Histoire de terrorisme

Je lis et je m’intéresse particulièrement, depuis quelques semaines, au Nicaragua, à la révolution sandiniste et à la contre-attaque des Contra, cette force paramilitaire créée et financée par la CIA et accusée de trafic de drogue et de crimes contre l’humanité. Quelques actions m’ont un peu choqué, notamment quand la CIA a commis des actes terroristes contre ce pays. Quand les États-Unis affirment, en 2007, combattre le terrorisme, peut-on réellement les croire, ou le terroriste est-il seulement celui qui s’oppose aux politiques hégémoniques de Washington?

Terrorisme

Par exemple, en 1982, des hommes entraînés par la CIA ont fait sauter un pont, afin de forcer les Sandinistes à déclarer l’état d’urgence et donc à se radicaliser. ((Christopher Dickey, With the Contras : A Reporter in the Wilds of Nicaragua, Simon and Schuster, New York, 1985, p. 131 et p. 271.)) Ne s’agit-il pas là de terrorisme?

De même,

« Les hommes de la CIA travaillant à partir d’un « bâteau-mère » ont planté les petits engins explosifs dans les ports. L’idée était d’étrangler l’économie sandiniste, ce que les Contra n’arrivaient pas à faire. »

En clair, en minant les ports nicaraguayens en 1984, la CIA espérait faire tellement augmenter le coût des assurances que plus aucune compagnie ne permettrait aux bâteaux de passer par le Nicaragua, détruisant ainsi l’économie du pays.

Les États-Unis ont d’ailleurs été reconnu coupables devant la Cour internationale de justice pour ces actions. Le jugement du 27 juin 1986 a reconnu que l’appui des États-Unis aux Contras, de même que le minage des ports du Nicaragua constituaient un acte d’agression, tout comme la délivrance, à ces mêmes Contras, d’un manuel « d’opérations psychologiques » de la CIA expliquant en fait comment commettre de la torture, et ayant été utilisé contre la population civile nicaraguayenne.

Quand on constate de quelle façon les États-Unis et la CIA ont bafoué les droits humains et utilisé le terrorisme à leur propre profit dans un petit pays comme le Nicaragua, peut-on sérieusement douter qu’ils hésiteraient à le faire aujourd’hui? Peut-on réellement croire tous ces soi-disant bien-pensants qui ignorent volontairement ces actes criminels en les qualifiant de « théories du complot » alors que la réalité de ces derniers a été prouvée?

ll est plus que temps de se débarasser de nos idées reçues: la CIA est un organe aux services des États-Unis et celui-ci n’hésite ni à tuer, ni à faire tuer, ni à transiger de la drogue, ni même à commettre des actes de sabotage et de terrorisme pour atteindre ses buts politiques. Quiconque croit sur parole et sans remise en question ne serait-ce qu’un paragraphe de cet organisme est en fait complice, de par son silence et sa complaisance, aux crimes de ce dernier.

Car le terroriste n’est peut-être pas seulement le barbu dans sa montagne ou le leader sandiniste. On aurait davantage de chance d’arrêter des terroristes à Washington.

Si la volonté politique de combattre le vrai terrorisme existait vraiment…

Publicités

3 Réponses

  1. Une autre brique de plus sur le mur de l’indignation…

  2. « Quiconque croit sur parole et sans remise en question ne serait-ce qu’un paragraphe de cet organisme est en fait complice, de par son silence et sa complaisance, aux crimes de ce dernier. »

    Crime, ça ressemble à la déclaration de W Bush quelques temps après le 9-11. Il avait dit quelque chose comme: « Vous êtes avec nous, ou vous êtes avec les Terroristes. »

    J’ai une question pour toi. Est-ce que tu en prends et tu en laisses lorsque tu lis un livre ou si tu prends tout pour du cash? Tu fais le tri comment entre un auteur que tu considère crédible et celui qui ne l’est pas?

    Exemple, j’ai visionné le documentaire Zeitgeist.

    Est-ce que je dois donner le bon dieu sans confession à ce documentaire ou si je dois plutôt me dire que c’était hyperintéressant mais qu’il est de mon devoir de faire la part des choses? Pour moi, c’est toujours la 2e option. Toi?

    De l’extérieur, on dirait que tu es très facile à endoctriner. Aucune zone grise.

    Des gens comme ça, que j’appelle fanatique, m’ont toujours fait peur.

  3. Cette guerre au terrorisme existe depuis 1980…

Comments are closed.