Désinformateurs sans frontières

Reporters sans Frontières ou la désinformation sans frontières...Tous les principaux médias québécois ont rapporté, aujourd’hui, cette conférence de presse de Reporters sans frontières (RSF), qui dénonçait Pékin pour ses « violations des droits de l’homme », un an avant le début des Olympiques de 2008. Coup d’éclat médiatique en faveur de la liberté d’expression ou campagne de subversion contre la Chine? En la matière, RSF ressemble de plus en plus à outil de propagande au service des États-Unis.

Puisque le passé est souvent garant du futur, regardons deux exemples: Cuba et le Vénézuela.

Dans le premier cas, l’ex-agent secret cubain et reporter de RSF Nestor Baguer a rapporté avoir rencontré Robert Ménard, secrétaire-général de l’organisation, en septembre 1998. À cette occasion, Ménard lui a offert de l’argent et un portable pour l’inciter à devenir « collaborateur ». Mais par la suite, les relations entre les deux se sont envenimées, comme le rapportait Baguer:

« Il était en colère contre moi et ils ont nommé un autre représentant. Il disait que je n’étais pas assez agressif. Il me donnait l’exemple d’autres personnes qui envoyaient des informations, qui disaient qu’il y avait des grèves de la faim et ce n’était pas vrai. Une fois où il a été question d’une telle grève, je me suis personnellement rendu sur les lieux dans le quartier de Santo Suarez. Je suis entré à une heure où l’on ne m’attendait pas. Et j’ai trouvé ces gens-là en train de faire chauffer une soupe au poulet. Tout était faux. »

Non seulement RSF a été une fabrique à désinformation (littéralement, qui organise de l’information frauduleuse pour induire les gens en erreur), mais les méthodes de Ménard ressemblent à s’y méprendre à celles des agents de la CIA…

Au Vénézuela, c’est la même désinformation. Le 12 avril 2002, pendant le coup d’État (avorté) financé par la CIA, contre Hugo Chavez, RSF s’adressait « aux nouvelles autorités » (leur donnant ainsi une crédibilité) et affirmait que Chavez avait démissionné, ce qui était évidemment faux.

Mais dès qu’il est question de la liberté de presse dans les pays « développés », c’est le silence radio. Après tout, on ne mord pas la main qui nous nourrit. Maxime Vivas l’explique bien:

« Quant à la liste fournie par RSF sur ses interventions dans dix pays riches, c’est de la poudre aux yeux, le minimum syndical. Aucun ne figure d’ailleurs aujourd’hui en première page de son site, lequel épingle huit pays pauvres. RSF « proteste » parfois contre les puissants, mais sans aucune action spectaculairement affichée et suivie et surtout pas contre le pays qui a tué le plus de journalistes dans le monde ces dernières années : les USA. »

Et quelle est cette main qui nourrit RSF? Notamment la CIA, le NED (National Endowment for Democracy), un outil de subversion étatsunien, l’IRI (International Republican Institute), qui est reliée à l’administration Bush et est un satellite du NED…

Ainsi, c’est ce NED qui a offert 20 millions $, en janvier 2005, à l’opposition vénézuelienne, dont 40 000$ à RSF, sans doute pour l’inciter à poursuivre « le bon travail »…

Alors quand Reporters sans Frontières annonce une conférence de presse pour dénoncer quoi que ce soit, quand bien même ce serait la réincarnation d’Hitler incarné dans le corps de Staline avec la dentition de Dracula, je prends toujours ça avec un gros grain de sel!

Publicités

8 Réponses

  1. C’est pareil à beaucoup d’Organismes Non-Gouvernementaux, ONG, sensés êtres des vigiles des corporations. Elles sont subventionnées par les gouvernements qu’elles sont supposées être indépendantes de.

    Elles finissent par devenir des collaboratrices des corporations nationales intriquées avec les gouvernements.

    Le « set-up » est simple:

    L’ONG dénonce une corporation qui pollue ou provoque des guerres dans les pays pauvres afin de déstabiliser les gouvernements et s’accaparer les ressources. Biensûr, l’ONG ne peut pas faire fermer la filliale dans le pays car la perte des emplois sera encore plus catastrophique. Alors, l’ONG propose un programme en collaboration avec la corporation pour réduire le plus possible les inconvénients dûes à cette colonisation forcée. Biensûr, rien ne change vraiment, mais la corporation finance grâcement l’ONG pour le maintient de son « programme » et du même coup fait une campagne publicitaire pour son excellente « responsabilité corporative » et son association et endossement par une ONG « indépendante ».
    L’ONG grossie ses rangs par ce nouveau programme et ne peut plus se passer du financement.

    La déstabilisation, polution, guerre, colonisation, pillage des ressources, dictatures, etc… continuent comme avant mais avec l’étampe d’aprobation sécurisante d’une ONG.

    C’est exactement ce « set-up » qui est derrière le documentaire-propagande « Les diamants du Sang » qu’on a pu voir à RDI.

  2. Peu importe qui est ou qui n’est pas derrière Reporters Sans Frontières, je pense que c’est assez clair et documenté que la Chine viole les droits de l’Homme à différents niveaux depuis fort longtemps. Faire un procès à RSF ne change rien à la réalité de la Chine.

    Même chose pour Cuba (défendez Castro pour ses programmes sociaux si ça vous chante, mais de grâce, ne le défendez surtout pas pour son respect de la dissidence et de l’opposition démocratique).

    Le dossier vénézuélien est moins étoffé car Chavez est au pouvoir depuis moins longtemps, et il n’était pas suffisamment en selle jusqu’à tout récemment pour bafouer de manière trop évidente les droits de la personne.

    Il fallait qu’il se garde une petite gêne quand même.

    Mais la dérive autoritaire a commencée et n’ayez crainte, les cas d’abus, de torture et de mépris des droits démocratiques arriveront bientôt dans les prochaines années. D’autant plus qu’il va modifier la Constitution pour se permettre de diriger ad vitam eaternam.

    Mais bon, vous pourrez toujours le défendre pour ses beaux programmes lui aussi et fermer honteusement les yeux sur le mépris des droits humains…

  3. En passant, Louis, c’est excellent cette fonction qui permet d’éditer son commentaire immédiatement suite à la publication. C’est un bon ajout au blogue.

  4. @Hugo: On ne s’obstinera pas longtemps sur la Chine; il est évident qu’elle n’a pas les mêmes valeurs que nous et qu’il ne fait pas de doute qu’à nos yeux d’Occidentaux elle ne respecte pas ce que nous considérons comme étant les « droits humains ».

    Mais pour le reste, ça demeure utile de savoir ce qu’est vraiment RSF: un outil de propagande financé entre autres par la CIA. Quand même utile de savoir ça, non?

    Par rapport au Vénézuela, je trouve dommage que tu t’acharnes sur la révolution démocratique qui s’y produite depuis une décennie. Chavez a transformé ce pays arriéré et barbare en une véritable démocratie où non seulement les gens sont libres de s’exprimer sans craindre de représailles mais où la pauvreté est en baisse, l’alphabétisme en hausse et la qualité de vie aussi.

    Mais tu vois, si RSF avait réussi à faire passer son appui aux putschistes payés par la CIA en avril 2002, le Vénézuela serait retombé dans sa merde.

    Alors voilà pourquoi je suis sceptique vis à vis de tout ce que raconte cet outil de propagande.

    Merci pour les bons commentaires quant à la nouvelle option. J’espère que ce sera apprécié. J’ai hâte de lire ce qu’en pensent les autres (y en a plusieurs qu’on a pas vu depuis un bout… e.g. Philippe David, Francois Richard et cie.)

  5. « Mais bon, vous pourrez toujours le défendre pour ses beaux programmes lui aussi et fermer honteusement les yeux sur le mépris des droits humains… »(Hugo M.)

    Tes accusations sont non fondées, Hugo M.

    Louis ne supporte pas le mépris des droits humains. Il dénonce RSF.

    Depuis quand la dénonciation de RSF équivaut au supporte des violations des droits de l’homme?

    Tu parles comme les sionistes qui accusent d’antisémites ceux qui dénoncent les agressions de l’armée israelienne. Aucun rapport.

    T’as pas besoin d’aller en Chine ou en Iran pour trouver des violations aux droits de l’homme. La moyenne des exécutions aux USA est la même qu’en Iran. Les arrestations et condamnations sans procès sans droits de défences s’appèllent Abougrahib et Gwantanamo aux USA. Si on ne torture pas aux USA c’est parce qu’on envoi les prisonniers en Syrie ou autres pays qui feront la sale job pour les USA. Les assassinations et coups d’états dans des dixaines de pays, des guerres unilatérales avec les milliers de victimes civiles…

    Franchement, pas besoin d’aller en Chine.

    Pas besoin de quitter la « frontière ».

    Fidel Castro à côté fait amateur.

  6. […] je l’écrivais ici, l’organisation Reporters sans frontières (RSF), qui est largement à l’origine de la […]

  7. […] Lire aussi: RSF: Désinformateurs sans frontières […]

  8. […] je l’écrivais dans Les USA derrière la campagne anti-chinoise? et dans Désinformateurs sans frontières, l’organisation Reporters sans frontières sert de paravent à diverses opérations de […]

Comments are closed.