Un héritage Boucher?

Les gens de Québec sont orphelins: la mairesse André Boucher, véritable icône dans la région, vient de mourir à l’âge de 70 ans. Au delà du sentiment de tristesse qui envahit beaucoup des citoyens de la vieille capitale – un sentiment qu’il faut respecter et que je partage avec eux – il reste qu’Andrée Boucher représente une certaine forme de populisme dans son aspect le plus primaire: le culte de la personnalité.

En effet, lorsque Boucher se présenta aux élections de Québec en 2005, elle n’avait ni équipe, ni budget, ni programme clair, ni pensée politique cohérente, ni idéologie, ni rien qui puisse inviter qui que ce soit à voter pour elle. Ses seuls atouts, c’étaient sa popularité, héritée des luttes contre les fusions municipales forcées imposées par le Parti Québécois, et son franc-parler.

Mario Dumont espère-t-il suivre les traces de la mairesse Boucher?

Les gens de Québec n’ont donc pas voté pour une mairesse en regardant vers le futur, mais plutôt avec un oeil dans le rétroviseur et avec beaucoup d’espoir en la PERSONNE que représentait Andrée Boucher. On ne savait pas de quoi demain serait fait, mais André Boucher, cette femme-là, elle saurait sûrement faire les bons choix pour nous. À notre place. Et je rajouterais: parce que nous sommes trop cons pour faire nos propres choix nous-mêmes.

Quand des citoyens choisissent d’élire quelqu’un pour sa personnalité plutôt que pour ses idées, ils renoncent à leur pouvoir de citoyens libres et informés décidant de ce qui devrait être le mieux pour eux. Ils renoncent à dire « je vote pour ceci » ou « je vote contre cela », et délèguent la tâche de décider ce qui doit être fait ou non à la personne élue. Bref, ils lui remettent TOUT le pouvoir clef-en-main, sans condition.

Peu importe qu’elle n’a pas d’équipe, pas d’idée, et que tous les conseillers municipaux soient contre elle. Elle est gentille la madame et on a confiance en elle!

Cette fois-ci, les gens de Québec ont eu la main relativement heureuse. Ils ont élu une mairesse compétente (malgré une adaptation difficile) et qui n’a pas mis la ville dans le chaos. Ils ont renoncé à leur devoir démocratique consistant à choisir les enjeux et ont tout de même voté pour une personne qui, grosso modo, a su les représenter avec honnêteté et dévouement. Pour cela, Andrée Boucher fût une grande mairesse de Québec et elle a tout mon respect.

Mais la question se pose: que se passerait-il si une prochaine fois la population n’avait pas la main heureuse? Si elle votait pour quelqu’un d’autre « parce qu’il est bien gentil » et refusait une fois de plus de voter pour les idées et se contentait d’espérer que l’élu prenne les bonnes décisions à sa place? Qu’arriverait-il si l’homme « bien gentil », une fois élu, révélait des idées profondément incompatibles avec les vraies valeurs de la population? Car quatre ans, c’est long…

Au fond, l’héritage de Boucher est peut-être ceci: il nous pousse à nous questionner sur le sens d’un vote basé non pas sur les idées mais sur une affection particulière pour le charisme d’un candidat. Et il nous incitera – je l’espère – à ne pas refaire la même erreur une autre fois, quand bien même l’élection de Boucher fut, par le plus grand des hasards, une bonne chose pour la ville de Québec.

Car derrière le visage enjôleur d’un politicien professionnel se cache souvent des idées beaucoup moins intéressantes que prévues…

Publicités

48 Réponses

  1. Absolument dégueulasse et de mauvais goût ton article et ton montage photo.

    Tu viens d’atteindre the lowest of the low!

    Pathétique!

  2. La population savait exactement pour qui elle votait et les idées qu’elle prônait pour l’avoir vu faire à la ville de Sainte-Foy l’une des villes les mieux gérées du Québec et l’une des moins taxées.

    Dès son arrivée à la mairie de Ste-Foy, elle a nettoyé de façon spectaculaire et rapide l’un des corps de police le plus corrompu de la province malgré les menaces et les insultes qu’elle recevait à toute heure du jour et de la nuit.

    Québec est très politisée et n’a donc pas besoin de pancartes ni de programme pour savoir ce qu’elle prévoyait faire avec la ville. En suivant l’actualité qui ne se rend pas jusqu’à Montréal à cause de votre fermeture d’esprit, et bien on savait exactement où elle s’en allait, entre autres en suivant les différents débats des chefs qui ont lieu à la radio et à nos télés locales.

    Le savais-tu ça? Réponds pas, je connais la réponse!

    Sors de chez vous et tu verras qu’elle faisait exactement ce qu’on lui demandait: s’occuper des infrastructures délaissées pas 16 années d’administration Lallier qui ne s’occupait que de culture.

    Viens faire un tour Louis: toute la ville est en réparation et pas seulement le Vieux Québec qui se prépare à recevoir le monde pour le 400e anniversaire de la ville. Non non.

    TOUS les arrondissements revoient leurs infrastructures: Boul Henri-Bourassa à Charlebourg, boul Charest dans Ste-Foy, des Capucins dans Limoilou. Partout. Comme on dit, il y a des « pépinnes » partout.

    Ça Louis, ce n’est pas en jouant aux échecs dans Montréal Nord que tu aurais pu savoir ça.

    À te lire, on voit que c’est toi le démagogue. Une preuve que tu ne sais pas encore une fois de quoi tu parles.

  3. Bon billet Louis, les nuances étaient bien expliquées, peu importe ce que peuvent en comprendre certains « angry young white males » de Québec.

    J’imagine que c’est parce qu’ils sont plus près de la corruption depuis trop longtemps qu’ils ont la mèche courte comme ça. Ou la proximité avec trop de médias-poubelle. Pavlov aurait fait un bon livre là dessus : comment enrager une génération toute entière dans une petite ville sans se forcer.

    Ou bien c’est le plomb dans l’eau. Quand le plomb est en trop forte concentration, les plombs on pète.

    Bref, ils ont eu la main heureuse, mais faut quand même savoir qu’elle avait un beau CV de mairesse et la réputation qui allait avec. Flamboyante et surtout pas langue de bois; elle a bien sû profiter de l’alternance politique/médias, pour se repositionner en force pour les élections de 2005. Mais, au bout du compte,ils n’auront pas eu la main si heureuse : les gens de Québec fêteront leur 400è avec le chef de l’opposition comme maire.

    « Libarteuil! »

  4. Le Bum a raison Louis, les gens savaient exactement pour quoi ils votaient. La mairesse n’avait effectivement ni plate-forme ni programme électoral mais tu oublie un détail: la mairesse c’est un programme en soi.

    De plus, elle n’arrivait pas de no where. Ça fait plus de 20 ans qu’elle était en politique municipale et dans l’actualité. Et, sauf erreur, elle a poussé pour les mêmes choses avec le même style pendant toute cette période.

    Donc, les gens n’ont pas voté pour une personnalité attachante construite par les médias. Ils ont voté pour un programme connu et une valeur sûre.

    Boucher c’est notre Tatcher locale.

    Par contre, il est faux de croire qu’elle faisait l’unanimité. La région, quoi qu’en dise la droite, est ultra-divisé. Boucher a eu 45% des voix. Contrairement au PQ, le RMQ n’est vraiment pas rayé de la carte, il est majoritaire à l’hôtel de ville et son candidat à la mairie a fait 30%.

    Bref, tout n’est pas joué.

  5. Bonjour Louis,

    Je suis grosso modo d’acoord avec ton commentaire et ta critique de l’élan populiste qui a pu porter Mme Boucher à la Mairie. Elle n’avait effectivemment pas de réelle vision à long terme, pas d’objectifs politiques définis, ni construit idéologique.

    Néanmoins, j’ai toujours cru que pour les charges publiques les qualités personnelles pouvaient potentiellement importer autant que le programme. Certains leaders importants au 20ème siècle ont été portés au pouvoir en premier lieu à cause de la confiance qu’ils inspiraient : Churchill, Eisenhower, DeGaulle… À beaucoup d’égards, les idées de ces personnages étaient bien moins populaires que les individus eux-mêmes.

    Je ne sais pas si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Si, par définition, les gens doivent s’amener en politique justement pour proposer quelque chose et présenter ce qu’il feront de leurs pouvoirs, on ne peut nier qu’une grande part de l’activité des politiciens élus découle d’évènements, mineurs ou d’envergure historique, que l’on ne peut prévoir.

    Dans le cas de la mairesse, son élan en 2005 découlait justement à mon avis d’une réprobation de Jean-Paul L’Allier qui, certes, fixait des objectifs « bolds » et ambitieux mais qui paraissait à certains au-dessus de ses affaires (quoique ce ne soit pas mon opinion). La mairesse garantissait plutôt l’inverse : gestion très serrée du day-to-day, austérité quant aux grands projets, intérêt limité pour les sports ou la culture, etc.

    Bref, je ne crois pas que ce soit « toujours » malsain de rejeter un candidat doté d’un bon programme qui nous inspire une confiance tiède au profit d’un autre si on croit fermement en les capacités de ce dernier et nonobstant un programme moins intéresant.

  6. Bonjour Louis,
    J’aime bien le titre : « un héritage Boucher? »
    Moi, je vois pour l’avenir de Québec une éclaircie.

  7. Mes condoléances à la famille de Madame Boucher qui a perdu une épouse, une mère, une belle-mère et une grand-mère exemplaire.
    Madame Boucher était une politicienne intègtre qui avait des convictions et des visées à long terme.
    J’ai toujours admiré cette femme fonceuse et qui n’avait pas peur de dire ce qu’elle pensait en n’importe quelle circonstance.
    Malheureusement, le Québec a perdu un joyau important de son tableau politique.
    J’espère que nous verrons d’autres personnages intègres venir continuer le travail qu’elle a fait depuis prêt de 40 ans.

  8. Louis,

    Piétiner les morts comme vous le faites est très petit et il m’était impossible de ne pas réagir ici. Vous accusez Dumont de « surfer sur sa mort ». Et vous, que faites-vous?

    Vous affirmez, de façon mensongère, la respecter. Mais, vous faites un petit montage photo dégueulasse, la ridiculisant, même une fois décédée. Vous accusez le peuple, que vous détestez et qui semble toujours vous exclure, d’avoir voté pour quelqu’un sans idée. Vous dites que les Québécois ont été « chanceux », car il ne savaient certainement pas ce qu’ils faisaient. En gros, vous enlevez à madame Boucher toute crédibilité, malgré un parcours imposant et une compétence reconnue.

    Oubliez donc l’appui que je vous ai donné au niveau personnel. Je me rends compte que si vous vivez des problèmes personnels, c’est qu’ils ne sont que le juste retour du crachat que vous envoyez tous les jours dans les airs.

    Peut-être que si vous cessez de chier sur tout ce qui bouge, le « monde » cessera de s’acharner contre vous. Peut-être que si vous cessez d’agir en victime, vous cesserez d’en être une. Peut-être que si vous cessez d’être une mauviette molle, vous saurez vous tenir debout et avoir l’air d’un homme.

    Renommez donc votre blogue: « Une petite souris fâchée ».

    Avec l’expression de tout mon mépris.

    P.S.: J’aurai une pensée pour madame Boucher, sa famille et tous les Québécois qu’elle a servit avec diligeance, passion et compétence.

  9. Dans le cas de la mairesse, son élan en 2005 découlait justement à mon avis d’une réprobation de Jean-Paul L’Allier qui, certes, fixait des objectifs “bolds” et ambitieux mais qui paraissait à certains au-dessus de ses affaires (quoique ce ne soit pas mon opinion). La mairesse garantissait plutôt l’inverse : gestion très serrée du day-to-day, austérité quant aux grands projets, intérêt limité pour les sports ou la culture, etc.

    Exact!

    On ne peut certes pas expliquer le « phénomène Boucher » sans parler de la campagne de salissage des radio-poubelles envers L’Allier et du maintient de la présence médiatique d’Andrée Boucher lorsqu’elle était co-animatrice au FM-93. Elle était indéniablement la plus connue de tous les candidats.

  10. par hazard jai lu ton torchon pauvre type …

  11. Je ne partageais pas toujours les prises de position de madame Boucher, mais je m’incline devant son intégrité et son honnêteté intellectuelle(ce qui n’est pas toujours le cas chez certains intellectuels ou soi-disant intellectuels de droite et de gauche).
    Quant à votre commentaire et votre montage photo…ce n’est pas fort.
    Son élection à la mairie de Québec nous a montré que le peuple n’est pas dupe et qu’il peut se permettre de donner des leçons aux élites de droite et de gauche.

  12. Je ne partageais pas toujours les prises de position de madame Boucher, mais je m,incline devant son intégrité et son honnêteté intellectuelle(ce qui n’est pas toujours le cas chez certains intellectuels ou soi-disant intellectuels de droite et de gauche).
    Quant a votre commentaire et votre montage photo…ce n’est pas fort.
    Son élection à la mairie de Québec nous a montré que le peuple n’est pas dupe et qu’il peur se permettre de donner des leçons aux élites de droite et de gauche.

  13. Il y a des gens qui ont appris à écrire mais qui ne semblent pas avoir appris à lire…

    Je ne manque pas de respect envers Andrée Boucher; je souligne au contraire que par le plus grand des hasards (puisqu’elle n’avait pas le moindre programme électoral digne de ce nom ni d’équipe) elle fut une grande mairesse pour la ville de Québec.

    Mais est-ce que parce qu’elle est décédée on doit occulter le fait que les gens qui ont voté pour elle lui ont donné un chèque en blanc? Et on devrait aussi oublier de parler des dangers d’une telle attitude où ne vote pas pour les idées des gens mais pour leur charisme, leur personnalité ou leur attitude?

    Peut-être que Éric Bondo a raison: c’est peut-être quelque chose dans l’eau…

    p.s. Pour ce qui est de la caricature, c’est juste une blague. Ça ne manque pas de respect envers Andrée Boucher, mais envers Mario Dumont qui, on le sait, n’hésite pas à profiter de n’importe quelle broutille d’actualité pour mousser son ambition politique. Je suis sincèrement désolé si quelqu’un y a vu un manque de respect envers Andrée Boucher.

  14. Louis, je vois que tu as eu la visite d’un animateur d’une radio-poubelle de Québec !

    Pour ce qui est de ta caricature, elle vaut bien celle d’Ygreck et en plus tu n’es pas payé pour en faire.

  15. « Dumont qui, on le sait, n’hésite pas à profiter de n’importe quelle broutille d’actualité pour mousser son ambition politique. »

    Monkey see, monkey do?

  16. Voir que tu n’as pas encore enlevé ton photo-montage démontre que tu as effectivement reçu de bonnes taloches par la tête.

    Poursuis-là de grâce car ta capacité de raisonner a vraiment été altérée.

  17. J’ai lu le billet deux fois pour être sûr d’en comprendre le sens.

    Sur le fond du message, je suis d’accord puisque Louis nous demande d’y penser deux fois avant de porter l’ADQ au pouvoir et personnellement, je ne fais pas confiance à l’ADQ qui a une équipe trop inexpérimentée et un programme trop superficiel.

    En revanche, la façon de livrer le message est de très mauvais goût…

  18. C’est super le fun de venir se faire dire par une bande de montréalais ignorants les raisons pourquoi les gens de Québec ont voté pour Mme Boucher.

    Commencez donc par vous regarder le nombril avant de juger les gens de Québec. Ça a pas de bon sens comment vous êtes méprisants.

    Pis Éric Bondo, lâche donc les « angry young white male », l’époque Fillion est révolue et tout le monde évolue.. sauf vous autres on dirait!

  19. Faites moi aussi le plaisir d’écouter les radios de Québec pour vous rendre compte vous-mêmes que les radios poubelles n’existent plus à Québec.. Demandez-vous plutôt ce qu’est-ce que Énergie et CKOI broadcast à Montréal! Ah oui, c’est vrai, eux c’est de l’humour…

    Crissez-nous patience!

  20. Il y a des gens qui ont l’épiderme très sensible. On m’a accusé en privé d’avoir craché sur Mme. Boucher…

    J’invite tout le monde à relire le texte et à constater qu’il n’y a pas le moindre manque de respect vis à vis de Mme. Boucher. Il y a simplement une explication des dangers du populisme et de quelle façon les gens de Québec ont été chanceux cette fois-ci (ce qui, en passant, est un compliment à l’égard de Mme. Boucher) en votant pour quelqu’un sans équipe ni programme électoral établi, mais que ce ne sera pas toujours le cas.

    La caricature était acide, voire un peu provocatrice, ça je l’avoue. Mais elle ne manquait pas de respect à Mme. Boucher; elle faisait seulement écho à une tactique habituelle de Mario Dumont consistant à se servir de l’actualité à son profit. Et puis, c’était surtout une BLAGUE, puisque tout le monde sait que Dumont ne se servira pas de la mort de Mme. Boucher (du moins on l’espère…). À quelque part, c’est comme si, après la mort de Maurice Richard, j’avais mis un chandail numéro 9 et un bâton de hockey à Dumont… C’est pas un manque de respect envers le défunt, mais plutôt une marque de respect, puisque une personnalité publique serait intéressée à suivre ses traces. Et si on se rappelle de Mauriche Richard de par son numéro 9, on se rappelle de Boucher de par ses robes originales. C’est pas un manque de respect, et je suis content que la majorité ont compris ce point.

    Alors j’invite tous ceux qui ont vu un manque de respect à Mme. Boucher à respirer par le nez, à relire le texte, et à constater qu’il n’en est rien et qu’au contraire ce texte qualifie Andrée Boucher de grande mairesse de Québec et que les gens de Québec ont été chanceux de voter pour elle et de l’avoir comme mairesse.

    J’offre toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches. Elle fut une grande mairesse pour Québec.

  21. Trash Radios are becomming « Tactical » on FM….

    La fameuse robe de Mme Boucher n’a pas été acheté chez Zellers comme le fait son « vrai peuple » mais d’un haut-couturier francais; Yves St-Laurent.

    Lisez : http://www.cyberpresse.ca/article/20070825/CPSOLEIL/70824227/6965/CPSOLEIL

  22. Va-t-on maintenant accuser l’auteur de l’article sur cyberpresse d’avoir « craché sur une défunte »? 😛 Sérieusement, je crois que le salissage de certains habitants de Québec face à quiconque est le moindrement critique vis à vis du fait que Mme. Boucher a été élu sans équipe et sans programme (même quand c’est écrit poliment et avec respect, comme je l’ai fait) tient davantage du côté émotionnel que rationnel. Dans ces cas-là, comme avec les enfants déplaisants qu’on envoie dans leur chambre ou les élèves qu’on met dans le coin, le mieux est de les ignorer.

    Quand ils auront pris un peu de maturité et auront dépassé le stade des attaques personnelles gratuites sans le moindre argument, on pourra discuter avec eux.

    En attendant, comme tu dis, c’est du trash. Et le trash, ça va à la poubelle…

  23. Ceux qui ont voté pour la mairesse sont cons? Ben oui, c’est ça. On est juste stupide quoi?

    Je n’ai qu’un mot à te dire. Continue de te regarder le nombril et de penser que toi seul détiens la vérité en toutes choses.

    Ce n’est pas en traitant les gens de cons que tu vas les convaincre que tu as raison. En passant, je suis d’accord avec toi. Mais ça ne vaut même pas la peine de t’en parler.

  24. Qui a écrit que les gens qui ont voté pour Andrée Boucher sont des cons? Je crois que tu es le seul à écrire ça ici.

    À moins qu’à tes yeux des gens qui votent pour quelqu’un qui n’a pas d’équipe ni de programme soient automatiquement des « cons »?

    Si c’est le cas, sache que je n’adhère pas le moindrement à ta conception méprisante des gens de Québec. Ils ont eu la main heureuse avec Boucher, mais ce n’est pas parce qu’ils ont voté dans le vide qu’ils sont « cons ». Tu devrais peut-être te regarder un peu toi-même avant d’accuser les autres et de mépriser les gens de Québec comme tu le fais.

    En passant, quand j’écris « nous sommes trop cons pour », je m’inclus là-dedans aussi, car c’est un phénomène assez répandu, et pas seulement à Québec. Donner le pouvoir clef-en-main à qui que ce soit, sans condition, est un signe de manque de maturité politique de la part des gens qui votent. Si tu te sens personnellement interpellé par ceci, et bien porte le chapeau mon ami, mais ne viens pas me faire dire ce que je n’ai pas écrit!

    En d’autres mots: amène des arguments ou cesse de déformer ce que les autres écrivent!

  25. @Louis

    Je trouve votre texte très complaisant. Je ne vois pas comment on peut dire que « vous piétinez les morts ». Au contraire, je trouve même que vous l’avez trop ménagée. L’élection de la mairesse Boucher à la mairie de Québec, ville DONT ELLE N’A JAMAIS SOUHAITÉ SA CRÉATION, il n’y a pas si longtemps, est une autre créature de la radio-poubelle de Québec qui heureusement est disparue maintenant. Fallait vraiment être une opportuniste de fond de tiroir pour se présenter à son emploi le plus difficile de sa carrière, à l’âge vénérable de 70 ans, et cela a précipité sa mort, ce qui est dommage pour ses proches.

    Heureusement que le conseil municipal était minoritaire, car sinon cela aurait été une catastrophe et C’EST LA SEULE RAISON POURQUOI LES CITOYENS ONT EU LA MAIN HEUREUSE. Et le pire était
    à venir avec les négociations de conventions collectives et les fêtes de 400e. Et imaginez si elle avait été réélue avec un conseil majoritaire dans 2 ans! Ouch!

    Si vous écoutez attentivement les hommages faits lors de la sanctification de Madame Boucher après sa mort, vous allez vous apercevoir que PERSONNE N’A RETENU UNE SEULE DE SES RÉALISATIONS, tout le monde parle de sa personnalité colorée et de son honnêteté, ce qui est vrai néanmoins.

    Bien sûr, Madame Boucher était une femme honnête. Au moins, contrairement à la plupart des politiciens, elle nous disait clairement « VOICI DE LA COCHONNERIE! » et les gens étaient assez caves pour voter pour elle.

    D’accord, elle est repsonsable de la revitalisation de la Plage Jacques Cartier (qui devrait porter le nom de la mairesse selon moi) et elle mis de l’ordre dans le service de police corrompu de Sainte-Foy (le même service dont s’est servi André Arthur pour faussement accuser Benoît Proulx). Le problème, c’est que sont ses deux principales réalisations, ce qui est très peu à se mettre sous la dent et cela date de très longtemps. Autrement dit, LA MAIRESSE AVAIT FAIT SON TEMPS, politiquement parlant!

    Elle n’accordait pas beaucoup d’importance aux jeunes à et à leurs sports et loisirs: elle préférait favoriser sa clientèle âgée et retraitée, pour qui les jeunes ne sont que de ptits morveux. Après ça on se demande pourquoi les jeunes quittent de plus en plus la région (faut dire aussi que les monopoles syndicaux sont les principaux responsables de cet exode, en raison de leur priorisation de l’ancienneté au dépens des compétences). Imaginez, elle avait même approuvé la nomination de André Arthur au titre d’arbitre en chef de baseball à Sainte-Foy, une farce ridicule!

    Sans compter sur la farce qu’est l’hôtel de ville de Sainte-Foy, un véritable Taj Mahal, et la rénovation d’une église brûlée AVEC L’ARGENT DES CONtribuables.

    Andrée Boucher n’était pas si mal comme mairesse de Sainte-Foy, MAIS À PARTIR DU DÉBUT DE SA CROISADE BOURGEOISE ANTI-FUSIONS, ELLE EST DEVENUE UNE NUISANCE SOCIO-POLITIQUE POUR SA RÉGION. De plus, elle a manqué de flair et elle s’est fait littéralement fait berner par les libéraux provinciaux (Madame Boucher les appuyaient fièrement) avec leur niaiserie des défusions. Ce fut le pire échec de sa carrière. ELLE A PERDU SA PRINCIPALE BATAILLE POLITIQUE et malgré tout, elle était tellement opportuniste qu’elle s’est présentée à la marie d’une ville dont elle n’a jamais souhaité sa création.

    Sa mort est fort dommage pour ses amis et ses proches mais politiquement parlant, SA MORT EST UNE BONNE CHOSE ET ON EST BIEN DÉBARASSÉ!

    Bref, qu’on renomme la place Jacques Cartier à son nom, qu’on l’enterre dans le cimetière et qu’on passe à autre chose.

    Cependant, si jamais Marc Bellemarde se présente, je suis même prêt à voter pour la mairesse Boucher à titre posthume! Faudrait quand même pas la remplacer par encore pire!

    Je sens que ça va ruer dans les brancards parce qu’IL FAUT ABSOLUMENT SANCTIFIER LES MORTS au Québec. Belle bande de colons!

  26. Petit clin d’oeil sur cet excellent billet de Pierre Falardeau!

    L’ENTERREMENT DU BONHOMME CARNAVAL
    Pierre Falardeau
    Tiré du journal « LE QUÉBÉCOIS », vol. 4, no. 1, février-mars 2004.

    « L’imagination est plus importante que le savoir » – A. Einstein

    Voilà enfin une bonne chose de faite! Claude Ryan vient de mourir. Ne reste plus qu’à l’embaumer et à fermer le couvercle. Avec sa belle tête de sous-diacre empaillée et mangée par les mites, il n’aura fait, en mourant, qu’officialiser une situation de fait qui perdurait depuis longtemps.

    Les journalistes de service, qu’on a plutôt tendance à confondre avec des amuseurs publics, racontent que Ryan avait sombré dans le coma six jours avant de rendre l’âme. Ces chiens de garde du pouvoir, qui se prennent parfois pour le quatrième pouvoir, sont sûrement les seuls au Québec à ne pas s’être aperçus que le pape du journalisme était déjà dans un coma profond depuis au moins quarante ans. Faut avoir soi-même un encéphalogramme à plat pour participer à une telle campagne médiatique de béatification. Faut pas craindre de se salir les mains pour oser transformer en immense penseur ce politicien encore plus ridicule dans la vraie vie que le meilleur de ses imitateurs.

    À écouter le choeur unanime des pleureuses professionnelles, on a l’impression de nager en plein carnaval. Quoi? Un grand intellectuel ce préfet de discipline de couvent, ce père-économe de communauté de bonnes soeurs, ce petit aumônier des Dames de Sainte-Anne? On se croirait à « Juste pour rire ». Faut les voir pour le croire, ces spécialistes-maison de l’éloge funèbre pompeux. Comme chez tous les mauvais comédiens, leur voix étranglée par l’émotion sonne faux quand ils nous parlent de la « rigueur intellectuelle » et de « l’esprit de synthèse » du petit frère-directeur du journal « Le Devoir ». Ils confondent rigueur et rigorisme, synthèse, bricolage et liste d’épicerie. Faut les voir avec leurs fausses gueules d’enterrement, empreintes d’une tristesse étudiée, nous présenter ce petit gérant d’estrade pontifiant sous les traits d’un intellectuel incontournable. À grands coups d’enflures verbales et de boursouflures stylistiques, ils nous le dépeignent le plus sérieusement du monde comme un des plus brillants penseurs du Québec. C’est vrai que dans ce milieu journalistique où règne une majorité de deux-de-pique et de sous-doués congénitaux, on passe facilement pour un génie quand on peut aligner deux idées, l’une à la suite de l’autre, dans un style aussi ennuyant que le bottin de téléphone, surtout si ce sont des idées reçues ou des idées archi-convenues.

    Non mais! Vous nous prenez pour des caves ou quoi? Il n’y a pas une personne sur dix mille au Québec capable de me citer une seule ligne de ce pape du journalisme québécois. Si c’était un génie, ça se serait su, non? Je lis « Le Devoir » depuis quarante ans et je crois bien n’avoir jamais lu un seul de ses éditoriaux au style fadasse qui puaient l’eau bénite croupie et le canneçon-à-grands-manches mal lavé.

    Si « Le style c’est l’homme » comme disait l’autre, seul un esprit « drabe » pouvait oser écrire un livre « beige », même un peu « grisâtre » et pourquoi pas un peu « jaunasse ». Une « grande synthèse » que ce ramassis de toutes les patentes-à-gosses constitutionnelles mises au point par les nationalistes mous et les fédéralistes fatigués des cinquante dernières années. Fédéralisme renouvelé. Fédéralisme rentable. Fédéralisme coopératif. Fédéralisme asymétrique. À une vitesse. À deux vitesses. À trois vitesses. Automatique, power brake, power stering. Alouette. Des projets morts nés recyclés l’année suivante sous une nouvelle marque de commerce. Aujourd’hui, on parle d’arrangements administratifs.

    Et les spécialistes des notices nécrologiques qui élèvent ce bêtisier « brun » au rang de bible nationale. C’est vraiment à s’ouvrir les veines avec une pelle à neige. Un insignifiant traité de science-fiction politique qu’on tente de faire passer pour une oeuvre majeure, pour la contribution essentielle d’un grand cerveau. Ce grand cerveau sent le formol à plein nez. C’est celui d’un nationaliste d’Ancien Régime incapable de saisir l’ABC du système néo-colonial canadien qui a remplacé le vieux colonialisme britannique en 1867.

    Claude Ryan aura passé sa vie à vouloir simplement aménager le statut de protectorat canadien qui est celui du Québec à l’intérieur de la Confédération. Et ces aménagements, même mineurs, même essentiellement cosmétiques, le Canada les aura refusés, à Claude Ryan et à ses disciples purs et durs, les uns après les autres depuis cinquante ans. Niet. Niet. Niet. Le statu quo, à prendre ou à laisser. Et plutôt que de tirer les conclusions politiques d’un tel refus, Ryan se sera accroché à son minable catalogue de voeux pieux jusque dans sa tombe. Son testament politique, sans doute écrit dans ses six jours de coma, en fait foi.

    Finalement, le seul souvenir que nous laissera Claude Ryan est celui du petit politicien, mesquin et provincial, qui dirigea le camp du NON en 1980. Celui d’un homme de main chargé de nous faire prendre notre trou. Comme Stéphane Dion. On s’est servi de lui et de son vernis d’intellectuel paroissial pour couvrir les saloperies de Trudeau, de Chrétien, de Camil Samson et du Conseil du Patronat. Et quand il a eu fini la sale job, ce puissant cerveau, on s’est débarrassé de lui et de son fédéralisme renouvelé comme d’une vulgaire chaussette épiscopale. Exit le Bonhomme Sept Heures. Au chômage, l’épouvantail à moineaux. Comme Stéphane Dion. Des intellectuels tellement brillants qu’ils sont incapables de comprendre le rôle qu’on leur fait jouer. Désolant et minable.

    Claude Ryan emporte dans son cercueil sa pensée politique provincialiste et criminelle. Son livre « brun » finira bien par pourrir lui aussi. Ryan aura au moins réussi sa mort, coincé dans les faits divers entre les scandales financiers du gouvernement fédéral et le racisme ordinaire de ses « partenaires » canadiens. Salut pourriture !

    « Il est si commode d’être rigoriste dans ses discours! Cela ne nuit jamais qu’aux autres et ne nous gêne aucunement » – Laclos

  27. @AntiPollution

    Évidemment, TacticalFM passe une trash radio mais on fait exactement la même chose que vous faites ici concernant les droitistes ou le néolibéralisme, sauf que nous, on a des arguments!

    Une autre chose, vous semblez mélanger le concept de trash-radio et de thrash-radio. Le Bum intello fait des podcasts qui dénoncent les spins. Et bien! vous êtes en face d’un spin qui dure depuis plusieurs années! Réveillez-vous!

    @Davidg

    Merci de ton résumé qui représente ce que je pense de la Mairesse Boucher.

  28. Davidg, as-tu fini de crier?

    Un autre qui ne respecte pas les morts. Être associé à Pierre Falardeau ne sera jamais une qualité!

  29. @ ruban lucide

    Pas besoin de me défendre.

    Qu’on dise que je fais de la trash ou de la thrash radio me convient parfaitement.

    To set the record straight aux incultes, le vrai terme est thrash radio, ce qui signifie « radio dénonciatrice », exactment le but de mon show.

    Et si vous aimez mieux trash comme les gauchistes ont inventé, et bien ça me va aussi: à chaque semaine, je relève les spins, les commente et finalement je les crisse aux vidanges.

    Spin Radio: la thrash (ou trash) radio du Bum intello!

  30. @le bum intello

    « Un autre qui ne respecte pas les morts. Être associé à Pierre Falardeau ne sera jamais une qualité! »

    Un autre qui sanctifie les morts JUSTE PARCE QU’ILS SONT MORTS! Être associé à la mairesse Boucher et à Claude RATyan ne sera jamais une qualité!

    Quand Yasser Arafat est mort, étiez-vous déçu?
    Doit-on sanctifier Yasser Arafat, JUSTE PARCE QU’IL EST MORT?

  31. Davidg, tu n’es qu’un haineux, ça se voit bien.

    Et arrête de crier de grâce!

  32. Les majuscules David est un signe d’impolitesse.

    Peut-être ne la sais-tu pas. Maintenant oui.

    Si tu as de la classe, tu saisiras le message.

  33. Les majuscules David est un signe d’impolitesse.

    Peut-être ne le sais-tu pas. Maintenant oui.

    Si tu as de la classe, tu saisiras le message.

  34. @le bum intello

    Avez-vous des arguments à me faire valoir au lieu de m’invectiver avec vos délires d’homme féminisé?

    Êtes-vous déçu de la mort de Yasser Arafat?

    Qu’est-ce qu’il y a de haineux dans mes propos?

    P.S. : Avec la haine que Jeff Fillion déverse sur ses semblables VIVANTS, j’aime mieux qu’il crache sur les morts!

  35. Voici un commentaire VRAIMENT HAINEUX:

    http://lebumintello.blogspot.com/2007/08/article-absolument-dqueulasse-sur-la.html

    Mais comme Louis est un être VIVANT, ce n’est pas grave!

    Et après ça, on nous accuse d’être haineux!

  36. Heille Davidg, le « vrai homme »: si tu connaissais la netiquette, tu saurais que les majuscules sont l’équivalent de crier. Ça se fait pas. Utilise des balises de mise en forme, comme « b » si tu veux mettre l’emphase sur des mots.

  37. @Martin

    Faudrait que je règle ce problème avant:

    WordPress database error: [You have an error in your SQL syntax. Check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ‘and meta_key =’ at line 1]
    SELECT meta_value FROM wp_postmeta WHERE post_id = and meta_key =

    Malgré que la nétiquette (comme toutes étiquettes par ailleurs) soit un autre délire féminisant, au moins c’est le premier commentaire constructif que j’ai eu sur ce sujet.

  38. Et moi-même je me trouve un peu trop féminisé!

  39. Le problème dont tu parles n’est pas que le tiens. Moi aussi je vois toujours ça quand je veux voir l’aperçu.

  40. @Martin: Est-ce qu’il y a un problème avec la fonction « aperçu »? J’utilise Firefox et je viens de cliquer sur « aperçu » et tout fonctionne très bien de mon côté.

  41. Moi aussi Firefox… sur Mac. L’aperçu affiche, précédé du dit message d’erreur. Avant, au début de l’instauration de ce système d’aperçus, il n’y avait pas ce genre de problème. Ça fait une couple de semaines que c’est comme ça, je crois.

  42. Hmmm… Essaie de t’inscrire et voir si quand tu es « logged on » ça fait le même problème. Si je ne peux régler le problème, je pourrais toujours allonger le temps permettant de modifier un message après écriture…

  43. Il n’y a (presque) pas de problèmes avec la fonction de correction (très cool en passant). Mais depuis une couple de jours, des fois la correction ne peut être enregistrée. On dirait que ça arrivequand plusieurs discutent en même temps et postent à peu près au même moment.

  44. Oups, j’essaie de corriger le précédent commentaire mais…

    « Load Comment Failed »

    Je corrige ensuite celui-ci et ça marche!

  45. Je vais travailler là-dessus. En attendant, deux options:

    1) S’inscrire (dans la partie gauche de la page) car en étant inscrit et logged in ce problème ne semble pas exister;

    2) Faire bien attention à ce qu’on écrit! 😉

    Je vais voir ce que je peux faire d’ici les prochaines semaines. Désolé pour les inconvénients.

  46. Davidg

    Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

    Fallais que je t’en parle!

    Et arrête de crier!

  47. Avez-vous des arguments qui justifient la sanctification systématique des morts au Québec?

  48. […] Un héritage Boucher? […]

Comments are closed.