal?

Car si les Nordiques étaient de retour, Québec pourrait peut-être relever la tête et arrêter de se sentir menacée et dévaluée par la présence de Montréal. Les citoyens pourraient enfin se sentir fiers de quelque chose, gagnants devant cette métropole qu’ils jalousent si souvent.

Objectivement, ce n’est qu’une histoire de millionnaires poussant un morceau de caoutchouc sur une surface glacée. Mais dans les faits, c’est beaucoup plus que ça: c’est l’expression de la fierté collective et cette expression, à terme, peut mener à une plus grande conscience du soi collectif et à davantage se respecter collectivement. Bref, à cesser de se considérer comme inférieurs vis à vis de Montréal pour les gens de Québec ou vis à vis de la culture anglophone pour l’ensemble de notre nation.

Mais si le retour des Nordiques dans la LNH était réellement un rêve impossible, il ne faut pas jeter la serviette pour autant. Il faut travailler à réorganiser une ligue internationale ou quelque autre alternative que ce soit permettant de réintroduire une rivalité à l’intérieur du Québec.

Avez-vous lu la série de bandes dessinées Astérix le Gaulois? Qu’est-ce qui fait la force des Gaulois, sinon leur capacité à se faire une belle bataille entre eux, à se taper sur la gueule une fois de temps en temps et à canaliser ainsi leurs frustrations quotidiennes!

Présentement, Québec et Montréal vivent sur deux planètes sportives différentes, incapables de s’affronter, et chaque ville rumine contre l’autre et on ne peut pas s’affronter symboliquement par le puissant intermédiaire du hockey.

Alors, pour le retour des Nordiques ou pas? Disons: pour la création de n’importe quelle structure permettant aux villes de Québec et de Montréal de s’affronter sur glace et de redonner un peu de fierté à ce peuple qui trop souvent baisse la tête et se défile.

Publicités

10 Réponses

  1. J’attends, j’ai ressortis mon chandail des Nordiques et prêts à chialer sur les arbitres et RDS qui priorise le CH!!!

    On ne perd pas l’habitude…

  2. Le plus incongru dans tout ça, c’est l’emplacement projeté du nouveau colisée. Les Nordiques de Saint-Augustin… de quoi partir une équipe au centre-ville, question d’aiguiser la rivalité Québec / banlieues.

  3. Salut Louis !
    Je ne parlerai pas d’argent ici, mais plutôt de l’aspect moral du retour.

    Oui, j’aimerais bien que la LNH revienne à Québec, mais je trouverais cela stupide de renommé cette équipe Nordique de Québec. Marcel Aubut a vendu les Nordiques à un consortium du Colorado, et si je ne me trompes, ce groupe possède encore les droits sur les ventes de chandails, casquettes, bref tout ce qui a rapport au chadail fleudelysé. Alors, on ne parlera pas du nom.

    Ce qui me chicote aussi, est-ce que l’Avalanche va vouloir redonner les chandails de Michel Goulet, de Peter Stasny et des autres donc j’oublies malheureusement le nom ?

    Alors, oui pour un retour de la LNH à Québec, mais non au retour des Nordiques.

    Et si on veux vraiment créer une rivalité Montréal-Québec, pourquoi ne pas la faire au niveau amateur. Des gens qui joueront vraiment pour la fièrté sans argent en jeu, mais pour la grandeur de leur ville ? Je crois que j’aimerais encore plus ça que de voir des professionnels qui n’ont pas trop le coeur au ventre quand leur salaire ne fait pas leur affaire 😉

  4. Bon, il en faut bien un qui chiale. Je pense pour ma part que l’État ne doit pas mettre un rond dans cette aventure, si aventure il y a.

  5. Ca serait plaisant… Mais Québec c’est une ville de vieux plates pis les 18-34 ont un revenu vraiment poche comparé à leurs aînés… Ca augure mal! L’est du Québec se déplacerait pas en masse pour voir jouer les Blue Jackets et autres mauvais spectacles, alors je suis assez pessimiste.

  6. Évidemment, j’espère un retour des Nordiques. Cependant, je crois qu’une équipe de la Ligue Canadienne de Football est davantage prioritaire et réaliste pour la ville de Québec.

  7. Désolée, je suis contre qu’on gaspille des sous pour ça… ça serait vraiment du gaspillage…

  8. Il me semble qu’un groupe de gens d’affaires, dirigé par Daniel Langlois, avait étudié un tel projet voilà 2 ou 3 ans. Le nom de Guy Laliberté avait aussi circulé.

    Il est clair qu’un tel projet bénéficierait de l’apport de mécènes québécois, plutôt que d’argent injecté par le gouvernement (quoique le gouvernement pourrait partiellement financer des projets associés, comme par exemple un grand parc public autour des installations).

    Il faut absolument que le mécénat se développe si on veut survivre en tant que société.

  9. « Car si les Nordiques étaient de retour, Québec pourrait peut-être relever la tête et arrêter de se sentir menacée et dévaluée par la présence de Montréal »

    Toujours aussi méprisant ce Loulou…

    Ce que tout le monde oublie, c’est que pour chaque joueur millionnaire, il y a quoi: 5 employés du club qui gagnent 30 000$ ?

    Un club, ça crée des emplois et contrairement à l’OSM à qui on paie une salle de 200 millions $ avec l’argent de nos impôts, les Nordiques feraient les pages sportives de tous les quotidiens majeurs d’Amérique du nord à tous les jours.

    Ça, c’est une pub touristique partout 6 mois par année. Qui dit mieux?

    Et combien de personnes de New York viennent à Montréal pour visiter la Grande Bibliothèque? Pourtant, nos impôts l’ont payé: 180 millions $

    Donc, quand je vois le monde contre un peu d’argent gouvernemental dans un projet d’un nouveau colisée, je pars à rire.

  10. […] hyperlien […]

Comments are closed.