Faut-il faire venir l’armée?

Cédrika ProvencherLe Québec en entier s’émeut de la disparition de la petite Cédrika Provencher, qui n’a pas donné signe de vie depuis plus d’une semaine. Même si ce fait divers a été de loin surexploité par les médias (on en parle pendant 10 minutes en ouverture de bulletin à TVA, puis seulement par la suite on passe un maigre 12 secondes sur les 20 millions d’évacués par des inondations dans le sud-est asiatique), il reste que ça touche une corde sensible: nos enfants. Mais alors que diminuent de jour en jour les chances de la retrouver vivante, une question semble se poser à plusieurs: faut-il faire venir l’armée pour aider dans les recherches?

La question est pertinente, car l’armée est le seul corps organisé et hiérarchisé disposant de la capacité d’organiser des recherches intensives dans la nature; ce ne sont pas de simples bénévoles, aussi volontaires soient-ils, mais des professionnels endurcis et habitués à du travail sur le terrain.

Au lieu d’envoyer nos soldats se faire tuer au nom des intérêts géostratégiques étatsuniens, pourquoi ne pas constituer, dans un futur Québec indépendant, une armée non pas seulement équipée pour des actions militaires extérieures, mais formée et prête à occuper le terrain dans n’importe quelle situation où elle est la force la plus efficace pour agir: lors de catastrophes naturelles, lorsque des campeurs se sont perdus en forêt, ou lorsqu’une enfant est disparue.

Cependant, la force d’une telle armée pacifiste et altruiste est sa vitesse et non sa militarisation. Il ne faut pas attendre neuf jours avant de faire appel à elle. Lors de la disparition d’un enfant, dès 24 heures plus tard, un groupe de militaires formés aux recherches et à l’action sur le terrain pourrait être déployé.

Mais pour ce faire, il faut changer sa conception de l’armée et cesser de la voir comme une force offensive et armée. Il faudrait aussi cesser de l’envoyer dans des missions inutiles et sans le moindre bienfait pour la population comme l’actuelle occupation de l’Afghanistan. Il faut repenser le soldat, et ne plus le voir comme le bras armé de l’État tourné vers des dangers extérieurs, mais plutôt comme la force organisée qui est à même de porter assistance dès que sa formation et sa hiérarchisation lui permet d’être la plus utile sur le terrain.

Publicités

23 Réponses

  1. «Au lieu d’envoyer nos soldats se faire tuer au nom des intérêts géostratégiques étatsuniens, pourquoi ne pas constituer, dans un futur Québec indépendant, une armée non pas seulement équipée pour des actions militaires extérieures, mais formée et prête à occuper le terrain dans n’importe quelle situation où elle est la force la plus efficace pour agir: lors de catastrophes naturelles, lorsque des campeurs se sont perdus en forêt, ou lorsqu’une enfant est disparue.»

    Ca existe déjà.
    Ca s’appelle les Forces et Armées Caandiennes.

    Elles interviennent chaque jour partout au Canada pour aller sauver des alpinistes piégés dans des crevasses, des campeurs perdus dans le grand nord, des bateaux à la dérive le long de nos côtes, des sinistrés après des inondations…

    95% des opérations impliquant les Forces Canadiennes ne sont pas de nature militaire.

    L’auteur de ce blogue devrait se renseigner un peu…

  2. Désolé, mais je n’ai pas vu l’armée faire la recherche d’enfants disparus dans des régions urbaines ou semi-urbaines dernièrement.

    Il y a une différence majeure entre l’armée qui intervient dans le Grand Nord ou dans des endroits inaccessibles car elle est la SEULE force capable de le faire et une armée qui intervient quand elle est la MEILLEURE force disponible, même quand des bénévoles sont disponibles.

    Dans le premier cas, l’armée intervient parce qu’elle est la seule en mesure de le faire, et c’est ce qu’elle fait déjà. Dans le deuxième cas, actuellement l’armée ne fait rien car on ne lui demande pas de faire quoi que ce soit.

    Mais on pourrait lui demander de le faire, et si on dépensait un peu moins pour donner des fusils à ces soldats et pour les faire faire la sale job des États-Unis, il serait peut-être possible de la faire participer dans des conditions comme celle de la disparition d’une enfant.

  3. À part de venir discréditer certains billets précédents, celui-ci me donne aussi une étrange impression de récupération charognarde d’un fait divers touchant à des fins d’exploitation idéologique.

    Bof, bof…

  4. Peut-être que si tu te donnais la peine de lire un peu (trop forçant, faut croire…) tu verrais que je suis justement en faveur de tout faire pour trouver la petite. Mais neuf jours plus tard, c’est foutrement trop tard.

    Mais il faut apprendre nos leçons et s’assurer de mieux agir la prochaine fois, notamment en s’assurant que l’armée soit mieux utilisée à ces fins. Bref, au lieu que nos soldats soient des tueurs, comme c’est le cas actuellement en Afghanistan, ils pourraient former des élites bien entraînés réagissant rapidement pour aider les gens, tant en milieu urbain que rural.

    Mais si à tes yeux toute remise en question de la façon dont ont été conduites les recherches est de la « récupération charognarde d’un fait divers touchant à des fins d’exploitation idéologique », on sera condamner à répéter constamment les mêmes erreurs.

    Évoluer, c’est apprendre de ses erreurs. Si tu préfères garder la tête dans le trou de peur d’avoir à apprendre d’une situation difficile, tu n’apprendras jamais rien.

  5. « Peut-être que si tu te donnais la peine de lire un peu (trop forçant, faut croire…) tu verrais que je suis justement en faveur de tout faire pour trouver la petite. Mais neuf jours plus tard, c’est foutrement trop tard. »

    Tu me pointe où j’ai dit quelque chose qui se rapprochait ne serait-ce qu’un peu de ça.

    « Mais si à tes yeux toute remise en question de la façon dont ont été conduites les recherches est de la « récupération charognarde d’un fait divers touchant à des fins d’exploitation idéologique », on sera condamner à répéter constamment les mêmes erreurs. »

    Non, j’explique:

    1. Les recherches sont toujours en cours et l’avenir reste incertains quant au résultats (quoi que sombre), on ne peut donc pas ici parler d’analyse de la manière dont on été conduite les recherches (qui sont toujours en cours)

    2. La récupération charognarde, dans le cas de ce billet, pour moi est la suivante: on prend un évènement qui se déroule en ce moment, qui joue sur la corde sensible des gens (ce que tu admet toi même dans ton billet, que je lis), et on nous amène à la conclusion que ce drame se déroulerait beaucoup dans un Québec indépendant (car on aurait notre propre armée)

    Donc:

    -Ton(tes) idéologie(s): indépendance, rôle différent de l’armée
    -La « charogne »: La situation de la petite Cédrika (qui se déroule en ce moment même)
    -La récupération: Dans un Québec indépendant, les recherches de la petite Cedrika se feraient de manière plus éfficace grâce à une armée utilisé différament.

    Utilisation d’un sujet sensible pour appuyer ton idéologie, comme avec le drame de Virginia Tech.

  6. Louis a raison.

    Comment se fait-il qu’ici il a fallu l’intervention de lettres au Premier Ministre pour utiliser les médias afin de rassembler le plus de gens et mobiliser pour retouver cette jeune fille, mais que des millions sont investi et des parades organisées pour mobiliser nos forces armées et mobiliser la population pour aller chercher des Talibans dans le désert d’Afghanistan?

    Nos enfants c’est ce qu’on a de plus sacré.

    Ce semble pas être une priorité pour d’autres qui ont des priorités ailleurs.

    Entéka, je vote pour que lorsqu’on trouvera ce débile qui s’en prend à nos enfants, qu’on l’envois en Afghanistan pour servir de bouclier.

  7. Je ne comprends pas comment on peut trouver quelque chose de négatif dans ce texte. Louis expose simplement l’idée de mieux utiliser nos ressources humaines et économiques pour aider des gens d’ici.

    Malheureusement, ça tombe que toute l’énergie est dépensée ailleurs pour des intérêts diplomatiques.

    Ce blogue s’influence de l’actualité et est écrit par un individu de gauche souverainiste, point à la ligne. La critique devrait se diriger ailleurs.

  8. Franchement on n’a pas besoin de l’armée canadienne pour chercher un enfant, nous avons des policiers entraînés et compétent pour le faire. Désolé, mais le rôle de l’armée est de protéger le territoire national et jouer un rôle sur la scène internationale. Imaginer déranger l’armée a chaque fois qu’un enfant est porté disparu dans une région. Le délire! Autant se débarrasser immédiatement de la GRC, la SQ et autres services de police au Canada.

    A chacun sa tache.

    Par contre il est plutôt drôle de voir encore l’attitude typique du Québécois moyen envers notre présence en Afghanistan. Les soldats canadiens assurent une protection pour les organisations humanitaires qui souhaitent aider les habitants de la région. Selon les chiffres de l’Unicef, arrêtés à la fin du mois de février, 4,2 millions d’enfants afghans sont retournés à l’école depuis la chute du régime des talibans en novembre 2001. Quant au taux de scolarisation féminine, il est passé de 3% avant 2002 à 30% aujourd’hui, la proportion étant légèrement supérieure dans les écoles primaires, précise l’agence onusienne.

    Il ne faut pas le dire évidemment!

  9. « Franchement on n’a pas besoin de l’armée canadienne pour chercher un enfant,… »(Mélissa)

    Il est évident que vous n’êtes pas la mère de cette petite fille!

    …nous avons des policiers entraînés et compétent pour le faire. Désolé, mais le rôle de l’armée est de protéger le territoire national et jouer un rôle sur la scène internationale.(Mélissa)

    Voyez-vous ça! « protéger le territoire »! Pas le citoyen!

    Ils protègent nos voitures aussi?

    Imaginer déranger l’armée a chaque fois qu’un enfant est porté disparu dans une région.(Mélissa)

    « déranger » l’armée!

    Comme si pendant qu’ils sont à faire des manoeuvres on les payait pas!

    Un maniaque attaque nos filles (trois autres jeunes victimes ont témoigné) mais il ne faut pas « déranger » l’armée. Mais on peux « déranger » l’armée pour aller tuer des Afghans Talibans qui obligaient leur femmes à porter une burqua!

    Des moutons amorphes. Voilà ce que nous sommes devenus.

    Déjà le blogue de M. Vastel, chez l’Actualité, est investi des sionistes qui font des plaintes à la direction pour en contôler les messages et instaurer une police de la rectitude politique. LEUR rectitude politique.

    Ils sont maintenant sur le blogue de Richard Martineau pour y faire la même chose!

    Nous, famille Québécoise, ne pourront même plus discutter entre nous!

    Faudra s’exiler aux USA (comme nous l’avons fait aprèes la conquête) où la liberté d’expression existe encore (pas dans le « mainstream » medias, mais sur Internet oui!).

  10. « Selon les chiffres de l’Unicef, arrêtés à la fin du mois de février, 4,2 millions d’enfants afghans sont retournés à l’école depuis la chute du régime des talibans en novembre 2001. Quant au taux de scolarisation féminine, il est passé de 3% avant 2002 à 30% aujourd’hui, la proportion étant légèrement supérieure dans les écoles primaires, précise l’agence onusienne. »(Mélissa)

    Non mais écoutez moi ça!

    Elle est plus préoccuppée pour les petites filles Afghans qui vont pas à l’école, que nos petites filles qui se font violées par des maniaques!

    Elle a plus d’information statistiques sur les filles Afghans que sur les petites Québécoises!

    Ça c’est colonisé pas à peu près!

    C’est du « full metal colonized jacket »!

  11. Amener l’armée à Trois-Rivières serait spectaculaire, mais en termes d’efficacité réelle, je pense que ce serait utiliser un canon de 155mm pour tirer sur une mouche. Il y a une raison pour laquelle l’armée n’intervient jamais dans le cadre de disparitions de personnes: ce ne serait pas une utilisation efficace de ressources.

    Faire des battues pour dénicher des indices, interroger des gens et râtisser le terrain pour des personnes disparues, c’est la spécialité des policiers, pas de l’armée. Sérieusement, utiliser les militaires dans ce genre de situation n’est probablement pas plus efficace que lorsque on appelle les citoyens volontaires à le faire. Mais c’est beaucoup plus cher par exemple! L’équipement lourd de l’armée est inutilisable dans ce genre de situation, contrairement par exemple à des catastrophes naturelles, ou a tout le moins plusieurs soldats ont reçu une formation à ce sujet. À la limite, si la disparition était survenue au beau milieu d’une forêt du Grand Nord québécois, on pourrait utiliser certains des équipements militaires puisque le terrain est difficilement quadrillable. Mais en ville ???

    De ce que j’en comprends, la SQ ne voit pas l’utilité non plus de battues massives dans les rues, ruelles et arbustes. Le terrain a déjà été passablement râtissé avec plusieurs battues importantes de policiers et citoyens. Après 10 jours de disparition, peut-être que la SQ considère cela comme un kidnapping en fait.

    Si ils veulent faire de nouvelles recherches plus importantes, qu’ils rappellent plus de policiers des régions avoisinantes tout simplement. Pas besoin de faire déplacer à grands frais un paquet de soldats venus d’on ne sait ou et qui ne connaissent aucunement le coin.

  12. « Amener l’armée à Trois-Rivières serait spectaculaire, mais en termes d’efficacité réelle, je pense que ce serait utiliser un canon de 155mm pour tirer sur une mouche. »

    Ce qui prouve que ce sont des cruches à la tête de la défence nationale et ministres.

    Car c’était aussi un canon 155mm pour tirer une mouche, ces parades pour mousser l’opinion publique. Elles ont fait boomerang.

    Ammener l’armée à Trois Rivière pour cette petite fille aurait complètement rachetter son image dans le coeur des Québécois.

    Des troufions de cruches vides.

  13. « Ammener l’armée à Trois Rivière pour cette petite fille aurait complètement rachetter son image dans le coeur des Québécois. »

    Attends, tu dis qu’ils auraient dû remplacer la publicité habituelle de parade par une publicité plus subtile et sournoise en effectuant des recherches?

    Et ensuite on aurait eu un billet anti-militaire sur comment l’armée se sert de cet évènement pour gagner des points dans l’opinions publique? (« récupération charognarde » etc, etc. )

  14. « Attends, tu dis qu’ils auraient dû remplacer la publicité habituelle de parade par une publicité plus subtile et sournoise en effectuant des recherches? »(Honorius)

    En plein ça.

    Et ensuite on aurait eu un billet anti-militaire sur comment l’armée se sert de cet évènement pour gagner des points dans l’opinions publique?(Honorius)

    Personne n’aurait osé.

    Ce serait revenu contre eux.

  15. Appeler l armee, connaissant sa « mission », et a ce stade ci des recherches serait inutile malheureusement.

    Par contre, je crois que repenser l’armee canadienne devient de plus en plus un imperatif. Dans un monde ou « l ennemi » n est plus un autre Etat, mais des groupes armes n ayant pas forcement d affiliation nationale (la fameuse guerre au terrorisme), notre facon de « faire la guerre » devient obsolete.

    C est vraiment cute de dire que le taux d alphabetisation en Afghanistan a grimpe selon l Unicef (il y a aussi plus de puits et des programmes d education aux adultes), mais ce qui est souvent oublie c est que ces programmes sont majoritairement condenses dans les regions a conflits. J ecoutais dernierement un reportage a Radio-Can qui nous emmenait loin des regions a risque et ou les agriculteurs qui avaient decide d obeir au gouvernement en place en arretant de cultiver le pavot n avaient jamais vu l ombre d une ecole, d une route digne de ce nom ou d un soldat canadien. C est vraiment injuste de constater que ceux qui avaient decide de collaborer par eux meme n avaient eu droit jusqu a alors a aucune aide internationale.

    Imaginons que une partie de l armee qui se veut protectrice et reconstructrice le soit vraiment. Imaginons des groupes de militaires ayant ete specialement formees pour de la garde rapprochee (bodyguards), pour de la garde de batiments, et si ils veulent encore envoyer des espions et bien soit, cela pourra toujours servir a s infiltrer des les populations civiles pour eviter des attentats. Imaginons une armee qui defend ses ressortissants et les installations qu ils etablissent pour le bien de la population locale, non plus une gang de GIs qui pensent que rouler en jeep avec un gun « sert la democratie ».

    Ca c etait pour l exemple Afghan, mais sur une echelle plus large il serait temps que les dirigeants d armee se rendent compte qu elle doit diversifier les facons dont elle peut proteger la population et ceux que nous aidons aux lieu de defendre betement la souverainete d un territoire (oui oui je pense a l Arctique).

    Faut penser aux gens d abord.

    Une pensee pour Cerika et sa famille…

  16. À Renart Léveillé: être de la gauche souverainiste ne devrait jamais être une excuse pour écrire n’importe quoi. Or, depuis le temps que je viens sur ce blogue je constate que son auteur principal ne se démarque pas particulièrement par sa rigueur.

    Pierre Foglia, Jean-Robert Sansfaçons, Josée Boileau et bien d’autres sont de gauche et souverainistes. Ils n’affirment pas n’importe quoi pour autant.

  17. Disparition de Cédrika: l’armée demandée

    Trois-Rivières — Le père de Cédrika Provencher fait appel aux pouvoirs politiques, notamment au premier ministre Stephen Harper, afin que les Forces armées canadiennes soient mises à contribution dans la recherche de sa fille Cédrika, neuf ans, portée disparue depuis le 31 juillet.
    http://www.ledevoir.com/2007/08/10/152981.html

    Mon pauvre M. Provencher, ils se foutent bien de votre fille. Il ne dépenseront pas 2 millions de dollars pour retrouver votre fille.

    Mais ils ont aucun problème de conscience à donner 210 millions de dollars au PDG d’Alcan pour une simple signature de la vente de cette entreprise québécoise stratégique à des étrangers.

    Allez, chantez avec moi: OHHH CAAANAAADAAAA….!

  18. Ayoye!

    Zach je pense que tu melanges des choses qui n ont aucun lien ensemble…

    L armee canadienne (de la facon dont elle est faite presentement) est suposee aider les citoyens quand leur securite est menacee dans des cas ou elle PEUT etre deployee (qui ne se rappelle pas du verglas?).

    Je croyais que la teneur du billet de Louis parlait du fait que l armee aurait pu etre utilisee au tout debut en organisant des battues de facon professionnelles avec des secouristes et tout (tout ceci ne met pas en cause le travail des policiers qui eux ont quand meme a mener l enquete). Une armee qui serait plus a meme d aider les citoyens en detresse au lieu des pits de sables.

    Une fois qu un perimetre a ete fouille avec soin qu est ce que tu veux qu ils fassent? Qu ils entrent dans toutes les maisons du coin avec des mitraillettes? Qu ils menacent tout ceux qui ont un chien?

  19. Zach Gebello

    Le rôle de l’armée est de protéger nos frontières et d’intervenir sur la scène internationale pas de chercher des enfants porter disparu sur notre territoire. Et en plus, on dérange Stephen Harper pour ça. Le comble du ridicule!

    Annuellement des milliers de personnes sont victime de crime violent au Canada va-t-on exiger la présence de l’armée a chaque fois pour dénicher les suspects ? Et bien non pour la simple et bonne raison que nous avons des forces de police compétente spécialement formée pour ce genre d’opération. Je me répète a chacun sa tache.

    Et s.v.p., ne me faites pas pleurer avec la carte du genre : vous n’êtes pas la mère de cette petite fille. Je pourrais la jouer de la meme façon en disant que vous n’êtes pas l’épouse d’un militaire donc votre opinion sur l’Afghanistan est irrecevable.

    D’ailleurs, votre intervention sur l’Afghanistan et l’unicef est le comble du ridicule. Voyez-vous pour rester moins coller sur votre petit nombril il faut apprendre aussi a regarder ce qui se passe derriere votre épaule. Faut-il conclure que le sort des petites filles afghanes est sans intérêts? Placez-vous la vie de ces êtres humains sur une échelle plus basse que la vôtre?

    Belle mentalité pour une personne qui se permet de faire la moral aux autres. Moi je n’appel pas ca un full metal colonisez, j,appel ca un égocentrique de la pire espèce.

  20. C’est la SQ qui autorise la venue ou non de l’armée. Si la SQ juge qu’elle n’a pas besoin de cette dernière, et bien la game politique n’y peut rien, car c’est de l’ingérance fédérale.

    En parallèle, en Suisse où il y a aussi le cas d’un enlèvement. Ils ont ajouté 100 soldats pour les battues. Une armée pas comme les autres, mais tout de même 100 militaires.

  21. bonjour,

    Je suis d’accord avec Melissa: À chacun sa tâche. Comme le dit Folliculaire, la SQ juge que la venue de l’armée est inutile puisqu’elle a les moyens de faire le plus possible au niveau des recherches. Aussi, dans ce cas particulier de Cédrika, l’armée n’aurait pas pu faire grand chose puisque le mal était déjà fait, le kidnapper est partit (probablement loin) et Cédrika est, malheureusement, fort probablement morte le soir même où elle a été kidnappée. Donc, c’est une enquête dont on a besoin et des recherches pour retrouver le corps et confirmer son décès: L’armée n’aurait aucune utilité dans ce cas, la police fait très bien l’affaire.

  22. Au lieu d’envoyer nos soldats se faire tuer au nom des intérêts géostratégiques étatsuniens, pourquoi ne pas constituer, dans un futur Québec indépendant, une armée non pas seulement équipée pour des actions militaires extérieures, mais formée et prête à occuper le terrain dans n’importe quelle situation où elle est la force la plus efficace pour agir: lors de catastrophes naturelles, lorsque des campeurs se sont perdus en forêt, ou lorsqu’une enfant est disparue.

    C’est drôle comment l’ignorance du rôle des forces armées est rampante ici.

    Les forces armées canadiennes disposent d’excellentes équipes de recherches et de sauvetage, et si Cédrika avait été perdue dans un bois, ces équipe auraient sûrement pu aider. Malheureusement, Cédrika n’est pas perdue dans un bois. Les compétences des équipes de recherches de l’armée n’incluent pas de faire des battues dans un milieu urbain où il y a des forces policières parfaitement compétentes pour mener une enquête sur ce qui est probablement un enlèvement.

    Au pire, la SQ peut demander des ressources de la GRC pour les épauler si nécessaire, mais l’armée n’a absolument pas la compétence requise pour enquêter sur un cas d’enlèvement. J’ai beaucoup de sympathie pour le père de Cédrika. Je ne peux qu’imaginer son angoisse. Ma conjointe a deux filles du même âge que Cédrika, et nous sommes terrifiés qu’il ne leur arrive un jour la même chose. Et je retournerait Montréal sens dessus dessous pour les retrouver si ça leur arrivait. Mais le fait demeure que l’armée n’est pas la bonne ressource à utiliser dans cette situation.

    La SQ fait déjà tout ce qui est humainement possible pour retrouver Cédrika et ce sont eux les spécialistes dans ce genre de situation. Malheureusement, l’espoir de la retrouver vivante si elle est tombée aux mains d’un prédateur s’amenuise d’heure en heure. J’espère pour les parents et la famille qu’il la retrouveront pour mettre fin à leur angoisse d’une façon comme d’une autre. À leur place, j’aurait peine à supporter de ne pas savoir.

    Ce que je vois dans le billet ci-haut, c’est de l’opportunisme de la part de l’auteur pour avancer son idéologie pseudo-pacifiste. Si vous voulez vraiment aider Cédrika et sa famille, affichez sa photo et sa description sur vos blogues avec le no 1-800 de la SQ plutôt que de cracher sur l’armée et de les blâmer de ne pas jouer un rôle qu’ils n’est pas le leur.

  23. je comprends la frustrationde l’auteur de se message… mais je crois que c,est juste une manière de démontrer que l’armée pourrait faire autre chose que d’épauler les USA…

    Je me souviens du verglas…

    oui c’est triste ce qui arrive à la petite, mais je ne crois pas que c’est à l’armée d’effectuer les recherches.

Comments are closed.