Disparue

Cédrika ProvencherJe l’ai eu devant moi une bonne partie de la journée. Elle semblait me fixer, de son éblouissant sourire resplendissant de bonheur, de ses petits yeux taquins, et je me suis demandé où elle était en ce moment, si elle souffrait, si elle était encore vivante. Disparue, elle l’est depuis deux semaines, et je vois chaque jour la même affiche: son visage innocent, puis au-dessus est inscrit: DISPARUE. Une belle petite fille comme tous les parents rêvent d’en avoir une, et juste au-dessus la marque de ce qu’il y a de plus laid comme geste: enlever un enfant.

Pourtant, je me questionne. Aurait-on fait le même battage médiatique, aurait-on affiché de telles affiches à la grandeur du Québec si Cédrika avait été une enfant laide? Pas qu’un enfant puisse être complètement et entièrement laid (il est toujours beau aux yeux de ses parents), mais en aurait-on fait autant si elle avait été une petite grosse, avec le nez croche et des cheveux en laine d’acier? J’en doute.

À tous les ans, il y a des enfants qui disparaissent. Je souhaite de tout coeur que Cédrika soit retrouvée (vivante), mais pourquoi les autres enfants disparus précédemment n’ont-ils pas eu droit à la même chance? On a parlé d’eux, on a montré leurs photos, mais je ne me souviens pas d’avoir vu TVA faire autant de reportages en direct pour suivre les recherches. Je ne me souviens pas non plus d’avoir vu des entreprises de tout le Québec afficher la photo d’un enfant disparu, ou un site internet monté pour la même fin. Je ne me souviens pas non plus de tant de bénévoles, de tant de dons à la famille, de tant d’amour partout pour le père et la mère éplorés.

Je ne me souviens vraiment pas.

Faut dire, ils n’étaient peut-être pas aussi photogéniques ces enfants-là. Ils n’avaient pas l’air de l’enfant parfait, allant aux Scouts et aidant les étrangers à chercher leurs chiens perdus. Ils n’avaient pas ce sourire, ces yeux, cette innocence. Alors nous les avons oubliés et nous sommes passés à autre chose. Nous les avons pleuré ces enfants-là, mais nous n’en avons jamais autant fait que pour Cédrika.

En fait, nous n’apprenons rien sur Cédrika ou son ravisseur dans cette histoire. Nous apprenons sur nous-même. Nous voyons de quelle façon nous nous sentons interpellés par le malheur des autres et de quelle façon nous réagissons différemment selon que nous nous identifions ou non à la victime. Et nous sommes ainsi, nous aimons le beau, nous aimons l’innocence, nous aimons la perfection. Un peu à notre façon, nous sommes des déviants qui dosent notre amour et notre compassion selon les émotions que nous fait ressentir ce petit visage angélique peut-être au main d’un tortionnaire.

Nous aimons aider, nous aimons donner. Mais nous ne donnons pas à notre voisin, le laid, le puant, le « maudit B.S. ». Nous ne donnons pas aux jeunes de la rue – pourtant tout à fait perdus – car ils sont sales et ils font peur avec leurs tatouages et leurs perçages. Et nous ne donnons pas aux adultes en difficulté car ils n’ont plus l’innocence de Cédrika. Nous aimons, mais avec discrimination.

Nous ne voyons plus l’enfant innocent et beau au coeur de chaque humain, si laid soit-il. Nous oublions qu’en chacun de nous sommeille un peu de Cédrika et c’est cette innocence et cette belle jeunesse que nous recherchons activement. À travers les recherches de Cédrika, c’est un peu nous que nous espérons trouver.

Publicités

14 Réponses

  1. Bon à part le bout où on parle de nous chercher nous même où ça devient genre poètique et un peu « trop » pour moi: « Aurait-on fait le même battage médiatique, aurait-on affiché de telles affiches à la grandeur du Québec si Cédrika avait été une enfant laide? », meilleur. question. ever.

    J’apporte un autre point: pour certains c’est peut-être se chercher soit-même et l’innoncence et tout ce qu’on veut, mais pour combien est-ce leur dose de vrai drame quotidien?

    Juste avant de regarder les « Feux de l’amour », je vais voir LCN pour les derniers développement sur « Cedrika » (le bon reflexe mon oeil). C’est devenu une idole, un mouvement, son poster est partout, on pourrait vendre des T-Shirt (« Are YOU Cedrika? » « Got Cedrika? »).

    J’ai l’air sale, mais ma question est la suivante: à quel point cet évènement fait vraiment appel aux bons sentiments de tout le monde? Tout le monde dit que ça les touches et que c’est horrible, mais est-ce que ça les touche comment? Comme un film triste j’imagine.

  2. Honorius,

    qu’est-ce que tu as contre la poésie? Ma copine est poète et je le suis à mes heures (en tout cas, je le pense et elle aussi)… Fais attention à ce que tu dis, hein! Hé hé!

    Louis,

    encore de la lucidité, et dire que les gauchistes se font traiter d’utopistes!

    J’espère que ce texte contribuera à ouvrir les yeux de bien du monde qui ne sont capable que de regarder cette histoire pour ce qu’elle est au premier degré.

  3. « encore de la lucidité, et dire que les gauchistes se font traiter d’utopistes! »

    Et moi qui aime les enfants! JE NE SUIS PLUSSS DE DROITE!!!! YARGHHH! (cette affirmation est doublement comique pour ceux qui comprennent)

    Sérieusement, comme futur enseignant je suis concerné par l’état des choses, surtout au Québec dans ce genre de domaine. Je me suis aussi posé la question à savoir pourquoi ELLE recoit plus de couverture que toutes les autres ensemble ou presque. J’imagine que si l’on porte attention aux liens de la famille on pourrait en tirer une ou deux conclusions.

    Bien du monde espère au moins retrouver le corps. Je dis merde à cela: que l’on retrouve le trou de cul et c’est certain qu’en plus de pouvoir se venger, on pourra définitivement lui faire cracher le morceau à propos de la localisation de la fille, vivante ou non.

  4. J’aimerais juste apporter 2 voies de réponse au sujet du battage médiatique sur elle et non sur les autres.

    1 – les médias ont parlé d’elle car il croyait quelle s’était perdu et il voulait informé la population d’être vigilant et de regardé autour de chez eux, ce qui est fait dans tout les cas du genre.

    2 – pas loin de 90% des enlèvements au Québec sont fait par un proche de la famille, ce qui fait que les ravisseurs sont toujours connue.

    Ce qui fait que l’on parle autant d’elle c’est que cela a commencé par un élan de solidarité, comme c’est arrivé dans plusieurs cas auparavant. Je crois que presque tous les enfants disparus dans de même circonstance ont eut le même effort des médias. La seule différence c’est qu’actuellement, en plein milieu de l’été, ils n’ont pas d’autre choses à dire.

    Je me souvient……. pas si sur que cela que nous nous souvenons

  5. Vous voyez, chez-moi, c’est l’effet contraire que ça crée. En effet, Louis, bingo pour la mémoire, l’événement Cédrika est exceptionnel dans l’histoire médiatique. Je me rappelle encore du jeune Lubin et du jeune Métivier à l’époque. On était en pleine histoire des « enfants d’atlanta » et ça nous foutait la boule de revenir de l’école. Mais jamais un tel tapage médiatique. Jamais. Les lonely dead girls ont la cote, depuis Anastasia. Et bien sûr, on fait peur à tout le monde : vos enfants sont en danger…

    Le plus drôle, c’est que si on consacrait, comme communauté, autant de temps à aider les agresseurs potentiels/reconnus qu’à chercher des cadavres de belles petites filles gentilles et jouer les pleureuses, on commencerait à régler une partie du problème.

    Par exemple : Les groupes d’aide et de support aux petits garçons abusés (qui ont 90% de chances de devenir des abuseurs) ne reçoivent que des pinottes contrairement à ceux qui aident les petites filles (qui ont, elles, entre 10 et 20% de chances de devenir « abuseures »). Duh. Trouvez l’erreur.

    D’autre part, effectivement, chaque année, il meurt des milliers de gens au Québec, dans des circonstances plus ou moins agréables. On perd environ une soixantaine d’itinérants par hiver; grand silence médiatique. Nos vieux meurent par centaines dans des mouroirs ou chez eux dans l’insalubrité. Un petit inséré par-ci par là. Pas 3 semaines de une!

    Personnellement, et je vais vous choquer, mais toute cette histoire me donne le goût de vomir. À toutes les 3 secondes, quelqu’un meurt de faim dans le monde en raison du système économique dans lequel on les « crosse »; une petite fille est disparue parce qu’on ne lui avait pas appris le « coup du petit chien », c’est juste triste, et même moins que les 500 petits culs qui sont morts le temps que j’écrive ce commentaire (20 à la minute, ça monte vite)…

    Y a des directeurs/directrices de l’information qui mériteraient, non pas des coup de pieds au cul, mais des baffes à la Bud Spencer sur la gueule, encore et encore. Parce qu’à voir comment ils arrivent à mobiliser la population pour une connerie (je regrette, mais on peut pas arrêter la terre de tourner pour un humain sur 7 millions), on comprend aussi que ce pouvoir, ils l’orientent toujours pour l’intérêt du plus petit nombre.

    Comme disait une âme bien sage, le jour où on arrêtera de les écouter, ils changeront de disque.
    Dans mon cas, ça commence aujourd’hui.

  6. 55 000 personnes meurent chaque année au Québec. (Plus ou moins). Donc 55 000 façons différentes de quitter ce monde et de laisser des endeuillés. Cédrika est disparue. Aucune preuve (à ce jour) qu’elle a été enlevée. Ce n’est pas parce qu’on émet une hypothèse à plusieurs reprises que ça devient la vérité. Aucune preuve de la présence d’un prédateur ou d’un pédophile, ici. Cette enfant est disparue, mais enlevée ? Où sont les éléments de preuves ? Si vous demandez à 100 enfants de 10 ans s’ils ont vu un homme qui demandait de l’aider à retrouver son petit chien, au moins 3 enfants JURERONT que ça leur est arrivé à eux aussi, parce qu’ils savent que c’est ce que veulent entendre les adultes(et malheureusement, plus de petites filles feront cette affirmation, même si elle est fausse) La police a dit à la télé que l’enquête se concentre sur les membres de la famille.

    La seule chose qui est vraie: Cédrika manque à l’appel depuis plusieurs jours. Le reste, c’est de la spéculation. La police enquête. Laissons-la travailler et ne faisons pas le travail à sa place. Ça prendra peut-être beaucoup de temps mais on nous donnera les raisons de sa disparition. J’espère qu’on la trouvera. Et j’espère qu’elle sera vivante.

  7. Il me semble me souvenir d’autres exemples ou des enfants disparus ont jouit de couverture médiatique importante. Jolène Riendeau (disparue en 1999) pourrait être un exemple. Il est certain que le fait qu’une petite fille soit belle aide, mais j’aurais de la difficulté à croire qu c’en est la seule raison.

    Comme Jacques le mentionne, 55 000 personnes meurent chaque année, mais des cas comme celui de Cédrika ne peuvent que causer un pincement de coeur à tous les parents. Je dirais que ce qui est le pire pour les parents de Cédrika et des autres enfants disparus sans trace est ne ne pas savoir. Je crois en soit que c’est pire que si elle avait tout simplement été trouvée morte. D’avoir sa vie en suspens doit être difficile à vivre. Pensez aux parents de Jolène Riendeau, qui n’a jamais été retrouvée non-plus et essayez de vous imaginer à leur place. Je ne crois pas pouvoir concevoir d’un pire cauchemar…

    Liens d’intérêt:
    http://www.avisderecherche.net/
    http://www.enfantsretour.ca/Children.htm?CD=590

  8. L’élément clef c’est que ça se passe l’été.

  9. bon il a des afiche que il estv ecriequ elle est née le 29 aout et d autre le 27aout alors je me demande ??

  10. Ce qui est triste dans l’histoire d’enfants disparus est en effet la question d’innocence. Un enfant sans défense qui se fait parfois violer par un kidnapper qui décide par la suite de le tuer… Bien entendu, lorsque l’image du petit individu porté disparu est, disons, « moins belle » qu’un autre, on portera moins attention à lui puisque la question d’innocence a subitement presque disparue au niveau de certaines gens de la société. Triste, n’est-ce pas? Pourtant c’est ce que l’on fait. Tout cela sachant que, selon le rapport annuel des services nationaux des enfants disparus 2006, environ 60 000 disparitions(au Canada) d’enfants ont étées reportées au service de police.
    Laissez moi vous dire que je n’ai pas observé des bulletin de nouvelles parlant durant 180 000 semaines d’enfants disparus en 2006…
    Pour plus de détails sur ces disparitions voici le lien que j’ai trouver:

    http://www.spvm.qc.ca/upload/communiques/2007_07_27_tourcycliste2007_pdf_statistiques.pdf

  11. Que ce soit Cédrika Jolène ou une autre enfants… c’est toujours aussi triste. Les média sont la pour ça… nous les montrer! Plus on les voit, plus c’est bon vous trouvez pas?
    Cédrika… c’est un peu comme notre enfant.
    Et moi je dit que ceux qui trouve qu’on en parlent trop on un problème…..!
    c’est mon opinion!
    bye

  12. je voudrais juste dire que je suis avec en penser et dans mon coeur avec les parents de cedrika, moi je suis conjointe avec le pere de sébastien métivier depuis 11 ans maintenant et je peux dire que pendants les période de la disparition sais afreux cette soufrance quil peux resentir jai une petite fille de lage de sébastien aujourd’hui avec cette homme daniel metivier et je peux dire quil ne la lache pas dune semelle ,,jaimerais tellemement avoir des article sur cette disparition pour expliquer a ma fille se qui est arriver a son frere et pouvoir aider melanie la soeur la plus agée de sébastien et les aider a faire un deuille mes jai rien trouver ….tout semble etre au obliette ..jaimerais que lon maide a retrouver des articles ,,,,,,merci

  13. Salu france … moi j habite le quartier coite st paul … je ne suis pas sur mais je crois que le pere de sebastien a habiter ici il y a des annees … j avais a peine 1 an et demi quand c arriver cette histoire mais en vieillisant j en ai entendu parler enormement … cette histoire me touche a un point telle que ca m ai arriver souvent de ne pas dormir des nuits me demandans ce qui a bien pu arriver a ce petit bpnhomme la … j ai voulu en savoir plus parce que les gens a qui je demandais n etais pas sur etant donne les annees passser … alors jme suis rendu a la bibliotheque municipale qui se situe au metro berri uquam et avec la date j ai pu aller voir quelque articles dans le journal de montreal … alors ecoute jte laisse mon msn en direct ici gene toi pas de me mettre dans tes contacts je pourrais te les envoyer les articles !!! en esperant fort que tu me recrive … j ai tant de question sans reponse moi aussi :S

    sophie395@msn.com

  14. merci pour la recherche sophie,ont voie ou sont les gens qui sont solidaire…

Comments are closed.